Projet éolien

  • Nandrinois Consultation populaire

    i2.JPG

    Les Wallons vont proposer leurs lois
     
    Faut-il développer l’éolien, de nouvelles autoroutes ou des pistes cyclables ? 
    Bientôt, les Wallons auront directement leur mot à dire sur ce genre de questions.
    C’est le principe même de la consultation populaire sur l’ensemble de la Wallonie, et plus uniquement sur une seule commune qui sera réalité dans les prochains mois.
    Pour bien comprendre les enjeux,une délégation de parlementaires wallons s’est rendue cette semaine en Suisse et en Autriche, deux pays de grande tradition pour les « votations » et autres référendum.
    « Attention, la Wallonie a opté pour la consultation populaire, qui est différente du référendum dans la mesure où le résultat n’est pas absolument contraignant », souligne Christophe Collignon (PS), l’un des membres les plus actifs de cette commission après son séjour en Suisse.
     «Nous avons pu examiner les différents modèles, mais aussi les différents problèmes et pièges qu’il faut éviter quand on donne la parole à la population », poursuit-il. 
    Par exemple ?
     «Il faut s’assurer de la sécurité juridique des questions posées,pour ne pas entrer en conflit avec d’autres règles, européennes par exemple », insiste le député hutois
     
     UN SEUIL DE 50.000 SIGNATURES
     
    Sur base de cette mission de travail,les parlementaires wallons suggèrent d’abaisser le seuil de signatures nécessaires pour pouvoir organiser une consultation populaire. 
    « Le texte de l’accord prévoit 100.000 signatures, je pense que c’est trop élevé et qu’il vaut mieux l’abaisser à 50.000, pour ne pas décourager les initiatives », poursuit Christophe Collignon.
    Important aussi, la manière de récolter les signatures ? « En Autriche, ça se passe dans les maisons communales, je pense que c’est une bonne idée et nous devons aller dans le sens du renouveau démocratique,une commission a été créée pour cela », poursuit-il.
    Et le calendrier ? Plusieurs propositions ont été déposées (Ecolo, MR, majorité et PP) et attendent l’avis du Conseil d’État. 
    Mais le décret pourrait être adopté bien avant la fin de l’année. 
     
     
    Source La Meuse Sudpresse Le 21 mars 2015
    Article de 
    D.SCA.
  • Avis D’enquête publique Concerne la demande d’EDF Luminus s.a.

    EDF.JPG

    AVIS D’ENQUÊTE PUBLIQUE
    Etablissement contenant des installations ou activités classées en vertu du décret
    du 11 mars 1999 relatif au permis d’environnement
    Concerne la demande d’EDF Luminus s.a., rue du Marquis 1 à 1000 BRUXELLES
    Enquête publique concernant un complément d’étude d’incidences sur l’environnement.
    Le permis unique délivré par le Ministre Henry le 8 juin 2012 pour le projet éolien de Tinlot
    - 7 éoliennes sur le territoire de la commune de Tinlot - a été annulé par le Conseil d’Etat le
    19 février 2014 (arrêt CE n° 226.467) pour non-respect des normes de bruit contenues dans
    l’AGW du 4 juillet 2002.
    Dans ce cadre, le promoteur a mandaté le bureau d’étude d’incidences CSD Ingénieurs pour
    apporter des informations complémentaires.
    Afin de respecter le décret du 31 mai 2007 relatif à la participation du public en matière d’environnement,
    ce complément d’étude d’incidences sur l’environnement, relatif à la demande
    visant à construire et exploiter sept éoliennes, des transformateurs et une cabine de tête, est
    soumis à la procédure d’enquête publique.
    Situation du projet: Commune de Tinlot, le long de la Route de Marche (N63)
    Le projet nécessite l’intervention du fonctionnaire délégué sur une demande de dérogation
    prévue aux articles 114 et 127 du C.W.A.T.U.P.E. : Le projet s’écarte de la destination de la
    zone agricole au plan de secteur.
    Le Bourgmestre porte à la connaissance de la population qu’une enquête publique est
    ouverte, relative à la demande susmentionnée.
    Date d’affichage
    de la demande
    Date d’ouverture
    de l’enquête
    Lieu, date et heure de
    clôture de l’enquête
    Les observations écrites
    peuvent être adressées à
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale de Tinlot
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 11h00
    Administration
    communale de Tinlot
    Rue du Centre, 19
    4557 TINLOT
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale de Clavier
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 11h30
    Administration
    communale de Clavier
    Rue Forville, 1
    4560 CLAVIER
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale d’Ouffet
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 11h30
    Administration
    communale d’Ouffet
    Rue du village, 3
    4590 OUFFET
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale de Modave
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 14h00
    Administration communale
    de Modave
    Pl. Georges Hubin, 1-3
    4577 MODAVE
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale de Nandrin
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 11h00
    Administration
    communale de Nandrin
    Place O. Musin, 3
    4550 NANDRIN
    Le dossier de complément d’étude d’incidences peut être consulté à partir de la date d’ouverture
    jusqu’à la date de clôture de l’enquête, chaque jour ouvrable pendant les heures de
    service :
    Pour Tinlot : les lundis, mardis et jeudis de 9h à 12h, les vendredis de 15h à 18h et le vendredi
    25 avril 2014 jusque 20h sur rendez-vous. Personne de contact : Madame Françoise Dardenne
    – 085/83.09.12.
    Pour Modave : les lundis de 13h à 16h et de 17h30 à 19h30, de 19h30 à 20h sur rendez-vous
    et du mardi au vendredi de 8h30 à 12h : personne de contact : Madame Sonia Bourdouxhe -
    085/41.02.20 (ext. 3) urbanisme@modave.be
    Pour Clavier : du lundi au jeudi de 9h à 12h et le vendredi de 15h à 16h30, ainsi que le vendredi
    18/04/2014 de 16h30 à 20H sur rendez-vous uniquement (personne de contact : Madame
    Joëlle Lassine – 086/34.94.32 )
    Pour Ouffet : du lundi au samedi de 9h à 11h30. Personne de contact : Monsieur Henri Labory
    - 086/36.61.36.
    Pour Nandrin : du lundi au vendredi de 9h à 12h, les mercredis de 13h30 à 15h30, les jeudis de
    18h à 20h. Sur rendez-vous : personne de contact : Monsieur Xavier Callebaut – 085/51.94.99
    – xavier.callebaut@nandrin.be.
    Tout intéressé peut formuler ses observations écrites ou orales auprès de l’administration communale
    dans le délai mentionné ci-dessus, jusqu’à la clôture de l’enquête.
    Les réclamations et observations verbales sont recueillies sur rendez-vous par le conseiller en
    environnement ou, à défaut, par l’agent communal délégué à cet effet.
    Tout intéressé peut obtenir des explications techniques sur le projet auprès :
    - du demandeur : EDF Luminus s.a, Monsieur Christophe Heijmans (04/330.46.11), Rue du
    Marquis, 1 à 1000 Bruxelles.
    - de l’auteur de l’Etude d’Incidences, CSD Ingénieurs Conseils s.a, Namur Office Park, avenue
    des Dessus de Lives, 2 à 5101 Loyers (Tél : 081/43.40.76)
    - du conseiller en environnement ou à défaut de l’agent communal délégué à cet effet
    - du service du fonctionnaire technique compétent sur recours : M. Eric DEREYDT, SPWDGO3-
    DPA- Cellule Recours, avenue Prince de Liège, 15 à 5100Jambes, téléphone :
    081/33.61.39 ;
    - du service du fonctionnaire délégué compétent sur recours : M. Jean-Serge BALTHASART
    SPW-DGO4, Direction de l’Urbanisme et de l’Architecture, rue des Brigades d’Irlande, 1
    à 5100 Jambes, téléphone : 081/ 33 25 20.
    Le Ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire est compétent pour prendre la
    décision sur la demande faisant l’objet de la présente enquête publique.
    Le projet a fait l’objet d’une étude des incidences sur l’environnement.
  • Projet éolien de Engis -Nandrin du 9 décembre 2013 en photos

    Projet éoliennes 1 Engis-Nandrin 9 décembre 2013 clic ici.jpg

    Projet éoliennes 3  Engis-Nandrin 9 décembre 2013 clic ici.jpg

    Projet éoliennes 2 Engis-Nandrin 9 décembre 2013 clic ici.jpg

    Projet éoliennes 1 Engis-Nandrin 9 décembre 2013 clic ici.jpg

    Projet éoliennes 2 Engis-Nandrin 9 décembre 2013 clic ici.jpg

    Projet éoliennes 3 Engis-Nandrin 9 décembre 2013 clic ici.jpg

    1.jpg

    2.jpg

    3.jpg


  • Cinq nouvelles éoliennes en projet une réunion informe sur le projet aujourd'hui 19h

    eoliennes.jpg

    Avis à la population 

    Information du public avant l'introduction d’une demande de permis unique 
     
    La société NPG ENERGY, dont le siège social est situé Maastrichtersteenweg 523 b 3 à 3700 Tongres, prévoit d’introduire prochainement une demande de permis unique relative au projet d’implantation d’un parc éolien d’une puissance totale maximale de 18 MW sur le territoire des communes de Nandrin et Engis, le long de la route nationale N63, entre les villages de Saint-Severin et Ehein. 
     
     
    Selon les informations communiquées par la DGO3 et la DGO4 du Service Public de Wallonie, 
    les communes susceptibles d'être affectées par ledit projet sont : Nandrin, Flémalle, Neupré, Anthisnes et Engis. 
     
    Conformément aux dispositions du Code de l’Environnement, cette demande de permis doit faire l’objet d’une ETUDE D’INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT et d’une REUNION D’INFORMATION DU PUBLIC, à laquelle quiconque est invité à assister. 
     
    La REUNION D’INFORMATION DU PUBLIC aura lieu le 09 décembre 2013 à 19h00 à la Salle 
    des fêtes de l’école de Clermont-sous-Huy, Aux Houx n°1 à 4480 Clermont-sous-Huy. 
     
    Cette réunion d'information est organisée par NPG ENERGY, avant le dépôt de la demande d’autorisation, et a pour objet : 
    1°) de permettre au demandeur de présenter son projet ; 
    2°) de permettre au public de s'informer et d'émettre ses observations et suggestions concernant le projet ; 
    3°) de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l'étude d'incidences ; 
    4°) de présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afin qu'il en soit tenu compte lors de la réalisation de l'étude d'incidences. 
     
    Toute personne peut, dans un délai de quinze jours à dater du jour de la tenue de la réunion d'information, émettre son avis sur ces quatre différents points susmentionnés, en les adressant par écrit au collège communal de Engis (Rue Reine Astrid 13, 4480 ENGIS), en y indiquant ses nom et adresse. 
     
    Des informations sur ce projet peuvent être obtenues auprès de la personne suivante : 
    Renaud Dachouffe, Project Manager, NPG energy, Maastrichtersteenweg 523 b3 à 3700 Tongres.
  • Cinq nouvelles éoliennes en projet une réunion informe sur le projet lundi 9 décembre 2013

    eoliennes.jpg

    Avis à la population 

    Information du public avant l'introduction d’une demande de permis unique 
     
    La société NPG ENERGY, dont le siège social est situé Maastrichtersteenweg 523 b 3 à 3700 Tongres, prévoit d’introduire prochainement une demande de permis unique relative au projet d’implantation d’un parc éolien d’une puissance totale maximale de 18 MW sur le territoire des communes de Nandrin et Engis, le long de la route nationale N63, entre les villages de Saint-Severin et Ehein. 
     
     
    Selon les informations communiquées par la DGO3 et la DGO4 du Service Public de Wallonie, 
    les communes susceptibles d'être affectées par ledit projet sont : Nandrin, Flémalle, Neupré, Anthisnes et Engis. 
     
    Conformément aux dispositions du Code de l’Environnement, cette demande de permis doit faire l’objet d’une ETUDE D’INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT et d’une REUNION D’INFORMATION DU PUBLIC, à laquelle quiconque est invité à assister. 
     
    La REUNION D’INFORMATION DU PUBLIC aura lieu le 09 décembre 2013 à 19h00 à la Salle 
    des fêtes de l’école de Clermont-sous-Huy, Aux Houx n°1 à 4480 Clermont-sous-Huy. 
     
    Cette réunion d'information est organisée par NPG ENERGY, avant le dépôt de la demande d’autorisation, et a pour objet : 
    1°) de permettre au demandeur de présenter son projet ; 
    2°) de permettre au public de s'informer et d'émettre ses observations et suggestions concernant le projet ; 
    3°) de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l'étude d'incidences ; 
    4°) de présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afin qu'il en soit tenu compte lors de la réalisation de l'étude d'incidences. 
     
    Toute personne peut, dans un délai de quinze jours à dater du jour de la tenue de la réunion d'information, émettre son avis sur ces quatre différents points susmentionnés, en les adressant par écrit au collège communal de Engis (Rue Reine Astrid 13, 4480 ENGIS), en y indiquant ses nom et adresse. 
     
    Des informations sur ce projet peuvent être obtenues auprès de la personne suivante : 
    Renaud Dachouffe, Project Manager, NPG energy, Maastrichtersteenweg 523 b3 à 3700 Tongres.
  • Éoliennes Wallonnes dans le Journal d'aujourd'hui 5 décembre 2013

    eoliennes.jpgArticle CHRISTIAN CARPENTIER dans le Journal La Meuse du 5 novembre 2013

    « Il faut abandonner l’idée de ces immenses moulins à vent qui n’apportent que des nuisances aux riverains ! »,
    exhorte le Bastognard.
     Qui explique les mérites de sa contre-proposition.
     
    « Il est temps de mettre de côté l’ego et la fierté, et d’abandonner l’idée de ces immenses moulins à vent qui n’apportent que des nuisances aux riverains ! »
    La phrase est sèche. 
    Dure même,dans la bouche du président du CDH, Benoît Lutgen.
    D’autant qu’il invective ainsi directement – même si c’est sans le citer – le vice-président du gouvernement wallon, Jean- Marc Nollet (Ecolo).
    Objet de l’ire du Bastognard ? Le refus des Verts de remplacer leur plan éolien, qu’ils viennent de retirer, par une autre solution, concoctée en son temps par lui même et soutenue aujourd’hui par Carlo Di Antonio : installer des éoliennes en modèle réduit
    le long des principaux axes routiers wallons.
    « Je salue le geste qu’Ecolo vient de faire en détruisant son projet de cadre éolien au vu de tous les problèmes qu’il posait ; ce n’est jamais facile même si on me semble avoir confondu vitesse et précipitation », assure le président du CDH. « Mais j’appelle surtout à
    présent tout le monde à retrouver le chemin du bon sens et de la raison en recyclant le projet.
     Quand j’étais ministre, j’avais fait réaliser une étude sur l’installation d’éoliennes plus petites – de la taille des poteaux d’éclairage – le long de nos principaux axes routiers, très loin de toute habitation.
     C’est faisable. 
    On pourrait en installer un millier par an, permettant de remplir 75 % de nos objectifs en la matière d’ici 2020.
     Le reste viendrait de quelques éoliennes plus grandes, à implanter après réflexion, à au moins un kilomètre de toute maison. »
    « LES ÉOLIENNES DE LA RAISON »
    Pour Benoît Lutgen, ce qu’il appelle« les éoliennes de la raison »ne présentent que des avantages.
    « Elles sont nettement moins grandes et bruyantes, et implantées au milieu de nulle part. 
    Bref,ce sera zéro nuisance visuelle ou sonore pour les habitants.
     Elles permettraient de réduire drastiquement notre facture d’éclairage des grands axes routiers.
     Et avec l’argent de leurs concessions, on pourrait donner à la Sofico les moyens de développer et entretenir notre réseau de routes au-delà de 2015, sans avoir besoin de taxer davantage les citoyens. »
    « De plus », ajoute Benoît Lutgen, «elles peuvent aussi servir de poteau d’éclairage avec du LED nettement plus économique. 
    On peut aussi les équiper de caméras, s’en servir pour l’info-trafic, etc. »
    Cerise sur le gâteau : « Contrairement aux gros mâts importés d’Allemagne, on pourrait les produire chez nous – le secteur est chaud – et créer ainsi directement plus de 1.000 emplois ! »
    Bref, « il est temps de tourner la page sur les gros mâts, de mettre fin à la spéculation verte sur certains terrains et de ne pas avoir peur que le CDH soit identifié à ce projet plus raisonnable. 
    Ce sera le projet de tout le monde, dans l’intérêt de toute la Wallonie. 
    Il sera d’ailleurs ce jeudi sur la table du gouvernement. » 
    CHRISTIAN CARPENTIER

     

    Nandrin Le Conseil dit oui au cadre éolien, avec réserves clic ici

  • Avis à la population Information du public avant l’introduction d’une demande de permis unique

    eo enq.JPG

    La société NPG ENERGY, dont le siège social est situé Maastrichtersteenweg 523 b 3 à 3700 Tongres, prévoit d’introduire prochainement une demande de permis unique relative au projet d’implantation d’un parc éolien d’une puissance totale maximale de 18 MW sur le territoire des communes de Nandrin et Engis, le long de la route nationale N63, entre les villages de Saint-Severin et Ehein.
    Selon les informations communiquées par la DGO3 et la DGO4 du Service Public de Wallonie, les communes susceptibles d’être affectées par ledit projet sont : Nandrin, Flémalle, Neupré, Anthisnes et Engis.
    Conformément aux dispositions du Code de l’Environnement, cette demande de permis doit faire l’objet d’une ETUDE D’INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT et d’une REUNION D’INFORMATION DU PUBLIC, à laquelle quiconque est invité à assister.
    La REUNION D’INFORMATION DU PUBLIC aura lieu le 09 décembre 2013 à 19h00 à la Salle des fêtes de l’école de Clermont-sous-Huy, Aux Houx n°1 à 4480 Clermont-sous-Huy.
    Cette réunion d’information est organisée par NPG ENERGY, avant le dépôt de la demande d’autorisation, et a pour objet : 1°) de permettre au demandeur de présenter son projet ;
    2°) de permettre au public de s’informer et d’émettre ses observations et suggestions
    concernant le projet ; 
    3°) de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l’étude d’incidences ;
    4°) de présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afin qu’il en soit tenu compte lors de la réalisation de l’étude d’incidences.

    Toute personne peut, dans un délai de quinze jours à dater du jour de la tenue de la réunion d’information, émettre son avis sur ces quatre différents points susmentionnés, en les adressant par écrit au collège communal de Engis (Rue Reine Astrid 13,4480 ENGIS), en y indiquant ses nom et adresse.

    Des informations sur ce projet peuvent être obtenues auprès de la personne suivante : Renaud Dachouffe, Project Manager, NPG energy, Maastrichtersteenweg 523 b3 3700 Tongres.
  • Fronde générale contre le plan éolien de Philippe Henry

    29 nov non aux éoliennes.JPG

    45 communes ont déjà répondu « non » à la cartographie proposée !

    Dans les conseils communaux, l’éolien est devenu LE débat. 
    Logique : les communes ont jusqu’au 30 novembre pour remettre un avis sur la proposition de cartographie permettant le développement de l’éolien en Wallonie.
     
    Coincés dans le bourbier de l’éolien, les ministres wallons Ecolo Philippe Henry et Jean-Marc Nollet parviendront-ils à s’en sortir ?
    La question mérite d’être posée.
    Ce jeudi, le Gouvernement a reporté en 1re lecture l’adoption de l’avant-projet de décret permettant l’application du nouveau cadre pour l’implantation future d’éoliennes. 
    Pire : chaque jour, durant ce mois de novembre, des conseils communaux ont émis des avis critiques voire défavorables à la cartographie proposée pour l’implantation de nouvelles éoliennes. 
    Après un rapide tour non exhaustif dans nos archives, on a dénombré près de 45 communes…
    dont certaines sont celles d’autres ministres de l’Olivier comme Perwez (Antoine), Dour (Di Antonio) ou Thuin (Furlan), qui ont véritablement lâché leurs partenaires verts !
     À Tournai, fief de Rudy Demotte, si l’avis est plus nuancé, il remet aussi en question la cartographie proposée.
    PLAN ÉOLIEN : DE QUOI PARLE-T-ON ?
    Pour y voir clair, il faut savoir d’abord savoir de quoi on parle.
     Il y a premièrement le cadre éolien.
    Adopté en février 2013, il a été modifié le 11 juillet, après consultation des communes.
     Il s’agit d’un cadre de référence qui permet de fixer les conditions pour implémenter les éoliennes. 
    Le Gouvernement a également adopté provisoirement une carte de référence.
    Découpée en 30 lots, cette carte traduit le cadre éolien et permet de voir les terrains où l’on peut construire des éoliennes. Objectif : la production de 3.800 GWh en 2020. 
    Mais avant de procéder à l’adoption définitive de cette carte et ainsi des zones susceptibles d’accueillir des projets, il fallait une enquête publique. 
    Et c’est là qu’on retrouve la fronde générale.
    Car sur le terrain, nombreuses sont les associations qui ont mis à l’index ce document. Parmi celles ci, il y a « Vent de raison ». Présidée par Patrick d’Oultremont, elle fédère des citoyens qui n’ont parfois rien contre l’éolien, mais qui ne veulent pas d’un pareil mât dans
    leur jardin. «Certains se rendent compte qu’ils vont se retrouver avec une installation massive aux conséquences inconnues », explique le président de l’association, qui comporte désormais et, selon lui, entre 65 et 70 comités locaux.
    «Outre les enjeux locaux, le problème est bien plus large.
     Il réside dans le projet industriel qui est en train d’être mis en place. 
    Il ne repose pas sur des fondements techniques économiques et environnementaux qui soient à l’analyse d’une épreuve sérieuse.
    »
    Du côté du ministre Philippe Henry on nuance les oppositions.
    «Ce qui est demandé », explique son porte-parole. «Il s’agit de savoir si « oui » ou « non » la cartographie répond aux réalités du terrain.
    Il faut distinguer donc cela d’un référendum anti-éolien.
     On épluche les avis commune par commune.
    Il y en a de très pertinents.
    D’autres sont dogmatiques. Il faut aussi rappeler que la cartographie est là pour protéger les citoyens.
     Ce projet demande du courage politique.
    Rappelons d’ailleurs que ce sont des choix faits par l’ensemble du gouvernement qui concernent, selon Agoria, un potentiel de 10.000 emplois ! » 
    Article de GUILLAUME BARKHUYSEN pour le journal La Meuse du 29 novembre 2013
     
     
  • Débat sur le nouveau cadre éolien, c'est ce soir !à Tinlot

    2355350660.jpegRéunion d’Information Publique (RIP) organisée par le citoyen lui-même le 10 octobre 2013

    Votre avis est important !

    1. Contexte :
    En juillet 2013, le Gouvernement wallon a adopté définitivement une actualisation du « Cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes en Wallonie ».
    2. Enquête publique :
    Désormais, c’est à la population wallonne dans son ensemble qu’il revient de s’exprimer sur ce développement éolien, via l’enquête publique qui est organisée sur la « carte positive de référence traduisant le cadre actualisé, associée à un productible minimal par lot permettant de développer le grand éolien à concurrence d’un objectif de 3800 GWh à l’horizon 2020 »
    Tous les citoyens wallons sont invités à répondre à cette enquête publique avant le 31 octobre ! Il est important de se faire entendre MAINTENANT.

    Mais avant, nous vous invitons à assister à la Réunion d’Information Publique (RIP) organisée par le citoyen lui-même et qui aura lieu le : Jeudi 10/10/2013 à 20.00
    Salle Polyvalente. Rue de l’Eglise, 23 B-4557 Tinlot

    Cette réunion d’information permettra au public de comprendre les enjeux de la politique éolienne du GW sur votre cadre de vie, votre santé, votre maison et les paysages. Les populations de Neupré, Engis, Nandrin, Tinlot, Ouffet, Clavier et Anthisnes sont particulièrement concernées.

    Fédération des Collectifs du Condroz Rue de L’Eglise, 56 B-4557 Tinlot
    Mail : collectifsduvraicondroz@gmail.com 
    Site: http://www.collectifsducondroz.be
    Tél : 0470/662684

    Les articles complets sur le Blog de Alain Louviaux de Tinlot 

    Blog de Tinlot Clic sur l'image 

  • Les rendez-vous de la semaine


    les rendez-vous.jpg

    Les rendez-vous de la semaine

    du 7 octobre 2013 au 13 octobre 2013




    4000130303071.jpgDans le cadre de l’enquête publique clic ici  sur la cartographie de l’éolien en Wallonie le 9 octobre 2013 à 20h





    214742217.JPGRéunion d’Information Publique (RIP) organisée par le citoyen lui-même clic ici le 10 octobre 2013

     

     

     

     

    terminus.jpgle 1 er anniversaire du Terminus clic ici à ne pas manquer Belgique-Croatie le 11 octobre 2013





    7866_3452323562753_402377496_n.jpgSamedi 12 octobre 2013 clic ici Spectacle GRATUIT pour les enfants



    481103_566178443440551_145915707_n.jpgLe Retour de Allumés by All Style Mix à Nandrin clic ici 12 octobre 2013



    SAM_4130.JPGDéjeuner Oxfam clic ici le 13 octobre 2013 salle communale de St-Séverin






    1382962_168674436668930_1073607778_n.jpgVTT clic ici Stany Smol-Trek le 13 octobre 2013 à Nandrin

     

     

     


  • Des banderoles fleurissent un peu partout dans notre village

     

    des banderoles fleurissent un peu partout dans notre village,eoliennes,collectif du condroz,nandrin

    Le Collectif du Condroz affiche depuis quelques jours des banderoles de sensibilisation .

    Ils organisent également une grande réunion dans le cadre de l’enquête publique sur la cartographie de l’éolien en Wallonie .

    Cette réunion d’Information publique (RIP) organisée par le citoyen lui-même le 10 octobre 2013 à 20.00.

    Salle polyvalente Rue de l’Église, 23

    4557 Tinlot

    Réunion d’Information Publique (RIP) organisée par le citoyen lui-même le 10 octobre 2013 Clic ici 

    des banderoles fleurissent un peu partout dans notre village,eoliennes,collectif du condroz,nandrin

     

    des banderoles fleurissent un peu partout dans notre village,eoliennes,collectif du condroz,nandrin


  • Dans le cadre de l’enquête publique sur la cartographie de l’éolien en Wallonie le 9 octobre 2013 à 20h

    4000130303071.jpgDans le cadre de l’enquête publique sur la cartographie de l’éolien en Wallonie
    le 9 octobre 2013 à 20h


     Salle communale de Saint Séverin (rue d’Engihoul, 17)
     En collaboration avec le GAL Pays des Condruses et en présence de l’association pour la promotion des énergies renouvelables (APERe), facilitateur éolien désigné par la Région wallonne.



    Également le 14 octobre 2013 à 19h 45 à 4577 Strée Modave inscription pour le 10 octobre 2013

    802989404.2.jpeg

    2245307945.3.jpeg

    Suite à l’enquête publique lancée le 16 septembre 2013 par le Ministre Henry, le GAL organise une séance d’information sur la cartographie de l’éolien en Wallonie avec l’intervention du facilitateur éolien : APERe. Elle aura lieu le 14 octobre à 19h45 au GAL, rue de la Charmille, 16 à 4577 Strée.


    Cette séance d’info est ouverte à tous les membres de CCATM (anciens et nouveaux) ainsi que les collèges et conseils communaux.

    Elle n’aura pas pour objet de faire un débat pour ou contre l’éolien mais bien de les aider à remettre un avis en connaissance de cause. Inscription obligatoire pour le 10/10. Cliquez sur l'image pour agrandir.


  • Réunion d’Information Publique (RIP) organisée par le citoyen lui-même le 10 octobre 2013

    rip.JPGCeci n’est ni un virus, ni une publicité quelconque, mais important à lire pour votre cadre de vie et l’avenir de la Wallonie
    Votre avis est important !

    1. Contexte :

    En juillet 2013, le Gouvernement wallon a adopté définitivement une actualisation du « Cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes en Wallonie ».

    2. Enquête publique :

    Désormais, c’est à la population wallonne dans son ensemble qu’il revient de s’exprimer sur ce développement éolien, via l’enquête publique qui est organisée sur la « carte positive de référence traduisant le cadre actualisé, associée à un productible minimal par lot permettant de développer le grand éolien à concurrence d’un objectif de 3800 GWh à l’horizon 2020 »
    Tous les citoyens wallons sont invités à répondre à cette enquête publique ! Il est important de se faire entendre MAINTENANT.
    Mais avant, nous vous invitons à assister à la Réunion d’Information Publique (RIP) organisée par le citoyen lui-même et qui aura lieu le :
    Jeudi 10/10/2013 à 20.00.
    Salle Polyvalente
    Rue de l’Eglise, 23
    B-4557 Tinlot
    Cette réunion d’information permettra au public de comprendre les enjeux de la politique éolienne du GW sur votre cadre de vie, votre santé, votre maison et les paysages. Les populations de Neupré, Engis, Nandrin, Tinlot, Ouffet, Clavier et Anthisnes sont particulièrement concernées.

    Fédération des Collectifs du Condroz Rue de L’Eglise, 56 B-4557 Tinlot


    Tél : 0470/662684



  • Éoliennes : « Ma ferme va perdre 40 % de sa valeur »

    steph.JPGL’implantation de 45 éoliennes d’ici 2020 dans le Condroz inquiète et effraie. La fédération des collectifs du Condroz (Tinlot, Nandrin, Clavier, Ouffet, Anthisnes, Engis, Havelange) mène campagne battante pour inciter les citoyens à s’opposer au cadre de référence des implantations éoliennes en Wallonie, du ministre Philippe Henry.
    «C’est une folie pure.
     Ce projet prévoit démolition du Condroz. 
    Plus un seul paysage wallon ne sera épargné .
    Sans compter le bruit, l’impact sur la santé, l’enrichissement des promoteurs et la dévalorisation patrimoniale», estime Stephan van der Stegen, porte-parole de la fédération. 
    Ce dernier est d’ailleurs personnellement touché. «Je suis actuellement locataire près de Waremme. Voilà cinq ans, j’ai acheté l’ancienne ferme Legros à Tinlot dont le donjon date du XIe siècle.
    Le bâtiment est reconnu comme patrimoine monumental. Je rénove la ferme petit à petit. J’ai voulu m’installer à Tinlot car ses paysages sont magnifiques. Or, je devrais voir 8 ou 9 éoliennes installées devant chez moi. Des experts immobiliers sont venus et estiment que ma maison perdrait alors 40 % de sa valeur !»
    Le combat de Stephan van der Stegen dépasse ses propres intérêts. «Il n’y a pas que moi. 100 % de la population sera impactée. 
    C’est pourquoi il est important d’agir tant qu’il est encore temps. 
    Car l’enquête publique se termine le 30 octobre», poursuit l’ingénieur civil.
    La fédération a déjà commencé à envoyer des folders dans les boîtes aux lettres des sept communes précitées, pour sensibiliser la population. «18.000 personnes vont recevoir trois folders où nous expliquons le problème et comment agir. 
    Il faut que les citoyens donnent leur avis, c’est important. Trop peu d’entre eux voient le danger de cette cartographie. On n’est pas des anti-éoliens aveugles et stupides. Le projet du ministre ne prend en compte aucune étude épidémiologique et constitue un mainmise sur le pouvoir communal puisqu’il lui retire tout pouvoir de décision en matière éolienne.
     La population est invitée à s’exprimer sur le sujet en envoyant un courrier à la DG04 ou à son administration communale.
    Nous pouvons leur fournir des modèles de lettre. »

     
    Article de ANNICK GOVAERS pour le journal La Meuse H-W du 27 septembre 2013

  • lundi 23 septembre 2013 au soir une conférence de presse à Nandrin enquête publique sur le cadre éolien


    DSC_0608.JPG

    La fédération des collectifs du Condroz regroupant 7 communes condruziennes  organisera  une grande soirée d'information dans le cadre de l'enquête publique sur le nouveau cadre éolien.

    Cette réunion d'information citoyenne se tiendra à la salle "la Tinlotoise" à 20h le 10 octobre prochain.

    A 20 jours de la fin de l'enquête publique, ce sera l'occasion de poser vos questions et de bien comprendre les enjeux de cette procédure afin de donner un avis pertinent et important pour notre cadre de vie.

    Quelques représentants des collectifs Condruziens  et particulièrement de Nandrin, Tinlot et Ouffet donnaient ce lundi soir une conférence de presse à Nandrin pour expliquer leur plan d'action dans le but d'informer et de sensibiliser les citoyens. D'autres développements et précisions vont suivre, mais retenez déjà la date du 10 octobre.

    Information du blog de Tinlot Clic ici 

    2412355715.3.jpegEnquête publique sur le cadre éolien : clic ici des choix irréversibles pour le Condroz à bien mesurer


    info du blog de Tinlot 

    Blog de Tinlot Clic sur l'image

  • Soirée d’information dans le cadre de l’enquête publique sur la cartographie de l’éolien le 9 octobre

    4000130303071.jpgDans le cadre de l’enquête publique sur la cartographie de l’éolien en Wallonie
    le 9 octobre 2013 à 20h


     Salle communale de Saint Séverin (rue d’Engihoul, 17)
     En collaboration avec le GAL Pays des Condruses et en présence de l’association pour la promotion des énergies renouvelables (APERe), facilitateur éolien désigné par la Région wallonne.



    Egalement le 14 octobre 2013 à 19h 45 à 4577 Strée Modave inscription pour le 10 octobre 2013

    802989404.2.jpeg


  • Location de salles : « Pas tous égaux »

    pn 7 juin.JPGSix mois après l’installation du nouveau conseil communal, l’opposition « Pour Nandrin » tenait à tirer un premier bilan de la mandature. 

    Les trois élus ne sont pas contents.

    «Les ordres du jour des conseils sont fort maigres : nous n’avons pas grand-chose à nous mettre sous la dent», souffle Marc Evrard, conseiller depuis 18 ans. 

    Et de noter que ni le règlement d’ordre intérieur ni le conseil consultatif des aînés n’ont pas encore été renouvelés, contrairement à la commune voisine de Tinlot.

    La colère des conseillers d’opposition s’articule autour de deux dysfonctionnements» :  
    la composition politique du conseil communal en ce qui concerne l’IDEN (société de production et de distribution d'eau potable). «Au dernier conseil du 14 mai, ils ont modifié les déclarations individuelles d’apparentement politique actées lors de la délibération du 18 décembre 2012. 

    Or, la circulaire du ministre de tutelle Furlan prévoit que cette composition doit être arrêtée avant le 1er mars et est valable pour toute la législature, soit six ans. 

    C’est aussi inscrit dans les statuts de l’IDEN.
    Ce que la majorité fait, c’est un peu comme jouer au Lotto au lendemain du tirage ! Deux PS devaient aller à l’IDEN, ici on fait passer une Ecolo pour une PS car les deux socialistes prévus ne veulent plus y aller. 

    C’est de la manipulation», clame Marc Evrard.
    Le groupe « Pour Nandrin » a envoyé une lettre au ministre wallon et lui demande d’invalider cette révision et de sanctionner à la fois le bourgmestre et le secrétaire communal «pour ne pas avoir veillé à la légalité des décisions prises. »

     La réservation d’une salle communale pour l’association « Nandrin Alter Eolien ».

     «Des riverains nandrinois, dont plusieurs scientifiques, auraient aimé tenir une réunion sur les éoliennes, en plus de celle récemment organisée par la commune à Saint-Séverin.

     Or, le collège a refusé de leur louer une salle sous prétexte que le règlement n’autorise pas la mise à disposition des salles pour les associations à caractère environnemental.
     Règlement que nous avions proposé, en vain, de revoir », s’écrie Bogdan Piotrowski qui avait déposé «au nom de l’association » la demande de location à la commune. 
    L’opposition crie à l’abus de pouvoir. 

    Article écrit par ANNICK GOVAERS pour le Journal La Meuse Huy-Waremme du vendredi 7 juin 2013
    LE BOURGMESTRE
    « N’importe quoi pour se faire remarquer »
    Michel Lemmens (Expressions commune(s)), le mayeur de Nandrin, réagit : «La modification des appartenances individuelles ne change rien à la représentation de l’IDEN.
     Nous avons pris nos assurances auprès du ministre. 
    C’est hypocrite de la part de « Pour Nandrin » puisque Bodgan Piotrowski se déclare lui-même de plusieurs couleurs : Pour Nandrin, MR et CDF (chrétiens démocrates francophones).»
     Quid de la salle refusée ? «Quand on loue une salle, c’est sous le patronage de la commune.
    On ne peut pas se permettre de semer la confusion dans l’esprit des Nandrinois.
     De plus, cela pourrait vicier les procédures légales en cours.
    Ne pas inviter le promoteur du projet à cette réunion pourrait inciter celui-ci à se retourner contre la commune par un recours. « Pour Nandrin » fait n’importe quoi pour se faire remarquer. » 

  • Nos bourgmestres doivent s’unir contre les éoliennes

    eol.JPGStephan van der Stegen représente les riverains condruziens qui s’opposent aux projets

    La fédération des comités de défense du vrai Condroz a décidé d’agir contre les projets éoliens qui se multiplient dans la région. 
    Des riverains inquiets de voir leurs paysages condruziens se dégrader avec l’implantation d’éoliennes ont décidé de s’unir et d’envoyer une lettre aux bourgmestres des sept communes du GAL Pays des Condruzes, afin qu’ils s’unissent pour lutter contre les entreprises qui développent ces installations.

     

    Dans le cadre du développement de la production d’énergie renouvelable en Wallonie, le Gouvernement Wallon a lancé une campagne de consultation auprès des communes.
     Une cartographie des différents endroits où des éoliennes pourraient être implantées a été proposée aux autorités communales pour que chacune donne son avis. Les réponses
    doivent être rentrées pour le 30 avril prochain.
     Mais certains s’opposent farouchement à cette vision des possibilités en Wallonie. 
    Selon eux, la carte ne tiendrait pas compte des spécificités des régions.
    Stephan van der Stegen est le porte-parole de la fédération des comités de défense du vrai Condroz. 
    Depuis des années, il lutte contre les projets éoliens qui fleurissent, de plus en plus nombreux dans cette région rurale qu’il aime tant. 
    Et cet ingénieur civil a mis toutes les chances de son côté pour appuyer ses arguments, en montant un dossier solide, basé sur une analyse critique du projet.
    « Je ne suis que le porte-parole d’un ensemble de citoyens, habitants du Condroz qui souhaite faire valoir ses droits. 
    Notre région est particulière et très agréable, surtout de part son côté rural et ses paysages. 
    Des éoliennes dans un endroit comme celui-là, ce serait vraiment dommage. 
    Ce que nous souhaitons, c’est éviter la destruction de ce patrimoine paysager ».
    Le souci pour Stephan et ses voisins,c’est que le Gouvernement Wallon ne semble pas particulièrement préoccupé par leur cas :« Le Ministre Henry souhaite faire
    passer l’énergie éolienne en Wallonie à 4500 MW. 
    Il y a donc eu une carte créée pour définir quelles zones pourraient accueillir de telles installations.
    Mais nous ne sommes pas d’accord avec ce que cette cartographie montre ».
    Si les riverains se mobilisent en masse, c’est que les projets proposés par des entreprises diverses se multiplient.
    « À Tinlot par exemple, il y a actuellement deux demandes. 
    Si cela se concrétise, la commune sera encerclée par les éoliennes.
     Les paysages seront complètement dénaturés.
    Et bien évidemment, les plans donnés par la Région Wallonne ne tiennent pas compte des monuments, des endroits classés.
    Je peux facilement citer cinq endroits classés qui seront exposés aux nuisances des éoliennes prévues.
    Mais ça n’a pas l’air d’entrer en ligne de compte ».
    Comme beaucoup d’autres, Stephan van der Stegen est concerné au premier plan par ces changements dans son paysage. «Il y a quelques années, j’ai acheté une
    ferme à Tinlot. Il faut tout y rénover.
    Mais j’ai fait arrêter les travaux depuis le début de ces projets.
    Un bureau d’études m’a confirmé que si des éoliennes étaient implantées près de chez moi, ma maison perdrait 40 % de sa valeur. 
    Je ne crois pas que le Gouvernement Wallon ait prévu de m’indemniser pour la perte financière ».
    Ce que les représentants des différents comités anti-éoliens attendent aujourd’hui, c’est une réaction des politiques : «Nous avons déposé une lettre à chaque
    bourgmestre des communes concernées afin de leur demander de s’unir, pour lutter contre ces projets. Nous pensons que s’ils parlent tous d’une même voix, ils
    auront un impact plus grand pour se faire entendre du gouvernement.
    En majorité, les communes du Condroz sont opposées aux permis demandés, mais ils doivent interpeller les députés de leurs groupes politiques respectifs
    pour conscientiser tout le monde à notre problème.
     C’est essentiel .
    C’est pour cette raison que nous les enjoignons à rendre un avis défavorable à cette cartographie éolienne, selon nous, inacceptable.
    Nous ne connaissons même pas les éléments objectifs sur lesquels elle a été dessinée.
    Article de Noemi B dans le journal La Meuse H-W du 11 avril 2013
    Voir article complet dans l'édition clic sur le journal 
    Jeudi 11 Avr. 2013

    Jeudi 11 Avr. 2013

  • Projet éolien une centaine de lettres de protestation

    DSC04057.jpgCe vendredi marque la date ultime pour les riverains nandrinois qui souhaitaient apporter leur soutien, faire une remarque ou encore protester contre le projet d’EDF-Luminus qui souhaite implanter cinq éoliennes entre les villages de Saint-Séverin,Yernée-Fraineux. L’administration de Nandrin a donc reçu, hier soir, une centaine de lettres de riverains mécontents de ce projet.
     «Il y a d’autres endroits pour mettre ces éoliennes.
    Pourquoi pas le long des autoroutes ? Mais certainement pas aussi près de villages où on trouve, par exemple, une église romane du 12e siècle », s’interroge Michaël Dethier. «Ce que je crains le plus, ce sont les nuisances sonores et visuelles.
     Vous vous imaginez sortir de chez vous et voir des poteaux d’éoliennes alors que vous n’avez jamais connu que des champs ? Et il ne faut pas oublier que si on construit ces cinq éoliennes, nos maisons perdront de leur valeur.
    Je ne trouve vraiment pas ça normal… ».
    Ce chauffeur de camion de 39 ans qui habite Saint-Séverin est  à la base d’un mouvement citoyen de protestation. «Nous nous sommes réunis avec une dizaine d’habitants et nous avons décidé d’aller faire du porte-àporte pour permettre aux citoyens qui le désiraient d’écrire une lettre pour dénoncer ce chantier éolien », ajoute-t-il.
    Une démarche très bien accueillie par les Nandrinois qui apparemment étaient, en majorité, opposés à Luminus.
    «Nous avons recueilli une centaine de lettres.
     Nous proposions aux habitants des lettres toutes faites selon les villages ou ils pouvaient créer leurs textes personnels. Nous avons peut-être croisé une dizaine de personnes qui étaient favorables au projet.
     C’est très peu finalement », continue Michaël Dethier. 
    La centaine de lettres a donc été apportée hier soir à l’administration à l’attention du bourgmestre Michel Lemmens.
    Michaël Dethier devait se rendre ce matin, avec un autre habitant de Nandrin, dans les bureaux de Luminus à Liège, pour donner une copie des lettres. «J’aurais bien voulu les donner en main propre au bourgmestre que je pense en faveur de notre cause mais tant pis
    si ce n’est pas le cas », nous a-t-il dit au moment de l’interview.
    Les Nandrinois ne sont pas encore près de voir des éoliennes pousser devant chez eux puisqu’une étude d’incidence d’un an doit être effectuée à la suite de laquelle ils pourront encore déposer un recours devant le Conseil d’État (voir encart cicontre).
    Article de THOMAS Broux journal La Meuse Huy-Waremme du 8 mars 2013
  • Question pour l'étude d'incidences pour l'implantation d'un parc éolien à remettre pour le 8 mars 2013

    eol.JPGVotre avis compte !
    Vos observations et suggestions seront prises en compte dans l’étude d’incidences.
    Il vous suffit pour cela de les adresser par écrit jusqu’au 8 mars 2013, à l’adresse suivante :
    Collège Communal de Nandrin, Place O. Musin, 1 à 4550 Nandrin
    (avec une copie à EDF Luminus, Anne-France Fontaine, Rue Joffre 12, 4000 Liège)
    Des informations peuvent être obtenues auprès de :
    Anne-France Fontaine
    EDF Luminus
    rue Joffre 12 - 4000 Liège - Belgique
    T : 04/330.49.33
    E : anne-france.fontaine@edfluminus.be
    Vous êtes journaliste? Contactez chez EDF Luminus :
    Anne Grandjean
    T : 02/213.79.08
    E : anne.grandjean@edfluminus.be

  • Un cadre communal éolien : rejeté à Nandrin

    eol.JPGLe groupe d’opposition
    « Pour Nandrin » a proposé, mardi au Conseil communal, la constitution d’un groupe de travail pour fixer un cadre de référence local éolien.
     
    «Il faut que Nandrin garde la main avant/pendant/ après l’introduction d’un projet éolien.

    Établir des normes et s’assurer garantir leur bonne application », a lancé le conseiller Bodgan Piotrowski.

    «L’éolien est une matière régionale et non communale.
     La Région wallonne s’est fixé l’objectif de produire 20 % d’énergies renouvelables pour 2020. 

    Quand bien même nous établirions un cadre local, celui- ci ne serait pas opposable à la Région.

    Cela représente beaucoup d’efforts pour peu de résultats », a répondu Charlotte Tilman, échevine de l’énergie. 

    «Il ne faut pas se voiler la face, le mandataire communal a de moins en moins son mot à dire : l’énergie, l’eau, le gaz, les poubelles sont parties dans des intercommunales.

    L’éolien aussi relève d’un intérêt supra-communal. 
    C’est la Région qui a la main mais cela ne signifie pas qu’on ne peut rien faire ! Le débat serait d’ailleurs plus pertinent au sein d’instances comme le GAL (Groupe d’action locale) qui regroupe les neufs communes du plateau du Condroz », ajoute le bourgmestre EC, Michel Lemmens.

    La proposition du groupe PN tombe mal puisque le gouvernement wallon vient d’adopter le cadre éolien régional tant attendu, jeudi dernier.
     Ce document est assorti d’une cartographie qui définit des lots de répartition et identifie les zones favorables à l’installation des éoliennes. 

    «Nandrin comporte 5 zones potentiellement utilisables pour l’éolien.
     Tinlot est carrément criblée », s’inquiète le mayeur, qui attend davantage d’information de la Région. 

    La demande de PN a été votée et rejetée par 9 votes (Expressions Communes).
    Le groupe libéral s’est abstenu par 4 voix (Tous Ensemble). 

    article de ANNICK GOVAERS Journal H-W du 28 février 2013

    D'autres articles et infos  sur le sujet clic sur les lien 
  • Michel Lemmens embêté dans le projet éolien Luminus

    éoliennes 26 fevrier 2013.JPGLes cinq éoliennes en projet sur la commune de Nandrin font grand bruit.
    Non seulement parce que la population n’y est pas favorable, ni le conseil communal d’ailleurs, mais également parce que le bourgmestre Michel Lemmens devra être d’une grande neutralité s’il veut faire bonne figure dans ce dossier. 
    Riverain touché par l’implantation, bourgmestre mais également conseiller chez Tecteo, qui est en partie actionnaire deLuminus, l’entreprise en charge du projet.

    La commune de Nandrin est, on peut le dire, fortement sollicitée en ce qui concerne les projets éoliens.
     Six dossiers ont déjà été déposés et aucun ne fait l’unanimité que ce soit auprès des riverains ou du conseil communal.
    Mais celui qui fait le plus de remous est le dossier de cinq éoliennes que l’entreprise, dont Tecteo est en partie actionnaire, EDF Luminus voudrait construire entre les villages de Yernet-Fraineux, Villers-le-Temple et Saint-Séverin. 
    Tecteo qui n’est autre que l’intercommunale où travaille Michel Lemmens comme conseiller dans le secteur du gaz. 
    Une triple casquette donc – riverain, bourgmestre,conseiller Tecteo – qui va obliger le mayeur nandrinois à faire preuve d’une neutralité totale lors d’interventions des autorités communales dans ce dossier.
     «Je voudrais d’abord dire que Tecteo ce n’est pas Luminus.
    Moi, je suis ingénieur dans le domaine du gaz et Luminus prend en charge tout ce qui électricité »,précise Michel Lemmens.
    «Et puis, je dois pouvoir faire la part des choses.
     Je suis obligé.
     Je dois laisser de côté mon boulot quand je suis le bourgmestre de ma commune », continue-t-il. Mais Michel Lemmens sera également tiraillé entre son mayorat et son statut de riverain. 
    «Ma maison est juste en face du terrain où seraient construites les éoliennes.
    Mon habitation perdrait donc de sa valeur ce que je trouve dommage.
    J’ai le droit de dire ce que je pense en tant que citoyen mais je dois également garder ma neutralité de bourgmestre », conclut le Nandrinois.
     
    L’OPPOSITION RÉAGIT

    L’opposition n’est pas plus chaude que les riverains concernant le projet éolien. 
    Le groupe « Pour Nandrin » espère même constituer un groupe de travail pour étudier la question.
     «Nous sommes contre, par principe.
     Mais nous voudrions en savoir d’avantage pour pouvoir argumenter nos avis plus en profondeur », explique Marc Evrard qui, en ce qui concerne les tiraillements du bourgmestre Michel Lemmens, se fait plus tendre. 
    «Il n’en peut absolument rien.
     Nous n’allons pas lui demander de démissionner de son poste chez Tecteo parce que Luminus a décidé de lancer un projet sur Nandrin. 
    Ce n’est pas de sa faute », continue-t-il. «Malgré tout, je pense que ce ne sera pas facile pour lui.
     Je suppose qu‘il sortira quand une décision devra être prise », conclut Marc Evrard.

    LE PROJET LUMINUS
    Prévu pour 2015
    Le projet éolien lancé par l’entreprise EDF Luminus, filiale de l’intercommunale Tecteo, a pour but d’implanter cinq éoliennes, sur la commune de Nandrin, entre les villages de Liernet-Fraineux, Villers-le- Temple et Saint-Séverin.
    Ces éoliennes devraient produire 30 millions de KWh. 
    Une capacité qui pourrait fournir en électricité l’équivalent de 7.500 ménages.
     Nous n’en sommes encore qu’au stade des discussions puisqu’une réunion d’informations vient d’être organisée, mercredi dernier, par EDF Luminus et la commune de Nandrin.
    L’occasion pour les riverains de poser des questions et de donner leur avis.
     Il ne reste d’ailleurs aux citoyens que jusqu’au 8 mars pour soumettre leurs dernières remarques et autres questions sur le projet.
     Logiquement, après l’étude d’incidence qui devrait durer une année, les travaux débuteraient vers septembre 2013 pour se terminer aux alentours du printemps 2015.

    Article de Thomas Broux dans le journal La Meuse  H-W du 26 février 2013

  • Réunion d'information préalable sur l’implantation d'un parc éolien

    DSC03689.jpgb.jpg

    Le mercredi 20 février à 19h 30 la salle de saint-Séverin  était envahie par les riverains mais également des personnes des villages voisins. 

    La raison était la réunion d'information préalable sur l'implantation d'un parc éolien à Nandrin . 

    Un exposé de plus d'une heure ouvrait le débat et la parole était donnée à l'assistance . 

    Le ton était vite donné et le débat est resté dans la correction même si catégoriquement, la population n'est pas séduite par le projet . 

    Aujourd'hui un point a été ajouté à l'ordre du jour du Conseil Communal  par  le groupe "Pour Nandrin " sur le sujet .


    Conseil communal ordre du jour Clic ici 


    Les cinq éoliennes en projet sur la commune de Nandrin font grand bruit.

    Retrouvez l’intégralité de l'article sur les éoliennes dans notre édition régionale de ce mardi 26 février.


    Suite à cette réunion du 20 février 2013, chacun est invité à adresser ses observations et suggestions destinées à la réalisation de l’étude d’incidences, par écrit, au collège communale de Nandrin, Place Ovide Musin, 1 à 4550 NANDRIN (avec une copie à EDF Luminus, Anne-France Fontaine, rue Joffre, 12, 4000 Liège) et ce jusqu’au 8 mars 2013.

    Toute information complémentaire peut être obtenue auprès du demandeur, Anne-France Fontaine, EDF Luminus, rue Joffre, 12, 4000 Liège au 04/330.49.33 ou anne-France.fontaine@edfluminus.be .

  • Avis à la population réunion d'information préalable implantation parc éolien

    éolien Nandrin clic ici.JPG

    AVIS A LA POPULATION
    REUNION D’INFORMATION PREALABLE
    EDF Luminus informe la population qu’elle prévoit d’introduire une demande de permis
    unique relative à :
    L’implantation d’un parc éolien, d’une cabine de tête, de chemins d’accès,
    d’aires de montage et la pose de câbles électriques
    sur la commune de Nandrin, entre les villages de Yernée-Fraineux, Villers-le-Temple
    et Saint-Séverin.
    Ce projet s’inscrit dans le cadre de la politique européenne, nationale et régionale de
    réduction des émissions de gaz à effet de serre.
    A cet effet, une réunion d’information préalable sera organisée le
    MERCREDI 20 FEVRIER 2013
    à 19h30
    Salle communale de Saint-Séverin
    Rue d’Engihoul, 17
    4550 Saint-Séverin
    Cette réunion d’information a pour objet :
    1° de permettre au demandeur de présenter son projet ;
    2° de permettre au public de s’informer et d’émettre ses observations et
    suggestions concernant le projet ;
    3° si une évaluation des incidences est prescrite conformément aux
    articles D.66, §2, et D.68, §§2 et 3 :
    - de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être
    abordés dans l’étude d’incidences ;
    - de présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement
    être envisagées par le demandeur et afin qu’il en soit tenu compte
    lors de la réalisation de l’étude d’incidences.
    Suite à cette réunion, chacun est invité à adresser ses observations et suggestions
    destinées à la réalisation de l’étude d’incidences par écrit au Collège Communal de
    Nandrin, Place O. Musin, 1 à 4550 Nandrin (avec une copie à EDF Luminus, Anne-
    France Fontaine, Rue Joffre 12, 4000 Liège) et ce jusqu’au 08 mars 2013.
    Des informations peuvent être obtenues auprès d’Anne-France Fontaine, EDF Luminus,
    Rue Joffre 12, 4000 Liège au 04/330.49.33 ou anne-france.fontaine@edfluminus.be
  • Projet éolien:Nandrin,Tinlot,Ouffet

    elo.jpgProjet éolien : nouveau recours d’Alternative Green

    voir l'article Projet éolien Tinlot clic ici.JPG

    Un projet à Ouffet et à Nandrin

    Cela bouge aussi dans d’autres communes concernant des dossiers éoliens.
    Une réunion d’information a eu lieu lundi à Ouffet pour présenter le projet Electrawinds devant une centaine de personnes. 
    Il consiste en une implantation de sept éoliennes entre Warzée et Ouffet. 
    Dans les quinze prochains jours, les riverains vont pouvoir donner leur avis concernant ce projet avant l’étude d’incidences. A Nandrin, EDF Luminus a l’intention de réaliser un parc de cinq éoliennes entre Saint-Severin et Villersle- Temple.
     Le projet sera présenté à la population lors d’une réunion d’information le 20 février.