Météo

  • Des températures à plus de 20 degrés. Jusqu’à la fin du mois !

    Vous n’avez peut-être pas cette impression mais cette année, et même l’été, a été déficitaire en matière de précipitations. Sur les quatorze derniers mois, entre juillet 2016 et septembre 2017, il n’y en a qu’un qui a connu un excédent : c’était le mois de novembre 2016

     

    Les Belges qui sont restés au pays cet été ne croiront pas cette information. Et pourtant, les statistiques ne trompent pas. Nous continuons à vivre en Belgique des mois trop… secs.

    Et cela dure, sauf la seule exception du mois de novembre 2016, depuis juillet de l’année précédente. Nous avons en effet pris notre calculette et additionné les litres tombés sur les 14 derniers mois à Uccle (NdlR : du 1er juillet 2016 au 22 septembre 2017) ainsi que le nombre de jours de pluie.

    Durant cette période, 746,9 litres d’eau au mètre carré ont été ré- coltés à l’Institut Royal Météorologique. Normalement, en se basant sur les normales, nous aurions dû avoir… 1.074,1 litres. Le passif est donc de 327,2 litres.

    Ce qui est énorme. Pendant ce même laps de temps, nous aurions dû avoir 242 jours de pluie, sur les 14 mois.

    Là, on en a eu… 206. Soit une différence de 36 jours. Plus d’un mois ! Même l’été « pourri » que nous avons eu en Belgique n’était pas vraiment si pourri que cela.

    Tant juillet (-15,2 litres) qu’août (-8,5 litres) ont connu un déficit pluvieux. Pour le mois de septembre, cela sera serré. Au 22 septembre, il a été récolté près de 60 litres.

    Soit 9 litres de moins qu’un mois de septembre « normal ».

    SEC DANS LA BOTTE DU HAINAUT

    En regardant les prévisions jusqu’à la fin de ce mois, on ne pré- voit pas beaucoup de précipitations. Le site de l’IRM en prévoit pour jeudi prochain. Celui de MeteoBelgique l’annonce plutôt pour le samedi 30 septembre. Reste à savoir qui aura raison ! La température devrait dépasser les 20 degrés entre ce dimanche et le dimanche suivant. On n’osera pas parler d’été indien, de peur de froisser les météorologues. Un été indien, cela se passe sur le continent américain, pas européen !

    Parmi les 13 mois déficitaires enregistrés depuis juillet 2016, les plus secs furent, étonnamment, avril 2017 (15,2 l) et dé- cembre 2016 (22,7 l). Chaque mois, l’IRM s’amuse à sortir sa carte des précipitations tombées sur une année.

    Elle nous permet de voir les anomalies par rapport à une moyenne calculée entre 1981 et 2010. Certaines communes ont eu 50 % de moins que la normale. C’est le cas de Sivry-Rance, de Momignies (Hainaut) et des environs de Libin (Luxembourg). Par contre, d’autres communes ont été arrosées « normalement ». Elles se situent toutes en Flandre-Occidentale. Comme Blankenberge ou Dixmude. -

    PIERRE NIZET

    1147395687.25.JPG

     

  • Des Belges feront le voyage pour Éclipse solaire totale aux USA

    Les États-Unis s’apprêtent à vivre un événement astronomique exceptionnel : le 21 août, une éclipse solaire totale traversa le pays de part en part.

    Ce n’était plus arrivé depuis 1918. Ils seront des millions à assister au phénomène, dont des Belges.

    Le lundi 21 août, la Lune passera entre le Soleil et la Terre et une bande des États-Unis sera plongée dans l’obscurité d’ouest en est.

    Le phénomène traversera 14 États en près de deux heures. À l’intérieur de cette bande, l’éclipse sera visible environ deux minutes et plus selon l’endroit où l’on se situera.

    Environ 12 millions d’Américains vivent dans cette bande mais le 21 août, ils seront rejoints par des millions d’autres, des compatriotes mais aussi de nombreux touristes qui ont pré- vu de faire le déplacement expressément.

    Parmi ces derniers, des Belges, et notamment Roland Boninsegma et 19 de ses amis astronomes amateurs.

    AVEC SES PETITS-ENFANTS

    « C’est tout d’abord un voyage que je fais pour des raisons personnelles », explique Roland Boninsegma. « En 1999, nous n’avons pas pu profiter pleinement de l’éclipse solaire en Belgique parce qu’il y avait trop de nuages. J’ai donc voulu emmener ma famille, mes enfants et mes petits-enfants, dans une sorte de revanche. »

    Roland a soigneusement planifié ce voyage : « J’ai choisi l’Oregon parce que je sais que la météo y sera très favorable. À Albany où nous aurons posé nos valises, l’éclipse sera de 2 minutes et 2 secondes. J’ai préféré choisir un État éloigné du centre de la bande même si l’éclipse y sera moins longue de quelques secondes.

    Parce que dans le Wyoming par exemple, il faut se dé- placer en voiture et qu’il risque d’y avoir pas mal d’embouteillages.

    À Albany, notre hôtel est situé à proximité d’un parc où nous pourrons nous rendre aisé- ment à pied. » Roland n’emportera pas de matériel particulier : « Un appareil photo, une caméra, rien que des instruments légers.

    Et des lunettes pour toute la famille ».

    Le groupe profitera de son séjour pour visiter le fameux détecteur d’ondes gravitationnelles. L’éclipse solaire du 21 août sera filmée par 11 avions dont 3 de la Nasa, plus de 50 ballons stratosphériques, des satellites et par les astronautes de la station spatiale.

    La télévision de la Nasa retransmettra en direct les images du phénomène. On dit qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie une éclipse solaire.

    Si vous n’êtes pas du voyage cette fois-ci, rendez-vous le 2 juillet 2019 en Amérique du Sud, principalement en Argentine ou au Chili. En Europe, il faudra attendre le 12 août 2026 et ce sera en Espagne.

    - M.PAREZ

    1147395687.25.JPG

  • Nandrinois Pluie d’étoiles filantes sur la Belgique

    Les amateurs d’étoiles filantes pourront ces prochains jours exceptionnellement assouvir leur passion, prévoit la société météorologique Meteovista.

    La nuit de jeudi à vendredi était l’occasion idéale pour admirer ces étoiles filantes, en raison des éclaircies .

    Le meilleur moment pour les observer sera entre 2h et 4h car la Lune sera basse, ce qui permettra une obscurité suffisante.

    Pour les amateurs, notons que les Perséides, qui traversent l’atmosphère chaque année, sont prévues du 17 juillet au 24 août.

    Le point culminant est attendu le 12 août avec quelque 100 météores par heure.

    1147395687.25.JPG

  • C’est la bonne nouvelle de la météo pour cet été 2017

    L’été sera bien beau et plus chaud que la normale.

    C’est la bonne nouvelle de MeteoBelgique

    L e temps médiocre de début juillet est bientôt derrière nous, explique MeteoBelgique. Les tendances, pour les trois prochains mois de l’année, sont plutôt bonnes. Surtout entre le 15 juillet et le 15 août. Ainsi que pour septembre.

    Comme prévu par MeteoBelgique, le mois de juin a été plus chaud que la normale et plus sec. Lors des douze derniers mois, il n’y a qu’un mois où il y a eu plus de pluies que d’habitude. C’était en novembre. Entre le 1er juillet 2016 et le 30 juin 2017, le déficit de pluie en mètre carré à Uccle est de 304,9 litres. Il aurait dû pleuvoir pendant 200 jours.

    Nous en avons eu 52,5 de moins ! « Les derniers jours de pluie fin juin auront fait du bien aux nappes phréatiques, à nos jardins et surtout à nos cultures », pointe le météorologue Philippe Mievis.

    Qui réitère ce qu’il avait dit il y a un mois : « Même si la Belgique connaît actuellement un répit, la tendance chaude et, sans doute sèche, semble se confirmer pour les trois prochains mois ». Un seul bémol : la tendance aux orages semble également se confirmer, surtout fin juillet.

    « Les cotes pluviométriques prévues sont toujours plus délicates à cerner lors de prévisions d’épisodes orageux ». Concrètement, cela donne ceci :

     Juillet.

    Après quelques jours soumis à un temps (très) médiocre, une amélioration se dessine déjà.

    « On va rapidement revenir aux valeurs de températures conformes aux valeurs saisonnières, voire même un peu au-delà.

    Mais le temps restera assez variable et les périodes de temps plus ensoleillé devront partager la décade avec des passages nuageux et des averses, parfois orageuses ».

    Un temps qui devrait se prolonger pour la seconde décade avant une amélioration sensible en fin de décade.

    « Le retour d’un temps pleinement estival est ensuite prévu, avec le retour de la chaleur ».

    En fin de mois, une tendance orageuse s’affirmera, surtout au sud et à l’est du pays.

     Août.

    Il commencera sous la chaleur… lourde.

    Les inévitables orages l’accompagneront.

     

    « La tendance vers un rafraîchissement sera de plus en plus perceptible au fur et à mesure qu’on arrivera en seconde partie de mois ».

    On aura alors un temps classique d’un été « à la belge ».

     Septembre.

    Il s’annonce agréable, surtout dans sa première partie.

    On aura donc droit à des belles journées de fin d’été.

    « Un temps plus frais et un peu plus perturbé devrait néanmoins concerner la fin de ce mois ».

    Un mois qui devrait cependant être bien plus sec que la normale.

     PIERRE NIZET

    1147395687.25.JPG

  • Nandrinois l'été sera chaud ?

    Chaud en juillet et 15 jours en juin Selon MeteoBelgique, on va avoir droit à une voire à deux canicules cet été !

    Comme Météo France l’avait annoncé hier, l’été en Europe sera plus chaud que la normale. Et, si l’on en croit les tendances saisonnières de MeteoBelgique, notre pays ne va pas échapper à quelques vagues de chaleur. « La sécheresse se poursuit et l’été qui arrive ne s’annonce pas idéal pour combler le déficit hydrique », annonce Philippe Mievis, le météorologue qui ose se mouiller depuis quelques années. « Les précipitations, quand elles seront présentes, prendront surtout un caractère orageux, ce qui n’est bon pour personne, ni pour jardins, ni pour nos cultures ». En plus des possibilités d’inondations locales, l’eau ruisselle vers les égouts sans vraiment entrer en profondeur dans les terres.

    « Elles en auraient pourtant bien besoin ». La situation devient préoccupante.« Elle l’est pour nos nappes phréatiques. Ainsi, par exemple, la percolation dans les grottes de Han est à un niveau exceptionnellement bas. Elle l’est aussi pour nos agriculteurs qui ont déjà été mis à mal par les gelées généralisées de la fin avril »

     

    La tendance à un été plus chaud que la normale se confirme donc. « De belles périodes estivales avec sans doute une ou deux vagues de chaleur, mais aussi des orages ».

    Tel sera le scénario pour la seconde partie de juin et pour tout le mois de juillet. La première partie du mois de juin, celle que nous avons entamée, est plus mitigée. « Il faudra compter une dizaine de jours d’un temps plus mitigé et plus variable,grosso modo du 5 au 15 juin ». La fin du mois présentera un temps lourd et… désagréable. Les orages seront, selon MeteoBelgique, plus attendus à l’est et au sud du pays.

    CANICULAIRE ET ORAGEUX

    Le mois de juillet devrait poursuivre sur la lancée de juin. « Le début du mois pourrait être fort chaud, caniculaire, avant une nouvelle dégradation orageuse. Mais les températures, si elles fléchissent quelque peu, devraient rester supérieures aux normales durant tout le mois ».

    Malheureusement, les orages resteront présents. Ils seront, par moments, particulièrement intenses. Reste à parler du dernier mois de l’été climatologique. L’indice de confiance est de 60 % pour le mois d’août. « Il devrait être moins estival que les deux mois qui l’ont précédé. Après une transition orageuse, les températures devraient reprendre leurs valeurs saisonnières ». La pluie devrait – « enfin », pour les agriculteurs – apparaître de manière continue. « Elles perdront progressivement leur caractère orageux ». -

    PIERRE NIZET

    1147395687.25.JPG

     

  • Nandrinois profitons du début de semaine normalement des pointes à 25 voire 26 degrés

    2438030797_1.jpgDe lundi à mercredi, le temps deviendra chaud et estival avec du soleil ainsi que des températures qui se rapprochent des 25°.

    Mercredi, les pressions seront en baisse, mais il fera souvent sec et ensoleillé malgré la présence de nuages d'altitude. Toutefois, la présence d'une perturbation sur les îles Britanniques provoquera une nébulosité plus importante à la côte où une averse sera possible. Nous connaîtrons des températures maximales élevées, variant entre 21 degrés en Ardenne et 26 degrés (voire localement davantage) dans le centre. Le vent sera faible à parfois modéré de sud à sud-est.

    1147395687.25.JPG

  • Normalement Le week-end sera doux à Nandrin

    thn.3.jpgLe week-end sera doux avec des embellies mais un vent sec et frais venant de Scandinavie nous arrivera la semaine prochaine avec des températures restant trop basses pour la saison.

    La persistance d’un anticyclone près de l’Islande nous maintiendra ce vendredi dans un flux nuageux et frais d’est à nord-est avec des températures comprises entre 12 et 16º.

    Samedi

    Ce même courant s’infléchira quelque peu vers l’est samedi sous l’influence d’une dépression qui arrosera une grande partie de la France.

    Par la même occasion un air plus doux en provenance d’Allemagne envahira nos régions et nous pourrons alors espérer un temps plus agréable avec quelques heures de soleil et des températures maximales remontant entre 15 et 18º en Ardenne et entre 18 et 21º dans les autres régions.

    Dans la nuit de samedi à dimanche il se pourrait que quelques pluies se manifestent surtout sur la moitié sud du pays.

    Dimanche

    Comme cette perturbation française glissera vers l‘est, mis à part quelques petites pluies matinales sur le relief ardennais, dimanche s’annonce sec avec encore quelques heures de soleil et des températures généralement comprises entre 13º et 14º près de la mer et en Hautes Fagnes et 17 à 20º dans les autres endroits.

    Pour la semaine 

    Le vent tournera plus au nord ce qui expliquera le rafraîchissement de la masse d’air au cours des prochains jours.

    De lundi à mercredi prochain, l’anticyclone septentrional reprendra ses droits en organisant sur nos régions un courant sec mais frais en provenance des pays scandinaves.

    Si lundi il faudra encore tenir compte d’assez bien de nuages, le temps redeviendra plus lumineux ensuite avec 5 à 8 heures de soleil par jour.

    Par contre les températures auront vraiment du mal à décoller avec, la nuit et le matin, des minima entre 2º et 9º et l’après-midi des maxima d’à peine

    11 ou 12º en bordure de mer et en Haute Ardenne, et entre 15 et 17º en plaine.

    Jeudi et vendredi prochain, une nouvelle perturbation arrivée sur la France, commencera à nous influencer avec quelques pluies à partir du sud du pays mais aussi avec le retour d’une petite douceur dans les températures qui pourront revenir alors entre 17 et 19º en plaine.

    Le week-end prochain

    Quant au week-end du 13-14 mai le vent viendrait du sud ou du sud-ouest maintenant de l’air doux en provenance du sud-ouest de la France avec régulièrement, en alternance avec des pauses ensoleillées, des épisodes d’averses ou de pluies dans un air où les températures diurnes reviendraient autour de 20º en plaine.

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

  • Nandrinois les prévisions météo pour cette été 2017


    2438030797_1.jpgLe mois d’avril a été moins chaud que le mois de mars. Pour une fois, MeteoBelgique n’avait pas tout prévu. En cause, une dernière décade plus froide due à un anticyclone qui s’est positionné sur l’Atlantique. Nous avons quand même demandé à Philippe Mievis, le météorologue qu’il nous livre ses tendances saisonnières, ce qui est prévu pour les mois de mai, juin et juillet. 

    Mai.

    Le temps devrait être assez variable jusqu’à la fi n de la seconde décade. Au programme : quelques averses, des passages nuageux et des éclaircies. « Avec, sans doute, un refroidissement temporaire à la période des Saints de Glace.

    Mais sans réels excès ». La dernière décade s’annonce nettement plus printanière, voire estivale. « Avec une hausse sensible des températures et une tendance à un temps plus sec et plus ensoleillé ». Mais attention aux orages.

     Juin.

    Il s’annonce estival avec de belles journées chaudes et ensoleillées. « L’été devrait être au rendez-vous, voire même avec un peu d’avance cette année ». Mais, en arrivant à la fi n de mois, le risque de gros orages sera élevé.

    « Notons une probabilité non négligeable d’une vague de chaleur en cette fi n juin qui pourrait se prolonger début juillet ».

     Juillet.

    Il devrait poursuivre sur la lancée de juin : chaud, estival et à l’insolation souvent généreuse. « Mais, aussi, à tendance orageuse.

    Une tendance encore plus perceptible qu’en juin. Un petit rafraîchissement avec le retour de températures de saison devrait s’opérer en fi n de mois »

     PIERRE NIZET

    metéo.JPG

    1147395687.25.JPG

     

  • Nandrin en météo

    météo.jpgMeteo-Belgique nous livre ses tendances saisonnières pour les mois d’avril à juin. Après un mars exceptionnel, avril s’annonce ensoleillé et beaucoup moins pluvieux que la normale. Alors, en avril, on va pouvoir se découvrir de plus d’un fil !

    Au mois d’avril, ne te découvre pas d’un fil.

    Hier, pourtant, vous avez été nombreux à profiter de la température extérieure pour faire un barbecue ou profiter d’une terrasse. Et, si on en croit les tendances livrées par Meteo-Belgique, les vacances de Pâques s’annoncent sympathiques.

    Aussi sympa que le mois de mars qui s’est terminé de bien belle manière.

    La température moyenne était de 9,6o , soit un record de chaleur puisque le dernier remontait à 1991 (9,5o ). On a aussi eu droit à une durée de l’ensoleillement anormale avec 155 heures et 52 minutes enregistrées à Uccle alors que la normale est de 113h et 57 minutes. Il n’a plu que 10 jours sur Uccle.

    Ce qui est considéré comme très anormal par l’IRM, la normale étant de 17,8 jours.

    Le mois d’avril ?

    « Le temps plus frais et perturbé de ce tout début d’avril ne sera qu’une parenthèse entre eux périodes de temps doux pour la saison et à l’insolation généreuse », explique Philippe Mievis, le météorologue nous donnant ses incontournables tendances saisonnières. « Le soleil et la douceur vont reprendre leurs droits.

    Pour le plus grand bonheur des amateurs de temps printanier, mais sans doute moins des personnes qui souffrent du rhume des foins ».

    Ces quelques jours vont en effet s’avérer pénibles pour les personnes allergiques au pollen du bouleau.

    La seconde décade s’annonce plus mitigée avec un retour des températures plus fraîches.

    « La fin de cette seconde décade, de même que la dernière, devrait à nouveau être plus doux et globalement plus sèche ». Avec un bémol : l’arrivée des orages. Des orages qui auront tendance à se généraliser dans la seconde partie du mois de mai. « Les quantités de précipitations seront alors parfois importantes ».

    GARE AUX ORAGES

    Quant au mois de juin, il devrait, lui aussi, être plus chaud que la normale. « Il devrait commencer sur un mode assez estival avec de belles journées chaudes et ensoleillées », poursuit Philippe Mievis.

    « Après une bonne douzaine de jours de ce régime estival, une nette dégradation orageuse pourrait s’affirmer ». Les températures resteront assez chaudes mais les orages, et un temps lourd dû à une humidité importante, gâcheront le temps de cette fin juin. « Attention, les orages pourraient être sévères avec des précipitations importantes et subites, du vent et de la grêle ». Cela reste à confirmer dans les prochaines analyses… -

    Artcile de PIERRE NIZET

    météo.JPG

  • Le printemps à Nandrin le 20 et 21 mars 2017

     

    météoprintemps.gifDepuis à 10h28 et 38 secondes très précisément ! L'instant auquel les deux hémisphères de notre planète terre sont éclairés à égalité,c’est le printemps ! Equinoxe de printemps : le jour = à la nuit.

    Printemps les jours de plus en plus long jusqu'au solstice d'été du 21 juin

    Le printemps (de l'ancien français prins, premier, et temps) est l’une des quatre saisons de l’année, dans les zones tempérées. Il suit l'hiver et précède l'été.

    Il existe plusieurs définition du printemps : astronomique (demi-saison entre les jours les plus bas et les jours les plus longs de l'année), météorologique (demi-saison se trouvant entre les saisons froide et chaude) et calendaire (dont les dates varient selon les pays).

    Dans l’hémisphère nord, le printemps se situe entre le premier et le deuxième trimestre de l'année et dans l'hémisphère sud, il se situe entre le troisième et le dernier trimestre de l'année.

    Cette saison, marquant traditionnellement le renouveau dans la nature, se caractérise par un radoucissement progressif du temps, la fonte des neiges, le bourgeonnement et la floraison desplantes, le réveil des animaux hibernants et le retour de certains animaux migrateurs.

    Du point de vue météorologique, le printemps est une demi-saison se situant entre la saison froide et la saison chaude. Dans l'hémisphère nord, il comprend donc les mois de mars, avril et mai, précisément en météorologie, commençant le 1er mars et se terminant le 31 mai.
    Dans l'hémisphère sud, le printemps météorologique austral est inversé et se situe donc aux mois de septembre, octobre et novembre.
    le printemps sur le calendrier commence le jour de l'équinoxe de printemps (le plus souvent le 20 ou 21 mars) et se termine le jour du solstice d'été (le plus souvent le 21 juin).
  • Une semaine printanière à Nandrin

    météoprintemps.gifJusqu’à 18 degrés ce jeudi 16 mars 2017

    Les températures seront très douces ces prochains jours, avec de belles éclaircies.

    Pour la première moitié de la semaine, nous bénéficierons d’un anticyclone qui nous enverra temporairement un air un peu plus humide favorable à la formation de la grisaille matinale faite de brouillards ou de nuages bas.

    Mais ceux-ci se dissiperont pour laisser la place à des après-midi lumineuses et douces avec des températures diurnes entre 9 et 12° en bordure de mer et dans les Hautes fagnes.

    Elles seront cependant de 13 à 16° dans les autres régions. Le sommet de la semaine est attendu pour jeudi, où les températures avoisineront localement jusqu’à 18 degrés en plaine.

  • Intempéries pas mal d’interventions, aussi à Nandrin

    Archive nandrin blog vent.JPG«  Nous avons eu une grosse dizaine d’interventions  », nous dit-on du côté de la zone Hemeco, «  principalement pour des branchages tombés sur les routes et des tuiles qui se sont envolées de toitures, tant du côté d’Anthisnes que de Marchin, Huy, Wanze ou encore Nandrin.  »

     

    Source info Sudinfo clic ici 

  • Nandrinois les 15 degrés pour mercredi prochain,l'hiver, c’est fini!

    météoprintemps.gifLes deux semaines qui arrivent seront chaudes 

    Le mercure du thermomètre va grimper la semaine prochaine. Mercredi, il pourrait atteindre les 15 degrés en plaine. Une situation que le Monsieur Météo de RTL, David Dehenauw, verrait bien se prolonger au cours des deux prochaines semaines. De quoi espérer le retour du printemps plus tôt que prévu… 

     

    La semaine prochaine, les températures pourraient atteindre les 15 degrés dans le centre du pays et jusqu’à 10 degrés dans les Hautes Fagnes.

    Un climat anormalement doux pour la saison qui devrait se prolonger pour les deux prochaines semaines.

    Voilà qui pourrait bien être la fin de l’hiver.

    La semaine, il n’y aura plus que le calendrier pour nous rappeler que nous sommes en hiver.

    Les températures, elles, seront plus… printanières. « Dés lundi ,le soleil sera de retour .

    Il y aura, par contre un vent désagréable.

    Il devrait se dissiper mardi où des températures allant jusqu’à 11 degrés sont attendues. Mercredi, la journée sera lumineuse. Les maxima pourraient atteindre 15 degrés en plaine et dix degrés dans les Hautes Fagne s» commente David Dehenauw. De quoi dire que l’hiver est pratiquement derrière nous?

    Il n’y a un pas que le météorologue s’autorise à franchir. « Je ne vois pas un retour de l’hiver. La semaine prochaine sera chaude et selon les premiers schémas celle d’après également.

    Il n’y a pas d’indices annonçant un possible retour de l’hiver.

    Il se peut toujours que de nouveaux épisodes hivernaux surviennent mais des longues périodes de froid comme on a eu en janvier, c’est fini pour cette année ».

    Cette hausse des températures estelle donc également synonyme de fin de saison pour les amateurs de glisse dans les Hautes Fagnes?

    C’est bien possible, même si les gérants de station veulent encore y croire.

    « Depuis le début de l’hiver on a eu trois bonnes semaines de neige. C’est bien, mais pas exceptionnel. Mais je pense que ce n’est pas encore fini.

    Même si des températures élevées sont annoncées, on a vu par le passé qu"un retour de la neige en mars est toujours possible » commente Alexandre Féchir a gestionnaire de la station de ski au signal de Botrange

    Article de BRIEUC DUMONT source Sudinfo 

  • L’hiver n’est pas fini

    météo.JPG

    En avril, ne vous découvrez pas d’un fil

    Les tendances saisonnières ont été dévoilées par MeteoBelgique. Les voici.

    Février. La première décade sera douce et perturbée.

    «Cela veut dire qu’il y aura de la pluie et parfois même un vent tempétueux» , résume Philippe Mievis.

    L’incertitude est ensuite de mise.

    «Il semble qu’un intermède de temps plus froid et plus hivernal s’invitera dans le courant de ce mois de février.

    Il s’intercalera entre deux périodes perturbées et douces» .

    Il pourra arriver vers le 15 février et durera une semaine.

    «Globalement, février devrait quand même être en excédent thermique, avec des précipitations proches des normales et une insolation sans doute déficitaire».

     Mars. «Il semblerait que ce mois soit plus proche du temps que nous pouvons attendre à pareille époque de l’année» .

    La douceur de la fin février devrait vite faire place à un temps plus frais, avec des giboulées classiques.

    «La seconde décade devrait être plus calme, avec un temps plus froid, avant le retour du temps perturbé et doux en seconde partie du mois et en dernière décade, surtout».

     Avril. Mauvaise nouvelle, il ne s’annonce pas printanier.

    «Les périodes de temps plus stable seront rares.

    Une amélioration timide devrait néanmoins se dessiner en seconde partie du mois» .

    Article de P. N. source Sudinfo 

  • On va perdre 12 degrés en moins de 72 heures retour de la neige

    froid.gifRessortez vos pulls et manteaux: on va passer de 13 degrés ce jeudi à… 1 degré ce week-end, avec le retour de la neige

    L’Institut Royal de Météorologie annonce le retour de la neige sur les hauteurs dès ce samedi, avec des températures proches du négatif.

    On va perdre plus de dix degrés en moins de 72 heures…

    Vendredi, le temps sera sec sur la majorité du territoire et quelques belles éclaircies se développeront entre les champs nuageux, surtout sur le nord-ouest du pays. Dans le sud-est, la journée débutera avec des nuages bas qui pourront localement limiter la visibilité. Ensuite, la nébulosité variera aussi et une petite averse isolée n’est pas à exclure. En fin d’après-midi, le ciel se chargera à partir de la frontière française. Il fera encore assez doux avec des maxima de 5 à 11 degrés.

    Vendredi soir, le temps sera très nuageux et une faible zone pluvieuse traversera le pays en suivant une trajectoire sud-ouest/nord-est. Dans l’ouest, le vent deviendra assez fort avec des rafales de 50 à 60 km/h. À la mer, quelques averses seront possibles. La nuit, il fera généralement sec avec de nombreux nuages bas sur le sud-est et des éclaircies sur les autres régions. Minima de 1 à 5 degrés. La nuit, le vent deviendra partout modéré de secteur sud.

    Samedi, la nébulosité sera abondante avec graduellement de la pluie à partir de la frontière française. Sur les crêtes ardennaises, des flocons de neige pourraient même temporairement se mêler à la pluie. Les maxima seront compris entre 3 degrés en Haute Belgique et 8 degrés dans l’ouest du pays. Le vent sera d’abord modéré de sud à sud-est. Plus tard, il deviendra faible et variable.

    Dimanche, la nébulosité restera abondante avec de la pluie. En Ardenne, ce sera de la neige fondante ou de la neige. Les maxima se situeront entre 2 et 5 degrés au sud du sillon Sambre-et-Meuse et autour de 7 degrés ailleurs.

    Source Clic ici 

  • Le froid tue

    froid.gifAlors que la France assiste à une hécatombe due à une grippe meurtrière, on observe chez nous un regain d’activité dans les entreprises de pompes funèbres et dans les crématoriums. Si la grippe s’annonce aussi virulente chez nous que chez nos voisins, ce mois de janvier, qui est habituellement le mois le plus mortel dans notre pays, pourrait cette année battre des records. Le seuil épidémiologique devrait être atteint cette semaine. 

    «Neuf enterrements mercredi, huit jeudi et neuf vendredi! Nous venons de connaître une semaine hyperchargée» , nous confie Denis Fontaine, patron des entreprises funèbres Fontaine à Gilly (Charleroi).

    «Et la semaine qui ar
    rive s’annonce bien remplie puisque nous avons eu neuf décès déjà ce dimanche. Comparé à janvier dernier, nous enregistrons une hausse de 50% de décès. Pour ces deux premières semaines de janvier, nous avons déjà 60 décès, soit le total atteint sur l’ensemble de janvier 2016».


    CHARLEROI: 2 MORTS DE FROID La cause de ces décès?

    «Dans deux cas précis, c’est vraiment le froid qui a tué les personnes. L’une à Marchienne-au-Pont et l’autre, dans un squat non chauffé de Charleroi. À côté de cela, nous avons pas mal de personnes en difficulté qui décèdent à l’hôpital». Au crématorium de Ciney, on confirme que ce mois de janvier commence «fort». «Alors que l’on tourne avec une moyenne mensuelle de 190 défunts par mois, on est actuellement à 210 défunts mensuels», déclare Patrick Cavé, directeur.

    «Cela a légèrement allongé les délais: pour un décès qui survient lundi, il faut compter sur une incinération vendredi au lieu de jeudi. Pour faire face, on a aussi élargi nos horaires. On autorise maintenant les incinérations à 16 heures. La famille doit alors venir rechercher l’urne le lendemain». Au crématorium de Frasne-lez-Anvaing (Hainaut),
    on est déjà à 111 crémations à cette mi-janvier, contre 176 pour le mois de janvier 2016 complet.

    PLUS DE 320 DÉCÈS PAR JOUR

    Que dit l’ISP, l’Institut de santé publique? Les derniers chiffres disponibles (jusqu’au 15 décembre 2016) font état de 320 décès quotidiens (322 morts le15 décembre 2016, 325 le 13 décembre 2016, etc.), des chiffres au-delà des prévisions et que l’on atteint en général en janvier, et pas (déjà) en décembre. Va-t-on atteindre les records de l’hiver 2014-2015 avec la barre des 400 décès quotidiens franchieen février 2015?

    Trop tôt pour le dire. Mais il est clair que le froid que l’on annonce ces prochains jours ne va pas arranger les choses. À titre de comparaison, on est à environ 240 décès par jour en été. Car le froid… tue. Pourquoi? Nous avons posé la question au docteur Philippe Devos, chef du service des soins intensifs au Centre hospitalier chrétien Saint-Joseph Liège. «En général, 80% de l’augmentation des décès en janvier est imputable à la grippe», dit-il.

    «La grippe est considérée par beaucoup comme une maladie bé
    nigne, or, elle tue nettement plus que la route! En Belgique, la grippe (et ses infections secondaires) provoque la mort de 1.500 personnes environ par an. Pour les accidents de la route, on est sous les 800 tués par an. Lorsque des patients fort âgés sont frappés par la grippe et arrivent en soins intensifs, certains demandent aussi à ce que l’on ne s’acharne pas avec un respirateur…

    Il y a aussi les causes multifactorielles. Le verglas d’il y a sept jours par exemple a entraîné pas mal de chutes et des fractures de la hanche chez les personnes âgées. Chez les plus de 75 ans, l’alitement peut tourner en thrombophlébite, en embolie pulmonaire ou en bronchopneumonie, et ils peuvent en décéder». Autre élément, observé par le docteur Devos, mais qui n’a rien à voir avec le froid: le coup de blues.

    «Les dépressions liées à la période des fêtes et post-fêtes entraînent pas mal de suicides». L’épidémie de grippe devrait être atteinte cette semaine en Belgique. Le seuil est fixé à 140 consultations (pour signes grippaux) sur 100.000 habitants. On était à 133 mercredi dernier.


    CITADELLE: 50 ENFANTS/JOUR!

    Les hôpitaux sont prêts. Au CHC Saint-Joseph à Liège, les masques par exemple sont disponibles au service des urgences. «Si un patient arrive dans un état grippal, on lui fait porter le masque pour éviter qu’il ne contamine les autres patients et les accompagnants» , poursuit le docteur Devos.

    Les services pédiatriques sont eux déjà dans le feu de l’action. «Chez nous à la Citadelle, un enfant hospitalisé sur deux l’est à cause de la grippe», indique Nathalie Evrard, porte-parole de ce gros hôpital liégeois. «Soit 40 à 50 enfants par jour admis pour des symptômes grippaux, sur un total de 100 admissions». Et ce n’est qu’un début.

    Article de F. DE H. Source Sudinfo 

  • Tempête record à la Côte

    v7twg36i.gifLa Côte belge s’apprête à affronter la pire tempête de ces cinquante dernières années. Selon les prévisions de l’Agence des Services Maritimes et Côtiers (MDK), des vents importants, allant jusqu’à 9 beaufort, sont attendus.

    «  Ce sera le cas ce jeudi dans la journée, mais on s’attend aux plus fortes marées pour vendredi. Elles seront plus importantes que lors de la tempête de 2013 », explique Steve Timmermans, de la MDK. Vu l’ampleur de la situation, plusieurs événements ont été annulés.

    À Bredene, le plongeon du Nouvel An et le grand feu de samedi n’auront pas lieu. À Middelkerke, les plages seront fermées au public.

    Les amateurs de surf doivent également ranger leur planche. La commune de Middelkerke conseille aux personnes qui se rendent à la mer d’être prudentes dans les prochains jours et d’éviter la digue et ses environs.  

    Article de MP source S.I .

  • Retour du froid prévu le week-end prochain

    froid.gifDes piétons qui glissent, des voitures qui dérapent et le chaos qui s’installe sur les routes. Si la situation de samedi était particulière, la météo devrait être plus clémente ce dimanche. « Il va neiger sur les Hautes Fagnes mais le dégel qui a commencé à la Côte ce samedi avant de s’étendre sur l’ensemble du territoire devrait perdurer » commente le météorologue David Dehenaux. De là, à remettre écharpes, moufles et autres bonnets dans le fond du placard?

    Il y a un pas qu’il ne faudrait pas franchir…


    DE LA PLUIE

    « Des températures plus douces sont attendues pour la semaine prochaine. On pourrait atteindre des maxima de 7 degrés à l’intérieur du pays. Quelques chutes de neige sont attendues mais seulement dans les Hautes Fagnes.

     À l’intérieur du pays, un temps pluvieux est attendu ce mardi. Jeudi, il fera venteux. On s’attend à des vents atteignant cinq beaufort » explique le Monsieur Météo de RTL-TVI.

    Par contre, l’hiver lui ne fait que commencer.

    Pour le météorologue, de nouvelles températures négatives sont attendues dès vendredi prochain. Un froid qui devrait perdurer tout au long du week-end.

    Article de B.D Source SI

  • Courage: 17 jours d’hiver à tenir!


    froid.gifPhilippe Mievis de la société MeteoBelgique révèle les tendances saisonnières pour les trois premiers mois de l’année. Il s’agit bien de «tendances» pas de «prévisions». «Comme déjà annoncé il y a un mois, la tendance anticyclonique devrait se poursuivre en janvier. Durant une bonne partie du mois, au moins, même si certains modèles voient son influence se prolonger encore en février» avance le météorologue.

     Janvier. Le froid et les conditions un peu hivernales devraient nous concerner cette première décade de janvier. « Même si des journées plus douces s’intercalent ci et là ».

    Les précipitations, parfois hivernales, resteront faibles car elles seront toujours sous dominance anticyclonique. «La seconde décade du mois s’annonce intéressante pour ceux qui aiment l’hiver: le froid et les précipitations devraient être plus présents». Des précipitations de neige, surtout sur les hauteurs. Cette décade pourrait être la plus hivernale de cet hiver 2016-2017. Le temps devrait être plus doux à partir du 20 janvier.

     

     Février. Malgré les incertitudes, MeteoBelgique parie sur le retour d’un temps plus perturbé, globalement très doux. «Les incertitudes expliquent l’indice de confiance de 55%; taux assez faible pour ce mois. Il est le même pour le mois de mars» , poursuit Philippe Mievis.

    «À noter que les quantités de précipitations ont été revues à la baisse par rapport à il y a un mois» . Un épisode de temps plus calme et temporairement plus froid pourrait s’intercaler dans le mois.

    Mars.Il devrait continuer sur la lancée de février. Pluie, douceur et pas de giboulée de mars sont au programme, selon MeteoBelgique. «On devrait plutôt avoir un temps instable, avec toujours cette relative douceur» . Cependant, l’excédent thermique devrait être un peu moins prononcé que celui de février. Philippe Mievis parle d’une hausse de la température de 1 ° par rapport à un mois de mars «normal» en Belgique.

    PIERRE NIZET

    l'hiver,froid,nandrin

  • Presque toutes les communes avaient été touchées

    Les inondations ,Les inondations de mai-juin ont coûté 305 millions d’euros!

    Cela paraît peut-être loin à tous ceux qui n’ont pas subi de dégâts mais les précipitations et rafales de vent exceptionnelles des mois de mai et juin ont causé des dégâts dans tout le pays.

    Alors que, généralement, les sinistres se concentrent dans quelques communes, ici, pas une seule des 589 communes belges n’a été épargnée!

    D’après une étude menée pas Assuralia, le plus grand nombre de dossiers d’indemnisation sur ces deux mois d’intempéries a été enregistré à Saint-Trond: 5.099 dossiers pour 40.000 habitants! Anvers suit avec 2.898 demandes pour 1,8 million d’habitants. Tournai est quatrième dans ce sinistre classement 1.281 demandes d’intervention pour 70.000 habitants.
    1MÉNAGE SUR 3 À WELLEN

    C’est toutefois dans la petite commune limbourgeoise de Wellen, entre Saint-Trond et Hasselt, que les statistiques s’affolent: plus d’une famille sur trois a fait appel à l’assurance pour les dommages subis.

    C’est à Saint-Trond que les assurances ont le plus déboursé: 15,6 millions d’euros, devant Tournai (11,6 millions), Anvers (8,3 millions), Jodoigne (7,6 millions, avec un hall de sport décapité) et Genappe (6,3 millions).

    C’est à Evere que l’indemnisation moyenne par sinistre est la plus élevée (35.063€), suivie de Lessines (13.099 euros), Nassogne (11.993 euros), Welkenraedt (11.723 euros) et Brunehaut (10.554 euros).

    Les tempêtes et inondations avaient occasionné 226.900 sinistres en 2014, pour un montant total de 787 millions et une intervention moyenne de 787€ par sinistre.


    2MOIS CATASTROPHIQUES

    Cette année-là, le week-end de Pentecôte, du 7 au 10 juin, avait été terrible avec des intempéries provoquant 656 millions de dégâts, dont 264 millions aux habitations et 224 aux véhicules. 2015 avait été plus clémente: les tempêtes et inondations avaient occasionné 73.100 sinistres sur 12 mois pour un montant total de 144 millions, avec une intervention moyenne de 2.000€ par sinistre.

    En 2015, le 16 septembre, une mini-tornade avait frappé Hotton (5.300 habitants): 93 sinistres d’un montant moyen de 23.000€ avaient été enregistrés, avec un sinistre s’élevant même à 340.000€!

    À eux seuls, les mois de mai et juin 2016 ont occasionné 84.100 sinistres, pour un montant total de 305 millions, avec une intervention moyenne de 3.600€ par sinistre.

    Article de MICHEL ROYER Sudinfo 

  • Nandrinois De la neige pour les fêtes ? Peu probable !!!

    météo.JPG

    Une chance sur trois à Noël, une sur cinq à Nouvel An

    Selon MeteoBelgique, il y a une chance sur trois d’avoir de la neige à la Noël à Bruxelles et une chance sur cinq d’en avoir à Nouvel An. C’est normal car il ne neige pratiquement jamais à cette époque, en Belgique.

    Comme tous les mois, MeteoBelgique nous livre ses tendances saisonnières à trois mois. Elles concernent donc décembre, janvier et février. À la fin de cette année, nous serons en mesure de vous résumer l’année météorologique 2016.

    «Mais une chose est sûre, elle sera l’une des plus pluvieuses depuis les années 1830», explique le météorologue Philippe Mievis. «Cela peut paraître surprenant car il ne pleut plus beaucoup depuis le mois d’août, sauf en novembre. Et décembre devrait être sec». Actuellement, 2016 se trouve en 19e position des années les plus mouillées en Belgique.

    On est à 920,1 litres. Si on prend en compte les deux semestres, il a plu l’équivalent de 648,2 litres par mètre carré à Uccle de janvier à fin juin et à peine 271,9 mm du 1er juillet au 7 décembre. Mais intéressons-nous aux prévisions.

    «Les tendances énoncées le mois dernier semblent seconfirmer: les blocages anticycloniques seront souvent au rendezvous en première partie de cet hiver, jusqu’à mi-janvier environ, avant qu’une tendance à un temps plus perturbé se mette en place pour la fin janvier et le mois de février: douceur et pluie prendraient dès lors le contrôle de la fin de cet hiver, mais ce sera à confirmer » , poursuit le météorologue travaillant sur ces tendances données par MeteoBelgique.


    FÉVRIER CHAUD ET HUMIDE

    À l’heure actuelle, il y a 35% de chance d’avoir un Noël blanc à Uccle le 25 décembre, à savoir au moins un centimètre de neige. Les dernières fois que nous en avons eu un à Uccle, c’était en 2010 (16 cm de neige),en 2009 (3 cm) et en… 1986 (1,4 cm). Depuis 1900, il n’y en a eu que 11 à Bruxelles! La dernière fois que nous avons eu un Noël blanc en Belgique, c’était en 2011, dans les Hautes Fagnes.

    Pour le Nouvel An, l’espoir d’avoir un 1er janvier blanc est encore plus ténu que pour Noël. «C’est une chance sur cinq», pronostique Philippe Mievis.

    Depuis 1900, Uccle a connu 16 nouvelles années blanches. La dernière fois, c’était le 1er janvier 2011 avec 3 centimètres de neige. Pour en trouver des récents, il faut s’arrêter à 2004 (3 cm), 2002 (5,5 cm) et 1997 (2 cm).

    Le record date de 1969 avec 15 cm tombés. Le dernier Nouvel An blanc constaté en Belgique l’a été une nouvelle fois dans les Hautes Fagnes. Il date de 2015. Dans les prévisions mensuelles que vous découvrez dans le tableau ci-contre, seul le mois de février dénote des normales saisonnières.

    MeteoBelgique prévoit des températures anormalement élevées (2 degrés de différence avec la normale) et beaucoup de pluie (40% de plus que la normale).

    Philippe Mievis parle d’un mois «automnal» qui change d’un mois de février normal. À confirmer…

    Article de PIERRE NIZET Source Sudinfo 

  • Dégâts de la tempête de vent dimanche 20 novembre 2016 à Nandrin

     

    dégâts,tempête,vent,nandrin,fraineux,condroz

    La tempête annoncée par l'IRM depuis quelques jours , a laisser un triste souvenir sur notre Village .

    Fraineux a particulièrement souffert tout au long de cette journée dominicale.

    L'entrée du parc du CPAS au 22 rue tige des saules est victime de cette tempête excessivement violente.

    Un arbre qui ornait l'entrée depuis de longues années n'a pas survécu !!!!

     Dans la chute, l'arbre a emporté les câbles électriques ce qui a occasionné des soucis, qui ont été résolus par une équipe de chez RESA .

    dégâts,tempête,vent,nandrin,fraineux,condroz

    dégâts,tempête,vent,nandrin,fraineux,condroz

  • Nandrinois l’automne sera chouette

    météo.jpgVingt-sept degrés annoncés pour aujourd’hui.

    Pendant au moins dix jours, la température va excéder les vingt degrés.

    Il était temps de vous donner les tendances saisonnières pour les trois prochains mois. Tendances que nous livre Philippe Mievis de MeteoBelgique.

    Le météorologue se trompe rarement 

    Bonne nouvelle : il va faire très beau ces prochains jours. Et cela va durer au moins jusqu’au 17 septembre !

    « Je confirme que le début du mois de septembre sera baigné par un temps agréable d’arrière saison, voire estival », se réjouit Philippe Mievis, météorologue qui travaille pour le site MeteoBelgique.

    « Comme prévu aussi, le mois de septembre s’annonce une nouvelle fois déficitaire en termes de précipitations.

    Pour le plus grand bonheur de ceux qui veulent encore profiter du beau temps avant l’arrivée de l’automne.

    Mais c’est sans doute une moins bonne nouvelle pour les agriculteurs ».

    Le mois d’octobre, poursuit Philippe Mievis, s’annonce aussi déficitaire au niveau des précipitations.

    Depuis le mois de juillet, on est plutôt épargné par la douche belge.

    Cela contraste avec les six premiers mois de l’année !

    « Il faudra sans doute attendre novembre pour revoir un mois en excédent pluviométrique. Les trois mois seront plus doux que la normale, surtout septembre et novembre. En résumé, l’automne 2016 devrait être plus doux et un peu plus sec que la normale ».

     Septembre.

    Chaleur et soleil généreux sont au programme des deux premières décades. « La troisième décade s’annonce nettement plus mitigée et, après une transition orageuse, le temps sera plus frais et sensiblement plus perturbé : nuages et pluie devraient être au rendezvous ».

     Octobre.

    Ici aussi, il y a peu de changement avec ce que MeteoBelgique avait annoncé le mois dernier. « Nous aurons un temps à nouveau plus stable, donc plus sec et souvent ensoleillé et assez doux pour la première partie du mois d’octobre ».

    La seconde moitié du mois devrait voir le retour d’un temps plus variable et sensiblement plus frais. « Mais sans trop s’écarter des normes ». 

    Novembre.

    Il devrait donc marquer le retour d’un mois à la pluviométrie excédentaire. « Mais il s’annonce plus doux que la normale.

    Il sera quand même nettement plus perturbé ».

    La toute fin de mois pourrait être plus calme, avec la présence de brouillard et d’un temps un peu plus frais. -

    Article de PIERRE NIZET source info Sudpresse Sudinfo 

  • Nandrinois « Une météo typiquement belge pour cette semaine »

    ete.gifOn croyait que les inondations étaient derrière nous, c’est pourtant tout le contraire qui nous a été démontré une nouvelle fois ce week-end.

    Alors que mercredi dernier, les températures étaient montées jusqu’à 33 degrés, les conditions météorologiques ont changé dès vendredi soir. Et ce sont tout d’abord les provinces de Namur et de Luxembourg qui en ont fait les frais.

    Plusieurs campements scouts ont dû être évacués du côté de La Roche, Paliseul, Nassogne ou Bouillon. À Virton, une vingtaine d’habitations ont également été inondées alors qu’une partie de la N89 était, elle, sous eau.

    « UN RISQUE D’ORAGE »

    Samedi, c’était au tour du Brabant wallon d’être touché par de violentes inondations.

    Le plan communal d’urgence a même été déclenché dans les communes d’Orp-Jauche et de Ramillies.

    Nombreux sont ceux qui se demandent si de nouveaux orages sont à redouter cette semaine.

    Que l’on se rassure, le ciel devrait se calmer dans les jours à venir.

    « Dès lundi, nous allons connaître un temps typiquement belge », nous explique David Dehenauw, météorologue.

    « Pour les trois premiers jours, nous allons avoir une nébulosité variable avec une alternance d’éclaircies et de passages nuageux. Les maxima tourneront autour des 23-24 degrés dans le centre, et des 20 degrés en Ardenne et au littoral ».

    À partir de mercredi, le risque d’orage augmentera mais pas de quoi s’inquiéter pour le moment.

    « Les précipitations sous un orage sont toujours difficiles à évaluer », ajoute notre interlocuteur.

    « On devra donc réévaluer la situation au fil des jours. Mais pour l’instant, je ne suis pas inquiet quant au risque d’éventuelles nouvelles inondations ».

    Article D.V.B Source Sudinfo 

  • Nandrinois Les grosses chaleurs sont déjà derrière nous. Pour l’instant…

    2438030797_1.jpgC’était prévu, c’était exact : vous avez eu très très chaud mercredi.

    Il n’y avait plus moyen de déposer le moindre essuie autour des piscines de plein air qui ont été littéralement prises d’assaut.

    Et le littoral affichait complet sous une chaleur suffocante.

    Même si une seule journée de grosse chaleur ne suffit pas pour pouvoir parler de canicule. C’est que, mercredi soir, c’était déjà fini.

    Et que si le 21 juillet a évité la traditionnelle drache nationale, on ne peut pas dire qu’il ait fait « mourant », comme on dit en Belgique.

    Et la suite, c’est quoi ?

    Ce vendredi, il faut s’attendre à des nuages, à quelques pluies (ça faisait longtemps) et même à quelques orages en soirée avec des maxima de 26 degrés dans le centre.

    Samedi, on prend les mêmes et on recommence : de l’air instable sur l’est, quelques pluies possibles au centre, de la grisaille sur l’ouest et des maxima de 24 ou 25 degrés au centre.

    Et dimanche, toujours un risque d’averses sur l’est, et puis des nuages et des éclaircies avec des températures de saison.

    Bref, pas de catastrophe en vue sur la Foire de Libramont mais plus de quoi parler de grosses chaleurs non plus… 

    http://journal.lameuse.be/

  • Nandrinois Seule consolation, juillet chez nous sera quand même moins pourri que juin

    2438030797_1.jpgSi la semaine qui vient s’annonce « relativement » sèche, et un peu plus chaude que ce week-end, on sera encore bien loin d’une météo estivale. Pour cela, la seule solution, c’est de mettre le cap vers le sud.

    « S’il a fait sec en juin, il y a plus de chance qu’il fasse sec aussi en juillet et août. Mais s’il a fait pluvieux en juin, ce n’est pas pour cela qu’il fera encore pluvieux en juillet-août ».

    C’est une étude française qui vient d’arriver à ces conclusions et Nicolas Jorion, prévisionniste à Météo Services, nous la cite, histoire peut-être de nous rassurer. Tout espoir n’est donc pas perdu. Par contre, les prévisions nous rassurent moins. Juillet a commencé sous la pluie, et avec des températures vraiment trop basses pour la saison, et le début de la semaine ne sera guère différent.

    De quoi nous mettre le moral dans les chaussettes. Heureusement, le reste de la semaine devrait être plus sympathique, avec un temps enfin sec et des températures presque de saison, qui grimperont jusqu’à 23° .

    Il faudra bien en profiter parce que le week-end, c’est à nouveau fini, les températures diminuent, et la pluie revient ! Pour le prévisionniste de Météo Belgique, il est difficile de se prononcer à plus long terme. Néanmoins, il nous annonce, du 16 au 31 juillet, un temps un peu plus chaud, et même « un bon degré audessus des normales saisonnières, soit des maxima de 23o ».

    Selon le site d’Accuweather, une société américaine, qui produit des prévisions météo pour le monde entier, cette relative clémence s’accompagne le plus souvent soit de nuages, soit de pluie. Les jours de soleil, on pourra toujours les compter sur les doigts de la main ! On comprend dès lors que beaucoup se décident, même tardivement, à prendre la route des vacances. Vers le sud, car le soleil, c’est là qu’il est, et surtout en bord de Méditerranée.

    En Bretagne, on aura juste un peu plus chaud que chez nous, mais ce n’est pas non plus une région réputée pour sa météo. Par contre, en descendant le long de la Côte Atlantique, de La Rochelle à Biarritz, on va gagner quelques bons degrés : de 21 à 34° pour La Rochelle ou, plus au sud, Arcachon.

    À Biarritz par contre, on aura régulièrement un 27° . Mais souvent, dans ces régions, avec quelques nuages. Les valeurs sûres, elles, partent de Lyon vers le sud et parcourent tout le bord méditerranéen . Pour un ciel bleu garanti et des températures que l’on peut vraiment qualifier d’estivales, l’Ardèche, la Provence, la Côte d’Azur, et bien sûr la Corse sont les régions les plus chaudes de France.

    En Espagne, que ceux qui ne veulent pas avoir trop chaud s’arrêtent à Barcelone. Là, les températures se limitent à 28° , avec même quelques gouttes de pluie annoncées pour 3 à 4 jours de juillet.

    Dépaysement moins garanti ! Soleil parfait sur toute l’Andalousie par contre et, si on reste à l’intérieur des terres, comme à Madrid, on ira peut-être même jusqu’à se plaindre de la chaleur puisque, certains jours, le mercure atteindra presque les 40° ! Soleil garanti en Italie aussi, avec des presque 30 °en bord de mer, mais presque 35 sous le soleil de Sicile.

    Article de l M source http://journal.sudinfo.be/

  • Nandrinois de la pluie, des orages et de la grêle pas vraiment une météo pour voir l'Euro 2016 en extérieur

    v7twg36i.gif

    À Lyon, où les Diables rouges affronteront lundi soir l’Italie dans le cadre de leur premier match de l’Euro 2016, il fera pluvieux voire orageux, sous des températures atteignant quelque 20 degrés.

     

    La nébulosité sera importante lundi après-midi et en soirée et sera accompagnée de pluies, voire d’orages et de grêle. Bref, si vous devez sortir, n’oubliez pas votre parapluie…

    Des précipitations abondantes pourraient tomber en peu de temps localement, principalement sur le centre du pays. Le temps restera par contre généralement sec à la Côte. Un vent modéré, assez fort au littoral, soufflera de secteur sud-ouest. Les maxima atteindront 15 à 19 degrés.

    Durant la nuit, le temps restera nuageux, avec des risques d’averses. Les minima se situeront entre 9 et 13 degrés.

     

    Mardi, le temps sera variable à très nuageux, avec des ondées qui pourraient tourner à l’orage, surtout sur l’intérieur du pays. Au littoral, il fera à nouveau plus sec. Un vent modéré soufflera de secteur ouest/sud-ouest. Le mercure atteindra quelque 14 degrés en Ardenne et 16 à 19 degrés ailleurs.

    La pluie continuera de tomber régulièrement jusque vendredi, toujours accompagnée de possibles orages. À partir de samedi, il pleuvra moins. Dimanche, le temps sera vraisemblablement sec, avec une alternance de soleil et de champs nuageux. Les températures à la mi-journée se situeront autour des 18 degrés.

    À partir de la semaine qui suit, il fera plus sec et plus chaud.

    source info clic ici 

  • Nandrinois L’Euro et la Belgique sous le soleil en juin

    météo.JPG

    De nombreux supporters de football se posent deux questions : la Belgique ira-elle loin à l’Euro 2016 et fera-t-il bon au mois de juin et de juillet ?

    Si nous n’avons pas la réponse à la première, on a une tendance pour la seconde !

    Soyez rassurés, le thermomètre reprendra vite des couleurs avec le retour des vingt degrés annoncés pour le lundi 23 mai.

    Nous avons demandé à Philippe Mievis de MeteoBelgique de nous dire à quoi s’attendre pour les mois de juin et de juillet.

    Il ne s’agit pas de prévisions sûres à 100 % mais bien de tendances saisonnières. « La tendance orageuse devrait se confirmer, surtout pour la fin mai et le mois de juin », prévient-il.

    « Quant à l’été qui nous attend, les premières tendances l’annoncent comme assez proche des normales, à la fois pour l’insolation, les températures et pour les précipitations ». Commençons par la seconde décade du mois de mai qui sera donc plus douce que la première avec des périodes ensoleillées plus fréquentes.

    « Ce serait même un temps agréablement printanier qui devrait influencer notre pays durant quelques jours ».

    PAS DE CHALEUR EN JUILLET

    Ensuite, la dernière décade devrait à nouveau être soumise à un temps variable. « Les précipitations ne seront pas toujours au rendez-vous mais une nébulosité assez abondante devrait nous empêcher de profiter des températures qui seront légèrement excédentaires ». Attention au risque d’orages qui pourraient se montrer modérés à forts.

     Juin.

    Ce mois, le premier de l’été météorologique, devrait être un peu plus sec et plus chaud que la normale. « Mais avec une instabilité récurrente.

    Le mois sera souvent sous dominance anticyclonique mais cet anticyclone ne sera pas toujours idéalement placé pour nous installer dans des masses d’air sèches et chaudes ». Le temps sera donc assez variable. « Mais de belles journées seront au programme ».

    Juillet.

    Le premier mois des vacances scolaires s’annonce, poursuit Philippe Mievis, proche des normales pour tous les paramètres : « C’est-à-dire au niveau des températures, des précipitations et de l’insolation. Si l’on excepte l’un ou l’autre épisode orageux, il ne devrait pas y avoir de phénomènes extrêmes ». Donc, pas de vague de chaleur intense.

    Source  PIERRE NIZE  Sudpresse Sudinfo page 19 samedi 14 mai 2016 http://journal.sudinfo.be/

  • Les saints de glace en avance à Nandrin ?


    stg.jpgLes saints de glace correspondent à une certaine période climatologique bien définie dans le temps.
     Chaque année, comme d’ailleurs en 2015 les saints de glace auront lieu les 11, 12 et 13 mai 2016.
     Vous pouvez désormais retenir cette date car elle est identique l’année prochaine !
     
    Les saints de glace permettent aux agriculteurs de connaitre avec une efficacité plutôt redoutable, les dates de fin de gel de l’année. 
    En effet, les saints de glace définissent la fin de la période hivernale et plus précisément la fin du gel.
     
    D’autres pays fêtent également ces saints mais pas forcément aux mêmes dates.
     
    Saint Mamert introduit la fête des Rogations à partir de 470, afin de mettre fin à une série de calamités naturelles.
    À cette occasion les paysans se retrouvaient et récitaient au cours de processions paroissiales des prières pour protéger les cultures durant ces jours critiques. 
    Le patronage de ces saints ne se révélant pas toujours favorable, ils ont fini par incarner le retour du froid.
     
    La plupart des calendriers mentionnent actuellement d'autres saints à fêter ou invoquer ces jours-là : Estelle, Achille et Rolande. Le changement date de 1960 :
    l'Église catholique a alors décidé de « remplacer » les saints associés aux inquiétudes agricoles (réminiscence de paganisme au regard du Vatican) par d'autres saints et saintes qui n'auraient aucun lien avec ces croyances populaires.
     
    Saint Mamert, fêté le 11 mai, remplacé par Sainte Estelle.
    Archevêque de Vienne en Gaule, mort en 474, a institué les Rogations, qui signifient prières de demande liturgique. Il ordonna trois jours de prières contre les calamités, juste avant l’Ascension.
    Saint Pancrace, fêté le 12 mai, remplacé par Saint Achille.
    Neveu de Saint-Denis martyr, mort en 304 à l'âge de 14 ans. 
    C'est le patron des enfants.
    Saint Servais, fêté le 13 mai, remplacé par Sainte Rolande.
    Évêque de Tongres en Belgique (mort en 384), premier évêque attesté du Civitas Tungrorum. 
    Il fut le premier à disparaître du calendrier, remplacé en 1811 par Saint Onésime et aujourd'hui par sainte Rolande. Saint Gervais est souvent cité en lieu et place de Saint Servais.
    Aux trois premiers saints, les régions plus septentrionales (en Lorraine et Alsace, les gelées plus tardives peuvent aller jusqu'au 25 mai) ajoutent également :
     
    Saint Boniface fêté le 14 mai, à l'origine du dicton « Le bon Saint-Boniface, Entre en brisant la glace ».
    Saint Yves fêté le 19 mai. Considéré comme le dernier saint de glace en Bretagne, il est à l'origine du dicton « Craignez le petit Yvonnet, C'est le pire de tous quand il s'y met ».
    Saint Bernardin le 20 mai, à l'origine du dicton « S’il gèle à la Saint-Bernardin, Adieu le vin »1.
    Sainte Sophie le 25 mai, aussi nommée kalte Sophie en alsacien et en allemand.
    Saint Urbain le 25 mai.
    Dans une région plus méridionale comme la Ligurie en Italie du Nord, ce sont les 12, 13 et 14 mai : San Pancrazio (saint Pancrace), San Servazio (saint Servais) et San Bonifazio (saint Boniface) (cf. Il Bugiardino 2013, lunario rurale e popolare delle terre liguri " - Genova)
     
     
     
     

  • En avril, ne te découvre pas d’un fil, dernières neiges sur Nandrin ?

    neige 24 avril 2016.jpgLe dicton «en avril, ne te découvre pas d’un fil» n’aura jamais été aussi vrai.

    Après avoir connu des températures allant jusqu’à 18 degrés la semaine passée, le temps va, à présent, nettement se détériorer.

    Au programme de ce dimanche: «Des averses descendront de la Mer du Nord et traverseront régulièrement notre pays sous forme de giboulées parfois assez intenses et éventuellement accompagnées de grésil et d’un coup de tonnerre», met en garde l’IRM.

    De la neige est attendue en Ardenne, avec des températures nocturnes qui passeront sous la barre des zéros. Les épandeuses sont, elles, sur le qui-vive.

    Le Service Public de Wallonie conseille d’ailleurs aux usagers d’adapter leur vitesse aux conditions météo, de respecter les distances de sécurité et de redoubler de prudence dans les zones telles que les ponts et les bretelles d’autoroutes.

    Le temps restera changeant jusqu’à mercredi.

    La deuxième partie de la semaine devrait, elle, quelque peu se réchauffer mais le temps restera instable.