Santé

  • Nandrinois attention aux morsures de tiques

    8.500 morsures de tiques enregistrées chez nous en 2017

     

    Tiques, moustiques et autres insectes sont de retour.

    Si elles ne sont pas détectées assez rapidement, leurs piqûres peuvent avoir des effets très néfastes sur votre santé. C’est notamment le cas des tiques.

    Rien qu’en 2017, le centre fédéral de recherche « Sciensano » a relevé 8.500 morsures de tiques en Belgique.

    L’an passé, le centre fédéral de recherche « Sciensano », avait invité, via le site TiquesNet, les citoyens mordus par une tique à lui envoyer les spécimens incriminés, en vue de leur analyse en laboratoire.

    Grâce à cet appel à participation 3.700 spécimens ont été collectés et 1.600 tiques provenant de toutes les provinces du pays ont pu être analysées.

    La répartition du nombre de morsures s’est avérée comparable à l’an dernier, avec des notifications plus nombreuses en Flandre (58,3 %) qu’en Wallonie (40,5 %) et que dans la Région de Bruxelles-Capitale (1,2 %).

    Si on se réfère la densité de population, c’est la province de Luxembourg qui a été la plus touchée avec 205 morsures pour 100.000 habitants.

    Suivent ensuite le Brabant wallon et la province de Namur.

    Une opération de cette ampleur n’est évidemment pas anodine.

    En Belgique, de nombreuses personnes ont déjà été victimes de morsures non traitées ces dernières années.

    MALADIE DE LYME

    Les conséquences peuvent être désastreuses puisque cette morsure peut provoquer la maladie de Lyme chez l’homme. Cette maladie peut toucher plusieurs organes et systèmes, la peau, mais aussi les articulations et le système nerveux.

    « L’opinion publique a commencé à s’y intéresser ces dernières années suite à la multiplication des cas et leur médiatisation », explique Sébastien Daems, porte-parole de Sciensano, l’ancien Institut scientifique de Santé publique (ISP).

    « On a donc lancé un projet en 2015 afin d’avoir un suivi longitudinal. »

    En effet, la maladie est suivie grâce à un réseau de laboratoires et de médecins généralistes.

    « La période d’activité des tiques, s’étend d’avril à octobre. » Il faut donc être très prudent surtout si vous aimez vous promener dans les bois.

    « Les tiques aiment les sous-bois humides avec des températures modérées, à partir de 10 degrés. Mais elles n’aiment pas les températures extrêmes.

    Lorsqu’il fait très chaud, ça ne les favorise pas. Mais il faut tout de même rester vigilant. » Pour éviter tout problème, les médecins recommandent de porter des vêtements qui protègent le corps. « Il vaut mieux porter des pantalons plutôt que des shorts ou bermudas », ajoute Sé- bastien Daems.

    «Après la promenade en forêt, il faut procéder à un examen minutieux du corps. Moins la tique reste accrochée au corps, moins le risque de contamination est important. IL faut enlever la tique dans les 12 à 24h qui suivent.

    Des pinces sont spécifiquement vendues en pharmacie à cet effet.

    Elles sont petites, en forme de V, et grâce à un mouvement de rotation, on peut retirer la tête facilement. »

    Un répulsif (le DEET) qu’on achète en pharmacie peut également être utilisé préventivement.

    « Le même que celui qui est utilisé pour les autres insectes, mais il faut en appliquer toutes les 2-3 heures. »

    -Article de J.M.

    Source 

  • Réflexologie&Vous à Villers-le-Temple,La santé, c’est comme le jardin, prenons-en soin au quotidien...

    On dit souvent “Mieux vaut prévenir que guérir”... Et c’est effectivement un adage judicieux quand il s’agit de notre santé et de notre bien -être.

    C’est ainsi que la réflexologie, à l’instar de la médecine chinoise, agit de manière préventive.
    Bénéficier de la réflexologie à une fréquence régulière permet de garder au fil du temps notre corps en équilibre, sans attendre qu’un mal-être ou un symptôme apparaisse pour y recourir.

     

    La réflexologie permet d’agir sur notre système nerveux (ortho et parasympathique), de relâcher les tensions (musculaires, ostéo-articulaires, viscérales) et de libérer les blocages corporels et émotionnels que le stress et nos situations de vie quotidiennes peuvent engendrer. Elle permet également d’éliminer les toxines accumulées dans l’organisme et de faire circuler l’énergie.

    Apaisante et tonifiante à la fois , la réflexologie pratiquée régulièrement apporte un réel plus à notre santé et notre bien -être !

    Alors cet été, pourquoi ne pas en profiter? :-)

    Réflexologie&Vous,
    Stéphanie Dessy
    Sur RDV, contact au 0494/08.69.85. Plus d'infos sur  www.reflexologieetvous.be  et rejoignez-nous sur facebook @reflexologieetvous
    Adresse: Centre Neupont, rue de Neupont 23B, 4550 Villers-le-Temple
     

     

  • Une pédicure médicale à Villers le Temple Nandrin ou chez vous

    FB_IMG_1517135792616.jpg

    Une nouvelle activité au Village

    Isabelle Dizier diplômée pédicure médicale depuis fin juin et  installée à son compte depuis juillet

    Isabelle Dizier reçoit les patients chez elle ou déplacement à  domicile sur rdv.

    isabelle.dizier@hotmail.fr 0471 372048 ou  085 212173

  • Nandrinois(e)s idée régime: manger du bacon et du beurre pour maigrir !

    Il fait fureur de la Silicon Valley à Hollywood.

    Plébiscité par les stars (Gwyneth Paltrow et Kim Kardashian en seraient fans) et les gourmands, le régime Keto diet ou cétogène, vend du rêve.

    Au menu : avocats, bacon et beurre !

    On a connu moins appétissant comme diète avant l’été.

    Mais est-ce que cela fonctionne ?

    Une journaliste américaine de « Business Insider » l’a testé pendant deux mois et estime qu’il lui a changé la vie !

    Outre la promesse de perte de kilos, ce régime permettrait également d’affûter son esprit.

    Ce régime a en fait été mis au point dans les années 1920 dans le cadre de recherches pour combattre l’épilepsie et le diabète.

    Mais c’est aujourd’hui qu’il fait la Une.

    Les adeptes de cette méthode diminuent considérablement leur apport en glucides pour arriver à 50 g par jour.

    Ce qui équivaut à un bol de riz ou un pistolet.

    Alors que notre alimentation devrait en contenir en 210 et 290 g par jour.

    FROMAGE AU MENU

    Et pour compenser ce manque, on augmente l’apport en matières grasses : œufs, viandes, fromages, noix, beurre…

    Les ennemis habituels des régimes « classiques ».

    Mais d’après la journaliste qui a tenté l’expérience, force est de constater que c’est concluant.

    En deux mois, elle a perdu 3,5 kg sans faire de sport et estime s’être « retrouvée avec un corps et un esprit transformés ».

    Fini les coups de barre en pleine journée, ce régime la rendant plus énergique et plus concentrée au travail.

    À noter tout de même, qu’elle a réalisé cette expérience sous la surveillance d’un médecin, ce qui est conseillé si vous voulez tenter cette expérience pour le moins déroutante. -

    Article de FANNY JACQUES

    Source 

  • Les cars de santé TIP TOP de la Province aujourd'hui 22 mars et lundi 26 mars 2018 à Nandrin

    Vous les avez peut-être déjà vus, les cars de santé TIP TOP de la Province  sont dans le Condroz depuis ce 10 mars.
    Ils ont pour but de lutter contre les maladies cardiovasculaires.

    Ils seront dans votre commune entre 10 et 19h aux endroits suivants :

    - VILLERS-LE-TEMPLE (Place Baudouin 1er)  Jeudi 22 mars
    - NANDRIN (Place Ovide Musin) Lundi 26 mars

    Gratuit - Réservations souhaitées au 04/279 43 40

  • Nandrinois attention Les huiles essentielles Hors de portée des enfants et des animaux !

    « Les huiles essentielles ne sont pas des produits anodins. Renseignez-vous avant d’en acheter ou d’en utiliser », recommande Patrick De Cock, porte-parole du Centre Antipoisons. « Les flacons d’huiles essentielles peuvent parfois ressembler à des flacons de médicaments – par exemple des gouttes pour les yeux –, conservez-les donc séparément et hors de portée des enfants. Ne placez pas non plus votre diffuseur à portée des enfants. Enfin, gardez vos huiles essentielles à l’abri de l’air et de la lumière. Certains produits de dégradation peuvent entraîner des réactions allergiques. C’est le cas par exemple de l’huile essentielle de mélaleuca (arbre à thé). En cas d’accident avec une huile essentielle, contactez immédiatement votre médecin ou le Centre Antipoisons au 070/245.245 ». Les huiles essentielles peuvent avoir le même impact sur l’homme que sur les animaux. « Parce qu’il existe de nombreux types d’huiles essentielles, il est préférable de savoir si le produit convient aux animaux de compagnie. En cas de doute, pensez à contacter votre vétérinaire », conclut-il. 

    Article de A.VLT

    source 

  • Ruée sur les pilules d’iode

    Une bonne dizaine de clients par jour pour de l’iode

    Depuis  mardi 6 mars 2018, les pharmacies distribuent gratuitement des pastilles d’iode à tout client qui en demande.

    Une règle qui répond au nouveau plan de sécurité nucléaire. Si auparavant, seules les personnes habitant à 20 km autour des centrales et des sites spécialisés étaient concernées, aujourd’hui le rayon de distribution couvre tout le territoire belge. « Les demandes commencent à arriver », nous confie une employée de la Pharmacie Familia de Fleurus.

    « Nous étions déjà concernés par l’ancienne mesure vu notre proximité avec l’Institut national des radioéléments. Mais nous avons énormément de demandes de cachets alors que nous devrions en avoir moins. Nous recevons en moyenne une dizaine de personnes par jour, la moitié est concernée par l’ancienne procédure et l’autre l’est par la nouvelle. »

    DE VIVES INQUIÉTUDES

    Bon nombre de responsables de pharmacies tirent le même constat, les Belges sont un peu perdus concernant la distribution de pastilles d’iode.« Il y a énormément de questions. Certains pensent que ceux reçus par le passé ne sont plus bons, d’autres croient qu’il est obligatoire de venir les chercher.

    Nous avons même eu des clients qui voulaient les avaler directement », continue la pharmacienne. « Nous devons rassurer et conseiller. » À Beauraing, non loin de la centrale nucléaire française de Chooz, et à Tihange, on se presse tout autant pour en obtenir. Dans les régions qui n’étaient jusqu’ici pas concernées par cette distribution, la demande est également importante.

    « Je suis à un peu plus de cinq clients par jour. Ce sont surtout des seniors qui veulent aider enfants et petits-enfants en cas d’accident nucléaire. J’ai aussi reçu une dame qui vit devant une école et qui a pris les remèdes pour offrir aux enfants si cela était nécessaire », dé- taille Sandrine, pharmacienne de La Louvière.

    Pour rappel, les pastilles d’iode limitent le risque de développer un cancer de la thyroïde après une catastrophe nucléaire. Les habitants d’une zone à risques doivent en avoir chez eux, mais pour le reste du pays, la recommandation ne vaut que pour enfants, femmes enceintes et les responsables de crèches, d’écoles et autres.

    Article de - ALISON VLT

    Source 

  • Une grande journée intergénérationnelle à Villers-le-Temple Nandrin en photos

    Samedi 10 mars, le Plan de Cohésion Sociale du Condroz et la Province de Liège (avec le soutien des administrations communales d'Anthisnes, Clavier, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot) organisaient une grande journée intergénérationnelle à l'espace des Templiers de Villers-le-Temple (Nandrin) dans le cadre de la campagne "Tip Top".

    Superbe organisation ,un vrai moment d'échange et de rencontre 

    Reportage De Jeannick et en collaboration avec Laetitia C et Lance ;)

    Voir l'Album Photos clic ici 

  • Nandrinois :Risque nucléaire,que faire en cas d’accident !!!

    C’est dès  mardi 6 mars 2018 que les pastilles d’iode sont distribuées gratuitement en pharmacie à tout client qui en demandera, conformément au nouveau plan de sécurité nucléaire du ministre de l’Intérieur Jan Jambon. Mais que se passerait-il réellement en cas d’accident nucléaire ?

     

     les ministres Jambon et De Block ont décidé de lancer une toute nouvelle campagne d’information sur le plan de sécurité en cas d’accident nucléaire. En plus de cela, le rayon de distribution des pastilles d’iode a été entendu à 100 kilomètres autour des centrales nucléaires. Ce qui correspond, grosso modo, à couvrir l’ensemble du territoire belge.

    Tout individu pourra donc se présenter en pharmacie à partir d’aujourd’hui pour demander, gratuitement, ces fameuses pastilles. Celles-ci, rappelons-le, permettent de limiter le risque de développer un cancer de la thyroïde après une catastrophe nucléaire. Un travail de prévention en amont qui pose tout de même une question : quel est le plan si un accident nucléaire se produit réellement ?

    Concrètement, les autorités ont mis en place des zones circulaires en cas de situation d’urgence. C’est dans ces zones, dites zone de planification d’urgence, que les services compétents agiront pour protéger la population en la mettant à l’abri ou en l’évacuant.

    Mais les services officiels expliquent que «  l’évaluation de la situation au moment même déterminera ce qu’on appelle la « zone d’intervention » qui peut être différente des zones de planification d’urgence. En effet, il s’agit concrètement de la zone dans laquelle des actions de protection pour la population et l’environnement entrent effectivement en vigueur ». Autrement dit, les autorités agiront en fonction du lieu d’origine de la catastrophe.

    Deux plans sont néanmoins déjà mis en place en cas de catastrophe : la mise à l’abri ainsi que la prise de comprimés d’iode stable et l’évacuation de la population en évaluant un périmètre d’action autour de tous les sites nucléaires, comme on peut le voir sur la carte interactive.

    Que faire en cas d’accident nucléaire ?

    Si un accident nucléaire venait à se produire en Belgique, deux situations peuvent se présenter comme dit ci-dessus : la mise à l’abri ou l’évacuation.

    Tout d’abord, si vous étiez à l’extérieur lors du passage du nuage radioactif, généralement quelques simples gestes suffisent pour diminuer la contamination extérieure avec les particules radioactives :

    – Déshabillez-vous et mettez vos vêtements dans un sac plastique (mettez le sac dehors)

    – Prenez une douche et lavez-vous au savon

    – Mettez des vêtements propres

    – Buvez suffisamment

    Il est possible que les autorités mettent en place un centre d’accueil où les personnes concernées peuvent se présenter pour une décontamination et un contrôle médical. Soyez à l’écoute des médias et canaux officiels pour de plus amples informations au moment même.

    La mise à l’abri ainsi que la prise de comprimés d’iode stable :

    En cas de situation d’urgence nucléaire, la mise à l’abri est la meilleure manière de se protéger. Vous évitez ainsi la radiation et la contamination. Restez chez vous ou entrez dans le bâtiment le plus proche. Restez à l’intérieur jusqu’à ce que vous receviez le message que la situation est à nouveau sûre.

    Fermez portes et fenêtres et coupez tous les systèmes de ventilation, chauffage et airco. Prenez place dans un espace central, de préférence au rez-de-chaussée. Les murs et les plafonds offrent une meilleure protection que les fenêtres. Fermez les arrivées d’air extérieur de la cheminée.

    Écoutez les recommandations des autorités. Informez-vous des bonnes mesures via la radio, TV, les sites internet officiels, les médias sociaux. Attention :

    – Ne téléphonez pas inutilement. Une surcharge du réseau peut perturber les secours.

    – Laissez vos enfants à l’école. Ils suivent les mêmes recommandations.

    – Rentrez vos animaux domestiques.

    Si vous êtes dans votre voiture et que vous êtes très proche de chez vous, de votre bureau ou d’un bâtiment public, allez tout de suite à l’intérieur. Suivez les mêmes recommandations que ci-dessus.

    Si vous ne pouvez pas rentrer dans le bâtiment le plus proche, garez votre voiture en lieu sûr ou suivez une route perpendiculaire à la direction du vent. Coupez le moteur, fermez les fenêtres et coupez la climatisation pour éviter que l’air extérieur ne rentre dans la voiture. Écoutez la radio pour suivre les recommandations des autorités

    Restez où vous êtes jusqu’à ce que les autorités vous donnent l’autorisation de redémarrer. Tenez compte de la circulation (déviations, routes barrées…) : suivez alors les indications de la police.

    L’évacuation de la population :

    L’action la plus exceptionnelle de protection contre l’exposition aux irradiations radioactives est l’éloignement de la population de la source d’émission vers un lieu de séjour avec peu ou pas de contamination. Ce lieu se trouve en dehors de la zone d’intervention.

    On peut faire une distinction entre l’évacuation préventive, c’est-à-dire avant qu’un nuage radioactif n’ait atteint la population, et l’évacuation postposée, c’est-à-dire. après qu’un nuage radioactif ne soit passé.

    Les habitants concernés sont tenus de suivre les recommandations suivantes comme expliqué sur le site risquenucleaire.be  :

    – Gardez votre calme

    – Quittez votre habitation en coupant l’eau, le gaz et l’électricité

    – Emmenez le minimum d’effets personnels

    – Munissez-vous de bouteilles d’eau

    – Placez un tissu rouge à la porte d’entrée si le bâtiment est évacué

    Tout renseignement pratique (lieu de rassemblement, moyen de transport, groupes cibles spécifiques…) sera communiqué à la population concernée par les autorités locales. Un périmètre de sécurité sera installé par les services de police. Il est interdit de se rendre dans cette zone.

     

    Source info 

  • Nandrinois :les pastilles d’iode disponibles gratuitement dès ce mardi 6 mars 2018

    C’est dès ce mardi que les pharmacies du pays pourront distribuer gratuitement des pastilles d’iode à tout client qui en demandera, conformément au nouveau plan de sécurité nucléaire du ministre de l’Intérieur Jan Jambon. L’information, que nous vous avions révélée, a été confirmée au cabinet du ministre.

    Les pastilles d’iode permettent de limiter le risque de développer un cancer de la thyroïde après une catastrophe nucléaire. Les habitants d’une zone à risque doivent déjà en avoir chez eux, mais pour le reste du pays, la recommandation ne vaut que pour les enfants, les femmes enceintes, celles qui allaitent et les responsables de crèches, d’écoles et autres.

    Mais dès mardi, les pharmaciens pourront aussi distribuer gratuitement les tablettes aux personnes qui n’appartiennent pas à ces groupes-cibles et en font la demande. C’est en effet ce mardi que paraît au Moniteur le nouveau plan de sécurité nucléaire, qui a étendu le rayon de distribution à 100 kilomètres autour des centrales nucléaires, ce qui revient à couvrir l’ensemble du territoire.

    M. Jambon et la ministre de la Santé Maggie De Block présenteront mardi une campagne d’information à ce propos. Les pharmaciens de cette zone seront notamment amenés à informer la population que la pilule d’iode n’a pas d’utilité si l’on n’appartient pas à un groupe à risque.

     

    Source clic ici 

  • Nandrinois attention un pic de malades attendus

    Pic de malades attendus à cause du confinement lié au froid

    La vague de froid qui touche le pays pourrait fragiliser votre santé. Si la froidure ne vous rend pas directement malade, ses conséquences bien.

    « Une fois que les températures baissent, les maladies infectieuses font leur grand retour et touchent un très grand nombre de personnes. C’est notamment le cas de la grippe et des rhino-pharyngites », explique un généraliste louviérois.

    DES MÉDECINS OVERBOOKÉS

    « On peut donc s’attendre à des salles d’attente pleines à craquer jusqu’au milieu de la semaine prochaine. Cela a déjà commencé, le téléphone n’arrête pas de sonner. La faute n’en incombe pas aux températures mais bien au confinement qu’elles induisent. »

    La sensation de froid peut tout au plus induire un écoulement nasal temporaire et/ou une irritation de la gorge.

     

    « Le vrai souci, ce sont les attitudes qu’on adopte avec la chute du thermomètre. Elles favorisent la transmission des virus.

    De très nombreuses études le prouvent. C’est surtout le cas du confinement à l’intérieur », continue-t-il.

    « On évite les pauses de midi au resto, on prend le bus plutôt que de marcher, on va courir en salle au lieu de faire un jogging, on garde les enfants plus longtemps dans le réfectoire… Cela augmente la promiscuité et les agents infectieux se transmettent plus facilement. »

    Le froid aide aussi au développement de certains virus. « Dans le cas de la grippe, le virus se propage mieux dans un air froid et sec, où il peut rester plus longtemps.

    Il est essentiel dans un tel contexte où on est plus rapidement en contact avec des maladies de respecter quelques règles.

    Il faut se laver régulièrement les mains, aérer chaque pièce du logement pendant au moins 10 minutes chaque jour et éviter les lieux fréquentés si cela n’est pas nécessaire », détaille Sandrine, pharmacienne.

    « Une petite cure vitaminée est parfois recommandée.

    La gelée royale est également un barrage aux dangers du froid. »

    Article de  ALISON VLT

    Source 

  • Nandrinois Les hommes sont plus heureux que les femmes !

    Êtes-vous heureux ? C’est à cette question qu’a tenté de répondre Solidaris dans le cadre de son baromètre annuel. Un constat inquiétant : les hommes semblent plus heureux que les femmes.

    Trois ans déjà que Solidaris prend le pouls de la société belge au travers d’une enquête qui permet de déterminer le sentiment de bien-être des citoyens.

    Après une année 2017 chargée en événements politiques, ce troisième baromètre dresse un état des lieux de notre société. Ce sont plus de 1.000 personnes formant un échantillon représentatif de la population belge francophone qui ont participé à cette enquête, via téléphone ou par internet au cours du mois de septembre 2017.

    Et les résultats sont étonnants. Pour la première fois en 3 ans, l’indice global de bien-être diminue passant de 56,3 à 54,5 sur une échelle de 100. Une baisse légère mais incontestable, de près de 2 points. Une des explications de cette baisse est à chercher notamment du côté de la santé. En Belgique francophone, même si 75 % des citoyens trouvent notre système de soins de santé d’excellente qualité, ils sont plus de 66 % à estimer que cette qualité de soin est aujourd’hui menacée, et ce, uniquement pour des questions budgétaires.

    À côté de cela, les inégalités s’accentuent de plus en plus. Si pour 10 % des personnes interrogées, la vie est belle (l’indice de bien-être grimpe jusqu’à 86,7), pour 10 %, la vie est bien diffé- rente (avec un indice bien-être de 15,7). En sachant que ce sont principalement des hommes, des travailleurs et des gens avec un niveau d’étude élevé qui estiment que la vie est belle.

    L’ÉCART AUGMENTE

    À l’inverse, les femmes (63 %), les personnes en incapacité de travail ou faiblement diplômées voient leur indice bien-être chuter. Concernant les inégalités hommes/femmes, en 2017, elles s’aggravent.

    Ainsi, si on se focalise uniquement sur l’indice bienêtre, l’écart entre les hommes (57,8) et les femmes (51,7) a quasiment doublé en 3 ans.

    Pour Jean Pascal Labille secrétaire général de Solidaris, « les constats dévoilés dans cette étude nous montrent une nouvelle fois que nous vivons dans un monde de plus en plus dual et qu’une telle évolution inquiète et fragilise notre société. »

    Article de - FANNY JACQUES

    Source 

     

  • Nandrinois attention on meurt plus quand il fait froid, mais pour diverses raisons

    La Belgique grelotte pour le moment. Et cela va durer au moins jusqu’au dimanche 4 mars. Bien plus que le vortex, c’est le nombre de morts que nous craignons. L’Institut Scientifique de Santé publique suit les courbes de mortalité sur son fameux BeMOMO, le Belgian Mortality Monitoring. Il s’agit de son système de surveillance hebdomadaire de la mortalité toutes causes en Belgique.

    « À cause du délai d’enregistrement des certificats de décès, nous ne pouvons voir les excès de mortalité qu’après 4 semaines. Les conséquences de la vague de froid de cette semaine 8 sur la mortalité pourront être obtenues qu’à partir de la semaine 12 », précise Natalia Bustos qui se penche sur les courbes de mortalité en Belgique.

    Elle vient d’ailleurs de sortir son rapport sur la surveillance de la mortalité toutes causes en Belgique durant l’été 2017. « Il faut savoir que nous coupons l’année en deux : de la semaine 20 à 40 que nous considérons comme la période estivale et de la semaine 41 à 19 que nous considérons comme la période hivernale ».

    LA POLLUTION,

    AUSSI Sur base de ces chiffres, on peut affirmer que deux tiers des Belges décédés ont succombé durant la période hivernale. « Pour l’ensemble de la population, le taux brut de mortalité à l’été 2017 était à 348,6 décès pour 100.000 habitants contre 594,5 décès pour 100.000 habitants à l’hiver 2016-2017 ».

    En s’attardant sur les 107.981 morts en Belgique du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2016, on apprend que les mois les plus « meurtriers » sont janvier et mars (10.210), février (9.990) et décembre (9.694). Le mois de septembre est le moins « tueur » avec 7.913 décédés en moyenne ce mois-là.

    On sait donc qu’on meurt plus quand il fait froid mais on ne sait pas encore vraiment pourquoi. « Il peut y avoir plusieurs raisons », explique Sophie Wuilmot, médecin à l’ISP et donc collègue de Natalia Burgos. « Il y a sans doute le froid, il y a la grippe mais il y a d’autres facteurs, comme la pollution qui augmente quand la température baisse fortement ».

    LE 22 JUIN « MEURTRIER »

    Et, inversement, les pics de chaleur peuvent aussi provoquer une hausse des décès. Dans son rapport, Natalia Burgos écrit que la surmortalité de la population s’est globalement limitée à l’épisode de forte chaleur du 22 et 23 juin, seule période où la phase de vigilance du plan « forte chaleur et pics d’ozone » a été déclenchée plus de deux jours consécutifs cet été. Le 20 juin, on avait enregistré une très forte concentration d’ozone.

    « Deux jours plus tard, il y a eu des excès de mortalité significatifs dans la population générale avec 370 décès durant cette journée ».

    Soit 109 morts de plus que la normale. Ces conditions extrêmes avaient eu un impact immédiat et sur toute la population, « pas seulement sur les personnes âgées », conclut la scientifique. -

    PIERRE NIZET

    Source 

    froid.JPG

  • Nouveauté au Chat Lait de Nandrin à partir du 24 février !

    Un nouveau distributeur viendra rejoindre le distributeur de lait et de beurre afin d’agrandir la gamme de produits que nous vous proposons !

    Désormais seront également disponibles :
    - des bouteilles d’eau (50cl) 
    - Des œufs 
    - Du pain 
    - Du fromage FairBel 

    Dans quelques semaines, nous aurons la joie de vous proposer d’autres produits laitiers :
    - de la maquée au lait cru
    - des yaourts fermes et à boire

    Pour les yaourts, n’hésitez pas à nous faire part en commentaire de vos goûts préférés pour qu’on puisse vous satisfaire au mieux dans la mesure du possible.

     

    Source info 

     

    Rue du Halleux 
    4550 Nandrin

    Heures : 07:00 - 21:00

  • Une pédicure médicale à Villers le Temple Nandrin ou chez vous

    FB_IMG_1517135792616.jpg

    Une nouvelle activité au Village

    Isabelle Dizier diplômée pédicure médicale depuis fin juin et  installée à son compte depuis juillet

    Isabelle Dizier reçoit les patients chez elle ou déplacement à  domicile sur rdv.

    isabelle.dizier@hotmail.fr 0471 372048 ou  085 212173

  • Journée intergénérationnelle Samedi 10 mars 2018, de 9 à 17 h entrée gratuite Villers le Temple Nandrin

     

    Entrée gratuite - Espace des Templiers à Nandrin
    Dans le cadre de la Campagne TipTop au Condroz !

    Seul, en famille, entre amis, entre voisins …
    Venez passer une journée de détente et d’amusement !

    Dès 9 h :
    • Petit déjeuner-conférence
    « Comment favoriser le lâcher prise ? »
    Nathalie SIMON, psychologue sociale, Directrice du Service provincial Itinérant de Promotion de la Santé
    • Histoires contées pour les petits

    Dès 10 h :
    • Ouverture de l’espace TipTop - quiz, photomaton, vélo à
    smoothies…
    • Ouverture du car TipTop
    Le personnel du service I Prom’S vous y accueille et vous propose :
    des entretiens individuels d’évaluation des risques
    cardiovasculaires, du diabète de type 2 et de votre état
    de bien-être ;
    des entretiens de motivation et d’orientation, en fonction
    du thème qui vous intéresse.
    • Présence de l’Openbus qui propose un espace d’accueil
    psycho-médico-social présentant les actions de l’Openado,
    service provincial à destination des enfants, des adolescents et
    de leur famille.

    De 11 à 13 h 30 :
    Bar à soupe et dégustation de produits locaux à des prix très
    démocratiques

    Dès 13 h :
    • Départs libres pour des promenades fléchées d’environ 4 et 7 km ;
    • Ateliers gratuits pour les petits et grands : réalisation de gaufres,
    jeux de sociétés, bricolages, escalade, golf… ;
    • Grimage pour les enfants ;
    • Démonstration de Zumba et Swissjump ;
    • Stands d’associations locales.

    De 14 à 16 h 30 :
    Représentations d’une pièce de théâtre de marionnettes
    (durée : environ 30 minutes)

    17 h : clôture

    Infos et réservations
    Service I Prom’S
    04/237 94 84
    iproms@provincedeliege.be
    www.provincedeliege.be/fr/sante

    iproms@provincedeliege.be www.provincedeliege.be

    sante inteer.JPG

  • Nandrinois Donner son sang… pour la science

    att.jpgLes biobanques ont besoin de personnes saines

    Donner son sang ou donner un organe pour sauver des vies : on connaît. Donner son sang pour faire avancer une étude : c’est rarissime. La naissance officielle des biobanques devrait permettre cette nouvelle forme de solidarité. Donner son sang ou d’autres tissus pour faire avancer la recherche.

     

    Les biobanques sont des endroits où l’on conserve, dans des frigos ou de la paraffine, du matériel corporel humain comme des tissus, du sang, de l’urine, des selles… Elles existent depuis 2005 en Belgique, mais ne sont répertoriées nulle part et personne ne sait très bien combien d’échantillons elles contiennent.

    Plusieurs centaines de milliers assurément.

    Ces biobanques se trouvent pour la plupart dans les hôpitaux, les laboratoires privés et publics. D’où viennent ces échantillons ?

    De patients malades dont on a prélevé des tissus (tumeur, adénome…), du sang ou d’autre maté- riel, en vue de dresser le diagnostic et d’apporter les soins nécessaires.

    « Mais une partie de l’échantillon est envoyée à la recherche scientifique plutôt qu’à l’incinérateur », indique Isabelle Salmon, prof à l’ULB, académicienne et promoteur de la Biothèque Wallonie-Bruxelles (BWB).

    « Le patient a donné son consentement à cela mais parfois sans trop le savoir. Les documents qu’il a signés en entrant à l’hôpital ne contenaient peut-être qu’une petite ligne sur le sujet ».

    Grâce à l’arrêté royal qui vient (enfin) de sortir sur les biobanques (5/2/2018), cela va changer (ou a déjà changé chez certains) : ce consentement apparaîtra clairement sur un formulaire. Mieux.

    La biobanque permettra une traçabilité. Désormais, si une découverte majeure était faite sur base de votre échantillon, vous en serez informé. « Prenons par exemple un adénome thyroï- dien », explique le professeur Salmon.

    « Si en analysant l’ADN lors de la recherche scientifique, on s’aperçoit que le patient en question risque de développer un cancer du sein ou du colon, on DEVRA l’en informer.

    C’est évidemment très important ! »

    Le patient peut aussi donner son consentement éclairé : dans ce caslà (biopsie gastro par exemple), il donne son accord pour que l’on prélève un peu plus, pour la recherche toujours. Les donneurs sains pourront aussi fournir des échantillons.

    REGISTRE DE DONNEURS SAINS

    Car on a besoin aussi d’échantillons sains pour faire avancer la recherche ou pour élaborer de nouveaux tests de dépistage.

    La Biothèque Wallonie-Bruxelles, qui est occupée à établir le cadastre des échantillons et qui pourra orienter les scientifiques dans telle ou telle biobanque, a l’intention d’ouvrir un registre fin 2018 ou début 2019 où pourra s’inscrire tout candidat donneur.

    En fonction des études à réaliser, on vous appellera pour prélever votre sang. Tout cela, gratuitement.

    Personne ne peut commercialiser les échantillons : ni les biobanques, ni le donneur. Un comité d’éthique veille désormais à tout cela. 

    Article de F. DE H

  • Actuellement, la dispersion des pesticides dans l’air n’est pas encore analysée chez nous

    Des mesures de protection déjà mises en place

    Seule une étude sur la qualité de l’eau a été menée. On attend les résultats de cette dernière dans les deux prochains mois.

    Cela n’a pas empêché le ministre Di Antonio de prendre déjà un certain nombre de mesures préventives.

    « Il faut oser se fixer des objectifs ambitieux pour évoluer positivement et montrer l’exemple à nos enfants et aux générations futures », pense-til.

    Ainsi, la Wallonie a mis en place plusieurs mesures comme l’interdiction pour les particuliers d’user de produits contenant du glyphosate depuis juin dernier. Mais ce n’est pas tout.

    «À partir de juin 2018, les agriculteurs auront l’obligation d’utiliser un système anti-dérives sur leurs pulvérisateurs.

    Ce système permet de faire retomber plus vite les pesticides sur le sol, cela diminue donc les dispersions dans l’air », se félicite Carlo Di Antonio.

    À cette date, des mesures spécifiques aux groupes vulnérables, comme les enfants seront également d’application comme la mise en place de zones tampons aux abords des écoles, des hôpitaux ou des crèches.

    Enfin à partir de juin 2019, l’interdiction d’utiliser des produits chimiques dans les espaces publics entrera pleinement en action.

    Autant de mesures qui ne sont qu’un premier pas vers une législation plus forte en matière de protection de l’environnement.

    En fonction des résultats de l’étude commandée par la Région Wallonne, d’autres pourraient également voir le jour rapidement.

    Rassurons-nous toutefois, selon l’ISSeP, la qualité de l’air wallon est plutôt bonne, en dehors des pics de pollution dans les grandes villes.

    Peut-être l’occasion d’un week-end ressourçant en Ardenne… ?

    - F.J.

    source info 

  • Et si on parlait bore-out ? activité du mois de mars 2018 à Nandrin

    Sensibilisation au Bore Out ou autrement défini comme : le syndrome d'épuisement professionnel par l'ennui. 
    Il se caractérise par plusieurs éléments dont : la lassitude, l'absence de défi et le désintérêt au travail.

    http://www.joselaviequejeveux.life/test/


    Vous vous reconnaissez dans ces affirmations?
    Je vous propose une session rencontre privée :

    AU programme : 
    * Le Bore out : késako ?
    * Prendre conscience de la situation
    * Ecoute de nos émotions et de nos besoins
    * Les causes et les impacts personnels et professionnels
    * Quelles solutions ?

    Une rencontre de 2h - 
    Animatrice Michèle Cherubin, coach, bore outeuse confirmée !
    Ouvert à 4 participants maximum - participation: 20 euros 
    Soyez les bienvenus rue de Favence 29 à 4550 Nandrin

    Renseignements et inscriptions : 0498/32.87.35
    michele.cherubin@joselavie.life

  • Conférence La gestion des émotions la 8 février 2018

    La gestion des émotions" GRATUIT
    Deuxième conférence dans le cadre de la Campagne TipTop : "Dans le Condroz, cap sur votre bien-être"

    Le jeudi 8 février 2018 à 20h00.
    Par Nathalie SIMON, psychologue sociale, Directrice du Service provincial Itinérant de Promotion de la Santé.

    Salle "La Grange", rue de Clavier, 58 - Les Avins CLAVIER

    Réservations souhaitées : iproms@provincedeliege.be
    ou 04/237.94.84

     

    Conférence : "La gestion des émotions"

    Public
  • Petite déjeuner santé à Nandrin le 3 février 2018 à 9 h

    Petite déjeuner santé à Nandrin le 3 février 2018 à 9 h 00

    Espace des Templiers Villers le Temple 

    dej.JPG

  • Une permanence sans rendez-vous tous les matins à la pédiatrie de l’hôpital de Huy

    bebe.pngLa pédiatrie de l’hôpital de Huy, installée dans la nouvelle unité depuis trois ans, recense 1.200 admissions environ chaque année. L’âge des patients varie entre 0 et 15 ans.

    Les admissions reprennent les cas médicaux, chirurgicaux et les prises en charge psycho-médico-sociales (bilans psychologiques, placements par le juge en attendant une place en famille d’accueil…).

    Les cas d’oncologie (cancer) ou nécessitant des soins intensifs pédiatriques sont transférés vers d’autres hôpitaux.

    Les séjours sont généralement de courte durée à Huy.

    Il y a 16 lits, dont 10 chambres particulières, et six lits en hôpital de jour.

    Il existe des couchettes ou fauteuils lits pour les parents. L’équipe médicale de base du service se compose de huit membres : tous des pédiatres généralistes qui participent aussi à la prise en charge néonatale et sont présents au bloc opératoire lors des césariennes. Ils collaborent par ailleurs avec le service psychologique du CHRH, la clinique de l’Espérance de Montegnée, le CHR de la Citadelle, et des consultants externes dans toutes les spécialités (allergologie, pneumologie, cardiologie, endocrinologie, hématoimmunologie, gastro-entérologie, néphrologie et nutrition).

    Le docteur Mihai Iordachescu est le chef de service de la pédiatrie et Ludivine Remy en est l’infirmière en chef.

    Une vingtaine d’infirmiers pédiatriques complètent l’équipe médicale. À relever, une permanence d’urgence pédiatrique est organisée tous les matins de la semaine de 9 à 12h, c’est-à- dire des consultations sans rendez-vous.

    Vous y êtes reçus par deux pédiatres et une infirmière pédiatrique dans une salle spécifique à la Policlinique de Gabelle, avec l’avantage de ne pas passer par les urgences des adultes. Des prélèvements sanguins biologiques y sont également réalisés.

    En dehors de cet horaire, un pédiatre est toujours présent, mais via les urgences classiques cette fois. - A.G.

     

    Huy: bienvenue à l’école de l’hôpital (photos)

  • Un gel contraceptif pour hommes en test

    La contraception masculine offre deux possibilités : le préservatif et la vasectomie. Le monde médical planche donc depuis des années sur d’autres moyens. Cette prouesse semble enfin être réalisée.

    Une université américaine teste pour la première fois sur des hommes un gel contraceptif. Son utilisation est simple et peu invasive.

    Elle ne nécessite aucune injection et n’a aucun effet secondaire. Il suffit de déposer la pommade sur le bras ou l’épaule et de masser.

    Elle pénètre alors dans la peau et atteint ensuite le système sanguin. Les molécules font freiner la production et la concentration de spermatozoïdes.

    Cette action est possible grâce à la composition du gel.

    Il est produit sur base de deux hormones de synthèse, la testostérone et un progestatif.

    Cette association le rendrait efficace durant 72 heures. -

    Article de ALISON VLT.

    Source info clic ici 

  • Cap sur votre bien-être le 21 et 22 mars à Nandrin

    Envie d’être bien dans votre corps, dans votre tête, dans vos baskets et dans votre assiette ?

    Au travers d’une multitude d’activités gratuites, le Département Santé de la Province de Liège, en étroite collaboration avec les communes d’Anthisnes, de Clavier, de Modave, de Nandrin, d’Ouffet et de Tinlot, leur CPAS, leur Plan de Cohésion Sociale et leurs acteurs locaux, vous invite à prendre soin de Vous et de votre santé.

    La Province vous propose de participer gratuitement à de nombreuses actions de sensibilisation en lien avec la santé telles que des conférences, des stands, des animations et des ateliers ludiques et didactiques.

    Dans un car Tip Top, vous pourrez également faire le point au niveau de quatre axes fondamentaux à votre santé : l’exercice physique, l’alimentation, le tabac et la santé mentale positive. Ce service est entièrement gratuit !

    Concrètement, dans notre car, vous serez reçu individuellement par notre personnel qualifié. Vous pourrez bénéficier de conseils personnalisés. Nous vous offrons la possibilité :

    • d’évaluer vos risques cardiovasculaires et l’éventuel risque de diabète ;
    • d’orienter la discussion vers le thème santé qui vous intéresse le plus (tabac, alimentation, activité physique, santé mentale).

    N’hésitez plus, prenez rendez-vous au 04/237.94.84 ou par e-mail à l’adresse iproms@provincedeliege.be et venez nous rejoindre.

    • Votre bien être ? Notre priorité.

      Vous recevez cet e-mail car vous êtes inscrit dans notre base de données. Pour toute modification ou suppression de votre adresse, veuillez envoyez un e-mail à iproms@provincedeliege.be.

    Nandrin le 21 mars 2018 

    Villers le temple le 22 mars 2018 

    cap bien être clic ici.pdf

     

    cap bien etre  ,nandrin ,villers le temple ,

  • Journée intergénérationnelle Samedi 10 mars 2018, de 9 à 17 h entrée gratuite

     Espace des Templiers, rue Joseph Pierco 4, à Nandrin Seul, en famille, entre amis, entre voisins… Venez passer une journée de détente et d’amusement !

    Dès 9 h : • Petit déjeuner-conférence « Comment favoriser le lâcher prise ? »

    Nathalie SIMON, psychologue sociale, Directrice du Service provincial Itinérant de Promotion de la Santé • Histoires contées pour les petits Dès 10 h : • Ouverture de l’espace TipTop - quiz, photomaton, vélo à smoothies… • Ouverture du car TipTop Le personnel du service I Prom’S vous y accueille et vous propose : des entretiens individuels d’évaluation des risques cardiovasculaires, du diabète de type 2 et de votre état de bien-être ; des entretiens de motivation et d’orientation, en fonction du thème qui vous intéresse.

    • Présence de l’Openbus qui propose un espace d’accueil psycho-médico-social présentant les actions de l’Openado, service provincial à destination des enfants, des adolescents et de leur famille.

    De 11 à 13 h 30 : Bar à soupe et dégustation de produits locaux à des prix très démocratiques Dès 13 h : • Départs libres pour des promenades fléchées d’environ 4 et 7 km ; • Ateliers gratuits pour les petits et grands : réalisation de gaufres, jeux de sociétés, bricolages, escalade, golf… ; • Grimage pour les enfants ; • Démonstration de Zumba et Swissjump ; • Stands d’associations locales. De 14 à 16 h 30 : Représentations d’une pièce de théâtre de marionnettes (durée : environ 30 minutes) 17 h : clôture Infos et réservations Service I Prom’S Rue de Wallonie, 28 4460 Grâce-Hollogne  04/237 94 84  iproms@provincedeliege.be www.provincedeliege.be

    sante inteer.JPG

  • Défiez un ami et rencontrez les « Minéralistes »

    Pour sa seconde édition, la « Tournée Minérale » bénéficie d’un site internet remis à neuf. « C’est sur ce site que vous pouvez vous inscrire, seul, en équipe ou pour joindre un groupe déjà existant. L’inscription ne coûte rien.

    Vous pouvez aider la lutte contre le cancer en vous faisant sponsoriser par votre entourage », se réjouit Martine Ceuppens, responsable campagnes.

    Côté nouveautés, tourneeminerale.be vous permet désormais de mettre une connaissance au défi de participer elle aussi. Pour lui apporter une motivation supplémentaire, vous pouvez vous engager, en cas de réussite de sa part, à verser une somme à la Fondation contre le cancer.

    « Autre grande première, un calendrier en ligne. Il est destiné à toutes les personnes qui organisent un événement dans le cadre de l’opération.

    Cela peut aller d’une association qui propose un atelier sur la préparation de cocktails sans alcool à une commune qui met en place une soirée Tournée Minérale.

    Nous répondons ainsi à une demande des participants de 2017, à la recherche de lieux pour se rencontrer. »

    Article - A.VLT

     

    Source clic ici 

  • Petite déjeuner santé à Nandrin le 3 février 2018 à 9 h

    Petite déjeuner santé à Nandrin le 3 février 2018 à 9 h 00

    Espace des Templiers Villers le Temple 

    dej.JPG

  • Va-t-on également vacciner les garçons contre le papillomavirus ?

    Le Conseil Supérieur de la Santé a rendu, il y a plus de six mois, un avis positif, affirmant que c’était le seul moyen efficace pour protéger les générations futures.

    Des recommandations qui, au cabinet de la ministre de la Santé, Alda Greoli (cdH) ne sont pas tombées dans l’oreille d’une sourde.

    Alors quand les vaccins concerneront-ils aussi les garçons dans nos écoles ? Il est toujours impossible de le dire.

    Ni même de savoir si cela va se faire.

    « Des discussions sont en cours avec le fédéral.

    Une étude (coût/efficacité du vaccin) est aussi en cours de réalisation. Il est prématuré de se positionner aujourd’hui sur ces questions », nous a répondu ce mardi, le cabinet de la ministre.

    Actuellement, les filles de 12 à 18 ans peuvent déjà bénéficier de la vaccination gratuite. Via les services de promotion à la santé à l’école ou via les médecins privés.

    « Pour les services de promotion à la santé, il s’agit des filles inscrites en 1re différenciée, en 2e secondaire et celles ayant entre 13 et 14 ans de l’enseignement spécialisé. Les médecins traitants ou spécialistes peuvent commander gratuitement le vaccin mis à disposition par la Communauté française en s’inscrivant à la plateforme e-vax ou prescrire le vaccin de leur choix », avait répondu la ministre à une question du député Patrick Prévot (PS). Quel est le taux de vaccination des jeunes filles ? Il est plutôt bas. La couverture vaccinale a été estimée entre 25 et 30 % en 2014.

    « Une nouvelle étude a été effectuée auprès des jeunes filles en 2e secondaire en 2016-2017 », explique le cabinet Greoli. « Si les résultats ne sont pas encore disponibles, au vu du nombre de doses utilisées cette année-là, on peut espérer atteindre entre 50 et 60 % de couverture. » RÉTICENCES À quoi attribuer les réticences ?

    Selon les experts, le manque de connaissance de l’existence du vaccin et de son utilité serait une partie de l’explication.

    Comme le manque de confiance de certains parents qui craignent des effets secondaires ou que cela incite à un début plus précoce des rapports sexuels, hypothèse pourtant déjà démentie par des nombreuses études scientifiques. 

    Article de DIDIER SWYSEN

     

    Source clic ici 

  • Il soulage les enfants atteints d’hyperactivité avec la bioénergie

    Grâce à la bioénergie, Paul Charlier soulage des enfants atteints de TDA (trouble de l’attention) et/ou d’hyperactivité. « La particularité est qu’ils sont constamment en mouvement et curieux. Ils sont difficiles à canaliser et le shiatsu est très difficile avec eux. La bioénergie permet de travailler avec eux sans les toucher. Je peux ainsi mettre en place un rituel à reproduire avec leurs parents. »

     C’est le cas d’Aude, diagnostiquée TDA. Toujours dans son coin, dans une forme de mutisme, l’enfant était constamment fatiguée. Grâce à la bioénergie combinée à la méditation et au Qi Gong dit « tchi koung », une gymnastique douce, Aude a appris à canaliser ses énergies et extérioriser ses peurs. « Les enfants atteints de TDA ont tellement de choses en tête qu’ils ne savent plus où poser leurs priorités et finissent par se sentir dépassés. Je leur permets de se vider l’esprit et d’arriver à une détente musculaire. »

    Ses parents ont rapidement vu des changements chez leur enfant. La bioénergie permet, dans certains cas, d’éviter le recours à un éventuel traitement. Entre 30 euros et 40 euros la séance, Paul Charlier soigne également les allergies, l’asthme, les troubles du sommeil, la confiance en soi et le stress. Le 11 février, il réalise un stage d’une journée sur la méditation et la relaxation à Ouffet. Plus d’infos sur http://paulishiatsu.canalblog.com/.

     Article de LA.MA

  • Une grippe virulente est à nos portes

    Le début de l’épidémie est attendu pour la semaine du Nouvel an

    Une violente épidémie de grippe sévit en France. Chez nous, elle est attendue d’ici une petite dizaine de jours. Pour les populations à risque, il est encore temps de se faire vacciner.

    Courbatures, douleurs articulaires, maux de tête, nez qui coule, toux, bronchite, conjonctivite, fièvre élevée supérieure à 39 degrés, frissons, bouffées de chaleur… Voici tous les symptômes principaux de la grippe.

    Cette vilaine maladie est à nos portes.

     

    L’épidémie vient d’être constatée dans huit régions en France. C’est le cas de celles situées à la frontière. Dans les Hauts-de-France, anciennement appelés Nord-Pasde-Calais, elle a été déclarée ce mercredi soir par le ministère de la Santé publique.

    L’absentéisme au travail et dans les écoles y est d’ailleurs monté en flèche ces derniers jours. L’économie est même mise en péril à l’arrivée des fêtes.

     

    Suite à la propagation de ce virus, la poste manque de livreurs de colis, les caissières ont déserté leur siège, certains serveurs ne pourront être disponibles pour Noël…

    JUSQU’EN MARS

    « La grippe sévit fortement en France mais l’épidémie n’est pas encore chez nous. Si les frontaliers risquent de tomber plus rapidement malades, le reste de la Belgique devrait être épargné jusqu’à la fin des vacances de Noël.

    Le nombre de patients souffrant de la grippe est actuellement très faible.

    L’institut supérieur de santé publique affirme d’ailleurs que le taux de consultations pour syndromes grippaux reste au niveau de base.

    Seulement deux échantillons respiratoires positifs pour influenza A (H1N1) ont été récoltés cette semaine par leurs médecins vigies », explique un généraliste de la région du Centre.

    « L’épidémie devrait débuter après le nouvel an.

    Le retour au travail et sur les bancs de l’école devrait favoriser la transmission de la maladie. »

    Le seuil épidémique est établi en Belgique à 139,5 consultations sur 100.000 habitants. Une épidémie dure entre neuf à dix semaines. Elle commence en début janvier et se termine dans le courant du mois de mars.

    Pendant le pic, on a compté jusqu’à 2.500 décès par semaine les années précédentes. « Pour éviter d’attraper la grippe, j’ai trois conseils. Le premier est de se laver les mains régulièrement avec du savon ou une solution hydroalcoolique.

    La raison, le virus de la grippe peut survivre douze heures sur les vêtements et plusieurs jours sur les surfaces comme les poignées de porte ou les claviers d’ordinateur », affirme Marc, médecin depuis plus de 30 ans. « Le second est de se faire vacciner.

    Même si l’épidémie est déclarée, il n’est jamais trop tard.

    Cette petite piqûre est recommandée pour les personnes âgées de plus de 65 ans, celles atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes…

    Enfin, mon dernier conseil est pour les malades de la grippe.

    Ils doivent impérativement prendre du repos et ne pas aller travailler.

    Le virus induit une forte fatigue, il est donc dangereux de se déplacer.

    Travailler grippé provoque en plus une contamination des collègues et une expansion de l’épidémie ».

    Article de - ALISON VLT

    Source clic ici