circulation routière

  • La Wallonie a changé les règles de l’examen théorique au permis de conduire.

    Lien permanent

    Les derniers mois de 2017 avaient vu un rush vers les centres d’examens au permis de conduire voiture. Les 14 centres wallons avaient enregistré 181.708 tentatives au théorique pour un taux général de réussite de 38,32 %. Les candidats voulaient échapper à la réforme de l’épreuve. Depuis le 1er janvier 2018, la notion de la faute grave a été réintroduite.

    « À l’heure actuelle, une faute grave équivaut à cinq points de pénalité là où elle n’en valait qu’un seul avant la réforme. Autrement dit, le candidat qui commet deux fautes graves est automatiquement mis en échec puisque le score minimum à obtenir pour réussir l’examen théorique est de 41 points sur 50 », rappelle Carlo Di Antonio, le ministre wallon en charge de la Sécurité routière.

    La notion de faute grave vise les infractions les plus importantes du code de la route, comme le franchissement d’un feu rouge ou la remontée d’un sens interdit. Est également concernée la mise en danger des usagers les plus faibles comme les piétons et les cyclistes.

    Pour 2018, le SPW comptabilise 69.802 tentatives au théorique, près de trois moins qu’en 2017. Le taux de réussite s’élève en moyenne à 28,50 %, soit un recul de près de dix points. Ce pourcentage est encore plus bas pour les premiers mois de 2018, 23,15 % en janvier et 25,60 %. « Le taux de réussite est globalement meilleur sur le second semestre, tant en 2017 qu’en 2018. Sans doute faut-il y voir un ‘effet vacances d’été’. Les candidats consacrent davantage de temps à la préparation de leur examen théorique et augmentent leurs chances de réussir », pointe le ministre Di Antonio. Le taux est le plus élevé en août avec 33,48 %, devant septembre (32,33 %) et juillet (31 %).

    En 2018, près de quatre candidats sur dix (38,73 %) ont décroché du premier coup leur théorique (notre infographie). Près d’une personne sur sept a dû s’y reprendre à au moins quatre reprises pour réussir.

    La formation à la conduite a été transférée aux Régions dans le cadre de la 6e réforme de l’État.

    « Le Gouvernement wallon a saisi l’opportunité de cette régionalisation pour proposer une réforme visant à renforcer la formation des nouveaux conducteurs et à accroître encore davantage la sécurité routière », souligne Carlo Di Antonio.

    La sécurité de tous

    Le facteur humain demeure de loin la principale cause d’accidents. Selon les études scientifiques, il apparaît dans plus de 90 % des sinistres corporels. « Les jeunes conducteurs ont un risque d’accident deux à trois fois plus élevé que la moyenne générale. Ainsi, toute mesure qui touche cette catégorie d’usagers est pertinente pour améliorer leur propre sécurité mais aussi pour la sécurité routière en général », relève le ministre wallon.

    La Wallonie s’est fixée comme objectif de réduire de moitié le nombre annuel de victimes de la route en dix ans, soit passer sous le seuil de 200 tués à l’horizon 2020.

    Article de YANNICK HALLET

    Source 

  • Le Grand Feu a fait débat au conseil communal de Nandrin

    Lien permanent

    Daniel Pollain est revenu sur le Grand Feu, en citant les propos du bourgmestre qui annonçait que le comité culturel et HDB Production en avaient repris l’organisation.

    «Le comité culturel n’ayant pas encore été reconstitué (les représentants de la commune n’ont pas encore été renouvelés après les élections), et le conseil d’administration étant démissionnaire à l’exception d’un membre, il est impossible que le comité culturel ait pris cette décision », a-t-il avancé.

    « Il reste un membre.

    Il a pu très bien pu décider tout seul », a répondu le bourgmestre, provoquant un tollé dans les rangs VN : « C’est ça, tout le monde vous croit. Et le quorum de présence ? »

     « La commune va-t-elle subventionner l’événement ?

    Qui va gérer les éventuels déficits ou bénéfices, le comité culturel ou HDB Production ? », a encore demandé Daniel Pollain.

    « Rien n’est inscrit au budget, on reviendra vers vous le cas échéant. Je ne vois pas en quoi ça nous concerne pour le reste. »

    «Parce que c’est une asbl communale», a rétorqué l’ex-échevin.

    Côté pratique, les soirées se termineront à 2h vendredi et 1h30 samedi.

    La rue du Péry sera en sens unique descendant avec un gardiennage rue Sur-le-Bois à partir de 18h pour éviter les contresens.

    Article de AG 

    Source 

  • Une piste cyclable sur la route du Condroz N 63 à Nandrin ?

    Lien permanent

    « Neupré a des tronçons à 90, 120 et 70 km/h, a rappelé le bourgmestre. Il est prévu de passer à 70 km/h entre les deux ronds-points et entre le petit rond-point de Fraineux et les 4 bras avec des bandes de desserte vers les commerces à 50 km/h. Il sera également impossible de tourner à gauche en quittant les magasins, il faudra aller jusqu’au giratoire. »

    « Par contre, a poursuivit le bourgmestre de Nandrin, nous avons appris qu’il ne sera pas possible d’avoir un éclairage central comme nous l’espérions, la réglementation ayant changé. Le budget débloqué par la Région (2,4 millions d’€) concerne le tronçon Neupré-Nandrin, ce qui exclut la création d’un rond-point à l’ALDI (à ¾ sur Tinlot). La rue de Dinant (création de trottoirs, piste cyclable, zones de parking) peut par contre faire partie de ce budget », a-t-il détaillé.

    Le mayeur a également annoncé que la route du Condroz était reprise comme « élément cycliste structurant». « Cela signifie qu’il pourrait y avoir une piste cyclable ou un système de protection entre les 4 Bras et Neupré. On devrait alors modifier notre Plan de mobilité car on prévoyait une remontée cycliste par la rue de la GendarmerieOn est d’accord sur le principe mais rien n’est encore officiellement décidé.»

     

    Article PAR A.G.
    Photo JP 
    Source 

    Lire aussi Seraing/Neupré: trop d’accidents route du Condroz, ça va flasher

     

    Lire aussi Neupré: reprise du chantier du giratoire au carrefour des 7 Fawes

  • L’analyse salivaire contre la drogue débarque le 1er avril

    Lien permanent

    Sur proposition du ministre de la Justice Koen Geens, le Conseil des ministres a approuvé, ce vendredi, un dernier arrêté royal permettant d’avoir recours aux collecteurs de salives. L’usage de ce dispositif doit être complètement contraignant sur le plan juridique pour pouvoir être considérés comme une preuve matérielle lors d’une procédure. Seuls les laboratoires agréés pourront procéder à l’analyse des collecteurs de salive. Les agents recevront une formation à l’utilisation de cet appareil.

    Plus rapides

    « Nous l’attendions depuis très longtemps. À partir du mois d’avril, nous devrions pouvoir lancer l’usage des collecteurs de salive sur le terrain afin d’effectuer les tests encore plus rapidement qu’aujourd’hui », a indiqué le ministre Koen Geens. Les tests actuellement utilisés détectent la présence de stupéfiants, mais ne peuvent pas quantifier les substances prises. Un médecin doit se rendre sur place ou le contrevenant doit être conduit à l’hôpital pour effectuer un prélèvement sanguin complémentaire.

    « En matière de drogue, les amendes sont plus sévères que pour l’alcool, entre 1.600 et 16.000 euros. C’est d’office le passage devant le tribunal de police. La déchéance du permis est prononcée pour une durée déterminée au procès », indique Benoît Godart de l’Institut Vias. En cas de récidive dans les trois ans, le contrevenant s’expose à un emprisonnement d’un mois à deux ans de prison, et/ou une amende de minium 3.200 euros et une déchéance du droit de conduire de 3 mois à 5 ans.

    « Les sanctions sont plus lourdes car les effets de certaines drogues sont totalement incompatibles avec la conduite », explique Benoît Godart. À cause du cannabis, la coordination des mouvements est réduite et la mémoire affectée. Le risque d’accident mortel est doublé. Les drogues stimulantes telles que les amphétamines, l’ecstasy et la cocaïne peuvent pousser le conducteur à adopter une conduite plus téméraire, plus rapide et plus agressive, avec une prise de risques accrue alors qu’il a moins le contrôle sur son véhicule.

    « C’est surtout la combinaison de drogues entre elles ou avec de l’alcool qui altèrent le plus les capacités. Il arrive que des personnes soient positives aux six drogues détectées par l’actuel test », conclut le porte-parole de Vias.

    Article par PAR YANNICK HALLET

    Source 

  • Soyez prévoyants lundi 11 février 2019 reprise du chantier sur la N 63

    Lien permanent

    A partir de ce lundi 11 février, l’activité reprendra sur le chantier d’aménagement du giratoire situé au carrefour des 7 Fawes à Neupré (N63).

    Sur la N63, la circulation sera toujours réduite à une seule voie dans chaque direction à l’approche du carrefour. La vitesse sera limitée à 30 km/h dans la zone du chantier. Les commerces resteront accessibles pendant toute la durée du chantier en suivant les déviations.

    Pendant cette nouvelle phase (du 11 février jusqu’à la fin du mois de février) :

    • Il ne sera plus possible d’accéder à la N63 via la rue du Château d’Eau (N639).

     Une déviation sera mise en place via la rue Bonry et le carrefour dit « du Chêne-Madame ».

    • Il sera par contre possible en provenance de la N63 depuis Marche d’accéder à la rue du Château d’Eau. • L’accès à la route d’Esneux depuis la N63 sera autorisé depuis Liège et interdit depuis Marche. L’accès à la N63 depuis la route d’Esneux ne sera pas autorisé.

     Une déviation est mise en place depuis Neuville-en-Condroz vers Liège : les usagers sont invités à emprunter la déviation mise en place en faisant demitour au giratoire de Saint-Séverin (dit du Jour de Mai) pour reprendre la N63.

    Pendant cette phase, des éléments centraux et latéraux en béton seront réalisés. Deux phases suivront encore : elles consisteront, au retour de conditions météos favorables, à poser la couche finale de revêtement par demi-giratoire (d’abord côté rue du Château d’eau puis route d’Esneux).

    La fin du chantier est prévue pour la fin du mois de mai 2019. Pour rappel Le chantier a débuté le 1er octobre dernier. Chaque jour, en semaine, plus de 25.000 véhicules (dont plus de 1.000 poids lourds en moyenne) transitent via ce carrefour et plus de 2.300 véhicules le traversent aux heures de pointe du matin ou du soir.

    Ce nouveau giratoire permettra : - De réduire la vitesse des véhicules qui arrivent au carrefour des 7 Fawes, considéré comme dangereux en raison du nombre élevé de franchissement de feux ; 

    De réduire la vitesse en entrée de l’agglomération de Neupré en venant de Marche ; - De diminuer le nombre d’accidents avec dégâts corporels, qui sont nombreux à survenir à cet endroit. *** Ce chantier représente un budget d’environ 870 000€ HTVA, financé par la SOFICO. Ils sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Infrastructures.

     

    Plan Clic ici 

    Source 

  • Plus de bus vers le Sart Tilman ?

    Lien permanent

    L’ULiège veut plus de bus vers le Sart Tilman

    Début de semaine, les élus liégeois se sont prononcés sur le plan urbain de mobilité, soit le canevas des besoins en la matière à l’horizon 2030. Un plan auquel l’ULiège veut être associée. L’université de Liège vient en effet d’envoyer aux autorités wallonnes – qui seront appelées à débloquer les moyens nécessaires à la mise en œuvre de ce plan – un courrier dans lequel elle relaie ses propres préoccupations.

    Sans surprise, l’ULiège mise fortement sur les modes doux et les transports en commun pour améliorer la mobilité entre ses différents sites du centre-ville et du Sart Tilman. Dans un premier temps, l’université plaide ainsi pour la transformation de la ligne de bus 48 en ligne à haut niveau de service. « Ce qui implique une amélioration du tracé pour garantir la régularité des temps de parcours et un matériel roulant neuf de plus grande capacité de transport de passagers. »

    Toujours afin d’améliorer l’offre de bus entre le centre-ville et le Sart Tilman, l’ULiège réclame le retour par la case « centre-ville » de la ligne 58, qui relie actuellement les Guillemins au Sart Tilman. Du moins jusqu’à l’arrivée du tram, prévue pour 2022.

    Les cyclistes ne sont pas oubliés. Pour leur faciliter la tâche, l’université exige la réalisation du corridor vélo, déjà prévu par le plan urbain de mobilité, qui reliera Liège à Neupré en passant par le Sart Tilman. Elle plaide également pour un autre corridor, entre le CHU et le RAVeL de l’Ourthe, en passant par Colonster cette fois.

    Parmi ses autres priorités, mais à moyen terme cette fois, la création de la ligne de bus 148, toujours entre le centre-ville et le Sart Tilman, mais via la rive droite. « Et elle doit être réalisée avec les critères d’une ligne de bus à haut niveau de service », précise l’université de Liège. Qui milite également pour le déploiement d’un réseau ferroviaire suburbain, en complémentarité du réseau TEC, avec la création de nouveaux arrêts SNCB à Kinkempois et à Sauheid, au pied du chemin de Colonster. Et un tram réalisé entièrement, « en particulier son tronçon entre le pont de Seraing et le Standard de Liège, ceci afin de limiter les ruptures de charge pour les usagers transitant par le pôle de Jemeppe. »

    Enfin, l’ULiège estime nécessaire l’inscription dans le plan urbain de mobilité d’un parking de délestage vélo-bus à Boncelles, à proximité du campus et du Liège Science Park.

    Article PAR GEOFFREY WOLFF

    Source 

     

  • Premières neiges janvier 2019 en photos, soyez prudents !!!

    Lien permanent

    Ce mardi, il neige depuis midi sur Huy et le reste de l’arrondissement. Les flocons ne tombent pas en grande quantité mais la fine couche de neige rend les routes et les trottoirs glissants.

    Soyez prudents.

    Encore de faibles chutes de neige sur l'est du pays. Au littoral, il y aura risque d'une averse de neige fondante ou de neige. Ailleurs, le temps restera sec mais très nuageux. Vers 20.00 h, les températures oscilleront entre -5 degrés en Hautes Fagnes, autour de 0 degré dans le centre et +1 degré au littoral.

    CONDITIONS GLISSANTES JUSQU’À MERCREDI FIN DE MATINÉE

    Une faible perturbation neigeuse concernera encore les régions qui se situent du centre à l'est du pays les prochaines heures, pour lentement nous quitter par l'Allemagne en seconde partie de nuit. Elle conduit bien à la formation d'une couche de neige de 1 à 5 cm après son passage. Ce soir, quelques averses hivernales sont encore attendues au littoral. Plus tard dans la nuit, une nouvelle zone de précipitations influencera surtout l'ouest du pays ainsi que les régions proches de la France, où l'on attend de nouvelles chutes de neige (de 1 jusqu'à 3 cm supplémentaires pour les provinces de Flandre Occidentale et Orientale, dans le Hainaut et dans la province de Namur). Quelques chutes de neige pourront éventuellement aussi toucher les provinces plus au nord en fin de nuit avant le recul de la zone neigeuse vers la France mercredi en cours d'avant-midi. Vu le timing (tôt le matin) et l'incertitude, nous vous invitons à suivre attentivement les prochains bulletins pour la partie centrale du royaume. De plus, sur la plupart des régions, les conditions pourraient également devenir glissantes suite au gel de portions de routes mouillées (plaques de glace ou neige durcie). Source 

     

     

    Album photos clic ici 

  • Vers un gros changement pour les usagers des TEC ?

    Lien permanent

    Vers un gros changement pour les usagers des TEC? La députée Jenny Baltus-Möres veut mettre fin à l’obligation de monter par l’avant des bus!

    Si la ponctualité des transports en commun wallons est parfois mise à mal par des raisons extérieures comme les embouteillages, elle peut être améliorée sur d’autres points. La députée Jenny Baltus-Möres pointe la procédure pour monter à bord.

    « Une des attentes les plus importantes des usagers des transports en commun wallons est le respect de la ponctualité », pointe la députée wallonne Jenny Baltus-Möres (MR). Si la ponctualité est parfois mise à mal par des raisons extérieures comme les perturbations en raison de la météo ou des accidents/travaux sur l’itinéraire du bus, elle peut être améliorée sur d’autres points. Et la députée de pointer la procédure pour monter à bord.

    Actuellement, les usages sont invités à rentrer par l’avant et de valider le titre de transport dans l’une des deux bornes installées, l’une à côté du chauffeur et sur l’autre sur la partie gauche de l’entrée. Aux heures de pointe, des chauffeurs font des exceptions en raison de l’affluence qui risque de retarder le départ de l’arrêt. « Une solution serait dès lors de permettre l’ouverture des portes du milieu et de l’arrière en toutes circonstances et de déplacer la borne de gauche, moins utilisée, vers le milieu du bus. Elle serait également plus accessible aux personnes à mobilité réduite ou aux parents avec leurs poussettes », propose Jenny Baltus-Möres.

    Les revenus de la publicité

    Selon la députée libérale, le principe de l’obligation d’entrer par l’avant ne correspond plus à l’objectif initial de permettre au chauffeur de vérifier les tickets et abonnements qui étaient en papier à l’époque.

    Ce n’est pas le point à améliorer juge la députée wallonne. Elle plaide pour une numérisation accrue du service, à commencer par le déploiement d’un système de double écran dans chaque bus à des fins informatives et publicitaires.

    Une expérience-pilote a été menée cet été à Namur. « Les revenus liés à ces écrans publicitaires pourront être investis pour une meilleure mobilité » souligne-t-elle. Dans la foulée, elle prône d’encourager l’Opérateur du transport wallon (l’ex groupe TEC) et les communes à collaborer ensemble pour l’installation de bornes wi-fi à certains arrêts stratégiques. D’une manière générale, il faut développer un mobilier urbain attrayant pour améliorer le confort des usagers des transports en communs. L’intermodalité passe par le développement de parkings à vélos sécurisé aux abords des arrêts de bus importants.

    Enfin, il faut pérenniser le système de service garanti en cas de grève, tel que voté au parlement wallon en octobre 2017. « Cette disposition n’est pas encore applicable faute d’accord entre l’opérateur de transport et les syndicats », déplore Jenny Baltus-Möres. Pour elle, la solution pourrait être de favoriser la sous-traitance auprès de firmes privées.

    PAR YANNICK HALLET

     Source 

     

  • Mobilité douce : des subsides pour sept communes dont Nandrin

    Lien permanent

    À l’initiative du Ministre wallon de la Mobilité Carlo Di Antoinio, le Gouvernement wallon a approuvé l’octroi d’une enveloppe de 7.234.032 € pour la concrétisation de nouveaux projets en matière de mobilité douce au sein de 79 communes wallonnes. Deux types de projets d’aménagement communaux ont été retenus : l’aménagement d’un ou plusieurs nouveaux accès au RAVeL et/ou la création de nouvelles liaisons entre les zones d’habitations et les pôles d’activités économiques. Cet appel à projets s’inscrit dans la droite ligne de la volonté du Ministre de finaliser les chaînons manquants du réseau cyclable afin de densifier le maillage des voies réservées à la mobilité.

    A Huy-Waremme, sept projets ont été retenus : la réalisation d'une bande cyclo-piétonne bidirectionnelle sécurisée pour les piétons et cyclistes à Braives (100.000 € de subsides) ; sécurisation des rues « Les sept bonniers », de la gare, de Clavier et du Pont (jonction entre le RAVEL et l'école communale) à Clavier (97.500 €) ; réalisation d'une liaison sécurisée entre le village de Hollogne-sur-Geer et le village de Grand'Axhe à Geer (37.900 €) ; aménagement d'une bande bidirectionnelle sécurisée réservée aux cyclistes, vélos et PMR à Héron

    (100.000 €) ; aménagement d' une piste cyclo-piétonne mixte bidirectionnelle à Nandrin

    (98.500 €) ; création d'une zone protégée cyclo-piétonne entre Warzée et Ellemelle à Ouffet (100.000 €) ; fléchage des rues cyclables à Saint Georges. -

    Source 

  • Une nouvelle ligne rapide entre Marche et Liège va être créée d’ici le mois d’avril 2019

    Lien permanent

    Le ministre Carlo Di Antonio vient de l’annoncer, dans le contexte du Plan wallon d’investissements, une nouvelle ligne rapide entre Marche et Liège va être créée d’ici le mois d’avril 2019.

    La nouvelle a été décidée ce mercredi matin au gouvernement wallon et elle ravira sans doute de nombreux navetteurs, étudiants comme travailleurs, des Provinces de Namur et de Liège. Dans le contexte du Plan wallon d’investissement et sur proposition du Ministre des Transports Carlo Di Antonio, une nouvelle ligne de bus rapide va être créée entre Marche et Liège. L’Office du Transport Wallon (qui gère les TEC) sera chargée de mettre en place la ligne pour le mois d’avril 2019.

    « La création de cette ligne fait partie d’un projet global d’une quarantaine de nouvelles lignes dans toute la Wallonie, nous dit-on au cabinet du ministre Di Antonio. Celle-ci est la première que l’on dévoile. En fonction des besoins et des critères, nous établirons les nouvelles lignes et nous les annoncerons progressivement dans les semaines ou mois à venir ».

    Un budget de 6 millions d’euros a été validé pour la création de ces quelque 40 lignes rapides qui verront le jour en 2019.

    Concrètement, les départs se feront à partir de Liège et de Marche et il y aura un arrêt dans chaque commune traversée : il s’agit des communes de Somme-Leuze, Havelange (en province de Namur), Clavier, Nandrin, Neupré et le Sart-Tilman (en province de Liège).

    Le trajet devrait durer 57 minutes et, au niveau des horaires, les navetteurs pourront compter sur deux bus dans chaque sens le matin et deux autres bus dans chaque sens le soir. Les heures exactes des départs seront communiquées ultérieurement par l’Office du Tourisme wallon qui prend en charge la mise en place du projet.

    Le Ministre Willy Borsus qui plaidait pour celle ligne depuis 15 ans s’est réjouit de la décision et rappelle qu’elle servira également aux nombreux militaires qui effectuent ce trajet quotidiennement.

    Il s’agissait en effet d’un dossier fort souhaité par plusieurs communes depuis de longues années. En 2014, neuf bourgmestres de la région du Condroz (Nandrin, Tinlot, Clavier, Liège, Havelange, Neupré, Seraing, et Marche-en-Famenne) avaient plaidé pour la réalisation de cette ligne express. C’est dorénavant chose faite.

    rapido.JPG

    Par EK 

    Source 

    ek.jpg

  • Le point sur les chantiers routiers N 63 route du Condroz Nandrin

    Lien permanent

    Nandrin /des giratoires sont en cours d’aménagement sur la N 63.

    La période hivernale n’étant pas propice pour de tels travaux, il faudra attendre le retour de meilleures conditions météorologiques.

    Le ministre Carlo Di Antonio a dressé ce mardi un bilan sur l’état d’avancée des travaux.

    Les  chantiers liégeois se poursuivront en 2019.

    Nandrin : 

    Le chantier visant à créer un giratoire sur la N63, au carrefour formé avec les rues Famioul et Petit-Fraineux (carrefour dit « du Monastère ») à Nandrin, a débuté la semaine du 17 septembre pour une durée d’environ un an. Ce giratoire permettra de mieux sécuriser cette zone considérée comme accidentogène.

    Pendant les travaux, une voie est maintenue dans chaque sens sur la N63 à l’approche du carrefour avec une vitesse limitée à 30 km/h. La rue Petit-Fraineux et la rue Famioul ne sont pas accessibles via la N63 afin de fluidifier au maximum le trafic. Le chantier a d’abord débuté par la réalisation des accotements et des bandes extérieures de l’aménagement. Depuis le 20 novembre, les travaux se concentrent sur la partie centrale des aménagements. La signalisation restera en place durant la période hivernale.

    Budget : 467 000 € HTVA

     

    Article PAR L.C

    Source 

    Lire aussi La nationale 63 à Nandrin en travaux pendant un an

    Lire la suite

  • Le rapido bus, Marche-Liège en 2019 ? Le Ministre-Président de la Wallonie l'annonce

    Lien permanent

    Le Ministre-Président de la Wallonie Willy Borsus l'annonce sur sa page Facebook :

    Sic "Deux bus dans chaque sens le matin et deux bus dans chaque sens le soir, avec départ de Liège et de Marche et des arrêts à Somme-Leuze, Havelange, Clavier, Nandrin, Neupré et le Sart-Tilman. 
    Dans le contexte du Plan wallon d'investissements et sur proposition de Carlo Di Antonio, une nouvelle offre qui va aider les étudiants, les travailleurs et les militaires."

    Willy Borsus

     

     

  • Nandrinois La norme Euro sera inscrite sur le Car-Pass pour les voitures d’occasion

    Lien permanent

    Les acheteurs de voitures d’occasion seront mieux informés à partir du 1er mars 2019. Une modification de la loi vient d’être publiée par le Moniteur belge. Le nouveau texte prévoit d’inscrire davantage d’informations dans le Car-Pass, le document remis par le vendeur à l’acheteur d’une occasion. « La norme Euro du moteur y sera indiquée clairement. Elle figure actuellement sur le certificat de conformité, mais elle n’est pas très visible parmi les autres données. Cette norme est importante car elle servira de base pour pouvoir accéder, ou pas, aux zones de basses émissions dans les villes », explique Michel Peelman, administrateur délégué de l’ASBL Car-Pass. Le nouveau document mentionnera aussi le taux d’émissions de CO2 qui est déterminant pour la taxation du véhicule et sa consommation. Pour les voitures immatriculées après le 1er septembre 2018, ce taux sera indiqué dans la nouvelle norme de calcul WLTP. « Une équivalence sera toutefois donnée avec l’ancienne norme NEDC car cette dernière servira toujours de référence jusqu’en 2020 pour le calcul de la taxation », précise Michel Peelman. Autre changement, le Car-Pass signalera si le véhicule est effectivement repassé par un contrôle technique spécifique après des réparations causées par un accident grave (si le châssis, la direction ou la suspension ont été endommagés). Ici aussi, la volonté est d’éviter une mauvaise surprise à l’acheteur. Sans ce contrôle technique, la voiture ne peut pas rouler. LES RAPPELS OUBLIÉS « Et à partir du 1er janvier 2020, il y aura aussi les actions de rappels en matière de conformité ou de sécurité qui n’auront pas été exécutées », explique Michel Peelman. Concrètement, l’acheteur sera prévenu si le vendeur n’a pas répondu à l’invitation de la marque à présenter sa voiture pour un éventuel problème d’airbag ou autre. Enfin, les constructeurs et les importateurs devront communiquer les kilométrages exacts du véhicule avant qu’il n’arrive en Belgique. Jusqu’à présent, il était possible de frauder en ce domaine. Toutes ces modifications ont pour but que l’acheteur se fasse une meilleure idée du bien acquis. -

    Article de Y.H

     

    Source 

  • les travaux ont enfin repris entre les Neuf Bonniers et le rond-point des Gottes à Modave

    Lien permanent

    Ce lundi soir, après sa prestation de serment, Eric Thomas qui succède à Jeanne Defays à la tête de la commune, a présenté les grandes orientations de sa politique pour les six années à venir. Parmi les priorités : la mobilité et en particulier celle de la traversée de Vierset. « L’étude qui vient d’être lancée devra tenir compte, comme à Strée, aux Gottes et à Outrelouxhe, de la liaison Tihange-Tinlot », a – t-il introduit.

    Une allusion à la reprise du chantier de la 2e phase de cette liaison. Depuis l’été, les travaux entre les Neufs Bonniers et le rond-point des Gottes ont repris. Le SPW table sur la fin du chantier au printemps prochain. En avril 2019, il serait ainsi tout à fait possible de relier Tihange, au départ du rond-point de la centrale nucléaire, à Modave. Sans traverser Huy pour aller rechercher les Longs Thier.

    Même si cette liaison entre le Condroz et la Hesbaye est encore partielle (il reste une phase pour qu’elle soit complète), le bourgmestre de Huy, Christophe Collignon, a déjà annoncé qu’il était favorable à son ouverture. «  Lorsqu’elle sera ouverte, ce sera 40 % de charroi en moins pour la Ville de Huy. Il s’agira d’un véritable contournement pour notre ville ».

    Eric Thomas ne l’entend pas de cette oreille : «  n’en déplaise à la Ville de Huy, nous nous opposerons à cette ouverture », nous a-t-il reconfirmé par téléphone ce mardi. «  Il y a un accord signé du ministre Di Antonio qui précise que la liaison ne sera pas ouverte tant que la 3e phase n’est pas terminée  » (pas avant 2020), rappelle-t-il.

    Les conséquences de l’ouverture de la liaison après la 2e phase seraient catastrophiques pour la sécurité des Modaviens, affirme-t-il : « tous les camions devraient passer route de Strée, devant le Proxy mais aussi à proximité de l’école primaire St-Louis et, juste à côté, du terrain de foot. »

    Eric Thomas en a encore récemment débattu avec son homologue hutois Christophe Collignon : «  Je comprends les arguments de s Huytois mais ils doivent encore un peu patienter ». Eric Thomas prône le dialogue afin de trouver un terrain d’entente.

    Radars préventifs et répressifs

     

    D’autres priorités ont encore été pointées par le bourgmestre qui veut notamment amplifier ses efforts en matière de sécurité. «  Récemment, trois radars préventifs mobiles ont été placés dans la commune. ». Il ne compte pas en rester là : «  au risque de déplaire, il faudra insister auprès de la zone de police pour installer des radars répressifs aux endroits les plus dangereux de notre commune, et ils sont nombreux. »

    Il a aussi annoncé la création d’une résidence-service pour les aînés. « Pas une résidence de luxe comme on en voit de plus en plus, mais une résidence-service à prix modérés ». De même que la construction d’un hall relais ou atelier rural dans la zone d’activités économiques de Strée. Objectif : «  Faciliter le lancement de nouveaux indépendants ou petites sociétés qui ont besoin d’espace mais qui ne veulent pas prendre le risque de se lancer dans de grands projets ou investissements coûteux  ».

    Dans l’opposition (POM et UC), nul doute que tous ces projets seront tenus à l’œil ; «  Nous nous répartirons les dossiers et la tâche de veiller au bien-fondé des projets menés par la majorité. L’opposition se veut donc constructive, certes, mais juste, surtout », a indiqué POM.

    PAR M-CL.G

    complet 

  • Aujourd'hui 19 novembre 2018 un feu tricolores à hauteur du chantier du rond-point du Monastère N63 Nandrin

    Lien permanent

    Ce lundi 19 novembre, la circulation s’effectuera en alternance via l’utilisation d’un feu tricolore à hauteur du chantier de création du giratoire au carrefour dit « du Monastère » à Nandrin (N63).

    Pour rappel

    Ce chantier a démarré à la mi-septembre pour une durée d’environ un an. Il vise à réaliser un giratoire pour permettre de mieux sécuriser cette zone accidentogène.

    Les déviations ci-dessous sont mises en place :

    - Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696

    - Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul

    - Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la rue d’Esneux

    - Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie

    Ce chantier représente un budget de près de 467 000 € HTVA, financé par la SOFICO. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO, le SPW Infrastructures.

    N63 Nandrin giratoire Monastère - phase 2 clic ici.pdf

    Article complet et plan 

    Sofico 

  • Aujourd'hui 16 novembre 2018 un feu à hauteur du chantier du rond-point du Monastère N63 Nandrin

    Lien permanent

    Ce vendredi 16 et ce lundi 19 novembre, la circulation s’effectuera en alternance via l’utilisation d’un feu tricolore à hauteur du chantier de création du giratoire au carrefour dit « du Monastère » à Nandrin (N63).

    Pour rappel

    Ce chantier a démarré à la mi-septembre pour une durée d’environ un an. Il vise à réaliser un giratoire pour permettre de mieux sécuriser cette zone accidentogène.

    Les déviations ci-dessous sont mises en place :

    - Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696

    - Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul

    - Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la rue d’Esneux

    - Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie

    Ce chantier représente un budget de près de 467 000 € HTVA, financé par la SOFICO. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO, le SPW Infrastructures.

    N63 Nandrin giratoire Monastère - phase 2 clic ici.pdf

    Article complet et plan 

    Sofico 

  • Nandrinois soyez prévoyant, attention feux tricolores N 63 Nandrin ce vendredi 16 et ce lundi 19 novembre 2018 toutes les infos

    Lien permanent

    Ensuite, dès ce mardi 20 novembre en fin de journée, le chantier entrera dans sa seconde phase qui portera sur la réalisation de la partie centrale des aménagements.

    Pendant cette phase, une voie restera maintenue dans chaque sens sur la N63 à l’approche du carrefour avec une vitesse limitée à 30 km/h.

    Pendant toute la durée des travaux, la rue Petit-Fraineux et la rue Famioul ne sont pas accessibles via la N63 afin de fluidifier au maximum le trafic.

    L’accès aux commerces est toujours maintenu.

    Pour rappel Ce chantier a démarré à la mi-septembre pour une durée d’environ un an. Il vise à réaliser un giratoire pour permettre de mieux sécuriser cette zone accidentogène. Les déviations ci-dessous sont mises en place : - Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE -

    Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul - Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la rue d’Esneux

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    - Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie *** Ce chantier représente un budget de près de 467 000 € HTVA, financé par la SOFICO.

    Ces travaux sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Infrastructures. Contact : Héloïse WINANDY | Porte-parole de la SOFICO | +32 495 28 43 46 | +32 42 31 67 39 | heloise.winandy@sofico.org

    Article également Sudinfo 

    Toutes les infos 

    N63 Nandrin giratoire Monastère - phase 2 clic ici.pdf

  • Aujourd'hui 6 novembre 2018 des kits éclairage offerts aux cyclistes GRACQ Huy seront présents à plusieurs endroits de la région

    Lien permanent

    Comme chaque année, le GRACQ organise une grande opération pour sensibiliser les cyclistes. Cette dernière est appelée « éclairez-vous ! » En effet, circuler en vélo avec un éclairage adapté est une obligation du code de la route. « Comment voulez-vous que les automobilistes vous voient sans ça ? Le mieux, c’est d’avoir aussi un gilet fluorescent », soutient Liliane Schaner coordinatrice du groupe local du GAL.

    Concrètement, le mardi 6 novembre entre 17h et 19h, des bénévoles du GRACQ Huy seront présents à plusieurs endroits de la région (Huy, Wanze, Burdinne, Couthuin, Braives) pour maximiser cette sensibilisation. Ils distribueront des kits éclairage et des brassards aux personnes non-équipées. « Bien sûr, ce serait magnifique d’en distribuer zéro, cela montrerait que tout le monde est bien équipé ».

    Les cyclistes possédant un kit d’éclairage ne seront d’ailleurs pas oubliés et se verront offrir du chocolat. « On a constaté une évolution », continue Liliane Schaner. « La première année (soit en 2008, NDLR), on a distribué 32 kits alors que l’an dernier, on était présents à plus d’endroits et on en a distribué 14. Cela montre donc que les gens sont plus conscients que c’est dangereux de circuler sans éclairage. » Avec cette action, le GRACQ souhaite rappeler l’importance d’être vu à vélo de jour, comme de nuit à une époque où il y a de plus en plus de cyclistes. « Même sur un court trajet, c’est important. Le problème, c’est que sans éclairage, les automobilistes ne les voient pas. Et contre une voiture, un cycliste n’a aucune chance. » Cette action se fait en collaboration avec le GAL Burdinale Mehaigne, les kits sont quant à eux offerts par la Région wallonne.

    Article - MARIE LARDINOIS

    Source 

    Le GRACQ de Huy va distribuer des kits éclairage aux cyclistes

     

  • le Rallye du Condroz entraîne des modifications de circulation

    Lien permanent

    Automobilistes, attention aux changements de circulation

    le Rallye du Condroz entraîne des modifications de circulation dans le quartier de la piscine et sur la gare des bus TEC. Les arrêts de bus prévus à cet endroit sont reportés sur d’autres voiries. Seule la circulation se dirigeant du Pont de l’Europe en direction du RP Lebeau sera autorisée. Au carrefour formé par cette artère et le RP Joseph Lebeau les règles de priorité seront modifiées. En effet, les usagers s’engageant dans ce carrefour depuis l’avenue Godin-Parnajon devront céder la priorité aux usagers de l’avenue Charles et Léopold Godin vers la rue Joseph Lebeau. Jusqu’au lundi 5 novembre, la N90 Quais Dautrebande et d’Arona (entre le Pont Roi Baudouin rive droite de la Meuse et le carrefour avec l’Avenue de la Croix-Rouge) sera fermée à toute circulation. Des déviations seront mises en place via les voiries parallèles. Durant la même période, les Avenues Delchambre, GodinParnajon et Charles et Léopold Godin ainsi que les rues Lebeau, Bastin et Harmonie seront interdites à la circulation et au stationnement des véhicules. Les ponts de l’Europe, Roi Baudouin, Père Pire et d’Ampsin resteront constamment ouverts à la circulation des véhicules au départ des 2 rives de la Meuse. Durant les journées des vendredi 2, samedi 3 et Dimanche 4 novembre jours d’affluence du public de et vers la Ville de HUY, pour la circulation de transit venant de Liège et se dirigeant vers Namur et inversement, il est fortement conseillé d’utiliser l’autoroute E42 et d’éviter de la sorte le centre-ville. -

    https://huy-waremme.lameuse.be/

  • La liaison Tihange au Condroz sera ouverte en avril 2019

    Lien permanent

    Il y a un an, le chantier était au point mort. La phase 2 entre les 9 Bonniers et les Gottes patinait pour cause de terrain instable et, pire, des éboulements avaient été constatés sur le premier tronçon de la nouvelle voirie Tihange-Tinlot. Après 13 ans de travaux, il fallait déjà réparer une route encore jamais utilisée. La saga routière, entamée en 2004, tournait à la mauvaise blague…

    Le bout du tunnel

    Depuis cet été cependant, l’éclaircie semble réelle et le bout du tunnel plus très loin. Un nouveau permis a été déposé notamment pour consolider les talus où des éboulements ont été observés. Il y a deux mois, les travaux ont repris entre le rond-point des Neuf Bonniers et celui des Gottes. Cette jonction, réalisée par l’entreprise Colas, est particulièrement difficile à mener notamment à cause d’un terrain assez marécageux. La sécheresse a cependant joué un rôle favorable et le tracé se devine à présent à travers la campagne.« Les travaux préalables de terrassement seront terminés fin 2018, assure Stéphanie Ernoux, porte-parole du SPW (Service Public de Wallonie). Il faudra ensuite couler la dalle de béton. L’ouverture est prévue pour le printemps 2019. »

    En avril 2019, on devrait donc pouvoir relier le rond-point de la centrale nucléaire à celui des Gottes.

    Quinze ans après les premiers coups de pelle, la liaison entre le Condroz et la Hesbaye sans devoir passer par Huy et le Long Thier sera alors possible.

    À moins que les autorités décident d’attendre la fin de la phase 3 et donc la liaison entre le rond-point des Gottes et Saint-Vitu. Une liaison qui permettra d’épargner les villages du Condroz mais qui risque de prendre encore un peu de temps (finalisation en 2020) : « Nous avons lancé les consultations pour cette phase 3, précise encore Stéphanie Ernoux, l’ouverture des offres sera bientôt réalisée. »

    « Il est temps que cette liaison existe »

    Christophe Collignon, le bourgmestre de Huy, se réjouit de l’avancée récente des travaux et estime que la liaison devrait être ouverte, même si le dernier tronçon n’est pas encore terminé : « Si c’est praticable, je pense qu’il faudra ouvrir. Il est temps que cette liaison existe enfin. Lorsqu’elle sera ouverte, ce sera 40 % de charroi en moins pour la Ville de Huy. Il s’agira d’un véritable contournement pour notre ville. Une autre politique de développement de la mobilité pourra être mise en place. »

    Les dates

     

    1981  : Le projet de création de la liaison Tihange-Tinlot est inscrit au plan de secteur depuis 1981. Le trafic attendu est de l’ordre de 10.000 véhicules par jour. L’objectif est d’accueillir le trafic de «transit» en offrant des conditions de sécurité suffisantes et d’éviter le centre de Huy, le Long Thier ou la vallée du Hoyoux. Initialement, le chantier était estimé à 10 millions d’euros.

    2004-2006: Réalisation du premier tronçon Tihange- 9 Bonniers.

    2014-2019: Réalisation du 2e tronçon 9 Bonniers- les Gottes.

    2019-?: Réalisation du 3e tronçon les Gottes-St-Vitu.

    PAR AURÉLIE BOUCHAT

    Source

  • Nandrinois :Les conseils de la Cellule d’Action Routière

    Lien permanent

    L'Action Routière (CAR) appelait  les automobilistes de Wallonie à s’assurer qu’ils étaient bien préparés pour l’hiver. « Alors que novembre approche, il est en effet temps de penser aux pneus hiver », conseille la cellule. Tous les automobilistes sont par ailleurs invités à vérifier l’état général de leur véhicule, le bon fonctionnement des phares, l’état de leur batterie et le niveau de liquide du lave-glace. Il est également conseillé de prévoir les équipements nécessaires et de bien nettoyer les pare-brise avant et arrière, ainsi que les vitres latérales et les rétroviseurs. »

    Source 

  • De gros embarras de circulation aujourd'hui 30 octobre 2018 sur la N 63 Nandrin

    Lien permanent

    Attention feux tricolores N 63 Nandrin toutes les infos

     la circulation s’effectuera donc de manière alternée aujourd'hui 30 octobre 2018 

     

  • Rallye du Condroz la Zone de Police annonce, voici toutes les infos

    Lien permanent

    RALLYE DU CONDROZ : AVIS AUX AUTOMOBILISTES

    Du 2 au 4 novembre 2018 aura lieu la 45 ème édition du Rallye du Condroz.
    Cet évènement suscite la venue de public en nombre, ce qui engendre des problèmes de circulation.

    Le 03/11/2018, un plan de circulation sera mis en place à Strée : la RN66 sera mise en sens unique dans le sens Saint-Vitu – Strée entre le rond-point et le carrefour avec la rue Saint-Roch.

    Le stationnement sur la RN66 sera autorisé à gauche de la chaussée (sens St-Vitu – Strée) entre la sortie de rond-point et le carrefour avec la rue St-Roch.

    La rue St-Roch sera quant à elle en sens unique dans le sens Strée – Ramelot. Le stationnement y sera autorisé à droite de la chaussée.

    Les automobilistes qui circuleront sur la RN636 (Chaussée de Liège) ne pourront emprunter la rue St-Roch.

    Le stationnement des véhicules sera autorisé rue Tige de Strée à droite de la chaussée dans le sens Strée – Vierset.

    Nous recommandons vivement aux automobilistes non spectateurs du rallye qui désireraient se rendre à Huy ou Ciney de prendre les itinéraires « bis » suivants :

    - venant de Liège (RN 63) : poursuivre la route sur la RN 63 en direction de Marche-en-Famenne au-delà des Quatre Bras (rond-point des vaches) et prendre la sortie « Clavier – Modave N641 », direction Modave (Pont de Bonne) pour rejoindre Huy ou Ciney ;

    - venant de Marche-en-Famenne (RN 63) : prendre la sortie « Clavier – Modave N641 », direction Modave (Pont de Bonne) pour rejoindre Huy ou Ciney ;
    - venant d’Ouffet / Tinlot de prendre la RN 63 à Tinlot en direction de Marche-en-Famenne et prendre la sortie « Clavier – Modave N641 », direction Modave (Pont de Bonne) pour rejoindre Huy ou Ciney ;

    Nous vous demandons de veiller à respecter les règles de stationnement telles que laisser assez de place sur la chaussée afin de permettre aux véhicules de secours d’y circuler sans gêne ; de respecter la propriété des riverains et de ne pas circuler à travers champs et cultures pour rejoindre un emplacement de spectateur.

    Zone de police du Condroz

    zone.JPG

  • La « rue scolaire » est entrée dans le code de la route depuis ce 20 octobre.

    Lien permanent

     Le panneau C3 (cercle rouge d’interdiction), avec la mention bleue « rue scolaire », signifie que la rue est interdite à la circulation. Seuls peuvent encore y accéder les riverains, les services de secours et les personnes qui auraient un garage dans la rue. Ce panneau est a priori mobile. Il sera placé sur une barrière Nadar qui condamnera la rue en question, de manière provisoire et là où se trouve une école. La rue devient de la sorte piétonne. Piétons et cyclistes pourront y circuler en toute sécurité. À Bruxelles, une cinquantaine d’écoles étaient demandeuses d’un tel dispositif. L’école fondamentale de l’athénée de Schaerbeek interdit déjà la circulation rue Verwée chaque matin. « Nous n’avons pas attendu ce nouveau panneau pour interdire la circulation, pour la rentrée du matin », indique le directeur Jean-Louis Crasson. « Nous le faisons depuis le 1er octobre et les résultats sont très convaincants. Notre rue, qui est déjà en sens unique, est fermée pendant une petite heure et du coup, les parents viennent à pied jusqu’à l’entrée de l’école et se trouvent de nouvelles habitudes. Pour la sécurité, c’est beaucoup mieux car les portes de l’école donnent directement sur la rue. C’est un auxiliaire de sécurité, payé par la commune, qui se charge de placer la barrière avec le panneau C3 d’interdiction, en plus d’assurer le passage des enfants sur le passage piéton de la chaussée de Haecht toute proche. Le dispositif est aussi destiné à diminuer la pollution aux abords de l’école. En tout cas, notre rue piétonne est devenue le sujet de conversation entre les parents, qui semblent l’apprécier ! Je souhaiterais d’ailleurs une extension du dispositif, pour l’heure de la sortie des classes ». 58 € D’AMENDE Benoît Godart, porte-parole de Vias (ex-IBSR) applaudit la mesure. « La Région bruxelloise a d’ailleurs débloqué un budget de 1 million d’euros pour pousser les communes à s’équiper. » Car ce sont les communes qui, à la demande des établissements, autorisent ou non d’interdire une rue. Pour rappel, enfreindre cette interdiction vous coûtera 58 € d’amende.

    Article de - F. DE H

    Article source 

  • Impressionnant convoi hier 24 octobre 2018 sur la N 63 Nandrin

    Lien permanent

    Hier mercredi 24 octobre 2018, un des nombreux convois depuis quelques jours, a été immortalisé par Loris Demarteau sur la N 63 à Nandrin .

     

    Il semblerait que l’acheminement éolien en fin de soirée , début de nuit passe par la route du Condroz N 63 Nandrin .

    Photos Loris Demarteau 

    eolien.jpg

  • Nandrinois dés juillet 2019 la voiture électrique va devoir faire du bruit

    Lien permanent

    « Selon les Nations unies, le risque d’une collision d’une voiture électrique avec un piéton est 20 % plus élevé qu’avec un véhicule classique, à cause de l’absence de bruit du moteur », explique Benoît Godart de l’Institut Vias. Le nombre de blessés a augmenté ces dernières années. Via leur Commission économique pour l’Europe (Unece), les Nations unies ont donc décidé de rendre plus bruyantes les voitures silencieuses, qu’elles soient électriques ou hybrides. La mesure sera effective en juillet 2019. À ce stade, il ne semble pas que les scooters et les motos électriques soient concernés. JUSQU’À 20 KM/H Des seuils sonores ont été fixés. À moins de 10 km/h, un véhicule électrique devait émettre 50 décibels. À moins de 20 km/h, ce sera 56 db et 47 db en marche arrière à la vitesse de 6 km/h. « Il semble qu’il n’y ait pas d’harmonisation quant au type de bruit requis. C’est dommage. Chaque constructeur va travailler de son côté », déplore Benoît Godart. Chez Nissan, deuxième marque derrière Tesla en termes d’immatriculations de voitures, le travail sur les émissions sonores a déjà été fait. « Toutes nos LEAF, e-NV200 et Evalia sont équipées de ce dispositif de sécurité depuis le lancement de ces modèles électriques chez Nissan. Un haut-parleur est ainsi placé dans le compartiment moteur. Un interrupteur placé dans l’habitacle permet de le désactiver temporairement. Mais le dispositif se remet en fonction au prochain allumage », indique Melvin Keuter, porte-parole de la marque. Le son relève du sifflement plutôt aigu et modulé. En octobre 2017, Nissan a dévoilé un son baptisé Canto, du latin Je chante, destiné à tous ses futurs modèles. Le son ne se déclenche pas seulement au départ du véhicule. Il revient dès que la vitesse tombe sous 30 km/h comme aux abords d’une école. Au-dessus de 30, le roulement des pneus sur la chaussée et le vent suffisent à attirer l’attention des passants. Rien de tel chez BMW et Volkswagen deux constructeurs bien présents sur le marché de l’électrique. Leurs modèles sont aussi silencieux qu’ils peuvent l’être. « Mais nous nous adapterons dès que la mesure sera effective », assure les deux marques allemandes. -

    Article de YANNICK HALL

    Source  Article

  • Attention feux tricolores N 63 Nandrin du 23 au 26 octobre 2018 toutes les infos

    Lien permanent

    Pendant ces quelques jours, la circulation s’effectuera donc de manière alternée, sur une seule voie, à hauteur du chantier, suite à des travaux nécessaires à la pose de conduites d’eau.

    Pour rappel, ce chantier, d’un budget de près de 467 000 € HTVA, a débuté la semaine du 17 septembre pour une durée d’environ un an. Il vise à réaliser un giratoire pour permettre de mieux sécuriser cette zone accidentogène.

    De manière générale, pendant le chantier, une voie est maintenue dans chaque sens sur la N63 à l’approche du carrefour avec une vitesse limitée à 30 km/h.

    Pendant toute la durée des travaux, la rue Petit-Fraineux et la rue Famioul ne sont pas accessibles via la N63 afin de fluidifier au maximum le trafic.

    L’accès aux commerces est toujours maintenu.

    Déroulement du chantier et déviations

    - Depuis la semaine du 17 septembre, jusqu’au printemps prochain : réalisation des accotements et des bandes extérieures de l’aménagement. 

    - Du printemps 2019, à l’automne 2019 : réalisation de la partie centrale de l’aménagement. 

    - Les déviations ci-dessous sont mises en place :

    1. Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696 

    2. Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul

    3. Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la Rue d’Esneux. 

    4. Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie.

    Source article 

  • Soyez prévoyant dés le 23 octobre 2018 sur la N63 Nandrin la circulation s'effectuera de manière alternée

    Lien permanent

     

    N63  Nandrin - Chantier d'aménagement d'un giratoire au carrefour dit "du Monastère". 
    du 23 octobre au 26 octobre, à hauteur du chantier, la circulation s'effectuera de manière alternée, sur une seule voie, grâce au placement de feux tricolores.
     Plus d'info: http://www.sofico.org/…/181022-N63%20carrefour%20Monast%C3%…

     1. Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696

    2. Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul

    3. Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la Rue d’Esneux.

    4. Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie.

    Source 

    23.JPG

  • Nandrinois Les Belges boudent les voitures partagées

    Lien permanent

    De tous les peuples de l’Europe, les Belges sont les moins partageurs.

    En tout cas, lorsqu’il s’agit de leur véhicule.

    Selon une enquête d’ING International Survey, près de 9 Belges sur 10 (87 %) sondés déclarent ne pas envisager de partager leur véhicule entre particuliers et à faire usage d’un système de voitures partagées (mais ils sont tout de même 4,2 %) à l’envisager dans l’année qui vient, comme moyen de transport secondaire.

    Les Belges sont donc à la traîne par rapport au reste des Européens. Ce qui les retient ?

    L’enquête pointe, entre autres, l’attachement émotionnel du Belge à son auto, surtout parmi les jeunes générations (74 % des 18-24 ans interrogés, contre 43,5 % des 55-64 ans). -

    Source 

  • C’est une première en Wallonie, sur la route du Condroz N 63 !

    Lien permanent

    C’est une première en Wallonie ! À Neupré, au carrefour de Plainevaux, les nouveaux radars de feux ont été installés ce mercredi 26 septembre.

    Relativement fréquents en Flandre, ils permettent de flasher les voitures qui grillent le feu rouge et qui sont la cause de nombreux accidents à cet endroit.

    Pour rappel, vu le nombre de franchissement des feux lumineux, la commune de Neupré avait demandé à la Région wallonne qu’elle y installe ces radars fixes dans les deux sens de circulation.

    « Les raccordements sont prévus en octobre et la mise en service vers novembre après qu’une convention ait été signée entre la zone de police, le parquet et le SPW », a précisé la bourgmestre libérale, Virginie Defrang-Firket.

    Le carrefour de Plainevaux sur la route du Condroz est sans doute l’un des plus dangereux de la région liégeoise.

    La route à quatre bandes et la longue ligne droite incitent à la vitesse.

    Article de L.C.

     

    Article complet clic ici 

     

    C’était une demande de la commune de Neupré.

     

    Plus d'info http://neupre.blogs.sudinfo.be/