Santé

  • Un centre de réflexologie aussi pour les bébés à Nandrin

    Lien permanent

    La réflexologie thérapeutique est une médecine douce qui sert à soigner et soulager certaines pathologies comme les troubles endocriniens et digestifs, la migraine, le sommeil, les douleurs persistantes, le stress et les allergies. « La réflexologie permet d’aider à soulager le quotidien des personnes qui souffrent. C’est un complément parfait à la médecine traditionnelle mais ne dispense pas d’un avis médical », souligne la Nandrinoise.

    Pour cela, la réflexologue effectue des stimulations à des points précis des pieds, des mains et du crâne correspondants aux organes touchés par les troubles, permettant au corps de « s’auto-guérir ». « Notre corps est programmé pour se soigner de lui-même, comme la cicatrisation après une coupure. Par la stimulation de terminaisons nerveuses précises, on envoie un message au cerveau, incitant le corps à guérir  ».

    Stéphanie Dessy pratique également la réflexologie sur les bébés pour soigner les troubles du sommeil et le reflux auxquels ils sont souvent sujets.

    Corps, esprit et émotions

    Dans le but d’accompagner chaque patient dans sa globalité, le centre propose également des séances de coaching de vie et l’EFT (Emotional Freedom Technique) pour aider à vaincre ses peurs et libérer ses émotions. « La vocation du centre est de travailler sur le corps, l’esprit et les émotions et percevoir la personne dans sa globalité afin qu’elle atteigne un bien-être psychique et physique ».

    Pour plus d’infos, Stéphanie Dessy est joignable via sa page Facebook « Ressource & vous » ou au 0494/08.69.85.

    Source 

    Nouveau à Nandrin ! Le centre Ressource & Vous

    P1100143 (2).JPG

    P1100098 (2).JPG

    P1100130 (2).JPG

    20181214_101807 (4).jpg

     

     

  • Travailler pour un mauvais chef rend malade et moins productif ?

    Lien permanent

    Les employés travaillant auprès d’un mauvais manager sont deux fois plus souvent absents (14%) pendant de longues périodes que ceux qui sont convaincus du leadership de leur supérieur (7%). C’est ce qui ressort d’une étude du prestataire en ressources humaines Securex publiée jeudi.

    Leur risque d’avoir un burn-out est doublement plus important, cela alors qu’un peu plus d’un tiers (35%) des salariés sondés ne sont pas convaincus des capacités de leadership de leur manager.

    Le manager, de son côté, s’attribue un meilleur score. Seuls 13% estiment ainsi qu’ils n’ont pas les compétences suffisantes. Ils se surestiment en effet souvent. Par exemple, alors que 82% d’entre eux croient inspirer avec leur vision du futur, seule la moitié (52%) des employés se disent effectivement inspirés. Lorsqu’ils motivent les employés, ces chefs grossissent également leurs capacités (86% contre 60%).

    Les supérieurs obtiennent le moins de points quand il s’agit d’admettre leur propre vulnérabilité. Seulement 52% des salariés interrogés estiment ainsi que leur manager ose admettre ses erreurs et ses faiblesses. Cela alors que la majorité de ces derniers (79%) pensent qu’ils le font. De même, un employé sur deux (51%) trouve que son chef recherche activement du feedback personnel (contre 74% des managers eux-mêmes).

    Capacité d’empathie ou pas

    Le manager a par ailleurs une capacité d’empathie limitée: 85% disent faire preuve d’empathie envers les autres mais ils sont 65% des employés à le voir de cette manière.

    Les avantages d’un supérieur authentique et empathique, se montrant vulnérable et ouvert sont pourtant clairement visibles, analyse Securex. Les salariés dans ce cas ressentent en effet moins de stress au travail (19% contre 41%), sont plus satisfaits de l’entreprise pour laquelle ils travaillent (84% contre 36%) et se sentent plus compétents dans leur travail (82% contre 58%).

     

    Source 

  • Attention Hôpital en saturation janvier 2019 évitez les services d'urgences

    Lien permanent

    Sauf urgence vitale, évitez nos services d’Urgences (Sart Tilman et ND Bruyères), et adressez-vous à votre médecin généraliste !

    Les hôpitaux sont saturés et la fréquentation actuelle excède leur capacité d’accueil : «Il n’y a pas d’épidémie de grippe, mais notre hôpital est à sa capacité maximale. Nous pouvons accueillir les urgences pour les stabiliser, mais nous n’avons pas de lits d’hospitalisation disponibles», explique Lucien Bodson, urgentiste au CHU de Liège. «Les autres hôpitaux liégeois sont visiblement confrontés au même problème.»

    Le message est donc sans équivoque : « Si vous vous rendez aux Urgences sur l’un de nos sites et que votre cas ne nécessite pas une prise en charge d’urgence absolue, il est fort probable que vous deviez attendre de nombreuses heures avant la consultation. Nous vous conseillons donc, ce qui est du reste une démarche à encourager en toute circonstance, de vous adresser en priorité à votre médecin généraliste ».

     

     Source 

     

  • Un si brillant cerveau - Les états limites de la conscience conférence le 18 janvier 2019

    Lien permanent

     

     

    Source 

    Un si brillant cerveau - Les états limites de la conscience

    Public
     · Organisé par Mee Ra Lepage
  • Attention :Non fumeur en juin prochain au CHU de Liège

    Lien permanent

    Le CHU de Liège vient de lancer une grande campagne de sensibilisation à destination de son personnel fumeur, qui passera également par quelques aménagements structurels. L’objectif ? Devenir un hôpital sans tabac. Au moins durant un mois dans un premier temps.

    En juin 2019, la cigarette devrait être totalement bannie des différents sites du CHU de Liège. Durant un mois du moins. C’est en tout cas l’objectif poursuivi par plusieurs tabacologues du CHU liégeois, à l’origine de ce projet d’hôpital sans tabac.

    « Le CHU fait déjà partie du réseau ‘hôpital sans tabac’, précise Fabienne Princen, infirmière tabacologue en radiothérapie oncologie. Dans ce cadre, il existe une charte de dix points qu’il est de bon ton de respecter. Mais tous ces points ne l’étaient pas encore. Avec d’autres tabacologues, on a donc voulu faire bouger un peu les choses. »

    Une des premières mesures concernera les zones fumeurs actuelles. Qui vivent leurs derniers instants. Actuellement, les accros à la nicotine se regroupent en effet habituellement aux différentes entrées des sites du CHU, devant l’accès principal ou à proximité des urgences. D’ici peu, ce ne sera plus le cas.

    « Pour l’instant, on peut en effet fumer devant l’entrée principale ou devant les urgences, confirme Mme Princen. Rien ne l’interdit et on trouve même des cendriers à ces endroits. Mais maintenant, on va déplacer ces ‘fumoirs’. Au Canada, ils ne peuvent se trouver à moins de neuf mètres des entrées des hôpitaux, on va s’inspirer de ce qui se fait là-bas. »

    Terminé donc de voir patients, visiteurs et même quelquefois médecins et personnel soignant cigarette à la main à l’entrée de l’hôpital. Les espaces pour fumeurs existeront toujours bel et bien mais seront dorénavant moins exposés. Et mieux localisés : « On va également installer des marquages au sol pour délimiter les zones fumeurs des zones non-fumeurs. »

    Mais ces aménagements structurels ne seront pas les seules mesures prises dans le cadre de ce projet d’hôpital sans tabac.

    Depuis quelques jours, l’ensemble du personnel est ainsi invité à participer à une grande enquête.

    Le but ? Dresser un état des lieux du nombre de fumeurs au sein du CHU et, parmi eux, de ceux qui seraient prêts à entamer des démarches en vue d’arrêter la cigarette. Avec, in fine, l’espoir d’en convaincre une majorité de se lancer dans l’aventure. Avec quelques incitants à la clé.

    Consultations au travail

    « On va proposer aux membres du personnel qui souhaitent arrêter de les aider, souligne Mme Princen. Nous devons encore recevoir l’aval de la direction, mais notre proposition, c’est que les consultations auprès de tabacologues se déroulent pendant les heures de travail. Ce serait une manière de les inciter à prendre rendez-vous pour une consultation. »

    Une campagne vidéo, reprenant de multiples conseils susceptibles d’aider ceux qui souhaitent arrêter le tabac, va également être mise en ligne prochainement. Avec en ligne de mire la journée mondiale sans tabac, qui se déroulera le 31 mai. Mais surtout les 30 jours qui suivront…

    « L’objectif, ce sera en effet de faire un mois complet sans tabac au CHU, du 1er au 30 juin. C’est le même principe que la ‘tournée minérale’, et ça se fait déjà en France, au niveau national. Et là, on voit que ça fonctionne. Chez nous, ce sera juste à l’échelle de l’hôpital. Les gens devront s’inscrire et s’engager. Mais on va essayer de faire ça de façon ludique. On veut être dans le positif, pas dans l’interdiction. »

    Avec l’espoir, à termes, d’arriver à un hôpital sans tabac en permanence ? « Avoir un hôpital sans tabac, on n’y arrivera jamais, mais avoir un hôpital où on respecte déjà la charte, c’est déjà bien. Pour l’instant, rien n’est vraiment fait pour aider ceux qui souhaitent arrêter de fumer. Ici, on va essayer de les amener à entamer la démarche et faire en sorte qu’ils ne fument plus où ils ne peuvent pas mais seulement dans les endroits prévus. »

    Un bilan sera dressé au terme de ce premier mois sans tabac du CHU de Liège. Bilan qui décidera de l’avenir de l’opération. « Mais si ça fonctionne, on espère bien la reconduire l’année prochaine, termine Fabienne Princen. Et même d’année en année. Si 300 fumeurs participent, c’est 300 personnes de touchées. Et si l’une d’entre elle arrête la cigarette, c’est déjà gagné… »

    Article de 

    B9715509576Z.1_20180425090444_000+GHSB5SU6D.1-0.jpg

    Source 

  • Nouveau à Nandrin ! Le centre Ressource & Vous

    Lien permanent

     Le centre Ressource&Vous vous propose différents services dédiés au Mieux-être et à la Santé. Réflexologie (pieds, mains, crâne), Coaching, EFT, pour retrouver bien-être et énergie ou pour un accompagnement de votre santé.

    Ces thérapies complémentaires (*) accompagnent la personne dans sa globalité, en considérant les liens fondamentaux existants entre le corps, l'esprit, les émotions, l'énergie, ... ainsi que ceux existants entre le stress, la maladie/mal-être, et la stimulation des capacités d'auto-guérison de l'organisme.

    Centre Ressource&Vous, rue de la Gendarmerie 72, 4550 Nandrin, (près de la route du Condroz, à 1 min du rond point des vaches).

    Sur RDV, contact Stéphanie Dessy au 0494/086985, et www.ressourceetvous.be

     

    P1100143 (2).JPG

    P1100098 (2).JPG

    P1100130 (2).JPG

    20181214_101807 (4).jpg

     

  • Cela coûtera trois fois moins cher pour arrêter de fumer

    Lien permanent

    En général, un fumeur a besoin de cinq à sept tentatives pour arrêter. Les médicaments augmentent considérablement les chances de réussite.

    Depuis 2015, deux tentatives de sevrage tabagique sont remboursées par personne. La ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open VLD) a décidé de passer à la vitesse supérieure, comme elle l’a précisé à nos confrères du Soir.

    À partir du 1er février 2019, le prix de la varenicline sera de 14,80 euros pour le « starter pack » après remboursement, contre 49,95 euros actuellement.

    Pour les bénéficiaires du régime préférentiel, ce sera encore 5 € de moins.

    Ce médicament de sevrage tabagique est vendu sur prescription sous le nom de Champix par son inventeur, Pfizer.

    Il n’agit pas sur tous les patients de la même manière. Certains ne le supportent pas. C’est pour cela que le fumeur doit suivre un traitement test de deux semaines afin de déterminer s’il supporte bien le produit.

    TAUX DE RÉUSSITE : 15 % La particularité, c’est que le patient doit choisir une date pour arrêter de fumer, et s’y tenir. Cette date se situera entre le 8e et 14e jour suivant le début de la prise. Le traitement commence donc une à deux semaines avant cette date d’arrêt projetée.

    Employée seule, la varenicline affiche des taux de réussite à un an qui avoisine les 15 %. C’est au moins trois fois mieux que le fumeur qui essaie d’arrêter sans aucune aide. En 2017, 14.761 fumeurs ont reçu une prescription pour un traitement de sevrage tabagique, contre 20.051 en 2016. Dorénavant, les fumeurs auront droit à trois traitements remboursés, et ce, tous les cinq ans.

    « Certaines personnes arrivent plus facilement à arrêter de fumer que d’autres.

    Une chose est certaine : les chances de réussite augmentent fortement à chaque tentative.

    C’est pourquoi nous élargissons également le nombre de tentatives remboursées », a précisé la ministre De Block au Soir.

    Source 

     

  • Vaccins contre la grippe : les réserves sont à sec !

    Lien permanent

    « Dans notre pharmacie, nous avons encore quelques doses mais il n’est plus possible d’en commander auprès du fournisseur. Il n’en dispose plus. Si on arrive à la rupture de stock, on s’arrangera avec d’autres pharmacies de notre groupe qui disposent de quantités plus importantes. Il est toutefois temps pour les retardataires de se faire vacciner en raison de l’arrivée du virus et de la difficulté à trouver des vaccins », nous confie-t-on à la pharmacie Familia de Tournai. Même topo dans une officine de la province du Luxembourg. « Nous avons trois fournisseurs différents pour le vaccin contre la grippe. Les deux premiers ne savent plus nous envoyer de nouvelles doses. Pour le dernier, c’est en quantités très limitées. Je pense que, d’ici deux semaines, il sera extrêmement difficile pour un patient de s’en procurer encore », nous explique l’Arlonaise.

    Si ces avis sont partagés par les autres pharmaciens et médecins contactés, nous n’avons pu obtenir la confirmation auprès de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS), nos appels restant sans réponse. Mais, nos voisins français font face à la même situation. « Je vous confirme qu’il y a une pénurie au niveau national. Les pharmacies qui en ont suffisamment commandé en ont toujours en stock, mais d’autres n’en ont plus. Et il est impossible d’en recommander car il n’y en a plus en réserve chez les grossistes », a confié la présidente du Conseil national français de l’ordre des pharmaciens au quotidien « Le Parisien ».

    Épidémie en début janvier

    En moyenne, 500.000 Belges sont touchés chaque année par le syndrome grippal. Pour l’instant, l’activité du virus est encore très faible mais cela ne devrait pas durer.

    « Selon nos dernières données, seuls quelques cas ont été recensés sur l’ensemble du pays. Le seuil épidémique devrait être dépassé en début janvier. Il nous est toutefois impossible de préciser une date exacte », détaille Isabelle Thomas, une des virologues de l’Institut de Santé Publique Sciensano. « Si la période de vaccination a lieu habituellement en octobre et en novembre, il est toujours utile de se faire vacciner. Et ce, jusqu’au début de la circulation importante du virus. Lors du pic épidémique, cela ne vaudra par contre plus la peine car il faut deux à trois semaines après l’injection pour que le vaccin devienne totalement efficace contre la grippe. »

    ALISON VERLAET

    Source 

  • Nandrin aussi dans les pénuries de médecins

    Lien permanent

    Ce sont des témoignages poignants de médecins qui nous ont poussés à nous interroger sur la pénurie de généralistes. L’Agence pour une vie de qualité (Aviq) indique que 144 communes wallonnes y font face, contre 119 en 2016. Dans certaines d’entre elles, les médecins sont au bout du rouleau.

    « Je n’en peux plus. Les patients font file dans ma salle d’attente et je n’arrive pas à prendre un jour de repos. Je travaille chaque jour de 7 heures à 22 heures. Et un week-end sur deux, je suis de garde. Je suis épuisé physiquement et émotionnellement… Et pourtant, entre les épidémies de gastro-entérite et de grippe, les semaines à venir seront les pires ! Mais je tiens bon car je sais que mes patients ont besoin de moi. Il faut vraiment trouver une solution sur le long terme. Je suis âgé et je ne vois aucun jeune qui vient s’installer dans ma région. Si on ne fait rien, mes patients devront faire d’ici dix ans 30 à 40 kilomètres pour être soignés », nous confie un médecin de la province de Luxembourg.

    « UNE VIE INFERNALE » Dans le Centre, des praticiens ne trouvent pas de remplaçant durant leurs congés. « On arrive en période de congés scolaires.

    Et je ne trouve aucun confrère qui accepte que j’oriente ma patientèle vers lui durant mes vacances à l’étranger. Quand un d’entre nous est en congé, la situation devient extrêmement compliquée pour les autres. Déjà surchargés de travail, ils doivent accueillir temporairement de nouveaux malades. Et dans ces cas-là, on croise les doigts pour qu’un des médecins ne tombe pas malade ou n’aie pas un problème familial. Car ce serait une vraie catastrophe », affirme un généraliste louviérois.

    Tout cela pousse certains d’entre eux à prendre des mesures radicales. « Nous sommes toujours plus nombreux à refuser de nouveaux patients pour garder un semblant de vie privée. Pour ma part, j’ai mis un terme aux consultations libres.

    Aujourd’hui, c’est sur rendez-vous », ajoute un autre docteur. Si bon nombre des témoignages qui nous sont parvenus sont anonymes, ce ressenti global est confirmé par les statistiques. Selon l’Aviq, plus d’une commune sur deux en Wallonie fait face à une pénurie de généralistes. Cela représente 144 communes. À en croire les praticiens interrogés, la situation va aller crescendo avec les années. Mais comment expliquer ce phénomène ?

    « Tout d’abord, la médecine généraliste n’est pas perçue durant les études comme un choix prestigieux, beaucoup d’étudiants se spécialisent donc. Ensuite, les jeunes souhaitent aujourd’hui une vie personnelle épanouissante avec des horaires de 8 heures à 18 heures. Là où la génération plus âgée pouvait travailler jusqu’à 21 ou 22 heures », nous confie Thierry Van der Schueren, Secrétaire Général de la Société Scientifique de Médecine Générale (SSMG).

    REFUS DES NOUVEAUX PATIENTS

    « À cela s’ajoute, la complexité croissante de notre métier avec davantage de patients souffrant de maladies chroniques et des patients plus exigeants. Ils veulent par exemple participer au choix des médicaments. Cela allonge le temps de consultation. C’est pourquoi de plus en plus de généralistes placent des limites concernant le nombre maximal de patients à la journée », continue-t-il.

    L’âge moyen de nos médecins étant de plus en plus élevé, la situation ne risque pas de s’arranger car ils ne seront pas tous remplacés par des jeunes. « Il y a des poches de pénurie plus problématiques. C’est surtout le cas en milieu rural. Dans ces communes, il y a moins d’habitants et les médecins doivent parcourir de nombreux kilomètres entre chaque patient.

    Ces zones sont aussi éloignées des grandes villes et les médecins ne disposent pas de tous les services. Tout cela n’incite pas les jeunes à venir s’y installer », affirme Dr Simon, de Colfontaine. « Dans certaines régions, la pénurie s’exprime davantage au niveau des services de garde. Il n’y a pas assez de généralistes pour travailler les nuits et weekends. Et certains sont obligés de faire de nombreux soirs ». -

    Article de ALISON VERLAET

    Source 

    medecin.JPG

  • Attention Deux épidémies pour les fêtes

    Lien permanent

    La gastro signe son retour depuis un mois en Belgique et l’épidémie sera bien là pour les fêtes. Les pharmacies sont prises d’assaut et les salles d’attente des médecins sont pleines à craquer.

    Pour éviter d’attraper le virus d’un membre de votre famille pendant les réveillons, il faut se laver les mains très régulièrement et boire beaucoup d’eau pour nettoyer son organisme.

    « Bien que cela reste assez difficile et qu’on veut être ensemble en cette période, l’isolement des personnes malades reste le meilleur moyen d’éviter la contagion de la gastro-entérite au reste de l’entourage », indique un médecin.

    L’autre épidémie concerne la bronchiolite. « Il y a deux semaines, la Belgique a connu un pic de malades.

    Aujourd’hui, l’épidémie tend à se stabiliser », nous confie une scientifique de l’Institut belge de Santé Sciensano. « Malheureusement, il y a peu de moyens pour s’en prémunir. Seules les règles d’hygiène de base peuvent aider ». -

    Article de A.VLT

    Source 

  • Attention : Davantage de crises cardiaques le jour du réveillon de Noël

    Lien permanent

    Le risque d’une attaque cardiaque est plus élevé lors du réveillon de Noël avec un pic à 22h ce jour-là, selon une étude du Karolinska Institute de Stockholm, publiée dans le British Medical Journal.

    Les chercheurs ont comparé les dates et heures de plus de 280.000 attaques cardiaques survenues en Suède durant 16 ans. Selon ces chercheurs, le risque d’avoir une crise cardiaque est plus élevé lors du réveillon de Noël surtout chez les personnes âgées de 75 ans et plus, souffrant de problèmes cardiaques ou de diabète.

    Pour les scientifiques, il faut donc trouver des moyens pour ménager les personnes souffrant d’un stress lié à la fête de Noël.

    PARTOUT DANS LE MONDE

    Le risque d’avoir une crise cardiaque est 37 % plus élevé la veille de Noël.« Une expérience aiguë de colère, tristesse, anxiété et stress augmente le risque d’attaque cardiaque et peut expliquer le risque plus élevé observé dans notre étude », indiquent les chercheurs qui expliquent que le 24 décembre est le principal jour de célébration de Noël en Suède.

    Pendant les vacances de Noël, le risque global d’infarctus du myocarde connaîtrait en outre une augmentation de 15 %.

    Par contre, pas plus d’infarctus que lors de l’année lors des vacances de Pâques selon l’étude. Selon une autre étude menée aux États-Unis, il apparaît que même les pays chauds sont concernés par ce pic d’infarctus de Noël. À quoi attribuer cette augmentation ?

    Sans doute au stress lié à la préparation des fêtes, à la crainte de voir certains membres de sa famille, aux abus alimentaires et à la consommation d’alcool

    Source 

  • Attention : Fièvre et crampes abdominales, ne consommez pas ces produits à base de viande

    Lien permanent

    Fièvre et crampes abdominales, ne consommez pas ces produits à base de viande: l’AFSCA et les magasins du groupe Colruyt lancent un avertissement

    En collaboration avec l’AFSCA, les magasins OKAY demandent de ne pas consommer ces produits et de les ramener au point de vente.

    Le producteur Norenca a détecté la présence de Salmonella dans plusieurs de ses produits et a décidé de les retirer de la vente, en consultation avec l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), indique-t-il mardi. Les produits à base de viande de veau ont été distribués via divers magasins Okay.

    Les produits concernés sont le « veau chipolata 6ST » (numéro d’article 16304), le « veau haché épicé » d’environ 400 grammes (numéro d’article 16374) et le « burger de veau » deux pièces (numéro d’article 16375). Ils sont vendus depuis le 11 décembre, présentent une date de péremption jusqu’au 18 décembre et leur numéro de lot est le 01850344.

    La société Norenca demande à ses clients de ne pas consommer ces produits et de les ramener au point de vente. Elle invite les personnes qui ont consommé ces aliments et qui présentent des symptômes, comme de la fièvre ou des crampes abdominales, à consulter leur médecin.

    Source et photos des produits clic ici 

  • Découverte incroyable : cancer diagnostiqué en 10 minutes !

    Lien permanent

    Des chercheurs australiens ont annoncé avoir réussi à développer un test qui permettra de détecter un cancer en seulement dix minutes. Selon les chercheurs, la procédure est simple et pas du tout complexe.

    En cas de cellules malignes, le liquide contenu dans le test change de couleur.

    Il n’indique cependant pas où se localise le cancer ni à quel stade il est avancé. Lors des essais, cette technique s’est révélée être précise à 90 %.

    Ces chercheurs se sont aperçus, qu’une fois placées dans l’eau, les cellules cancéreuses prenaient une structure ADN unique, aisément identifiable, une sorte de marqueur biologique universel du cancer.

    NON INVASIF, PEU COÛTEUX

    « Découvrir que l’ADN des molécules cancéreuses forme une nanostructure 3D complètement différente de l’ADN qui circule normalement, a été une percée qui a permis une nouvelle approche dans la détection non invasive du cancer » indique l’un des chercheurs. Jusqu’à présent, ce test a seulement été utilisé sur des cancers du sein, de la prostate et du système lymphatique, mais les chercheurs sont confiants pour les autres types de cancers. La plupart des tests de dépistage du cancer sont aujourd’hui effectués par une biopsie. La technique, invasive et coûteuse, consiste à prélever un échantillon de tissu ou de tumeur afin de voir si les cellules sont cancéreuses.

    L’alternative élaborée ici est beaucoup plus simple. Il s’agirait donc une avancée incroyable d’autant qu’en 2016, 68.216 nouveaux diagnostics de cancer ont été enregistrés en Belgique. Environ un homme sur trois et une femme sur quatre seront atteints par la maladie avant leur 75e anniversaire.

    Dans le monde, on estime globalement que pour l’année 2018, plus de 18 millions de personnes auront reçu le diagnostic de cancer. On estime que ces chiffres liés au cancer dans le monde, ne pourront qu’augmenter.

    Par extrapolation de ces données, on pourrait s’attendre à ce que, d’ici 2030, il y ait, dans le monde, environ 26,4 millions de nouveaux cas de cancer et 17 millions de décès dus au cancer par an. C

    hez les adultes, les cancers les plus fréquents sont ceux de la prostate, du sein, du poumon et du côlon.

    Ces 4 cancers représentent la moitié de tous les cas de cancers !

    source 

  • Les Millefeuilles vous présente la gamme de 8 tisanes !Marché Zéro déchet les Gozettes le dimanche 16 décembre

    Lien permanent

     Marché Zéro déchet les Gozettes le dimanche 16 décembre : https://www.facebook.com/events/936613669861239/

     

     

    Les Millefeuilles

    Rue des Aubépines 
    4577 Strée, Liege, Belgi 

  • À l’hôpital de Huy, les 15 administrateurs ont décidé de continuer à se rassembler deux fois par mois

    Lien permanent

    Quinze personnes au conseil d’administration CHRH

    Quinze personnes, quasi tous des hommes et femmes politiques, composent le CA du CHRH et se partagent les comités restreints de gestion. Suite aux élections communales, quelques changements ont été opérés cette semaine mais le renouvellement en fonction de la clé D'Hondt de répartition des sièges n’aura lieu que le 30 juin prochain. Pour le moment donc, font partie du CA :

    Pour le PS, André Deleuze, Raymond Laloux, Gaëtane Donjean, Francine Rorive et Bernard Lhonnay.

    Au MR, Sophie Seinlet.

    Pour le cdH, Philippe Charpentier et Jeanne Defays.

    Chez Ecolo, Rodrigue Demeuse, Jean-Michel Javaux et Nicolas Parent.

    Les trois représentants du CPAS sont Geneviève Nizet (PS), Marie-Christine Bertrand (PS) et Pierre-Yves (cdH mais désormais élu Ecolo).

    Le représentant des associés privés de l’hôpital s’appelle Marcel Petry.

     

    CHR de Huy: seules 12 réunions sur 25 payées aux administrateurs

    C’est assez rare pour être souligné. Les administrateurs de l’intercommunale du Centre hospitalier régional de Huy, quasiment tous des conseillers communaux, vont désormais travailler sans être rémunérés. Du moins en partie. Le décret modifiant le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, en vue de renforcer la gouvernance et la transparence dans l’exécution des mandats publics au sein des structures locales et supra-locales et de leurs filiales, limite en effet le nombre de réunions avec jetons de présence à douze par an.

    Or, au CHRH, le comité restreint de gestion se réunit deux après-midi par mois pour les décisions courantes (engagement, investissement, budget etc.). Il pouvait décider de s’en tenir aux 12 réunions prescrites, quitte à ce qu’elles durent plus longtemps, ou bien d’en organiser plus... mais sans jeton de présence. C’est cette deuxième option qui a été choisie par l’ensemble des administrateurs, dont fait notamment partie Rodrigue Demeuse (Ecolo), désormais vice-président du Conseil d’administration : « L’enjeu de l’hôpital est essentiel pour notre région et mérite que ses administrateurs s’impliquent réellement dans sa gestion. C’est donc important de maintenir une réunion toutes les deux semaines pour suivre les dossiers de près, même si ça doit être à titre gratuit. »

    Pour « compenser » ces heures de travail non payées, le jeton de présence a été « très légèrement augmenté, pour être de 150 euros brut de mémoire. Ce qui n’est pas excessif car les réunions durent souvent quatre ou cinq heures. Il y aura donc une moitié de réunions gratuites dans la mesure ou le CA et les comité de gestion se voient environ 25 fois par an », souligne Jean-François Ronveaux, directeur général du CHRH.

    Cette délibération adoptée par l’assemblée générale du CHRH (le 26 juin 2018) portant sur la fixation des rémunérations des mandataires a été annulée par un arrêté ministériel du 4 septembre dernier. « C’est parce que nous souhaitions que la mesure entre en application au 1er janvier 2019, or la ministre voulait l’avancer au 1er juillet 2018 », indiquent le directeur général et l’ancien président du CA, Alexis Housiaux. Le point est repassé fin novembre dernier.

    Relevons que la CGSP a déposé un cahier de revendication demandant à pouvoir assister aux réunions du CA et des comités restreints de gestion, en tant qu’observateur, « pour être directement au courant des décisions prises », précise Daniel Rommes.

     

    Par AG 

    Source 

  • Pour se débarrasser des poux, il faut traiter toute la famille !

    Lien permanent

    RECRUDESCENCE EN RÉGION LIÉGEOISE ET EN PROVINCE DE LUXEMBOURG

    Alors qu’il y a quelques années, les poux envahissaient les cheveux des enfants à la rentrée scolaire principalement, ils sont aujourd’hui présents tout au long de l’année. Des pics sont observables selon les régions à des moments très différents. Actuellement, plusieurs écoles de la région liégeoise et de la province de Luxembourg, notamment, se plaignent d’un retour de ces nuisibles, d’autres régions pourraient suivre dans les prochaines semaines. « On a des produits moins efficaces et des parents qui ne travaillent pas tous ensemble. Donc on a une recrudescence permanente. Maintenant, c’est même plutôt en été quand il y a des camps qu’on remarque un pic et toujours aussi à la rentrée scolaire. Mais on vend des produits anti-poux toute l’année. Chez nous, c’était il y a un mois et c’est quelque chose qui tourne. C’est plus calme pour l’instant. Jusqu’à la prochaine épidémie…», déplore un pharmacien namurois. Il estime en effet que les parents ne traient pas toujours efficacement les cheveux de leurs enfants. DEUX SHAMPOINGS MINIMUM L’application d’un shampoing anti-poux est efficace si l’enfant n’est plus en contact avec les nuisibles. Il faut donc traiter l’ensemble de la classe et les vestes, manteaux, écharpes… « Il faut toujours traiter toute la famille et tout le monde d’un coup. Il faut recommencer une semaine plus tard car les produits ne sont pas toujours efficaces sur les lentes, qui mettent une semaine à éclore et il faut être sûr que l’enfant ne soit plus en contact avec les poux. Pour éliminer le parasite des vêtements, il faut soit laver les tissus à plus de 60oC, soit les tenir à l’écart de tout hôte potentiel pendant plus de 15 jours. Si le pou est privé de nourriture, il finira par mourir au bout de 15 jours. La cause du problème no1, c’est que tout le monde ne traite pas ses enfants en même temps. Les vestes aux portemanteaux des écoles se côtoient et les poux se propagent », explique le pharmacien. Quant au traitement, il n’existe rien de reconnu scientifiquement en termes de prévention mais les shampoings naturels qui assèchent les poux fonctionnent très bien. -

    Article de FANNY JACQUES

    Source 

  • Le prix chez le médecin augmente dès janvier 2019

    Lien permanent

    Les honoraires pour une consultation chez le médecin de famille, une visite à domicile ou le dossier médical global augmenteront de 3,33 % dès janvier, a indiqué Marc Moens, président de l’Association belge des syndicats médicaux (Absym). Le ticket-modérateur augmente d’environ autant, de sorte que le coût pour le patient reste pratiquement constant. Les honoraires pour une consultation classique passeront de 25,4 à 26,3 €. Le ticket modérateur augmentera dans les mêmes proportions. Une consultation à domicile passe à 38,9 € (+ 1,25 €), une hausse qui ne sera pas totalement compensée par la mutuelle. Pour un dossier médical global (DMG), ce sera 31 € au lieu de 30 et 56,8 au lieu de 55 € pour les malades chroniques. Le ticket-modérateur est augmenté de 3,3 % pour le DMG également. -

    Source 

  • Elle aide les familles à se réconcilier

    Lien permanent

    CHRH: des thérapies pour aider les familles à se réconcilier

    Durant les périodes difficiles, il arrive que des familles ou des couples se tournent vers la thérapie de groupe. Depuis le 1er octobre dernier, Fatima Ajdini, infirmière en neuropsychiatrie au CHR de Huy, organise des thérapies familiales et de couple. Elle a reçu le soutien de la cheffe de la psychiatrie, du chef de la psychologie et de l’infirmier en chef du service de psychiatrie. «Je me suis rendue compte que la maladie avait des répercussions sur les familles des patients », confie-t-elle. L’infirmière a donc suivi des cours de thérapie systémique. « La famille est un système. Quand une personne va mal, tout le monde va mal. Le système dans son entièreté souffre».

    L’infirmière aide les patients à comprendre leur problème et à trouver une solution. Et là, pas de recette miracle, les familles doivent coopérer. « Je leur donne un coup de pouce grâce à divers outils. Je leur apporte aussi une écoute attentive et de confiance. L’objectif est de trouver de nouvelles façons de communiquer », précise la médiatrice. Le job de Fatima, c’est avant tout d’aider ces familles et couples à rétablir la communication.

     

    Concernant les couples, il ne s’agit pas forcément de garder les deux personnes ensemble à tout prix. «J’aide les couples à se séparer sereinement si ça ne va vraiment pas », ajoute Fatima Ajdini.

    Née en Belgique, Fatima Ajdini a des origines kosovares. Sa famille a fui le pays et s’est adaptée à la culture belge. Un patrimoine que l’infirmière utilise régulièrement en thérapie. « De plus en plus de personnes viennent du Kosovo. Au CHR, on aide ces personnes dans leur processus d’intégration. Il arrive donc que les psychologues de l’hôpital fassent appel à moi pour les comprendre autant au niveau du langage que de la culture », affirme Fatima. Aider des familles étrangères à s’intégrer fait partie des services proposés par l’infirmière pendant les thérapies familiales. Il arrive aussi qu’elle s’occupe de familles mixtes dans laquelle des croyances et nationalités différentes doivent apprendre à coexister.

    L’hôpital reçoit beaucoup de demandes depuis l’ouverture des consultations en octobre. Et les motivations sont multiples : « Ils viennent à cause d’un manque de communication, de conflits avec les enfants ou entre les générations ou d’un événement traumatique comme un accident ».

    Les consultations ont lieu le lundi de 12h30 à 18h. Le nombre de séances nécessaires varie en fonction des besoins du patient. Prise de rendez-vous au 085/27.27.27.

    ESTELLE FALZONE

    Source 

  • "Comment gérer mon poids en vieillissant" ce mercredi 21 novembre 2018

    Lien permanent

    La commune de Modave, la Province de Liège et le PCS Condroz vous invitent cordialement à la conférence qui aura lieu à Strée (Modave) ce mercredi 21 novembre sur le thème "Comment gérer mon poids en vieillissant"

     

    Vous trouverez toutes les infos concernant cette conférence via le lien suivant :  http://www.provincedeliege.be/fr/evenement/20/14138?fbclid=IwAR1cvvi80m6kdDbkH4EUlEDs12RbPKLeIt8aCVELG9mIPGkmywad9EPKq4w

     

     

     

    Voici également un lien vers la page facebook de l'évènement :

    https://www.facebook.com/events/303036403636377/

     

    Au fil des années, le poids corporel fluctue, c’est inévitable.
    Pourtant les besoins énergétiques journaliers restent les mêmes.
    Alors, que se passe-t-il dans notre corps après 50 ans ?
    Perte de masse maigre (fonte musculaire), augmentation ou au contraire diminution du tour de taille ?
    Comment peut-on expliquer ces modifications et quelles en sont les causes ?
    Que faire en cas de prise ou de perte de poids ?

    Vous souhaitez en savoir plus ? N’hésitez pas à nous rejoindre.

    Mercredi 21 novembre 2018 à 19 h 30 - Accueil à partir de 19 h
    Salle du Bois Rosine - rue du Bois Rosine, 7 – 4577 Strée (Modave)

    Entrée gratuite - Réservations souhaitées
    04/279 43 40 - iproms@provincedeliege.be

     

    Je vieillis, comment gérer mon poids ?

    Public
  • Le Collège a décidé de remplacer les billes de caoutchouc des terrains synthétiques par du liège

    Lien permanent

    Des nouveaux terrains sans risque et conformes aux normes

    Il y a quelques jours, le collège communal de Wanze avait décidé de faire analyser les billes de ses terrains de foot synthétiques dans un laboratoire spécialisé sans attendre les résultats de l’enquête sollicitée par la Ministre en charge des Infrastructures sportives, Valérie De Bue et par la Ministre de la Santé, Maggie De Block. Une décision prise suite au reportage du magazine «Questions à la une» du mercredi 31 octobre sur la RTBF concernant la dangerosité des terrains synthétiques.

    Mais quelque soient les résultats de l’analyse, le Collège communal de Wanze a décidé de remplacer le revêtement et/ou les composants du revêtement des terrains synthétiques par des matériaux respectant les normes les plus strictes en matière de santé.

    «Nous allons au minimum aspirer les billes en caoutchouc pour les remplacer par des billes en liège, voire changer complètement les terrains si cela s’avère nécessaire, explique le bourgmestre Christophe Lacroix. Nous ne pouvons prendre aucun risque sur la santé de nos citoyens ».

    De 250 à 400.000  €

    «Nous allons inscrire le projet au budget 2019, et faire une demande de subsides pour renouveler les terrains synthétiques. Il s’agit d’un fameux budget, allant de 250 à 400.000 euros ».

    Dans ce cadre, les autorités communales ont sollicité la Ministre De Bue concernant une subvention éventuelle aux communes afin de procéder au remplacement de ces matériaux; à l’instar de ce qu’a annoncé Fadila Laanan, Secrétaire d'Etat à la Région de Bruxelles-Capitale chargée des Infrastructures sportives communales, pour le renouvellement des terrains en région bruxelloise.

    Déjà en mars dernier, après la diffusion du reportage d’Envoyé Spécial sur France 2 sur le même sujet, la conseillère communale et présidente de l’asbl Vive le Sport, Charlotte Rouxhet, interrogeait le Conseil communal wanzois concernant l’éventuelle dangerosité des terrains synthétiques. Les conseillers s’étaient plus particulièrement intéressé aux petits granulats de caoutchouc SBR provenant de pneus recyclés qui composent le lestage des terrains synthétiques de la RES Wanze/Bas-Oha à Antheit. Le conseil communal avait alors déjà pris la décision de placer des composants naturels lors du remplacement du gazon synthétique prévu initialement dans trois ans. Par ailleurs, les autorités communales avaient également pris la précaution d’imposer que les gardiens de bus ne s’entraînent plus sur le terrain synthétique. Ceux-ci sont, en effet, régulièrement en contact avec ces matériaux.

    Bientôt les résultats

    Les derniers prélèvements pour l’analyse toxicologique ont été effectués ce lundi-ci. «Nous devrons recevoir les résultats des analyses d’ici quelques jours. Elles nous diront si oui ou non, on dépasse les normes. Si c’est non, on sera rassuré. A l’heure actuelle, aucune étude scientifique démontre le lien entre la composante de ces terrains et des cancers. Néanmoins, on ne peut nier les coïncidences et les faits interpellants. Il en va de la santé de nos citoyens », poursuit le bourgmestre.

    Christophe Lacroix espère que tous ces changements seront effectués et que les nouveaux terrains seront prêts pour la prochaine saison sportive.

    ESEN KAYNAK

    Un appel aux bourgmestres pour un subside exceptionnel

     

    Par ailleurs, le Collège communal a adressé un courrier à l’ensemble des Bourgmestres et Echevins des Sports de Wallonie les invitant à intervenir également auprès de la Ministre De Bue afin qu’elle accorde un financement exceptionnel aux communes soucieuses de développer des infrastructures sportives sans danger pour la santé de ses utilisatrices et utilisateurs. Les autorités communales wanzoises estiment, en effet, important que les communes puissent être aidées pour faire face à ces dépenses urgentes étant donné l’inconnue des effets de ces billes en pneus recyclés sur la santé et l’environnement. «Nous leur demandons de nous rejoindre dans ce combat vu le budget important que cela représente, et encore plus pour une petite commune comme Wanze. Et rappelons que la Région wallonne est responsable de la qualité des infrastructures sportives », conclut Christophe Lacroix.

    Article de E.K.

     

    Article et photo clic ici 

  • Nandrinois Une app gratuite pour arrêter de fumer

    Lien permanent

    Tabacstop propose une toute nouvelle application pour aider les fumeurs à arrêter la cigarette.

    L’app rassemble des conseils scientifiquement validés, des statistiques ou encore des défis pour se changer les idées en cas de forte envie de fumer. Gratuite pour l’utilisateur, elle est financée par les autorités et permet, entre autres, de poser des questions aux tabacologues de Tabacstop. Cette application est disponible sur www.tabacstop.be/app-tabacstop ou sur Google Play Store ou Apple Store

     

    Source 

  • Nandrinois ; Vos mutuelles sont en pleine mutation… mais pas d’inquiétude !

    Lien permanent

    Vous êtes nombreux à avoir reçu des lettres vous informant que votre mutuelle se réorganisait. Des documents qui ont induit des inquiétudes. Mais, il semble que ces nouveautés sont plus positives que négatives.

    > Les Libres.

    « Nous sommes dans un contexte financier difficile où nous devons réaliser des économies pour garantir nos services. Nous devons aussi nous conformer au changement de législation car certaines compétences de santé sont passées aux régions. Nous devons enfin développer notre digitalisation. Pour toutes ces raisons, nous sommes passés de sept à cinq mutuelles. Et d’ici 2022, nous n’en regrouperons plus que trois », nous confie Xavier Brenez, directeur des Mutualités Libres. « Pour nos membres, il n’y aura que du positif. Les remboursements seront meilleurs, et ce, sans impact sur les cotisations ».

     Les Socialistes (Solidaris).

    « Face aux défis financier, juridique, politique et digital, nous allons regrouper nos forces régionales. D’ici 2022, les différentes mutualités wallonnes de Solidaris vont s’unir pour constituer une seule mutualité. Cela va maximiser nos forces, atouts et services. L’objectif est d’améliorer notre qualité et renforcer notre proximité. Rien ne va changer pour nos membres si ce n’est l’uniformisation des services. La réassurance du ticket modérateur sera, par exemple, disponible pour tous, ce qui n’est pas le cas actuellement », explique JeanPascale Labille, secrétaire général de Solidaris.

     Les Neutres.

    La réorganisation y bat son plein. « Nos trois mutualités – Munalux, Charleroi et Liège – fusionnent pour devenir en janvier 2019 : la Mutualité Neutre. Tout cela est purement organisationnel et n’impactera pas nos membres si ce n’est pas l’harmonisation des assurances complémentaires », détaille Anne Verheyden, secrétaire général adjointe de l’Union des Mutualités Neutres. « En plus d’enrichir nos services, cela nous permet, face à notre petite structure, de répondre à la demande de la ministre de la Santé qui souhaite qu’une mutuelle dispose de minimum 75.000 titulaires ».

    > Les Chrétiennes.

    Les forces de ses 19 mutualités régionales font être réunies en une mutualité flamande et une wallonne d’ici 2022. « Le secteur de la santé est confronté à des défis sans précédent », déclare Jean Hermesse, secrétaire général de la MC. «Avec, par exemple, l’explosion du nombre de burn-out, nous réalisons que nous ne parvenons plus à répondre aux attentes des gens avec les modèles classiques. Nous voulons nous organiser en conséquence. La qualité, la rapidité et la proximité en seront au centre. Nous développons les services de manière plus proactive. Par cette modernisation de nos services, nous réussirons à faciliter l’accès de tous aux soins de santé ». -

    Article ALISON VERLAET

     

    Source 

  • Nandrinois le saviez-vous ?

    Lien permanent

    La malbouffe vous rend totalement dépressif !

    Qui dit état dépressif, dit souvent malbouffe. On a tous en tête ces images de jeunes filles désespérées dans les films américains qui se ruent sur un énorme pot de crème glacée ou un paquet de chips XXL avant de s’enrouler dans une couverture sur un divan. Et pourtant, ce régime alimentaire déséquilibré peut accentuer leur malêtre psychique. FAIRE PIRE QUE MIEUX Si on savait que la malbouffe était à l’origine de nombreux maux comme certains cancers et maladies cardio-vasculaires, on découvre aujourd’hui qu’elle influence directement nos humeurs. Sur base de diverses enquêtes internationales, un collectif de chercheurs affirment qu’une alimentation riche en graisses saturées, en glucides, en sucre et en aliments transformés augmente le risque de dépression. Pizzas surgelées, kebabs, barres chocolatées, pâtisseries… ces petits craquages induisent des inflammations à répétition des intestins mais aussi d’autres organes comme le cerveau. Et, c’est là où le bât blesse, les substances que libèrent ces aliments dans le sang altèrent le fonctionnement des neurotransmetteurs en charge de la régulation de l’humeur. En plus de vous rendre plus irritable et agressif, ce processus peut vous donner des idées noires. « Ces résultats soutiennent l’hypothèse selon laquelle éviter les aliments pro-inflammatoires contribue à prévenir la dépression », a expliqué Tasnime Akbaraly, une des chercheuses, à la prestigieuse revue scientifique Nature. « Cette méta analyse montre que nos habitudes alimentaires sont importantes dans la survenue de troubles dépressifs et encourage à généraliser le conseil nutritionnel lors des consultations médicales ».

    Article de - ALISON VERLAE

     

    Source 

  • Votre salon L'coiff à Nandrin a décidé de mettre en place une action pour soutenir l'association "Les amis de l'Institut Bordet asbl".

    Lien permanent

    CETTE ASSOCIATION ?
    Cette association a pour but de soutenir la recherche médicale contre le cancer et de contribuer par leur action, au développement de l'Institut Bordet, de faire connaître sa mission et de leur apporter, à cet égard, leur aide morale et matérielle.

    J'ai donc décidé de lancer L'ACTION BORDET qui commencera le lundi 12 novembre et qui ce terminera le lundi 31 décembre. 
    Pour cette action votre salon L'coiff déposera 2 euros dans une urne à chaque service encaissé et cela devant vos yeux.
    Le lundi 31 décembre je posterai une vidéo avec l'ouverture de l'urne et le calcul de la somme totale récoltée.
    Après dépôt de cette somme à la banque et pour vous montrer ma bonne foi, je publierai la preuve du versement à l'association sur la page du salon.

    Le cancer touche tellement de personnes, qui nous sont éloignées ou non!!!
    Une cause me tenant à cœur, et, pour laquelle j'aimerais amener mon soutien.
    UN PETIT GESTE POUR UNE ÉNORME CAUSE

     

    L'coiff Nandrin

     

    route du Condroz 131/3 
    4550 Nandrin
    Obtenir l’itinéraire

    085 84 23 02

  • Je vieillis, comment gérer mon poids ? le 21 novembre 2018

    Lien permanent

    Au fil des années, le poids corporel fluctue, c’est inévitable.
    Pourtant les besoins énergétiques journaliers restent les mêmes.
    Alors, que se passe-t-il dans notre corps après 50 ans ?
    Perte de masse maigre (fonte musculaire), augmentation ou au contraire diminution du tour de taille ?
    Comment peut-on expliquer ces modifications et quelles en sont les causes ?
    Que faire en cas de prise ou de perte de poids ?

    Vous souhaitez en savoir plus ? N’hésitez pas à nous rejoindre.

    Mercredi 21 novembre 2018 à 19 h 30 - Accueil à partir de 19 h
    Salle du Bois Rosine - rue du Bois Rosine, 7 – 4577 Strée (Modave)

    Entrée gratuite - Réservations souhaitées
    04/279 43 40 - iproms@provincedeliege.be

     

    Je vieillis, comment gérer mon poids ?

    Public
  • Programme d'activités méditation à Nandrin 7,11,14,17,18 novembre 2018

    Lien permanent

    Une soirée pour nous aimer, pour nourrir nos zones de paix et d'amour à l'intérieur de nous, afin de participer à quelque chose de plus grand que nous, de créer plus d'unité en nous et pour chaque personne sur cette planète.

    Je vous inviterai à vous relaxer, à vous intérioriser pour vous détendre et observer à votre rythme les mouvements de votre énergie afin de contacter votre être profond. Vous n’aurez pas besoin d’avoir de l’expérience, simplement le désir de participer à un éveil d'une plus grande conscience.

    * Endroit: Nandrin


    * Durée de la soirée : environ 2h ( 19.30 à 21.30h )


    * Une méditation audio est remise à la fin du cours.

    * Prix : 15 euros ( 12 pour les personnes ayant participées à la formation sur le Corps de Lumière.)

    inscription (10 places) : Mario Giroux 0471 25 95 67
    ou mario-giroux@hotmail.com
    votre nom:
    votre mail:
    un numéro de téléphone:
    www.meditation-eveil.com

     

    Dimanche 11 novembre:



    Célébration d'Amour 
    ( tiré du livre: choisir l'Amour et cours d'ORIN )





    Une occasion de participer, de s'unir à d'autres personnes pendant un instant pour créer et recevoir l'Amour d'une source plus grande que nous et de l'énergie du groupe, pour nous aider à ouvrir et à éveiller notre centre du coeur et le centre du coeur de l'humanité

    La célébration de l'Amour se déroule sur le plan de l’âme.

    Vous n'êtes pas seul à penser à une vie meilleure, à une vie de compassion et de coopération, à une vie en harmonie avec la terre et toute vie.

    Durand cet avant-midi, nous apprendrons à fabriquer des roues d'amour dans l'énergie pour créer et faire évoluer plus d'amour et d'harmonie entre nous et les autres dans notre vie.



    * Endroit : Nandrin (Villers le Temple)

    * Durée : environ 2.30h ( 9.30h à 12h )

    * des méditations audio sont remise à la fin du cours.

    * Prix : 25 euros ( 22 pour les personnes ayant participées à la formation sur le Corps de Lumière.)

    inscription (10 places) : Mario Giroux 0471 25 95 67
    ou mario-giroux@hotmail.com
    votre nom:
    votre mail:
    un numéro de téléphone:
    www.meditation-eveil.com

     

     

    Mercredi soir 14 novembre:


    La méditation une voie pour mieux se connaître.

     



    Une soirée pour apprendre à s’observer davantage et à prendre du temps pour soi pour se faire du bien. 

    D’être dans une introspection affectueuse de soi de façon à mieux voir et comprendre des processus à 

    l’intérieur de nous et d’y amener plus de conscience et d’Amour. 

    Je vous inviterai à vous relaxer, à vous intérioriser pour vous détendre et observer à votre rythme les mouvements 

    de votre énergie afin de contacter votre être profond. Vous n’aurez pas besoin d’avoir de l’expérience, simplement 

    le désir de participer à un éveil d'une plus grande conscience.

    * Endroit : Chênée (Liège)


    * Durée de la soirée : environ 2h  (19.30 à 21.30h )


    * Une méditation audio est remise à la fin du cours.

    * Prix : 15 euros ( 12 pour les personnes ayant participées à la formation sur le Corps de Lumière.)

    inscription (12 places) : Mario Giroux 0471 25 95 67
    ou mario-giroux@hotmail.com

    votre nom:
    votre mail:
    un numéro de téléphone:
    www.meditation-eveil.com

     

     

    Samedi et Dimanche 17 et 18 novembre:

     

    Voici une très belle formation pour attirer un compagnon d'âme... 

    Introspections, partages, méditations,...nous aideront à mieux conscientiser et amélioré nos schémas relationnels de façon à attirer une âme sœur. Un travail vibratoire avec la partie lumineuse de nous.

     

    Êtes-vous prêts à rencontrer votre âme sœur ?

     

    « L’âme sœur » ici se définit comme étant une personne qui est profondément connectée à vous au niveau de l'âme. Vous avez déjà eu des âmes sœurs dans votre vie. La durée d’une relation avec quelqu'un ne détermine pas si cette personne est ou non une âme sœur. Les âmes sœurs sont celles avec qui vous partagez un lien profond, avec lesquelles vous apprenez d’importantes leçons d’évolution.

     

    Ce cours vous propose un travail énergétique intérieur à travers la méditation pour vous

    permettre d'attirer une âme sœur dans votre vie.

    Ces méditations sont conçues pour attirer un partenaire de vie, pour attirer un enfant avant

    la conception ou pour apporter une amitié profonde et durable.

     

    Cet atelier vous permet de renforcer votre engagement, de clarifier vos intentions sur le plan relationnel, de percevoir et de travailler sur certains blocages.

     

     Au programme :

     

    - Préparer votre personnalité

    - Travailler vos programmations

    - Rencontrer votre âme

    - Explorer une relation possible dans l’énergie d’âme à âme

    - Travailler avec une sous personnalité

    - Rencontrer votre conseiller interne

    - Autres...

     

    * Prérequis : vouloir rencontrer une âme sœur dans sa vie

     

    * Durée :  samedi, dimanche 17 et 18 novembre  de 9.30h à 15h

     

    * Endroit :  Nandrin

     

    * Une documentation écrite vous est donnée avec des exercices d'introspection

     

    * Plusieurs méditations enregistrées du cours vous seront remises à la fin

     

    Prix : 130 euros pour le cours

     

    Inscription par mail ou téléphone:

     

    votre nom:

    votre mail:

    un numéro de téléphone pour vous joindre:

     

    Mario Giroux

    www.meditation-eveil.com

    0471 25 95 67

     

  • Nandrinois attention pic d’alerte pour la gastro-entérite !

    Lien permanent

    Avec l’automne, la gastro-entérite fait son grand retour. Et cette année, l’épidémie est un peu plus précoce que les autres années : le seuil épidémique a déjà été franchi dans trois régions de France, de sorte que l’épidémie est à nos portes.

    NOMBREUX APPELS

    En Belgique, l’Institut de Santé Public (ISP) ne surveille plus le syndrome principal de la gastro, à savoir la diarrhée aiguë. Difficile donc de savoir si on se dirige ou non vers une épidémie comme chez nos voisins français… Mais ce week-end, le numéro des gardes médicales 1733 avait reçu de nombreux appels pour des patients touchés de diarrhées aiguës et de vomissements.

    « C’est la période pour ce type de maladies, avec les premières infections pulmonaires de l’hiver chez les personnes plus fragiles », nous confirme-t-on au service de garde.

    « En général, la gastro-entérite n’est pas dangereuse, mais très handicapante pour le patient qui devra se reposer, manger léger et boire beaucoup pour éviter la déshydratation. Mais il faut être particulièrement vigilant chez les personnes âgées et les plus petits, plus sujets à la déshydratation ».

    Pour eux, l’hospitalisation peut parfois être nécessaire… Chez nos voisins français, la région des Hauts-de-France a enregistré 208 cas pour 100.000 habitants, et 148 cas dans le Grand-Est et en Pays de la Loire. Pour limiter les risques d’attraper la grippe intestinale, il est conseillé de se laver les mains fréquemment, surtout avant les repas, et de ne partager ni son verre, ni ses couverts ou sa serviette. -

    Article de L.P

    Source 

  • Nandrinois attention rappel de produits

    Lien permanent

    Grand rappel de produits: contrairement à ce qu’il est indiqué sur l’emballage, ces dix plats préparés sont déjà périmés!

    L’AFSCA vient de lancer une grande alerte pour dix plats préparés vendus chez Louis Delhaize. La date limite de consommation mentionnée sur l’étiquette est erronée

    « Dans le cadre de son autocontrôle, Algi Food sa / Mr Cook a constaté une erreur par rapport à la date limite de consommation mentionnée sur l’étiquette : 22, 23 ou 24 octobre 2018 au lieu du 11 octobre 2018 », explique l’AFSCA sur son site internet. Dix produits sont concernés : Duo de stoemp saucisse, Fusillis allegre, Courgette farcie, Poivron farci, Linguine carbonara, Maccheroni fromage-jambon, Roulade de chicons purée, Penne bolognese, Spaghetti bolognese et. Waterzooi de poulet.

    Les produits ont été vendus chez Louis Delhaize. Les clients peuvent les ramener ces produits au point de vente où ils seront remboursés sur présentation du ticket de caisse.

    Le produit ne présente aucun risque sanitaire. Toutefois, au-delà du 12 octobre, la qualité organoleptique (propriétés d’un aliment en termes de goût, odeur, aspect, couleur et consistance) du produit n’est plus assurée.

    article complet clic ici 

  • Nandrinois Votez et signez pour donner vos organes

    Lien permanent

    Concrètement, de la documentation sera mise à disposition des citoyens.« Des dépliants et des affiches seront directement mis dans les bureaux de vote », explique Thomas Courtois, le bourgmestre de Wasseiges. Dans certaines communes, les feuillets seront justes à l’hôtel de ville.

    Les maisons communales sont également ouvertes afin de permettre aux citoyens de s’inscrire comme donneur d’organes. «En Belgique, la loi fonctionne sur le principe du « qui ne dit mot consent », explique Vinciane Charlier. Ça signifie que tout belge est donneur d’organe tant qu’il ne donne pas officiellement un refus à la commune. Cependant, le médecin demande toujours aux familles si elles acceptent que le défunt soit donneur. Certaines refusent pour des raisons religieuses, ou par manque de connaissance de la volonté de la personne décédée. « L’inscription à la commune clarifie la situation », affirme Vinciane Charlier.

    Le choix de la date n’est pas anodin : «Le jour des élections est un moyen facile de toucher tous les adultes de la commune comme ils doivent venir voter », explique Thomas Courtois. Le vote et le don d’organes sont aussi deux actes citoyens.

    PAR S.B.

     | L'ACTU DE HUY WAREMME

    Article complet clic ici 

  • Nandrinois : L’excès de poids aggrave la transmissibilité de la grippe

    Lien permanent

    Ce n’est un secret pour personne, l’obésité et grippe ne font pas bon ménage.

    Si on sait depuis de nombreuses années que ce duo induit des risques de complications plus importants, une étude vient de montrer que l’excédent de poids peut avoir un impact sur la transmission de la maladie.

    Concrètement, les personnes obèses dégagent des particules virales plus longtemps que la moyenne.

    Ce processus augmente donc les possibilités de propagation de l’infection à d’autres personnes.

    Ces malades propagent le virus de la grippe en moyenne 42 % plus longtemps. Ce phénomène se produit également chez les personnes en surpoids mais à moindre échelle, détaille la recherche parue dans le « Journal of Infectious Diseases ».

    INFLAMMATION CHRONIQUE

    L’étude dévoile aussi que le surpoids modifie la réponse immunitaire du corps face à la maladie et conduit à une inflammation chronique.

    Ce risque augmente avec l’âge et peut provoquer à terme de graves problèmes respiratoires. Les chercheurs de l’Université du Michigan, qui ont analysé 1.800 adultes et enfants malades pour parvenir à ces deux découvertes, souhaitent que les personnes en excès de poids soient davantage ciblées par les campagnes de lutte contre la grippe. Ils appellent aussi au développement d’un vaccin universel.

    Article de Source - ALISON VLT