Dégâts Nandrin

  • L'heure est au nettoyage à Nandrin

    Selon Philippe Dessers contremaître en chef à la commune de Nandrin, une semaine sera nécessaire pour tout remettre en état. «  Le nouveau bâtiment lui a été sauvé de justesse.  » La commune reçoit également aujourd’hui beaucoup d’appels d’habitants touchés par les intempéries. «  Certaines personnes nous appellent pour qu’on vienne enlever la boue dans leurs allées mais c’est d’abord priorité à l’intérêt public puis on ira donner un coup de main aux particuliers. »

    De gros orages ont touché particulièrement le Condroz ce mercredi et la commune de Nandrin n’a pas été épargnée. Après les retrait des eaux, les rues ont été par endroit totalement recouvertes de boue et certaines bâtiments ont fortement touché. «  Les rues ont été inondées de boue et de pierres, une dizaine de maisons ont été un peu noyées  » explique Philippe Dessers, .

    Les bâtiments de l’actuelle maison communale ont également bien souffert durant toute la soirée d’hier. «  Les bureaux du rez-de-chaussée ont été entièrement inondés. Il y a des dégâts sur certains meubles mais aussi sur des caisses de documents. Il y a donc quelques pertes à ce niveau-là.  »

     

    PAR MARIE LARDINOIS

     L'ACTU DE HUY WAREMME

    Article Complet et photos clic ici 

     

     

  • Le club de football de Templiers a aussi eu les pieds dans l’eau

    Le club de football de Templiers a aussi eu les pieds dans l’eau. Le rez-de-chaussée où se trouvent notamment les vestiaires a été inondé. « C’est la première fois que ça arrive  » raconte Louis Delrée, vice-président du club.

    Sur le terrain synthétique, par contre, il n’y a aucun dégât à déclarer, «  les plaques synthétiques ont bougé pendant les averses mais se sont remises en place.  » Pour Louis Delrée, tout serait dû à un égoût bouché situé près de l’entrée du parking.

    «  Il y a eu un défaut pendant les travaux. L’égoût est bouché depuis des lustres.  »

    Si tout n’est pas rentré dans l’ordre d’ici ce jeudi soir, il est possible que l’entrainement soit annulé.

    Le parking du club a lui aussi souffert des coulées d’eau, de pierres et de boue en creusant une profonde ornière. On retrouve notamment une quantité importante de cailloux dans le bas du parking.

    PAR MARIE LARDINOIS

     L'ACTU DE HUY WAREMME

    Article Complet et photos clic ici 

    32655359_2045810368968075_6804788764641067008_n.jpg

    32881778_2045810415634737_465803050225762304_n.jpg

    32635746_10215485236954325_8119755945057189888_n.jpg

    31649379_10215485236754320_8302340734296522752_n.jpg

     

  • Réveil difficile à Nandrin suite des inondations du 16 mai 2018 , photos d'aujourd'hui 17 mai 2018

    Après les images  impressionnantes d'hier 16 mai 2018 au soir , le réveil sur Nandrin est un peu difficile .

    Nandrin , Saint-Séverin et de nombreux endroits ont souffert de la violence de la pluie et de la grêle .

    Les pompiers et les ouvriers du service voirie ont été à pied d'oeuvre une bonne partie de la soirée et de la nuit .

     

     

     

    Voici les photos du réveil sur Nandrin clic ici 

     

     

    nandrin,suite inondations,16 mai,17 mai 2018,dégatsL’eau reste potable à Nandrin , intercommunale des eaux de Nandrin procédera toute la journée à des opérations techniques clic ici

    Retour à la normal aux alentours de 15 h info IDEN

     Le château d'eau de Scry  a été complètement vidé par mesure de sécurité

     

    «  L’IDEN (intercommunale des eaux de Nandrin) procédera toute la journée à des opérations techniques pour résoudre le problème. L’eau sera coupée dans certaines zones, notamment à Villers-le-Temple. À Saint-Séverin et Nandrin, la pression sera réduite. Si la situation devait se prolonger, un service d’aide sera mis en place par l’IDEN et les autorités locales.  »

    nandrin,suite inondations,16 mai,17 mai 2018,dégatsLes services au public de l’administration communale seront fermés toute la journée clic ici  aujourd'hui 17 mai 2018 à Nandrin

     

    nandrin,suite inondations,16 mai,17 mai 2018,dégatsLa nuit fut longue à Nandrin après les inondations du 16 mai 2018 clic ici

     

     

     

    nandrin,suite inondations,16 mai,17 mai 2018,dégatsLes gens ont dû quitter le stade de foot à Nandrin les pieds dans l’eau 16 mai 2018 clic ici

     

     

  • La nuit fut longue à Nandrin après les inondations du 16 mai 2018

    c’est clairement tout le territoire de Nandrin qui a été touché. Place Ovide Musin, face à l’administration communale, le village de Yernée-Fraineux (notamment rue Saint-Séverin), rue des Quatre Bras à Villers-le-Temple, rue sur Haies également, Bois de la Croix Claire… «  C’est vraiment éparpillé un peu partout  », commente l’échevin Daniel Pollain, «  avec des conséquences qui sont plus ou moins importantes selon les endroits. Ce sont surtout des coulées de boue et de l’eau. Les pompiers(de la zone de secours Hemeco, NDLR) et les services communaux sont sur le pied de guerre. Les riverains aussi se montrent solidaires et tentent d’évacuer l’eau… Mais il n’y a rien à faire, la pluie est tombée d’une telle abondance en une demi-heure que les terres ne l’absorbent plus. Nous supposons bien sûr qu’il y aura des dégâts. Nous en tirerons un bilan complet ce jeudi  », a-t-il conclu.

    En dehors de l’entité nandrinoise, où une vingtaine d’interventions étaient recensées vers 21h, les pompiers hutois ont également été appelés du côté de Marchin, principalement pour des vidanges de caves, ainsi qu’un morceau de toiture envolé.

    Les Photos clic ici 

     

    Partout à Nandrin article complet clic ici 

    aj1.jpg

    ab.jpg

     

     

     

     

    *aj3.jpg

    aj2.jpgah2.jpg

    ah6.jpg

  • Les gens ont dû quitter le stade de foot à Nandrin les pieds dans l’eau 16 mai 2018

    Les intempéries qui se sont abattues en région hutoise ce mercredi soir, peu après 19h, n’ont duré qu’un bon quart d’heure. Et pourtant, cela a suffi à engendrer d’impressionnantes inondations. L’entité de Nandrin a été principalement touchée.

    À commencer notamment par le site du club de football de Templiers-Nandrin, rue du Péry. Des enfants se trouvaient en plein entraînement, tandis que d’autres, âgés d’une douzaine d’années, étaient occupés à jouer un second match du Mundialito, quand une véritable « drache » est tombée. En quelques minutes à peine, les deux terrains synthétiques ont été recouverts d’eau. «  On se trouve dans une cuvette ici  », introduit Paul Henrotay, secrétaire du club. «  Toutes les eaux des prés aux alentours se sont déversées ici. Et le diamètre des canalisations de sortie n’est pas suffisant que pour tout évacuer au fur et à mesure.  »

    Les activités ont été interrompues et les personnes présentes -environ 200- se sont protégées à l’intérieur de la cafétéria, installée à l’étage. « Tout le rez-de-chaussée, où se trouvent les vestiaires, la chaufferie et la buanderie, a été bien touché. Il y a sans doute des dégâts dus à la boue. La chaudière à mazout a aussi été noyée, nous sommes donc en panne de chauffage  », a-t-il poursuivi. «  Un moment, il y avait bien 50 centimètres d’eau partout. J’avoue, j’ai même cru que ma voiture, sur le parking, allait finir par se soulever si cela ne s’arrêtait pas. Il a fallu attendre pour partir… L’entrée principale était sous eaux également. Il fallait alors faire tout un tour et escalader une clôture pour quitter les lieux.  »

    Peu après 21h, le secrétaire ne s’inquiétait pourtant pas davantage. «  Il y a quatre ans, nous avons déjà connu un scénario pareil. Ici, le premier terrain a déjà quasi absorbé toute l’eau. Sur le second, elle s’évacue doucement… Dans ce genre de cas, le terrain synthétique se soulève, on aurait même l’impression que tout va s’arracher, mais le drainage est très bien fait !  »

    32635746_10215485236954325_8119755945057189888_n.jpg

    31649379_10215485236754320_8302340734296522752_n.jpg

     

    Article complet photos et vidéo Clic ici 

     

    Toutes les photos clic ici 

  • La mère de famille de Nandrin a entendu un gros boum dans son sommeil : J’ai été pétrifiée confie-t-elle

    Frappés par la tempête à Nandrin: «Notre fils est un héros»

    La mère de famille a entendu un gros boum dans son sommeil : « J’ai été pétrifiée », confie-t-elle

    Cela fait maintenant trois jours que la famille Vandervoort a été victime de la tempête Eleanor. Ces habitants de la rue sur Haies, à Nandrin, ont littéralement vu leur maison détruite par les fortes rafales de vent qui ont sévi durant la nuit de mardi à mercredi. Depuis, ils ont retrouvé un toit, au sein d’un logement de transit géré par le CPAS de la commune.

    Christina Mbuaya, la maman, n’arrive pas encore à prendre pleinement conscience de ce qu’il s’est passé. «  Ça a été tellement vite  », confie-t-elle, «  que je ne parviens pas vraiment à me souvenir de cette nuit-là. Il était 4 heures du matin, nous étions couchés, et je me souviens m’être réveillée et avoir aperçu comme des lumières bleues qui tournaient autour de la maison, et j’entendais de grands bruits… puis un gros boum !  »

    La mère de famille, qui attend un enfant, déclare ensuite avoir été comme pétrifiée dans son lit. «  J’étais tétanisée, je ne parvenais plus à bouger, et je ne comprenais pas non plus ce qu’il se passait réellement », dit-elle.

    C’est l’arrivée de son fils aîné, Nicolas (20 ans), qui l’a sortie de ce calvaire. «  Il a crié que la maison était en train de s’effondrer et qu’il fallait qu’on sorte  », poursuit Christina Mbuaya. «  Il m’a aidée et m’a soutenue pour avancer, tant j’avais du mal à marcher !  »

    Le jeune homme, au-delà d’apporter son aide à ses parents, s’est aussi occupé de ses deux plus jeunes frères, Joachim (16 ans) et Noé (13 ans), ainsi que sa petite sœur Hosanna-Rose (2,5 ans), et des deux nièces de la famille qui étaient présentes dans la maison pour les vacances. Un vrai héros ! «  S’il n’avait pas été là pour nous réveiller et venir nous chercher, je ne sais pas ce qu’il serait arrivé  », confie, émue, sa maman.

    Réfugiés chez des voisins

    C’est ensuite que la famille s’est réfugiée chez des voisins, avant l’arrivée des secours et de leurs proches.

    Quant à savoir ce qui a bien pu se passer, difficile de comprendre comment les intempéries ont pu autant saccager la propriété. «  Le vent tournait tout autour, il y a eu, comme l’a dit le bourgmestre, une sorte de petite tornade. Quand on voit la maison, c’est comme si elle avait été enroulée, jusqu’à ce que tout le toit se soulève.  »

    La mère de famille reconnaît essayer de garder le moral : «  Je ne vais pas vous mentir, ce n’est pas facile  », dit-elle.

    Dès que l’autorisation de retourner sur les lieux sera donnée par les pompiers, par mesure de sécurité, elle espère pouvoir retourner dans sa maison, et y trouver des effets personnels encore utilisables.

    A visionner : le reportage RTL-TVI

    C’est une année noire pour les catastrophes naturelles. Les scientifiques ont recensé pas moins de 710 catastrophes naturelles cette année, soit une petite centaine de plus qu’en 2016. L’ampleur des dégâts interpelle.

    http://www.rtl.be/info/video/656077.aspx

     

    http://www.rtl.be/info/video/656078.aspx

     

    article de ED Source clic ici 

    vc.JPG

  • La famille Vandervoort a reçu les clés d’une maison de transit. Un mouvement de solidarité est né à Nandrin

    Un deuxième drame après le suicide de William

    Dispersés dans la famille et chez des amis depuis que leur maison est inhabitable, les Vandervoort (un couple et quatre enfants) vont pouvoir se retrouver.

    Le CPAS de Nandrin leur a donné ce jeudi les clés de la maison de transit, gérée par le CPAS, rue de la Gendarmerie à Nandrin. Il s’agit d’un logement public d’urgence spécialement destiné à accueillir les ménages qui connaissent une situation de détresse (comme un incendie, notamment).

    «  J’ai rencontré le papa jeudi matin, nous avons visité le logement ensemble, il m’a dit qu’il en parlerait à sa femme. Je les ai revus l’après-midi car ils souhaitaient revoir leur maison sinistrée. Le CPAS les accompagne aussi au niveau administratif. Une aide familiale est venue nettoyer la maison, qui peut accueillir six personnes.

    Les clés de la maison de transit leur ont été remises, ils sont contents de pouvoir retrouver leurs marques quelque part, ils ont déjà subi beaucoup, la situation n’est pas facile  », commente Murielle Brandt, présidente du centre public d’action sociale.

    Un deuxième drame

    C’est effectivement la deuxième fois qu’un drame s’abat sur cette famille nandrinoise : en juin 2013, William, leur fils de 14 ans, avait mis fin à ses jours par pendaison dans le jardin familial. L’affaire avait fait grand bruit car l’adolescent venait d’apprendre le résultat de ses examens, poussant à la réflexion sur la crainte de l’échec scolaire chez les enfants.

    Les proches de William, sa maman en tête, s’étaient mobilisés à plusieurs reprises pour dire «Stop au suicide».

    Solidarité

    Plusieurs mouvements de solidarité ont vu le jour pour venir en aide à cette famille appréciée. Ainsi, samedi, un groupe se réunira devant la maison ravagée pour «  sauver ce qui peut l’être  ».

    «  Si la maison est jugée stable, nous allons essayer de récupérer un maximum d’effets personnels et le nécessaire de toilette. La maman étant enceinte et accouchant dans deux mois et demi, elle souhaiterait entre autres reprendre son trousseau.

    Maintenant, comme le toit n’est pas bâché et qu’il pleut, je ne sais pas ce qu’on va trouver, du moins dans le living », poursuit Murielle Brandt.En parallèle, une collègue de la maman, qui travaille à la maison de repos des Floricots à Huy en tant qu’aide-soignante, a déjà rassemblé quelques caisses de vêtements notamment.

    « Ils ne savent rien récupérer de ce qui se trouve dans la maison pour l’instant», commente-t-elle, « c’est trop dangereux. » Via les réseaux sociaux, elle a donc, en petite comité d’abord, lancé un appel à l’aide : des vêtements pour homme (taille XL), de S à L pour les adolescents et 4-5 ans pour leur petite fille. 

    « J’ai déjà reçu pas mal de caisses… Attendons de voir un peu ce dont ils ont encore besoin à ce niveau-là », souligne-t-elle, avant d’évoquer que des draps, essuies, vaisselle ou petits matériels d’électroménager leur seront sans doute utiles dans leur logement d’urgence. N’hésitez pas à contacter le CPAS de Nandrin si vous souhaitez apporter votre petite contribution.

    PAR A.G. ET E.D.

     

    Tempête à Nandrin: un deuxième drame après le suicide de William clic ici 

     

    tempete.JPG

  • Un appel à l’aide est lancé via les réseaux sociaux pour la famille de Nandrinois victime de la tempête Éléonor

    Une collègue de la maman, qui travaille à la maison de repos des Floricots à Huy en tant qu’aide-soignante, a déjà rassemblé quelques caisses de vêtements notamment.

    Via les réseaux sociaux, elle a donc, en petite comité d’abord, lancé un appel à l’aide : des vêtements pour homme (taille XL), de S à L pour les adolescents et 4-5 ans pour leur petite fille. 

    « J’ai déjà reçu pas mal de caisses… Attendons de voir un peu ce dont ils ont encore besoin à ce niveau-là », souligne-t-elle, avant d’évoquer que des draps, essuies, vaisselle ou petits matériels d’électroménager leur seront sans doute utiles dans leur logement d’urgence. N’hésitez pas à contacter le CPAS de Nandrin si vous souhaitez apporter votre petite contribution.

    PAR A.G. ET E.D.

    Tempête à Nandrin: un deuxième drame après le suicide de William clic ici 

    tempete.JPG

  • Presque toutes les communes avaient été touchées

    Les inondations ,Les inondations de mai-juin ont coûté 305 millions d’euros!

    Cela paraît peut-être loin à tous ceux qui n’ont pas subi de dégâts mais les précipitations et rafales de vent exceptionnelles des mois de mai et juin ont causé des dégâts dans tout le pays.

    Alors que, généralement, les sinistres se concentrent dans quelques communes, ici, pas une seule des 589 communes belges n’a été épargnée!

    D’après une étude menée pas Assuralia, le plus grand nombre de dossiers d’indemnisation sur ces deux mois d’intempéries a été enregistré à Saint-Trond: 5.099 dossiers pour 40.000 habitants! Anvers suit avec 2.898 demandes pour 1,8 million d’habitants. Tournai est quatrième dans ce sinistre classement 1.281 demandes d’intervention pour 70.000 habitants.
    1MÉNAGE SUR 3 À WELLEN

    C’est toutefois dans la petite commune limbourgeoise de Wellen, entre Saint-Trond et Hasselt, que les statistiques s’affolent: plus d’une famille sur trois a fait appel à l’assurance pour les dommages subis.

    C’est à Saint-Trond que les assurances ont le plus déboursé: 15,6 millions d’euros, devant Tournai (11,6 millions), Anvers (8,3 millions), Jodoigne (7,6 millions, avec un hall de sport décapité) et Genappe (6,3 millions).

    C’est à Evere que l’indemnisation moyenne par sinistre est la plus élevée (35.063€), suivie de Lessines (13.099 euros), Nassogne (11.993 euros), Welkenraedt (11.723 euros) et Brunehaut (10.554 euros).

    Les tempêtes et inondations avaient occasionné 226.900 sinistres en 2014, pour un montant total de 787 millions et une intervention moyenne de 787€ par sinistre.


    2MOIS CATASTROPHIQUES

    Cette année-là, le week-end de Pentecôte, du 7 au 10 juin, avait été terrible avec des intempéries provoquant 656 millions de dégâts, dont 264 millions aux habitations et 224 aux véhicules. 2015 avait été plus clémente: les tempêtes et inondations avaient occasionné 73.100 sinistres sur 12 mois pour un montant total de 144 millions, avec une intervention moyenne de 2.000€ par sinistre.

    En 2015, le 16 septembre, une mini-tornade avait frappé Hotton (5.300 habitants): 93 sinistres d’un montant moyen de 23.000€ avaient été enregistrés, avec un sinistre s’élevant même à 340.000€!

    À eux seuls, les mois de mai et juin 2016 ont occasionné 84.100 sinistres, pour un montant total de 305 millions, avec une intervention moyenne de 3.600€ par sinistre.

    Article de MICHEL ROYER Sudinfo 

  • Dégâts de la tempête de vent dimanche 20 novembre 2016 à Nandrin

     

    dégâts,tempête,vent,nandrin,fraineux,condroz

    La tempête annoncée par l'IRM depuis quelques jours , a laisser un triste souvenir sur notre Village .

    Fraineux a particulièrement souffert tout au long de cette journée dominicale.

    L'entrée du parc du CPAS au 22 rue tige des saules est victime de cette tempête excessivement violente.

    Un arbre qui ornait l'entrée depuis de longues années n'a pas survécu !!!!

     Dans la chute, l'arbre a emporté les câbles électriques ce qui a occasionné des soucis, qui ont été résolus par une équipe de chez RESA .

    dégâts,tempête,vent,nandrin,fraineux,condroz

    dégâts,tempête,vent,nandrin,fraineux,condroz