aéros

  • Nandrinois : Attention un nouveau phénomène en Belgique "Aéro-héros"

    Aéro-héros, le nouveau jeu dangereux qui brûle la peau.

    « Je suis un héros, je peux résister à la douleur plus longtemps que n’importe qui », telle est la devise du nouveau jeu dangereux « Aéro-héros ».

    Le scénario est toujours le même. Les adolescents entre 11 et 15 ans prennent un aérosol, comme de la laque ou un déodorant, et placent son petit orifice à un centimètre de leur peau. Ils appuient ensuite pour actionner le spray.

    Sous la brume froide, leur peau devient blanche et brûle. Les jeunes grimacent de douleur. Leur but est alors de tenir le plus longtemps possible pour montrer leur résistance. Certains filment leur « exploit » et le publient sur Youtube.

    Ce jeu est apparu en France en mars. Face au succès des vidéos, il arrive doucement mais sûrement dans les plaines de jeu et les mouvements de jeunesse de notre pays.

    DE GROSSES CICATRICES

    Sur les réseaux sociaux, de nombreux jeunes responsables de la surveillance d’enfants tirent la sonnette d’alarme.

    « Les plus grands de ma plaine regardaient les défis Aéro-héros sur leur GSM… Ils avaient tous un déodorant en main… Ils voulaient faire pareil…

    On est intervenu juste à temps, faites attention !!! », met en garde Julien, un moniteur de plaine de la région du Centre, sur Facebook. Pharmaciens et médecins généralistes confirment avoir traité plusieurs cas de brûlure dus au « Aéro-héros ».

    Et le nombre de patients a augmenté depuis début juillet.

    « Cela fait six mois que nous recevons des jeunes qui tentent l’expérience.

    Le gaz propulseur, en se dé- compressant, devient froid et provoque une gelure, une brûlure généralement au deuxième degré.

    La gravité de la blessure dépendra du temps de jeu et de la nature de la peau. Une peau noire a, par exemple, plus de mal à cicatriser qu’une de type blanc. La gelure va provoquer un blanchiment de la peau. Des cloches, des plaies, des cicatrices, voire même une infection, peuvent ensuite survenir.

    La gelure peut également engendrer une plaque pigmentaire, soit une tache brune sur le derme qui restera à vie », explique le Dr Dominique Tennstedt, dermatologue et ancien chef du service dermatologie des Cliniques universitaires Saint-Luc.

    « Les jeunes ciblent surtout des endroits atteignables comme les cuisses et les bras. Sur certaines parties du corps, le jeu peut être encore plus dangereux.

    Un exemple… Les doigts, leurs nerfs peuvent être gelés par le gaz de l’aérosol et cela peut impliquer une perte de sensibilité sur le long terme ».

    Si vous êtes témoin de ce jeu, il faut le stopper au plus vite. Vous pouvez ensuite amener votre enfant chez un pharmacien ou un médecin.

    Il désinfectera la plaie et/ou vous fournira une crème antibiotique.

    LE PIRE, LES INHALATIONS

    Les médecins craignent qu’avec le « Aéro-héros » un ancien jeu dangereux refasse surface. Il consiste à vaporiser du déo sur un chiffon, puis de le coller sur le visage et de respirer. Cela provoque un état d’ébriété.

    Une dizaine de Français ont perdu la vie en 2014.

    Leur mort faisait suite à un manque d’oxygène.

    Avec le gaz de l’aérosol, l’oxygène n’arrive plus au cerveau et aux muscles.

    Cela provoque un arrêt cardiaque.

     ALISON VL

    1147395687.25.JPG