Social

  • Guy Mottet de Nandrin et le Centre de Réadaptation au Travail sont sous le choc il faut aider Bryan

    Le 8 avril dernier, un terrible accident est survenu au cœur de Tokyo, au Japon. Bryan Verschelde, un Liégeois de 27 ans, a été percuté par un camion alors qu’il réalisait son rêve : visiter cette capitale asiatique emblématique. Malvoyant de naissance, il était accompagné de trois de ses amis quand le drame s’est déroulé, le veille de son retour pour la Belgique (cf. encart ci-dessous).

    «  Aujourd’hui, Bryan est toujours dans le coma artificiel  », indique l’un de ses meilleurs amis, Aurélien Calcavecchia. «  Son frère Anthony est parti le rejoindre sur place mais nous ne l’embêtons pas en permanence pour avoir des nouvelles car il a énormément de choses à faire… On ne veut pas lui mettre la pression. Nous savons juste que les médecins réduisent les doses petit à petit afin qu’il se réveille doucement, dans une petite semaine environ. Pour l’après, on ne sait rien. Il a tout de même été touché à la tête donc on ignore quelles seront les potentielles séquelles.  »

    Autant dire que la nouvelle de l’accident a fait l’effet d’une bombe auprès des proches des deux frères, tous deux malvoyants de naissance. Au sein du Centre de Réadaptation au Travail (CRT) de Tinlot, c’est le choc. «  Je les ai eus tous les deux comme élèves. Je n’y crois pas encore. C’est un rêve de gamin qui tourne au cauchemar  », introduit Guy Mottet, l’un de formateurs, très proche de deux frères et fort ému. «  Il y a quelques mois à peine que Bryan est parti. Il avait trouvé un travail, tout comme Anthony d’ailleurs, au sein d’un poste administratif de la police de Bruxelles  », poursuit-il.

    Et si l’émotion est si forte au sein de ce centre de formation et de réinsertion socioprofessionnelle pour adultes porteurs d’un handicap, c’est que les deux garçons ont marqué les esprits de tous. «  Ils ont appris à surmonter leur handicap de manière autonome, à se prendre en charge individuellement. Ils sont fort proches l’un de l’autre.  »

    Une ténacité et une volonté de vouloir vivre comme tout le monde qui a permis à Bryan de se débrouiller, jour après jour. «  Au départ, il avait une timidité un peu liée à son handicap sans doute mais, quand il s’est libéré, c’est un boute-en-train abominable ! Notre rôle est d’aider les personnes à trouver un travail et développer le meilleur d’eux-mêmes. Bryan a vraiment beaucoup à offrir : de grandes qualités professionnelles, du sérieux, de la ponctualité, de l’intelligence… Une fois qu’on le rencontre, on est marqué à vie !  »

    guyblog.JPGrécolter de l’argent

    Face au drame qui touche la famille, les membres et résidents du CRT ne comptent pas rester les bras croisés. L’accident n’étant pas pris en charge par la mutuelle, les soins et frais médicaux qui lui sont demandés sont abominables. On parle de plus de 100.000 euros. Sans compter le voyage d’Anthony, qui s’est rendu au chevet de son frère, à Tokyo.

    «  Je reçois des appels de toutes parts pour savoir comment on pourrait leur venir en aide. Vendre des gaufres ou des lasagnes, cela ne suffit pas… On va organiser quelque chose autour de cet engouement.   Il n’y a jamais de problèmes, mais plein de solutions, il faut juste savoir choisir la bonne et l’on va très vite trouver ce qu’il faut  », conclut Guy Mottet. Il évoque, pourquoi pas, l’idée de faire appel aux « Héros du gazon », de la RTBF, en clin d’œil aux deux frères, passionnés de football.

  • La construction de 8 logements sociaux approuvée à Nandrin

    JP.JPGLe dossier tant attendu relatif à la création de huit logements sociaux à Fraineux, dont un logement de transit, a encore été débattu de manière vigoureuse ce lundi soir lors du conseil communal de Nandrin.

    En juin dernier le conseil communal avait rejeté le projet de bail emphytéotique car l’implantation du bâtiment dépassait le périmètre initial ; une situation rendue possible par le vote négatif de Muriel Brandt, alors conseillère communale dans la majorité.

    «  On n’est pas contre cette construction, au contraire. Mais il ne faut pas qu’on touche au parc du Pery, ça doit rester un poumon vert, Fraineux n’a rien d’autre que ce parc. Nous avions proposé de revenir au projet initial qui prévoyait la construction de ce bâtiment sur le verger uniquement sans que cela n’empiète sur le parc », explique le conseiller de l’opposition Marc Evrard.

    La salle était d’ailleurs comble de Nandrinois directement impactés par la construction de ce bâtiment. «  Quand on a fait construire nos maisons, on a tous dû respecter des normes comme construire à 10m du trottoir, respecter une certaine hauteur etc. Et on a l’impression d’être pris pour des ânes.

    Vu que la commune ne compte nullement respecter ces normes, ça va directement avoir des conséquences pour chacun d’entre nous. Ça dénature clairement le quartier. Et que dire du parc… C’est vraiment n’importe quoi », réagit, dépité, un citoyen venu spécialement pour ce point du conseil.

    Daniel Pollain, premier échevin et porteur du projet, a présenté les détails de la constitution de ce droit emphytéotique et de la construction de ces 8 logements sociaux. «  Il n’y a pas de craintes à avoir, quant à l’augmentation du nombre de logements prévus, ce sera interdit. Et cette construction est prévue sur une superficie de 3.690m², soit le double », explique-t-il.

    La majorité pensant que doubler la superficie du projet permettrait de trouver un accord avec l’opposition. Le droit d’emphytéose est prévu pour une durée de 55 ans vu le montant conséquent de l’investissement (672.000 euros de la Région wallonne et 147.000 euros de Meuse Condroz Logement).

    Au moment de passer au vote, Muriel Brandt a tenu à motiver sa décision de voter pour la réalisation de ce projet tel que présenté ce lundi soir. «  Cette résidence services pourra protéger ce poumon vert, qu’est le parc du Pery. On a besoin de ces logements, il ne faut pas être égoïste  », motive-t-elle. Des dires qui ont directement fait réagir les citoyens présents. «  C’est une hypocrite. Maintenant qu’elle a eu ce qu’elle voulait vu qu’elle est présidente du CPAS, elle se moque de nous », entend-on dans le public.

    Néanmoins, malgré les réticences de l’opposition et des personnes présentes, le collège a bon espoir en ce projet qui est passé avec 9 voix contre 7.

     

    Article de CyC source Sudinfo

    Pas d’étude de parc Cpas ,clic ici Perry de Nandrin

    Nandrin clic ici  « Gardons le parc du CPAS ! »

    Le projet de logements publics clic ici refusé lors du Conseil Communal de Nandrin

    Logements sociaux rejetés à Nandrin:clic ici  la conseillère de majorité Murielle Brandt se retourne contre son groupe

    Fin du blocage à Nandrin:clic ici la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Nandrin clic ici Le permis pour les logements sociaux est accordé

    Nandrin clic ici 8 habitations sociales rue Tige des Saules

    ENQUÊTE PUBLIQUE clic ici Permis d’urbanisme à Nandrin

     

  • Le courrier qui fâche Muriel Brandt à Nandrin

    Murielle brandt ,cravn ,cpas ,courrier ,politique ,nandrin ,comité de quartier ,pery ,nandrin ,cdh ,Les échanges entre citoyens et élus communaux lors du conseil sont strictement interdits.

    Pourtant Muriel Brandt n’a pas hésité à s’adresser aux citoyens et ce à deux reprises, malgré la désapprobation du bourgmestre.

    Elle a d’abord réagi à un courrier qu’un citoyen lui a envoyé*.

    « Je tiens à dire que je n’ai pas apprécié qu’on me mette la pression en m’envoyant ce mail.

    C’était clairement pour mettre la pression. Je n’y ai pas encore répondu mais je le ferai», réagit Muriel Brandt.

    Des propos qui ont outré l’auteur du courrier, un citoyen concerné par la réalisation de ce projet de logements sociaux.

    « Mme Brandt s'est laissée aller jusqu'à citer mon nom durant le conseil communal.

    Elle s'est insurgée de la pression que je lui aurais mise par l'entremise d'un mail que je lui ai adressé comme aux huit élus de l'opposition.

    Il n'était nullement dans mes intentions de nuire à quiconque

    Des situations qui créent visiblement des petites tensions.

    Article de CY.C. Source Sudinfo 

    * Le Courrier du CRAVN aux conseillers ,en exclusivité sur le Nandrin Blog Sudinfo 

    2017-01-26 - Mail Du CRAVN aux conseillers Clic ici

    CRAVN.JPG

    2017-01-26 - Mail Du CRAVN  aux conseillers Clic ici

  • Une nouvelle présidente du CPAS à Nandrin

    Source SI.JPGCela faisait un an que Muriel Brandt devait obtenir un poste d’échevine, comme convenu lors des accords entre partis au moment de la constitution de la majorité.

    Après discussion, cette dernière a obtenu le poste de Présidente du CPAS.

    Elle remplace Béatrice Zucca, démissionnaire.

    Béatrice Zucca intègre quant à elle, le conseil d’administration de l’IDEN, remplaçant alors Charlotte Tilman.

    Article de CyC Source Sudinfo 

     

    Fin du blocage à Nandrin clic ici : la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

     

    Logements sociaux rejetés à Nandrin:clic ici  la conseillère de majorité Murielle Brandt se retourne contre son groupe

    Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin Clic ici  ?

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin, Le médiateur cdH :clic ici  « On ne peut plus attendre »

     

  • Récolte de vivres au profit des démunis

    i2.JPGVous vous sentez l’âme charitable ou souhaitez faire une action citoyenne noble? L’USC (Union Socialiste Communale) de Modave organise, dès ce samedi 21 janvier, une récolte de vivres au Proxy Delhaize de Strée.

    Ces vivres seront distribués par la suite aux plus démunis. Mais ce sera également l’occasion pour tout un chacun de venir prendre «l’Apéro Solidaire» dès 18h30 au Baratin.

    Vous y serez accueillis par le parti. Il vous est vivement conseillé d’apporter des vivres et autres produits non périssables. Voici de quoi bien commencer la nouvelle année.

    Article de C.L. source Sudinfo 

  • Plus de 25.000 remises à l’emploi via les CPAS

    CPAS source PHN Sudinfo.JPGOn appelle ça les articles 60 et 61. Ce sont des dispositions qui permettent aux CPAS de remettre directement à l’emploi une série de minimexés. Et cela marche de mieux en mieux.

    Selon des chiffres dévoilés à Sudpresse par le ministre de l’Intégration sociale Willy Borsus (MR), on en est désormais à plus de 25.000 personnes qui ont ainsi pu trouver du travail en 2015, tendance qui s’est poursuivie au premier semestre 2016.

    Cela se fait soit via le recrutement de la personne au sein du CPAS ou sa mise à la disposition d’un employeur tiers, mais toujours rémunéré par le Centre public d’aide sociale.

    Soit encore via son embauche dans une société privée en échange d’une baisse des cotisations sociales. Le procédé existe depuis 2002. Cette année-là, 13.056 minimexés avaient ainsi pu renouer avec le marché du travail. Treize ans plus tard – soit en 2015, dernière année statistique complète disponible – on en est à 25.239 personnes, soit une hausse de 93%! Et les trois régions du pays en profitent. La hausse la plus spectaculaire – 150% – est décrochée par Bruxelles, avec un passage de 2.234 à 5.535 personnes remises à l’embauche.
    La Flandre se hisse sur la deuxième marche du podium. Ici, l’augmentation est de 97% (de 5.162 à 10.141 minimexés aidés). Vient enfin la Wallonie avec une hausse de 69% (de 5.660 à 9.563 personnes).


    TRÈS BONS SCORES

    Ce succès ne s’est jamais démenti au fil des ans. De 2014 à 2015, le nombre de minimexés ainsi aidés a augmenté de 10% pour la seule Wallonie, contre 3% en Flandre et 0,1% à Bruxelles. Quand on regarde au niveau des entités, certaines déploient manifestement de gros efforts.

    Le record wallon est détenu par Doische avec 85% de ses minimexés remis au travail, même si la base est faible (sept personnes dont six qui ont un job).

    Dans les communes un peu plus grosses, c’est Estaimpuis qui détient la palme avec 63% de ses 22 minimexés ainsi aidés. Mais Chapelle-lez-Herlaimont (38% de 162 personnes), Braine-l’Alleud (33% de 193 personnes) ou Peruwelz (28% de 222 personnes) affichent également de très bons résultats.

    «Cette augmentation de recours à ce système est positive» , note Willy Borsus qui exerce la tutelle sur les CPAS même s’il s’agit ici d’impulsions régionales.

    «L’extension des projets individualisés d’intégration sociale à tous les bénéficiaires d’un minimex participe au même objectif. On attend ainsi 38.910 nouveaux dossiers pour 2017» .

    Article de CHRISTIAN CARPENTIER source Sudinfo 

  • Marché de Noël du Kiwanis aujourd'hui et demain 9 et 10 décembre 2016 à Villers le Temple Nandrin

    kiwanis noel.jpg

    Cette année encore, le Kiwanis Liège-Condroz sera présent au marché de Noël de Villers-le-Temple. 

    Ambiance, convivialité, musique, champagne, vins, foie gras, saumon, raclette... et bien plus encore seront au rendez-vous.

    Nous vous invitons à joindre l'utile à l'agréable et à venir partager un bon moment avec le Kiwanis Liège-Condroz.
    Un grand moment de convivialité et de fête en perspective.

    La totalité des bénéfices de notre stand sur le marché de Noël seront intégralement reversés aux enfants des institutions que nous soutenons. 

    On vous attend les 9 et 10 décembre 2016 autour de l’église de Villers-le-Temple.


    Horaire:
    Vendredi 9/12 de 18 à 24 heures
    Samedi 10/12 de 16 à 24 heures

     Kiwanis Club de Liège CondrozMarché de Noël - Kiwanis Liège Condroz

  • Des boîtes à vivre à offrir aux personnes en besoin au marché de Noël de Villers le Temple Nandrin

    besoin de vous.JPGLes boîtes à vivre commencent à fleurir un peu partout et pour cause, l’hiver et les grands froids arrivent.

    Pour venir en aide aux personnes qui en ont besoin, le Plan de Cohésion Sociale du Condroz lance son opération «Boîtes à vivre».

    Mais qu’est ce que c’est ? 

    «On fait appel à la générosité des habitants.

    Ils sont invités à nous amener dans une boîte à chaussures des vivres non périssables et/ ou des produits d’hygiène et/ou des produits d’entretien.

    Ces vivres seront récoltés par nos soins dans divers points de récolte et ensuite redistribuées aux personnes de ces communes en ayant le plus besoin, via la Croix-Rouge et les CPAS des communes concernées», explique François Cornet,chef de projet du PCS du Condroz.


    OÙ DÉPOSER CES BOÎTES?

    Anthisnes: le samedi 10 décembre de 14 à 17h au marché de Noël de l’Avouerie d’Anthisnes.

    Villers-le-Temple: le samedi 10 décembre de 17 à 20h au marché de Noël, en collabora
    tion avec les jeunes de l’espace jeunes de Nandrin.

    Les Avins: le dimanche 11 décembre à 16h lors du concert de Jean-Denis Piette et de la «chorale des Avins» à l’église de Les Avins, en collaboration avec la Croix-Rouge de Clavier.

    Clavier-Station: le mercredi 14 décembre de 14h à 18h sur la Place de Clavier-Station.
    Avec soupe offerte, contes, lâcher de lanternes…

    Ouffet: le jeudi 15 décembre de 13h30 à 16h30 sur le parking du Proxy Delhaize.

    Les Avins: le mardi 27 décembre à la salle de La Grange lors du spectacle «Les trois mousquetaires» à 13h45 et à 15h45 (avant l’entrée en salle), en collaboration avec le comité culturel de Clavier.

    Parmi les vivres non périssables notons à titre d’exemple, le café, le thé, les légumes en bocaux, toutes sortes de boîtes de conserves, du chocolat, mais aussi des produits d’entretien et d’hygiène comme les brosses à dents, dentifrices, crèmes,etc.

    Article CY.C. source sudinfo 

  • Nandrinois 30% des bénéficiaires du RIS sont étudiants en région hutoise

    m.jpgLes CPAS célèbrent leurs 40 ans cette année.

    Pour marquer cet anniversaire, les CPAS d’Amay, Huy, Modave, Villers-leBouillet et Wanze organisent un événement le 11 octobre avec une pièce de théâtre et des tables rondes.

    L’occasion de réfléchir sur l’avenir de cette institution dont les rôles ne cessent d’évoluer et qui accueille de plus en plus de jeunes.

    «Je suis pauvre et alors», ainsi est intitulée la pièce de théâtre qui sera jouée par le collectif «Les grains de sel» le 11 octobre au centre culturel de Huy (1).

    Cet événement gratuit, proposé par les CPAS d’Amay, Huy, Modave, Villers-le-Bouillet et Wanze, est l’occasion de réfléchir sur le rôle du CPAS.

    En 40 ans, l’aide sociale a évolué et couvre à présent un champ très vaste: « La pauvreté n’est pas réservée aux exclus de la société, commente Maritza Ivanovic, la directrice générale du CPAS de Wanze.

    Nous aidons M. et Mme Tout le monde, des femmes et des hommes qui se retrouvent
    subitement dans la précarité suite à une séparation, des couples touchés par le surendettement, des travailleurs à temps partiel et des étudiants.»

    Les jeunes aux études sont de plus en plus nombreux à frapper à la porte des CPAS.

    «À Amay, environ 30% des bénéficiaires du RIS (Revenu d’Intégration Sociale) sont étudiants» commente Luc Mélon, le président du CPAS d’Amay. A Wanze, la proportion est identique: sur les 240 personnes qui bénéficient du RIS, environ 80 sont étudiants.

    À Huy, Geneviève Nizet met aussi l’accent sur la précarité des aînés: «De plus en plus de personnes âgées sont abandonnées par leur famille. Nos équipes doivent effectuer la prise en charge autrefois assumée par les enfants.

    Certaines situations sont catastrophiques…» L’événement du 11 octobre sera l’occasion pour les usagers du CPAS de se rencontrer, mais aussi de mettre à l’honneur le travail des équipes du CPAS: «Un travail difficile qui doit être effectué dans la discrétion» conclut Maritza Ivanovic.

    Article de A.BT Source Sudinfo


    à noter Le 11 octobre au centre culturel de Huy. Accueil à 13 h 45, 14 h pièce de théâtre «Je suis pauvre et alors», verre de l’amitié et tables rondes. Infos et réservations au 085/21.12.06. Entrée gratuite.