antoine demoitié

  • Premier Mémorial Antoine Demoitié à Nandrin aujourd'hui dimanche 9 avril 2017

    976415_10203603594920588_1757401815_o.jpgMartin Delcommune est détendu avant le premier mémorial Demoitié

    Après son annulation l’an dernier, le GP de l’Administration Communale de Nandrin revient sous l’appellation Memorial Antoine Demoitié.

    Un hommage au professionnel nandrinois que l’Engissois Martin Delcommune ne veut pas manquer.

    La minute de silence qui s’imposera dans les rues de Nandrin au départ des épreuves cyclistes programmées ce dimanche permettra de rendre hommage à Antoine Demoitié, disparu il y a un peu plus d’un an à Gand-Wevelgem.

    L’épreuve avait été annulée l’an dernier, trop proche suivant le décès du Nandrinois.

    « Ca reste un gars de Nandrin, on passe devant chez lui donc la date se prête à l’hommage », insiste Benoît Ramelot, le président du club organisateur du Mémorial Antoine Demoitié.

    TRACÉ IDENTIQUE

    Le tracé demeure donc identique, avec l’arrivée sur la rue d’Esneux et l’ascension de la Halète.

    « Je n’y ai jamais roulé mais je me souviens du circuit pour avoir été voir la course quand j’étais petit », sourit Martin Delcommune (16 ans).

    « Je m’attends à une course à l’usure, où il faudra rester attentif pour ne pas laisser filer la bonne échappée. Mais comme le parcours n’est pas trop sélectif, il peut aussi me convenir. »

    MALCHANCEUX

    Le Junior 1 du CC Chevigny s’en tire plutôt bien pour son arrivée dans sa nouvelle catégorie. Cinquième à Florennes il y a deux semaines, l’Engissois a découvert le Tour des Flandres dimanche dernier.

    « J’ai été malchanceux en chutant puis en déjantant.

    Mais c’était vraiment amusant avec le public. Et puis j’ai remarqué que je digère les grosses courses, même s’il me manque encore un peu de jus pour accompagner les meilleurs. » Encore 22e à Calenelle (Hainaut), Delcommune veut démontrer ce dimanche qu’il mérite sa place sur l’Étoile du Sud Limbourg, disputée en trois étapes le week-end prochain.

    Alors, la pression ?

    « Je la bois l’hiver », se marre-t-il.

    « Il ne faudra pas passer à côté de ce weekend, car j’ai envie de décrocher ma sélection.

    J’espère avoir récupéré du Tour des Flandres et ramener un résultat, sans en faire un objectif. » 

    MAXIME SEGERS

    1147395687.25.JPG

     

  • Les horaires du Mémorial Antoine Demoitié à Nandrin Aujourd'hui 9 avril 2017

    976415_10203603594920588_1757401815_o.jpgDébutants

    Départ à 13 heures pour 12 tours de 4,3 km, soit 51,6km). Arrivée vers 14h15

     Juniors

    Départ à 15 heures pour 17 tours de 4,3km, soit 73,1km). Arrivée vers 16h45

     Inscriptions :

    Salle Sprumont rue F.Godinasse 4550 Nandrin

     Départ/arrivée : Rue d’Esneux, Nandrin E

  • Mémorial Antoine Demoitié dimanche 9 avril 2017 à Nandrin

    976415_10203603594920588_1757401815_o.jpg

    17634669_10212864654510748_4328843595048688521_n.jpg

    Circuit de Nandrin : Départ rue des Martyrs, rue de la Halète, rue des Hausseurs, rue Le Halleux, rue de La Vaux, rue de Berleur et retour rue des Martyrs pour l'arrivée. circuit de 4.300 kms

    Les coureurs n oubliez pas de vous pré inscrire sur le site de la Fcwb

  • Marc Evrard a suggéré de donner les noms des deux Nandrinois décédés tragiquement aux voiries créées à l’avenir à Nandrin

    rue.JPGM. Evrard a suggéré de donner les noms de Mélanie Defize et Antoine Demoitié, deux Nandrinois décédés tragiquement (lors des attentats de Bruxelles et d’une course cycliste) aux voiries créées à l’avenir.

    «  Les courses du Grand Prix de l'Administration communale du 9 avril s’appellent Memorial Antoine Demoitié, avec l’accord de la famille  », indique B. Ramelot.

     «  Si ça se présente, nous l’envisagerons, avec l’accord de la famille  », conclut le mayeur.

    Article de AG 

    Source 

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Dans tous les esprits le souvenir d’Antoine Demoitié

    Antoine.JPG«Antoine était avec nous…» Hilaire Van der Schueren et l’équipe Wanty-Gobert ont vécu une journée particulière, ce dimanche entre Deinze et Wevelgem.

    Un an moins un jour après le décès d’Antoine Demoitié, mortellement percuté par une moto lors du Gand-Wevelgem 2016, la formation wallonne a livré bataille pour honorer la mémoire du jeune coureur condrusien, décédé à 25 ans.

    Sur le podium de départ, en présence du manager Jean-François Bourlart, l’épouse d’Antoine a reçu de l’organisation un chèque de 2.500 euros, qu’Astrid a choisi de remettre à une association de Mont-Godine venant en aide aux personnes ayant subi une transplantation du poumon.

    voir aussi La Meuse.JPG

     

  • Antoine Demoitié ce dimanche, sa mémoire sera évidemment honorée

    gand-wevelgem,dossard192,antoine demoitié,nandrin,à la mémoireCe dimanche, le dossard 192 ne sera pas agrafé sur un maillot, pas plus que lors des éditions ultérieures de Gand-Wevelgem.

    192 était bien sûr le dossard porté par Antoine Demoitié lors de l’édition 2016.

    Au départ de la course, une minute de silence sera observée par le peloton.

    Et au kilomètre 192 (dans le secteur pavé de Plugstreets), un arbre sera planté, pour que le souvenir d’Antoine vive et traverse les générations. Par ailleurs, son épouse Astrid remettra un chèque de 2.500€ à une œuvre caritative.

    Infirmière de formation (elle travaille au CHU de Liège et exercera son métier sur Liège-Bastogne-Liège notamment, concrétisant ainsi un projet qui lui tient beaucoup à cœur), elle a choisi une association qui vient en aide aux personnes ayant subi une transplantation du poumon, en lien avec l’hôpital universitaire de Mont-Godinne.

    Article de E.C.

    Lire la suite

  • Une minute de silence au départ de Gand-Wevelgem pour Antoine Demoitié le 26 mars 2017

    gand-wevelgem,antoine demoitié,nandrin,décès,hommage,minute de silenceDans quelques jours, la mémoire d'Antoine Demoitié Nandrinois  venait de rejoindre la formation WantyGroupe Gobert sera évidemment honorée.

    Au départ de la course, une minute de silence sera ainsi observée par le peloton.

    Au kilomètre 192 (dans le secteur pavé de Plugstreets), un arbre sera planté, pour que le souvenir d’Antoine vive et traverse les générations.

    Par ailleurs, son épouse Astrid remettra un chèque de 2.500 euros àune œuvre caritative. Infirmière de formation (elle travaille au CHU de Liège et, on vous l’a révélé en janvier dernier, exercera son métier sur Liège-Bastogne-Liège notamment, en avril prochain, concrétisant ainsi un projet qui lui tient beaucoup à cœur), elle a choisi une association qui vient en aide aux personnes ayant subi une transplantation du poumon. La force et le sourire d’Antoine seront ainsi transmis et partagés.

    La superbe lettre du père d'Antoine Demoitié de Nandrin pour Stig Broeckx

    Un t-shirt en hommage à Antoine Demoitié de Nandrin au Tour des Flandres

    Les amis d'Antoine Demoitié sont en deuil

    Le cycliste nandrinois Antoine Demoitié, fauché en pleine course à Gand-Wevelgem, est décédé

    Article de E.C.

    Un article complet et payant sur le même sujet dans 

    voir aussi La Meuse.JPG

     

  • L’épouse de Antoine Demoitié de Nandrin brise le silence «Tant qu’on parle de lui, il sera un peu là.»

    Le 27 mars dernier disparaissait tragiquement Antoine Demoitié, accidentellement percuté par une moto, fauché par le destin lors de Gand-Wevelgem. Comment ses proches se reconstruisent-ils après un tel drame?

    Entretien 

    Astrid Collinge Epouse d’Antoine Demoitié.

    PROPOS RECUEILLIS PAR ÉRIC CLOVIO Source SUDINFO 

    Astrid,les souvenirs,les photos dans votre nid douillet, c’est douloureux ou plutôt réconfortant?

    Cela m’a toujours fait du bien… en me faisant du mal. En fonction du moment de la journée, cela fait sourire, à d’autres ce sont les larmes qui coulent. Parfois ce sont les deux émotions qui se mélangent au même moment… Je sais que j’ai besoin de ces souvenirs, c’est vital. Parfois, je suis même envahie par la peur d’oublier certains détails de notre vie, des intonations de voix… Au fond de moi, je sais que cela n’arrivera pas.

    Le jour du drame,rien ne vous avait alerté? Pas de mauvais pressentiment?

    Si, une inquiétude diffuse.

    Quelques jours plus tôt, la Belgique avait été frappée par les attentats terroristes de Zaventem et Maelbeek. Une jeune fille du village de Nandrin (NDLR: Mélanie Defize) y avait perdu la vie. Personne n’était serein en voyant partir ses proches. Son «au revoir», le jeudi, était très fort.

    Le vendredi, il avait fait une supercourse lors du GP de l’E3, son tout premier rendez-vous WorldTour. J’étais rentrée dare-dare du boulot au CHU de Liège pour le voir dans l’échappée (elle sourit, regard embué). Le samedi, veille de Gand-Wevelgem, on s’est appelé par téléphone plein de fois, plus souvent qu’à l’habitude. Avec le recul, les mots paraissent encore plus forts… Ses derniers messages par SMS, avant le départ de la course, étaient très intenses. Antoine était dans une super dynamique, elle s’est brutalement brisée…

    Être présente lors des courses,comme vous avez continué à l’être en 2016 après le décès d’Antoine,ça fait partie de votre deuil?

    De votre recherche de nouvel équilibre? Pleinement. Dès les premiers moments qui ont suivi le drame, j’ai eu peur de perdre la famille du vélo, en ayant perdu Antoine. Le cyclisme faisait partie de notre vie depuis très longtemps, et a pris une part sans cesse plus large dans notre vie au fil du temps. Heureusement, je me suis vite rendu compte que c’est une famille au grand cœur et qu’ils (NDLR: les anciens équipiers et compagnons d’entraînement d’Antoine) ne me lâcheraient pas de sitôt. Sans tarder, j’ai en effet ressenti le besoin de me replonger dans l’ambiance, de les voir… Je suis ainsi allée à l’hôtel de l’équipe la veille de l’Amstel (NDLR: moment très fort puisque trois semaines après l’accident, Enrico Gasparotto offrait un premier succès en WorldTour à l’équipe Wanty-Groupe Gobert), puis sur le Tour de Wallonie, sur le Giro avec Laure et Max (Monfort), à l’Eneco… Être présente aux courses est très important pour moi, pour rester en contact avec ses amis, avec nos amis. Vous savez, Gaëtan Bille était le témoin de mariage d’Antoine, c’est un ami commun. Maxime Monfort, Grégory Habeaux, Anthony Lafourte, Hophra Gérard, Jérôme Gilbert, toute la bande… ils mesont précieux.

    Le vélo a sans cesse fait partie de votre relation?

    On avait 14 ans à peine, Antoine venait en ami à Terwagne, où j’habitais avec mes parents. On se baladait dans le Condroz, comme des ados amis, en vadrouille. Toute notre vie a été orientée vers le vélo, vers le métier d’Antoine, sans regret aucun. Mon papa et mon frère étaient passionnés de cyclisme eux-mêmes, je roulais beaucoup moi aussi, par passion, jusqu’à ce que je sois renversée par une voiture dans le village.

    La peur vous a-t-elle toujours habitée?

    Sans le montrer, un stress m’a constamment accompagné, oui. Il avait d’ailleurs pris une épaisseur et de l’ampleur suite au décès de Jonathan Baratto, quelques mois plus tôt (NDLR: jeune cycliste du Pôle Continental Wallon mortellement renversé à l’entraînement). Cela pouvait donc arriver, je me rendais pleinement compte que mes angoisses étaient justifiées. Antoine avait toujours dans sa poche un carton avec mes coordonnées, au cas où… Jusqu’à ce qu’il rentre de l’entraînement, je n’étais pas totalement sereine. En course, cela m’inquiétait moins car il y avait les collègues, les suiveurs, le public… Et c’est finalement là que l’horreur s’est produite…

    Dix mois plus tard, cherchez-vous encore à mieux comprendre ce qui s’est passé?

    Ou la fatalité a-t-elle réussi à vous convaincre? Difficile à dire. J’ai eu besoin de comprendre absolument, c’est pour ça que j’ai plusieurs fois parlé à Hilaire Van der Schueren, le directeur sportif, le dernier à avoir vu Antoine en vie. Mais j’ai besoin aussi que ce drame soit reconnu. Antoine n’est pas tombé de sa faute, c’était un super pilote, il n’a pas fait d’erreur. La chute fait partie du job de coureur, forcément. Mais la fatalité est un terme qui ne peut pas me satisfaire. Trop simple, réducteur. C’est trop grave pour que je m’arrête là.

    En termes de sécurité,cela bouge-t-il suffisamment à votre goût?

    Le temps passe et efface… C’est une crainte, effectivement, mais je sais qu’Antoine n’est pas oublié dans le monde du vélo. Je suis au courant des quelques avancées par mes amis, par Jean-François Bourlart… Il y a eu des réunions, avec Tom Boonen et Maxime Monfort notamment. Cela progresse doucement (voir encart ci-contre). J’espère que la reprise de saison va permettre de mesurer les leçons qui ont concrètement été tirées de ces drames.

    Chez Wanty-Groupe Gobert, le projet de création d’une fondation portant le nom d’Antoine reste dans les esprits.Sa raison d’être serait de travailler à une meilleure sécurité des cyclistes.

    Ce serait la manière la plus concrète de porter mon combat. Seule, je ne pourrais pas y arriver. On n’en est encore qu’au stade de la déclaration d’intention, mais je sais que ce projet est important pour Jean-François Bourlart, le manager de l’équipe… Pour bien faire les choses, il ne faut pas se précipiter et réfléchir posément. Quand ce sera mûr, l’idée se concrétisera, je n’en doute pas.

    Dans deux mois,lors de Gand-Wevelgem,tout le monde va forcément reparler de ce drame.Qu’attendez-vous de cette date symbolique?

    Elle sera très, très importante pour moi, forcément. Au niveau émotionnel, affectif. Mais en termes de sécurité, je ne me suis pas mis de date en tête. L’essentiel est que cela bouge, j’ai confiance en l’équipe Wanty, en ceux qui aiment Antoine… Sans trop tarder évidemment car combien d’accidents faudra-t-il encore déplorer? Je suis trop triste pour être dans l’impatience. J’ai trop le cœur en miettes pour me détruire encore avec des échéances comme celle-là.

    Antoine a très peu couru chez Wanty.Une équipe pourtant mortifiée par ce drame.

    Ça fait chaud au cœur de voir qu’ils sont toujours là, aujourd’hui, dix mois plus tard. Ils avaient créé un groupe WhatsApp dans lequel j’ai été ajoutée très rapidement, on se félicite, on pense les uns aux autres… Au-delà, j’ai vu par la suite que j’avais reçu des messages de soutien de Tom Boonen, Fabian Cancellara, Marc Sergeant, l’équipe AG2R, Peter Sagan après sa victoire, même Lance Armstrong…

    La présence d’Antoine sur les véhicules de l’équipe,via la mention «#RideforAntoine», autre symbole fort.

    Cela me touche au cœur. Et si ce n’avait pas été le cas, cela m’aurait fait mal… Il reste en course avec eux, même au Tour.

    Astrid,comment se reconstruit-on?

    Je ne sais pas… Je me fais confiance, je fais confiance à Antoine, qui m’aide de là où il est. Parler d’Antoine, j’en ai besoin, j’aime que les gens l’évoquent. Tant qu’on parle de lui, il sera un peu là. Évoquer ce qu’il a fait, se souvenir sans cesse de la belle personne qu’il était.

    Le sourire d’Antoine,c’est l’image que tout le monde garde de lui dans le peloton.

    Sa joie de vivre, c’est en effet sa marque de fabrique. Antoine était hyper taquin, positif. Mais il était aussi très fort, physiquement et mentalement. Tous les souvenirs font partie de moi, ceux qu’on avait forgés depuis notre mariage six mois plus tôt mais aussi tous ceux qu’on avait partagés avant cela, depuis plusieurs années. On adorait tous les deux rire, rire d’une vie simple et des plaisirs qu’elle peut offrir. 

    Aujourd’hui,avez-vous réussi à reprendre le cours de votre vie?

    Je suis tout le temps en train de penser à ce qu’Antoine pourrait dire ou penser. Il serait fier de toi, oui ou non? D’une seconde àl’autre, tous nos projets se sont écroulés. Tout le monde a la chance de voir les siens avancer et se concrétiser. Pour nous, c’est détruit, c’est fichu. Cela fait très mal. Des projets, j’en ai toujours eu. Ceux qui me tiennent le plus à cœur désormais, c’est de concrétiser ceux qu’on entretenait à deux, et que je suis capable de réussir seule. J’ai confiance en la vie, je n’ai plus rien à perdre. La moitié de moi est partie, je n’ai d’autre choix que de continuer. Dans quelques jours, je reprendrai mon boulot d’infirmière au CHU de Liège, dans le service d’oncologie. Un pas de plus. 

    Quel était le rêve sportif d’Antoine?

    Il en avait accompli un premier en gagnant sa première course pro au Tour du Finistère, en 2014. Un deuxième en disputant de premières épreuves du WorldTour, il se faisait d’ailleurs une joie de disputer la Flèche Wallonne, dans son jardin. La suite, c’était une victoire significative. Je l’entends encore me dire: «Astrid, un jour j’en claquerai une… Une belle!»

    PROPOS RECUEILLIS PAR ÉRIC CLOVIO Source SUDINFO 

    «Plus de sécurité, c’est aussi pour ça que je me bats» 

     

    Le 26 mars prochain, lors de la 79e édition de la classique GandWevelgem, le dossard 192 ne sera pas porté au départ, pas plus que lors des éditions ultérieures de l’épreuve. 192 était bien sûr le dossard porté par Antoine en ce funeste dimanche de compétition. Par ailleurs, au kilomètre 192, un sprint intermédiaire sera désormais organisé, avec trophée et prime à la clé.

    Une somme d’argent équivalente sera systématiquement reversée à une œuvre caritative. Alors que Stig Broeckx se bat après de longs mois de coma (accident pour des raisons similaires lors du Tour de Belgique)et que le souvenir d’Antoine Demoitié demeure vivace, les coureurs attendent des mesures fortes, pour pratiquer un métier par nature dangereux dans des conditions, disons, plus rassurantes. Astrid Demoitié reste attentive aux mesures de sécurité qui doivent être prises.

    « J’y suis très sensible, évidemment », explique-t-elle. « C’est pour cela que je dois me battre. Il y a eu Antoine, puis Stig, c’est déjà beaucoup trop et ça ne doit plus arriver. Les progrès de sécurité qui doivent être fournis donnent un sens à mon combat. » Où en est-on?

    « Lors de l’Eneco Tour, les organisateurs ont testé une formule qui est une des pistes à creuser sans hésiter », nous expliquaient récemment Gaëtan Bille (Willems Vérandas Crelan) et Grégory Habeaux (Wallonie-Bruxelles Veranclassic).

    « Les motos ont emprunté des itinéraires bis, des déviations,sans être constamment obligées de remonter et dépasser le peloton. On limite ainsi les risques. »  

    L’UCI, par la voix de son président Brian Cookson, annonce des mesures concrètes, bientôt mises en œuvre. Le travail entrepris par plusieurs experts du monde du vélo (dont l’ancien directeur de course du Tour Jean-François Pescheux) va en théorie déboucher sur une réduction du nombre de voitures en compétition et sur l’utilisation de motos plus légères.

    Pour rappel, c’est après avoir été percuté par une moto suiveuse qu’Antoine Demoitié avait perdu la vie.

    Article de E.C. source Sudinfo 

  • Avis de Décès Monsieur Antoine Demoitié de Nandrin Epoux de Astrid Collinge

    Avis décès Antoine Demoitié.png

    Domicilié à Nandrin (4550)
    Né à Rocourt (4000) le mardi 16 octobre 1990
    Décédé à Lille Cedex (59039, France) le lundi 28 mars 2016 à l'âge de 25 ans
    Epoux de Astrid Collinge

     

    Source info clic ici 

     

    deces.jpgEn mon Nom et au nom du Blog, nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Antoine Demoitié a été élève à l’école libre Saint-Martin de Nandrin

    St Martin AD Source Sudpresse.jpg

    Antoine Demoitié a été élève à l’école libre Saint-Martin de Nandrin où sa maman, Annick Résimont a fait toute sa carrière comme institutrice primaire. Elle est aujourd’hui retraitée. « En septembre dernier, juste avant son mariage », se souvient le directeur de l’établissement scolaire, jean-Claude Wilmes,il est revenu à l’école. Je crois que c’était pour relever un pari dans le cadre de l’enterrement de sa vie de garçon ». Le directeur en a profité pour le photographier avec les petits de l’école. L’image a été ensuite publiée sur le site internet de l’école. http://www.saintmartinnandrin.be/ecole/

    Article de  M-CL.G Source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/

  • Funérailles de Antoine Demoitié de Nandrin

    JlcC4Mm28a73I-gKKK7ZvNwQNF0@500x382.png

    Funérailles pas encore déterminées

     En hommage à Antoine, l’équipe Wanty-Groupe Gobert ne disputera pas les Trois Jours de La Panne, compétition qui débute aujourd’hui.

    Par ailleurs, la famille n’a pas encore communiqué les modalités des funérailles, les formalités pour le rapatriement de la dépouille depuis la France requérant un peu de temps

    Source info Sudpresse SÉBASTIEN CLOSE  http://journal.sudinfo.be/ 

  • Les amis d'Antoine Demoitié sont en deuil

    Meurisse F Source Sudpresse.JPG

    Nandrin pleure un de ses enfants.

    Le cycliste professionnel Antoine Demoitié (25 ans) a perdu la vie suite à une chute, dimanche, lors de la course Gand-Wevelgem.

    Il laisse derrière lui Astrid, son épouse, ses parents, trois frères et sœurs et de nombreux amis.

    Parmi les compagnons de route de toujours, il y a François Meurisse et Jérôme Demarteau, deux amis d'enfance, de son village, avec lesquels il a partagé de longues heures de selle lors de ses sorties d'entraînement sur les routes du Condroz qu'il appréciait tant.

    « Sa joie de vivre et son insouciance ont forgé d'inoubliables souvenirs », s'accorde à dire les deux potes.

    « J'étais un an plus jeune qu'Antoine, mais nous nous voyions presque chaque jour, à l'entraînement », continue Meurisse, lui aussi Nandrinois et ancien coéquipier à l'UC Seraing.

    «Comme ses parents avaient un mobilhome, nous partions régulièrement ensemble sur les courses. Lors des stages collectifs, nous partagions la même chambre.

    Et pendant l'hiver, nous nous aventurions avec son papa dans les bois, en VTT. Je me souviens de centaines d'anecdotes avec Antoine.

    Ainsi, en pleine canicule, nous sommes passés devant un étang. Ni une ni deux, Antoine a enlevé son casque, ses chaussures et a plongé, poursuivant les canards à la nage. Outre sa gentillesse et son sourire, je retiendrai éternellement son caractère aventurier, insouciant. »

    Car si François, 24 ans, a délaissé le cyclisme pour décrocher son diplôme universitaire en kinésithérapie, il a toujours conservé de forts liens avec son meilleur pote.

    « Grâce aux réseaux sociaux, à snapchat, … », sourit-il.

    « Et parfois, nous partions encore pour quelques kilomètres ensemble sur les routes.

    On habitait chacun d'un côté de la route du Condroz, et on se donnait toujours rendez-vous au même endroit, à l'Intermarché, à 17 heures.

    J'y suis retourné aujourd'hui(lisez hier) et je suis tombé en pleurs en me rendant compte que tout ça, c'était fini. »

    Même émotion du côté de Jérôme Demarteau, son ancien équipier au Pesant, en 2010. « Antoine m'a appris à rouler à vélo, m'a donné goût à la compétition », témoigne le natif de Nandrin, désormais installé à Marchin.

    « Travaillant comme étudiant dans l'entreprise de son papa, j'ai sympathisé avec Antoine. Il m'a convaincu de me lancer en compétition, et a fait de ma présence une condition à son transfert au Pesant.

    Avec Antoine, c'était impossible de se disputer, il avait toujours la banane. Je ne peux toujours pas y croire... »

    Article  de - MAXIME SEGERS source Sudpresse 

    Retrouvez d’autres témoignages dans la Meuse Huy-Waremme de ce mardi 29 mars.

  • Les articles SP sur Antoine Demoitié de Nandrin décédé des suites d'un dramatique accident

    antoine demoitié ,nandrin ,décès ,don d'organe ,nandrin ,accident ,Antoine Demoitié était donneur d'organes clic ici : il aurait déjà sauvé trois vies

    Décès de Antoine  Demoitié clic ici : les coureurs rendent hommage et appellent à une action contre les motards

     

    Décès de Antoine Demoitié clic ici : l’UCI est prête à coopérer pour enquêter sur les circonstances de l’accident

    Décès de Antoine Demoitié clic ici: encore combien d’accidents avant que l’UCI ne réagisse?

    Un commissaire UCI après le terrible accident d'Antoine Demoitié: «Personne ne prend le départ d'un Gand-Wevelgem l'esprit serein» 

    Le cycliste nandrinois Antoine Demoitié, clic ici , fauché en pleine course à Gand-Wevelgem, est décédé

     

    Gand-Wevelgem clic ici : le Nandrinois Antoine Demoitié est décédé

     

    D'autres articles sur Antoine parution sur le Blog depuis 5 ans 

    Rencontre avec Antoine Demoitié de Nandrin  clic ici et Gaëtan

    Antoine Demoitié de Nandrin clic ici « Fantastique de passer chez

    Notre Antoine Demoitié de Nandrin clic ici  11 ème à Nokere Koerse

    Le Nandrinois Antoine Demoitié a terminé clic ici 3e de la 1re

    Encore une victoire pour Antoine Demoitié -clic ici  Nandrin

    Notre Antoine Demoitié recalé! - clic ici Nandrin

    Antoine Demoitié n'arrête plus de gagner -clic ici  Nandrin

    Antoine Demoitié Nandrinois clic ici remporte le Tour du Finistère

    Article sur Cyclisme Revue de chez Sudinfo Blog 

    Adieu Antoine

    Des photos D'Antoine voir l'article 

     

    Des photos d'Antoine dans l'article clic ici 

     

  • Nandrin pleure ses enfants

    cc_hk_070001.jpg

    Aujourd'hui dur réveil sur Nandrin .

    Révolte ,stupeur , peine , tristesse , émotion , colère , et combien d'autres qualificatifs .....

    Sur une semaine , deux jeunes de notre village nous quittent en perdant la vie dans des circonstances tragiques .....

    Deux anciens élèves de Saint-Martin !!!

    Une dans l'attentat de la semaine passée,l'autre dans un triste accident dans le milieu sportif , qui était pour lui une passion.


    JlcC4Mm28a73I-gKKK7ZvNwQNF0@500x382.pngEn mon Nom et au nom du Blog, nous présentons nos plus sincères condoléances aux familles .

     

     

    Décés,attentat,demoitié ,antoine ,antoine demoitié ,accident ,courses ,attentat bruxelles ,école ,saint martin nandrin ,nandrin D'autres articles lié au décès de Antoine Demoitié Clic ici 

  • le Nandrinois Antoine Demoitié de 25 ans est décédé

    Antoine demoitié ,décédé ,nandrin,Gand-Wevelge, nandrinois ,antoine ,demoitié ,accident,vélo, courses ,Le cycliste nandrinois Antoine Demoitié, fauché en pleine course à Gand-Wevelgem, est décédé

    Le Nandrinois, 25 ans, est décédé à la clinique universitaire de Lille des conséquences d’une chute pendant Gand-Wevelgem. Une moto officielle de la course n’a pu éviter le grand espoir de la formation Wanty-Gobert. Le peloton est sous le choc, le cyclisme wallon plus particulièrement.

    Il laisse surtout une famille dans le désarroi dont sa jeune femme, Astrid, qu’il avait épousée l’automne dernier à Nandrin, son village natal. La mort en course est un drame qui terrorise les coureurs dès qu’ils montent sur leur machine. Elle relance le sujet sur la sécurité et sur le nombre de véhicules motorisés. Une enquête est ouverte par la gendarmerie française selon la procédure classique dès lors qu’il y a eu décès sur une route quand bien même il s’agissait d’une course cycliste.

    deces.jpgEn mon nom , au nom du Blog Nandrin Sudinfo, je présente nos sincères condoléances à la famille

     

    Cela s’est déroulé sur la partie française du parcours de Gand-Wevelgem, après 150 kilomètres, près du village de Sainte-Marie-Cappel. Grand animateur de l’échappée du Grand Prix de l’E3, vendredi, le Nandrinois Antoine Demoitié (25 ans) était au chaud, en milieu de peloton, lorsqu’il fut impliqué dans une chute comme quatre autres coureurs. Le puncheur de Wanty-Gobert eut à peine le temps de réagir qu’une moto officielle, de la fédération de surcroît, mais peu importe, n’a pu l’éviter.

    « Les quatre coureurs sont tombés devant la moto », rapporte un témoin, «  et la moto juste derrière, s’est littéralement couchée sur le coureur. »

    La malédiction, la fatalité, la malchance surtout, tout cela à la fois ont transformé cette chute et ses conséquences en catastrophe : le Liégeois a été transféré, d’urgence, au centre hospitalier régional universitaire de Lille où il est décédé dans la nuit de dimanche à lundi (information confirmée par la gendarmerie du Nord-Pas-de-Calais) alors que sa famille l’avait rejoint à son chevet.

    Les circonstances précises de l’accident restent à déterminer mais c’est la fatalité que retiennent les observateurs.

    « J’ai vu une lourde chute devant moi, je n’ai pu l’éviter, j’espère que tout va bien pour tout le monde », postait dimanche soir Mark Renshaw, de l’équipe Dimension Data sur les réseaux sociaux. Un autre que Demoitié aurait pu être là.

    La moto aurait pu passer à côté. Le Liégeois aurait pu tomber dans un fossé et se relever sans une séquelle.

    Mais voilà, c’était lui, ce jeune homme au visage d’ange dont le calme, l’intelligence et la sérénité avaient frappé tous les observateurs dès ses débuts, alors qu’il s’était rapidement distingué par une pointe de vitesse appréciable et un sens évident de la course.

    Source 

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

     

     

     

     

    Antoine demoitié ,décédé ,nandrin,Gand-Wevelge, nandrinois ,antoine ,demoitié ,accident,vélo, courses ,D'autres articles sur Antoine parution sur le Blog depuis 5 ans 

    Rencontre avec Antoine Demoitié de Nandrin et Gaëtan

    Antoine Demoitié de Nandrin « Fantastique de passer chez

    Notre Antoine Demoitié de Nandrin 11 ème à Nokere Koerse

    Le Nandrinois Antoine Demoitié a terminé 3e de la 1re

    Encore une victoire pour Antoine Demoitié - Nandrin

    Notre Antoine Demoitié recalé! - Nandrin

    Antoine Demoitié n'arrête plus de gagner - Nandrin

    Antoine Demoitié Nandrinois remporte le Tour du Finistère

    Article sur Cyclisme Revue de chez Sudinfo Blog 

    Adieu Antoine

    Des photos D'Antoine voir l'article 

     

    Des photos d'Antoine dans l'article clic ici 

     

     

  • Le Nandrinois Antoine Demoitié a terminé 3e de la 1re étape de l’Etoile de Bessèges, ce mercredi.

    Le Nandrinois Antoine Demoitié a terminé 3e de la 1re étape de l’Etoile de Bessèges, ce mercredi 3 février 2016 Source info Sudinfo en ligne 

    Le nouveau coureur de la formation Wanty - Groupe Gobert a échoué dans le sillage du Français Bryan Coquard, qui offre un premier succès à son équipe DirectEnergie, et le Belge Timothy Dupont.

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

  • Deux top 5 pour Demoitié de Nandrin

    aD.JPG

    LE NANDRINOIS S’EST ÉGALEMENT MONTRÉ À SON AVANTAGE

    Le Nandrinois Antoine Demoitié s’est également montré à son avantage lors des deux étapes du Tour de Wallonie qui se déroulaient en terres lié- geoises. Le sociétaire de la formation Wallonie-Bruxelles a en effet pris la cinquième place de l’étape samedi à Hannut et la quatrième ce dimanche à Bassenge.

    Deux résultats qui confirment son bon état de forme.

    «Il s’agit de mon quatrième top dix en quatre courses. Je suis assez content de mes sensations», commente-t-il.

    Mais le Nandrinois a pour objectif de décrocher une victoire d’étape sur ce Tour de Wallonie 2015.

    « Samedi, Terpstra était audessus du lot.

    J’étais vraiment dans le dur à la fin de l’étape et je n’aurais pas su donner plus pour ramener mon petit groupe de poursuite sur les deux hommes de tête. Ce dimanche, j’ai lancé mon sprint trop tard.


    J’ai d’ailleurs remonté de nombreux coureurs dans les cent derniers mètres et je viens buter à la quatrième place.

    J’étais dans le dur dans la dernière bosse de la journée, mais l’équipe m’a bien protégé. Cette quatrième place démontre que j’ai bien récupéré de mes efforts de ce samedi dans l’échappée matinale. »

    Antoine Demoitié occupe également la quatrième place du classement général à l’issue des deux premières journées de course avec 35’’ de retard sur le leader Niki Terpstra.

    Une position qu’il entend bien défendre. « Ce lundi, je vais me donner à 100 % pour tenter de conserver cette position au classement gé- néral.

    Je sais que l’arrivée à la Citadelle de Namur est sans doute trop difficile pour moi, mais je vais tenter d’y réaliser le meilleur résultat possible.»

    Source Sudpresse article de  C.W.

    Journal en PDF

     

    Lundi 27 Juil. 2015

    Lundi 27 Juil. 2015

  • Antoine Demoitié veut «s’accrocher aux meilleurs» le Nandrinois au National Dimanche

    Antoine demoitié.JPGSur la ligne de départ du Championnat de Belgique, Antoine Demoitié se retrouvera aux côtés des Tom Boonen ou Greg Van Avermaet. Pas de quoi effrayer le Nandrinois qui s’est déjà mesuré à ces grands noms mercredi, à Halle-Ingooigem, où il a terminé septième.

    «Je suis surtout content de mes sensations car je n’étais pas bien du tout dimanche dernier, à Fleurus où j’ai même dû abandonner », analyse-t-il. « Mercredi, j’ai été gêné par une chute.

    Sans cela, j’aurais peut-être pu viser la troisième ou quatrième place, donc je suis un peu déçu du résultat.»

    Arrivé vendredi à Tervuren avec son équipe, le coureur de Wallonie-Bruxelles reconnaîtra le parcours ce samedi.

    « Ce n’est cependant pas nécessaire », précise-t-il. « Dimanche, nous devrons effectuer 18 tours, assez pour le connaître.

    Apparemment, le circuit est vallonné, sans pour autant présenter de longues côtes. La distance ne me fait pas peur, car j’ai prolongé après certaines courses.

    Si je suis dans un bon jour, j’espère une course usante pour éliminer le plus de concurrents.»

    Sa formation pourrait bien miser sur lui en cas d’arrivée massive. « La tactique n’est pas encore définie.

    Sébastien Delfosse et Grégory Habeaux sont également en bonne forme.

    J’ai prouvé que j’étais capable de gagner, mais je ne pense quand même pas trop à un résultat.

    Je suis en tout cas motivé à bloc pour suivre les meilleurs le plus longtemps possible et on verra où je me situe », termine celui qui participera à son troisième National chez les professionnels.

    Source Sudpresse article de  MAXIME SEGERS

  • Antoine Demoitié de Nandrin s’impose à Charleville-Mézières

    ad.JPGAntoine Demoitié a décroché sa deuxième victoire de la saison ce dimanche. Le coureur Nandrinois de la formation Wallonie-Bruxelles s’est imposé à Charleville-Mézières à l’occasion de la dernière étape du Circuit des Ardennes.

    Un succès conquis au terme d’un sprint en légère montée très serré avec Baptiste Planckaert.

    «Je ne m’étais pas du tout rendu compte qu’il était si proche de moi.

    Je n’ai même pas un vélo d’avance.

    J’avais décidé de prendre la roue de Baptiste avant d’entamer mon sprint.

    Et cela m’a permis de gagner.» Ce succès est venu clôturer un excellent travail d’équipe.

    « Chaque coureur a donné tout ce qu’il pouvait. Nous avions placé deux hommes dans l’échappée avec Sé- bastien Delfosse et Julien Stassen.

    Nous sommes revenus sur eux à sept kilomètres du but. J’ai alors été vraiment bien protégé. La victoire était primordiale pour moi.

    Les sensations étaient meilleures ce dimanche que lors des premières étapes. »

    Antoine Demoitié vient dès lors couronner un début de saison réussi par cette victoire dans une épreuve de la catégorie 2.

    Il avait déjà décroché quelques belles places d’honneur, notamment une troisième place à La Marseillaise, une 2e à Handzame ou encore une 4e à Cholet alors qu’il avait déraillé dans le sprint.

    Il s’était aussi imposé lors de la kermesse pro de Wanzele.

    « Cela me rassure pour les prochaines échéances», commente le sociétaire de la formation Wallonie-Bruxelles. Des échéances qui arrivent déjà ce jeudi avec le GP de Denain. «Il s’agit de mon prochain objectif.

    Cette épreuve se termine souvent par un sprint sur une large chaussée. Mais beaucoup de sprinters se font généralement piéger en étant enfermé.

    J’espère que la chance sera avec moi.» Antoine Demoitié enchaînera alors ce week-end avec le Tour du Finistère dont il est le vainqueur en titre et le Tro Bro Léon. Trois courses 1.1 de la Coupe de France où il entend briller.

    «Je suis maintenant impatient de décrocher ma troisième victoire », conclut le Nandrinois.

     

    Source info Sudpresse article de  CÉDRIC WILLEMS

     

    Journal en PDF

    Mardi 14 Avr. 2015

    Mardi 14 Avr. 2015

  • Demoitié de Nandrin : « Ne plus être trop gentil »

    demoitié a.JPGVictorieux du Tour du Finistère en 2014, Antoine Demoitié n’a pas l’intention de se reposer sur ses lauriers. 
    «Je veux surtout être plus régulier dans les sprints », indique le coureur originaire de Nandrin (Condroz hutois) et formé par la filière wallonne. 
    «J’ai remporté quelques sprints massifs chez les jeunes, mais chez les professionnels, c’est une autre paire de manches.
     Je dois notamment m’améliorer dans la finition.
    D’ailleurs, mon entraînement hivernal a été basé sur la force et le sprint.
     Nous y travaillons au stage. 
    Je ne suis pas encore aussi performant qu’un coureur comme Jens Debusschere par exemple et ce, même si j’avais un train pour m’emmener dans les derniers kilomètres de course.
    Dès le début du mois de janvier, j’ai simulé un final avec un scooter et des équipiers devant moi.
    L’année passée, nous éprouvions des difficultés à bien nous positionner dans les cinq derniers kilomètres.
    Je peux me démarquer grâce à ma pointe de vitesse.
     Ma victoire au Tour du Finistère, c’était bien sûr super pour moi mais j’aurais aimé confirmer ce résultat. »
    Après ce succès, le jeune sprinter s’est plutôt fait discret, au point de ne plus pouvoir s’immiscer dans un top 10. 
    «Après avoir réalisé un bon championnat de Belgique, j’ai ressenti un gros coup de pompe, du fait que j’avais enchaîné les jours de course. 
    Nous en avons d’ailleurs discuté avec l’encadrement de l’équipe. 
    Il a été décidé que je roule à fond les deux premiers mois de cette saison avant de faire une coupure d’une dizaine de jours. 
    J’espère que cela me permettra d’avoir une bonne condition tout au long de l’année.
    Dès le début de la saison, je dois pouvoir m’affirmer.
     On m’a souvent dit que j’étais trop gentil,il faut que je sois capable de me frotter aux autres dans les sprints. »
     Antoine Demoitié entame sa troisième saison chez Wallonie-Bruxelles.
    DEMANDE EN MARIAGE
    «En fin de saison passée, j’ai eu une touche avec Bretagne-Séché.
    Cela ne s’est finalement pas concrétisé.
     Ça va me booster afin de démontrer que cette équipe continentale a eu tort de ne pas me prendre. 
    J’espère pouvoir gravir un échelon en fin de saison.
    Je veux améliorer mes résultats pour attirer les regards de certaines équipes.
     J’espère que la condition et la chance seront de mon côté. 
    J’ai travaillé pour en tout cas. » 
    Et si le Nandrinois s’est fixé des objectifs bien précis sur le plan sportif, il est désormais pleinement épanoui sur le plan privé. 
    «Mon mariage est d’ailleurs prévu en fin d’année, j’ai fait ma demande avant de partir en stage. » 
    De quoi lui donner des ailes. 
    Article de S.H pour La Meuse d'hier 19 janvier 2015

  • Le Nandrinois, Antoine Demoitié, s’est montré avant l’arrivée à Waremme de ce mardi

    demoitié 29 juillet.JPG

    Demoitié passe à l’offensive

    Waremme accueille l’arrivée de la quatrième étape du Tour de Wallonie ce mardi. 

    Un passage dans l’arrondissement qui motive nos trois régionaux, notamment Antoine Demoitié auteur d’une belle dixième place ce dimanche et présent dans l’échappée ce lundi.
     
    Florent Delfosse, Tom Dernies et Antoine Demoitié ont envie se montrer ce mardi à l’occasion du passage du Tour de Wallonie dans notre arrondissement.
    Le Nandrinois de la formation Wallonie-Bruxelles s’est déjà illustré ce dimanche en prenant la dixième place lors du sprint massif. 
    Il s’est aussi glissé dans l’échappée matinale hier à l’occasion de l’étape entre Somme-Leuze et Neufchâteau.
    «Il fallait absolument mettre quelqu’un de l’équipe devant », raconte Antoine Demoitié.
    «Il y a eu des attaques sans cesse dans la première heure de course. 
    J’ai finalement pu me glisser dans le groupe de tête. »
    Le Nandrinois n’a cependant pas pu suivre avec l’enchaînement des difficultés.
     «Je n’ai plus su tenir le rythme dans le Col du Saty, près de Bouillon. 
    Je me suis accroché et j’ai pu arriver avec le peloton. 
    Malheureusement, le sprint en côte était trop difficile pour moi.
     J’ai coincé à 300 mètres de la ligne. 
    Il faut dire que cela roulait vite dans les trois derniers kilomètres.
    » Il termine finalement 64e, à la dernière position du peloton.
    Après une bonne nuit de repos et de récupération, Antoine Demoitié entend bien à nouveau se montrer aujourd’hui à l’occasion du passage dans notre arrondissement.
    «Cela fait toujours plaisir de rouler sur ses routes d’entrainement.
    J’espère y réaliser un bon résultat.»
    Le parcours vallonné dans son milieu, mais surtout les quinze derniers kilomètres assez plats entre Villers-le- Bouillet et Waremme permettront certainement au Nandrinois de se mettre en évidence.
    «Le Mur d’Amay, qui est la dernière difficulté du jour, n’est pas si difficile que cela. 
    Mais il n’y aura pas beaucoup de moments de récupérations avant avec l’enchaînement des difficultés.
     Je pense qu’un gros groupe se disputera la victoire au sprint.
    Et j’espère parvenir à m’y distinguer.
    Les sensations sont bonnes. » Rendez-vous vers 16h30 sur la Chaussée Romaine à hauteur du terrain de football de l’IPES pour en avoir la confirmation.
     
     
    Article de CÉDRIC WILLEMS dans le journal La Meuse H-W du 29 juillet 2014 
     

    twdemoitié.JPG

     
     
  • Antoine Demoitié, Nandrinois, quatrième participation à l'épreuve au Triptyque des Monts et Châteaux

    ad.JPG

    Antoine Demotié et Florent Delfosse seront tous les deux au départ du Triptyque des Monts et Châteaux ce midi à Antoing.
    Les deux coureurs sont en forme en cette période et peuvent réaliser de bons résultats sur cette épreuve vallonnée.
    Nos deux régionaux veulent d’ailleurs briller sur les routes hennuyères, même s’ils ne bénéficient pas de la même expérience. Antoine Demoitié dispute pour la quatrième fois le Triptyque des Monts et Châteaux et y avait remporté une étape en 2012.
    Florent Delfosse découvre quant à lui l’épreuve. 
    CÉDRIC WILLEMS
    « J’espère ouvrir mon compteur de victoires »
    Antoine Demoitié tourne autour de la victoire depuis quelques semaines.
     Une situation qu’il avait déjà connue en début de saison 2012 avant de lever une première fois les bras  lors de la deuxième étape en ligne du Triptyque Ardennais à Vieux-Condé. 
    Il avait alors décroché une dizaine de succès cette année-là. 
    Le Nandrinois espère bien entendu pouvoir rééditer cette performance en 2014.
     «La forme est bonne pour l’instant. 
    Même si je n’ai pas disputé d’épreuve le week-end passé, je me suis bien entraîné avec Maxime Monfort et Jérôme Gilbert.
    J’espère pouvoir ouvrir mon compteur personnel ce week-end. 
    L’objectif de l’équipe est d’ailleurs de gagner des étapes », explique le sociétaire de la formation Wallonie- Bruxelles.
    Antoine Demoitié connaît bien les routes hennuyères empruntées par le Triptyque des Monts et Châteaux.
     Il dispute en effet cette épreuve pour la quatrième fois. «Toutes les étapes sont piégeuses.
     À la différence des courses professionnelles, cela va rouler fort toute la journée ici.
     Il ne faut donc pas rester trop longtemps en cul de peloton pour éviter les chutes et les coups de bordure si le vent est de la partie. »
    La journée la plus éprouvante pour les coureurs est prévue samedi avec un contre-la-montre individuel le matin et une étape en ligne l’après-midi.
    C’est d’ailleurs ce jour-là que le Nandrinois s’était imposé.
    «C’est une longue et difficile journée pour nous. 
    Nous devons nous lever plus tôt que d’habitude pour manger et pouvoir rouler une heure avant de s’échauffer pour le chrono. 
    Il faut aussi arriver à se remotiver après le contre-la-montre du matin.
    En plus, l‘étape de l’aprèsmidi qui arrive au Mont de l’Enclus est piégeuse. 
    Il peut y avoir des écarts même si la bosse n’est pas trop longue. Avec mon explosivité, je suis capable de m’y imposer. 
    En fait, les trois étapes en ligne me conviennent », commente Antoine Demoitié. 
    Il ne lui reste plus maintenant qu’à devancer la concurrence, toujours assez relevée lors de cette épreuve. l
  • Que font nos coureurs de Nandrin (Antoine Demoitié) durant l’intersaison ?

    da.JPGTrois jours de team building à Durbuy
     
    Antoine Demoitié passe une intersaison riche en événements. 
    Après une coupure de quelques semaines, le Nandrinois a repris les entrainements début novembre. 
    Avant une semaine de stage individuel à Malaga en Espagne début décembre, il a retrouvé ses coéquipiers de Wallonie-Bruxelles pour trois jours de team building à Durbuy Adventure.
    « Nous y avons passé trois jours pour rassembler le groupe. 
    Différentes activités étaient organisées, comme une balade en quad d’un peu moins de 2h. 
    Nous avons découvert un beau coin et c’était assez ludique.
    La spéléologie et le parcours aventure étaient bien aussi.
     On était suspendu à 50 mètres du sol et on devait s’assurer nous-mêmes. »
    Il enchaine maintenant les entrainements en Belgique, avec des coureurs professionnels comme Maxime Monfort et Jérôme Gilbert. Et si le temps se dégrade début janvier, Antoine Demoitié retournera quelques jours à Malaga avant de prendre la direction de Calpe
    pour un stage avec toute son équipe du 11 au 20 janvier. 
    Article de CÉDRIC WILLEMS pour le journal La Meuse du 28 décembre 2013

  • Encore une victoire pour Antoine Demoitié

    7743254414_14835f5bc8.jpgNotre Nandrinois Antoine Demoitié remporte sa 7ième victoire pour  hier à Grobbendonk .

    Le dimanche 12 août 2012 il sera au  Championnat d'Europe de la catégorie avec la sélection nationale à Goes Pays-Bas.

    info via http://www.kempenactueel.be/

    Voir les photos sur le site Clic ici 

    Photos de Kurt vermeerbergen

  • le Nandrinois Antoine Demoitié parmi les favoris de la Flèche ardennaise

    Ademoitier.JPG
    La Flèche ardennaise, qui se dispute ce dimanche du côté du Plateau de Herve, outre le fait qu’elle servira à établir le classement de la Top Competition, est également un bon baromètre. En pleine forme, le Nandrinois Antoine Demoitié constitue une grande chance de succès liégeois.
    Cette épreuve, même si elle s’avère plus “ light ” cette année, avec notamment l’ablation de la Haute Levée, sourit rarement à un coureur qui “ débarque ”. Pourtant,aussi étonnant que cela puisse paraître, le jeune Boris Vallée pourrait être celui-là...Boris Vallée peut-il succéder à Zico Waeytens au palmarès de la Flèche ardennaise, dimanche, au terme des 178 kilomètres qui constitue ce monument du cyclisme liégeois? Voilà une question qui laisse beaucoup de monde sans voix.

    Aussi confiant que déterminé, le gamin de Thimister aura quand même du boulot. Et de nombreux candidats à sortir de sa roue, dont son équipier Antoine Demoitié, absolument énorme depuis le début de la saison. Le Nandrinois, facile sur les bosses et habile dans les sprints, est le candidat idéal et l’un des grands favoris.

    Voir itineraire 

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif