actu des co733 signatures pour la fermeture de tihange 2mmunes v

  • 733 signatures pour la fermeture de Tihange 2

    Actu des co733 signatures pour la fermeture de Tihange 2mmunes voisines

    L’Amaytois Alain Vincent veut mobiliser

    Alain Vincent, membre de la locale Ecolo d’Amay, a lancé sa pétition il y a une dizaine de jours.
     Il réclame l’arrêt définitif et d’urgence des réacteurs de Tihange 2 et Doel 3.
     Il est inquiet par les nouveaux problèmes de micro-fissures décelés dans la cuve de Tihange 2 : « Les autorités belges n’ont pas respecté le principe de précaution et ont préféré défendre les intérêts financiers d’Electrabel plutôt que de garantir notre sécurité ».
     Ce jeudi, 733 personnes avaient signé la pétition en ligne.
     
    Le nucléaire, Alain Vincent a toujours été contre, il ne s’en cache pas. 
    C’est pourtant la première fois qu’il décide de mener une action pour tenter de sensibiliser la population.
    « Je pense que c’était le bon moment,affirme l’Amaytois.
     Il y a eu les anniversaires des terribles accidents de Tchernobyl et Fukushima et puis ce problème de microfissures qui a ramené les centrales de Tihange 2 et Doel 3 audevant de l’actualité.
    À la veille des élections, je me suis dit que c’était le bon moment pour agir, même si je reste réaliste et que je n’attends pas monts et merveilles de cette pétition ».
    Ce jeudi, 733 personnes l’avaient signée. 
    « Ce n’est pas un raz-de-marée, mais c’est tout de même un bon score » affirme l’Ecolo.
     La plupart des signataires sont Belges et originaires de la région hutoise, on compte cependant aussi de nombreux Français et même certains signataires de Polynésie française : « C’est vrai que le nucléaire n’inquiète pas forcément plus à Tihange
    ou à Ampsin qu’ailleurs. 
    À force de côtoyer les centrales, on s’y est habitué, un peu comme on s’habitue au danger. Pourtant, les avoir construites comme vouloir les prolonger est une erreur. 
    La preuve encore avec ce problème de micro-fissures. 
    Les experts ne semblent pas vraiment savoir quel est le problème. Le saura-ton un jour d’ailleurs ? J’espère que ce n’est pas une catastrophe qui nous le révélera ».
    Le fait que la centrale de Tihange soit un gros pourvoyeur d’emplois dans la région explique aussi peut-être le relatif désintérêt des « voisins » des tours tihangeoises pour la pétition de l’Amaytois. « C’est vrai que cette donnée peut jouer, admet Alain Vincent, mais les centrales ne vont pas fermer du jour au lendemain.
     Il faudra de la main-d’oeuvre pour les démanteler et pour assainir le site.
    D’autre part, les autres filières énergétiques sont aussi génératrices d’emplois, ce n’est pas négligeable ».
    Alain Vincent compte envoyer sa pétition à la ministre de l’intérieur Joëlle Milquet juste avant les élections du 25 mai. « Il faut que le Gouvernement manifeste clairement sa volonté d’arrêter les centrales nucléaires, affirme Alain Vincent.
    Si ce signal est lancé, les investisseurs oseront se tourner vers d’autres énergies alternatives, comme l’éolien ou le solaire, mais aussi la géothermie ». 
     
    Article de AURÉLIE BOUCHA dans le journal La Meuse H-W du 2 mai 2014 
     
    Le couvercle de la cuve de Tihange 3 remplacé
     
    Le réacteur de l’unité de Tihange 3 sera mis à l’arrêt durant quelques mois l’année prochaine.
     Une révision décennale est prévue.
     Electrabel profitera également de cet arrêt pour remplacer le couvercle de la cuve du réacteur de Tihange 3. Il s’agit du premier changement de ce type à la centrale nucléaire de Tihange. 
    « C’est la première fois que le couvercle sera remplacé », commente Serge Dauby, le porte-parole d’Electrabel pour la centrale nucléaire de Tihange. 
    «Nous profitons pour cela de la révision décennale qui nécessite de toute façon un arrêt plus long du réacteur. 
    L’entretien est, en effet, plus poussé tous les dix et nous y remplaçons également plus de pièces que lors des révisions normales ».
    Le but de ce remplacement de couvercle est bien entendu d’améliorer la sécurité du site. 
    «Les technologies ont évolué et nous allons profiter de techniques qui n’existaient pas il y a 10-20 ou 30 ans. 
    Nous allons donc accroître la sûreté et la protection de Tihange 3 en changeant le couvercle qui vient refermer la cuve du réacteur. 
    La sécurité est notre priorité numéro un », explique Serge Dauby.
    Étant donné la modification des installations, l’information aux citoyens est nécessaire. 
    Une enquête publique vient donc de débuter à l’administration communale de Marchin et devrait bientôt s’ouvrir dans d’autres communes.
     À Marchin, le dossier est consultable jusqu’au 3 juin au service environnement de l’administration communale. 
    Article C.W. pour le la Meuse H-w du 2 mai 2014