3 d

  • Les plans 3D de la nouvelle administration de Nandrin

    1678637938_B978495734Z.1_20160426113450_000_GHG6LP0BG.2-0.jpg

    Voici le projet groupé commune et CPAS

    Une nouvelle aile serait ainsi construite à la place du bâtiment central. L’enquête publique a démarré

    Les plans 3D de la nouvelle administration de Nandrin, regroupant commune et CPAS, sont désormais accessibles. Ils illustrent l’enquête publique qui vient de prendre cours. L’architecte tinlotois, John Wery, qui avait modernisé le bâtiment Musin, a imaginé une aile peu énergivore et fonctionnelle. Le conseil communal devra se prononcer lundi prochain.

     

    Le dossier d’une nouvelle administration, place Ovide Musin, était passé sur la table du Conseil en 2013, au moment de l’affectation du subside régional (plus de 300.000 €) du ministre Furlan.

    Deux ans et demi plus tard, le projet est prêt à sortir de terre. Reste au conseil communal à se prononcer, pour ou contre, le marché des travaux, les conditions et le mode de passation.

    Ce sera l’objet d’un débat au prochain Conseil, fixé lundi prochain. L’architecte désigné à l’issue d’un concours, John Wery, a fourni les croquis 3D. Un bâtiment moderne de 900 m2 qui regroupe les services de la commune et du CPAS.

    « J’ai travaillé dans une optique d’économies d’échelle et de recentrage des fonctions vitales de l’administration.

    Une pompe à chaleur et des panneaux photovolataïques rendent le bâtiment énergétiquement performant et agréable, été comme hiver.

    L’isolation est également importante », décrit John Wery, qui avait déjà été mandaté pour repenser et rénover le bloc Musin.

    Côté habillage, le Tinlotois (de Ramelot) a opté pour un mélange de pierre, de bois et de baies vitrées. « La place de Nandrin comporte déjà une tour classée, une ferme, une église, le bâtiment Musin, donc beaucoup d’édifices imposants. Il fallait donc concevoir une structure qui montre la stature de la commune car l’administration reste un point central.

    J’ai choisi la pierre, noble et locale, et des bardages en cèdre ajourés pour les éléments de jonction qui donnent un caractère plus léger à l’ensemble. » A l’intérieur, on retrouve un accueil commun CPAS-commune d’où les citoyens sont aiguillés vers les diffé- rents services. Le CPAS prend place au rez-de-chaussée, la salle des mariages et du Conseil aussi.

    Cette dernière est ouverte à l’arrière sur la nature et dispose de grandes baies vitrées. Equipée de faux plafonds acoustiques, elle peut aussi accueillir des expositions temporaires ou de petites réceptions.

    Le premier étage abrite le secrétariat communal, le bureau du directeur général, la salle du collège en connexion avec le bureau du bourgmestre, une salle de réunion. Le deuxième étage, dans la « tour » en pierre, est quant à lui consacré au service financier.

    « En fait, les services publics les plus fréquentés sont concentrés en bas : plus on monte, moins le public est censé monter », indique l’architecte. Un passage est prévu entre le nouveau bâtiment et la bâtisse Musin, au premier étage. L’ensemble est accessible aux personnes à mobilité réduite (rampes, ascenseur). Notons qu’un bureau de Poste indépendant est intégré au rez-de-chaussée (celui de la rue de la Gendarmerie fermant).

    Pour le bourgmestre PS Michel Lemmens, regrouper commune et CPAS engendrera de grosses économies.

    « Le bâtiment où se trouve mon bureau est une catastrophe énergétique et structurelle car plein de pièces sont inexploitables.

    Il date de 1958 et la tour s’écarte du bâtiment. Il est plus intéressant de raser et de reconstruire », déclare-t-il.

    Les chassis n’avaient-ils pas été changés récemment ?

    « Nous avions effectivement eu un subside UREBA il y a 5 ou 6 ans pour remplacer les fenêtres et la porte d’entrée.

    L’investissement est à présent amorti et la nouvelle administration nous fera économiser 10.000 € de chauffage par an.

    Si on y ajoute les gains électrique, informatique et de personnel (un temps plein et demi, sans lincencier personne), cela monte à 86.000 € d’économies annuelles. » Coût de l’investissement : 1,9 million d’ €, dont 370.000 € de subsides assurés.

    « Nous espérons lancer les travaux pour septembre ou le printemps 2017. » L’enquête publique sur l’aspect urbanistique du projet court jusqu’au 9 mai. Une réunion d’information est organisée le 3 mai à 20h dans la salle du Conseil.

    Article de ANNICK GOVAERS source Sudinfo http://journal.sudinfo.be/

    L’article complet et les réactions dans La Meuse Huy-Waremme de ce mardi.

    1832075358_B978495734Z.1_20160426113450_000_GHG6LP0G2.1-0.jpg

    AdmNNew.jpg

    994414_787522324596279_463961643_n.jpg