Politique à Nandrin

  • Évolution des travaux du bâtiment de l'Administration communale de Nandrin en photos

    19114501_10212710017215566_1748976497_n.jpg

    19113085_10212710014495498_1256516353_n.jpg

     

    19114835_10212710014535499_147709769_n.jpg

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »


    Démolition de la maison communale de Nandrin... par sudpresse

     


    Nandrin: la destruction de la maison communale... par sudpresse

     

     

  • À Nandrin, un mini-tollé a démarré sur les réseaux sociaux « Pas à moi de mettre des big bags »

    Nos brocantes sous haute surveillance

    À Nandrin, un mini-tollé a démarré sur les réseaux sociaux. En cause, un courrier de la commune reçu par la gérante du Café des Sports, Sandrine Markadieu qui organise une brocante à Villers-le-Temple le 18 juin. 180 exposants sont prévus.

    Dans cette lettre, il est écrit que la commune et la zone de police du Condroz imposent l’utilisation de big bags et/ou de véhicules afin d’obstruer les entrées des rues occupées par la brocante, vu le niveau de la menace terroriste à 3 en Belgique.

    À charge de l’organisateur de la brocante, donc. Une aberration, selon Sandrine Markadieu.

    « Je n’apprécie pas la forme.

    Tout est en ordre et puis je reçois mardi un courrier.

    On ne m’a jamais parlé de ce dispositif avant. Sur le fond, les big bags, j’estime que ce n’est pas à moi de les placer, mais à la commune.

    Je fais tout sur fonds propres, pour faire vivre le village, sans en retirer de bénéfice, et j’ai l’impression qu’on fait tout pour me mettre des bâtons dans les roues.

    Plus j’en fais, plus on me demande d’en faire », souffle-telle.

    De là à annuler la brocante ?

    « Non, même si j’étais à deux doigts. Des amis viendront placer leurs voitures pour bloquer les trois rues. »

    Le bourgmestre, Michel Lemmens, n’apprécie pas la polémique.

    « Je ne suis pas tout seul à décider des normes, je ne suis qu’un acteur de la chaîne.

    La police a estimé que vu la taille de l’événement, une réunion de coordination préalable n’était pas nécessaire mais qu’un dispositif de sécurité similaire à celui de la kermesse devait être mis en place (big bags).

    Demain, je rencontre les autorités, nous verrons s’il faut organiser une réunion d’urgence avec des mesures complémentaires. »

    La commune ne pourrait-elle pas placer ces dispositifs ?

    « Encore faut-il avoir une demande. »

     A.G.

    Article complet clic ici 

    Sandrine Markadieu est soulagée. La brocante de Villers-le-Temple du 18 juin sera protégée d’une attaque terroriste potentielle, mais pas à ses frais. Dans notre édition du 8 juin, la gérante du Café des Sports expliquait avoir reçu un courrier de la commune lui imposant d’ostruer les entrées des rues occupées par la brocante, ce qu’elle estimait ne pas être de son ressort. « J’ai reçu un coup de fil du bourgmestre ce jeudi, qui m’a annoncé que la commune mettait finalement des big bags à ma disposition et je l’en remercie. Je suis soulagée  », confie-t-elle.

    Michel Lemmens confirme: «  Lors de la réunion de sécurité du Nandrin Festival, nous avons évoqué le cas de la brocante. Il a été confirmé qu’une réunion spécifique ne se justifiait pas et qu’un dispositif similaire à la kermesse de Villers devait être installé, soit des big bags. C’est la commune qui en mettra deux au niveau du monument aux morts. Mme Markadieu s’est engagée à placer un véhicule dans le bas de la rue de la Tourette pour pouvoir laisser le passage libre aux secours, le cas échéant. »

    Brocante de Villers-le-Temple: la commune placera deux big bags clic ici

    brocante,bloc de beton,police,terroriste,risque,nandrin

    brocante,bloc de beton,police,terroriste,risque,nandrin

    Lire la suite

  • Dédoublement des classes à Villers et Saint-Séverin école communale de Nandrin

    «  Le PO de Nandrin va intervenir pour 35 périodes (ce qui équivaut à un peu moins d’1,5 temps plein) afin de renforcer l’encadrement scolaire.

    Cela va permettre d’organiser 6 classes primaires à Villers-Le-Temple au lieu de 5 si le PO s’était contenté des périodes octroyées par la Fédération Wallonie-Bruxelles et 6 classes primaires également à Saint-Séverin au lieu de 4  », annonce Daniel Pollain, échevin de l’enseignement de Nandrin.

    Conséquence, les classes visées seront moins peuplées.

    «  C’est la première année que le PO intervient pour autant de périodes. La Fédération Wallonie-Bruxelles paie les enseignants en fonction du nombre d’élèves (212 en tout à Nandrin) et cela évolue d’année en année.

    Face au constat de certaines classes surpeuplées, soit on ne fait rien, soit on intervient pour soulager les classes et assurer un meilleur encadrement. On a choisi la deuxième option  », poursuit-il.

    Le nombre de périodes octroyé à l’enseignement primaire à Nandrin par la Fédération Wallonie-Bruxelles est de 258 pour la rentrée 2017-2018.

    En équivalent temps plein, 258 périodes plus 35 périodes représentent une quinzaine d’emplois.

    AG

     

    1147395687.25.JPG

     

  • À Nandrin Daniel Giltay remplace Marc Evrard au CPAS

    Le secrétaire du CRAVN rejoint le groupe Union pour Nandrin

    Après 5 mois de réflexion, Union Pour Nandrin, groupe d’opposition à Nandrin, vient de désigner le remplaçant de Marc Evrard au conseil de l’action sociale.

    Il s’agit de Daniel Giltay, ancien syndicaliste FGTB à Cockerill-Sambre et secrétaire du CRAVN, Collectif pour la ruralité et l'art de vivre à Nandrin, l’ASBL qui avait notamment attaqué la commune au Conseil d’Etat au sujet du Festimix sur le site des Templiers.

     

    L’unique siège de conseiller au CPAS d’Union Pour Nandrin a souvent changé de titulaire depuis les élections de 2012.

    D’abord occupé par Emilie Demeuse, qui a quitté la commune, il est revenu à Didier Maka qui est ensuite monté au conseil communal en remplacement de Jeannick Piron, laissant la place vacante au CPAS.

    C’est Marc Evrard, conseiller communal, qui a alors cumulé les deux casquettes avant de démissionner du conseil de l’action sociale en décembre dernier.

    « J’avais toujours dit que je ne resterai pas conseiller au CPAS trop longtemps », indique l’intéressé. Depuis, le groupe cherchait un(e) Nandrinois(e) motivé(e) pour siéger.

    « La jeune fille que nous pressentions n’étant pas partante, nous nous sommes posés et avons réfléchi. Nous voulions quelqu’un qui reste jusqu’au bout de la législature, qui puisse faire jeu égal avec les mandataires chevronnés déjà en place, quelqu’un de solide qui s’investisse donc et étudie les dossiers.

    Puisque les conseillers CPAS ne doivent pas être élus, nous avons pensé à Daniel Giltay que nous connaissions dans le voisinage et qui avait interpellé notre groupe pour être porte-parole des idéaux du CRAVN.

    Son investissement au sein de cette ASBL de défense de la ruralité et sa faculté d’aller au bout de ses convictions ne sont pas sans rappeler ceux d’uPN », revient Marc Evrard. Qui insiste : « Jusqu’il y a une semaine, uPN et le CRAVN n’avaient aucun lien.

    Il n’y a pas eu d’instrumentalisation de ce groupement. »

    Diplômé électricien industriel, Daniel Giltay (55 ans) a fait toute sa carrière à Cockerill-Sambre, il a notamment été délégué syndical permanent FGTB, secrétaire de la cellule sociale, responsable du comité de gestion et administrateur du Fonds d’entraide des divisions liégeoises.

    « J’ai donc beaucoup touché au social dans ma carrière.

    Aujourd’hui prépensionné, je compte mettre à profit cette expérience au bénéfice du CPAS », déclare Daniel Giltay, qui reste pour le moment secrétaire du CRAVN.

    « Je ne vois pas d’interférence, les deux mouvements sont distincts. »

    ANNICK GOVAERS

    1147395687.25.JPG

     

     

    Lire la suite

  • Une liste citoyenne la campagne est lancée à Nandrin

    À 500 jours des élections communales, uPN lance officiellement sa campagne.

    Le groupe tient à constituer une liste citoyenne (l’idée de départ en 2012), ouverte donc à la société civile : « 50 % de civils et 50 % de politiques ».

    « UPN veut rassembler de multiples sensibilités, tant que les préoccupations des citoyens priment. La venue de Daniel Giltay en est l’illustration », souligne Marc Evrard.

    Un brassage multi-tendances signifie-t-il un rapprochement avec des membres de la majorité ou de l’autre groupe d’opposition?

    « Il n’y a pas d’exclusive. »

    A.G

     


    1147395687.25.JPG

  • Un manque de places de parking, route du Condroz à Nandrin

    En question d’actu, uPN a évoqué une problématique actuelle, sur la route du Condroz: le parking sauvage le long de la nationale et le manque de parking de quelques bars et restaurants. «Comment peut-on permettre l’ouverture de commerces sans un minimum de parking? La situation est dangereuse », estime-t-il.

    L’échevine de l’aménagement du territoire, Charlotte Tilman, reconnaît qu’ « il y a un problème ».

    « Si le commerce fait plus de 400 m2 , il tombe sous la législation sur les implantations commerciales. On connaît alors le type de commerce et pouvons prévoir les besoins en parking, dans le permis. Le souci, ce sont les petites surfaces de moins de 400 m2 où on n’est pas forcément au courant du type de commerce . S’il n’y a pas de changement d’aspect architectural, il n’y a pas besoin de permis.

    Dès qu’il y a une demande de permis, on impose du parking. Mais si ça se trouve, l’affectation va changer au dernier moment et on n’a plus de prise !

    C’est ce qui s’est passé dernièrement », souligne l’échevine.

    Propriétaire (mais pas gestionnaire) d’un bar, Michel Lemmens a indiqué que le stationnement était autorisé le long de la N63, que des parkings existaient à proximité (comme celui du lotissement) et que la vision s’étendait à plus d’un km.

     

    « La priorité est le rond-point du Mona car on n’aura pas les subsides pour tout faire d’un coup. L’aménagement entre le rond-point de l’Inter-marché et celui de Fraineux jusqu’aux 4 Bras, avec des places de parking, est prévu. »

    AG

    1147395687.25.JPG

  • La Maison du village de Villers-le-Temple Nandrin est à vendre

    « C’est une vieille histoire qui arrive enfin sur la table du conseil communal », a introduit Michel Lemmens, le bourgmestre de Nandrin, évoquant l’épilogue de l’ancienne Maison du village, située rue de la Tourette à Villers-le-Temple.

    Les élus communaux devaient effectivement se prononcer sur la vente de ce bâtiment de 754 m2 , insalubre et inaccessible sur ordre du mayeur depuis 2011.

    « Maintenant que nous sommes assurés de la subvention de la nouvelle Maison de village (697.000 € sur 870.000 €), nous pouvons passer à la vente de l’ancienne. » Le Collège proposait une vente aux enchères avec une mise à prix à 125.000 euros.

    « Notre notaire estime le bien entre 115.000 et 140.000 euros, mais 115.000 euros de prix minimum nous semblait trop peu élevé. Nous avons donc tranché pour 125.000 euros, en espérant que les offres seront supérieures », précise Michel Lemmens. PAS DE RÉNOVATION Le fruit de la vente servira à payer les frais d’architecte pour l’annexe de l’école de Villers-le-Temple (voir encadré) et le reste éventuel « sera placé dans un pot commun scolaire », a-t-il assuré en réponse à l’interrogation de l’opposition Union Pour Nandrin. Marc Evrard s’est aussi inquiété d’éventuels vices cachés, dans la procédure de vente publique. L’autre groupe d’opposition, Tous Ensemble, par la voix de Vincent Licata, a demandé si l’école n’aurait justement pas eu un intérêt pour l’ancienne Maison de village.

    « L’idée de la nouvelle Maison de village à la maison Fouarge est de concentrer tous les bâtiments scolaires et parascolaires dans un même périmètre. Nous n’avons pas besoin de l’ancien bâtiment qui de toute façon est insalubre depuis des années. Même pendant la durée des travaux à la maison Fouarge, il est impossible de s’y installer temporairement », a ré- pondu Daniel Pollain, échevin de l’enseignement.

    « Et l’option de la rénovation ? », a poursuivi Vincent Licata.

    « Le secteur public n’a pas les mêmes contraintes que le privé. Il est financièrement plus intéressant pour la commune de revendre le bien que de le rénover », a souligné Michel Lemmens. Le point a finalement été voté à l’unanimité. -

    ANNICK GOVAERS

    1147395687.25.JPG

    Lire la suite

  • Ils ne sont pas convaincus par la solution dégagée par les TEC sur la N63 de Nandrin

    2063530445.2.JPGMarc Evrard, chef de file uPN à Nandrin, a tenu à réagir à notre article paru ce mardi au sujet de la suppression des arrêts de bus de La Tolle, décidée en concertation par les TEC, la Région wallonne (qui gère la route du Condroz) et les autorités communales.

    Ces deux arrêts de bus, situés sur la N63, font polémique puisque certains usagers des TEC franchissent la 4 voies pour rejoindre leur quartier, parfois en enjambant la berme centrale, en l’absence de passage piétons.

    Il est également prévu d’installer un abri vélos sécurisé au rond-point de l’Intermarché, là où les usagers de la Tolle devront désormais (à partir du 15 mai) prendre le bus.

    « Cette solution doit être transitoire.

    Ce qu’il faut, ce sont des travaux de plus grande ampleur sur la route du Condroz, comme un 5e rond-point à La Tolle (et un 6e à Ehein d’ailleurs) car ce carrefour est fort utilisé, ne serait-ce que par les Nandrinois qui se rendent au parc à conteneurs.

    Et ainsi, l’arrêt de bus pourrait être maintenu dans les deux sens. Plus que de petits rafistolages, il faut une étude en profondeur de la N63, une vue globale des différentes problématiques entre les trois communes concernées : Nandrin, Tinlot et Neupré.

    La mesure prise s’apparente à de l’électoralisme ou de l’émotionnel », s’exclame le conseiller communal uPN.

    Quant à l’abri vélos, il n’y croit pas.

    « Il faudrait déjà qu’il soit assez grand. Et surtout, je pense que les jeunes vont se faire conduire en voiture et ne prendront pas leur vélo.

    Croire le contraire est utopique », estime Marc Evrard.

    L’autre opposition, TE, n’est pas plus enthousiaste.

    « Les TEC et la Région ne se sentaient pas concernés jusqu’il y a peu et soudainement ils trouvent une solution en 15 jours. On a été entendu mais s’il n’y a pas de raisonnement global au sujet de la N63, au moins pouvaiton prévoir une déviation d’itinéraire.

    Je doute aussi qu’avec les intempéries, les gens prennent leur vélo et fassent un tel détour pour prendre le bus.

    Il y a aussi le danger que certains cyclistes empruntent, au retour, la route du Condroz pour rentrer chez eux, ce qui serait extrêmement dangereux », pointe le conseiller Benoît Ramelot.

     ANNICK GOVAERS

    Les chefs de file Marc Evrard (uPN) et Benoît Ramelot (TE) ne sont pas convaincus par la solution dégagée par les TEC, la Région wallonne et les autorités communales nandrinoises au sujet des arrêts de bus de La Tolle, à savoir leur suppression

    1147395687.25.JPG

  • Arrêts de bus supprimés à Nandrin

    2063530445.2.JPG

    Les piétons ne pourront plus traverser la N63, le bus s’arrêtera au rond-point de Saint-Séverin

    Dès le 15 mai, les arrêts de bus dits de « La Tolle » à Nandrin seront supprimés. Confrontés à la dangerosité du site (des piétons traversent les 4 voies, parfois en enjambant la berme centrale !), les TEC, la Région et les autorités communales ont pris une décision en ce sens, mercredi dernier. Désormais, les usagers des TEC devront monter et descendre du bus à l’arrêt situé au rond-point de Saint-Séverin.

    Un abri vélos sécurisé y sera aménagé.

     

    Nous avions exposé la problématique (qui dure depuis des années) dans nos pages en février dernier. Certains usagers des lignes 94 Liège-Warzée et 285 NeuvilleFlône des TEC Liège-Verviers, déposés à l’arrêt de bus de « La Tolle » en pleine route du Condroz, traversent la N63 soit en enjambant la berme centrale soit par le « tourne-à-gauche », faute de passage pour piétons à cet endroit.

    Une situation intenable, un accident (mortel) pouvant se produire à tout instant sur cette 4 voies où les véhicules circulent à 90 km/heure. Les élus nandrinois s’en étaient émus à plusieurs reprises, notamment lors de conseils communaux. Une solution vient de se dégager, à l’issue d’une réunion spéciale de la commission provinciale de sé- curité routière, qui s’est tenue mercredi dernier. « Nous avons rencontré les TEC et le gestionnaire de voirie, soit la DGO1 (SPW), à ce sujet précis. Nous étions tous d’accord sur le fait qu’il n’est pas possible de maintenir les arrêts de la Tolle.

    La solution qui s’est dégagée est celle de la suppression des arrêts. Les usagers devront désormais monter et descendre du bus un peu plus loin, à l’arrêt (existant) situé au rond-point de Saint-Séverin, à proximité de l’Intermarché », annonce Charlotte Tilman, échevine de la mobilité à Nandrin. L’avantage du rond-point étant la présence de passage pour piétons et une vitesse moindre des conducteurs qui freinent à l’approche du giratoire. La mesure sera effective à partir du 15 mai, le temps pour les TEC d’informer leurs clients. N’était-il pas possible d’organiser un détour par le village ?

    « Non, le contournement aurait été trop long et pénaliserait l’ensemble de la clientèle de cette ligne, qui est assez longue », répond Carine Zanella, porte-parole du TEC Liège-Verviers.

    Créer une passerelle ou un tunnel n’était pas non plus envisagé, l’arrêt n’étant fréquenté que par 3 clients maximum par jour, selon les statistiques des TEC. Ces derniers devront donc marcher davantage pour rejoindre, notamment, le lotissement de la Gotte, la rue de la Haie des Moges ou les habitations du côté du parc à conteneurs… ou bien prendre leur vélo !

    « Il est prévu de créer un dispositif sécurisé pour ranger les vélos des usagers.

    Puisqu’ils ont un plus grand trajet à faire, ils pourront rejoindre le rond-point de Saint-Séverin à vélo par les petites routes et pourront les ranger sans se tracasser », indique Charlotte Tilman.

    Il s’agit de sortes de grosses boîtes fermées qui empêchent le vol et le vandalisme.

    La procédure sera prochainement lancée pour installer cet abri vélos, financé à 80 % par les TEC. 

    ANNICK GOVAERS

    1147395687.25.JPG

     

  • Après le Belfius partie de Nandrin il semblerait que BNP Paribas prenne le même chemin

    DSC01589.JPGComme nous vous l’annoncions en février dernier, la banque Belfius a décidé de quitter Nandrin et son rond-point des Vaches pour migrer quelques kilomètres plus loin, sur la route du Condroz, dans la commune de Neupré.

    Le déménagement est effectif depuis le 10 février.

    La banque avance des arguments « d’agence ouverte » et d’infrastructure plus grande, moderne et agréable, ainsi qu’un parking de 15 places, pour justifier sa migration.

    « Les clients retrouvent leur personne de contact dans cette agence », indiquait encore Ulrike Pommée, responsable des relations presse chez Belfius.

    « PAS LES MÊMES RÉALITÉS »

    Il semblerait par ailleurs aujourd’hui que BNP Paribas prenne le même chemin, en s’installant elle aussi à Neupré.

    belfius ,bnp paribas ,nandrin ,Les porte-parole de BNP n’ont pas confirmé l’information (« Il n’y a rien à communiquer concernant l’agence de Nandrin »), mais le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens (PS), en a été informé.

    « L’agence partira en septembre », nous précise-t-il.

    Il est ulcéré.

    « Je vais écrire à titre personnel à BNP pour savoir s’ils sont bien conscients de la réalité économique de Nandrin.

    Quitter l’arrondissement Huy-Waremme pour celui de Liège est illogique, ce ne sont pas les mêmes réalités économiques ni de déplacements.

    Les petits vieux plein de sous ne les intéressent sans doute plus vu les taux d’intérêt négatifs, la tendance est à l’informatisation.

    C’est dommage parce qu’il y avait moyen d’avoir un pied stratégique dans Nandrin, surtout depuis le départ de Belfius.

    Peut-être pas à l’emplacement actuel de l’agence qui n’a pas de Bancontact mais ailleurs sur la route du Condroz de Nandrin », pointe-t-il.

    Quant à Belfius, il va plus loin.

    « Je suis client chez Belfius et ING. Belfius est allé s’implanter dans un endroit pas du tout accessible à Neupré.

    En heures de pointe, c’est même dangereux, il y aura sû- rement des accidents !

    Je connais des clients qui préfèrent rejoindre l’agence d’Amay que celle de Neupré, ne serait-ce que parce que ça correspond davantage à leur réalité de déplacements.

    Pour ma part, je vais clôturer une série de comptes chez Belfius.

    Il n’y a plus de services, alors désolé », lance-t-il.

    La commune de Nandrin compte encore, pour l’instant, trois banques sur son territoire : Crelan aux 4 Bras, CBC sur la route du Condroz à côté de la station-service et ING sur la place de Nandrin.

    Article de  ANNICK GOVAERS

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Les conseillers communaux de Nandrin ont voté une motion pour sécuriser la N63

    DSC_0856.JPGLes conseillers communaux nandrinois ont voté à l’unanimité une motion relative à la sécurisation de la route du Condroz (N63), lundi soir.

    Ils réclament une réaction rapide de la Région wallonne et du TEC pour la réalisation du rond-point promis au Monastère, le déplacement de l’arrêt de bus «La Tolle» et la réalisation de bandes de transit pour accéder et sortir des commerces. 

    Les élus nandrinois en ont assez d’attendre. Ils ont décidé de taper du poing sur la table, en adoptant une motion pour la sécurisation de la N63, une voirie régionale. Cela fait en effet des années qu’ils espèrent la concrétisation du rond-point promis au niveau du Monastère de Nandrin.

    Pour rappel, ce giratoire avait reçu un permis et comptait parmi les investissements (500.000 euros) de la Sofico pour 2015, mais a été reporté, faute de moyens financiers pour le réaliser. Depuis, c’est le statu quo.

    Il y a aussi le cas de l’arrêt de bus «La Tolle» où les usagers du TEC doivent marcher une trotte pour rejoindre le rond-point le plus proche ou, comme c’est régulièrement le cas, traverser les quatre voies soit en empruntant le tourne-à-gauche soit, pire encore, en enjambant la berme centrale (voir notre article du 7 février).

    Enfin, les élus réclament la création de deux bandes d’accès pour entrer et sortir des commerces de la route du Condroz en toute sécurité. Ce dispositif empêcherait également de tourner à gauche, source de nombreux accidents.

    « La route du Condroz est la voirie la plus importante qui traverse notre commune. Nous constatons de multiples accidents graves, la présence de véhicules toujours plus nombreux, et la création de plus en plus de commerces.

    Nandrin n’est pas restée immobile, nous avons tenté à plusieurs reprises de résoudre le problème ou de participer à la sécurisation de la N63 avec la Région et le TEC.

    Or, le permis accordé pour le giratoire du Monastère arrive à expiration en juillet prochain et la situation est toujours bloquée… Nous demandons donc au Gouvernement wallon de mettre en œuvre ce permis, au TEC d’examiner la possibilité de déplacer ou de supprimer l’arrêt «La Tolle» et au Gouvernement wallon de poursuivre la mise en œuvre du Plan intercommunal de mobilité (PICM) qui contient la création de bandes de transit », explicite Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire.

    « Dans l’intervalle du vote de cette motion, nous avons reçu des propositions de dates pour une commission de sécurité provinciale au sujet de l’arrêt de bus. Mais pour le Monastère, les derniers échos font état d’un gel.

    La motion, votée par les conseillers, me donnera les armes pour dire ça suffit, avançons, ou alors dites clairement qu’il s’agit d’un effet d’annonce. Le but est de créer un électrochoc », précise le bourgmestre Michel Lemmens.

    «Nous souscrivons entièrement à cette motion, mais il faudrait une plus grande mobilisation, de Seraing à Tinlot.

    Tout seuls, nous n’y arriverons pas. Quant à supprimer l’arrêt, cela priverait un millier d’habitants (dont beaucoup de jeunes) d’un accès aux bus. L’idéal serait un rond-point.

    Si rien ne bouge, nous pourrions même bloquer la route du Condroz, non? », lance Marc Evrard, chef de groupe uPN.

    « Une vraie étude ne serait-elle préférable à une solution clé sur porte? », demande son colistier, Bogdan Piotrowski.

    « L’état de la route ne nous en donne pas le temps », rétorque Alain Henry (TE). L’ensemble des élus a voté pour la motion «ras-le-bol».

    Article AG

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Ils proposent un avis défavorable pour les logements sociaux à l'ancienne gendarmerie

    DSC01585.JPGLes échevins Charlotte Tilman et Daniel Pollain ont, comme annoncé, rencontré le directeur, le président et l’architecte de Meuse Condroz Logement, ce mercredi.

    Objectif : discuter de la possibilité d’adapter le projet de logements sociaux à l’ancienne Gendarmerie.

    Une vingtaine de réclamations avait effectivement été introduite lors de l’enquête publique, pointant une trop grande densité (9 logements sociaux) ainsi que le nouveau bâtiment censé être construit à l’arrière.

    Daniel Pollain a reconnu s’être trompé et souhaite revoir le projet, porté par Meuse Condroz Logement.

    La rencontre a-t-elle été constructive ?

    « Déconstructive plutôt, rit-il. MCL est totalement ouverte à la discussion.

    Je vais proposer au Collège de ce jeudi de marquer un avis défavorable au projet, c’est la Région qui octroie ou non le permis.

    Je vais aussi voir avec le Collège pour envoyer un courrier à MCL lui demandant de retravailler la demande de permis, un nouveau projet avec moins de logements (5 minimum) en impliquant les riverains avant de déposer le permis via une présentation d’avant-projet en mai.

    Ce sera au conseil d’administration de MCL de décider de suivre ou non la proposition du Collège. »

    Article de A.G

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Le Conseil de Nandrin a voté contre l’ordre du jour de l’AG extraordinaire de Publifin.

    Politique Si.jpgLe Conseil a voté contre l’ordre du jour de l’AG extraordinaire de Publifin.

    «  Il est facile de démissionner les personnes sans qu’elles puissent s’expliquer et les remplacer par de nouvelles  », estime M. Lemmens.

    « Nous devons tous faire notre mea culpa, nous votions pour les AG sans y prêter suffisamment d’attention.

    Mais il faut éviter les amalgames  », souligne M. Evrard.

    Article de AG

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Une vingtaine de riverains ont transmis, leurs inquiétudes concernant le projet logements de MCL rue de la gendarmerie à Nandrin

    DSC01584.JPGLogements publics: 20 réclamations.

    L’enquête publique concernant la transformation de l’ancienne Gendarmerie et la construction d’un bâtiment à l’arrière, tous deux destinés à abriter des logements publics (9 en tout) vient de s’achever.

    Une vingtaine de riverains ont transmis, par écrit, leurs inquiétudes au Collège nandrinois concernant ce projet porté par Meuse Condroz Logement. 

    «J’habite juste à côté de l’ancienne Gendarmerie. De ma terrasse et même de mon salon, j’aurais vue sur le nouveau bâtiment qui est prévu. ne me convient pas du tout, c’est beaucoup trop près.

    Je suis en train d’essayer de vendre ma maison et si ce projet tel qu’il est présenté se concrétise, je trouverai très difficilement acquéreur », souffle Guillemine Monami, 73 ans qui souligne toutefois n’avoir aucune objection au réaménagement de l’ancienne Gendarmerie en logements sociaux.

    « C’est à rue donc ça ne me dérange pas », ajoute-telle.

    Cette riveraine fait partie de la vingtaine de Nandrinois (dont une lettre avec 10 signatures) à avoir transmis ses inquiétudes et réserves au Collège communal, lors de l’enquête publique qui vient de s’achever.

    « Elles portent principalement sur la densité (et le flux de circulation qu’elle engendre) et l’esthétique du nouveau bâtiment prévu à l’arrière.

    Pas sur le principe de création de logements sociaux en tant que tel », rapporte Daniel Pollain, échevin nandrinois du logement.


    «ON S’EST TROMPÉ»

    La société de logements sociaux Meuse Condroz Logement souhaite effectivement l’aménagement de 5 logements publics dans le bâtiment de l’ancienne Gendarmerie et de 4 autres dans une nouvelle construction à bâtir à l’arrière.

    Un dossier du plan d’ancrage communal 2014-2016 qui prévoyait au départ dix logements sociaux. MCL a finalement déposé une demande de permis pour neufs logements dont deux modulables (dans un bâtiment et sur un terrain qui appartiennent à la commune de Nandrin qui les lui céderait par la suite via un bail emphytéotique), d’où l’organisation d’une enquête publique.

    Les arguments avancés par les riverains ont fait mouche auprès de l’échevin Daniel Pollain. « Le Collège doit encore donner son avis, et c’est la fonctionnaire déléguée de la Région qui décidera d’accorder le permis ou non. Pour ma part, et le Collège me suit, je suis sensible aux remarques formulées avec pertinence par les riverains.

    On a tout à gagner à reconsidérer le projet autrement, pour le bien de tous, des riverains mais aussi des futurs occupants. Nous aurions certes pu nous en douter plus tôt, mais nous pensions que ce projet nous permettrait de rattraper notre retard (Nandrin n’a que 0,23% de logements sociauxsur son territoire).

    On s’est trompé », reconnaît-il.

    « L’échevine Charlotte Tilman et moi-même allons rencontrer Meuse Condroz Logement la semaine prochaine pour discuter de la possibilité d’adapter le projet, notamment en diminuant un peu le nombre de logements .»

    ANNICK GOVAERS

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Colloque "Qui fait quoi pour les abeilles ?" 15/05/2017

    Info SI.jpgDes organisations de terrain, équipes scientifiques, pouvoirs publics, entreprises et autres acteurs mettent en œuvre des actions, projets et campagnes pour la préservation des abeilles sauvages et de l'abeille domestique. Vous voulez connaître lesquelles ?
    Inscrivez-vous !

    Les objectifs du colloque Qui fait quoi pour les abeilles ? sont les suivants :

    • mettre en avant et promouvoir les actions, projets et campagnes pour la préservation des abeilles
    • partager des informations sur ces initiatives et leurs résultats afin d'inspirer de nouveaux projets et des synergies
    • stimuler la collaboration en rassemblant les acteurs œuvrant pour la préservation des abeilles
    • identifier les lacunes et évoquer des pistes pour y remédier

    En savoir plus : http://www.vivelesabeilles.be/Bijen/fr/colloque_703.aspx

    Auteur : V. Fichefet

    Source info clic ici 

     

  • Cimetières nature et pourquoi pas à Nandrin ?

    cn.pngL'appel à la labellisation 2017 des « cimetières nature » est lancé.

    Les formulaires de candidature sont à renvoyer complétés à l'Administration pour le 1er avril 2017.

    Dans le cadre du Réseau Wallonie Nature dont l'objectif est de développer la biodiversité dans les activités humaines « partout et par tous » et à l'occasion du Salon des Mandataires, le Ministre de la Nature, René COLLIN a invité, ce 17 février 2017, toutes les communes wallonnes à s'engager à modifier leur principe de gestion de l'un ou de plusieurs de leurs cimetières en y favorisant le développement de la nature de façon à répondre aux critères du label « Cimetière Nature ».

    Ce label évolutif est composé de 3 niveaux. Le système est basé sur la philosophie des petits pas et imaginé selon un système souple comprenant à la fois des critères obligatoires par niveau et une série de critères à choisir en fonction des contraintes et du potentiel du cimetière labellisé. Le premier niveau de labellisation se veut « facilement » accessible et requiert essentiellement une motivation réelle concrétisée par quelques réalisations sur le terrain. Les niveaux 2 et 3 impliquent des réalisations progressivement plus conséquentes.

    Les formulaires de candidatures sont téléchargeables à la page http://biodiversite.wallonie.be/fr/cimetieres-nature.html?IDC=5930

     

    http://biodiversite.wallonie.be/fr/23-02-2017-cimetieres-nature-2017.html?IDC=3772&IDD=5374

  • Déjà 6 ans d'information pour le blog et la blogueuse de Nandrin,une législature accomplie aujourd'hui 3 mars 2017

     

    anniversaire , anniversaire blog ,blog de Nandrin ,nandrin blog ,jeannick Piron Aujourd'hui , comme tous les ans le 3 mars, nous fêtons l'anniversaire de la Naissance du Blog Sudinfo de Nandrin .

    Nous étions le 03/03/ 2011 ,il y a 6 ans aujourd'hui, une législature de l'information locale ,ou par vent et marée,j'ai essayé et j'essaie de vous tenir informer sur l'actualité locale .

    Presque 10.000 articles !!!

    Si au début ,j'ai eu le soutien de l'autorité en place, qui à l'époque avait vite compris que le Blog Sudinfo de Nandrin deviendrait la vitrine du Village sur la toile .

    L'après n'en fut pas de même ,l'autorité changeante, la mentalité également , mais malgré une censure persistante !!! et malgré la  fin des noces d'or ,primes de naissances ,voeux ,accueil des nouveaux habitants , les mérites sportifs etc ....  ou ni la blogueuse ,ni la presse, ne sont plus informé , ni invité,ni prévenu !!!! Le Blog et la blogueuse , continue à faire le maximum pour vous informer de l'actu sur Nandrin et à Nandrin voir d'autres communes du Condroz toujours en mouvement . 

    Merci aux 1 .314. 539  visiteurs uniques !!!

    anniversaire , anniversaire blog ,blog de Nandrin ,nandrin blog ,jeannick Piron

     

    Blog:

    (1999) Mot emprunté à l’anglais blog, lui-même aphérèse créée par Peter Merholz de weblog, celui-ci composé de web (« Web ») et de log (« journal ») créé par Jorn Barger.

    (Anglicisme informatique) (Internet) Site Web, ou partie de site Web, personnel dans lequel l’auteur note, au fur et à mesure de sa réflexion sur un sujet qui lui importe, des avis, impressions, etc., pour les diffuser et susciter des réactions, commentaires et discussions. Les articles ou contributions individuels sont connus comme billets.

    • Avec l’augmentation du nombre de blogs, le phénomène du pollupostage (spam), à l’origine associé seulement au courrier électronique, pénètre aujourd’hui la blogosphère. (Perspectives des technologies de l’information de l’OCDE 2006, p.308)

    Blogueuse:

    Personne de sexe féminin utilisant Internet comme un moyen de communication pour s’exprimer et diffuser de l’information sur différents sujets pour lesquels il a une expertise ou une passion.

     

    Source Clic ici 

     

    Via Facebook La Meuse "Le Blog Nandrin mon village" .

     

    Album anniversaire du Blog de Nandrin clic ici

     

    Depuis cette époque plus ou moins 120 blogs Sudinfo sont venu nous rejoindre .

    http://www.lameuse.be/blogs

    Les anniversaires du blog et son histoire 

    Joyeux anniversaire 1 an du Blog de Nandrin clic ici  Sudinfo

    Le Blog de Nandrin fête ses 2 ans clic ici aujourd'hui 3 mars 2013

    Le Blog de Nandrin fête ses 3 ans clic ici aujourd'hui 3 mars 2014

    Joyeux anniversaire 4 ans clic ici pour le Blog de Nandrin Sudinfo !!! Merci !!!

    Aujourd'hui 3 mars 2016 nous fêtons le 5 ans du blog de Nandrin !!! joyeux anniversaire aussi à vous les lecteurs

    Mode d'emploi du blog de Nandrin clic ici

    Alors organisateurs Nandrinois, Nandrinoise , animateurs de groupe de jeunesse, religieux et autres n'hésitez pas à me faire savoir vos organisations pour que l'annonce soit faite sur le blog, mais également des reportages en photos et vidéo. 
     
    Je répondrai toujours présente dans la mesure du possible !!! 
     
    il n'y a aucune obligation juste mettre en valeur, notre ,votre beau village et vos organisations manifestations ou messages à passer . 
     
    L'information sur le blog est gratuite donc ,tous les lecteurs peuvent se connecter et voir la vie à Nandrin  ou de Nandrin.
     
    Renseignez le blog à vos amis afin qu'ils bénéficient également des annonces et reportages de leurs activités .
     
    La blogueuse a un contact très fréquent avec la rédaction du journal La Meuse Huy-Waremme et ce qui peut être un article version papier est en version papier avec souvent un résumé sur le blog . 
     
    Voilà je vous ai donné le mode d'emploi du blog, si par quelques circonstances un oubli, un boycotte de ma personne ou autre vous ne communiquez pas vos infos c'est le village et votre organisation qui en est la victime pas moi! 
     
     
    Je suis et je reste la titulaire du Blog de Nandrin !!!!
     
     
    Piron Jeannick 
     
    GSM 0476/211775 ou 085/514142 
     
    nandrin.blog@gmail.com

     

  • La Wallonie lance un appel à candidatures “Communes Zéro Déchet” auprès de toutes les communes wallonnes.

    0 déchet.JPGPasser au Zéro Déchet, c’est mettre en place une démarche collective permettant de réduire drastiquement la production de déchets, tout en économisant les ressources naturelles et en favorisant les circuits courts et le lien social à l’échelon local.

    Nous avons déjà à Nandrin l'école Saint-Martin qui pratique le Z&ro déchet !!!!!

    Pour être recevables, les candidatures devront être déposées au moyen du formulaire de candidature téléchargeable sur http://www.wallonie.be/fr/developpement-durable-en-wallonie pour le 3 avril 2017 au plus tard.

    Espérons le dossier pas trop complexe!!! Nandrin est déjà privé d'un agent propreté voir l'article ci dessous :

    Nouveaux agents de propreté publique pour 14 communes, Clic ici la commune de Nandrin n'est pas reprise

    L’objectif de l’appel à candidature est de sélectionner 10 communes motivées, déjà actives dans la thématique, et prêtes à mettre en place progressivement, dès le printemps 2017, une véritable dynamique Zéro Déchet sur leur territoire. Les 10 communes choisies bénéficieront d’un accompagnement expert apporté par l’asbl Espace Environnement.

    Les dossiers de candidature doivent être introduits, de préférence par voie électronique au plus tard le 3 avril 2017 à minuit à l’adresse suivante : zerodechet@espace-environnement.be.

     

    Pour toute information sur l’opération, merci de vous adresser à

    Espace Environnement – Ariane Godeau

    Rue de Montigny 29

    6000 Charleroi

    Tél. 071 300 300

    zerodechet@espace-environnement.be

     

    La proclamation des lauréats interviendra le 21 avril 2017.

    https://www.walloniepluspropre.be/news/operation-communes-zero-dechet-appel-a-candidatures/

  • Le Grand Nettoyage de Printemps durant 3 jours, les 24, 25 et 26 mars 2017

    np.JPGLe Grand Nettoyage de Printemps, c’est avant tout une grande mobilisation citoyenne qui tend à rendre nos lieux de vie et notre environnement quotidien plus propres et donc plus agréables à vivre.  

    Durant 3 jours, les 24, 25 et 26 mars 2017, la Wallonie toute entière – les citoyens, écoles, clubs de sports, mouvements de jeunesse, entreprises et associations diverses – se rassemble autour d’un objectif commun : ramasser tous les déchets qui jonchent nos rues, nos chemins de campagne, pistes cyclables et autres. 

    Lancée en 2015 à l’initiative du Ministre wallon de l’environnement, Carlo DI ANTONIO, cette grande action de nettoyage a mobilisé en 2016 plus de 40.000 participants.

    Découvrez les  Résultats du Grand nettoyage de Printemps 2015 et le  Bilan du Grand Nettoyage de Printemps 2016.

    Pour participer à cette grande action citoyenne, prenez connaissance des instructions à suivre concernant votre inscription. Quel que soit le profil de votre équipe (citoyen, entreprise, école, club sportif,…), chaque membre inscrit recevra un gilet fluo, une paire de gants ainsi que des sacs bleus (pour le PMC) et blancs (pour les autres déchets) afin de pouvoir participer à l’action en toute sécurité.

    Comment vous inscrire ?

    https://www.walloniepluspropre.be/grand-nettoyage-de-printemps/

    Canettes-Abribus_small.jpg

    Emballages-Abribus_small.jpg

    Megots-Abribus_small.jpg

     

  • Le Code du Développement Territorial le 2 mars2017, à partir de 18h30, soirée d’information avec Ministre de l'Aménagement du territoire Carlo Di Antonio

    CODT.pngLe CoDT c'est parti !

    Le 2 mars prochain, à partir de 18h30, aura lieu une soirée d’information et d’échange en présence du Ministre de l'Aménagement du territoire Carlo Di Antonio au Palais des Congrès de Namur.

    La participation à cet évènement est gratuite mais l’inscription est obligatoire avant le 1er mars à l’adresse mail suivante : events@muap.be.

    Citoyens, élus, acteurs locaux, auteurs de projet, professionnels, nous sommes tous concernés par cette réforme qui entrera en vigueur en Wallonie le 1er juin prochain.

    Une collaboration avec le Cabinet du Ministre Di Antonio, les Maisons de l’Urbanisme des Plus Beaux Villages de Wallonie et de l’Arrondissement de Philippeville ainsi que la Maison Régionale de l’Architecture et de l’Urbanisme.

    Plus d'info Clic ici 

  • « L’église de Nandrin ne sera pas oubliée »

    1b.JPG

    En question d’actualité à la fin du conseil communal, Marc Evrard, chef de groupe uPN, a interpellé la majorité au sujet de l’église de Nandrin.

     

    « Dans votre programme d’investissement, vous vous occupez de toute une série de bâtiments communaux. Mais vous avez oublié un patrimoine communal : l’église de Nandrin, fortement abîmée. La problématique va finir par se poser. Pensez-vous l’aborder ou la reporter aux calendes grecques ? Il n’y a que trois églises dans notre commune, et celle-ci est la seule à être propriété communale », a-t-il souligné.

    «Nous n’y couperons pas. La tour est la phase la plus urgente, car il y a un problème de stabilité de la structure portante de la cloche. Puis la toiture qui coûtera 600.000 ou 700.000 euros. L’école de Villers-le-Temple est prioritaire dans nos investissements mais nous pouvons initier une réflexion dans les deux années qui viennent, l’église de Nandrin ne sera pas oubliée », a répondu le bourgmestre socialiste Michel Lemmens.

    « Dans ce cas, ne pourrions-nous pas prévoir une consultation populaire quant à l’église et son devenir ? », a suggéré le conseiller d’opposition. « Je prends note même si je ne partage pas votre point de vue, car cela nie le fonctionnement de nos institutions. De plus, les timings de décision pour rentrer un dossier sont souvent trop serrés pour avoir le temps d’organiser une consultation populaire. Il y a par ailleurs des balises pour une consultation populaire : la question doit être claire et il doit notamment y avoir un certain pourcentage de participation. Je ne suis pas convaincu qu’une partie suffisante de Nandrinois se déplaceraient au sujet de l’église de Nandrin», a argumenté le mayeur.

     

    Article de AG source info Clic ici 

  • Des travaux pour remporter les élections

    CLIN-D-OEIL.jpgAvec les élections communales qui pointent leur nez, nos communes investissent dans des travaux de voirie. Les entrepreneurs sont surchargés. Ils ont 11 fois plus de travail prévu en 2017 que les années précédentes !

     

    « Ça va être phénoménal et invivable, nous allons avoir un amoncellement, un tsunami de chantiers », explique Didier Block.

    Le Secrétaire général de la fédération wallonne des entrepreneurs de travaux de voirie est en colère et il le fait savoir. « Il y a quelque chose d’insupportable qui se passe actuellement au niveau des travaux communaux et cela est en partie lié aux élections communales. Sur les quatre derniers mois de 2016, les communes ont émis un volume d’appels d’offres pour des travaux de voirie nettement supérieur aux 44 mois précédents, soit entre le 1er janvier 2013 et le 31 août 2016.

    Cela représente 11 fois plus de travail pour les entrepreneurs que les années précédentes ».

    Une situation invivable

    Sur les 4 derniers mois de 2016, 200 millions d’euros ont été avancés par les communes pour leurs travaux alors qu’elles n’ont déboursé que 150 millions d’euros sur les 44 mois précédents.

    « C’est honteux lorsque l’on sait que le secteur a été en crise durant un peu plus de trois ans.

    Les entrepreneurs n’avaient plus assez de travail.

    Certains ont dû licencier du personnel, d’autres ont choisi de se diversifier pour pouvoir survivre », ajoute Didier Block.

     

    Cette avalanche de demandes est invivable pour les personnes qui gèrent ces travaux.

    Depuis quatre mois, les bureaux d’étude en charge d’organiser les dossiers sont surchargés. C’est aussi le cas du personnel de la région wallonne qui doit vérifier la conformité de leur travail.

    « Du côté des entrepreneurs, nous avons reçu tous ces appels d’offres et nous n’avons matériellement pas eu le temps de répondre à toutes.

    Nous avons dû laisser tomber certains dossiers. Après la crise que nous avons connue, cette situation est extrêmement frustrante », explique le Secrétaire général.

    Une longue crise

    Mais comment expliquer ces 44 mois de passage à vide ? Pour les experts et travailleurs du secteur, la raison est la réforme des travaux publics de Paul Furlan publiée courant 2014.

    « Les subsides sont versés aux communes selon un calendrier établi par la réforme. Le système de calcul des subsides est calqué sur le calendrier électoral. Les communes ont accumulé l’argent obtenu durant plusieurs années et ils l’ont utilisé à la dernière minute. La réforme obligeait en effet d’utiliser les subsides avant le 31 décembre 2016. Ceci explique pourquoi le pic de travaux aura lieu en 2017 et pourquoi cet argent est investi seulement maintenant », s’insurge Didier Block.

    La fédération wallonne des entrepreneurs de travaux de voirie lance un appel. Si ce système de subsides est conservé tel quel, ils continueront à vivre ces phases de crise puis de pic de travail… Un système dangereux pour l’emploi et la survie des entreprises.

    Qui plus est, attendre les élections pour réaliser les travaux est un mauvais calcul pour les communes. Face à la hausse des demandes, les tarifs vont sensiblement augmenter.

    Cette pratique sera amplifiée par Publifin

    « C’est à chaque fois la même chose, tout est accéléré avec l’arrivée des élections communales. Bien qu’il soit encore un peu tôt car elles auront lieu en octobre 2018, on peut déjà voir les ébauches de ce processus »,explique Michel Hermans, politologue à l’Université de Liège.

    Redorer leur image

    « Le but des politiciens est de montrer aux citoyens que les choses avancent et que de nouveaux projets voient le jour. C’est au point que certains réalisent des conférences de presse sur des projets qui n’ont pas encore lancé. Bourgmestres et échevins investissent par exemple dans des travaux de voirie plutôt que dans ceux d’une école car ils sont davantage visibles et plaisent à tout le monde. Ces chantiers sensibilisent les électeurs qui se disent que l’argent est utilisé à bon escient ».

    Les derniers scandales qui ont secoué le pays, comme Publifin, devraient accentuer le phénomène. « Face aux derniers événements, cette pratique va être amplifiée. Les politiciens savent que les prochaines élections vont être difficiles pour eux. Ils vont donc essayer de rattraper le coup. Ce sera surtout le cas des personnes et des partis assimilés à ces affaires, on peut penser au PS », conclut le politologue Michel Hermans.

    Du côté des échevins des travaux et des bourgmestres, on minimise les propos tenus par les entrepreneurs et les politologues. Bon nombre affirment échelonner les travaux tout au long de leur mandat tout en respectant la réforme de Paul Furlan. Ils confirment aussi qu’ils ne gonflent pas les budgets destinés aux chantiers de voirie à l’arrivée des élections.

     

    Article de A.Vlt. source Sudinfo clic ici 

     

  • Mise en conformité de l’installation électrique des écoles communales de Nandrin


    ecole,electrique,conseil communal,exp c,pn,evrard,lemmens,pollain133.589 euros pour refaire l’électricité des deux écoles.

    Mardi soir, les élus nandrinois ont approuvé, à l’unanimité, la mise en conformité de l’installation électrique des écoles communales de Saint-Séverin et de Villers-le-Temple.

    « Ces travaux s’inscrivent dans le cadre d’un programme d’aide aux établissements scolaires. Nous avons mis en avant des problèmes urgents liés aux risques d’incendie et à la sécurité des bâtiments scolaires, l’un des 5 critères de recevabilité» , a retracé Daniel Pollain, échevin de l’enseignement qui rappelle que les installations électriques ont entre 40 et 50 ans.

    Les travaux sont estimés à 133.589 euros TVAC, avec un taux de subsidiation de 80%. À Saint-Séverin, l’essentiel des travaux sera réalisé dans la Maison Léonard et sur le tableau général.

    Montant estimé: 54.780 € TVAC.

    À Villers-le-Temple, les travaux concerneront tous les bâtiments, sauf les préfabriqués qui sont conformes.

    Montant estimé: 78.808€.

    Les travaux seront réalisés pendant les congés scolaires. « Nous les espérons en juillet et août », a précisé l’échevin.

    « En 10 ans, ce sont près de 2 millions d’euros qui ont été injectés dans des travaux d’amélioration de nos infrastructures scolaires, ainsi que des investissements de type «car scolaire» ou «achat de matériel et équipement informatique» », a-t-il encore souligné.

    villers le temple.JPG« N’en profiterait-on pas pour installer la climatisation dans les préfabriqués? », a suggéré Marc Evrard, d’uPN.

    « Seuls les containers sont conformes, quoi que vous en pensiez, ils ne sont pas si effrayants!

    Ma fille y est et s’en porte très bien.

    Il n’y a pas de plainte », a lancé Michel Lem
    mens, le bourgmestre EC.


    «Courant 2018, les locaux de la nouvelle Maison du village seront mis à disposition de l’école communale et de l’Accueil temps libre.

    Le temps des travaux (4 ou 5 ans), il faudra sûrement louer d’autres containers. Mais la volonté est bien de remplacer les préfabriqués par un bâtiment en dur qui abritera l’ensemble des classes maternelles. La climatisation existe dans l’un des containers de Villers mais n’est pas utilisée… », a ajouté Daniel Pollain.

    « Pourquoi voulez-vous remplacer les containers s’ils sont si satisfaisants, comme le prétend le bourgmestre? Cela ne s’apparenterait-il pas à une dépense inutile ?», a rétorqué Marc Evrard.

    Article de A.G. Source Sudinfo 

  • Murielle Brandt rejoint le Collège de Nandrin: «Je vais de l’avant»

     

    L’année passée a été mouvementée pour vous l’an passé. Vous avez mis la pression pour que le PS respecte son engagement.

    J’ai rejoint le cdH local en 2012, Antoine Biémont était venu me chercher car il manquait de femmes sur la liste. J’avais envie de m’impliquer alors j’y suis allée. Tout se passait bien avec Expressions Commune(s) jusqu’à ce que Charlotte Tilman passe d’Ecolo au PS, là j’ai senti les problèmes arriver car l’accord préélectoral écrit prévoyait qu’un échevin écologiste se retire au profit d’un humaniste à mi-mandat. De fait, les mois passaient et la situation ne se débloquait pas, le climat se dégradait. J’ai fini par faire les démarches moi-même en faisant appel à ma Fédération. Cela a été une année difficile, j’ai eu beaucoup de pression de la majorité et l’opposition, aussi. Ce n’était pas facile à vivre. J’ai perdu 6 kg.

    Pourquoi cela vous tenait-il tant à coeur? Vous auriez pu continuer à présider l’Intercommunale de Distribution d'eau de Nandrin, une fonction qui, semble-t-il, vous plaisait beaucoup.

    C’est vrai, j’adorais l’IDEN. L’ambiance au conseil d’administration était très conviviale, je n’ai jamais eu un mot plus haut que l’autre avec personne, on travaillait tous pour le bien de la commune et je me suis beaucoup investie. Mais le fait que le parti socialiste ne respectait pas son engagement me faisait enrager. Un accord est un accord, c’est une question d’honnêteté.

    Vous estimez-vous légitime comme présidente du CPAS?

    Je ne me culpabilise plus. J’ai eu parfois l’impression d’être responsable d’un problème alors qu’en fait, j’en étais victime. Quand j’ai appris que c’était Béatrice Zucca qui se retirait, je me suis sentie mal mais il s’agit de sa décision et de celle de son parti. Je lui dis chapeau car rien ne n’y obligeait.

    Le dindon de la farce n’est-il pas le conseiller communal socialiste Axel Pire ?

    C’était lui qui devait normalement accéder à la présidence de l’IDEN à ma place, si la donne n’avait pas changé entre-temps...

    Pensez-vous que le groupe EC se présentera encore sous cette forme en 2018?

    Je ne saurais dire, je ne crois pas. Il n’y a plus de réunion et plus de président. A titre personnel, j’ai été très déçue de l’attitude des socialistes. Mais je dois toutefois dire que Michel Lemmens, même s’il m’en veut probablement pour mon premier « non » aux logements sociaux, m’a quand même soutenue, il voulait trouver un accord. Je n'en veux à personne. Je ne sais pas encore si je me représenterai en 2018.

     

    Au sujet du droit d’emphytéose pour les logements sociaux à Fraineux, votre village, votre « non » s’est transformé en « oui » au dernier Conseil. Certains vous reprochent de retourner votre veste maintenant que vous avez obtenu gain de cause.

    Je ne vais pas cacher que j’avais voté « non » en partie pour mettre la pression sur mon groupe. Mais je ne suis pas contre les logements sociaux ou la résidence-services. Je demandais que le droit d’emphytéose redescende à 40 ans (mais cela, c’est impossible), que d’autres logements ne viennent pas se greffer à l’arrière et que l’on donne priorité aux Nandrinois dans les critères d’attribution des logements sociaux. Les deux derniers points ont été convenus, raison pour laquelle j’ai cette fois voté oui.

    Comment se passe votre arrivée au CPAS de Nandrin ?

    Bien ! J'ai prêté serment au conseil de l’action sociale en janvier. Cela fait donc un petit mois que je suis en fonction. Je suis très contente d’hériter de la matière sociale, proche de ma profession. J’apprends par moi-même, je potasse, je vais aux réunions, quand je ne sais pas, je demande. La directrice générale m’épaule.

    Quels sont vos projets au CPAS ?

    J’aimerais recréer des consultations ONE dans un endroit fixe, plus convivial, au lieu du car actuel. Qu’il y ait aussi plus d’activités extérieures organisées pour les jeunes de la commune. Et que le rapprochement commune-CPAS se passe au mieux pour toute l’équipe du CPAS. J’ai envie d’aller de l’avant, les tensions sont derrière moi.

    Depuis mardi soir, vous faites partie du Collège nandrinois. Comment allez-vous vous positionner ? Quel est votre caractère ?

    J’aime aller au bout des choses, je suis perfectionniste, parfois trop, demandez à mes collègues (rires). Je pense être quelqu’un d'ouvert d’esprit et qui prône le dialogue. Je ne suis pas du genre à m’énerver facilement mais tout dépend de la façon dont on m’aborde. Si on m’agresse, je peux réagir de façon virulente dans mon propos. En 25 ans au CHU, je n’ai jamais eu aucun souci avec un collègue car je ne tourne pas autour du pot, je mets directement les choses à plat, en interne. L'important est de se respecter. Je ne serai pas un mouton qui suit le troupeau, si je ne suis pas d'accord, je le dirai. Certains me croyaient malléable et ont été surpris. Je n’ai pas d’amis en politique, même dans mon groupe, je les considère comme des collègues de travail

     

    http://huy-waremme.lameuse.be/48010/article/2017-02-22/m-brandt-rejoint-le-college-nandrin-je-vais-de-lav

    Article de AG source Sudinfo clic ici 

     

    Lire la suite

  • Démolition de la buvette-vestiaire du foot au Pery Nandrin Fraineux

    démolition ,buvette du foot ,nandrin ,fraineux ,

    Depuis de longues années abandonnée ,elle était devenue vétuste et insalubre ,voire dangereuse pour la santé publique.

    Endroit parfois de jeu pour les rats, mais également de dépôt de crasse pour les pollueurs .

    Voici chose faite, si une autre démolition, n'est pas passée inaperçue ,ici il n'y a que les riverains et utilisateur des espaces sportifs pour sans rendre compte .

    Album photos clic ici 

  • Nandrin Sur RTC Liège

    i2.JPGMême RTC Liège est venu sur notre place faire un reportage !!! 

    60 ans d'histoire partis en poussière.

    Les travaux de construction commenceront dès le mois de juin, l'ouverture officielle est prévue pour Juin 2018.

    Voir l'article et vidéo clic ici 

     

     

  • Les pelleteuses ont entamé leur ballet destructeur sur la place Musin de Nandrin

    Ce jeudi dès 8h30, les engins de démolition sont entrés en action place Ovide Musin à Nandrin.

    L’entreprise Legros, de Seraing, est chargée de désosser l’administration communale (celle située entre l’ancien tribunal et Musin).

    Un bâtiment moderne, regroupant les services communaux et du CPAS, va y être construit à la place.

    Le personnel communal, une partie du Collège, quelques Nandrinois dont l’ancien bourgmestre Joseph Nandrin, et les opposants au projet se sont regroupés, jeudi matin, place Ovide Musin pour assister au début des travaux de démolition du bâtiment de l’administration communale de Nandrin. Geste symbolique, Monique Dizier, petite-fille d’Armand Dizier, ancien mayeur de Nandrin qui avait initié en 1954 la construction du bâtiment qu’elle-même avait inauguré enfant, a porté le premier coup de pelleteuse.

    «Je me rappelle avoir coupé le cordon d’inauguration à l’âge de 5 ou 6 ans. Cela me rend forcément un peu triste de voir tomber le bâtiment car je m’y suis aussi mariée mais j’en comprends les raisons. Ce qui va être bâti sera super beau.

    demolition batiment ,administration communale ,nandrin ,expressions communes ,lemmens michel ,john wery ,nandrin ,politique ,

    Je suis très contente d’avoir été invitée aujourd’hui», confie Monique Dizier, à présent âgée de 65 ans. La Nandrinoise s’est déplacée avec son mari, sa fille et deux petits-enfants, pour assister à l’événement. Les engins de chantier de la société Legros, à Seraing, ont méticuleusement désossé le bâtiment qui abritait jusqu’il y a peu encore le bureau du bourgmestre/salle du Collège et le secrétariat, notamment.

    Les travaux de démolition ont duré toute la journée, et se poursuivent ce vendredi. «Tout devrait être par terre vendredi. Cela va assez vite.

    Si les pelleteuses travaillent avec précaution, c’est parce que l’entreprise qui démolit devient propriétaire de tous les matériaux qu’elle peut revendre, comme les encadrements de fenêtres en pierre bleue», éclaire John Wery, architecte du nouveau projet d’administration communale. Pour rappel, le bâtiment actuel est rasé en prévision d’une nouvelle construction, plus moderne et moins énergivore.

    C’est le choix de la majorité nandrinoise (Expressions Commune(s) qui a prévalu, malgré les derniers rebondissements (les deux groupes d’opposition avaient inscrit in extremis un point à l’ordre du jour au conseil communal visant à suspendre les travaux.

    Le point n’avait finalement pas été approuvé NDLR).

    «En réalité, cela fait plus de deux semaines que les travaux de désamiantage sont en cours.

    Maintenant qu’ils sont terminés, la phase la plus spectaculaire (la destruction) a lieu. C’est parti pour 200 jours ouvrables de travaux.

    Fin juin, la structure sera visible et fin août le bâtiment devrait être fermé», commente Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin qui assume l’option choisie (destruction/reconstruction et non rénovation).

    « Je reste persuadé que nous avons choisi la solution la plus pérenne pour la commune. À l’heure où il n’y a plus de tabou sur l’avenir des intercommunales voire peut-être des communes, avoir une administration communale neuve et moderne consolide un pôle d’activité à Nandrin et pérennise l’emploi sur la place .»

    Article de ANNICK GOVAERS source Sudinfo H-W


    Démolition de la maison communale de Nandrin... par sudpresse

     


    Nandrin: la destruction de la maison communale... par sudpresse

     

     

     

  • «Un moment d’histoire» à Nandrin


    JN.JPGL’ancien mayeur de Nandrin, Joseph Nandrin, faisait lui aussi partie des spectateurs de la démolition.

    « Je suis venu en tant que simple citoyen, et comme voisin.

    C’est un moment d’histoire de Nandrin », déclare celui qui s’était aussi déplacé au moment du vote au Conseil.

    L’ex-bourgmestre ne semble pas convaincu par le choix de son successeur.

    « Le nouveau bâtiment sera fonctionnel mais le cadre patrimonial, c’est autre chose. Je regrette que d’autres options n’aient pas été envisagées, ailleurs ou ici sur la place.

    Le bâtiment aurait pu être conservé pour les associations.

    Ce n’est pas la 1 re fois que Nandrin rate une opportunité, commune et CPAS auraient pu être regroupés au château de Fraineux dans les années 80 si le point n’avait pas capoté », se rappelle-t-il.

    Article de AG source Sudinfo 

  • Nandrin «Picasso en plein Rubens»

    André Jaminon AG.JPGAndré Jaminon, conseiller CPAS Ecolo de 69 ans, est toujours remonté contre son groupe Expressions Commune(s).

    Il est venu prendre des photos de la démolition et n’a pas manqué de rappeler son mécontentement au bourgmestre.

    Plaignant lors de l’enquête publique, le Nandrinois avait introduit un recours en annulation contre la nouvelle administration.

    Ce recours n’étant donc pas suspensif, les travaux peuvent se poursuivre.

    Il est actuellement toujours pendant au Conseil d’État.

    « Je suis amoureux du patrimoine local et voir ça me rend malade.

    Dans notre programme, nous avions inscrit la préservation du caractère rural et condruzien de Nandrin.

    Ici, nous aurons un Picasso au milieu de Rubens!» 

    Article de Annick G Source Sudinfo H-W 

    Article sur le recours au conseil d'Etat 

    Un recours contre la nouvelle administration clic ici de Nandrin

     

     

     

  • L’opposition «Pour Nandrin» inquiète

    uPN.JPG«Et si on retrouve des ossements?»

    Deux membres du groupe d’opposition «Pour Nandrin» étaient présents pour observer les travaux de démolition. Ils sont inquiets: « Le bâtiment se situe exactement à la place de l’ancien cimetière de Nandrin, transféré en 1887 rue Famioul.

    En 1928, lors de la construction de l’église, des ossements humains avaient été retrouvés.

    Cela a aussi été le cas en 2010 lorsque le nouveau pavement a été réalisé .

    Il est donc possible que l’entrepreneur tombe sur d’anciens ossements. Nous espérons que si c’est le cas, les autorités communales entreprendront les démarches nécessaires », déclare Marc Evrard.

    Dans l’espoir de stopper le chantier?

    « Tout dépend de la nature des ossements.

    Il faudra voir avec la Région wallonne.

    Et si ces ossements ne sont pas d’intérêt archéologique, au moins les placer dans une fosse commune ».

    « C’est une question de respect des morts», ajoute Bodgan Piotrowski.

    Article de Annick G Source Sudinfo H-W 

    La démolition du bâtiment de l’administration n’est pas suspendue à Nandrin

     


    Destruction de la maison communale à Nandrin... par sudpresse