108 panneaux sur 3 kilomètres

  • 108 panneaux sur 3 kilomètres

    12 septar1.JPGLe tronçon entre le rond-point des Quatre-Bras et la rue des Martyrs est-il surchargé ?

    Une centaine de panneaux de signalisation sur trois kilomètres, est-ce trop ?
     Un conseiller nandrinois a posé la question mardi soir.
     Nous avons testé le fameux tronçon : beaucoup de marquages au sol, de panneaux de signalisation dont un inutile, et des automobilistes qui ne respectent pas toujours la priorité.
     Le collège se laisse l’hiver pour dégager des pistes de solution.
    La question a été soulevée par le conseiller de l’opposition « Pour Nandrin », Bogdan Piotrowski,lors du conseil communal de mardi soir.

    Le Nandrinois avait comptabilisé 130 panneaux de signalisation entre le rond-point des Vaches et la fin de la rue des Martyrs (au carrefour avec les rues Faftu et de Berleur), soit une portion d’environ 3 kilomètres.

    «Pourquoi il y en a-t-il autant ?

    Quand il y a trop de panneaux, cela peut devenir contre-productif et même dangereux.

     L’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) en parle sur son site. Il serait judicieux de faire revenir en arrière, du temps où il y avait moins de panneaux», a-t-il déclaré.
    Interpellés, nous avons nous aussi compté les panneaux de signalisation, rues de Nandrin, de la Gendarmerie, Sylvain Gouverneur, place A. Botty, rues d’Esneux et des Martyrs. 
    Nous en avons dénombré 108 dans les deux sens, ne prenant en compte que les plus importants.

     Un calcul que le bourgmestre a lui aussi mené de son côté.
    «Je suis passé aujourd’hui pour me faire une idée.
    Moi, ça ne me semble pas excessif. 
    Ce nombre de signalisations s’explique par la présence de rétrécissements de chaussée. 

    Chacun s’accompagnant de trois panneaux dans chaque sens, ça grimpe vite.
    Plus les priorités de droite, les rappels de limitation de vitesse à 50 km/h, les interdictions de stationner...»
    Nous avons aussi remarqué une plaque annonçant un passage pour piétons... qui n’existe pas.

    «C’est possible, le passage n’aurait pas encore été refait après un entretien routier », répond Michel Lemmens. 

    Plus que le nombre de panneaux de signalisation, c’est l’aménagement même desdites chaussées qui interpelle le mayeur.
    « L’objectif de départ était de limiter la vitesse, or on constate qu’elle augmente entre les îlots...

    Certains conducteurs ne comprennent pas non plus le sens des panneaux et foncent car ils pensent avoir la priorité.
    Ce qui est accidentogène.
    On a reçu beaucoup de plaintes.
    Une réflexion est en cours, elle se poursuivra jusqu’à la fin de l’hiver. » 

    Article de ANNICK GOVAERS pour le journal La Meuse du 12 septembre 2013 plus vidéo de ANNICK GOVAERS sur le site La Meuse Huy Waremme en ligne 
    12 septart2.JPG

     


    Nandrin: 108 panneaux de signalisation sur 3... par sudpresse