Santé

  • Infirmière Indépendante conventionnée à Nandrin Balthazar Laurine

     

    laurine B.jpg

    "En association avec le Cabinet infirmer Marchand " — à Nandrin.

    Infirmière Indépendante conventionnée , Réalisation de soins infirmiers à domicile.
    Toilette , pansement , injection ,soins palliatifs
    0495/198724

    POSTE MÉDICAL DE GARDE
    NB : le cabinet infirmier Marchand et moi même restons joignable le week-end.

    Concernant la commune de Nandrin et les communes avoisinantes.

     

    infirmière à Nandrin.jpg

  • Petit déjeuner santé le 1 er avril 2017 à 9 h

    17156300_1327816537309391_2132922388498279929_n.png

    Petit déjeuner santé le 1 er avril 2017 à 9 h 

    Ellemelle  Ouffet 

    3 €

     

  • Nandrinois: Sudinfo l'annonce les cas de rougeole continue à augmenter

     infirmiere.jpgHeureusement, aucun décès n’est à déplorer», précise l’AViQ.

    Dix jours après l’annonce d’une recrudescence des cas de rougeole en Wallonie, l’épidémie est toujours en phase ascendante.

    Les communes touchées restent identiques, à savoir Namur, Verviers, Jodoigne et Charleroi.

    La rougeole est une maladie virale et contagieuse pouvant entraîner de graves complications surtout pour les personnes à risque (enfants de moins d’un an, personnes immunodéprimées et femmes enceintes).

    Les symptômes consistent en l’apparition de fièvre et d’une éruption sous forme de taches rouges qui débute le plus souvent au niveau de la tête.

    Cette année il y a déjà 163 cas en 2011 plus de 600

    Article complet dans la version payante 

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Un patch contre l’allergie aux arachides

    gif-nouveau.2.gifLes allergies alimentaires représentent un risque parfois mortel pour ceux, de plus en plus nombreux, qui en souffrent.

    Parmi les plus fréquentes, celle qui implique les arachides. Selon les résultats d’une étude clinique présentée ce week-end aux États-Unis, DBV Technologies vient de mettre au point le premier patch efficace contre l’allergie à l’arachide, un timbre épidermique nommé Viaskin.

    Le timbre contient un extrait très concentré de protéine d’arachide qui est diffusé dans l’épiderme sans passer dans le sang, évitant ainsi le risque de choc pour le patient tout en le désensibilisant progressivement.

    Le but n’étant pas de pouvoir se gaver de cacahuètes à l’apéro mais de réduire la sensibilité pour éviter une réaction, potentiellement mortelle, en cas de contact accidentel avec l’allergène. Les résultats de l’étude doivent cependant être confirmés avant une possible commercialisation.

    Source Sudinfo 

  • Colloque "Qui fait quoi pour les abeilles ?" 15/05/2017

    Info SI.jpgDes organisations de terrain, équipes scientifiques, pouvoirs publics, entreprises et autres acteurs mettent en œuvre des actions, projets et campagnes pour la préservation des abeilles sauvages et de l'abeille domestique. Vous voulez connaître lesquelles ?
    Inscrivez-vous !

    Les objectifs du colloque Qui fait quoi pour les abeilles ? sont les suivants :

    • mettre en avant et promouvoir les actions, projets et campagnes pour la préservation des abeilles
    • partager des informations sur ces initiatives et leurs résultats afin d'inspirer de nouveaux projets et des synergies
    • stimuler la collaboration en rassemblant les acteurs œuvrant pour la préservation des abeilles
    • identifier les lacunes et évoquer des pistes pour y remédier

    En savoir plus : http://www.vivelesabeilles.be/Bijen/fr/colloque_703.aspx

    Auteur : V. Fichefet

    Source info clic ici 

     

  • Un traitement liégeois contre le rhume des foins


    untitlebv.4.jpgBonne nouvelle pour les personnes allergiques!

    L’entreprise liégeoise de pharmaceutique, Asit Biotech, a terminé la troisième phase de son étude clinique sur le rhume des foins. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les résultats sont positifs.

    «Gp-ASIT+™ a amélioré, de façon cohérente, les symptômes cliniques et a réduit l’utilisation de médicaments par les patients souffrant de rhinite allergique de 15 à 21%. Ce qui est considéré comme satisfaisant malgré une saison de pollen atypique», explique Thierry Legon, administrateur délégué (CEO) d’ASIT biotech.


    CACAHUÈTES ET BLANC D’ŒUF

    «Nous sommes vraiment très heureux car cette étude ouvre également la porte à des développements contre l’allergie aux poussières de maison ou à l’ambroisie, très répandue, aux États-Unis, ou également à l’allergie aux aliments comme la cacahuète, le blanc d’œuf ou le lait de vache», poursuit le CEO.

    Un succès qui laisse présager un bel avenir pour Asit Biotech, la société liégeoise à l’origine de la première étude clinique, qui a permis de démontrer l’efficacité clinique des peptides allergéniques dans la vie réelle.

    Prochaine étape pour l’entreprise? Commencer les discussions avec les autorités allemandes et américaines au sujet de l’éventuelle commercialisation des produits anti-allergies dans leurs pays respectifs.

    Article de IRIS ZARBO Source Sudinfo 

  • Une centaine de médicaments moins chers

    Info SI.jpgBonne nouvelle pour les patients: le prix d’une centaine de médicaments baisse ce 1er mars. L’année dernière, à la même date, c’étaient quelque 1.300 médicaments génériques qui voyaient leur coût baisser dans le cadre du «pacte d’avenir pour le patient et l’industrie pharmaceutique», signé par la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block.

    L’objectif est double: réduire les coûts pour le patient mais aussi pour l’Inami. Ces 1.300 médicaments étaient en faitdes médicaments dont les molécules étaient en fin de brevet et dont la première version générique était sortie sur le marché.


    L’INAMI Y GAGNE AUSSI

    Cette fois, la centaine de médicaments concernés sont des produits qui sont composés de plusieurs molécules génériques, aux brevets dépassés. Leur prix va donc baisser, de sorte que le patient paiera moins et que la part à charge de l’Inami baissera également.

    De quoi dégager des fonds pour pouvoir investirdans le remboursement de nouveaux médicaments. Parmi les médicaments moins chers ce 1er mars, on retrouve notamment des traitements contre l’hypertension artérielle, des médicaments utilisés dans les chimiothérapies, dans le traitement de la ménopause et de l’ostéoporose, dans les infarctus et les thromboses, mais aussi dans les retards de croissance.

    Si la baisse de prix est généralement de moins de 10% à 20%, certains voient leur prix baisser de moitié!

    Article de L P Source Sudinfo 

  • La problématique des sodas dans les écoles

    Info SI.jpgÉcoles secondaires: les sodas disparaîtront des distributeurs.

    L’union sacrée de trois ministres

    Les distributeurs de produits sucrés ne disparaîtront pas de nos écoles secondaires… Mais leur contenu va évoluer. La ministre Schyns se place dans la foulée de sa collègue du nord du pays, Hilde Crevits, et veut un accord avec le secteur de la distribution pour que les produits vendus soient plus amicaux pour la santé de nos ados. Les trois ministres compétentes en matière d’enseignement (avec le germanophone) ont d’ailleurs décidé de travailler ensemble à cette problématique.

    Les trois ministres (représentant les communautés française, flamande et germanophone) se sont rencontrés il y a quelques jours. « La problématique des sodas dans les écoles a été abordée », explique la ministre francophone de l’Éducation, Marie-Martine Schyns (cdH).

    « M me Crevits nous a présenté sa manière de travailler avec les différents secteurs professionnels pour une école «sugar free» (sans sucre, NdlR). Dans la presse, nous avons pu lire qu’une interdiction complète des sodas serait effective. En fait, les distributeurs existent mais avec des boissons moins sucrées. Cette solution résulte des accords trouvés avec les pouvoirs organisateurs. Les équipes de nos trois cabinets se verront très prochainement pour mettre au point une stratégie vis-à-vis du secteur. »

    Un élève sur cinq en surpoids, des boissons sucrées bues à longueur de journée qui peuvent aussi avoir, à terme, des conséquences sur la dentition des enfants ou leur (mal)chance d’attraper le diabète, maladie dont souffre un demi-million de Belges… Si les distributeurs ne représentent plus un problème dans les écoles primaires, tant au sud qu’au nord du pays, ce n’est pas le cas dans les écoles secondaires.

    Cela fait plus de dix ans que les responsables de l’enseignement parlent de les bannir des enceintes scolaires. Marie Arena leur déclarait déjà la guerre au début des années 2000, du temps où elle gérait le département.

    Elle s’était cassé les dents sur le dossier. En 2012, Marie-Dominique Simonet relançait le débat, dans le cadre de la malbouffe à l’école. Un vaste plan avec une échéance: 2015… Mais les distributeurs sont toujours là et ils ne disparaîtront pas. En Flandre, Hilde Crevits a adopté une autre stratégie: y placer des boissons moins sucrées, du lait, des fruits, etc.

    Elle a obtenu un accord de principe du secteur alimentaire. À noter que des
    écoles francophones ont déjà mené ce type d’expérience et cela n’a pas toujours été un franc succès.


    EAU AROMATISÉE

    Mais c’est bien à ce genre d’accord que songe maintenant Marie-Martine Schyns. « Éliminer les distributeurs ne va rien changer au problème, les enfants iront acheter ces produits à la librairie ou à l’épicerie qui se trouve sur le trottoir d’en face », explique-t-on au cabinet de la ministre de l’Éducation. « Il ne suffit pas de remplacer une boisson gazeuse par sa version light, les spécialistes indiquent que cela ne change rien à l’appétence pour ce produit. Mais on pourrait très bien remplacer ces boissons gazeuses par de l’eau, même aromatisée. Pourquoi pas? » L’union sacrée est donc de mise entre les ministres de tout le pays.

    Il leur reste à trouver un accord avec les distributeurs pour que quelque chose change enfin dans ce dossier aux allures de monstre du Loch Ness… qui a aussi une incidence sur le budget des écoles: les petits profits acquis grâce aux distributeurs ne font pas de mal au budget d’une direction.

    Article de DIDIER SWYSEN source Sudinfo 

  • Nouveau à Saint-Séverin Nandrin une Pédicure Médicale

    M G.jpg

    Pédicure Médicale Marie Godefroid

    0472/392344

     

  • Infirmière Indépendante conventionnée à Nandrin Balthazar Laurine

     

    laurine B.jpg

    "En association avec le Cabinet infirmer Marchand " — à Nandrin.

    Infirmière Indépendante conventionnée , Réalisation de soins infirmiers à domicile.
    Toilette , pansement , injection ,soins palliatifs
    0495/198724

    POSTE MÉDICAL DE GARDE
    NB : le cabinet infirmier Marchand et moi même restons joignable le week-end.

    Concernant la commune de Nandrin et les communes avoisinantes.

     

    infirmière à Nandrin.jpg

  • Petit déjeuner santé le 21 janvier 2017 Villers le Temple Nandrin

    petit déjeuner.JPG

    Petit déjeuner qui se déroulera cette fois-ci sur Nandrin
    le thème est :la santé vient en bougeant
    le conférencier est : M. Alexandre Mouton Docteur en Science de la motricité,Faculté de Médecine de L'ULG 
    Le partenaire pour ce petit déjeuner est le CCCA de Nandrin 

  • Grippe: les hôpitaux trinquent

    untitlebv.4.jpgOn l’a vue débarquer dans notre pays, s’installer petit à petit, à présent, elle monte en flèche. Nous parlons ici de la grippe.

    Ce mercredi, l’Institut de santé publique (ISP) a livré ses chiffres hebdomadaires.

    Entre le 9 et le 15 janvier, 233 personnes (sur 100.000 consultations) ont consulté un médecin pour symptômes grippaux.

    Le seuil épidémique, fixé à 144, est donc largement dépassé. La semaine précédente, on en était à 133 consultations, c’est dire si la maladie s’est propagée de manière très importante ces derniers jours.

    Une tendance que nous confirme le docteur Michèle Gérard, médecin hygiéniste, de l’hôpital Saint-Pierre, l’un des plus gros hôpitaux bruxellois.

    «Notre hôpital (600 lits) est plein comme un œuf et on travaille à flux tendu , indique-t-elle. Nous avons en ce moment une dizaine de patients grippés, répartis un peu dans tous les services.

    Mais les maladies respiratoires nous amènent aussi beaucoup de monde. Je constate que l’épidémie de grippe arrive plus tôt cette année et augmente de manière exponentielle.

    Déjà avant les vacances de Noël, on avait des grippes et cela ne s’est pas spécialement calmé durant les vacances, ce qui est habituellement le cas puisque les gens restent chez eux et se contaminent moins. Ces derniers quinze jours ont vraiment été terribles.

    On va sans doute dépasser l’épidémie de l’hiver dernier». Mais l’hôpital Saint-Pierre, bien que rempli, s’organise pour faire face à l’épidémie. «Au besoin, on transfère les patients vers un autre hôpital. Et si vraiment, ça coince, on peut libérer des lits en chirurgie et postposer des chirurgies programmées (prothèse de hanche…).

    Ce genre de disposition est prévu dans notre plan pandémique (mis en place en 2009 pour la grippe H1N1) mais on arrivera jamais à une pandémie de grippe cette année. Car le virus qui court cet hiver est bien couvert par le vaccin. On va avoir cet hiver une bonne épidémie de grippe, mais pas une pandémie», analyse Michèle Gérard.


    LE PIÈGE…

    Le médecin hygiéniste insiste sur un point: «Le piège est que des maladies sous-jacentes chez un patient cachent les symptômes de la grippe.

    Avec cette épidémie, il faut avoir le réflexe de se dire: ses plaintes sont peut-être liées à la grippe, et pas à la maladie dont il souffrait au départ».

    Article F. DE H. source sudinfo 

  • Le froid tue

    froid.gifAlors que la France assiste à une hécatombe due à une grippe meurtrière, on observe chez nous un regain d’activité dans les entreprises de pompes funèbres et dans les crématoriums. Si la grippe s’annonce aussi virulente chez nous que chez nos voisins, ce mois de janvier, qui est habituellement le mois le plus mortel dans notre pays, pourrait cette année battre des records. Le seuil épidémiologique devrait être atteint cette semaine. 

    «Neuf enterrements mercredi, huit jeudi et neuf vendredi! Nous venons de connaître une semaine hyperchargée» , nous confie Denis Fontaine, patron des entreprises funèbres Fontaine à Gilly (Charleroi).

    «Et la semaine qui ar
    rive s’annonce bien remplie puisque nous avons eu neuf décès déjà ce dimanche. Comparé à janvier dernier, nous enregistrons une hausse de 50% de décès. Pour ces deux premières semaines de janvier, nous avons déjà 60 décès, soit le total atteint sur l’ensemble de janvier 2016».


    CHARLEROI: 2 MORTS DE FROID La cause de ces décès?

    «Dans deux cas précis, c’est vraiment le froid qui a tué les personnes. L’une à Marchienne-au-Pont et l’autre, dans un squat non chauffé de Charleroi. À côté de cela, nous avons pas mal de personnes en difficulté qui décèdent à l’hôpital». Au crématorium de Ciney, on confirme que ce mois de janvier commence «fort». «Alors que l’on tourne avec une moyenne mensuelle de 190 défunts par mois, on est actuellement à 210 défunts mensuels», déclare Patrick Cavé, directeur.

    «Cela a légèrement allongé les délais: pour un décès qui survient lundi, il faut compter sur une incinération vendredi au lieu de jeudi. Pour faire face, on a aussi élargi nos horaires. On autorise maintenant les incinérations à 16 heures. La famille doit alors venir rechercher l’urne le lendemain». Au crématorium de Frasne-lez-Anvaing (Hainaut),
    on est déjà à 111 crémations à cette mi-janvier, contre 176 pour le mois de janvier 2016 complet.

    PLUS DE 320 DÉCÈS PAR JOUR

    Que dit l’ISP, l’Institut de santé publique? Les derniers chiffres disponibles (jusqu’au 15 décembre 2016) font état de 320 décès quotidiens (322 morts le15 décembre 2016, 325 le 13 décembre 2016, etc.), des chiffres au-delà des prévisions et que l’on atteint en général en janvier, et pas (déjà) en décembre. Va-t-on atteindre les records de l’hiver 2014-2015 avec la barre des 400 décès quotidiens franchieen février 2015?

    Trop tôt pour le dire. Mais il est clair que le froid que l’on annonce ces prochains jours ne va pas arranger les choses. À titre de comparaison, on est à environ 240 décès par jour en été. Car le froid… tue. Pourquoi? Nous avons posé la question au docteur Philippe Devos, chef du service des soins intensifs au Centre hospitalier chrétien Saint-Joseph Liège. «En général, 80% de l’augmentation des décès en janvier est imputable à la grippe», dit-il.

    «La grippe est considérée par beaucoup comme une maladie bé
    nigne, or, elle tue nettement plus que la route! En Belgique, la grippe (et ses infections secondaires) provoque la mort de 1.500 personnes environ par an. Pour les accidents de la route, on est sous les 800 tués par an. Lorsque des patients fort âgés sont frappés par la grippe et arrivent en soins intensifs, certains demandent aussi à ce que l’on ne s’acharne pas avec un respirateur…

    Il y a aussi les causes multifactorielles. Le verglas d’il y a sept jours par exemple a entraîné pas mal de chutes et des fractures de la hanche chez les personnes âgées. Chez les plus de 75 ans, l’alitement peut tourner en thrombophlébite, en embolie pulmonaire ou en bronchopneumonie, et ils peuvent en décéder». Autre élément, observé par le docteur Devos, mais qui n’a rien à voir avec le froid: le coup de blues.

    «Les dépressions liées à la période des fêtes et post-fêtes entraînent pas mal de suicides». L’épidémie de grippe devrait être atteinte cette semaine en Belgique. Le seuil est fixé à 140 consultations (pour signes grippaux) sur 100.000 habitants. On était à 133 mercredi dernier.


    CITADELLE: 50 ENFANTS/JOUR!

    Les hôpitaux sont prêts. Au CHC Saint-Joseph à Liège, les masques par exemple sont disponibles au service des urgences. «Si un patient arrive dans un état grippal, on lui fait porter le masque pour éviter qu’il ne contamine les autres patients et les accompagnants» , poursuit le docteur Devos.

    Les services pédiatriques sont eux déjà dans le feu de l’action. «Chez nous à la Citadelle, un enfant hospitalisé sur deux l’est à cause de la grippe», indique Nathalie Evrard, porte-parole de ce gros hôpital liégeois. «Soit 40 à 50 enfants par jour admis pour des symptômes grippaux, sur un total de 100 admissions». Et ce n’est qu’un début.

    Article de F. DE H. Source Sudinfo 

  • Nouveau à Nandrin Swissjump coaching Sportif & nutritif chaque jeudi entre 20h et 21h à la salle Les Templiers

    15870608_441548629566665_1167238255_n.jpg

    Swissjump chaque jeudi entre 20h et 21h à la salle Les Templiers début des cours le 26 janvier 2017

    15910049_441548639566664_586003810_n.jpg

    15870740_441548636233331_1459953891_n.jpg

  • Grippe: le seuil épidémique sera atteint cette semaine

    grippe.jpgDu 2 au 8 janvier 2017, 133 personnes pour 100.000 habitants ont consulté un généraliste en raison d’un syndrome grippal, selon l’Institut de Santé publique (ISP). Entre le 25 et le 31 décembre, on ne dénombrait que 70 cas pour 100.000 habitants. Le nombre de cas a donc presque doublé en une semaine! Pour qu’il y ait officiellement épidémie, le seuil de 140 consultations pour 100.000 habitants doit être dépassé durant au moins deux semaines consécutives et 20% des échantillons respiratoires analysés en laboratoires doivent être positifs.
    LE VIRUS CIRCULE!

    Le seuil épidémique est donc presque atteint, à quelques unités près. « On ne peut pas encore déclarer l’épidémie, mais la grippe circule, c’est un fait. Le seuil épidémique sera atteint dans le courant de la semaine », assure Sébastien Daems, porteparole de l’ISP.

  • Petit déjeuner santé le 21 janvier 2017 Villers le Temple Nandrin

    petit déjeuner.JPG

    Petit déjeuner qui se déroulera cette fois-ci sur Nandrin
    le thème est :la santé vient en bougeant
    le conférencier est : M. Alexandre Mouton Docteur en Science de la motricité, Faculté de Médecine de L'ULG 
    Le partenaire pour ce petit déjeuner est le CCCA de Nandrin 

  • La grippe est à notre porte

    grippe.jpgL’épidémie de grippe n’a pas été atteinte en Belgique lors de la dernière semaine de l’année 2016. «Entre le 25 et le 31 décembre, seules 70 personnes pour 100.000 habitants ont consulté un généraliste en raison d’un syndrome grippal», nous apprend ainsi l’Institut scientifique de Santé publique (ISP) qui recueille les données.

    Elle est donc restée inférieure au seuil épidémique de 140 consultations pour 100.000 habitants. «L’ISP a reçu 23 échantillons envoyés par les médecins vigies, un réseau de généralistes répartis surl’ensemble du territoire national en fonction de la densité de la population» .

    Au total, 13 échantillons étaient positifs pour le virus de la grippe, soit 57% des échantillons reçus. «D’après les analyses réalisées par les virologues de l’ISP, la souche influenza A (H3N2) circule actuellement majoritairement sur notre territoire» . Elle avait déjà été observée lors de la saison grippale 2013-2014.

    Elle est proche de la souche vaccinale incluse dans les vaccins trivalents et quadrivalents contre la grippe disponibles en Belgique.

    Chez nos voisins français, le seuil épidémique est déjà atteint. La semaine dernière, 398 cas pour 100.000 habitants ont été détectés.

    «En trois semaines d’épidémie, 578.000 personnes auraient consulté un médecin généraliste en France», constate le réseau Sentinelles.

    Pratiquement tout le pays est touché mais principalement les régions Auvergne-Rhône-Alpes (783 cas pour 100.000 habitants), Bourgogne-Franche-Comté (629) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (571). Ce week-end, une adolescente de 13 ans aurait trouvé la mort à cause du virus de la grippe, en Ardèche.

    Article de P. N. source Sudinfo 

  • Nandrinois, Il y a pire que les lunettes des WC

    m.jpgLes pistolets à essence sont des nids à bactéries

    Selon une étude canadienne, il y a 11.000 fois plus de bactéries sur un pistolet à essence de station service que sur le siège des toilettes.

    Les pistolets contiennent 12.980.425 espèces de bactéries par centimètre carré. Les machines où il faut sélectionner votre carburant et réaliser le paiement, présentent 16.884.269 sortes de bactéries par centimètre carré.

    Sur la lunette des toilettes d’une maison, il y en a que 7.154.


    1MALADE SUR 150

    71% des pompes à essence sont fortement contaminées par des bactéries à l’origine de maladies, dont certaines peuvent être graves.

    Heureusement, la plupart ne posent pas véritablement de problèmes de santé. Les chercheurs ont notamment retrouvé sur les pistolets les bactéries de la gastro-entérite, de la grippe, de la pneumonie et de la méningite. Les pistolets transmettent une maladie à 1 client sur 150.

    Pour ne pas tomber malade, les scientifiques conseillent d’utiliser des gants en plastique ou du papier pour saisir le pistolet.

    Il faut également se laver les mains avec un savon ou un gel antibactérien. Votre volant héberge, quant à lui, neuf fois plus de bactéries que le siège de vos toilettes. La raison?

    La majorité des gens nettoient leur domicile mais négligent leur voiture.

    30% des automobilistes nettoient leur habitacle au moins une fois par an et 10% ont admis ne jamais nettoyer l’intérieur de leur voiture.

    On va finir par croire que les toilettes sont l’endroit le plus propre du monde.

    Article de ALISON VLT. source Sudinfo 

  • E-cigarettes: les recharges peuvent tuer vos enfants!

    atten-thumb.jpgVapoteurs, soyez prudents. Les recharges de vos e-cigarettes peuvent causer de graves intoxications à des enfants qui, par curiosité, en ingurgiteraient le contenu. Le Centre Antipoisons a enregistré sur les 11 premiers mois de l’année 2016 quasi trois fois plus d’appels suite à des incidents survenus à cause de ces produits.

    De 5 appels en 2012, on est passé à 38 appels en 2015 puis à 86 appels en 2016 (sans compter le mois de décembre). «Cette hausse est assez logique et s’explique par le nombre toujours plus important de fumeurs de cigarettes électroniques dans notre pay»s , indique Martine Mostin, directrice générale du Centre Antipoisons.


    «La plupart des appels concernent de jeunes enfants. En dessous de 4 ans, les petits sont curieux de tout et leur réflexe, quand ils découvrent quelque chose, c’est de le mettre en bouche. Ce sont les recharges contenant du liquide avec nicotine qui sont les plus dangereuses. Beaucoup de gens l’ignorent, mais ingurgiter de la nicotine peut être très toxique. Certes, la législation limite le dosage à 20 mg/ml.

    Mais cela veut dire qu’un flacon de 10 ml contient 200 mg de nicotine. Si un enfant avale un flacon entier, cela peut être mortel.»


    GOUTTES POUR LES YEUX

    Aucun cas grave n’a heureusement été signalé dans les 86 appels. «Heureusement, ce sont des flacons qui ne laissent pas le produit s’écouler en grosse quantité, cela limite donc les risques» , reprend Martine Mostin. « Néanmoins, cela a entraîné un autre souci. Comme il s’agit d’un flacon compte-gouttes, des adultes l’ont confondu avec… des gouttes pour leurs yeux.»

    Il faut dans ce cas rincer les yeux à l’eau tiède pendant 15 minutes. En cas d’ingestion, le Centre Antipoisons conseille de ne pas faire vomir la victime ni de lui donner du lait. On conseille de rincer la bouche. Si le produit contient de la nicotine, consulter un médecin. Et les recharges sans nicotine, sont-elles sans aucun danger? «On manque de recul pour juger de la toxicité éventuelle des arômes» , répond Martine Mostin.

    « Sur ces produits, les fabricants ne sont malheureusement pas obligés d’indiquer la composition». N’oubliez donc jamais qu’une recharge de cigarette électronique représente un danger pour les enfants.

    Ce ne sont pas des produits comestibles! Une tête de mort figure en principe sur le flacon, mais ceux-ci affichent parfois des noms et des images si gourmandes (ananas, fraise...), qu’on s’y tromperait.

    Article de F. DE H source Sudinfo 

  • Nandrinois Une pommade contre la maladie de Lyme

    gif-nouveau.2.gifUne simple pommade antibiotique à base d’azithromycine a prouvé son efficacité contre la borréliose de Lyme, une affection potentiellement grave transmise par les tiques en pleine expansion en Europe, selon une étude de l’université de Vienne publiée par The Lancet.

    Appliquée durant trois jours 72 h au plus tard après la morsure de tique, cette
    pommade a révélé une efficacité de 100%, selon des tests réalisés auprès d’un échantillon de 1.000 patients.

    Aucun n’a développé de borréliose de Lyme, selon l’étude. Dans le même temps, sept infections se sont déclarées dans le groupe traité avec un placebo

     

    Source Sudinfo 

  • La grippe arrive et ça ne fait que commencer!

    grippe.jpgEn quatre semaines de temps, le nombre de bronchiolites a été multiplié par trois! Selon l’Institut de Santé Publique qui a reçu les résultats de 60% des laboratoires du pays, on est passé de 250 tests positifs la semaine du 14 novembre à 780 cette semaine.

    Et ces chiffres devraient encore augmenter tout au long du mois de décembre. Ce sont les tout-petits (tranche d’âge de 0 à 4 ans) qui sont les plus touchés.

    «Chaque année à cette saison, les chiffres des bronchiolites sont en hausse» , déclare Isabelle Thomas, responsable du centre national de la grippe.

    « Ce qui étonnant, c’est que ces chiffres sont à la hausse alors qu’on connaît un hiver très doux. En hiver, les virus sont plus résistants mais il y a plus de rassemblements.

    À cause du froid, on reste plus à l’intérieur et comme il s‘agit d’une maladie très contagieuse, on a la même courbe que les autre années .»

    Plus généralement, les infections respiratoires aiguës (bronchites, angines, nez qui coule…) sont en pleine progression. Selon un réseau de médecins vigies, on atteint cette semaine un taux de 2.124 consultations pour 100.000 habitants, contre 1.700 la semaine passée.

    On n’est donc plus très loin du pic attendu généralement pour février (après l’accalmie due à la fermeture des crèches et écoles pendant les vacances de Noël) où l’on atteint généralement les 2.600 consultations pour infections respiratoires.

    Dans votre entourage, vous avez certainement aussi l’impression que pas mal de personnes sont frappées par la grippe. Ce n’est pas une impression: là aussi, les chiffres sont à la hausse, mais restent moins importants que ceux des maladies respiratoires.

    On est passé de 31 consultations pour 100.000 habitants la semaine dernière à un taux de 69 cette semaine. La tranche d’âge 5-14 ans est la plus touchée.


    SE VACCINER? ENCORE TEMPS

    «Le virus de la grippe circule en sourdine, mais n’a pas encore vraiment décollé» , observe Nathalie Bossuyt, du service épidémiologie.

    « La grippe ne démarre vraiment qu’en janvier. Il n’est donc pas trop tard pour se faire vacciner mais il ne faut plus traîner.

    Il faut compter deux semaines après le vaccin avant d’être protégé.»

    Article de F. DE H. source sudinfo 

  • Petit déjeuner santé le 21 janvier 2017 Villers le Temple Nandrin

    petit déjeuner.JPG

    Petit déjeuner qui se déroulera cette fois-ci sur Nandrin
    le thème est :la santé vient en bougeant
    le conférencier est : M. Alexandre Mouton Docteur en Science de la motricité, Faculté de Médecine de L'ULG 
    Le partenaire pour ce petit déjeuner est le CCCA de Nandrin 

  • Des boîtes à vivre à offrir aux personnes en besoin au marché de Noël de Villers le Temple Nandrin

    besoin de vous.JPGLes boîtes à vivre commencent à fleurir un peu partout et pour cause, l’hiver et les grands froids arrivent.

    Pour venir en aide aux personnes qui en ont besoin, le Plan de Cohésion Sociale du Condroz lance son opération «Boîtes à vivre».

    Mais qu’est ce que c’est ? 

    «On fait appel à la générosité des habitants.

    Ils sont invités à nous amener dans une boîte à chaussures des vivres non périssables et/ ou des produits d’hygiène et/ou des produits d’entretien.

    Ces vivres seront récoltés par nos soins dans divers points de récolte et ensuite redistribuées aux personnes de ces communes en ayant le plus besoin, via la Croix-Rouge et les CPAS des communes concernées», explique François Cornet,chef de projet du PCS du Condroz.


    OÙ DÉPOSER CES BOÎTES?

    Anthisnes: le samedi 10 décembre de 14 à 17h au marché de Noël de l’Avouerie d’Anthisnes.

    Villers-le-Temple: le samedi 10 décembre de 17 à 20h au marché de Noël, en collabora
    tion avec les jeunes de l’espace jeunes de Nandrin.

    Les Avins: le dimanche 11 décembre à 16h lors du concert de Jean-Denis Piette et de la «chorale des Avins» à l’église de Les Avins, en collaboration avec la Croix-Rouge de Clavier.

    Clavier-Station: le mercredi 14 décembre de 14h à 18h sur la Place de Clavier-Station.
    Avec soupe offerte, contes, lâcher de lanternes…

    Ouffet: le jeudi 15 décembre de 13h30 à 16h30 sur le parking du Proxy Delhaize.

    Les Avins: le mardi 27 décembre à la salle de La Grange lors du spectacle «Les trois mousquetaires» à 13h45 et à 15h45 (avant l’entrée en salle), en collaboration avec le comité culturel de Clavier.

    Parmi les vivres non périssables notons à titre d’exemple, le café, le thé, les légumes en bocaux, toutes sortes de boîtes de conserves, du chocolat, mais aussi des produits d’entretien et d’hygiène comme les brosses à dents, dentifrices, crèmes,etc.

    Article CY.C. source sudinfo 

  • Nandrinois Que faire en cas de nuage radioactif?

    CLIN-D-OEIL.jpgL’exercice, mis au point par le centre de crise, a impliqué 17 communes et de nombreux services

    Ce mardi a eu lieu un exercice simulant un incident radiologique à la centrale nucléaire de Tihange.

    Organisé par le centre de crise, dépendant du SPF Intérieur, il a mobilisé les services de secours et 17 communes situées dans un rayon de 10 km autour de la centrale. La Protection civile s’est déployée à Engis afin d’établir un camp de base pour procéder à des mesures de radioactivité. 

     

    Le scénario imaginé par le centre de crise fait froid dans le dos: un nuage radioactif, relativement limité, s’est échappé de Tihange 3. L’air contaminé se dirige de Huy vers Namur. Les communes de Marchin, Modave, Andenne et Ohey sont particulièrement impactées.

    Voilà pour la catastrophe imaginaire. Reste les mesures à prendre. Comment informer la population? Quelles sont les mesures de confinement à prendre?

    Quels services de secours faut-il alerter en priorité? Faut-il également confiner le bétail? Autant de questions auxquelles a été confronté, à des niveaux différents, l’ensemble des participants. L’exercice était baptisé «TIHEX 2016» et organisé par le centre de crise, en collaboration avec l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire, les Services fédéraux auprès des Gouverneurs de Liège et de Namur, les 17 communes situées ainsi que l’exploitant Engie.

    «Lors de cet exercice, nous avons fait un focus particulier sur l’impact de cet incident radioactif en matière de mobilité, précise Benoît Ramacker, porte-parole du centre de crise.

    Les TEC, mais aussi Infrabel et le service de navigation fluviale de la Région wallonne, ont également participé.» Ce mardi, bus, trains et bateaux ont donc été théoriquement arrêtés en urgence suite à l’incident. L’exercice avait pour objectif principal de tester les flux d’information, il n’a pas engendré de réel déploiement des services de secours sur le terrain. À une exception: les services de la Protection civile se sont rendus à Engis pour établir un camp de base afin de mesurer sur place le taux de radioactivité.

    « Ce déploiement des unités de la Protection civile à Engis n’a pas suscité de vent de panique, assure Benoît Ramacker, les riverains étaient bien informés de la tenue de l’exercice.» Du côté des bourgmestres impliqués, on se réjouit du déroulement des opérations: «C’est un exercice sain et utile qui permet de mieux coordonner les services» assure le hutois Christophe Collignon.

    À Marchin, Éric Lomba se montrait également très satisfait: « Cela nous permet d’avoir de bons réflexes et de mettre en place des bases de données nécessaires, comme la liste des agriculteurs ou des personnes à contacter dans chaque école» précise-t-il.

    Et même s’il ne s’est heureusement jamais produit de catastrophe nucléaire, ces exercices se sont déjà révélés bien utiles: «Lors des problèmes électriques liés à la tempête de neige, nous avons appliqué certaines des procédures rodées lors de ces exercices…»

    Article de AURÉLIE BOUCHAT

  • Exercice nucléaire avec 17 communes le 29 novembre 2016

    attention.pngLe centre de crise, qui dépend du ministère de l’Intérieur, organisera un exercice d’urgence le 29 novembre prochain, sur le site de la centrale nucléaire de Tihange.

    Objectif: tester la réactivité et la coordination des 17 communes situées dans un rayon de 10 km autour du site tihangeois.

    «Pour le nucléaire, nous organisons un exercice tous les ans, précise Benoît Ramacker, porte-parole du centre de crise.

    Cette année, nous voulons plus particulièrement tester la manière dont chaque commune interagit avec les différentes autorités concernées: les services de secours, la police, les gouverneurs etc.»

    Le scénario catastrophe qui sera soumis aux différents intervenants est secret. Il sera dévoilé le jour même.
    Benoît Ramacker précise cependant qu’il ne devrait pas nécessiter un déploiement de services de secours de très grande ampleur: «Il y a aura quelques véhicules de pompiers et de police sur le site, raison pour laquelle nous informons la population du déroulement de ce test afin que personne ne panique, mais cela devrait rester relativement discret.»


    ET LES PILULES?

    Le 29 novembre prochain, il n’y aura pas de sirènes ou de communication vers les habitants.

    L’un des buts de cet exercice est cependant d’apprendre aux bourgmestres la manière de communiquer vers leur population.

    «Nous voulons aussi que la population s’interroge sur la façon de réagir en cas d’éventuel accident nucléaire. Chaque citoyen est responsable de se propre sécurité.»

    Et précisément, comment faut-il réagir?

    «Nous conseillons tout d’abord à tout le monde de consulter le site www.risquenucleaire.be afin d’être informés des mesures à suivre . »

    Et ensuite?:

    «En cas d’alerte, la première chose à faire est de rester confiné chez soi ou au bureau, à l’école… Il faut ensuite être à l’écoute des médias qui diffuseront les instructions à suivre.» Et les fameuses pilules d’iode faut-il s’empresser de les avaler?

    «Non! Il faut les prendre uniquement si les autorités le recommandent, car elles sont efficaces uniquement si de l’iode radioactif a été libéré lors de l’accident!»

    Article  A.BT source Sudinfo

  • Nandrinois,Le CHR de Liège premier grand « vide-grenier » le mercredi 9 novembre 2016

    cita source CHR Citadelle.JPGLe CHR de Liège organise son premier grand « vide-grenier » le mercredi 9 novembre 2016. Le but est de vider les stocks de mobilier inutilisé dans l’hôpital.

    Les bénéfices de la vente seront versés sur le compte d’une Fondation dédiée au bien-être du patient et de son accompagnant, actuellement en cours de création au CHR.
    Pour qui ?
    Cette vente s’adresse à tous : personnel, personnes extérieures à l’hôpital, asbl, clubs sportifs, maisons de repos, mouvements de jeunesse, etc.
    Quoi ?
    Des lits médicaux électriques (une soixantaine), des lits pliants, des déambulateurs, des tables de nuit, des fauteuils accompagnants, des vélos d'appartement, des steps, des carrés de mousse neufs (120), des chaises, des tables, des armoires, des brancards, des tables de massage, deux baignoires thérapeutiques, des tentures, des lampes, etc...
    Les objets sont en bon état ou réparables
    Quand et comment ?
    Les objets à vendre seront exposés sur le site des Glacis (rue des Glacis, 79) le mercredi 9 novembre de 12H à 18H.

    Le personnel du Comité du Matériel et du Mobilier Hospitalier sera présent pour fournir des explications.
    Une offre devra être faite le jour-même jusque 18H dans une urne.
    Les offres seront examinées jusqu’au 15 novembre, et un courrier sera envoyé à tous les offrants.
    Le matériel pourra être retiré, sur présentation d’une preuve de payement, le mercredi 23 novembre de 10H à 13h

    Source info via 

    CHR de la Citadelle - Liège
  • Nandrinois la maladie de Crohn: lever les tabous

    1856886690.9.jpg

    Daniel De Bast, ingénieur de Charleroi, est atteint de la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire chronique de l’intestin qui entraîne de fortes diarrhées (jusqu’à 20 fois/jour en cas de crise), des maux de ventre, une perte de poids… Quelque 35.000 Belges souffrent de cette maladie ou de la colite ulcéreuse.

    «C’est une maladie difficile à révéler, je peux comprendre qu’on soit gêné d’en parler à Son employeur par exemple  .

    Ma i s il faut le faire.

    Il faut lever les tabous.

    Et sensibiliser les gens à nos problèmes.

    Personnellement, à l’époque où j’enseignais, j’en ai parlé à mes élèves qui comprenaient que je doive parfois quitter la classe pour me rendre aux toilettes» , explique M. De Bast, qui est aussi le président de l’Association francophone des malades de Crohn et colite ulcéreuse (02/354.12.85 ou mici.be)

    Article de F. DE H. Source Sudinfo

  • La qualité de l'air par commune sur le H-W, de la pire à la meilleur ,Nandrin 7 ème place sur les 31 communes

    Surprise en découvrant les récentes statistiques publiées par l’AWAC au sujet de la qualité de l’air ambiant en Wallonie. Notre arrondissement, que l’on croyait globalement épargné par la pollution de l’air, obtient une mauvaise note.

    De 2013 à 2015, trente communes de notre arrondissement obtiennent un indicateur supérieur à celui de la moyenne wallonne. Saint-Georges est même la commune de Wallonie avec la qualité de l’air la plus médiocre. Engis et Verlaine complètent le trio de tête. Seule Ferrières tire son épingle du jeu, mais reste loin derrière Burg-Reuland.

    En région wallonne, 23 stations de mesure de la qualité de l’air en temps réel ont été installées. À Huy-Waremme, on en compte une, placée à Engis. Sur base des différents résultats récoltés entre 2013 et 2015, l’Agence wallonne de l’air et du climat a pu calculer, commune par commune, la qualité de l’air par rapport à la moyenne wallonne pour trois types de polluants parmi les plus problématiques en termes de santé humaine: ozone, oxydes d’azote et particules fines.

    Plus l’indicateur est négatif, meilleure est la qualité de l’air en référence à la qualité de l’air moyenne régionale (égale à zéro). Inversement, plus l’indicateur est positif, moins bonne est la qualité de l’air. Premier constat, la commune où l’air est le plus pollué de Wallonie est Saint-Georges (avec 1,01), devant Engis et Flémalle (0,94), Verlaine (0,84) et Amay (0,82).

    Il ne faut évidemment pas en imputer la faute à seulement Dumont-Wautier, l’air étant un fluide gazeux qui par définition se déplace. L’environnement industriel qui entoure la commune explique très largement ce mauvais résultat. D’ailleurs, Engis est à quelques centièmes près derrière St-Georges, une différence peu significative.

    Épinglons toutefois une éclaircie dans le ciel gris: si on ne prend en compte que les particules en suspension inférieures à 10 microns, soit les particules fines, la situation s’améliore ces dernières années. « Une directive européenne limite la moyenne annuelle à 40 microgrammes par m 3 , elle est respectée partout. Pour ce qui est de la moyenne journalière de 50 microgrammes par m 3 à ne pas dépasser plus de 35 fois par an, à Engis, on était au-dessus encore en2014.

    Ce n’est plus le cas en 2015 et ne le sera pas non plus en 2016 », nous indique-t-on à l’Institut Scientifique de Service Public.

    Deuxième constat: l’air est globalement moins bon à Huy-Waremme (la moyenne des 31 communes est de 0,52) qu’à Liège par exemple (0,11). Y compris dans les campagnes, comme Donceel (0,80), Faimes (0,70) ou Ouffet (0,29).

    Comment se fait-ce?

    « La qualité de l’air n’y est pas mauvaise, mais moyenne, précise Benoit De Bast, de l’Agence wallonne de l’air et du climat.

    L’air au nord du sillon Sambre-et-Meuse est un peu plus médiocre que la moyenne wallonne, à l’inverse du sud ou de l’est du pays.

    Et ce, même si on habite en pleine campagne! Cela est dû à une multitude de facteurs comme l’activité industrielle proche et de pays voisins, l’influence des métropoles, la présence d’autoroutes, les déplacements en voiture, le chauffage domestique etc .»

    Enfin, les statistiques n’étaient pas meilleures il y a six ans. Depuis 2010, le classement des communes à Huy-Waremme est pratiquement identique, si ce n’est que les indicateurs étaient un peu meilleurs avant.

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

    air 2 SI article AG.JPG

  • Nandrinois la grippe quand faut-il aller à l’hôpital ?

    1856886690.9.jpgLes petits enfants et les seniors sont les plus à risques de voir leur santé pâtir rapidement d’une « simple » grippe.

    « Notre service de Gériatrie accueille en période hivernale un certain nombre de personnes âgées déjà fragilisées par toute une série de maladies chroniques (diabète, cardiopathie ischémique, bronchite chronique, séquelles d’AVC…) et présentant des complications liées à la grippe.

    Bien souvent, il s’agit de bronchopneumonies bactériennes qui nécessitent une antibiothérapie généralement administrée sous forme de perfusion les premiers jours (le patient étant souvent affaibli, il a des difficultés à ingérer les médicaments sous forme orale), de la kiné respiratoire intensive, des soins de nursing et même une oxygénothérapie », précise Nathalie Lambert.

    Comment savoir qu’une grippe n’est plus « normale » et qu’il vaut mieux se rendre à l’hôpital ? Le médecin généraliste est bien sûr en première ligne. Les critères d’hospitalisation sont, chez les tout-petits, des signes de déshydratation et/ou de détresse respiratoire (apnées, battements des ailes du nez), le refus ou des difficultés à s’alimenter, voire des troubles de la vigilance.

    Chez l’adulte, des difficultés respiratoires majeures, une fièvre qui ne cède pas aux médicaments antipyrétiques, le cœur qui s’emballe, de la confusion et des vertiges ou une tension qui chute doivent aussi alerter.

     

    Source Sudinfo 

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

  • Nandrinois qui doit se faire vacciner ?

    grippe.jpg« Le Conseil supérieur de la santé, pour cette saison 2016-2017, a défini trois groupes cibles.

    Pour résumer, il convient de vacciner en priorité les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes à partir de l'âge de 6 mois atteintes d'une affection chronique pulmonaire, cardiaque, hépatique, rénale ou présentant des troubles immunitaires, et le personnel du secteur de la santé, les femmes enceintes dans le 2ième ou 3ième trimestre et les personnes institutionnalisées », détaille le Dr Lambert.

    Etonnamment, malgré toutes les campagnes de sensibilisation organisées ces dernières années et, souvent, la gratuité du vaccin, le personnel soignant ne se presse pas aux portillons pour se faire vacciner : « Il est primordial que le personnel de la santé soit vacciné, non pas pour contrer l'absentéisme, mais pour éviter de contaminer les patients fragilisés chez qui les complications de la grippe peuvent être parfois mortelles.

    Pourquoi la compliance reste-t-elle aussi faible ? Les deux arguments qui reviennent fréquemment, c'est que le vaccin n'est pas efficace à 100% et ensuite qu'il rend « malade », avec des syndromes grippaux (douleurs musculaires…). Alors que les avantages de la vaccination sont clairs : au mieux, on évite la grippe, et sinon, la gravité et la durée des symptômes sont moindres.

    Et je le rappelle, c'est aussi le moyen le plus efficace pour protéger nos patients et nos proches.

    Celles et ceux qui ont déjà présenté une « vraie » grippe - à savoir fièvre élevée, myalgies, courbatures et intense fatigue - n'hésitent plus et se font vacciner chaque année. Une étude intéressante a été menée par l'Université de Washington, où une vaccination obligatoire contre l'Influenza a été lancée dans un groupe hospitalier.

    Il y avait bien sûr possibilité de refuser la vaccination simplement par écrit. Au total, 98% des 25.860 employés ont été vaccinés ! »

    A la Clinique André Renard, pour éviter de se refiler les virus hivernaux, on a trouvé le truc : « Quand la saison commence, c’est « stop bisous » pour ne pas se contaminer les uns les autres si le virus est encore en incubation », glisse notre interlocutrice.

    Source Sudinfo

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif