Enquête publique Nandrin

  • Nandrin Enquête publique modification partielle du chemin N° 18 rue derrière le Cortis -route du Condroz

    ENQUÊTE PUBLIQUE
    Modification partielle du Chemin N° 18 Rue Derrière le Cortis - Route du Condroz
    L’Administration communale fait savoir qu’une demande de modification du tracé du chemin n° 18 (atlas vicinal de Nandrin), situé derrière un batiment Route du Condroz, 225 à 4550 NANDRIN a été introduite par la SPRL LMC Immobilière.
    Localisation du projet : Route du Condroz – 4550 NANDRIN, parcelles cadastrées 01 A 2 E, 03 B 207/02B, 04 A 91 D.
    Objet de l’enquête : Article 12 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale
    La demande peut être consultée pendant une période de 30 jours francs, du 10 novembre 2017 au 11 décembre 2017, à l’Administration communale, place Ovide Musin, n°3 à 4550 NANDRIN (service urbanisme) :
    - du lundi au mercredi de 08h30 à 12h00 et de 14h00 à 16h00 ; - le jeudi de 08h30 à 12h00 et de 18h à 19h30 ; - le vendredi de 08h30 à 12h00. - Sur rendez-vous pris 48 h. à l’avance auprès de M. Lizen Dominique (085/51.94.79).
    Les personnes qui auraient des observations à formuler au sujet de cette demande sont invitées à les adresser, par écrit, au Collège communal avant le 11 décembre 2017 ou à les signifier lors de la clôture de l’enquête qui aura lieu à la Maison communale, le dit jour, à 11 heures. Fait à NANDRIN, le 8 novembre 2017

    POUR LE COLLEGE COMMUNAL,

    LE DIRECTEUR GENERAL, LE BOURGMESTRE

    , Pierre JAMAIGNE. Michel LEMMENS.

    enquete.JPG

  • Le permis du dossier polémique des huit logements sociaux à Fraineux est annulé

    23414168_10213988830465098_1679503034_n.jpgLe Conseil d’État a donné raison à une riveraine plaignante.

    L e dossier polémique des huit logements sociaux censés être construits à gauche du CPAS, le long de la rue Tige des Saules, a abouti sur la table du Conseil d’Etat.

    Une riveraine voisine directe du projet a en effet introduit un recours contre le permis d’urbanisme délivré par la fonctionnaire déléguée de la Région wallonne.

    La haute juridiction vient de lui donner raison en annulant cette décision.

    Nouveau rebondissement dans le dossier des huit logements sociaux (dont un de transit) prévus à Yernée-Fraineux.

    Pour rappel, le projet, faisant partie du plan d’ancrage communal de Nandrin, est porté par Meuse Condroz Logement qui dispose d’un droit d’emphytéose (finalement voté au conseil communal) sur la parcelle à gauche du CPAS, le long de la rue Tige des Saules.

    La société de logements sociaux avait déposé et obtenu un permis d’urbanisme de la part de la Région wallonne.

    Le Conseil d’Etat vient d’annuler cette décision le 26 octobre dernier. Une riveraine, voisine directe de ces futurs logements, avait effectivement introduit un recours en ce sens.

    Elle estimait que le permis ne contenait pas de motivation suffisante en ce qui concerne l’absence de nécessité de réaliser une étude d'incidences sur le projet global, l’isolation acoustique des constructions par rapport aux vibrations dues aux festivals locaux, l’intégration du projet dans le bâti environnant compte tenu du gabarit des constructions, et l’impact du projet au regard de son bien (situé en face).

    La haute juridiction a balayé les premiers arguments mais lui donne raison sur un point : la perte d’ensoleillement et l’impact sur la rentabilité des panneaux solaires installés sur sa toiture.

    Non pas qu’elle estime que les logements sociaux feront de l’ombre à la riveraine, mais parce que la fonctionnaire déléguée n’a pas évoqué cette réclamation dans son permis et n’a pas expliqué pourquoi elle passait outre : « l’acte est muet » à ce sujet, écrit le Conseil d’Etat dans son arrêt.

    Or, l’auteur du permis est censé motiver sa décision de telle sorte que les riverains qui ont émis des observations précises lors de l’enquête publique puissent comprendre les raisons pour lesquelles elles n’ont pas été prises en considération.

    Comme ce n’est pas le cas, le permis est donc annulé. Une victoire pour le CRAVN, le Collectif pour la ruralité et l'art de vivre à Nandrin, dont la requérante est administratrice mais ne souhaite pas s’exprimer dans la presse.

    Daniel Giltay, secrétaire du CRAVN, estime que les autorités ont fait preuve « d’amateurisme ».

    « Le projet va sûrement revenir mais nous resterons très attentifs. Nous ne sommes pas contre les logements sociaux mais il faut un projet raisonnable en terme de densité notamment.

    Et nous nous battrons jusqu’au bout pour le parc du CPAS », soutient-il.

    Le groupe d’opposition UPN s’est également réjoui de cette décision et décrit Fraineux comme le « village sacrifié de la politique conduite par la majorité », en terme de nuisances. 

    Article de ANNICK GOVAERS

    Source info article complet clic ici 

     

    « La commune est une victime collatérale »

     

    La commune de Nandrin et Meuse Condroz Logement n’ont pas été officiellement informées de l’arrêt du Conseil d’Etat, nous indiquent-elles.

    « Nous sommes l’opérateur référent de ce dossier mais nous suivrons ce que la commune décidera puisque le projet fait partie de l’ancrage communal », glisse Michel Delhalle, directeur de MCL.

    « Ce serait toutefois dommage de laisser tomber le projet », ajoute-t-il.

    « La commune n’a pas fait partie du débat au Conseil d’Etat puisque le permis a été délivré par la Région.

    Nous allons voir si la fonctionnaire déléguée fait un correctif de la motivation ou bien décide de faire une nouvelle instruction », commente Charlotte Tilman, échevine de l’urbanisme.

    « La commune de Nandrin est une victime collatérale car nous ne produisons pas de logements publics alors qu’il y a une forte demande.

    Nous n’en avons que 0,22%... » , rappelle Daniel Pollain, échevin du logement.

    « Dans cet arrêt, il n’y a rien, si ce n’est qu’il y aurait peut-être éventuellement une perte d’argent par rapport aux panneaux solaires de la riveraine.

    Voilà un beau projet commun.

     

    Il s’agit d’une erreur administrative, d’une motivation pas assez argumentée de la fonctionnaire déléguée.

    Il n’y a pas de raison de laisser tomber le projet...

    Si ce n’est qu’il y a des questions juridiques à se poser quant à la pertinence de l’emphytéose (pas encore signée), du nombre de logements et des fonds acquis », déclare le bourgmestre, Michel Lemmens. 

    23316102_10213988831145115_313064673_n.jpg

  • Un dossier datant de 1921 s’est enfin résolue au conseil communal de Nandrin

    C’est une situation datant de... 1921 qui s’est enfin résolue au conseil communal. «  Place Félix Gonda, à Saint-Séverin, l’espace public était trop large.

    Cette année-là, un accord a été conclu entre les autorités communales et un particulier pour lui céder une partie de l’espace public.

    Sauf que le point n’est jamais passé au conseil communal, ce que la loi impose pour que la décision soit effective.

    Pourquoi le passe-t-on aujourd’hui précisément?

    Parce que les personnes concernées voudraient réaliser des travaux d’aménagement.

    Mais en droit, la situation n’est pas totalement résolue.

    Nous vous demandons donc de confirmer la décision du Collège de Saint-Séverin de l’époque  », explique l’échevine Charlotte Tilman.

    Ce que l’ensemble des élus nandrinois a accepté.

    L’échevine a évoqué la réclamation introduite par un riverain concernant les aménagements en question, et a souligné que le point voté ne concernait que la modification partielle du chemin, pas le permis d’urbanisme, deux dossiers bien distincts.

    «  Lors du traitement de la demande de permis, nous serons attentifs à la réclamation  », a-t-elle assuré.

    Article de A.G. article complet clic ici

  • Enquête publique Villers le Temple Nandrin

    ENQUÊTE PUBLIQUE

    Modification partielle du Chemin N° 19 – rue des Loups à Villers-le-Temple

    L’Administration communale fait savoir qu’une demande de modification d’un alignement particulier le long du chemin n° 19, rue des Loups à Villers-le-Temple a été introduite par MATEXI Projects s.a

    Localisation du projet : rue des Loups à Villers-le-Temple,

    parcelle cadastrée à Modave, 4e division, section B n°136G.

    Objet de l’enquête : Article 12 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale La demande peut être consultée pendant une période de 30 jours francs, du 22 septembre 2017 au 23 octobre 2017, à l’Administration communale, place Ovide Musin, n°3 à 4550 NANDRIN (service urbanisme) :

    • du lundi au mercredi de 08h30 à 12h00 et de 14h00 à 16h00 ;

    • le jeudi de 08h30 à 12h00 et de 18h à 19h30 ;

    • le vendredi de 08h30 à 12h00. • Sur rendez-vous pris 48h à l’avance auprès de M. Lizen Dominique (085/51.94.79). Les personnes qui auraient des observations à formuler au sujet de cette demande sont invitées à les adresser, par écrit, au Collège communal avant le 23 octobre 2017 ou à les signifier lors de la clôture de l’enquête qui aura lieu à la Maison communale, le dit jour, à 11 heures.

    Fait à NANDRIN, le 22 septembre 2017

    POUR LE COLLEGE COMMUNAL,

    LE DIRECTEUR GENERAL, LE BOURGMESTRE,

    Pierre JAMAIGNE. Michel LEMMENS.

  • Enquête construction des zones de prévention rapprochée et éloignée de la prise d'eau souterraine potabilisable "Marnave "

    Constitution des zones de prévention rapprochée et éloignée de la prise d’eau souterraine potabilisable « Marnave » Concerne la demande de la société coopérative Intercommunale de Distribution d’Eau de Nandrin, Tinlot et environs, route du Condroz, 319 à 4550 NANDRIN en vue de constituer les zones de prévention rapprochée et éloignée de la prise d’eau souterraine potabilisable « Marnave ». Le dossier peut être consulté à l’administration communale à partir du 10 juillet 2017 Date d’affichage de la demande : 4 juillet 2017 Date d’ouverture de l’enquête : 10 juillet 2017 Durée de l’enquête : 30 jours.

    L’enquête publique est suspendue du 16 juillet au 15 août.

    Date, heure et lieu de clôture de l’enquête : le 10 septembre 2017 à 11h00, Administration communale – Place Ovide Musin n° 3 à 4550 NANDRIN ;

    Le bourgmestre, Porte à la connaissance de la population qu’une enquête publique est ouverte, relative à la demande susmentionnée.

    Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête, chaque jour ouvrable pendant les heures de service : du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h, du lundi au mercredi de 14h à 16h et le jeudi de 18h à 19h30 ou sur rendez-vous auprès du conseiller en aménagement du territoire et en urbanisme (Xavier CALLEBAUT, 085/51 94 99) à l’administration communale, Place Ovide Musin, 3 à 4550 NANDRIN.

    Lorsque la consultation a lieu un jour ouvrable après 16h ou le samedi matin, la personne souhaitant consulter le dossier doit prendre rendez-vous au plus tard 24 heures à l’avance, à NANDRIN, auprès de Xavier CALLEBAUT, 085/51 94 99.

    Tout intéressé peut formuler ses observations écrites ou orales auprès de l’administration communale (Place Ovide Musin, 3 à 4550 NANDRIN) dans le délai mentionné ci-dessus, jusqu’à la date de fin de l’enquête.

    Les réclamations et observations verbales sont recueillies sur rendez-vous par l’agent délégué à cet effet

  • Un nouveau projet de logements sociaux à la Gendarmerie

    Mercredi soir, les riverains étaient conviés à la présentation du nouveau projet de logements sociaux à l’ancienne Gendarmerie, rue de la Gendarmerie, à Nandrin.

    Une dizaine d’entre eux a fait le déplacement, moins que lors de la première réunion d’information. Meuse Condroz Logement, aux manettes du dossier, a montré les nouvelles esquisses réalisées après la remise en question des habitants et de la commune concernant la première mouture du projet.

    Celle-ci prévoyait en tout 10, puis 9 logements publics, à la fois à l’intérieur de la Gendarmerie, mais aussi au sein d’une annexe parallèle au bâtiment existant, à l’arrière. Cet emplacement et la densité des logements avaient fait réagir les riverains. Une vingtaine de réclamations avaient ainsi été introduites au terme de l’enquête publique.

    L’échevin nandrinois du logement, Daniel Pollain, s’était rangé à leur avis et avait rencontré Meuse Condroz Logement pour rediscuter du projet. Finalement, les plans ont bien été adaptés, comme l’a montré l’architecte lors de la réunion d’information. Deux changements. D’abord, de 9 logements sociaux, on passe à 7 : 5 dans l’ancienne Gendarmerie rénovée et 2 dans la nouvelle construction (un logement deux chambres et un logement quatre chambres).

    « La composition d’une à quatre chambres est voulue pour assurer une mixité de population au sein de ces logements », pointe Lorraine Jacques, maître d’ouvrage à Meuse Condroz Logement.

    Ensuite, l’emplacement de l’annexe change. Elle n’est plus prévue au milieu du jardin, parallèle à la Gendarmerie, mais perpendiculaire à celle-ci, le long de la voirie (à gauche).

    « En collaboration avec la commune de Nandrin, nous souhaitons construire un bâtiment qui réponde à de multiples critères : urbanisme, intégration dans un milieu…

    La nouvelle disposition est plus logique par rapport aux zones de construction », indique-t-elle.

    Elle permet notamment de préserver l’intimité des futurs locataires mais aussi des voisins dans leur jardin.

    Les réactions des riverains ont été globalement positives, selon l’échevine de l’aménagement du territoire, Charlotte Tilman qui était présente.

    « On est content d’avoir pu faire évoluer les choses, que les esquisses satisfassent globalement toutes les parties », commente-t-elle. Impossible pour l’heure de chiffrer le montant des travaux.

    « Nous n’en sommes qu’aux esquisses, le permis n’est pas introduit », précise Lorraine Jacques.

    Selon les premières estimations, on pourrait voir le premier locataire emménager d’ici quatre ans.

     ANNICK GOVAERS

    1147395687.25.JPG

  • Enquête publique modification partielle du chemin 5 à Saint-Séverin Nandrin

    L’Administration communale fait savoir qu’une demande de modification d’un alignement particulier le long du chemin n° 5, Place Félix Gonda, 14 à Saint-Séverin a été introduite par Monsieur et Madame ERS-D’ONOFRIO.

    Localisation du projet : Place Félix Gonda, 14 – 4550 NANDRIN/SAINT-SEVERIN, parcelle cadastrée 04 B 244 G.

    Objet de l’enquête : Article 12 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale La demande peut être consultée pendant une période de 30 jours francs, du 15 juin 2017 au 14 juillet 2017, à l’Administration communale, place Ovide Musin, n°3 à 4550 NANDRIN (service urbanisme) : • du lundi au mercredi de 08h30 à 12h00 et de 14h00 à 16h00 ; •

    le jeudi de 08h30 à 12h00 et de 18h à 19h30 ;

    • le vendredi de 08h30 à 12h00.

    • Sur rendez-vous pris 48 h.

    à l’avance auprès de M. Lizen Dominique (085/51.94.79). Les personnes qui auraient des observations à formuler au sujet de cette demande sont invitées à les adresser, par écrit, au Collège communal avant le 14 juillet 2017 ou à les signifier lors de la clôture de l’enquête qui aura lieu à la Maison communale, le dit jour, à 11 heures.

    Fait à NANDRIN, le 15 juin 2017

    POUR LE COLLEGE COMMUNAL,

    LE DIRECTEUR GENERAL FF,

    XAVIER CALLEBAUT.

    LE BOURGMESTRE,

     Michel LEMMENS.

  • Une vingtaine de riverains ont transmis, leurs inquiétudes concernant le projet logements de MCL rue de la gendarmerie à Nandrin

    DSC01584.JPGLogements publics: 20 réclamations.

    L’enquête publique concernant la transformation de l’ancienne Gendarmerie et la construction d’un bâtiment à l’arrière, tous deux destinés à abriter des logements publics (9 en tout) vient de s’achever.

    Une vingtaine de riverains ont transmis, par écrit, leurs inquiétudes au Collège nandrinois concernant ce projet porté par Meuse Condroz Logement. 

    «J’habite juste à côté de l’ancienne Gendarmerie. De ma terrasse et même de mon salon, j’aurais vue sur le nouveau bâtiment qui est prévu. ne me convient pas du tout, c’est beaucoup trop près.

    Je suis en train d’essayer de vendre ma maison et si ce projet tel qu’il est présenté se concrétise, je trouverai très difficilement acquéreur », souffle Guillemine Monami, 73 ans qui souligne toutefois n’avoir aucune objection au réaménagement de l’ancienne Gendarmerie en logements sociaux.

    « C’est à rue donc ça ne me dérange pas », ajoute-telle.

    Cette riveraine fait partie de la vingtaine de Nandrinois (dont une lettre avec 10 signatures) à avoir transmis ses inquiétudes et réserves au Collège communal, lors de l’enquête publique qui vient de s’achever.

    « Elles portent principalement sur la densité (et le flux de circulation qu’elle engendre) et l’esthétique du nouveau bâtiment prévu à l’arrière.

    Pas sur le principe de création de logements sociaux en tant que tel », rapporte Daniel Pollain, échevin nandrinois du logement.


    «ON S’EST TROMPÉ»

    La société de logements sociaux Meuse Condroz Logement souhaite effectivement l’aménagement de 5 logements publics dans le bâtiment de l’ancienne Gendarmerie et de 4 autres dans une nouvelle construction à bâtir à l’arrière.

    Un dossier du plan d’ancrage communal 2014-2016 qui prévoyait au départ dix logements sociaux. MCL a finalement déposé une demande de permis pour neufs logements dont deux modulables (dans un bâtiment et sur un terrain qui appartiennent à la commune de Nandrin qui les lui céderait par la suite via un bail emphytéotique), d’où l’organisation d’une enquête publique.

    Les arguments avancés par les riverains ont fait mouche auprès de l’échevin Daniel Pollain. « Le Collège doit encore donner son avis, et c’est la fonctionnaire déléguée de la Région qui décidera d’accorder le permis ou non. Pour ma part, et le Collège me suit, je suis sensible aux remarques formulées avec pertinence par les riverains.

    On a tout à gagner à reconsidérer le projet autrement, pour le bien de tous, des riverains mais aussi des futurs occupants. Nous aurions certes pu nous en douter plus tôt, mais nous pensions que ce projet nous permettrait de rattraper notre retard (Nandrin n’a que 0,23% de logements sociauxsur son territoire).

    On s’est trompé », reconnaît-il.

    « L’échevine Charlotte Tilman et moi-même allons rencontrer Meuse Condroz Logement la semaine prochaine pour discuter de la possibilité d’adapter le projet, notamment en diminuant un peu le nombre de logements .»

    ANNICK GOVAERS

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Enquête publique modification de voirie entre Nandrin et Neupré

    enquete publique Source Sudinfo.JPG

    ENQUÊTE PUBLIQUE

    Modification de voirie Partie limitrophe entre Nandrin et Neupré L’Administration communale fait savoir que les Collèges communaux de Nandrin et de Neupré ont décidé la création d’un nouveau chemin du Bois des Haies des Moges en échange de la suppression des sentiers n°53 et 68 entre Rotheux-Rimière et Ehein.

    Localisation du projet : Entre la Chaussée de Marche et la rue Haie des Moges 4120 NEUPRE.

    Objet de l’enquête : Article 12 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale. La demande peut être consultée pendant une période de 30 jours francs, du 9 décembre 2016 au 9 janvier 2017, à l’Administration communale, place Ovide Musin, n°3 à 4550 NANDRIN

    (service urbanisme) : - du lundi au mercredi de 08h30 à 12h00 et de 14h00 à 16h00 ; - le jeudi de 08h30 à 12h00 et de 18h à 19h30 ; - le vendredi de 08h30 à 12h00.

    - Sur rendez-vous pris 48 h. à l’avance auprès de M. CALLEBAUT (085/51.94.99).

    Les personnes qui auraient des observations à formuler au sujet de cette demande sont invitées à les adresser, par écrit, au Collège communal avant le 9 janvier 2017 ou à les signifier lors de la clôture de l’enquête qui aura lieu à la Maison communale, le dit jour, à 11h.
    POUR LE COLLÈGE COMMUNAL, LE DIRECTEUR GÉNERAL,

    LE BOURGMESTRE, Pierre JAMAIGNE. Michel LEMMENS

  • Enquête publique demande de déclassement d'une croix en pierre calcaire à été introduite

    enquete publique 26 juillet 2016 rue de  la chapelle nandrin.Blog.jpg

    Source photo de la Croix PPNA 

    Le petit patrimoine religieux de Nandrin par L’ASBL Patrimoine du pays de Nandrin PPNA

    enquete publique 26 juillet 2016 rue de  la chapelle nandrin.JPG

    enquete publique.JPG

  • Enquête publique,permis d'urbanisation modification de voirie à Nandrin

    enquete public nandrin 10 juin 2016.JPG

    ENQUÊTE PUBLIQUE PERMIS D’URBANISATION / MODIFICATION DE VOIRIE

    L’Administration communale fait savoir qu’une demande de permis d’urbanisation comprenant une modification de voirie communale concernant l’urbanisation d’un bien en 9 lots dont 1 à exclure a été introduite par IMMOBEL S.A. Rue de la Régence, 58 à 1000 BRUXELLES.

    Localisation du projet : Rue de Famioul à 4550 Nandrin, bien cadastré 1ère Div, Section A, N° 143 F. Objet de l’enquête : - Article 330, 8°, les demandes de permis de lotir ou de permis d’urbanisme relatives à des constructions groupées visées à l’article 126 qui peuvent comporter un ou plusieurs bâtiments visés aux 1°, 2°, 3°, 4° et 5°; - Décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale ;

    La demande peut être consultée pendant une période de 30 jours francs, du 02/06/2016 au 01/07/2016, à l’Administration communale, place Ovide Musin, n°3 à 4550

    NANDRIN (service urbanisme) : − du lundi au mercredi de 08h30 à 12h00 et de 14h00 à 16h00 ; − le jeudi de 08h30 à 12h00 et de 18h00 à 19h30 ; − le vendredi de 08h30 à 12h00 ; −

    Soit sur rendez-vous pris au moins 48 h. à l’avance (085/51.94.79). Les personnes qui auraient des observations à formuler au sujet de cette demande sont invitées à les adresser, par écrit ou par email (urbanisme@nandrin. be), au Collège communal avant le 01/07/2016 ou à les signifier lors de la clôture de l’enquête qui aura lieu à la Maison communale, le dit jour, à 11 heures.

    Une réunion d’information sera organisée, dans les locaux de l’Administration communale, place Ovide Musin, n°3 à 4550 NANDRIN (service urbanisme), le 01/07/2016 à 10 heures. Fait à NANDRIN, le 01/06/2016

    POUR LE COLLEGE COMMUNAL, LE DIRECTEUR GENERAL FF, LE BOURGMESTRE,

    Xavier CALLEBAUT. Michel Lemmens.

  • Nouvelle demande pour la création d’un Bricomarché à Nandrin

    i2.JPGUne enquête publique a été lancée ce 26 mai, et sera ouverte jusqu’au 9 juin, à Nandrin et dans ses communes avoisinantes.

    Elle concerne la création d’un Bricomarché, situé sur la route du Condroz, entre l’Intermarché et le restaurant chinois, derrière la station-service.

    Un projet qui n’est pas tout neuf, et qui se fait chaque fois recaler.

    Ainsi, il a déjà été refusé plus de trois fois par la commune.

    Mais rien à faire, le promoteur persiste, comme nous l’explique le bourgmestre Michel Lemmens.

    « Cela date de 96-97, et cela revient tous les 2-3 ans sur la table. Chaque fois, notre majorité demande au promoteur de faire des aménagements, et chaque fois il refuse. Il a déjà introduit des recours à la Région wallonne qui a également dit non.

    Il y a notamment des problèmes de mobilité, de parking, concernant les dimensions du magasin, etc ». Au total, ce dernier veut créer une surface commerciale de 2.000 m2 .

    « Bien entendu, il y a des avantages liés à ce magasin, comme la création d’emplois. Mais au niveau de la concurrence, il faut se demander s’il y a assez de place pour tout le monde, car il y a déjà plusieurs magasins de bricolage dans la région », ajoute Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire.

    Article de D.T source Sudpresse Sudinfo http://journal.lameuse.be/

  • Réunion d’infos le 12 mai 2016 pour le parc éolien Clermont-sous -Huy / Saint-Séverin Nandrin

    eoliennes.jpgNPG Energy et Lampiris prévoient d’introduire prochainement un projet commun de parc éolien entre les villages de Clermont-sous-Huy à Engis, d’Ehein à Neupré et de Saint-Séverin à Nandrin.

    « Auparavant, nous avions proposé chacun un projet séparé qui, tous deux, ont finalement été rejetés, du coup, nous avons décidé de mettre en commun le projet d’un parc éolien afin de l’optimaliser au maximum », explique Thomas Cornet, chef de projets chez NPG Energy.

    « Concrètement, il s’agit de 5 machines de type classique sur une hauteur de 150m au total et une puissance entre 2 et 3,5 mégawatts. » C’est là le seul projet en co développement entre les deux sociétés et également le seul projet éolien situé dans le Condroz pour NPG Energy.

    « L’endroit choisi n’est pas un hasard, il y a un bon espace et de très bonnes conditions venteuses. » Afin d’entendre les remarques des citoyens, une réunion d’information du public sera organisée par NPG Enregy et Lampiris le jeudi 12 mai prochain à 19h à la salle des fêtes de Clermont-sous-Huy, école des Houx, Aux Houx 1.

    Outre la présentation du projet, cette réunion permettra au public de s’informer et d’émettre ses observations et suggestions, de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l’étude d’incidences et de proposer des alternatives techniques. La réunion sera suivie d’une enquête publique. 

    Article de CL source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/


    AVIS Etude d’incidences sur l’environnement – Etablissement de classe 1 Information du public avant l'introduction d’un projet de parc éolien à Engis NPG Energy, ayant son siège Tongersesteenweg 99 B-3770 RIEMST et Lampiris, ayant son siège rue Saint Laurent 54, 4000 LIEGE, prévoient d’introduire prochainement un projet commun de parc éolien entre les villages de Clermont-sous-Huy sur Engis, de Ehein sur Neupré, et de Saint-Séverin sur Nandrin.

    Conformément aux dispositions du Code de l’Environnement, cette demande de permis doit faire l’objet d’une ETUDE D’INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT et d’une REUNION D’INFORMATION DU PUBLIC, à laquelle quiconque est invité à assister.

    La REUNION D’INFORMATION DU PUBLIC

    aura lieu le jeudi 12 mai 2016 à 19h00 à, à la salle des fêtes de Clermont-sous-Huy :

    Ecole des Houx Aux Houx 1 4480 Clermont-sous-Huy Cette réunion d'information est organisée par NPG Energy et Lampiris, avant le dépôt de la demande d’autorisation, et a pour objet :

    1. de permettre au demandeur de présenter son projet ;

    2. de permettre au public de s'informer et d'émettre ses observations et suggestions concernant le projet ;

    3. de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l'étude d'incidences ;

    4. de présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afin qu'il en soit tenu compte lors de la réalisation de l'étude d'incidences. Des informations sur ce projet peuvent être obtenues auprès de la personne suivante :

    Thomas CORNET Chef de projets Tongersesteenweg 99 B – 3770 Riemst

    wind@npgenergy.eu

  • Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement »

    admnopposition.jpg

    L’opposition

    Du côté de l’opposition, Benoît Ramelot, chef de groupe Tous Ensemble, se montre fataliste.

    « Je n’étais pas favorable à ce projet de maison communale par rapport à son coût total qui pourrait profiter à d’autres projets prioritaires.

    Maintenant, à partir du moment où il est sur les rails, je ne vais pas m’acharner contre.

    On vérifiera toutefois si cela se fait dans les règles et dans le raisonnable », indique-t-il.

    Marc Evrard, à la tête de « Pour Nandrin », annonce que son groupe marquera une abstention au prochain conseil communal. « Le rapprochement de la commune et du CPAS est une bonne chose à terme.

    Dans un souci de rationalisation, mettre les personnes sous un même toit est logique.

    Cependant, par les temps qui courent, nous n’avons pas les moyens d’investir entre 1,8 et 2,3 millions d’euros pour un tel projet luxueux.

    La commune de Nandrin se désendette, or ici nous allons repartir dans une spirale d’endettement.

    Par ailleurs, n’y a-t-il pas d’autres projets plus utiles pour les citoyens ?

    L’église de Nandrin, propriété communale, mérite également réflexion. »

    Article de  A.G 

    L’article complet et les réactions dans La Meuse Huy-Waremme de ce mardi.

  • Réunion d’infos le 12 mai 2016 pour le parc éolien Clermont-sous -Huy / Saint-Séverin Nandrin

    eoliennes.jpgNPG Energy et Lampiris pré- voient d’introduire prochainement un projet commun de parc éolien entre les villages de Clermont-sous-Huy à Engis, d’Ehein à Neupré et de Saint-Séverin à Nandrin.

    « Auparavant, nous avions proposé chacun un projet séparé qui, tous deux, ont finalement été rejetés, du coup, nous avons décidé de mettre en commun le projet d’un parc éolien afin de l’optimaliser au maximum », explique Thomas Cornet, chef de projets chez NPG Energy.

    « Concrètement, il s’agit de 5 machines de type classique sur une hauteur de 150m au total et une puissance entre 2 et 3,5 mégawatts. » C’est là le seul projet en co développement entre les deux sociétés et également le seul projet éolien situé dans le Condroz pour NPG Energy.

    « L’endroit choisi n’est pas un hasard, il y a un bon espace et de très bonnes conditions venteuses. » Afin d’entendre les remarques des citoyens, une réunion d’information du public sera organisée par NPG Enregy et Lampiris le jeudi 12 mai prochain à 19h à la salle des fêtes de Clermont-sous-Huy, école des Houx, Aux Houx 1.

    Outre la présentation du projet, cette réunion permettra au public de s’informer et d’émettre ses observations et suggestions, de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l’étude d’incidences et de proposer des alternatives techniques. La réunion sera suivie d’une enquête publique. 

    Article de CL source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/

  • Nandrin Ligne à haute tension : le Collège rend un avis négatif

    ligne haute tension nandrin.JPG

    Comme prévu, le Collège nandrinois a rendu un avis défavorable concernant la remise en service de la ligne à haute tension Gramme-Rimière qui traverse sept zones d’habitat à Nandrin.

    Pour rappel, l’enquête publique vient de se terminer, 27 réclamations ont été introduites et une pétition de 231 signatures a été remise à la commune.

    « Nous avons repris en grande partie les remarques des riverains comme le principe de précaution par rapport à la santé (70 kV, c’est déjà pas mal...).

    On s’inquiète aussi de la convention des années trente qui liait le gestionnaire du ré- seau et les propriétaires des terrains où sont placés les poteaux.

    Elle prévoirait un démantèlement de la ligne à la fin de l’exploitation.

    Au niveau civil, qu’en est-il de cette convention ? Nous demandons aussi qu’Elia propose des alternatives pour éviter les zones urbanisées», indique Charlotte Tilman, échevine nandrinoise de l’aménagement du territoire.

    L’avis du Collège, qui a suivi unanimement la position de l’échevine, n’est néanmoins que consultatif. C’est à la Région wallonne que revient le dernier mot. La décision sera rendue le 22 juin prochain.

     

     

    Source Sudpresse La Meuse article de  ANNICK GOVAERS

     

    Journal en PDF

    Vendredi 22 Mai 2015

    Vendredi 22 Mai 2015

  • Nandrin « Non au retour de la ligne à haute tension »

    Elia1.JPG

    Elia compte réexploiter ses pylônes, inutilisés depuis 35 ans. Les riverains font front

    Après un premier permis d’urbanisme cassé par le Conseil d’Etat en 2013, Elia remet le couvert.

    Le gestionnaire du réseau à haute tension a en effet réintroduit une demande pour exploiter à nouveau la ligne Gramme-Rimière, qui traverse 5 communes.

    Pour rassurer les riverains, il organisait lundi soir, à la demande de la commune de Nandrin, une réunion publique. Les habitants ne comptent pas se laisser faire.

    À Villers-le-Temple, les pylônes font partie du paysage.

    Rue Neupont ou rue des Loups, notamment, les terrains se sont vendus au fil des ans et de nouvelles belles constructions ont vu le jour, parfois au pied des pylônes, inactifs depuis les années 1980.

    Les Preud’homme sont concernés.

    « On a acheté notre terrain en 2006 en connaissance de cause.

    On savait qu’on verrait les pylônes de notre jardin mais tant qu’ils ne transportaient pas de courant, ça ne nous dé- rangeait pas. À l’époque, la commune nous avait dit qu’ils resteraient hors tension.

    Aujourd’hui, Elia veut remettre du courant et nous voilà refaits», lance Frédéric Preud’homme. En tout, une soixantaine d’habitations s(er)ont impactées par les 5,3 km de la ligne qui traverse 5 communes : Nandrin, Neupré, Tinlot, Modave et Huy.

    Vu la proximité de certaines maisons, deux pylônes devront être rehaussés de quatre mètres. La petite famille craint le bruit des grésillements, les champs électromagnétiques, la dégradation du paysage et la dévaluation de sa maison. « En 1934, il y avait très peu d’habitations dans le coin quand les structures ont été posées.

    Aujourd’hui, la densité de population est bien plus importante. Qu’on ne me dise pas que cette ligne est d’intérêt public car si c’était le cas, Elia n’aurait qu’à la dé- placer dans une zone agricole mais forcément, cela coûterait cher. »

    En 2010, il n’a pas participé à l’action au Conseil d’Etat contre le permis d’urbanisme régional donnant le feu vert à la remise en service de la ligne à haute tension.

    Alain Henry, agriculteur et conseiller communal, était à l’origine de cette procédure et avait obtenu gain de cause. Le Conseil d’Etat estimait qu’Elia n’avait pas fourni assez d’informations sur les conséquences de cette ligne sur la santé et l’environnement.

    « Heureusement qu’il était au courant parce que nous, nous n’avions pas été avertis de rien. »

    Cette fois, le Nandrinois et ses voisins comptent bien faire entendre leur voix. «J’ai lancé une pétition la semaine dernière qui a déjà récolté 200 à 300 signatures, principalement à Nandrin. Nous venons aussi de créer un collectif de riverains. S’il le faut, nous irons en justice. »

     

    Source Sudpresse La Meuse H-W

    Article de ANNICK GOVAER

    elia 2.JPG

    elia 3.JPGLE GESTIONNAIRE ELIA

     

    « La situation actuelle n’est pas tenable »

     

    Elia, propriétaire de ces pylônes, avance la nécessité de la remise en tension.

    « Nos équipes techniques constatent une surcharge de 30 % et un niveau de tension trop bas sur les boucles électriques de Hesbaye et du Condroz lorsqu’un élément vient à manquer (quand un arbre tombe sur un câble par exemple).

    Cette situation n’est pas tenable pour assurer la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau électrique », déclare Sophie De Bats, responsable communication infrastructures d’Elia lors d’une conférence de presse précédant la réunion publique organisée par la commune de Nandrin (la seule des cinq concernées).

    « Cette réunion n’est pas obligatoire mais nous voulons présenter notre projet aux riverains et leur expliquer que toutes les dispositions sont prises pour le respect de l’environnement et la sécurité de tous ».

    L’utilisation de la ligne GrammeRimière entre Huy et Neupré passerait de 150 kV avant la mise hors tension à 70 kV. Quels sont les risques pour la santé des riverains ?

    « Aucune étude scientifique menée sur des cellules ou des animaux n’a prouvé un impact sur la santé. Et les études sur de grandes populations sont contradictoires.

    La recommandation européenne pour une exposition permanente du public est fixée à 5.000 volts par mètres. Or, ici, on parle d’un projet de moins de 600 V/m », ajoute Jean Hoeffelman, expert d’Elia.

    L’enquête publique à Nandrin court jusqu’au 12 mai. La Région décidera ou non d’octroyer le permis le 22 juin. 

    Source Sudpresse La Meuse H-W

    Article de ANNICK GOVAER

     

    Journal en PDF

    Mardi 5 Mai 2015

    Mardi 5 Mai 2015

  • Commune de Nandrin enquête publique

    enquete.JPG

    Déclassement partiel des sentiers n°46 et 59 à Villers-le-Temple
    L’Administration communale fait savoir qu’une demande de déclassement partiel des sentiers n°46 et 59 à Villers-le-Temple a été introduite par le bureau SAGEO.
    Localisation du projet : Rue sur les communes, parcelles cadastrées 2e division, section
    D n°216R2, 216A4, 216N, 216B4, 216C4, 216A3.
    Objet de l’enquête : Article 12 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale.
    La demande peut être consultée pendant une période de 30 jours francs, du 27 février au
    30 mars 2015, à l’Administration communale, place Ovide n°3 à 4550 Nandrin (service urbanisme) :
    - Du lundi au mercredi de 8h30 à 12h et de 14h à 16h,
    - Le jeudi de 8h30 à 12h et de 18h à 19h30,
    - Le vendredi de 8h30 à 12h.
    Les personnes qui auraient des observations à formuler au sujet de cette demande sont invitées à les adresser, par écrit, au Collège communal avant le 30 mars 2015 ou à les signifier lors de la clôture de l’enquête qui aura lieu à la maison communale, le dit jour, à 11 heures.
     
    Fait à Nandrin, le 27 février 2015
     
    Pour le Collège communal,
     
    Le Directeur Général,                                       Le Bourgmestre,
     
    Pierre JAMAIGNE                                                 Michel LEMMENS