Les divers

  • Le 8 juin au matin, les opérateurs rendront inutilisables toutes les cartes s prépayées non identifiées

    i2.JPGLe stress monte, chez les opérateurs de téléphonie mobile.

    Le gouvernement leur a imposé d’identifier les détenteurs de toutes les cartes prépayées en circulation, avant le 7 juin prochain.

    À défaut, ils devront couper la ligne dès le lendemain.

    La mesure vise à empêcher désormais les terroristes d’utiliser ces cartes anonymes, qui compliquent fortement leur mise sur écoute. Il n’est d’ailleurs pas rare que ceux-ci les multiplient et se servent d’une carte par interlocuteur important, afin d’empêcher de démasquer l’ensemble de leur réseau si un de leurs numéros venait à être identifié. Pourtant, à six grosses semaines de l’échéance, on est loin du compte.

    Très loin, même. Selon des données disponibles ce vendredi à l’IBPT, seule la moitié des 3,4 millions de cartes prépayées actuellement en circulation aurait été identifiée.

    « La loi est pourtant claire : toute carte dont le détenteur n’est pas connu de façon certaine devra être désactivée dès le 8 juin, sans indemnisation financière possible », explique son porte-parole, Jimmy Smedts.

    « Si les gens se régularisent dans les jours qui suivent, ils pourront peut-être récupérer leur numéro. Mais s’ils attendent deux mois, le risque est grand que ce numéro ait été réattribué à quelqu’un d’autre, et qu’ils doivent alors en changer… »

    1147395687.25.JPG

     

  • Découvrez le nouveau site flambant neuf de votre journal La Meuse et profitez d'un mois gratuit

    1052195023.2.png

    Ce nouveau site, c'est le nouveau rendez-vous des accros de l'info régionale, exclusive et percutante.
    Avec du contenu régional exclusif, + de sport régional, + de 400 nouveaux articles chaque jour en direct, des services exclusifs (ex : les archives des 25 dernières années !), ... le tout sur un site pratique et intuitif.
    Vous pourrez également suivre le flux continu des articles en direct (très pratique, facile et rapide) et y trouverez tous les articles du journal papier (consultable aussi sur votre smartphone ou tablette).
    Si cela vous intéresse, vous pouvez consulter le site http://www.sudpressedigital.be pour plus d'informations et bénéficier d'un mois gratuit !
    L'édition numérique de notre région est ici http://huy-waremme.lameuse.be

    999129302.png

  • Des experts du paranormal pour une grande enquête aujourd'hui 1 er avril 2017 à Nandrin

     

    avril 2017 ;).JPG

    Il y a des manifestations étranges depuis un certain temps à Nandrin .

    Les bois de Fraineux chantent au lever du jour , une multitude d'accidents dans le triangle de la N 63 .

    Les vaches du rond-point ont les boules autour du cou !!!!

    Les coffres forts, migrants hors arrondissement. 

    Un tremblement de terre, dont l'épicentre se situe au millieu du village .

    Des politiques,qui ne savent plus leurs couleurs, ni leur groupe, votent avec les uns avec les autres.

    Des Manants Villageois osent manifester et réclament certaines doléances. 

    Des recours, là où la logique n'y comprend plus rien .

    D'autres sont mise aux sacrifices, sur l'autel des accords ,laissent leurs places à la dame blanche, attention une dame peu en cacher une autre !!!!

    Des Esprits, parlent par la bouche de certain et qui occasionne des dérapages verbaux, des pressions morales ,et et et et bien d'autres choses qui ne se raconte que tard le soir dans les chaumières de notre Village .

    Des entrées gratuites devenues payantes ,un grand feu qui ne brûle pas ,une blogueuse privée de Bescherelle et de dictionnaire !!!!!  et maintenant des  feux  follets * sur la place dans un grand trou humide ,non loin de l'église !!!! oui oui braves gens tout cela dans notre hameau rural.

    " N'aurait on pas réveillé les Esprits" ????

    *Définition Feu Follet est une manifestation lumineuse ayant l'apparence d'une petite flamme. Connue et décrite depuis longtemps, cette manifestation fut longtemps uniquement vue comme celle d'esprits malins et d'âmes en peine venues sous forme de petites flammes hantés les marécages et les cimetières, et fit l'objet d'un folklore important, tant sur l'origine de ces esprits que sur les façons de s'en débarrasser. Plus récemment, des recherches zététiques orientées vers la chimie donnent plusieurs explications scientifiques du phénomène.

     En raison de malédiction en cascade ,des experts se sont intéressés à notre petit village du Condroz, ils sont sur place aujourd'hui !!! 

    Pas de panique, si vous les croisez, ils sont là en observateur .

    Au menu du jour, leur sera servie à l'endroit du futur réfectoire communal une truite meunière !!!! 

    Et si vous avez eu le courage de lire le message jusque maintenant, il vous suffit de retenir la date !!!!

    La-blague-du-poisson-davril-6.gif

  • Suite à une panne interne aux blogs Sudinfo et celui de Nandrin

     

    16387201_1588251314523372_1329969358623068375_n.pngBonjour chers lecteurs suite à une panne interne aux Blogs pendant une semaine , il y a eu un souci avec les Newsletters.

    Aujourd'hui dimanche, la situation est revenue à la normale ,le seul désagrément , toutes les Newsletters sont maintenant distribués les une après les autres et même dans le désordre !!!

    En mon nom et au nom de la cellule, je vous présente nos excuses pour le désagrément .

    Je vous remercie de votre compréhension et espère vous retrouver toujours aussi nombreux sur le blog de Nandrin.

    Newsletter

     

     

    Votre Blogueuse dévouée

    Jeannick

     

    N"n’hésitez pas à me faire parvenir vos articles ,annonces ,etc ... nandrin.blog@gmail.com

    Il y a également la nouvelle rubrique À vous la parole à Nandrin

     Nous sommes également sur Facebook

     La Meuse "Le Blog Nandrin mon village" .  à partager

     

  • Ne faudrait-il pas mettre le feu au lieu de mettre de l’eau

    20170313_094549-bûcher 3.jpg

    De tous les bûchers du Condroz, Nandrin est le seul qui n'a pas flambé semble il, faut il y voir un signe.
    La macrale elle a quand même brûlé ouf. 
    Le dicton dit mettre de l'huile sur le feu.

    Dans beaucoup de hameaux, la tradition veut que ce soit les derniers mariés de l’année qui enflamment le brasier.

    Cela a pour vocation de leur porter bonheur tout au long de l’année à venir. Cette pratique remonte très certainement à un rite associé à la fertilité et au renouveau. 

    S’il n’y pas eu de mariage récemment, ce sont les nouveaux habitants, le responsable de la jeunesse, le bourgmestre ou encore une personnalité qui ont l’honneur d’allumer le feu.

    Ensuite, il est convenu de se grimer le visage à l’aide d’un bouchon en liège noirci.

    Croyances et superstitions

    Les légendes des grands feux remontent à la nuit des temps. L’une d’entre elles explique qu’apercevoir 7 feux en même temps est un présage de bonheur pour l’année à venir.

    C’est ce qu’organisent, encore aujourd’hui ,nos voisins namurois de Bouge.

    Une autre coutume consiste à sauter par-dessus le brasier affaibli pour se préserver des maux de ventre.

    Pour finir, le grand feu était autrefois placé à un point culminant, et le plus souvent sur un ancien site sacré, pour qu’on puisse le voir le plus loin possible.

    Le grand feu était annoncé samedi 11 mars 2017,mardi 14 mars 2017 fin de journée le grand feu est toujours debout à Nandrin .

    Source d'info : http://traces-memoire.luxembourg-belge.be/les-grands-feux-une-tradition-ardenne/

    20170313_152733.jpg

  • Voici le short antiviol pour joggeuses

    i2.JPGLes femmes, des proies faciles.

    Ces derniers mois, plusieurs joggeuses ont été victimes de faits de viols alors qu’elles pratiquaient leur sport favori, seules. Cela veut-il dire qu’elles doivent s’interdire toute sortie? Certainement pas, mais il y a des mesures de prudence à prendre. 

    Le 12 février dernier vers 16h (c’était un dimanche), Lucie, une jeune Française de 22 ans, a été agressée par une bande de 5 à 6 jeunes qui ont tenté de la violer. Le 6février, c’est en Belgique, dans le parc Duden, à Bruxelles, qu’une femme a été violée.

    10 jours plus tard, une autre femme déposait plainte pour une agression (non sexuelle) dans le même parc Duden.

    Le 15 octobre de l’année passée, c’est une femme de 33 ans qui était violée, alors qu’elle se baladait à vélo sur le Ravel à Genappe (Brabant wallon). L’auteur, un Roumain de 20 ans sans résidence connue en Belgique et confondu par son ADN, a été arrêté et placé sous mandat le 31 janvier dernier. Il avait simulé une chute à vélo. La dame s’était arrêtée pour lui porter secours…


    1.802 PLAINTES PAR AN

    En 2015 en Belgique, la police intégrée a totalisé 1.802 plaintes pour violence sexuelle sur la voie publique… « Ma compagne n’oserait jamais aller faire un jogging seule en hiver dans le parc Duden, même avec le chien », nous confie Gilles Goetghebuer, rédacteur en chef de la revue Zatopek et organisateur de «Je cours pour ma forme».

    Il faut dire que c’est dans ce parc que le corps dépecé des «tueurs au manga» avait été retrouvé en 2007… En hiver, la présence de SDF qui squattent les lieux avec leurs tentes et abris de fortune peut aussi créer un sentiment d’insécurité. Au fait, quel genre de conseils donne-t-on aux participants de «Je cours pour ma forme», à toutes ces personnes qui (ré-)apprennent àcourir. «L’activité en elle-même se fait toujours en groupe», répond M. Goetghebuer. «Il est même prévu des allers-retours pour que les plus lents ne se retrouvent seuls derrière. Cela est mieux pour leur motivation et aussi pour leur sécurité .

    On ne pense pas spécialement agression, mais plutôt accident, cheville foulée, etc.» Les organisateurs de «je cours pour ma forme» préconisent de toute manière de courir à plusieurs. «Le jogging est un sport solitaire mais pour la stimulation et aussi pour la sécurité, c’est mieux de courir à plusieurs. Personnellement, je n’ai jamais entendu parler d’agressions violentes mais toutes les femmes qui courent auront des histoires à vous raconter…» Lesquelles?

    «Des voitures qui ralentissent pour rouler à leur hauteur, des gens qui font demi-tour pour les suivre… Oui, cela existe.

    Et il ne faut pas nécessairement qu’elles soient seules pour que cela se produise». Comment se prémunir?

    Sur le marché, vient de débarquer un «safe short», un short antiviol si l’on veut.


    149 EUROS LE SHORT

    Une espèce de ceinture de chasteté, impossible à enlever, indéchirable et avec un verrou à la ceinture et un système d’alarme (de 130 décibels) qui se déclenche «au cas où». Le prix n’est pas donné: 149 euros. Autre gadget proposé: le «defend me», commercialisé par «resqme». En tirant sur la petite cordelette, on déclenche une alarme de 120 dB. Les violeurs détestent, paraît-il.

    Article F. DE H source Sudinfo 

    viol source sudinfo.JPG

  • Attention si vous prenez la route vers les stations de ski ce vendredi.

     Info SI.jpgLes départs s’annoncent très difficiles. Les embarras de circulation devraient commencer dès vendredi après-midi, en Belgique sur la E411 en direction de l’Ardenne et vers l’Allemagne, la France et l’Autriche.

    La circulation sera extrêmement difficile le samedi sur les grands axes de la région Rhône Alpes-Auvergne.

    Touring conseille d’éviter les routes vers les stations de ski entre 8h et 18h. La circulation sera aussi chargée en Allemagne, en Suisse, en Autriche et en Italie. Les automobilistes sont dès lors invités à partir le dimanche.

    Source Sudinfo 

  • Baisse du nombre de divorces en Wallonie

    CLIN-D-OEIL.jpgLes chiffres définitifs ne sont pas encore connus, mais le bilan communiqué à la Chambre par le ministre de l’Intérieur est quasiment complet. Les statistiques ont été arrêtées au 18 décembre 2016. À cette date, 77.544 personnes étaient inscrites au Registre national comme étant mariées depuis le début de l’année.

    Pour obtenir le nombre effectif de mariages, il faut diviser par deux. C’est quasiment autant que pour l’ensemble de 2015 (79.626 inscriptions) ou 2014 (79.468) et nettement mieux qu’en 2014 (75.356). Bref, les attentats et la morosité économique n’ont pas vraiment dissuadé le Belge de convoler.


    La tendance est également à la stabilité en Wallonie: 21.500 enregistrements de personnes mariées au 18 décembre 2016, contre 21.991 pour 2015 et 22.215 pour 2014. À Bruxelles, le nombre de personnes ayant contracté un mariage est de 7.606 (8.206 en 2015 et 8.017 en 2014).

    Bonne nouvelle, le nombre de divorces semble être parti à la baisse après avoir été stable trois années de suite. Toujours à la date du 18 décembre dernier, 40.708 personnes avaient été enregistrées comme «divorcées» par le Registre national. En 2015, nous étions à 48.140, un peu moins qu’en 2014 (49.181) et en 2013 (49.480).

    Les ménages wallons ont également moins éclaté. Il n’y a eu que 12.200 personnes à avoir jeté leur bague de mariage aux orties. En 2015, elles étaient 14.229 (14.603 en 2014).

    LES BRUXELLOIS AUSSI

    Les Bruxellois sont également moins nombreux à avoir vu périr leur amour éternel: 8.424 au lieu 10.786 en 2015. La pire année avait été 2013 avec 11.569 personnes divorcées.

    Article de Y.H. Source Sudinfo 

  • Des projets en nombre pour RTC

    Info SI.jpgLe nouveau directeur général, Philippe Miest, souhaite faire de RTC une nouvelle référence dans le paysage des médias de proximité en région liégeoise.

    Philippe Miest vient tout juste d’entamer son mandat de cinq ans en tant que directeur général de RTC Télé Liège. Mais il a déjà rencontré tous les membres du personnel et pris connaissance des dossiers majeurs posés sur son bureau. « J’accorde une attention particulière au personnel. Il est important de lui laisser la possibilité de s’exprimer afin que chacun fasse part de son expérience.

    Et je fais également appel aux idées, aux projets des journalistes », explique-t-il. Dans le cadre de son recrutement, le directeur général s’est vu confier une mission importante et prioritaire: redynamiser la chaîne locale et la développer. Pour la direction de RTC, la télévision est en effet à un tournant de son histoire longue de 40 ans car les habitudes de consommation de l’information évoluent. C’est donc là pour RTC le moment d’investir et de faire entrer son équipe dans une aire nouvelle.

    « Nous avons le souhait d’accroître notre audience et de diversifier notre public. Pour cela il faut inscrire RTC en tant que véritable acteur du paysage liégeois », explique encore Philippe Miest.

    Pour ce faire, RTC souhaite basculer vers un média global de proximité. Cela se traduira par une volonté d’être présent sur tous les supports de diffusion de l’information tout en continuant à cultiver la proximité qu’a la chaîne avec ses téléspectateurs.

    « Sur le long terme, nous voulons diversifier les programmes en accord avec l’envie des citoyens. Il y aura ainsi plus de directs, plus de reportages extérieurs et plus d’informations exclusives à la clé .»


    NOUVEAU SITE WEB

    Le premier pas en ce sens a été la création du nouveau site internet. À l’avenir, il y aura une alimentation régulière de celui ci, par les journalistes. Ils devront aussi mobiliser les nouveaux médias sociaux. Les équipes devront donc travailler différemment mais d’après le directeur général « elles sont  très enthousiastes ».

    Et pour donner de la consistance à ce nouveau souffle, RTC compte investir jusqu’à 250.000 euros pour du nouveau matériel technologique. La qualité des émissions proposées sera alors optimisée.

    Elle investira aussi de manière significative dans la collaboration avec les autres chaînes locales. Mais la direction ne s’arrête pas là. Elle souhaite également amener de la fraîcheur dans l’entreprise.

    Elle est d’ailleurs à la recherche active d’un nouveau rédacteur en chef et a aussi dans ses cartons un dossier de déménagement du Laveu.

    « Nous pensons en effet à changer d’implantation.

    En s’installant dans un endroit comme le centre-ville, nous pourrions gagner en visibilité.

    Travailler sur notre image est primordial et une implantation mieux située aiderait dans notre projet de devenir une référence en région liégeoise », témoigne le directeur général. Ces projets devraient pour la plupart se concrétiser dès septembre prochain.

    Article de AMANDINE DELLAPINA Source Sudinfo 

  • Le «roaming» supprimé pour les prochaines vacances d’été

    Info SI.jpgBonne nouvelle pour votre facture de GSM si vous avez l’habitude de voyager en Europe et, notamment, en vacances.

    Dès le 15 juin prochain, le «roaming», ce supplément que vous devez payer lors de vos communications, mais aussi pour l’envoi de SMS et le surf à l’étranger, sera supprimé.

    Cela est dû à l’accord intervenu, la nuit de mardi à mercredi au sein de l’Union européenne, à propos des tarifs de gros pour les opérateurs mobiles.

    Il s’agit en l’occurrence des prix que les opérateurs peuvent se facturer mutuellement pour l’utilisation de leurs réseaux.

    Comme par exemple ce que Deutsche Telekom peut facturer à Proximus, si un client de ce dernier surfe ou appelle avec son téléphone mobile d’une ville allemande.

    Pour la téléphonie, par exemple, le prix passera de 5 à 3,2 cent alors que le prix du SMS diminuera de 2 à 1 cent. Ces diminutions mais aussi cette unification permettent aux opérateurs européens de ne plus facturer ces frais à leurs clients.

    Si les Européens ont de quoi se réjouir, il ne faut pas oublier que cette mesure est en discussion depuis… 2015.

    Article Sudinfo 

  • Vos courses à domicile même le dimanche!

    i2.JPGCarrefour teste le service Bringr de bpost. En 2017, cela pourrait être généralisé partout en Wallonie

    Dans 18 magasins de la chaîne Carrefour, vous pouvez faire vos courses via internet et être livré quand vous le voulez (heure et jour). Et c’est gratuit… pour l’instant.

     

    Faire les courses, ce n’est pas le top des loisirs. Si aujourd’hui, vous pouvez déjà commander via internet et aller (en vitesse) retirer vos achats sur le parking des grandes surfaces, certaines enseignes vont plus loin: la livraison à domicile. C’est le cas de Carrefour. Déjà, la chaîne de distribution propose via Combo (entendez un service de bpost), de livrer chez vous. Cela vous coûte 9,95 euros et vous recevez vos courses, entre 18 et 21 heures. Ce n’est déjà pas mal.


    MÊME LE DIMANCHE

    Carrefour a aujourd’hui entamé un nouveau test. Comme le système Combo, il est mené dans le Brabant (wallon et flamand), à Anvers et Bruxelles, soit un marché potentiel de 3,5 millions d’habitants. Le système Bringr est beaucoup plus large que Combo. Il dépend toujours de bpost mais l’application mobile est beaucoup plus flexible. Concrètement, vous passez votre commande chez Carrefour avant minuit et vous la recevez le lendemain à l’heure à laquelle vous voulez! Également le samedi et le dimanche: «Bringr fait appel à des livreurs particuliers en fonction de leur localisation et de leur disponibilité pour déposer la commande à l’heure et à l’endroit déterminés par le client. La phase de test se déroule dans huit Market et huit hypermarchés.

    Le client, qui passera sa commande sur drive.be, avant minuit, sera livré le lendemain à l’heure de son choix (à partir de 11 h. du matin), durant les jours d’ouverture du magasin et donc même le samedi et le dimanche si celui-ci est ouvert», nous explique le porte-parole Baptiste van Outryve. Chez nous, Carrefour teste notamment le système dans les hypers d’Uccle ou d’Ixelles, dans quatre Express de Bruxelles, et encore dans un à Woluwé Saint-Lambert et un à Uccle. But avoué de ce test: «Étendre cette livraison à domicile dans d’autres communes dont en Wallonie, dès 2017», poursuit le porte-parole. Du côté de bpost, on confirme le succès de Bringr.

    Sans donner de chiffres précis. Si cette application va fonctionner pour les courses de Carrefour, elle est opérationnelle déjà depuis juin 2014 pour d’autres types de livraisons à partir du moment où votre colis part de Bruxelles, Anvers ou Gand. «Vous avez envie de faire livrer un colis à votre nièce, un cadeau d’anniversaire de Bruxelles pour Liège, c’est jouable», nous dit la porte-parole de bpost, Barbara Van Speybroeck.

    Et le prix? «C’est du cas par cas mais quand vous faites la simulation via l’application, vous avez les tarifs». Un exemple? Vous voulez faire livrer un cadeau dit small (un microondes par exemple) dans un rayon de 10 km, cela vous coûtera 8 euros.


    GRATUIT

    Pour les commandes Carrefour, comme nous sommes en période de test, c’est gratuit (à condition d’acheter pour 30 euros): « Ensuite, nous fixerons un prix de livraison », conclut Baptiste van Outryve.

    Article de M.SP. source Sudinfo 

    Bpost fait appel à des particuliers

    Le service Bringr fait appel à des particuliers. Si ça vous dit, vous pouvez vous inscrire. Mais c’est évidemment déclaré. Être (déjà) indépendant facilite parfois les choses. Bpost ne communique pas sur le nombre d’inscrits ni sur le montant que perçoivent les particuliers qui se rendent chez vous pour livrer vos courses: «Mais c’est vrai, les candidats inscrits sont remboursés au km et avec un petit plus », nous dit-on. N’espérez donc pas gagner de l’or en barre… Tant chez Carrefour qui collabore aujourd’hui avec Bringr que chez bpost, on garantit la fiabilité du service:«le maximum pour trouver un livreur pour une destination est de dix minutes», nous assure-t-on encore. De quoi vouloir développer ce service bien plus loin qu’en Flandre et dans le Brabant wallon.

    Article de M.SP. 

  • Ikea rappelle son fauteuil de plage

    ikea source Sudinfo 25janv2017.JPGLes utilisateurs du Mysingsö risquent de se pincer les doigts dans le fauteuil ou de chuter...

  • La semaine de tous les dangers pour le réseau électrique

    attention.pngUne vague de froid venue de l’est s’abat sur l’Europe. Du coup, la consommation électrique des ménages va partir à la hausse. Si le risque d’un black-out général ou d’un délestage localisé est limité, le réseau sera soumis à rude épreuve… Elia, le gestionnaire du réseau haute tension, envisage d’ailleurs l’activation des réserves stratégiques. Et pour Damien Ernst, professeur d’électromécanique à l’Université de Liège, il s’agit carrément d’une semaine « de tous les dangers ».

    1)

    Pourquoi la situation est-elle problématique? Toute l’Europe est frappée par le froid, dont la France, pays d’où on importe de l’électricité. Or, nos chers voisins se chauffent massivement avec des convecteurs électriques. Un choix effectué à une époque où l’Hexagone développait son parc nucléaire et prônait son indépendance énergétique. À cela, il faut ajouter que les centrales françaises n’ont plus vraiment la forme et que certaines d’entre elles sont actuellement à l’arrêt. Bref, la France risque de devoir importer de l’électricité pour satisfaire sa demande.

    2)

    Les mesures prises en Belgique pour éviter le pire Avec la vague de froid, la Belgique pourrait devoir importer de 1.000 à 1.400 MW cette semaine. Face à une possible pénurie, Elia prévoit d’activer les réserves stratégiques. « Pour ce mardi, il est peu probable qu’on les active », relativisait toutefois Kathleen Iwens, porte-parole d’Elia. « Mais pour les jours suivants, nous suivons la situation de près et on ne peut exclure ce scénario. » Selon Damien Ernst, de l’ULg, la réserve stratégique, est une sorte «d’airbag» que l’on utilise lorsqu’il y a un problème d’équilibre entre la production et la consommation: « C’est la dernière ligne de défense du réseau qu’on active lorsqu’on est vraiment à l’os. » Ces réserves stratégiques représentent 750 MW et sont notamment garanties par le démarrage des centrales au gaz de Seraing et de Vilvorde, actuellement à l’arrêt. Mais ce lundi soir, si le discours était plus optimiste, c’est parce que les prévisions météo sont désormais moins alarmistes. « Selon les dernières estimations de RTE, le gestionnaire du réseau électrique français, le pic de consommation annoncé pour ce jeudi n’est plus que de 96.200 MW contre 101.100MW lors de la précédente estimation », nous lance Damien Ernst ce lundi, en fin d’après-midi. « Pour ce mercredi, qui risque d’être une journée noire, les prévisions prévoient une consommation de 93.051 MW. On est sous le cap des 100.000 MW, qui correspond à la production de 100 réacteurs nucléaires. Un seuil critique. »

    3)

    Le plan de délestage: la solution extrême pour éviter un black-out Ce lundi, Elia, le gestionnaire du réseau haute tension, l’affirmait: « Aucune activation du plan de délestage n’est prévue pour cette semaine ». Par contre, pour le reste de l’hiver, il ne faut pas exclure cette possibilité. Un simple incident dans une centrale ou sur le réseau pourrait rebattre les cartes. Pour rappel, le délestage a pour but d’éviter qu’un déséquilibre important du réseau n’entraîne une coupure généralisée de l’alimentation électrique, qu’on appelle le black-out. Concrètement, on coupe l’alimenta
    tion électrique durant une période de pic dans une zone déterminée, appelée tranche. Il existe huit tranches sur l’ensemble du territoire, et elles représentent chacune entre 500 et 750 MW. Pour savoir si votre habitation est située dans l’une des huit tranches, il suffit de vous rendre sur le site de votre gestionnaire de réseau de distribution (Ores, Resa…).

    4)

    Comment éviter ce genre de problème àmoyen terme? En 2017, dans l’un des continents les plus développés, il semble dingue qu’on puisse avoir affaire à des coupures massives de courant. « Ce phénomène montre l’immense vulnérabilité de nos systèmes électriques européens par rapport aux vagues de froid », estime Damien Ernst. « Non seulement, la vague de froid pousse la consommation vers le haut, mais elle peut faire chuter la production d’énergie éolienne sur le centre de l’Europe durant une longue période de temps. Or, l’Europe s’oriente de plus en plus vers un mix photovoltaïque et éolien. Et stocker de l’énergie éolienne durant cinq ou dix jours, c’est illusoire. » Pour le professeur Ernst, il n’y a pas 10.000 solutions. « Il faut collecter les énergies renouvelables sur une surface plus grande. C’est une illusion de penser que juste de la gestion de la demande pourra faire l’affaire. Il faut prendre des orientations au niveau européen.

    Article de GUILLAUME  source Sudinfo 

  • Le jeudi 19 janvier 2017 de tous les dangers !

    attention.pngDamien Ernst est professeur à l’ULg et est spécialisé dans le domaine de l’électricité.

    Le scientifique appréhende le grand froid qui arrive en Belgique.

    Non pas qu’il soit frileux mais cela risque, dit-il, « de chauffer pour la Belgique».

    En cause, un manque d’électricité.

    La pire journée devrait être le jeudi 19 janvier.

    NOTE SALÉE

    Un jour en semaine, où les entreprises fonctionnent à plein rendement et où on annonce des températures bien en deçà du 0 degré, même en journée ! « On joue avec le feu.

    Ce jour-là, selon les estimations, la Belgique devrait atteindre une consommation électrique de 13.500 mégawatts.

    Or, en supposant que la centrale de Doel 4 soit relancée après le pépin technique de cette semaine, notre pays peut produire environ 10.100 mégawatts ».

    Faites le compte, il faudra trouver près de 3.500 MW !

    « On sera proche d’une situation de black-out… Surtout que notre voisin français va devoir acheter beaucoup d’électricité ce jeudi 19.

    La France devrait alors connaître un record historique de consommation électrique avec 101.800 mégawatts prévus ».

    Les deux pays vont se tourner vers le marché de l’électricité. « Et vers les Pays-Bas qui disposent de nombreuses centrales au gaz.

    Les Belges et les Français vont devoir se battre pour leur acheter les quelques milliers de MW manquants. »

    D’où une augmentation des prix.

    « On estime que pour le consommateur lambda qui est client chez un fournisseur dont les prix sont indexés par rapport au marché, la note va être encore plus salée.

    On parle de 40 euros supplémentaires pour un trimestre. » C’est que la rare électricité vaut son pesant d’euros.

    « Le 19 janvier, on estime qu’une heure coûtera entre 700.000 et 1.750.000€ de plus. Un mégawatt se vendra entre 200 et 500€.

    Si on avait eu cette météo il y a un mois et demi, cela aurait été la cata car de nombreuses centrales ne fonctionnaient pas en Belgique ni en France. » Article de  P. NIZET

  • Campagne de récolte de fonds et de sensibilisation Iles de Paix les 13, 14 et 15 janvier 2017

    ile de paix 1.JPG

    Comme chaque année, Iles de Paix fera rimer mi-janvier et solidarité.  Quelque 40 000 bénévoles se mobiliseront le week-end des 13, 14 et 15 janvier 2017 au profit de projets de développement que l’ONG mène au Bénin, Burkina Faso, au Pérou et en Tanzanie. Partout, en Wallonie et à Bruxelles, ils vendront des modules, des bracelets et des sacs en coton. Plus que jamais, Iles de Paix souligne l’importance de construire des ponts plutôt que des murs et d’oser la solidarité !

     

    Focus 2017 : Des formations pour une agriculture familiale respectueuse de l’environnement au Bénin. Nous le constatons chaque jour : le monde change. Le système alimentaire industriel actuel est particulièrement toxique : il contribue au réchauffement climatique, il détruit les écosystèmes, il condamne les petits paysans du sud à fuir ou devenir des rouages de l’agro-industrie...

     

    Au Bénin, dans la région de l’Atacora, Iles de Paix met en œuvre un ambitieux programme de formation en matière d’agriculture familiale durable afin de diffuser des techniques simples, peu coûteuses, facilement reproductibles et respectueuses de l’environnement.

     

    Ces formations sont participatives : des solutions basées sur un savoir-faire local et expérimentées directement par les familles ont bien plus de chances d’être adoptées de façon durable. Comment arriver à produire plus de céréales avec moins d’engrais chimiques ? Comment faire pousser des légumes avec moins d’eau ? En débattant de pratiques observées ailleurs, de nombreuses expérimentations sont choisies et testées par les paysans: fumure organique, réalisation de compost, associations de cultures, nouvelles manières de travailler le sol, etc. Ces formations et un suivi individualisél permettent aux paysans d’accroître significativement leur production de céréales sans engrais chimique ou de se lancer dans de nouvelles cultures maraîchères. Résultat : une alimentation plus abondante et plus variée, mais également des revenus additionnels pour subvenir aux besoins de toute la famille (frais de scolarisation des enfants, soins de santé).

     

    Iles de Paix compte sur chacun.  Pour que sa 47e campagne de récolte de fonds soit couronnée de succès, Iles de Paix a besoin du soutien de tous, que ce soient les passants qui réservent un accueil chaleureux aux bénévoles ou les sympathisants qui décident de se joindre à eux ! Ensemble, nous pouvons construire un monde plus juste, dans un environnement préservé.

     

     

     

    > Pour en savoir plus ou rejoindre une équipe de bénévoles :

       www.ilesdepaix.orginfo@ilesdepaix.org – 085 23 02 54

    > Les sachets de modules et les bracelets sont vendus à 5 € et les sacs en coton à 10 €

    > Possibilité de faire un don sur le compte :

       BE97 0000 0000 4949 (BIC : BPOTBEB1), déduction fiscale dès 40 € par an 

    ile de paix 2.JPG

     

  • Bus, trams, métros, gratuits le 31 et le 1er

    b.jpgLe TEC et la Stib proposeront un service de transports en commun gratuit la nuit du Nouvel An.

    En Wallonie, l’ensemble du réseau TEC sera gratuit toute la journée du 31 décembre et le 1er janvier jusqu’à 9 heures sur les lignes régulières, le réseau de nuit Noctambus n’étant pas déployé cette année.

    À Bruxelles, la gratuité sera d’application à partir de minuit. La circulation sur l’ensemble des lignes de métro et des lignes de tram 3, 4, 7, 19, 32, 39, 92 et 94 sera assurée jusqu’à 2 heures.

    Le réseau de bus Noctis sera actif de minuit à 5h au départ de la Gare Centrale. La place De Brouckère ne sera pas desservie.

    Pour des raisons de sécurité, la station de métro De Brouckère sera fermée dès 19 h et les stations Rogier, Bourse et Ste-Catherine dès 21 h.

    Aucun dispositif particulier n’est prévu du côté de la SNCB.

  • Soldes: c’est le moment de tout dire

    5p99c-smile_point_d_interrogation.pngFaut-il changer la loi sur les soldes?

    La question taraude la Belgique depuis pas mal de temps. Les achats sur Internet rendent le texte de plus en plus désuet. Sans compter que certaines règles – comme les braderies – permettent de plus en plus souvent de contourner les deux périodes de soldes légalement autorisées chaque année.

    Willy Borsus (MR) semble bien décidé à mettre fin à la polémique une fois pour toutes. Il lance en effet un vaste sondage, qui concerne tant les consommateurs que les commerçants. Il les invite àfaire connaître leur avis sur une adresse mail spécifique: soldesvotreavis@borsus.fgov.be.

    Tout qui souhaite faire valoir ses arguments a jusqu’au 31 janvier prochain pour le faire. En parallèle, il a demandé le mois dernier au Conseil supérieur des indépendants et des PME ainsi qu’au Conseil de la consommation de rendre un avis. Ils sont tous deux attendus pour la fin février.

    LE MONDE CHANGE

    Son sondage s’accompagne d’une série d’éléments de réflexion. «Les périodes durant lesquelles les soldes sont autorisés sont-elles les bonnes? Faut-il les étendre, les restreindre ou ne rien changer?» , demande-t-il notamment. Avant d’ajouter: «La période d’attente pendant laquelle il est interdit d’annoncer des réductions doit-elle être supprimée oumodifiée?

    Quid pour le commerce dans les zones frontalières? Les soldes sont-ils une bonne chose pour le commerce de proximité? Quelle est l’évolution du comportement et des attentes des consommateurs? Comment prendre en compte le défi du commerce électronique?»

    «Nous vivons dans un monde qui évolue en permanence» , conclut Willy Borsus. «Il est bien sûr important de tenir compte des changements de comportement et des attentes des consommateurs. Cela doit se faire de façon équilibrée au regard de l’activité des commerçants, des indépendants et des PME, qui constitue le cœur de nos villes et de nos quartiers»

    Article de .CH C source Sudinfo 

  • Nandrinois Salon de l’auto: du 13 au 22 janvier 2017

    CLIN-D-OEIL.jpg

    Le 95e salon des véhicules utilitaires, ou «petit salon» accueillera le grand public à partir du 14 janvier.

    Source Sudinfo 

  • Fin des sacs plastiques: la grogne des ambulants

    atten.jpgSi ce premier décembre marque la fin du sac plastique en Wallonie, bon nombre d’échoppes en usaient encore à foison ce matin au marché de Saint-Georges-surMeuse.

    C’est en novembre que les commerçants ont pris connaissance de cette loi interdisant les sacs plastiques légers à usage unique. Par sacs plastiques légers, on entend une épaisseur inférieure à 50 microns.

    À son poste ce matin, M. Servais, maraîcher, tend un sac plastique enfermant une salade à sa cliente: « Je n’ai pas encore pris de mesures particulières, j’ai acheté un stock de plus de 600€ de sacs plastiques en août, je suis obligé de l’écouler, faute de quoi c’est une perte directe pour mon commerce ».

    Un commerce qui accuse déjà le manque de clients en cette saison. Pourtant, M. Servais trouve que l’idée est bonne: « Il faut penser à l’environnement, c’est une bonne chose! Mais nous prévenir plus tôt et nous donner des alternatives aurait toutefois été plus judicieux, car si certains peuvent compter sur le cabas des clients, je me vois difficilement y glisser une salade ».

    Une solution: le sac papier. M. Servais y voit un surcoût et Francine, maraîchère depuis 20 ans souligne l’interdiction de l’utilisation des journaux comme emballage il y a quelques années.

    M. Vanaubel, tient une échoppe textile depuis juillet: « J’ai reçu ces sacs en cadeau via mon fournisseur, je ne sais même pas s’ils sont considérés comme réutilisables. L’information aurait dû être donnée à tous les acteurs du secteur et bien plus tô t». Ils admettent cependant que bon nombre de leurs clients ont déjà anticipé cette interdiction et viennent avec leurs propres sacs.

    C’est le cas de Mme Bada: « J’ai pris l’habitude depuis déjà plusieurs mois d’emporter des sacs avec moi lorsque je viens sur le marché, il y en a des bien faciles qui se glissent sans problème dans mon sac à main ».

    Madame Gillet se refuse à s’encombrer d’un sac sans arrêt: « Quand je viens sur le marché c’est rarement planifié, je me balade, je passe par certains quartiers et s’il y a un marché je flâne, je ne vais pas emporter un sac avec moi à chaque fois que je sors! » Les commerçants ont jusqu’au 1er décembre 2017 pour écouler leur stock et prendre d’autres mesures.

    Des mesures qui, ils le redoutent, pourraient avoir un impact sur le prix de leurs produits.

    Article de CYNTHIA BAMPS source Sudinfo 

  • Vous avez été flashé par une voiture de police banalisée? Avant de payer, renseignez-vous

    attention.pngVous avez été flashé par une voiture de police banalisée? Avant de payer, renseignez-vous si le radar embarqué n’était pas un Gatso RS-GS11. Et demandez la photo du flash si c’est le cas. Elle pourrait vous aider à contester si l’appareil n’a pas été utilisé correctement.

    La zone de police locale d’une grande ville wallonne s’apprêtait à acheter un nouveau radar mobile lorsque l’attention de ses spécialistes a été attirée par l’une des prescriptions fixées par le fabricant quant aux emplacements contrôlés. « À l’endroit choisi, il ne peut y avoir aucun véhicule en stationnement sur une distance de 25 mètres », précise le mode d’emploi. Cette disposition empêche donc de verbaliser le long de toute une série d’axes en agglomération. De plus, il ne peut y avoir ni arbres, ni panneaux de signalisation susceptibles d’entraver la visée du système. Dans ces conditions, la zone de police a préféré s’adresser à un autre fournisseur.

    L’UN DES PLUS VENDUS

    En Belgique, le Gatso RS-GS11 modulaire monté dans un véhicule, et qui permet de contrôler jusqu’à quatre bandes de circulation, est commercialisé par la firme Polis Service. « C’est l’un des plus vendus, sinon le plus vendu, dans les zones de police wallonnes », nous dit un spécialiste du secteur. La zone de police de Hesbaye (Waremme, Geer, Remicourt, Faimes) en a acquis un au printemps. Ses agents sont-ils au courant de la limite des 25 mètres sous laquelle ne pas descendre? « Non, la firme ne nous a pas expliqué cela au moment de la réception du matériel », indique le spécialiste «radar» de la zone,reconnaissant que l’appareil est parfois utilisé endéans la limite des 25 mètres. Ce détail a pourtant son importance. « Selon l’arrêté royal d’octobre 2010, le personnel policier doit avoir reçu une formation pour utiliser un radar, une formation adaptée au modèle spécifique employé », souligne Christophe Redko, avocat spécialisé dans les affaires de roulage. Pour lui, les policiers doivent donc être au courant de toutes les modalités particulières. Cela ne semble pas être le cas ici. « Toujours selon l’arrêté royal de 2010, le législateur impose d’utiliser le radar conformément à son manuel d’utilisation. C’est une question d’homologation », explique Me Redko. L’homologation garantit une fiabilité de 99,8%, s’il est utilisé correctement. La présence d’objets métalliques autres que le véhicule en mouvement peut perturber la réflexion des ondes et peut-être altérer le calcul de la vitesse. Que peut faire un conducteur verbalisé s’il pense être dans le cas? « Il doit demander la photo de la verbalisation. Elle permettra de voir s’il y a des voitures garées à moins de 25 mètres. Il peut aussi demander la photo-test avant le début des verbalisations », conseille Christophe Redko. Le porte-parole de la firme Polis Service, contacté par mail, confirme que les conditions d’utilisation sont dans le manuel et que les agents doivent recevoir une formation. Formation au terme de laquelle ils recevront un certificat attestant qu’ils peuvent utiliser les radars..

     

    Article de YANNICK HALLET source Sudinfo journal 

     

  • Le tout nouveau système de tri de Fost Plus

    i2.JPGDepuis le début de cette année, une des filiales d’Intradel, à savoir Fost Plus, a décidé de remplacer le sac bleu PMC par un sac mauve P+MC au sein de six communes de Belgique. Une manière de tester l’élargissement de la fraction «P» (plastique) du sac PMC et d’observer, au moyen de trois scénarios différents, si la population concernée par ce test arrive à s’adapter correctement à cette nouvelle forme de tri. Parmi les six communes qui se sont prêtées au jeu, on retrouve, notamment, Hannut et Marchin.

    Voilà maintenant près de 20 ans que les premières formes de collecte sélective ont vu le jour dans notre pays. Une façon de vivre qui traverse les générations et qui fait encore, à l’heure actuelle, partie du quotidien de tous les Belges. Fost Plus a d’ailleurs décidé de développer davantage les compétences des citoyens en matière de tri afin qu’ils puissent parfaitement s’adapter aux nouvelles possibilités de recyclage. C’est donc dans un souci d’évolution et en étroite collaboration avec, entres autres, les citoyens et les communes que la filière d’Intradel a mis un point d’honneur à élargir la collecte et le recyclage des emballages plastiques.
    «
    Dans cette optique, nous avons donc décidé d’attribuer à chaque fois un des trois scénarios tests à deux communes belges: Frameries et Aalter ont donc un sac mauve où ils doivent mettre des emballages en plastique rigide (bouteilles, flacons, barquettes) et souple (films, sacs et sachets), Hannut et Waregem ont droit à un sac mauve où ils doivent glisser les emballages en plastique rigide et un sac transparent qui doit contenir des emballages souples et, finalement, Marchin et Wervik ont également un sac mauve qui doit uniquement contenir des emballages en plastique rigide », précise Johan Goossens, directeur de la finance et de la communication de Fost Plus.

    QUEL BILAN POUR CES TESTS?

    Et même s’il est encore trop tôt pour savoir quelle mesure sera finalement adoptée, il semblerait que les 120.000 habitants des communes testées ont une préférence pour le premier scénario, soit le sac mauve qui contient aussi bien les emballages en plastique rigide que les emballages en plastique souple. « Nous sommes tout de même très heureux de constater que les citoyens belges se sont vraiment bien adaptés aux nouvelles règles de tri. Et en raison de ces résultats encourageants, Fost Plus a souhaité poursuivre les tests jusqu’à fin 2017 » conclut Johan Goossens. Des tests qui, in fine, devraient pouvoir apporter à la population belge une harmonisation et une cohérence dans la façon de trier les emballages plastiques.

    Article de IRIS ZARBO

  • Nandrinois; Des mitaines réfléchissantes pour être mieux vu à vélo

    cycliste.gif«Un cycliste avec des vêtements sombres est vu seulement à 20 mètres dans les phares d’une voiture et à 50 mètres s’il porte des habits clairs. La visibilité est de 150 mètres avec des accessoires fluo et rétro-réfléchissants », explique Belinda Demattia, porte-parole de l’Agence wallonne pour la sécurité routière.

    En mai dernier, l’AWSR lançait un concours de design pour concevoir un accessoire ou un vêtement améliorant la visibilité des deux roues. « Ce type d’accessoires est souvent boudé par les cyclistes qui les jugent trop ringards », précise notre interlocutrice.


    UNE JEUNE STYLISTE

    La gagnante vient d’être désignée. Assia Kara (27 ans) est une styliste de Liège. « Je roule beaucoup à vélo en ville. Ce concours m’a donné l’occasion de réfléchir à ma propre sécurité », explique la jeune femme. « J’avais une foule d’idées. Je me suis rabattue sur les mitaines, car elles rendent les mains plus visibles et se rangent facilement dans la poche ». La laine mérinos est très extensible, ce qui permet d’avoir des gants en dessous lorsqu’il fait froid. « On peut aussi les mettre en été car la laine est très aérée », ajoute Assia Kara. Les mitaines sont brodées avec du fil blanc réfléchissant.

    Le motif symbolise une flèche. « C’est un clin d’œil. À vélo,on se sert de ses bras comme  d’un clignotant pour indiquer sa direction », souligne la jeune styliste qui s’apprête à lancer sa première collection de vêtements qui seront vendus via le web. Les mitaines seront, elles, distribuées gratuitement dans les points Pro Vélo en Wallonie aux cyclistes qui viennent faire entretenir leur bécane. Cinquante paires sont mises en jeu via un concours sur la page Facebook de l’AWSR.

    Article de Y.H. source sudinfo 

  • Nandrinois ,90 communes contre Tihange 2

    i2.JPGNonante communes des régions frontalières allemande, néerlandaise et luxembourgeoise s’apprêtent à engager une action en justice pour faire fermer Tihange 2. Une «ingérence» qui irrite le bourgmestre de Huy.

    Selon Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg, 90 communes des régions frontalières allemande, néerlandaise et luxembourgeoise veulent intenter une action en justice pour forcer Electrabel et le régulateur AFCN à fermer le réacteur nucléaire Tihange 2.

    C’est une étude autrichienne qui a mis le feu aux poudres, pointant les risques qu’encourent ces régions en cas d’accident nucléaire à Tihange.

    Les chances devoir le Limbourg rendu inhabitable seraient de l’ordre de 40 ou 60%, concluent les experts de l’Institut de sciences de la sécurité et des risques (ISR), basé à Vienne. Pour la région d’Aix-la-Chapelle (Aachen), le risque est de 10%. Une menace inacceptable, estiment les autorités locales.
    Selon le professeur Wolfgang Renneberg, ex-patron de l’organisme de surveillance allemand, les risques persistent sur la sécurité des réacteurs à Tihange et à Doel.

    L’AFCN a eu connaissance de l’étude autrichienne, mais estime qu’elle ne contient «aucun nouvel élément ou argument concernant le dossier des cuves de Doel 3 et de Tihange 2. Elle ne remet donc pas en question les conclusions que nous avons tirées dans ce dossier, ni notre décision du 17 novembre 2015 d’autoriser le redémarrage de Doel 3 et Tihange 2 sur le plan technique».

    L’étude « prend pour point de départ un scénario d’accident extrême à Tihange 2 », souligne aussi le porte-parole de l’AFCN, Sébastien Berg, qui ajoute que des calculs hypothétiques similaires ont déjà été réalisés par le même bureau d’étude en 2009 à la demande de Greenpeace.

    «Ces calculs et ces modèles théoriques de dispersion et d’impact du rejet radioactif sont d’ailleurs applicables à tous les réacteurs dans le monde» , relève-t-il au surplus. L’exploitant Engie-Electrabel, lui, s’en tient à dire que les centrales nucléaires belges sont parmi les plus sûres au monde. «Nos collaborateurs sont formés pour prévenir les accidents. Les plus petites irrégularités donnent lieu à l’arrêt d’une centrale», a assuré la porte parole Geetha Keyaert.
    Nonante communes des régions frontalières allemande, néerlandaise et luxembourgeoise s’apprêtent à engager une action en justice pour faire fermer Tihange 2. Une «ingérence» qui irrite le bourgmestre de Huy. Ces villes frontalières s’apprêtent à engager une action en justice
    NUCLÉAIRE 90 communes contre Tihange 2
    Si les communes allemandes, luxembourgeoises et néerlandaises s’alarment de voir Tihange 2 toujours fonctionner, ce n’est pas le cas du bourgmestre de Huy. Pas question pour lui de se rallier à l’action en justice intentée par les frontaliers: « Hormis cette éventuelle action en justice, il n’y a aucun élément nouveau qui m e permette de croire que Tihange 2 est subitement devenu plus dangereux.

    Rien n’a changé depuis le dernier rapport de l’AFCN qui autorisait le redémarrage de l’unité 2. Et je n’ai aucune raison de douter de l’AFCN ni des autorités belges. Je respecte la liberté d’action de chacun, mais vouloir imposer la fermeture anticipée de la centrale relève d’une forme d’ingérence. Ils tentent de nous infantiliser en agissant de la sorte. Cela laisse penser que nous ne sommes pas sérieux en Belgique… Il est important de rappeler le principe de souveraineté de chaque pays. Par ailleurs, les Hutois ne me paraissent pas inquiets par rapport à la situation de Tihange 2. Depuis que je suis bourgmestre, j’ai eu peu de réaction allant dans ce sens .»

    Article de A.BT Source Sudinfo

  • Vin et Gastronomie à Nandrin les 19et 20 novembre 2016 pour le 6 ème salon

    VG 6 eme salon clic ici.jpg

    Programme Salon Vin et Gastronomie 2016 clic ici .pdf

     

  • Nandrinois Alerte aux faux huissiers

    i2.JPGUn document vous réclame de l’argent que vous ne devez pas

    C’est une arnaque qui se répand de plus en plus en Belgique. Un courrier vous incite à payer des dettes que vous n’avez pas.

    La Chambre nationale des huissiers de justice a prévenu les parquets des différentes zones concernées. Ces faits sont punissables pénalement.

    Une enveloppe arrive dans votre boîte aux lettres. Lorsque vous l’ouvrez, vous apprenez avec stupeur que vous devez vous acquitter d’une somme de 135 euros liés à des frais d’autoécole impayés.

    En en-tête, des noms d’huissiers connus en Belgique, ce qui vous pousse à payer rapidement la somme.

    Or, lorsqu’on y regarde de plus près, les prénoms sont erronés, l’orthographe des noms de famille est mauvaise.

    Cependant, plusieurs personnes sont tombées dans le panneau et, par peur ou méconnaissance de leurs possibilités, ont payé la somme qui leur était demandée. La Chambre nationale des huissiers de justice a averti rapidement l’ensemble de la profession.

    Peter Coene, dont le prénom a été changé et le nom a été modifié en «Coune» sur la fameuse lettre frauduleuse, nous explique son ressenti.

    « Ce sont des gens inventifs et malins. On nous a prévenus que la lettre avait fait le tour de plusieurs particuliers.

    Il y a donc un faux usage des identités. Cela arrive
    rarement, c’est peut-être déjà la 2 e ou la 3 e fois de ma carrière que je suis confronté à cela », explique-t-il.


    CHOQUÉS DE CETTE ARNAQUE

    « On est choqués bien évidemment. C’est d’une audace inconcevable. J’ignore combien de personnes ont été touchées en tout et comment ce courrier leur a été adressé.

    Comment cette personne peut-elle connaître leurs coordonnées?» , s’interroge l’huissier.
    Lorsque vous recevez une lettre suspecte, Peter Coene vous invite à respecter ces quelques règles.

    « D’abord interrogez-vous sur le contenu de la lettre.

    Si vous n’avez pas eu recours à un service de ce type, ici l’auto-école, faites attention. Deuxièmement, passez toujours un coup de fil à l’huissier pour savoir de quoi il s’agit.

    Écoutez bien comment ce dernier vous parle et quels types de questions il vous pose. Enfin, en cas de doute, contactez d’urgence la Chambre nationale des huissiers de Belgique », indiquet-il.

    « Les responsables n’ont probablement pas envoyé ce courrier à des masses de personnes ». C’est en privilégiant un petit nombre, qu’ils espèrent de cette manière arnaquer les personnes auxquelles ils s’adressent.

    La Chambre nationale des huissiers de justice prévient également sur son site internet: « L’étude des huissiers de justice Coune – Leroy – Van Ham- Herode n’existe pas ». Elle a « déjà dénoncé ces faits pénalement punissables auprès du parquet territorialement compétent »

    Article de .SPO source Sudinfo 15/10/2016

    Plusieurs cas de personnes arnaquées

    C’est sur les réseaux sociaux que la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Il faut dire que cette arnaque a fait son apparition dans les boîtes aux lettres à la fin du mois de septembre.

    « Aucun de ces noms ne ressort comme huissier.

    Le numéro de téléphone appartient à une autoécole », prévient un des internautes. « Je me suis fait arnaquer par lui! Merci à la personne qui a mis l’annonce. Je suis choquée et en colère! », écrit Lola.

    « C’est une blague? Je paie mensuellement 35 euros depuis huit mois », enrage une autre internaute de la région montoise.

    « Il s’agit bien sûr d’une arnaque, à part les prénoms qui ont été changés, la vraie étude se trouve avenue de la Couronne, à Bruxelles.

    Je ne comprends pas comment des gens peuvent payer sans se demander pourquoi ils doivent le faire.

    Quand vous avez une dette impayée, vous le savez et d’un autre côté derrière un numéro de compte il y a toujours une identité.

    Il suffit de bloquer le compte et de reprendre ses mouvements préalables. Donc effectivement il faut porter plainte à la police même si vous n’avez rien payé , conseille Jacques.

  • Dès aujourd'hui, un nouvel Euro Millions

    i2.JPGGrand chambardement cette semaine pour le jeu le plus populaire de la Loterie nationale : l’Euro Millions. Ce mardi 27 septembre, la nouvelle formule du jeu débutera avec un nouveau jackpot. Le précédent a été remporté en France ce vendredi. Mais plutôt que de repartir à 15 millions, le jackpot Euro Millions sera d’emblée de 17 millions.

    L’ajout d’une douzième étoile sur le nouveau bulletin permettra de faire monter plus vite les jackpots. Comme le précise la Loterie, la façon de jouer restera la même. Il s’agit de cocher 5 numéros sur les 50 de la grille et deux étoiles (il y en aura désormais 12 dans la grille).

    Les anciens bulletins ne sont donc plus valables. Les nouveaux bulletins sont bien entendu disponibles dans tous les points de vente de la Loterie. Dès vendredi 30 septembre, un super-jackpot de 130 millions sera mis en jeu.

    MY BONUS

    Cent trente millions, ce sera désormais le cas de tous les jackpots spéciaux, qui étaient de 100 millions auparavant. Revers de la médaille, le bulletin passe de 2 à 2,5 euros. Autre nouveauté, réservée aux joueurs belges : pour chaque combinaison Euro Millions validée, le joueur reçoit un code pour participer à un tirage My Bonus.

    Ces tirages feront chaque semaine 600 gagnants de 500 euros supplémentaires, 200 le mardi et 400 le vendredi. My Bonus réserve encore d’autres surprises.

    Bonne chance avec ce nouvel Euro Millions.

    Article  B.J. source Sudinfo 

  • Nandrinois La cartes d’identité en urgence !!! Évidemment, un tel service a un prix…

    i2.JPGDans les cas d’urgence, il est possible d’obtenir une nouvelle carte d’identité au terme d’une procédure accélérée, avec livraison du document par une firme spécialisée.

    La démarche doit être effectuée avant 15h pour être prise en considération.

    L’année dernière, 7.442 demandes ont été introduites pour une livraison dans les trois jours (contre 5.772 en 2014), selon les chiffres communiqués par le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, à la Chambre.

    Toujours en 2015, il y a eu 1.914 demandes en extrême urgence. Dans ce cas, le délai est ramené à deux jours.

    JUSQU’À 225 EUROS

    Évidemment, un tel service a un prix… et il peut fortement varier d’une ville à l’autre. La commune peut ajouter une taxe au coût facturé par l’État fédéral. À Blegny, une procé- dure en extrême urgence est facturée à 181 euros, contre 195 à Mettet, 204 à Villers-laVille, 210 à Châtelet et 225 à Schaerbeek.

    Les écarts se comptent aussi en dizaines d’euros pour les procédures en simple urgence. L’année dernière, on a également relevé 2,316 millions de simples demandes de renouvellement de cartes d’identité. C’est beaucoup plus qu’en 2014 (1,326 million) et qu’en 2013 (1,792 million). « Cette hausse est liée au calendrier.

    Nous avions émis beaucoup de cartes en 2011. Il n’y a pas d’autre raison », explique Peter Grouwels, porte-parole au SPF Intérieur.

    Les cartes d’identité électroniques ont commencé à être introduites au début des années 2000. Depuis le 1er mars 2014, les nouvelles cartes délivrées ont une durée de validité de dix ans, contre cinq auparavant.

    Enfin, signalons que 161.553 cartes ont été déclarées perdues en 2015 et 38.613 ont été volées.

    Article de Y.H Source Sudinfo 

  • WC publics dans chaque commune !

    i2.JPGDes toilettes propres et gratis partout : le pressing du parlement

    Pire que les cabines téléphoniques : les toilettes publiques ont quasiment disparu en Wallonie.

    Le parlement wallon vient d’approuver une résolution qui pousse les élus locaux à placer des WC publics, gratuits et propres dans un maximum de communes.

     

    C’est arrivé au moins une fois à tout le monde.

    Avoir un besoin très pressant et se retrouver loin de la maison ou de toilettes propres. Et c’est encore plus problématique pour les enfants ou les personnes âgées ou atteintes de certaines pathologies.

    Bref, à l’initiative de plusieurs députés wallons PS (Christie Morreale, Patrick Prévot et Bruno Lefebvre) les toilettes publiques pourraient faire leur retour en force sur toutes les places de Wallonie.

    « Se rendre aux toilettes est un besoin primaire, parfois difficile à satisfaire, soulignent les élus PS, et c’est encore plus grave lors des festivités locales ou de manifestations diverses, c’est même un frein pour le développement touristique de la Wallonie ».

    HYGIÈNE ET SÉCURITÉ : AÏE !

    Autre problème, le manque de propreté et de sécurité autour des WC publics ou payants existants.

    « Tout cela rend les toilettes existantes glauques, alors que leur utilité ne peut être remise en cause, poursuivent les élus, c’est pourquoi il est important de surmonter les obstacles d’entretien, de sécurité et de financement pour réfléchir à l’élargissement de l’offre ».

    Bonne nouvelle : la résolution vient d’être adoptée par le parlement wallon. Concrètement, les députés demandent aux communes de prévoir sur leur territoire un accès en permanence aux toilettes publiques, et d’en assurer la propreté, l’entretien et la sécurité.

    Bref, d’élargir considérablement l’offre en toilettes publiques et gratuites. Il faut dire que la situation actuelle est loin d’être parfaite.

    WALLONIE : SYMPA MAIS…

    À ce sujet, une enquête a été réalisée, fin 2015, dans le cadre d’une application mobile (WC asapp) qui permet de localiser et d’évaluer les toilettes accessibles dans les lieux culturels, commerces et établissements horeca. Les enquêteurs se sont rendus au hasard dans 573 lieux avec pour mission d’accéder le plus vite possible à une toilette.

    Ils se sont essentiellement rendus dans les magasins (45,9 %), dans des restaurants (25,66 %) et des cafés (15,36 %). Si les toilettes sont plus facilement accessibles en Wallonie, le manque d’hygiène y est aussi plus marqué. Ainsi, dans 56 % des cas, on a accepté immédiatement de leur indiquer les toilettes. L’enquête, réalisée dans les dix provinces du pays, a bien révélé que l’accès aux toilettes est plus facilement octroyé côté francophone (65,36 %).

    Côté propreté, la situation s’inverse puisqu’on constate une différence de qualité entre les deux parties du pays : 74 % des toilettes sont considérées comme propres en Flandre, contre 44 % au Sud du pays. Enfin, la Flandre compte davantage de WC payants que la Wallonie (14 % contre 4 %).

    Article de D.SCA. Source Sudpresse Sudinfo 

  • Nandrinois Votre carte d’identité sera bientôt sur votre GSM

    Telephone.jpgRassurez-vous, il vous servira toujours bien à téléphoner.

    Mais votre GSM, qui ne cesse décidément de connaître des évolutions, va bientôt pouvoir intégrer une nouvelle fonctionnalité très pratique : votre carte d’identité électronique.

    C’est le ministre des Télécoms, Alexander De Croo (Open VLD) qui vient d’en faire l’annonce à la Chambre.

    « Les quatre grandes banques et les trois opérateurs téléphoniques ont annoncé la commercialisation d’une application d’identification mobile d’ici la fin de l’année », a-t-il expliqué.

    « Une initiative législative doit faire en sorte que l’application mobile ait également accès aux applications publiques telles que Tax-onWeb ou MyPension ».

    SIGNER DES CONTRATS

    À quoi cela servira-t-il ?

    « Grâce à cette application d’identification mobile, les utilisateurs pourront notamment se connecter à leur banque, signer des contrats numériques ou s’identifier sur des sites de e-commerce ».

    Vous aurez donc bientôt accès à tout cela sans devoir le faire depuis un PC muni d’un lecteur de carte d’identité classique.

    Même chose, donc, pour votre déclaration d’impôts.

    Et tout cela aura bien entendu valeur légale. « C’est similaire à l’intégration virtuelle de la carte d’identité dans le téléphone intelligent », confirme d’ailleurs Alexander De Croo.

    Il le définit comme un procédé « pratique, sûr et convivial » qui « contribuera à faciliter l’accès aux applications en ligne pour nombre d’utilisateurs ».

    Et c’est donc aussi la raison pour laquelle il entend bien faire en sorte qu’une série de démarches administratives soient également accessibles à cette nouvelle façon de pratiquer.

    Fedict, l’agence fédérale compétente dans ce domaine, a d’ores et déjà été chargée de monter un projet test en la matière.

    Il devrait se dérouler dès cet automne. Ensuite, le ministre rédigera les textes légaux nécessaires à l’utilisation de l’application.

    Sécurité et respect de la vie privée n’en seront bien entendu pas absents. Seul petit écueil du moment : on ne sait pas encore si l’accès à cette application très pratique pourra se faire gratuitement.

    Et connaissant le monde bancaire…

    Article de CH. C. source Sudpresse Sudinfo 

  • La Belgique veut un nouveau système d’alerte attentat pour smartphones

    i2.JPGLe risque d’attentat constitue une menace avec laquelle les Européens apprennent à composer. Deux jours avant l’ouverture de l’Euro 2016, les pouvoirs publics français ont lancé une application mobile qui alerte les utilisateurs sur leur smartphone en cas d’attentat terroriste.

    Philippe De Backer, secrétaire d’État à la Protection de la vie privée, envisage sérieusement de s’inspirer de ce système qui n’émet aucun son, ni aucune vibration. Il évite ainsi à son utilisateur d’être repéré par le son émis par le téléphone.

    ÉCRAN ROUGE FONCÉ, SILENCIEUX

    Cette application française envoie des messages d’alerte : l’écran devient rouge foncé et affiche le message « Alerte ».

    Il faut pour cela télécharger l’application SAIP (Système d’alerte et d’information des populations) et accepter d’être géolocalisé.

    Ce qui implique potentiellement que les autorités puissent vous localiser en permanence.

    C’est particulièrement sur ce dernier point que le secrétaire d’État à la Protection de la vie privée s’est exprimé. « Le développement d’un tel système doit en même temps se faire dans le plein respect de notre législation relative à la vie privée. »

    L’application délivre également des conseils sur les comportements à adopter en fonction de la nature de l’alerte et de la zone où l’on se trouve. « Un tel système d’alerte doit être aussi efficace que possible et les situations difficiles et dangereuses dans lesquelles les victimes potentielles peuvent se trouver doivent être prises en considération dans le cadre de son développement », pré- cise Philippe De Backer.

    L’ÉCHEC DE BE-ALERT

    En Belgique, un premier pas avait déjà été fait en avril 2014, avec la création du système d’alerte BEAlert, un projet-pilote. La phase de test touche à sa fin. Il a été inefficace ce 22 mars lors des attentats de Bruxelles. Les abonnés n’ont reçu aucune alerte.

    De plus, son mode de fonctionnement est quelque peu passé, avec des messages vocaux, des SMS (le bruit peut poser problème), des e-mails et même des fax. Reste que le système français n’est pas, lui non plus, la panacée.

    Il a notamment échoué lors de l’attentat de Nice, 3 en relayant trop tardivement l’information, comme l'a reconnu le ministre français de l’Intérieur.

    Une mise à jour a été effectuée. L’avenir nous dira si cet outil permettra un jour de sauver des vies. -

    Article de ADM source Sudpresse Sudinfo