antoine demoitié s’est imposé au tour du finistère samedi

  • Antoine Demoitié s’est imposé au Tour du Finistère samedi

    Antoine D.JPG

    « Un premier succès pro »

    Antoine Demoitié a de nouveau pu lever les bras après une année de disette.
     Le Nandrinois a remporté en solitaire le Tour du Finistère, manche de la Coupe de France, ce samedi. 
    Il décroche dès lors son premier succès professionnel. 
    Une victoire qui a une saveur bien particulière pour le coureur de la formation Wallonie-Bruxelles.
    Antoine Demoitié, comment vous-sentez- vous après avoir décroché votre première victoire professionnelle ?
    Ce succès est un soulagement pour tout le monde.
     Il vient concrétiser tout le travail effectué depuis de nombreuses années.
    Nous sommes tous très heureux car il s’agit de la première victoire professionnelle de l’équipe.
    Ce succès a-t-il une saveur particulière ?
    C’est quelque chose d’exceptionnel.
    J’ai concrétisé une partie de mon rêve. 
    L’autre partie est bien entendu d’être repris dans une équipe d’un plus haut niveau et de réaliser une longue carrière.
    Vous sentez-vous libéré après cette victoire ?
    Je ne ressens pas plus ou moins de pression. 
    Il faudra voir comment cela va se passer dans les prochains jours et les prochains mois. 
    Mais je pense que tous les coureurs de l’équipe relâchent un peu la pression maintenant.
     Tout le monde est soulagé. 
    Ce succès montre aussi à mes coéquipiers que je suis capable de gagner une course professionnelle. 
    J’ai confirmé que je suis un vrai leader et que les autres peuvent me faire confiance.
    Comment cela s’est-il passé au Tour du Finistère ?
    Au début, tout était tranquille mais les échappées se sont enchaînées après 120 kilomètres de course. 
    Les attaques fusaient de toute part lorsque l’échappée matinale a été reprise.
     À 20 kilomètres de l’arrivée, je me suis glissé dans un groupe de huit coureurs.
    Nous sommes allés au bout.
    J’étais en dernière position sous la flamme rouge.
     Je suis remonté dans le groupe et j’ai finalement décidé d’attaquer à 100 mètres de la fin de la bosse. 
    Lorsque je me suis retourné aux 200 mètres, j’ai vu que je disposais d’une bonne avance. 
    J’ai donc géré et savouré ma victoire.
     Les sensations étaient vraiment différentes de tout ce que j’ai pu connaître avant.
    Avez-vous reçu des messages de félicitations un peu particuliers ? Quentin Jauregui est venu me dire après l’arrivée que je l’avais pris de vitesse et qu’il n’aurait pas su aller dans ma roue. 
    Le directeur sportif de Bretagne-Séché Environnement m’a dit qu’au vu de la façon dont j’avais gagné, j’étaisun bon coureur.
     Ce sont toutes des phrases qui font plaisir.
    Quel est votre programme maintenant ?
    Dès vendredi, je participe au Tour de Bretagne. 
    Ensuite, je serai au départ des Quatre Jours de Dunkerque, du Tour de Picardie et de la World Ports Classic.
     Comme à chaque fois, je vais essayer de gagner.
    Je veux confirmer en décrochant un nouveau succès. 
    Article de CÉDRIC WILLEMS dans le journal La Meuse H-W du 22 avril 2014