Météo

  • Nandrinois samedi prochain, on pourra enfin profiter du soleil !

    Les prévisions météorologiques sont formelles : la fin de semaine sera ensoleillée.

    Aujourd'hui mercredi, ce sera aussi assez doux, mais l’IRM prévoit de régulières averses, qui pourront localement être intenses et même accompagnées d’un coup de tonnerre.

    Le temps devrait devenir progressivement sec à partir de jeudi. Il fera par contre un peu moins doux avec des maxima proches de 11 degrés. Les températures devraient ensuite remonter pour atteindre les 20 degrés, voire localement un peu plus, samedi prochain ! -

  • Nandrinois attention le seuil d’alerte est dépassé !

    Et comme si le froid ne suffisait pas à plomber l’atmosphère, voici que la qualité de l’air ajoute son grain de sel aux soucis de santé des Belges. Mercredi matin,la Cellule interrégionale de l’environnement (Celine) annonçait que le seuil d’information des particules fines, établi à 50 μg/m3 , était dépassé dans les trois Régions du pays depuis 1h du matin.

    PAS DE FEU DE BOIS

    Selon Celine, la situation atmosphérique n’était guère favorable à la dispersion des polluants et aucune amélioration n’était à attendre dans les 24 heures. L’agence de l’environnement flamande, Vlaamse Milieumaatschappij appelait d’ailleurs sa population à ne pas faire de feu de bois. Et de n’utiliser que du bois non traité au cas où une flambée serait malgré tout indispensable.

    Lors de la combustion du bois, des substances nocives pour la santé telles que les particules fines, les dioxines et les HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) sont en effet libérées. Le site Info Meteo expliquait cette pollution non seulement par la situation anticyclonique mais aussi par un flux de nord-est amenant des polluants supplémentaires en provenance des grosses usines allemandes de la Ruhr.

    En attendant que la situation s’améliore, les personnes fragiles devraient s’abstenir de tout effort intense. 

    PIERRE NIZET

    Source 

  • Nandrinois attention on meurt plus quand il fait froid, mais pour diverses raisons

    La Belgique grelotte pour le moment. Et cela va durer au moins jusqu’au dimanche 4 mars. Bien plus que le vortex, c’est le nombre de morts que nous craignons. L’Institut Scientifique de Santé publique suit les courbes de mortalité sur son fameux BeMOMO, le Belgian Mortality Monitoring. Il s’agit de son système de surveillance hebdomadaire de la mortalité toutes causes en Belgique.

    « À cause du délai d’enregistrement des certificats de décès, nous ne pouvons voir les excès de mortalité qu’après 4 semaines. Les conséquences de la vague de froid de cette semaine 8 sur la mortalité pourront être obtenues qu’à partir de la semaine 12 », précise Natalia Bustos qui se penche sur les courbes de mortalité en Belgique.

    Elle vient d’ailleurs de sortir son rapport sur la surveillance de la mortalité toutes causes en Belgique durant l’été 2017. « Il faut savoir que nous coupons l’année en deux : de la semaine 20 à 40 que nous considérons comme la période estivale et de la semaine 41 à 19 que nous considérons comme la période hivernale ».

    LA POLLUTION,

    AUSSI Sur base de ces chiffres, on peut affirmer que deux tiers des Belges décédés ont succombé durant la période hivernale. « Pour l’ensemble de la population, le taux brut de mortalité à l’été 2017 était à 348,6 décès pour 100.000 habitants contre 594,5 décès pour 100.000 habitants à l’hiver 2016-2017 ».

    En s’attardant sur les 107.981 morts en Belgique du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2016, on apprend que les mois les plus « meurtriers » sont janvier et mars (10.210), février (9.990) et décembre (9.694). Le mois de septembre est le moins « tueur » avec 7.913 décédés en moyenne ce mois-là.

    On sait donc qu’on meurt plus quand il fait froid mais on ne sait pas encore vraiment pourquoi. « Il peut y avoir plusieurs raisons », explique Sophie Wuilmot, médecin à l’ISP et donc collègue de Natalia Burgos. « Il y a sans doute le froid, il y a la grippe mais il y a d’autres facteurs, comme la pollution qui augmente quand la température baisse fortement ».

    LE 22 JUIN « MEURTRIER »

    Et, inversement, les pics de chaleur peuvent aussi provoquer une hausse des décès. Dans son rapport, Natalia Burgos écrit que la surmortalité de la population s’est globalement limitée à l’épisode de forte chaleur du 22 et 23 juin, seule période où la phase de vigilance du plan « forte chaleur et pics d’ozone » a été déclenchée plus de deux jours consécutifs cet été. Le 20 juin, on avait enregistré une très forte concentration d’ozone.

    « Deux jours plus tard, il y a eu des excès de mortalité significatifs dans la population générale avec 370 décès durant cette journée ».

    Soit 109 morts de plus que la normale. Ces conditions extrêmes avaient eu un impact immédiat et sur toute la population, « pas seulement sur les personnes âgées », conclut la scientifique. -

    PIERRE NIZET

    Source 

    froid.JPG

  • Jusqu’au Carnaval de la neige ??? !!!

    Cette semaine, le temps sera généralement sec avec de larges éclaircies.

    Il fera plus froid avec des maxima à peine positifs et des gelées nocturnes généralisées. Selon les prévisions de l’Institut royal météorologique (IRM), les minima pourront atteindre les -7 degrés.

    « Nous entrons dans une période de temps froid et sec, pour toute cette semaine. Au-delà de 450 mètres, il y aura une quinzaine de centimètres de neige, jusqu’au week-end prochain. En Ardennes, il fera entre -7 à -12 degrés et -10 à -12 degrés là où il y a de la neige », nous informe le météorologiste Luc Trullemans.

    10 JOURS DE GRAND FROID

    Et le dégel n’est pas pour tout de suite, d’après le météorologiste David Dehenauw.

    « Nous sommes partis pour dix jours de plaisirs d’hiver en Ardenne, avec entre dix et vingt centimètres de neige au-delà de 500 mètres de hauteur », ajoute-t-il. Le début des vacances de Carnaval s’accompagnera même d’un retour de la neige, vendredi.

    Audessus de 400 mètres de hauteur, cela tiendra.

    Il continuera à faire froid et sec jusqu’au lundi des vacances de Carnaval, le 12 février.

    Article de - LDC

    Source 

  • Le froid va faire son retour en février

    ukhm9lsq.gifLa douceur de ces derniers jours est tout à fait exceptionnelle. Denis Collard, météorologue de la RTBF : « Il est vrai qu’on a eu un mois de janvier relativement doux avec des températures dépassant parfois de 5 à 7 degrés les normes de saison. Cela a pu être assez surprenant comme la journée du 24 janvier), spécialement chaude. Les conditions pour qu’on ait un épisode de froid n’ont pas encore été réunies cette année. »

    David Dehennauw, présentateur météo de VTM et RTL, ajoute pour sa part : « Comparé aux années précédentes, janvier 2018 fait partie du top 10 des mois de janvier les plus chauds enregistrés, il détient la 8e place du classement.

    La température moyenne atteint 5,8o alors que la moyenne correspond à 3,3. On peut donc dire que nous avons eu un mois de janvier doux. Au niveau des précipitations, nous sommes plus ou moins dans les normes avec 68 mm. Cependant, en ce qui concerne la luminosité, nous en sommes à 20h d’ensoleillement au lieu de 58h en moyenne… soit trois fois moins !

    » DE LA NEIGE À PRÉVOIR

    Pour ce qui est des prévisions, David Dehennauw se montre très précis.

    « Pour début février, on s’attend à un retour du froid. Dès la fin de la semaine prochaine, il y aura très probablement de la neige en Ardennes et un risque pour le reste du pays.

    Pour la semaine d’après, celle avant les vacances de carnaval, on dénote des températures dans les normes de saison, c’est-à-dire de 0 voire -2 à 5 degrés en plaine et de -5 voire -7 à 0 degré sur les hauteurs.

    De la neige fondante ou du grésil ainsi que du gel sont donc prévus pour l’ensemble du pays et plus uniquement sur les Ardennes cette fois. Le froid, comparé à janvier, va bel est bien refaire surface ! » Ne rangez pas trop vite bonnets et écharpes... 

    ÉDOUARD FRANC0

    Source 

  • Les deux tempêtes que notre pays a subies en ce début d'année 2018,vont plomber les statistiques en matière d’assurance.

    m.jpgLes deux tempêtes que notre pays a subies en ce début du mois de janvier, à 15 jours d’intervalle, vont plomber les statistiques en matière d’assurance. La première tempête a frappé notre pays le 3 janvier.

    Contrairement à celle de la semaine dernière, qui s’est acharnée sur la Flandre et plus encore sur les Pays-Bas, la tempête du 3 janvier a surtout frappé la Wallonie. Les dégâts cumulés, toutes compagnies confondues, s’élèveraient à près de 40 millions d’euros, pré- cise-t-on chez AG Insurance sur base de données fournies par Assuralia.

    Ce jour-là, on a dénombré essentiellement des toits endommagés ou détruits, des panneaux solaires arrachés, des cabanes de jardin, des clôtures et des murs d’enceinte abîmés. 800 DOSSIERS EN UN JOUR Une seconde tempête a frappé jeudi dernier.

    « 8.000 dossiers de sinistres ont été rentrés chez nous », explique Laurence Gijs, responsable communication chez AG qui représente 25 % du marché de l’assurance habitation.

    « C’est plus que le 3 janvier. Et, à titre comparatif, c’est 3 fois plus de sinistres enregistrés qu’un jour normal en Wallonie et… huit fois plus qu’un jour normal en Flandre. » « Si les premières estimations chiffraient les dégâts du 18 janvier à 50 millions d’euros, il faut les revoir à la hausse », insiste Laurence Gijs.

    « On n’en sortira pas à moins de 70 ou 80 millions d’euros pour cette seule journée. » En deux jours de grands vents sur les 15 premiers jours de janvier, les dégâts « tempête » atteignent déjà près de 120 millions.

    Nul ne peut prévoir les catastrophes que notre pays enregistrera encore d’ici le 31 décembre. Sur les 10 dernières années, 4 ont été lourdes en dégâts tempête.

    > 2016. Les pluies intensives et orages avaient provoqué de terribles inondations en mai et juin, occasionnant 305 millions de dégâts.

    > 2014.La grêle exceptionnelle le jour du match Belgique-Tunisie en préparation au Mondial 2014 avait provoqué 656 millions d’euros de dégâts.

    > 2010. La grosse tempête de juin et surtout les inondations de novembre et décembre avaient provoqué plus de 253 millions.

    > 2007. L’énorme tempête Kyrill avait provoqué à elle seule 213 millions d’ € de dégâts.

    > 2017. Par contre, l’année aura été relativement calme en matière de tempête.

    Article de  M. ROYER

     

    Source info clic ici 

  • Nandrinois attention Restez à l'abri le numéro 1722 est activé dès minuit

    3157328746.JPGEn prévision des intempéries de la nuit prochaine le 1722 sera activé à partir de 24hoo.

    C'est ce numéro qu'il faut former en cas de chutes d'arbres,d'inondations.

    Le 112 étant réservé aux interventions qui concernent un danger vital.

    Restez à l'abri, rangez les objets susceptibles de s'envoler, gardez vos fenêtres fermées, rentrez vos animaux et prudence sur les routes !

     Un avertissement a été lancé pour ce jeudi entre 4h du matin et 14h

    il est orange pour la Flandre et Liège le vent pouvant atteindre 80 à 100 km/h sur tout le pays 

  • Une maison de la rue sur Haies Nandrin a été littéralement soufflée et détruite par les fortes rafales de vent

    Une famille de 8 personnes a dû être relogée après avoir été victime de la tempête Eleanor, ce mercredi vers 5h du matin. Leur habitation, rue sur Haies à Nandrin, a été détruite par les importantes rafales de vent. La toiture de la maison s’est littéralement envolée. On ne déplore pas de blessé.

     

    C’est un véritable drame qu’a vécu une famille de 8 personnes dans la nuit de mardi à mercredi. La tempête Eleanor n’a pas épargné leur habitation, située rue sur Haies à Nandrin. « On peut dire que c’est une sorte de mini-tornade qui a sévi vers 4h30-5h du matin », a commenté le bourgmestre Michel Lemmens. « Les arbres ont été littéralement tordus à cet endroit, ainsi que dans d’autres sous-bois à proximité. »

    Difficile de pouvoir décrire exactement ce qu’il s’est passé. Ce qui est certain, c’est qu’un arbre a été soufflé et est tombé sur la voiture des occupants. La cuisine aurait également été touchée. Mais c’est surtout le toit de la bâ- tisse qui semble avoir lâché et a été soulevé par les fortes rafales de vent. La moitié de la toiture s’est d’ailleurs envolée sur la chaussée. « Il y a eu une telle différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur que les vitres ont même éclaté », a ajouté le mayeur, « comme si une petite explosion avait eu lieu. »

    Selon la zone de police du Codroz, qui est descendue sur place et a constaté les faits, à l’intérieur, une partie de la cheminée se serait effondrée dans la maison. Heureusement, on ne déplore aucun blessé, même si les dégâts occasionnés sont très importants. La maison est désormais inhabitable et le garage annexe a, lui aussi, été totalement détruit.

    Les pompiers de la zone Hemeco ont été appelés, afin de procéder à divers élagages et à la sécurisation des lieux. Le service travaux est aussi descendu sur place afin de libérer la voirie de la toiture. La famille a, d’abord, été hébergée chez des voisins, avant de trouver refuge chez des proches. Elle devrait, ce jeudi, pouvoir bénéficier d’un logement d’urgence mis à disposition par la commune. De manière générale, l’entité de Nandrin a été particulièrement touchée par la tempête.

    Les rafales de vent y ont été très puissantes.

     

    Des câbles électriques haute tension ont notamment été sectionnés, provoquant des coupures d’électricité sur une partie de la route du Condroz, au niveau des 4 bras et dans le centre de Nandrin. Début d’après-midi, la situation a pu être rétablie.

    « Tous les secours, pompiers, Resa et services communaux ont bien fonctionné », a relativisé le bourgmestre.

    E.D.

    Toutes les photos de Schroeders G. clic ici 

    LMFP Schroeders G.

    Source clic ici 

  • Eleanor, la pire tempête depuis celle de 1993 un arbre est tombé sur un habitation de Nandrinois

    3157328746.JPG

    La tempête Eleanor qui vient de traverser la Belgique est« la pire depuis 1993 », selon le climatologue Pascal Mormal.

    Mais rien de commun avec la « tempête du siècle » (dernier), celle de 1990, qui avait dévasté l’Europe.

    N’empêche, on a enregistré des rafales de vent à 127 km/h, ce qui a provoqué des dégâts très importants partout dans le pays. La Wallonie et Bruxelles ont été durement touchées, mais on ne déplore pratiquement que des dégâts matériels, à part quelques blessés légers, dont des personnes surprises dans leur voiture par la chute d’un arbre, à Braine-le-Château (Brabant wallon).

    CASCADE

    L’énumération des chutes d’arbres et des interventions de tronçonnage serait d’ailleurs trop longue, tant les arbres ont payé un lourd tribut à Eleanor.

    De même, nombre de câbles électriques menaçaient de tomber ou, déjà à terre, entravaient la circulation. Les secours ont également été appelés pour des toitures envolées et des panneaux publicitaires baladeurs.

    Épinglons la malchance de cette famille de Nandrin : un arbre est tombé sur son habitation. Dans sa chute, il a touché un véhicule, puis la toiture de la maison jusque dans la cuisine.

    La cheminée s’est alors effondrée à l’intérieur de la bâtisse.

    La moitié du toit s’est ensuite envolée sur la chaussée et des câbles électriques haute tension ont été sectionnés.

    Les occupants de la maison n’ont pas été blessés mais ont dû être relogés. Des centaines d’appels ont été passés chez les pompiers, on a même atteint un record en province de Luxembourg, avec 500 appels entre 4h et 9h.

    Quant au numéro d’urgence 1722, il avait reçu plus de 5.500 appels dès le début de l’après-midi. Si la région de Mons semble avoir été relativement épargnée, ce n’est pas le cas de ses voisines et notamment le Centre. À Bruxelles aussi, on a déploré des chutes d’arbres… et des interruptions de lignes de tram. Les véhicules étaient en effet sous la menace d’arbres instables.

    À Drogenbos (périphérie flamande de la capitale), un arbre est tombé sur une cabine de gaz, provoquant une fuite. Mais personne n’a dû être évacué. Dégâts aussi en région liégeoise et dans l’est du pays, avec des nombreuses chutes d’arbres dans le massif de l’Eifel.

    ALERTES INONDATIONS

    Ajoutons que de nombreuses rivières du sud du pays étaient placées sous étroite surveillance. On citera la Semois, qui débordait à Chiny, de la Lesse ou encore de la Senne et de ses affluents, qui ont fait l’objet d’un signal de pré- alerte. 

    B.J., AVEC LES ÉDITIONS RÉGIONALES

    source info clic ici 

    Photos LMFP Schroeders G.clic ici 

     

  • Nandrin n’a pas été épargnée par la tempête qui s’est abattue cette nuit du 2 au 3 janvier 2018

    D'important fait s’est tout de même produit à Nandrin la nuit du 2 au 3 janvier 2018, rue sur Haies, peu après 5h du matin.

    Un arbre est tombé sur une voiture et sur une partie d’une habitation, au niveau de la cuisine.

    Dès lors, la cheminée s’est effondrée dans la maison et la moitié de la toiture est tombée sur la chaussée. Un câble électrique à haute tension a également été sectionné.

    Le bourgmestre a été prévenu de la situation car les occupants ont dû être relogés.

    Extrait article de ED 

    Voir les photos de LMFP Schroeders G. a ajouté 49 photos à l’album Photos tempête 02-01-18 Nandrin — à Nandrin.

    https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1613819455352664.1073741993.870732099661407&type=3

    Vidéo sur la RTBF 

    https://www.rtbf.be/auvio/detail_les-degats-de-la-tempete-a-nandrin?id=2294988

     

    Huy-Waremme: arbres arrachés et coupures d’électricité (photos)

  • Réveil sous la neige dimanche 10 décembre 2017 et clôture du marché de Noël de Villers le Temple Nandrin en photos

     

    Le week-end s'achève sous un manteau blanc à Nandrin . 

    Villers-le-Temple à vécu pendant deux jours son marché de Noël ou gel ,verglas,neige,vent,vin chaud, soupe,alcool,musique,etc ont fait partie du programme. 

    Le blanc manteau de dimanche matin, clôture l'édition 2017 , et donne peut-être un peu l'Esprit de Noël qui s'oublie peu à peu, même dans nos vertes campagnes .

    Félicitations à l'organisatrice et aux exposants. 

    L'Album photos de la neige clic ici 

     

    marché de noel,villers le temple,neige

    marché de noel,villers le temple,neige

  • Il neige sur Nandrin aujourd'hui 29 novembre 2017 en photos

    24172398_10212492812708379_1465306229_n.jpgEn photos la neige sur Nandrin Clic ici 


    Avertissement IRM jusqu'à ce mercredi 20 heures (au moins): de la neige ou de la neige fondante sur tout le pays

    Les éclaircies alterneront avec les averses mercredi et jeudi. De la neige tombera en Ardenne ainsi que de la neige fondante sur le centre du pays, annonce l’IRM. Dès cette nuit, on a observé de la neige sur une partie des Ardennes.

    Les averses hivernales étaient déjà présentes mercredi matin, rendant les routes glissantes. Il fera relativement frais, avec des maxima voisins de 0 degré en Hautes Fagnes, de 4 degrés dans le centre et de 7 degrés à la mer.

    Info clic ici 

    24172398_10212492812708379_1465306229_n.jpg

  • Des températures à plus de 20 degrés. Jusqu’à la fin du mois !

    Vous n’avez peut-être pas cette impression mais cette année, et même l’été, a été déficitaire en matière de précipitations. Sur les quatorze derniers mois, entre juillet 2016 et septembre 2017, il n’y en a qu’un qui a connu un excédent : c’était le mois de novembre 2016

     

    Les Belges qui sont restés au pays cet été ne croiront pas cette information. Et pourtant, les statistiques ne trompent pas. Nous continuons à vivre en Belgique des mois trop… secs.

    Et cela dure, sauf la seule exception du mois de novembre 2016, depuis juillet de l’année précédente. Nous avons en effet pris notre calculette et additionné les litres tombés sur les 14 derniers mois à Uccle (NdlR : du 1er juillet 2016 au 22 septembre 2017) ainsi que le nombre de jours de pluie.

    Durant cette période, 746,9 litres d’eau au mètre carré ont été ré- coltés à l’Institut Royal Météorologique. Normalement, en se basant sur les normales, nous aurions dû avoir… 1.074,1 litres. Le passif est donc de 327,2 litres.

    Ce qui est énorme. Pendant ce même laps de temps, nous aurions dû avoir 242 jours de pluie, sur les 14 mois.

    Là, on en a eu… 206. Soit une différence de 36 jours. Plus d’un mois ! Même l’été « pourri » que nous avons eu en Belgique n’était pas vraiment si pourri que cela.

    Tant juillet (-15,2 litres) qu’août (-8,5 litres) ont connu un déficit pluvieux. Pour le mois de septembre, cela sera serré. Au 22 septembre, il a été récolté près de 60 litres.

    Soit 9 litres de moins qu’un mois de septembre « normal ».

    SEC DANS LA BOTTE DU HAINAUT

    En regardant les prévisions jusqu’à la fin de ce mois, on ne pré- voit pas beaucoup de précipitations. Le site de l’IRM en prévoit pour jeudi prochain. Celui de MeteoBelgique l’annonce plutôt pour le samedi 30 septembre. Reste à savoir qui aura raison ! La température devrait dépasser les 20 degrés entre ce dimanche et le dimanche suivant. On n’osera pas parler d’été indien, de peur de froisser les météorologues. Un été indien, cela se passe sur le continent américain, pas européen !

    Parmi les 13 mois déficitaires enregistrés depuis juillet 2016, les plus secs furent, étonnamment, avril 2017 (15,2 l) et dé- cembre 2016 (22,7 l). Chaque mois, l’IRM s’amuse à sortir sa carte des précipitations tombées sur une année.

    Elle nous permet de voir les anomalies par rapport à une moyenne calculée entre 1981 et 2010. Certaines communes ont eu 50 % de moins que la normale. C’est le cas de Sivry-Rance, de Momignies (Hainaut) et des environs de Libin (Luxembourg). Par contre, d’autres communes ont été arrosées « normalement ». Elles se situent toutes en Flandre-Occidentale. Comme Blankenberge ou Dixmude. -

    PIERRE NIZET

    1147395687.25.JPG

     

  • Des Belges feront le voyage pour Éclipse solaire totale aux USA

    Les États-Unis s’apprêtent à vivre un événement astronomique exceptionnel : le 21 août, une éclipse solaire totale traversa le pays de part en part.

    Ce n’était plus arrivé depuis 1918. Ils seront des millions à assister au phénomène, dont des Belges.

    Le lundi 21 août, la Lune passera entre le Soleil et la Terre et une bande des États-Unis sera plongée dans l’obscurité d’ouest en est.

    Le phénomène traversera 14 États en près de deux heures. À l’intérieur de cette bande, l’éclipse sera visible environ deux minutes et plus selon l’endroit où l’on se situera.

    Environ 12 millions d’Américains vivent dans cette bande mais le 21 août, ils seront rejoints par des millions d’autres, des compatriotes mais aussi de nombreux touristes qui ont pré- vu de faire le déplacement expressément.

    Parmi ces derniers, des Belges, et notamment Roland Boninsegma et 19 de ses amis astronomes amateurs.

    AVEC SES PETITS-ENFANTS

    « C’est tout d’abord un voyage que je fais pour des raisons personnelles », explique Roland Boninsegma. « En 1999, nous n’avons pas pu profiter pleinement de l’éclipse solaire en Belgique parce qu’il y avait trop de nuages. J’ai donc voulu emmener ma famille, mes enfants et mes petits-enfants, dans une sorte de revanche. »

    Roland a soigneusement planifié ce voyage : « J’ai choisi l’Oregon parce que je sais que la météo y sera très favorable. À Albany où nous aurons posé nos valises, l’éclipse sera de 2 minutes et 2 secondes. J’ai préféré choisir un État éloigné du centre de la bande même si l’éclipse y sera moins longue de quelques secondes.

    Parce que dans le Wyoming par exemple, il faut se dé- placer en voiture et qu’il risque d’y avoir pas mal d’embouteillages.

    À Albany, notre hôtel est situé à proximité d’un parc où nous pourrons nous rendre aisé- ment à pied. » Roland n’emportera pas de matériel particulier : « Un appareil photo, une caméra, rien que des instruments légers.

    Et des lunettes pour toute la famille ».

    Le groupe profitera de son séjour pour visiter le fameux détecteur d’ondes gravitationnelles. L’éclipse solaire du 21 août sera filmée par 11 avions dont 3 de la Nasa, plus de 50 ballons stratosphériques, des satellites et par les astronautes de la station spatiale.

    La télévision de la Nasa retransmettra en direct les images du phénomène. On dit qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie une éclipse solaire.

    Si vous n’êtes pas du voyage cette fois-ci, rendez-vous le 2 juillet 2019 en Amérique du Sud, principalement en Argentine ou au Chili. En Europe, il faudra attendre le 12 août 2026 et ce sera en Espagne.

    - M.PAREZ

    1147395687.25.JPG

  • Nandrinois Pluie d’étoiles filantes sur la Belgique

    Les amateurs d’étoiles filantes pourront ces prochains jours exceptionnellement assouvir leur passion, prévoit la société météorologique Meteovista.

    La nuit de jeudi à vendredi était l’occasion idéale pour admirer ces étoiles filantes, en raison des éclaircies .

    Le meilleur moment pour les observer sera entre 2h et 4h car la Lune sera basse, ce qui permettra une obscurité suffisante.

    Pour les amateurs, notons que les Perséides, qui traversent l’atmosphère chaque année, sont prévues du 17 juillet au 24 août.

    Le point culminant est attendu le 12 août avec quelque 100 météores par heure.

    1147395687.25.JPG

  • C’est la bonne nouvelle de la météo pour cet été 2017

    L’été sera bien beau et plus chaud que la normale.

    C’est la bonne nouvelle de MeteoBelgique

    L e temps médiocre de début juillet est bientôt derrière nous, explique MeteoBelgique. Les tendances, pour les trois prochains mois de l’année, sont plutôt bonnes. Surtout entre le 15 juillet et le 15 août. Ainsi que pour septembre.

    Comme prévu par MeteoBelgique, le mois de juin a été plus chaud que la normale et plus sec. Lors des douze derniers mois, il n’y a qu’un mois où il y a eu plus de pluies que d’habitude. C’était en novembre. Entre le 1er juillet 2016 et le 30 juin 2017, le déficit de pluie en mètre carré à Uccle est de 304,9 litres. Il aurait dû pleuvoir pendant 200 jours.

    Nous en avons eu 52,5 de moins ! « Les derniers jours de pluie fin juin auront fait du bien aux nappes phréatiques, à nos jardins et surtout à nos cultures », pointe le météorologue Philippe Mievis.

    Qui réitère ce qu’il avait dit il y a un mois : « Même si la Belgique connaît actuellement un répit, la tendance chaude et, sans doute sèche, semble se confirmer pour les trois prochains mois ». Un seul bémol : la tendance aux orages semble également se confirmer, surtout fin juillet.

    « Les cotes pluviométriques prévues sont toujours plus délicates à cerner lors de prévisions d’épisodes orageux ». Concrètement, cela donne ceci :

     Juillet.

    Après quelques jours soumis à un temps (très) médiocre, une amélioration se dessine déjà.

    « On va rapidement revenir aux valeurs de températures conformes aux valeurs saisonnières, voire même un peu au-delà.

    Mais le temps restera assez variable et les périodes de temps plus ensoleillé devront partager la décade avec des passages nuageux et des averses, parfois orageuses ».

    Un temps qui devrait se prolonger pour la seconde décade avant une amélioration sensible en fin de décade.

    « Le retour d’un temps pleinement estival est ensuite prévu, avec le retour de la chaleur ».

    En fin de mois, une tendance orageuse s’affirmera, surtout au sud et à l’est du pays.

     Août.

    Il commencera sous la chaleur… lourde.

    Les inévitables orages l’accompagneront.

     

    « La tendance vers un rafraîchissement sera de plus en plus perceptible au fur et à mesure qu’on arrivera en seconde partie de mois ».

    On aura alors un temps classique d’un été « à la belge ».

     Septembre.

    Il s’annonce agréable, surtout dans sa première partie.

    On aura donc droit à des belles journées de fin d’été.

    « Un temps plus frais et un peu plus perturbé devrait néanmoins concerner la fin de ce mois ».

    Un mois qui devrait cependant être bien plus sec que la normale.

     PIERRE NIZET

    1147395687.25.JPG

  • Nandrinois l'été sera chaud ?

    Chaud en juillet et 15 jours en juin Selon MeteoBelgique, on va avoir droit à une voire à deux canicules cet été !

    Comme Météo France l’avait annoncé hier, l’été en Europe sera plus chaud que la normale. Et, si l’on en croit les tendances saisonnières de MeteoBelgique, notre pays ne va pas échapper à quelques vagues de chaleur. « La sécheresse se poursuit et l’été qui arrive ne s’annonce pas idéal pour combler le déficit hydrique », annonce Philippe Mievis, le météorologue qui ose se mouiller depuis quelques années. « Les précipitations, quand elles seront présentes, prendront surtout un caractère orageux, ce qui n’est bon pour personne, ni pour jardins, ni pour nos cultures ». En plus des possibilités d’inondations locales, l’eau ruisselle vers les égouts sans vraiment entrer en profondeur dans les terres.

    « Elles en auraient pourtant bien besoin ». La situation devient préoccupante.« Elle l’est pour nos nappes phréatiques. Ainsi, par exemple, la percolation dans les grottes de Han est à un niveau exceptionnellement bas. Elle l’est aussi pour nos agriculteurs qui ont déjà été mis à mal par les gelées généralisées de la fin avril »

     

    La tendance à un été plus chaud que la normale se confirme donc. « De belles périodes estivales avec sans doute une ou deux vagues de chaleur, mais aussi des orages ».

    Tel sera le scénario pour la seconde partie de juin et pour tout le mois de juillet. La première partie du mois de juin, celle que nous avons entamée, est plus mitigée. « Il faudra compter une dizaine de jours d’un temps plus mitigé et plus variable,grosso modo du 5 au 15 juin ». La fin du mois présentera un temps lourd et… désagréable. Les orages seront, selon MeteoBelgique, plus attendus à l’est et au sud du pays.

    CANICULAIRE ET ORAGEUX

    Le mois de juillet devrait poursuivre sur la lancée de juin. « Le début du mois pourrait être fort chaud, caniculaire, avant une nouvelle dégradation orageuse. Mais les températures, si elles fléchissent quelque peu, devraient rester supérieures aux normales durant tout le mois ».

    Malheureusement, les orages resteront présents. Ils seront, par moments, particulièrement intenses. Reste à parler du dernier mois de l’été climatologique. L’indice de confiance est de 60 % pour le mois d’août. « Il devrait être moins estival que les deux mois qui l’ont précédé. Après une transition orageuse, les températures devraient reprendre leurs valeurs saisonnières ». La pluie devrait – « enfin », pour les agriculteurs – apparaître de manière continue. « Elles perdront progressivement leur caractère orageux ». -

    PIERRE NIZET

    1147395687.25.JPG

     

  • Nandrinois profitons du début de semaine normalement des pointes à 25 voire 26 degrés

    2438030797_1.jpgDe lundi à mercredi, le temps deviendra chaud et estival avec du soleil ainsi que des températures qui se rapprochent des 25°.

    Mercredi, les pressions seront en baisse, mais il fera souvent sec et ensoleillé malgré la présence de nuages d'altitude. Toutefois, la présence d'une perturbation sur les îles Britanniques provoquera une nébulosité plus importante à la côte où une averse sera possible. Nous connaîtrons des températures maximales élevées, variant entre 21 degrés en Ardenne et 26 degrés (voire localement davantage) dans le centre. Le vent sera faible à parfois modéré de sud à sud-est.

    1147395687.25.JPG

  • Normalement Le week-end sera doux à Nandrin

    thn.3.jpgLe week-end sera doux avec des embellies mais un vent sec et frais venant de Scandinavie nous arrivera la semaine prochaine avec des températures restant trop basses pour la saison.

    La persistance d’un anticyclone près de l’Islande nous maintiendra ce vendredi dans un flux nuageux et frais d’est à nord-est avec des températures comprises entre 12 et 16º.

    Samedi

    Ce même courant s’infléchira quelque peu vers l’est samedi sous l’influence d’une dépression qui arrosera une grande partie de la France.

    Par la même occasion un air plus doux en provenance d’Allemagne envahira nos régions et nous pourrons alors espérer un temps plus agréable avec quelques heures de soleil et des températures maximales remontant entre 15 et 18º en Ardenne et entre 18 et 21º dans les autres régions.

    Dans la nuit de samedi à dimanche il se pourrait que quelques pluies se manifestent surtout sur la moitié sud du pays.

    Dimanche

    Comme cette perturbation française glissera vers l‘est, mis à part quelques petites pluies matinales sur le relief ardennais, dimanche s’annonce sec avec encore quelques heures de soleil et des températures généralement comprises entre 13º et 14º près de la mer et en Hautes Fagnes et 17 à 20º dans les autres endroits.

    Pour la semaine 

    Le vent tournera plus au nord ce qui expliquera le rafraîchissement de la masse d’air au cours des prochains jours.

    De lundi à mercredi prochain, l’anticyclone septentrional reprendra ses droits en organisant sur nos régions un courant sec mais frais en provenance des pays scandinaves.

    Si lundi il faudra encore tenir compte d’assez bien de nuages, le temps redeviendra plus lumineux ensuite avec 5 à 8 heures de soleil par jour.

    Par contre les températures auront vraiment du mal à décoller avec, la nuit et le matin, des minima entre 2º et 9º et l’après-midi des maxima d’à peine

    11 ou 12º en bordure de mer et en Haute Ardenne, et entre 15 et 17º en plaine.

    Jeudi et vendredi prochain, une nouvelle perturbation arrivée sur la France, commencera à nous influencer avec quelques pluies à partir du sud du pays mais aussi avec le retour d’une petite douceur dans les températures qui pourront revenir alors entre 17 et 19º en plaine.

    Le week-end prochain

    Quant au week-end du 13-14 mai le vent viendrait du sud ou du sud-ouest maintenant de l’air doux en provenance du sud-ouest de la France avec régulièrement, en alternance avec des pauses ensoleillées, des épisodes d’averses ou de pluies dans un air où les températures diurnes reviendraient autour de 20º en plaine.

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

  • Nandrinois les prévisions météo pour cette été 2017


    2438030797_1.jpgLe mois d’avril a été moins chaud que le mois de mars. Pour une fois, MeteoBelgique n’avait pas tout prévu. En cause, une dernière décade plus froide due à un anticyclone qui s’est positionné sur l’Atlantique. Nous avons quand même demandé à Philippe Mievis, le météorologue qu’il nous livre ses tendances saisonnières, ce qui est prévu pour les mois de mai, juin et juillet. 

    Mai.

    Le temps devrait être assez variable jusqu’à la fi n de la seconde décade. Au programme : quelques averses, des passages nuageux et des éclaircies. « Avec, sans doute, un refroidissement temporaire à la période des Saints de Glace.

    Mais sans réels excès ». La dernière décade s’annonce nettement plus printanière, voire estivale. « Avec une hausse sensible des températures et une tendance à un temps plus sec et plus ensoleillé ». Mais attention aux orages.

     Juin.

    Il s’annonce estival avec de belles journées chaudes et ensoleillées. « L’été devrait être au rendez-vous, voire même avec un peu d’avance cette année ». Mais, en arrivant à la fi n de mois, le risque de gros orages sera élevé.

    « Notons une probabilité non négligeable d’une vague de chaleur en cette fi n juin qui pourrait se prolonger début juillet ».

     Juillet.

    Il devrait poursuivre sur la lancée de juin : chaud, estival et à l’insolation souvent généreuse. « Mais, aussi, à tendance orageuse.

    Une tendance encore plus perceptible qu’en juin. Un petit rafraîchissement avec le retour de températures de saison devrait s’opérer en fi n de mois »

     PIERRE NIZET

    metéo.JPG

    1147395687.25.JPG

     

  • Nandrin en météo

    météo.jpgMeteo-Belgique nous livre ses tendances saisonnières pour les mois d’avril à juin. Après un mars exceptionnel, avril s’annonce ensoleillé et beaucoup moins pluvieux que la normale. Alors, en avril, on va pouvoir se découvrir de plus d’un fil !

    Au mois d’avril, ne te découvre pas d’un fil.

    Hier, pourtant, vous avez été nombreux à profiter de la température extérieure pour faire un barbecue ou profiter d’une terrasse. Et, si on en croit les tendances livrées par Meteo-Belgique, les vacances de Pâques s’annoncent sympathiques.

    Aussi sympa que le mois de mars qui s’est terminé de bien belle manière.

    La température moyenne était de 9,6o , soit un record de chaleur puisque le dernier remontait à 1991 (9,5o ). On a aussi eu droit à une durée de l’ensoleillement anormale avec 155 heures et 52 minutes enregistrées à Uccle alors que la normale est de 113h et 57 minutes. Il n’a plu que 10 jours sur Uccle.

    Ce qui est considéré comme très anormal par l’IRM, la normale étant de 17,8 jours.

    Le mois d’avril ?

    « Le temps plus frais et perturbé de ce tout début d’avril ne sera qu’une parenthèse entre eux périodes de temps doux pour la saison et à l’insolation généreuse », explique Philippe Mievis, le météorologue nous donnant ses incontournables tendances saisonnières. « Le soleil et la douceur vont reprendre leurs droits.

    Pour le plus grand bonheur des amateurs de temps printanier, mais sans doute moins des personnes qui souffrent du rhume des foins ».

    Ces quelques jours vont en effet s’avérer pénibles pour les personnes allergiques au pollen du bouleau.

    La seconde décade s’annonce plus mitigée avec un retour des températures plus fraîches.

    « La fin de cette seconde décade, de même que la dernière, devrait à nouveau être plus doux et globalement plus sèche ». Avec un bémol : l’arrivée des orages. Des orages qui auront tendance à se généraliser dans la seconde partie du mois de mai. « Les quantités de précipitations seront alors parfois importantes ».

    GARE AUX ORAGES

    Quant au mois de juin, il devrait, lui aussi, être plus chaud que la normale. « Il devrait commencer sur un mode assez estival avec de belles journées chaudes et ensoleillées », poursuit Philippe Mievis.

    « Après une bonne douzaine de jours de ce régime estival, une nette dégradation orageuse pourrait s’affirmer ». Les températures resteront assez chaudes mais les orages, et un temps lourd dû à une humidité importante, gâcheront le temps de cette fin juin. « Attention, les orages pourraient être sévères avec des précipitations importantes et subites, du vent et de la grêle ». Cela reste à confirmer dans les prochaines analyses… -

    Artcile de PIERRE NIZET

    météo.JPG

  • Le printemps à Nandrin le 20 et 21 mars 2017

     

    météoprintemps.gifDepuis à 10h28 et 38 secondes très précisément ! L'instant auquel les deux hémisphères de notre planète terre sont éclairés à égalité,c’est le printemps ! Equinoxe de printemps : le jour = à la nuit.

    Printemps les jours de plus en plus long jusqu'au solstice d'été du 21 juin

    Le printemps (de l'ancien français prins, premier, et temps) est l’une des quatre saisons de l’année, dans les zones tempérées. Il suit l'hiver et précède l'été.

    Il existe plusieurs définition du printemps : astronomique (demi-saison entre les jours les plus bas et les jours les plus longs de l'année), météorologique (demi-saison se trouvant entre les saisons froide et chaude) et calendaire (dont les dates varient selon les pays).

    Dans l’hémisphère nord, le printemps se situe entre le premier et le deuxième trimestre de l'année et dans l'hémisphère sud, il se situe entre le troisième et le dernier trimestre de l'année.

    Cette saison, marquant traditionnellement le renouveau dans la nature, se caractérise par un radoucissement progressif du temps, la fonte des neiges, le bourgeonnement et la floraison desplantes, le réveil des animaux hibernants et le retour de certains animaux migrateurs.

    Du point de vue météorologique, le printemps est une demi-saison se situant entre la saison froide et la saison chaude. Dans l'hémisphère nord, il comprend donc les mois de mars, avril et mai, précisément en météorologie, commençant le 1er mars et se terminant le 31 mai.
    Dans l'hémisphère sud, le printemps météorologique austral est inversé et se situe donc aux mois de septembre, octobre et novembre.
    le printemps sur le calendrier commence le jour de l'équinoxe de printemps (le plus souvent le 20 ou 21 mars) et se termine le jour du solstice d'été (le plus souvent le 21 juin).
  • Une semaine printanière à Nandrin

    météoprintemps.gifJusqu’à 18 degrés ce jeudi 16 mars 2017

    Les températures seront très douces ces prochains jours, avec de belles éclaircies.

    Pour la première moitié de la semaine, nous bénéficierons d’un anticyclone qui nous enverra temporairement un air un peu plus humide favorable à la formation de la grisaille matinale faite de brouillards ou de nuages bas.

    Mais ceux-ci se dissiperont pour laisser la place à des après-midi lumineuses et douces avec des températures diurnes entre 9 et 12° en bordure de mer et dans les Hautes fagnes.

    Elles seront cependant de 13 à 16° dans les autres régions. Le sommet de la semaine est attendu pour jeudi, où les températures avoisineront localement jusqu’à 18 degrés en plaine.

  • Intempéries pas mal d’interventions, aussi à Nandrin

    Archive nandrin blog vent.JPG«  Nous avons eu une grosse dizaine d’interventions  », nous dit-on du côté de la zone Hemeco, «  principalement pour des branchages tombés sur les routes et des tuiles qui se sont envolées de toitures, tant du côté d’Anthisnes que de Marchin, Huy, Wanze ou encore Nandrin.  »

     

    Source info Sudinfo clic ici 

  • Nandrinois les 15 degrés pour mercredi prochain,l'hiver, c’est fini!

    météoprintemps.gifLes deux semaines qui arrivent seront chaudes 

    Le mercure du thermomètre va grimper la semaine prochaine. Mercredi, il pourrait atteindre les 15 degrés en plaine. Une situation que le Monsieur Météo de RTL, David Dehenauw, verrait bien se prolonger au cours des deux prochaines semaines. De quoi espérer le retour du printemps plus tôt que prévu… 

     

    La semaine prochaine, les températures pourraient atteindre les 15 degrés dans le centre du pays et jusqu’à 10 degrés dans les Hautes Fagnes.

    Un climat anormalement doux pour la saison qui devrait se prolonger pour les deux prochaines semaines.

    Voilà qui pourrait bien être la fin de l’hiver.

    La semaine, il n’y aura plus que le calendrier pour nous rappeler que nous sommes en hiver.

    Les températures, elles, seront plus… printanières. « Dés lundi ,le soleil sera de retour .

    Il y aura, par contre un vent désagréable.

    Il devrait se dissiper mardi où des températures allant jusqu’à 11 degrés sont attendues. Mercredi, la journée sera lumineuse. Les maxima pourraient atteindre 15 degrés en plaine et dix degrés dans les Hautes Fagne s» commente David Dehenauw. De quoi dire que l’hiver est pratiquement derrière nous?

    Il n’y a un pas que le météorologue s’autorise à franchir. « Je ne vois pas un retour de l’hiver. La semaine prochaine sera chaude et selon les premiers schémas celle d’après également.

    Il n’y a pas d’indices annonçant un possible retour de l’hiver.

    Il se peut toujours que de nouveaux épisodes hivernaux surviennent mais des longues périodes de froid comme on a eu en janvier, c’est fini pour cette année ».

    Cette hausse des températures estelle donc également synonyme de fin de saison pour les amateurs de glisse dans les Hautes Fagnes?

    C’est bien possible, même si les gérants de station veulent encore y croire.

    « Depuis le début de l’hiver on a eu trois bonnes semaines de neige. C’est bien, mais pas exceptionnel. Mais je pense que ce n’est pas encore fini.

    Même si des températures élevées sont annoncées, on a vu par le passé qu"un retour de la neige en mars est toujours possible » commente Alexandre Féchir a gestionnaire de la station de ski au signal de Botrange

    Article de BRIEUC DUMONT source Sudinfo 

  • L’hiver n’est pas fini

    météo.JPG

    En avril, ne vous découvrez pas d’un fil

    Les tendances saisonnières ont été dévoilées par MeteoBelgique. Les voici.

    Février. La première décade sera douce et perturbée.

    «Cela veut dire qu’il y aura de la pluie et parfois même un vent tempétueux» , résume Philippe Mievis.

    L’incertitude est ensuite de mise.

    «Il semble qu’un intermède de temps plus froid et plus hivernal s’invitera dans le courant de ce mois de février.

    Il s’intercalera entre deux périodes perturbées et douces» .

    Il pourra arriver vers le 15 février et durera une semaine.

    «Globalement, février devrait quand même être en excédent thermique, avec des précipitations proches des normales et une insolation sans doute déficitaire».

     Mars. «Il semblerait que ce mois soit plus proche du temps que nous pouvons attendre à pareille époque de l’année» .

    La douceur de la fin février devrait vite faire place à un temps plus frais, avec des giboulées classiques.

    «La seconde décade devrait être plus calme, avec un temps plus froid, avant le retour du temps perturbé et doux en seconde partie du mois et en dernière décade, surtout».

     Avril. Mauvaise nouvelle, il ne s’annonce pas printanier.

    «Les périodes de temps plus stable seront rares.

    Une amélioration timide devrait néanmoins se dessiner en seconde partie du mois» .

    Article de P. N. source Sudinfo 

  • On va perdre 12 degrés en moins de 72 heures retour de la neige

    froid.gifRessortez vos pulls et manteaux: on va passer de 13 degrés ce jeudi à… 1 degré ce week-end, avec le retour de la neige

    L’Institut Royal de Météorologie annonce le retour de la neige sur les hauteurs dès ce samedi, avec des températures proches du négatif.

    On va perdre plus de dix degrés en moins de 72 heures…

    Vendredi, le temps sera sec sur la majorité du territoire et quelques belles éclaircies se développeront entre les champs nuageux, surtout sur le nord-ouest du pays. Dans le sud-est, la journée débutera avec des nuages bas qui pourront localement limiter la visibilité. Ensuite, la nébulosité variera aussi et une petite averse isolée n’est pas à exclure. En fin d’après-midi, le ciel se chargera à partir de la frontière française. Il fera encore assez doux avec des maxima de 5 à 11 degrés.

    Vendredi soir, le temps sera très nuageux et une faible zone pluvieuse traversera le pays en suivant une trajectoire sud-ouest/nord-est. Dans l’ouest, le vent deviendra assez fort avec des rafales de 50 à 60 km/h. À la mer, quelques averses seront possibles. La nuit, il fera généralement sec avec de nombreux nuages bas sur le sud-est et des éclaircies sur les autres régions. Minima de 1 à 5 degrés. La nuit, le vent deviendra partout modéré de secteur sud.

    Samedi, la nébulosité sera abondante avec graduellement de la pluie à partir de la frontière française. Sur les crêtes ardennaises, des flocons de neige pourraient même temporairement se mêler à la pluie. Les maxima seront compris entre 3 degrés en Haute Belgique et 8 degrés dans l’ouest du pays. Le vent sera d’abord modéré de sud à sud-est. Plus tard, il deviendra faible et variable.

    Dimanche, la nébulosité restera abondante avec de la pluie. En Ardenne, ce sera de la neige fondante ou de la neige. Les maxima se situeront entre 2 et 5 degrés au sud du sillon Sambre-et-Meuse et autour de 7 degrés ailleurs.

    Source Clic ici 

  • Le froid tue

    froid.gifAlors que la France assiste à une hécatombe due à une grippe meurtrière, on observe chez nous un regain d’activité dans les entreprises de pompes funèbres et dans les crématoriums. Si la grippe s’annonce aussi virulente chez nous que chez nos voisins, ce mois de janvier, qui est habituellement le mois le plus mortel dans notre pays, pourrait cette année battre des records. Le seuil épidémiologique devrait être atteint cette semaine. 

    «Neuf enterrements mercredi, huit jeudi et neuf vendredi! Nous venons de connaître une semaine hyperchargée» , nous confie Denis Fontaine, patron des entreprises funèbres Fontaine à Gilly (Charleroi).

    «Et la semaine qui ar
    rive s’annonce bien remplie puisque nous avons eu neuf décès déjà ce dimanche. Comparé à janvier dernier, nous enregistrons une hausse de 50% de décès. Pour ces deux premières semaines de janvier, nous avons déjà 60 décès, soit le total atteint sur l’ensemble de janvier 2016».


    CHARLEROI: 2 MORTS DE FROID La cause de ces décès?

    «Dans deux cas précis, c’est vraiment le froid qui a tué les personnes. L’une à Marchienne-au-Pont et l’autre, dans un squat non chauffé de Charleroi. À côté de cela, nous avons pas mal de personnes en difficulté qui décèdent à l’hôpital». Au crématorium de Ciney, on confirme que ce mois de janvier commence «fort». «Alors que l’on tourne avec une moyenne mensuelle de 190 défunts par mois, on est actuellement à 210 défunts mensuels», déclare Patrick Cavé, directeur.

    «Cela a légèrement allongé les délais: pour un décès qui survient lundi, il faut compter sur une incinération vendredi au lieu de jeudi. Pour faire face, on a aussi élargi nos horaires. On autorise maintenant les incinérations à 16 heures. La famille doit alors venir rechercher l’urne le lendemain». Au crématorium de Frasne-lez-Anvaing (Hainaut),
    on est déjà à 111 crémations à cette mi-janvier, contre 176 pour le mois de janvier 2016 complet.

    PLUS DE 320 DÉCÈS PAR JOUR

    Que dit l’ISP, l’Institut de santé publique? Les derniers chiffres disponibles (jusqu’au 15 décembre 2016) font état de 320 décès quotidiens (322 morts le15 décembre 2016, 325 le 13 décembre 2016, etc.), des chiffres au-delà des prévisions et que l’on atteint en général en janvier, et pas (déjà) en décembre. Va-t-on atteindre les records de l’hiver 2014-2015 avec la barre des 400 décès quotidiens franchieen février 2015?

    Trop tôt pour le dire. Mais il est clair que le froid que l’on annonce ces prochains jours ne va pas arranger les choses. À titre de comparaison, on est à environ 240 décès par jour en été. Car le froid… tue. Pourquoi? Nous avons posé la question au docteur Philippe Devos, chef du service des soins intensifs au Centre hospitalier chrétien Saint-Joseph Liège. «En général, 80% de l’augmentation des décès en janvier est imputable à la grippe», dit-il.

    «La grippe est considérée par beaucoup comme une maladie bé
    nigne, or, elle tue nettement plus que la route! En Belgique, la grippe (et ses infections secondaires) provoque la mort de 1.500 personnes environ par an. Pour les accidents de la route, on est sous les 800 tués par an. Lorsque des patients fort âgés sont frappés par la grippe et arrivent en soins intensifs, certains demandent aussi à ce que l’on ne s’acharne pas avec un respirateur…

    Il y a aussi les causes multifactorielles. Le verglas d’il y a sept jours par exemple a entraîné pas mal de chutes et des fractures de la hanche chez les personnes âgées. Chez les plus de 75 ans, l’alitement peut tourner en thrombophlébite, en embolie pulmonaire ou en bronchopneumonie, et ils peuvent en décéder». Autre élément, observé par le docteur Devos, mais qui n’a rien à voir avec le froid: le coup de blues.

    «Les dépressions liées à la période des fêtes et post-fêtes entraînent pas mal de suicides». L’épidémie de grippe devrait être atteinte cette semaine en Belgique. Le seuil est fixé à 140 consultations (pour signes grippaux) sur 100.000 habitants. On était à 133 mercredi dernier.


    CITADELLE: 50 ENFANTS/JOUR!

    Les hôpitaux sont prêts. Au CHC Saint-Joseph à Liège, les masques par exemple sont disponibles au service des urgences. «Si un patient arrive dans un état grippal, on lui fait porter le masque pour éviter qu’il ne contamine les autres patients et les accompagnants» , poursuit le docteur Devos.

    Les services pédiatriques sont eux déjà dans le feu de l’action. «Chez nous à la Citadelle, un enfant hospitalisé sur deux l’est à cause de la grippe», indique Nathalie Evrard, porte-parole de ce gros hôpital liégeois. «Soit 40 à 50 enfants par jour admis pour des symptômes grippaux, sur un total de 100 admissions». Et ce n’est qu’un début.

    Article de F. DE H. Source Sudinfo 

  • Tempête record à la Côte

    v7twg36i.gifLa Côte belge s’apprête à affronter la pire tempête de ces cinquante dernières années. Selon les prévisions de l’Agence des Services Maritimes et Côtiers (MDK), des vents importants, allant jusqu’à 9 beaufort, sont attendus.

    «  Ce sera le cas ce jeudi dans la journée, mais on s’attend aux plus fortes marées pour vendredi. Elles seront plus importantes que lors de la tempête de 2013 », explique Steve Timmermans, de la MDK. Vu l’ampleur de la situation, plusieurs événements ont été annulés.

    À Bredene, le plongeon du Nouvel An et le grand feu de samedi n’auront pas lieu. À Middelkerke, les plages seront fermées au public.

    Les amateurs de surf doivent également ranger leur planche. La commune de Middelkerke conseille aux personnes qui se rendent à la mer d’être prudentes dans les prochains jours et d’éviter la digue et ses environs.  

    Article de MP source S.I .

  • Retour du froid prévu le week-end prochain

    froid.gifDes piétons qui glissent, des voitures qui dérapent et le chaos qui s’installe sur les routes. Si la situation de samedi était particulière, la météo devrait être plus clémente ce dimanche. « Il va neiger sur les Hautes Fagnes mais le dégel qui a commencé à la Côte ce samedi avant de s’étendre sur l’ensemble du territoire devrait perdurer » commente le météorologue David Dehenaux. De là, à remettre écharpes, moufles et autres bonnets dans le fond du placard?

    Il y a un pas qu’il ne faudrait pas franchir…


    DE LA PLUIE

    « Des températures plus douces sont attendues pour la semaine prochaine. On pourrait atteindre des maxima de 7 degrés à l’intérieur du pays. Quelques chutes de neige sont attendues mais seulement dans les Hautes Fagnes.

     À l’intérieur du pays, un temps pluvieux est attendu ce mardi. Jeudi, il fera venteux. On s’attend à des vents atteignant cinq beaufort » explique le Monsieur Météo de RTL-TVI.

    Par contre, l’hiver lui ne fait que commencer.

    Pour le météorologue, de nouvelles températures négatives sont attendues dès vendredi prochain. Un froid qui devrait perdurer tout au long du week-end.

    Article de B.D Source SI