2013 risque d’être une année sans été

  • 2013 risque d’être une année sans été

    2013 risque d’être une année sans étéPrintemps pourri, été pourri ?
    Alors que le printemps est déjà considéré comme l’un des plus frais et des plus maussades de ces 30 dernières années, l’actualisation des prévisions saisonnières laisse peu d’espoir d’avoir un été digne de ce nom. 
    Le spectre d’une« année sans été » semble plausible sur l’Europe de l’ouest.
    L’affirmation est sérieuse et lancée par le site français « la chaîne météo.com ». «Après avoir connu un hiver froid et long, l’Europe de l’ouest s’apprête-t-elle à subir un été frais et humide ? Il semblerait désormais que ce soit un scénario probable à 70 %», écrit la chaîne.
    «L’élaboration de nos prévisions saisonnières est basée notamment sur l’analyse des principaux modèles numériques (européen et américain en particulier), dont les résultats ne sont pas optimistes : certains calculs envisagent la persistance d’une anomalie froide pendant les 3 mois de l’été (juin, juillet, août) conjuguée à des précipitations excédentaires.
    Certes, il s’agit d’une moyenne trimestrielle qui ne permet pas de mettre en évidence quelques pics de chaleur ponctuels, mais la tendance serait celle d’un été pourri.»
    Si vous n’êtes pas encore groggy, la chaîne en remet une couche : «En regardant ce qui s’est passé lors des années où les printemps étaient maussades, on constate qu’à plus de 80 %, ils étaient suivis d’été frais et humides.
     Dans les années 1960, puis 2000, aucun printemps « pourri »
    n’a été suivi d’un bel été. Dans les décennies 1970, 80 et 90, on trouve trois exceptions : 1975, 1983 et 1995,où les étés furent très chauds mais aussi orageux. 
    Seule l’année 1983 est l’exception qui confirme la règle,avec un mois comparable à celui que nous connaissons, suivi d’un mois de juillet caniculaire.»
    L’IRM N’EST PAS D’ACCORD
    Bon, l’espoir n’est pas tout à fait inexistant alors ? À l’Institut royal de météorologie (IRM), on se montre sceptique quant à l’annonce du site français. «Les prévisions à plus d’un mois se révèlent toujours incorrectes», contre-attaque Marc Van Diepenbeek, climatologue à l’IRM.
    «Il y a trois ans, on nous prédisait un hiver de la mort et on a juste eu une pointe en février.
     L’Europe est trop sujette à des changements de masses d’air pour se lancer dans de telles prévisions qui peuvent avoir du sens ailleurs sur la planète. »
    Pour les prévisions immédiates,l’IRM prévoit une remontée des températures vers les normales saisonnières, mais encore une semaine très pluvieuse.
     Le prochain week-end devrait être plus sec.

    Article écrit par D.SW. pour le Journal La Meuse 27 mai 2013