a étouffé sa compagne

  • un Nandrinois , a étouffé sa compagne avec un sac plastique

    m.jpgJonathan, un jeune (27)cuisinier, originaire de Nandrin, comparaissait hier devant le tribunal correctionnel de Huy. 
    Il était accusé de faits extrêmement graves.
     Il a avoué avoir séquestré et torturé sa petite amie, Clémentine, pendant plus de 15h. 
    Menottée au radiateur,la jeune fille a été piquée sur tout le corps avec un couteau,battue.
     Jonathan l’a aussi étouffée à plusieurs reprises avec un sac en plastique et un coussin.
    Jonathan est un jeune homme qui présente bien.
     À 27 ans, ce Nandrinois est cuisinier dans un restaurant hutois,il a un appartement et mène sa vie tranquillement.
    Mais ça n’a pas toujours été le cas. Hyperkinétique, le jeune homme a des troubles du comportement.
    Et pour ne rien arranger, il prend de la cocaïne. 
     Au moment où il  rencontre la jeune Clémentine, il était hors de la réalité selon ses dires.
     Au début, tout se  passe bien pour le jeune couple.
    Et puis, le matin du 27 juillet, tout dérape.
     Clémentine se réveille après une soirée de fête.
    Elle  prend une douche et au moment où elle sort de la salle de bain, sa vie bascule dans l’horreur.
    Son petit ami la  frappe, lui tend une paire  de menottes et lui ordonne de s’attacher au radiateur.
    Son calvaire vadurer plus  de quinze heures.
    Pendant ce temps-là, la jeune fille va rester immobilisée, à la merci des délires de son petit  ami.
     Et ce qu’il va lui faire subir est innommable. 
    À de nombreuses,il l’étouffe avec un sac en plastique ou avec un coussin.
    À l’aide d’un couteau,il lui pique le corps un peu partout des dizaines et des  dizaines de fois. 
    À tout moment,il lui lance des objets, une chaise, des piles.
    “Je ne savais plus ce que je faisais.
     Je prenais 10 à 12g de cocaïne tous les jours.
    J’avais conscience que ce que je faisais était mal,mais je n’arrivais pas à m’arrêter ”, explique Jonathan.
    Au bout de plusieurs heures de torture, de séquestration, Jonathan finit par s’endormir et Clémentine réussit à s’emparer des clés pour se libérer et fuir la maison de son petit ami.
     “Ce jour-là, je n’avais pas dormi depuis 72h.
    J’ai des problèmes mentaux, j’en suis conscient et je me suis pris en main”.
    La jeune femme se rend aussi tôt à la police et dépose plainte. 
    Aussitôt, Jonathan est placé sous mandat d’arrêt et relâché sous conditions quelques jours plus tard.“
    Je suis retourné en détention préventive au bout de quelques mois.
    J’étais toujours dans cette spirale auto destructrice.
     La prison a été bénéfique finalement.
    Après ça je  suis allé en désintoxication à Lierneux.
    Je m’en remets maintenant  et je ne recommencerai plus ”. article de N.B.La Meuse Huy Waremme du 29 novembre 2012