Politique

  • Renouvellement:appel aux candidatures pour Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M) de Nandrin

    Lien permanent

     Appel aux candidatures pour Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M)de Nandrin du 21/03/2019 au 20/05/2019 inclus.

    Le Collège communal annonce le renouvellement intégral de la commission consultative communale d’aménagement du territoire et de mobilité en exécution des articles D.I.7 à D.I.10 du Code du Développement Territorial et en fait l'annonce sur son site internet http://www.nandrin.be/

    Appel candidature CCATM clic ici.pdf

    Formulaire de candidature CCATM.docx

     

    Dans le souci d'une plus large participation de la population à la gestion de son cadre de vie, le Code du Développement Territorial prévoit la possibilité pour les autorités communales de créer une Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M). Cette commission permet aux habitants d’être associés aux décisions de la commune en matière d'urbanisme et d'aménagement du territoire. Elle rend des avis sur les dossiers que lui soumettent le conseil et le Collège communal. Elle peut également donner des avis d'initiatives sur les sujets qu'elle estime pertinents.

    L'avis de la CCATM est obligatoire dans une série de cas et de procédures prévues par le CODT

    L' avis de la CCATM est notamment obligatoire pour les dossiers suivants :

    1. L'élaboration ou la révision des Schémas de développement pluricommunal (SDP), de développement communal  (SDC) et d’orientation local (SOL)
    2. La révision du Plan de secteur
    3. L'élaboration ou la révision du guide régional (GRU) et du guide communal d’urbanisme (GCU)
    4. L'élaboration des rapports et études des incidences sur l’environnement
    5. L'élaboration des outils d'aménagement opérationnels (Périmètres de remembrement urbain, Sites à réaménager et sites de réhabilitation paysagère et environnementale, Rénovation urbaine
    6. La liste des arbres et haies remarquables

    La consultation de la CCATM est  facultative pour les dossiers suivants :

    1. le collège, le Fonctionnaire délégué et l'autorité de recours peut, s'il estime nécessaire, demander l'avis de la CCATM sur tous les dossiers de Permis et Certificat d’urbanisme n°2
    2. les permis uniques peuvent également faire l'objet d'un avis de la CCATM sur demande conjointe du fonctionnaire délégué et du fonctionnaire technique
    3. Tout dossier que le collège ou le conseil communal estiment pertinents ou toutes questions relatives au développement territorial, tant urbain que rural, à l’aménagement du territoire et à l’urbanisme.

    La CCTAM peut également rendre des avis d’initiative sur tout sujet qu’elle estime pertinent en matière d’aménagement du territoire, urbanisme et mobilité.

    Le Code de l’Environnement prévoit  également que la CCATM puisse rendre des avis d'initiative sur des permis d'environnement

    La Commission est composée de membres délégués par le conseil communal qui constituent le quart communal et  des membres de la société civile dont la candidature a été retenue en fonction de plusieurs critères (géographiques, âge, intérêts et sexe). 

    Les missions, la procédure de sélection et le mode de fonctionnement de la CCATM sont explicitées dans le vademecum

    http://lampspw.wallonie.be/dgo4/tinymvc/apps/amenagement/views/documents/directions/dal/ccatm/CCATM%20-%20Vademecum%20renouvellement%202018_vers%20def.pdf

     

    Source 

     

  • le MR de Huy-Waremme a présenté ses candidats pour le scrutin régional et fédéral du 26 mai 2019

    Lien permanent

    Ouffet était la dernière étape des réformateurs en tournée ce samedi dans les différents arrondissements de la province de Liège où ils présentaient leurs candidats en lice pour les prochaines élections régionale et fédérale du 26 mai prochain.

    En introduction, Daniel Bacquelaine, le ministre sortant des pensions, a évoqué les grands défis de la prochaine législature : le climat, le vieillissement de la population, le socio-économique, a-t-il énuméré avant de présenter chacun des 15 candidats effectifs et 9 suppléants de la liste fédérale qu’il emmènera.

    Pour notre arrondissement de Huy-Waremme, on retrouve le bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, député fédéral sortant (3e place), le Burdinnois Nicolas Reynders (5e place). Le fils du ministre Didier Reynders se présente pour la première fois au scrutin fédéral. En 2018, il était candidat à la Province. Il occupe une place de combat puisque les Bleus espèrent conserver les 5 sièges qu’ils avaient obtenus en 2014. Le bourgmestre de Clavier Philippe Dubois arrive en 9e place. Il est suivi par Karima Safia. Originaire de Verviers, la présidente de « Insoumise et dévoilée » est établie aujourd’hui à Saint-Georges.

    Surprise : alors qu’on l’attendait à la Région où elle avait été élue en 2014, la Hutoise Magali Dock, la présidente du conseil communal de Huy, se présente cette fois sur la liste fédérale, à la place de 2e suppléante. Elle est suivie en 6e position par la Waremmienne Annick Laloux-Ruelle. L’épouse du conseiller communal Frédéric Ruelle (Pour Waremme) confesse avoir pris goût à la politique depuis sa campagne aux provinciales de 2018.

    Liste régionale

    La présentation de la liste régionale est revenue à Caroline Cassart. On le sait, la bourgmestre d’Ouffet qui signe son retour à la Région occupera la case de tête. Le bourgmestre de Hannut, Manu Douette, figure en 2e position. Il est suivi par Morgane Siplet, conseillère communale à Wanze (3e), Raphaël Dubois, conseiller communal à Waremme (4e). 

    En 2014, les Réformateurs avaient obtenus deux élus, un résultat qu’ils espèrent renouveler. Or, Manu Douette a déjà clairement annoncé que sa priorité était Hannut. En cas d’élection, c’est donc le 1er suppléant Thomas Roland, ex conseiller communal de Villers-le-Bouillet(2012-2018) qui monterait à Namur. La place de 2e suppléant est occupée par Nathalie Klee, conseillère communale à Anthisnes.

    Article par 

    M-CL.G.

     ELECTIONS 2019 

     

    Source 

    mr h-w.jpg

  • Liste complète Ecolo Huy-Waremme

    Lien permanent

    Militante féministe, pacifiste et environnementaliste, Cécile Bertrand est connue pour ses caricatures de presse dans Le Vif/L’Express, Imagine et La Libre Belgique. Elle est également auteur et illustratrice d’une vingtaine de livres pour enfants. Retraitée depuis 2018, elle continue à dessiner pour différents supports.

    Mais Cécile Bertrand est aussi connue pour son engagement dans de multiples causes, notamment dans Cartooning for Peace, réseau international de dessinateurs de presse, créé par Plantu et Kofi Annan en 2006 avec pour objectif de défendre avec humour le respect des cultures et des libertés. Cécile participe notamment, à travers cette plate-forme revenue au premier plan suite à l’attentat de Charlie Hebdo, à des expositions et des interventions dans les écoles et les prisons, pour un mieux vivre ensemble. Depuis peu, elle a même créé une académie dans le but d’aider les jeunes auteurs de cartoons politiques à décoller.

     

     

    Quant à son engagement écologiste, dès les années 1970, elle participait aux Amis de la Terre, pour qui elle a illustré « La feuille de chou » et d’autres publications. Néanmoins, étant journaliste et voulant garder son indépendance, elle ne s’est jamais affiliée à un parti. Maintenant libérée de cette exigence, elle a accepté de s’engager sur la liste Ecolo. 

    « Après avoir observé la société pendant des années dans mon travail de caricaturiste de presse, je ressens aujourd’hui l’envie de contribuer à la rendre plus juste et plus verte», s’exclame Cécile Bertrand. « En choisissant comme première suppléante une citoyenne n’ayant jamais fait de politique, c’est un signal fort que nous envoyons », lance Rodrigue Demeuse, qui mènera la liste à la Région. « Nous voulons dépoussiérer la politique et placer les revendications des citoyens au cœur de nos préoccupations. »

    « Je veux notamment défendre un meilleur statut pour les artistes, soutenir la jeunesse, ou encore sécuriser la place des cyclistes et engager enfin une réelle alternative en matière de mobilité en zones rurales », conclut l’Anthisnoise.

    La liste complète

    Les candidats effectifs sont : 1. Rodrigue Demeuse, 2. Géraldine Blavier, 3. Luc Viatour, 4. Isabelle Denys. Les candidats suppléants se composent de : 1. Cécile Bertrand, 2. Johan Volont, 3. Julie Faniel, 4. Jean-Michel Javaux.

     

    Élections régionales: une caricaturiste première suppléante Ecolo

  • Les noms des 10 «Publifinards» jugés jeudi passé

    Lien permanent

    Jeudi 14 mars 2019 le procès Publifin était devant le tribunal correctionnel de Liège. Dix prévenus, issus des quatre grands partis traditionnels, sont accusés de détournements de biens publics et de prises d’intérêt. Ils avaient tous refusé de payer la transaction réclamée par le parquet général pour éteindre l’action publique. Voici leurs noms et leurs qualités.

    Lorsqu’on examine la liste des prévenus, rendue publique à l’audience du tribunal correctionnel de Liège, on réalise rapidement que ce sont essentiellement des membres du conseil d’administration de Publifin, l’intercommunale liégeoise, qui sont poursuivis devant le tribunal correctionnel. Ce sont eux qui ont mis en place le système des comités de secteurs et qui ont fixé les rémunérations abusives pour des réunions auxquelles certains et certaines ne participaient même pas. Ce sont encore eux qui avaient également les transactions pénales les plus importantes à payer. Et ce sont enfin eux qui ont décidé de ne pas payer la transaction pénale.

     

    Lire aussi Dix «Publifinards» renvoyés devant le tribunal correctionnel  

    Georges Pire (MR). Il était l’homme fort du MR hutois. Il était ancien député provincial et était considéré comme l’un des piliers de la Province au sein du scandale Publifin-Nethys. 

    André Denis (MR). L’actuel député provincial liégeois et ancien bourgmestre de Malmedy, André Denis est toujours administrateur de l’intercommunale du circuit de Spa-Francorchamps. 

    Jean-Marie Gillon (Ecolo) 

    Marie-Noëlle Mottard (MR), avocate et ex-conseillère communale à Waremme. 

    Raphaël Amieva (cdH), proche d’Anne Delvaux et ancien élu à Crisnée. 

    Robert Botterman (PS), ancien président du CPAS de Verviers. 

    Pol Guillaume (EC), bourgmestre de Braives, ancien homme fort de l’intercommunale Publifin et toujours présent, aujourd’hui, chez Resa où il assume la vice-présidence.

    Pierre Stassart, échevin de l’Enseignement PS à la Ville de Liège, il était présent à tous les étages de l’intercommunale Publifin. 

    Catherine Maas (Ecolo/Seraing). 

    Serge Manzato (PS) est bourgmestre d’Engis. Il est le seul des prévenus qui ne faisait pas partie du conseil d’administration de Publifin. Il siégeait au sein d’un comité de secteur.

     

    B9717550630Z.1_20181109185418_000+GCQCD45QA.1-0.jpg

  • Changement chez les réformateurs de Huy-Waremme en vue des élections de mai prochain

    Lien permanent

    Le Hannutois Manu Douette 2e sur la liste MR à la Région

    A la mi-février, Manu Douette confirmait sa présence sur la liste fédérale du MR emmenée par Daniel Bacquelaine. Le bourgmestre hannutois devait y occuper la 5e position. Un mois plus tard, revirement de situation chez les Bleus. Douette ne sera finalement pas candidat à la Chambre. Le Hesbignon figurera sur la liste régionale en 2e position, derrière Caroline Cassart. La raison ? Il remplace Martin Jamar qui était pressenti pour occuper cette place mais a préféré renoncer (lire les détails ci-contre).

    « Avec Caroline, nous allons former un binôme fort pour Huy-Waremme », lance Manu Douette avec enthousiasme. « Un bon duo condruzien-hesbignon comme cela avait déjà été le cas par le passé avec Hervé Jamar. Je suis heureux de rejoindre cette liste qui sera forte, avec des gens de terrains (NDLR : elle sera dévoilée ce samedi dans la nouvelle salle des fêtes d’Ouffet). « Le MR est le premier parti de l’arrondissement avec 18 bourgmestres sur 31 communes et j’ai signé le meilleur score, tous partis confondus, aux communales. Mais le plus important, c’est l’équipe et les projets qu’on défend pour l’arrondissement. C’est un vrai travail de groupe avec une cheffe de file qui a une solide expérience de parlementaire. Une battante qui peut soulever des montagnes. »

    « Décrocher 2 sièges »

    11e sur la liste fédérale en 2014 (7.184 voix), Manu Douette se présente pour la première fois au scrutin régional. « Je suis un municipaliste et j’apprécie les matières régionales. En tant que bourgmestre, j’ai aussi envie de pouvoir faire passer mes idées à un autre niveau de pouvoir. »

    L’objectif pour le MR de Huy-Waremme, c’est de décrocher 2 sièges à la Région. « Je vais me battre pour y arriver. Et j’espère obtenir un taux de pénétration suffisant pour pouvoir siéger au parlement wallon et rester bourgmestre. Si ce n’est pas le cas, je renoncerai à mon mandat de député car je veux rester bourgmestre de Hannut (NDLR : ce sera alors le 1er suppléant qui siégera). Je souhaite être transparent à ce niveau-là. » Actuellement députée fédérale, Caroline Cassart devrait, pour sa part, être élue à la Région et combiner son mandat avec celui de bourgmestre d’Ouffet. « Nous avons un vrai projet spécifique à Huy-Waremme que nous allons défendre avec nos valeurs libérales et en étant proactifs », annonce fièrement la Condruzienne que l’on sent plus motivée que jamais.

     

    Martin Jamar: «C’est prématuré, chaque chose en son temps»

     

     

    Elu échevin dès son premier scrutin communal à Hannut en octobre dernier, Martin Jamar (28) s’est déjà vu offrir la deuxième place sur la liste MR à la Région.

    Après une mûre réflexion, il a préféré décliner et tient à expliquer son choix. « Je suis échevin depuis 4 mois. C’est mon premier mandat et c’est un grand défi. Je m’implique énormément et je suis en plein apprentissage. Je veux me laisser le temps de grandir et je veux vraiment me focaliser sur Hannut. Me présenter à un autre niveau de pouvoir, c’est prématuré. Chaque chose en son temps », confie le jeune élu avec beaucoup de maturité.

    Martin Jamar s’investit aussi énormément dans son emploi de commercial chez Bridgestone où il est également en pleine évolution. « Je viens d’obtenir une promotion. J’ai travaillé pour y arriver et j’ai aussi envie de m’investir dans ces nouvelles responsabilités. Pour ces différentes raisons, j’estime qu’il est plus raisonnable de ne pas me présenter au scrutin régional cette fois-ci. Je veux être totalement transparent par rapport à mon choix. Et puis, Manu (Douette) a beaucoup plus d’expérience pour défendre cette deuxième place. Avec Caroline, il forme un duo de qualité. Je vais évidemment les soutenir. »

    article de CH.C.

    Article complet clic ici 

  • Delphine Gilman, Nandrinoise qui se lance en politique, est 8e suppléante

    Lien permanent

    Lors de la conférence de presse, début mars, seules les places respectives de Christophe Lacroix et Hervé Rigot avaient été dévoilées : le bourgmestre de Wanze et sénateur obtient la convoitée troisième place effective, tandis que l’échevin waremmien figure à la troisième suppléance.

    Les trois autres candidats de notre arrondissement avaient également été annoncés, mais leur position sur la liste n’était pas encore déterminée. C’est désormais chose faite. Samuel Moiny, jeune conseiller communal à Amay, occupe la 9e place effective. Carine Renson, conseillère communale à Hannut, hérite quant à elle de la 12e place effective. Enfin, Delphine Gilman, Nandrinoise qui se lance en politique, est 8e suppléante.

    « La composition de la liste fédérale liégeoise avec les différents arrondissements est très proche de celle de 2014, si ce n’est que nous avons obtenu la troisième place effective, au lieu de la cinquième. Huy-Waremme est bien représentée sur cette liste fédérale et notre belle équipe est également équilibrée puisqu’à la fois le Condroz, la région hutoise, Waremme et Hannut ont un représentant. Il y a aussi un mélange entre anciens et nouveaux candidats », se réjouit Marc Foccroulle, président de la Fédération PS de Huy-Waremme.

     

    Delphine Gilman (Nandrin) est annoncé par le PS qui a dévoilé les candidats de l’arrondissement sur la liste provinciale

    Elections à la Chambre: les 5 candidats PS connaissent leur place

  • « L’urbanisation de la N63 route du Condroz est un fiasco »

    Lien permanent

    N 63 , route du condroz ,nandrin ,commerce ,urbanisme ,ccatmAndré Jaminon, citoyen et ardent défenseur du patrimoine local, est outré par cette destruction.

    Il s’insurge contre «l’indifférence fataliste et sans attache au caractère patrimonial condruzien ». « La typologie et l’architecture du patrimoine local étaient judicieusement implantées dans les paysages ruraux de notre beau pays condruzien, elles évoquaient l’âme du pays. La typologie du Condroz est en effet bien différente des terroirs de Hesbaye, du Tournaisis, de la Famenne, de l’Ardenne et de tant d’autres ! », s’exclame-t-il.

    Le Nandrinois plaide pour que «le souci de confort et les nouveaux besoins » soient conjugués avec la tradition locale « pour sauver ce qui peut encore l’être, et pour que la Belle du Condroz ne ressemble pas encore davantage aux banlieues sans caractère. »

    Selon lui, « l’urbanisation de la route du Condroz est un fiasco.

    La pulvérisation de la gare n’est qu’un pas de plus de cette banalisation et de la mainmise des promoteurs saccageurs », et de conclure en reprochant l’absence, au niveau communal, d’une gestion du territoire « préventif » avec un schéma de structure sur tout le territoire nandrinois.

    Précisons que la gare de Saint-Séverin n’était pas un bâtiment classé.

    « Elle est jolie sur les anciennes photos mais entre-temps, cela a bien changé. Je vous assure, il n’y avait plus rien à garder, si on avait pu, on l’aurait fait », assure pour sa part Jean-Christophe Lion.

    Article de A.G.

    Source 

    L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    1 gare.jpg

     
     
     
  • L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    Lien permanent

    2 gare.jpg

    L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    Depuis fin de cette semaine, en ce début du mois de mars 2019, les utilisateurs de la route du Condroz N 63 entre Liège et Marche auront peut-être remarqué le balai des grues .
    Non pas les grues oiseaux, mais les grues machines .
    L'ancienne gare des trams, repris dans de nombreux ouvrages sur le vicinal, qui trônait depuis des générations , à laisser la place au futur.
    Elle était debout depuis bien plus longtemps que l'ancienne Maison communale, ou autre habitation sur le territoire de Nandrin .
    Comme l'a dit certaines personnes au moment de la destruction du la maison communale , il faut vivre avec le futur ,et pas dans le passé !!!


    Les photos gardées précieusement par certain, les livres, dont celui de PPNa sur le vicinal ,et le Musée Christan Blavier permettront aux jeunes Nandrinois du futur de connaitre son histoire .
    Et l'architecture du passé .


    Et il en sera ainsi certainement dans les générations futures .
    Ou même nos nouvelles constructions Eco passive seront démodée et le renouveau s'installera .


    N'empêche que dans la mémoire de votre Blogueuse , cette gare à toute son histoire .


    Mes grands-parents revenant de Liège, un 6 mars il y a très longtemps (il faisait froid ), ma grand-mère enceinte en fin de grossesse, n'ira pas beaucoup plus loin que la gare de Saint-Séverin pour donner naissance à ma maman .


    Nous avons tous des histoires dans nos villages, un endroit ,un moment , un instant qui marque nos vies .

     

    Article de JP 

    ©Photos Archives 

    Et ©Nandrin Blog JP 

    1 gare.jpg

  • Delphine Gilman (Nandrin) est annoncé par le PS qui a dévoilé les candidats de l’arrondissement sur la liste provinciale

    Lien permanent

    Comme en 2014, l’arrondissement Huy-Waremme obtient cinq candidats sur la liste fédérale socialiste pour la circonscription de Liège, qui compte 15 candidats effectifs et 9 suppléants. Une représentativité et surtout une belle troisième place qui devraient permettre au moins à l’un d’entre eux d’accéder au Parlement, si tel est le souhait des électeurs.

     

    Le mieux placé est Christophe Lacroix (52), bourgmestre de Wanze et ministre wallon du budget pendant 3 ans et demi (avant le coup du cdH). Il occupe l’enviable troisième place effective, le deuxième homme de la liste derrière Frédéric Daerden qui emmène la liste PS de la province de Liège au scrutin fédéral du 26 mai. Il y a cinq ans, le premier candidat de Huy-Waremme (déjà Christophe Lacroix) n’était « qu’à » la cinquième place effective. « En 2014, à la Chambre, il avait fait un superbe score, 15.628 voix, mais n’avait pas été élu. Le destin a voulu qu’il devienne sénateur coopté puis ministre, avant d’être sorti en juin 2017. Aux dernières communales, il a fait un excellent score personnel à Wanze, 2.667 suffrages, il a non seulement reconduit la majorité mais a aussi la majorité absolue », rappelle Marc Foccroulle, président de la Fédération PS de Huy-Waremme.

     

     

    Alors que les socialistes liégeois avaient décroché cinq sièges au Parlement fédéral il y a cinq ans, ils espèrent conserver cinq députés. « Les sondages prédisent quatre, en avoir cinq serait une belle victoire. L’objectif doit être six, pas impossible. L’important est de creuser l’écart avec le MR », note Frédéric Daerden. A la troisième place, Christophe Lacroix a donc toutes ses chances de devenir député fédéral. Il a annoncé vouloir rester bourgmestre si tel était le cas, en cumulant les deux fonctions mais en reversant son salaire de bourgmestre (le PS a adopté une règle de décumul financier NDLR). Le Wanzois prétend-il à un poste de ministre ? « On n’est jamais à l’abri d’une surprise, comme en 2014, mais je ne suis pas candidat ministre dans l’état actuel des choses », répond-il.

    Autre candidat masculin à connaître sa place sur la liste : Hervé Rigot (45), actuel échevin des travaux à Waremme, sera troisième suppléant. Il représente l’arrondissement de Waremme. « Il y a un an et demi, loin de moi était l’idée de revenir en politique, j’ai aujourd’hui retrouvé le bonheur de m’investir à Waremme et pour la gauche. J’avais aidé Michel Daerden lors de sa campagne en 2004, je veux à présent épauler Christophe Lacroix pour qu’il soit notre premier élu à Huy-Waremme, c’est un modèle pour moi », commente-t-il.

    Les trois autres candidatures sont acquises (votées à l’unanimité) mais leur place sur la liste n’a pas encore été déterminée.

    Il s’agit de Carine Renson, Hannutoise de 50 ans, échevine des affaires sociales sortante, désormais chef de groupe PS dans l’opposition à Hannut. « C’est une habituée des élections, elle était encore candidate aux dernières communales et provinciales », introduit Marc Foccroulle. « Je ne suis pas essouflée pour autant« , sourit-elle.

     

     

    Vient également Samuel Moiny, conseiller communal de 23 ans à Amay, militant socialiste depuis sept ans, et secrétaire politique des Jeunes Socialistes au niveau national de 2015 à 2017. « Je constate beaucoup de défience des jeunes envers la politique et la gauche, il y a une resurgence de pensées conservatrices ou d’appel à des solutions simplistes qui m’inquiète », souligne-t-il.

    Enfin, une nouvelle recrue, en la personne de Delphine Gilman (40), Nandrinoise jusqu’à présent non investie en politique. Elle a été attachée parlementaire du groupe au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles avant de devenir responsable de la communication interne au CHU de Liège. « Habituée à l’ombre, j’avais envie de donner une autre forme à mon engagement. »

     

     

    La liste

    Voici les candidats dont la place a été désignée :

    >Christophe Lacroix 3e effectif (Wanze)

    >Hervé Rigot 3e suppléant (Waremme)

    Les places ne sont pas encore fixées pour les autres candidats :

    >Carine Renson (Hannut)

    >Samuel Moiny (Amay)

    >Delphine Gilman (Nandrin)

    Le programme

    Côté programme, celui-ci doit encore être finalisé mais quelques grands axes se dégagent : réduire le temps de travail (à salaire égal), souple et négociée secteur par secteur, instaurer un impôt sur les grandes fortunes, taxer les géants du web GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) et les grandes entreprises qui favorisent les actionnaires à la création d’emplois, améliorer le pouvoir d’achat, passer le salaire minimum à 14 euros/heure et diminuer la TVA sur l’électricité de 21 à 6 %. Le PS mise sur l’écosocialisme (avec pour piliers le climat et le pouvoir d’achat) pour convaincre les électeurs.

      

    Les Rouges ne mâchent pas leurs mots concernant le bilan et l’attitude des ministres du gouvernement MR-NVA. « Ils ont fait payer leurs cadeaux aux entreprises et actionnaires, sur le dos des travailleurs et allocataires sociaux, ils ont détricoté des pans de la protection sociale et mis à mal la concertation sociale. Ce n’est pas pour rien que les partenaires sociaux ont abouti à un pré-accord alors que le gouvernement est en affaires courantes, avant cela, la majorité était tellement du côté du patronat que c’était deux contre un ! », tacle Frédéric Daerden.

    Les problématiques de Huy-Waremme

    Pourquoi est-ce imporant d’avoir des représentants de Huy-Waremme au fédéral ? « Il y a trois matières, par exemple, qui nous concernent de près, répond Christophe Lacroix. D’abord, le désinvestissement de la SNCB à la gare de Statte, une desserte pour toute la rive gauche et qui évite d’engorger le centre de Huy. Les cadences de trains diminuent et la gare a même fermé. A Waremme aussi, il y a une menace sur la fréquence des trains vers Bruxelles. Ensuite, la justice, la justice de paix, les services publics. Le service financier a fermé à Hannut. Et certaines affaires judiciaires seront désormais plaidées à... Verviers. Enfin, la pénurie de médecins généralistes frappe notre arrondissement semi-rural. La limitation des quotas INAMI favorise clairement la Flandre ».

    Marc Tarabella espère rester à l’Europe

    Le 26 mai, les électeurs voteront aussi pour le scrutin européen. Alors qu’il occupait la deuxième place effective derrière Marie Arena en 2014, Marc Tarabella (56) souhaite cette fois occuper la première suppléance. En effet, Paul Magnette, tête de liste, a annoncé qu’il privilégierait le mayorat de Charleroi, ce qui propulserait d’office l’Anthisnois au Parlement européen. « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras », philosophe-t-il. Le bourgmestre d’Anthisnes et déjà député européen entame ainsi sa seizième campagne électorale (6 communales et 10 supracommunales).

    À l’Europe, les socialistes donnent trois priorités : l’harmonisation fiscale entre les pays membres pour supprimer les iniquités, l’inclusion sociale (« trop de disparités existent, il faudrait une même sécurité sociale pour tous les citoyens ») et une relance économique « intelligente » liée au développement durable.

    PAR ANNICK GOVAERS

    Source 

     

  • « La fausse bonne idée de sentiers.be »

    Lien permanent

    Le groupe VN a aussi regretté l’absence de point concernant la gestion du personnel, le peu d’attention accordée au village de St-Séverin, l’absence de référence aux enjeux climatiques (par exemple POLLEC ou PEB). «Certains points de POLLEC sont de la couille en boîte (sic), a réagi le mayeur. 75 % de nos émissions de CO2 à Nandrin sont dus au trafic automobile… », a-t-il lancé, tout en précisant que la commune poursuivait son engagement POLLEC, même si cela n’est pas écrit noir sur blanc.

    Charlotte Tilman s’est également interrogée sur la pertinence d’un nouveau guide local d’urbanisme et sur la « fausse bonne idée », selon elle, de concrétiser l’étude sentiers.be. « Rouvrir des sentiers en sachant qu’ils ne serviront pas aux déplacements quotidiens n’est pas opportun. La priorité devrait être de réhabiliter des sentiers qui permettent de rejoindre des points stratégiques de la commune, comme le parking multimodal. » Sébastien Herbiet, échevin Ecolo, estime au contraire qu’il y a une demande de citoyens pour les sentiers, y compris pour les loisirs et qu’il y a du pain sur la planche pour les rendre accessibles.

    Article par AG 

    Source 

  • Le Grand Feu a fait débat au conseil communal de Nandrin

    Lien permanent

    Daniel Pollain est revenu sur le Grand Feu, en citant les propos du bourgmestre qui annonçait que le comité culturel et HDB Production en avaient repris l’organisation.

    «Le comité culturel n’ayant pas encore été reconstitué (les représentants de la commune n’ont pas encore été renouvelés après les élections), et le conseil d’administration étant démissionnaire à l’exception d’un membre, il est impossible que le comité culturel ait pris cette décision », a-t-il avancé.

    « Il reste un membre.

    Il a pu très bien pu décider tout seul », a répondu le bourgmestre, provoquant un tollé dans les rangs VN : « C’est ça, tout le monde vous croit. Et le quorum de présence ? »

     « La commune va-t-elle subventionner l’événement ?

    Qui va gérer les éventuels déficits ou bénéfices, le comité culturel ou HDB Production ? », a encore demandé Daniel Pollain.

    « Rien n’est inscrit au budget, on reviendra vers vous le cas échéant. Je ne vois pas en quoi ça nous concerne pour le reste. »

    «Parce que c’est une asbl communale», a rétorqué l’ex-échevin.

    Côté pratique, les soirées se termineront à 2h vendredi et 1h30 samedi.

    La rue du Péry sera en sens unique descendant avec un gardiennage rue Sur-le-Bois à partir de 18h pour éviter les contresens.

    Article de AG 

    Source 

  • Déclaration de politique communale Nandrin

    Lien permanent

    Ce mardi soir, la majorité (liste du bourgmestre et Ecolo) a soumis au vote du conseil sa déclaration de politique communale.

    Elle comprend sept thématiques et la majorité annonce qu’elle est capable de concrétiser tous les points lors de cette mandature.

    Pour les trois groupes d’opposition, cette déclaration est incomplète, incohérente et comporte beaucoup d’inconnues.

    La déclaration de politique communale a engendré un vif débat, mardi soir, au conseil communal. Elle comprend sept thématiques : enseignement et jeunesse ; administration générale et finances ; environnement, nature et agriculture ; culture et sports ; action sociale ; mobilité, urbanisme et travaux ; commerces et PME.

    On y retrouve la construction d’une nouvelle aile pour l’école de Villers, une rénovation partielle de l’école de St-Séverin, l’acquisition du bâtiment de la Poste pour la police locale, une modernisation des moyens de communication, la réalisation d’une étude de faisabilité et de rentabilité de la construction d’un hall omnisports, un soutien aux projets de résidence-service, la concrétisation du rapido-bus Marche-Liège, la restauration des rues de Villers et Saint-Donat, la sécurisation des rues des Quatre-Bras et de la Chapelle notamment mais aussi l’engagement d’un éco-conseiller et création d’un service communal d’environnement notamment, une demande des Verts.

    Pour rappel, la déclaration de politique communale, désormais obligatoire en début de mandat, reprend les grandes lignes de la politique que la majorité compte mener pendant six ans.

    « Nous sommes en train de mettre sur pied le Programme Stratégique Transversal qui beaucoup plus complet et détaillé, notamment en terme de budget », a précisé le mayeur.

    C’est cette absence de volet budgétaire qui a fait tiquer Vivre Nandrin et Pour Nandrin Citoyenne. « Il est bien indiqué dans le Code que la déclaration doit comporter au moins un volet budgétaire », ont-ils relevé. « Je n’en ai pas vu dans les autres communes », a répondu le bourgmestre.

    L’ex-échevin Daniel Pollain (VN) a reproché une incohérence dans la mesure où certains points repris dans la Déclaration sont déjà en cours ou acquis : «Comme le rond-point du Monastère, qui en plus, n’est pas du ressort de la commune mais de la Région, ou les logements publics au Péry ou à la Gendarmerie ! ».

    « Je passe des journées de réunion avec la DGO1, s’il n’y a pas une volonté communale de faire avancer ces dossiers, ils ne vont pas se concrétiser par l’opération du Saint-Esprit », a rétorqué Michel Lemmens.

    Marc Evrard (PNc) a décrit un catalogue de bonnes intentions, proche de la propagande. «Il s’agit d’une simple retranscription de tracts électoraux, vous n’avez opéré aucun choix, ce qui laisse croire aux citoyens que tout est réalisable dans les six ans ». « Si, nous avons fait des choix », a assuré l’échevine Gaëtane de Smidt. « Et ce que nous avons indiqué, c’est ce que nous pensons pouvoir réaliser effectivement. »

    Le mayeur a abondé dans son sens, tout en précisant que certaines décisions ne dépendaient pas de la commune et que certains projets étaient liés à l’octroi d’une subvention.

    Eric Cop (TE) a déclaré qu’il y avait trop d’inconnues, notamment concernant l’engagement d’instituteurs ou de création d’une crèche communale. Le bourgmestre a indiqué qu’une crèche communale représentait un trop gros investissement pour le peu de places ouvertes.

    La Déclaration a été approuvée par 9 voix pour, 7 abstentions et un non (de Marc Evrard).

    Article de ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Nandrin, délégation au Collège communal en matière d’engagement et de licenciement du personnel contractuel

    Lien permanent

    Délégation. Un autre point concernait la délégation au Collège communal en matière d’engagement et de licenciement du personnel contractuel. De la sorte, le Conseil remet son « pouvoir » au Collège, ce qui n’a pas été du goût de l’opposition PNc et VN.

    «L’engagement d’accord, mais pour le licenciement, ça devrait passer au conseil communal.

    On n’est pas à quatre ou cinq semaines près », a commenté Marc Evrard.

    « Si, justement. C’est pour le bon déroulement de la procédure dans des délais cohérents », ont répondu Michel Lemmens et le directeur général.

    Pour Christophe Ovidio (VN), donner plus de pouvoir au Collège va à l’encontre de la demande des citoyens pour une plus grande transparence.

    Le point a récolté 9 voix pour, 7 abstentions et 1 non.

    Article de AG 

    Source 

  • Fusion des communes

    Lien permanent

    Fusion des communes: le bourgmestre de Hamoir est «partant»

    Le gouvernement wallon vient d’adopter en première lecture le projet de fusion des communes porté par la ministre des Pouvoirs locaux (voir p.16). Concrètement, Valérie De Bue (MR) promet aux communes volontaires un incitant financier : la reprise de la dette communale par la Région wallonne, avec des plafonds de maximum 500 € par habitant et maximum 20 millions d’euros par entité fusionnée. La mesure pourrait aider les 69 communes wallonnes de moins de 5.000 habitants. À l’image de Hamoir (3.900 habitants) et de Ferrières (4.900 habitants).

    Cette idée n’est en fait pas nouvelle puisque déjà mise sur la table des deux communes condrusiennes en... 2009 ! À l’époque, le déjà bourgmestre de Hamoir, Patrick Lecerf, et Joseph Bonfond, alors échevin à Ferrières, avaient émis la volonté de fusionner les deux entités voisines en vue des élections communales de 2012. Le nouveau nom avait même été trouvé : « Fermoir ». Ils en avaient parlé à l’administration de Paul Furlan (Union des Villes et Communes) mais le projet est resté lettre morte. « Nous étions des précurseurs », sourit Patrick Lecerf (MR). « La fusion n’a pas pu se faire car le cadre ne le permettait pas... Nous étions trop en avance. »

    De nombreux points communs

    Les deux communes voisines partagent des similitudes : des frontières, un parc à conteneurs, un habitat équivalent, des zones de secours et de police, un Plan piscine à Saint-Roch porté en binôme... Une fusion permettrait d’aller plus loin et de réaliser des économies d’échelle. « Il y a beaucoup de synergies à mettre en place: au service travaux, il y a du matériel coûteux qui pourrait être acheté à deux et utilisé pour deux, afin de mieux rentabiliser l’investissement. Une union permettrait également d’engager du personnel qualifié qu’on se partagerait: informaticien, employé qualifié au service urbanisme ou chargé des dossiers des étrangers », cite notamment Patrick Lecerf qui se dit toujours « partant »pour une fusion avec Ferrières, voire même avec une troisième commune, comme Ouffet : « Ce serait encore plus efficace à trois avec une population de 12 à 15.000 habitantsÀ nous trois, on aurait tout : un enseignement complet multi réseaux, des forêts, du commerce, du tourisme, de l’agriculture, un réseau de mobilité etc. On additionnerait nos points forts. »

    À Ferrières, Frédéric Léonard (PS) se dit ouvert à la discussion : «  Je me rappelle en 2009, la proposition m’avait amusé. Fusionner aujourd’hui, pourquoi pas, on peut en discuter. On sait que les communes de petites tailles vont avoir de plus en plus de difficultés. Rationaliser les investissements serait un plus », commente-t-il. La reprise d’une partie de la dette ferrusienne (2,8 millions) serait également avantageux.

    « Reste à faire passer cette idée auprès de la population et de certains élus (leur nombre diminuant de facto NDLR). Il n’y aurait forcément plus qu’un bourgmestre, ça ne me dérangerait pas de ne plus l’être, ma carrière est derrière moi », souligne Patrick Lecerf qui trouve important que les plus petits villages restent représentés au conseil communal.

    « C’est un beau projet en théorie. Mais il faut mesurer l’économie d’échelle et veiller à assurer un service de proximité. Si cette fusion engendre une petite perte de confort mais dégage des moyens importants pour rendre de meilleurs services aux citoyens, alors j’y crois. »

    Ouffet: «Pas favorable, du moins pour l’instant»

    Du côté d’Ouffet, la bourgmestre Caroline Cassart (MR) se montre prudente. « Dans un premier temps, je ne suis pas très favorable à une fusion d’Ouffet avec une ou plusieurs autres communes. Je suis attachée à mon entité, comme les Ouffetois. Par contre, je suis pour les projets transcommunaux pour les gros investissements comme on le fait déjà aujourd’hui: hall omnisports, GAL Pays des Condruses... », glisse-t-elle. « D’autant que la dette à Ouffet n’est pas élevée (440.000 euros), donc l’incitant ne m’intéresse pas vraiment. »

    Elle se dit toutefois « pas complètement fermée. Je pense que c’est une réflexion à avoir sur le long terme, 10 ans imaginons. »

    PAR ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Prestations de serments Conseil Communal lundi 3 décembre 2018 à Nandrin en photos et vidéos

    Lien permanent

    47417118_2155699547827777_6631087367929200640_n.gif

    COLLEGE

    Michel Lemmens (bourgmestre, B+) : police, pompiers, état civil, fabriques d’église, budget, finances, personnel, commerce et PME ;

    Béatrice Lecerf-Zucca (B+) : enseignement, logement, 3e âge et jumelages. >Henri Dehareng (B+) : travaux, patrimoine, cimetières, sport et tourisme ; >Murielle Brandt (B+) : CPAS, affaires sociales, PCS, emploi. >Gaëtane De Smidt (Ecolo) : accueil extra-scolaire, ATL, jeunesse, culture, bibliothèque, communication, participation, énergie et supracommunalité (GAL) ; >Sébastien Herbiet (Ecolo) : urbanisme, aménagement du territoire, mobilité, environnement, agriculture, bien-être animal, PCDN, eaux usées et déchets.

    CONSEIL Bourgmestre + : 1. Michel Lemmens 2. Béatrice Lecerf-Zucca 3. Murielle Brandt 4. Claire Graulich 5. Isabelle Lejeune 6. Henri Dehareng 7. Tristan Fagnoul 

    Ecolo : 8. Gaëtane de Smidt-Demoitié 9. Sébastien Herbiet

    Vivre Nandrin : 10. Daniel Pollain 11. Benoît Ramelot 12. Charlotte Tilman 13. Christophe Ovidio 14. Malory Planchar

    Tous Ensemble : 15. Eric Cop 16. Alain Henry

    Pour Nandrin citoyenne : 17. Marc Evrard.

     

    Les photos clic ici 

     

     

    Album photos 

     

     

  • Les nouveaux conseillers communaux, échevins et bourgmestres vont être installés dans les 262 communes de Wallonie

    Lien permanent

    C’est ce lundi soir que les nouveaux conseillers communaux, échevins et bourgmestres, issus des urnes du 14 octobre dernier, vont être installés dans les 262 communes de Wallonie. Pour ne rien rater de l’événement, rendez-vous sur les supports digitaux de Sudpresse (lameuse.be, laprovince.be, lacapitale.be, lanouvellegazette.be…), pour assister, en direct, aux prestations de serment des élus dans les plus grosses communes. Ne manquez pas non plus le cahier de 12 pages, dans votre édition du 4 décembre, où vous retrouverez l’album photos des nouveaux élus avec, pour chaque échevin et bourgmestre, leurs attributions précises. Un numéro à conserver car les équipes qui se mettront en place sont parties pour 6 ans de mandat !

    Source 

  • Et chez les autres ? Des cadeaux pour les conseillers sortants

    Lien permanent

    En fin de séance, le bourgmestre Jean-Michel Javaux, au nom de l’administration communale, a remercié les conseillers sortants qui ne feront plus partie du Conseil dès le 3 décembre prochain.

    « Il n’est pas facile d’obtenir des congés politiques et vous avez prouvé votre engagement et montré une présence importante pour la plupart d’entre vous pendant six ans.

    Vous avez tous travaillé, toutes sensibilités confondues, pour le bien-être des Amaytois et nous vous en remercions », a-t-il déclaré devant l’assemblée.

    Dix élus sont sur le départ : Isabelle Eraste, Willy Franckson « qui aurait vraiment aimé être présent », David De Marco, Marc Plomteux, Jean-Luc Lhomme « dont les interventions vont nous manquer » (PS), Denise Renaux, Nathalie Bruyninckx, Virginie Houssa, Christel Tonnon et Daniel Delvaux (Ecolo).

    Ils ont reçu un cadeau composé de quatre des cinq bières amaytoises, un livre sur les rues d’Amay, ainsi qu’un chèque à valoir dans les commerces de l’entité.

    Marc Delizée, chef de groupe PS, a aussi remercié ses colistiers, tout comme les conseillers de la majorité, pour la qualité des débats et le respect mutuel.

    Il a aussi dit merci au personnel communal pour sa disponibilité et son accueil. 

    Article de A.G

     

    Source 

     

    amay ccc.JPG

    Un premier véhicule communal CNG

    Nous avions déjà évoqué le projet de la station Dats d’installer une pompe au gaz naturel (CNG) à Amay. Les élus ont décidé d’anticiper et d’acheter un premier véhicule communal équipé CNG, pour le chef de bureau technique. « L’Opel Corsa, vieille de 14 ans, connaît de nombreuses pannes. Il est urgent de la remplacer », a évoqué Janine Davignon. Coût : 17.000 euros. « Et si le permis d’exploitation de Dats est refusé ? Car alors il faudrait aller jusque Seraing pour faire le plein... », a questionné Marc Delizée (PS). « Nous pourrions dans ce cas installer un compresseur sur une canalisation de gaz de ville, pour 2.000 ou 3.000 euros. Le seul inconvénient est qu’il faut une nuit pour recharger un véhicule », a répondu l’échevine. -

    A.G. 

  • Et chez les autres ?

    Lien permanent

    Tinlot: Lorenzo Novello exclu du nouveau collège

    Le pacte de majorité a été débattu ce lundi soir en assemblée générale. Une quarantaine de personnes étaient présentes. La nouvelle bourgmestre de Tinlot, Christine Guyot, meilleur score de la liste avec 650 voix, a défendu devant les militants son choix qui exclu du collège Lorenzo Novello, l’échevin des travaux sortant. Avec ses 220 voix, Lorenzo Novello, était 5e en nombre de voix. Il pouvait prétendre à un nouveau mandat.

    «  J’ai expliqué aux militants que j’avais pris le temps de consulter tous les élus et candidats TP pour composer la meilleure équipe possible pour Tinlot. Depuis plus d’un an, il y avait des dysfonctionnements manifestes dans le fonctionnement du collège. La bourgmestre sortante, Cilou Louviaux, avait déjà pointé ces dysfonctionnements. J’ai donc défendu avec détermination mon choix de tourner la page et de proposer un nouveau fonctionnement, avec une nouvelle équipe.  », a-t-elle expliqué ce mardi lors d’une conférence de presse.

    Elle assure que sa proposition a fait l’objet de débats, «  tendus mais constructifs malgré tout, toutes les opinions ont pu s’exprimer  ».

    Soumis au vote, l’équipe de Christine Guyot a été approuvée à une courte majorité par 23 voix contre 16 non et 2 abstentions. Les compétences seront dévoilées dans les prochains jours.

    Parmi les nouveaux qui font leur entrée au collège :

    Denis Craisse, 51 ans, de Ramelot. En 2012, il avait été élu conseiller communal. De par sa profession (sous-chef de réseau chez Resa-Tecteo), il se verrait bien hériter de l’échevinat des travaux.

    Dominique Albanese, 23 ans, de Fraiture, est le petit jeune de la bande. Nouveau en politique, cet éducateur spécialisé dans un centre pour enfants placés à Comblain-au-Pont, confesse une préférence pour les matières sociales et la jeunesse. Il fait aussi partie de l’équipe première du club de foot de Fraiture.

    Laurence Médaerts-Archambeau, 40 ans, de Scry, conseillère au CPAS sortante, est comptable au service trésorerie de l’unif de Liège. Une compétence qui pourrait l’amener à hériter des finances. Elle se dit aussi intéressée par l’urbanisme.

    Christine Gobiet qui rempile à la présidence du CPAS pour un 4e mandat complète l’équipe de la nouvelle bourgmestre, Christiane Guyot. Assistante en pharmacie à Soheit-Tinlot, l’échevine sortante se présentait en tête de liste.Venant du milieu agricole, et étant en couple avec un entrepreneur agricole, elle a déjà laissé entendre qu’elle souhaitait garder l’agriculture.

    Lorenzo Novello: «C’est un coup monté»

    Ecarté du collège, Lorenzo Novello, l’échevin des travaux sortant, s’estime victime d’une cabale. «  C’est un coup monté. Ils ne respectent pas la charte du groupe qui tient compte des voix de préférence pour composer le collège. »

    Il dénonce également la manière dont l’équipe a été approuvée. « L’assemblée générale a été noyautée par la bourgmestre sortante et la nouvelle bourgmestre pour que les militants votent comme elles le souhaitaient ».

    Même s’il ne se sent plus solidaire du groupe Tinlot Participation, il siégera malgré tout comme conseiller communal. «  Sans faire de campagne, j’ai obtenu 220 voix. Je ne peux pas laisser tomber tous les gens qui ont voté pour moi  », conclut-il.

    Article complet

    Tinlot blog 

  • Et chez les autres ? Aujourd'hui Anthisnes

    Lien permanent

    >Marc Tarabella (bougmestre) :

    – Etat civil, Cultes, Cimetières, Sécurité et Prévention (police, pompiers, plan d’urgence, etc.), Mobilité, Sports, Agriculture et alimentation, Bien-être animal, Comité de concertation commune – CPAS, Associations patriotiques.

    >Michel Evans (1er échevin) :

    – Travaux (patrimoine communal, propreté publique, espaces verts), Budget et Finances, Environnement (eaux, forêts, déchets).

    >Tony Pelosato (2e échevin) :

    -Enseignement, Accueil extrascolaire, Culture et Patrimoine, Bibliothèque communale, Participation citoyenne et budget participatif, Infrastructures Jeunesse et solidarité intergénérationnelle, Information communale, en ce compris les Technologies de l’Information et de la Communication, Personnel communal.

    >Yolande Huppe (3e échevin) :

    – Affaires sociales, Logement, Insertion sociale (Plan de Cohésion sociale, La Teignouse, Télé-service du Condroz), Economie (GAL, commerces, PME, artisanat, économie sociale, tourisme), Développement durable et Solidarités Nord-Sud (commerce équitable, etc.), Egalité des chances, L’Avouerie-Maison des Associations.

    >Nathalie Seron (4e échevin) :

    – Aménagement du Territoire (urbanisme, primes à l’habitat, économies d’énerigies, patrimoine classé, PPPW), Petite Enfance, Jeunesse, Aînés.

     

    Source 

  • Et à Nandrin ? aujourd'hui voici les attributions au sein du Collège

    Lien permanent

    Le nouveau Collège nandrinois est connu. Ecolo et la liste Bourgmestre + se sont entendus sur la répartition des compétences. Sans anicroche : « Cela a roulé comme du papier à musique, on ne s’est vu que trois fois et les affinités et envies de chacun sont complémentaires, ce qui donne un Collège équilibré », estime Michel Lemmens, le bourgmestre. « Les discussions se sont très bien déroulées, ce qui instaure un climat de confiance », abonde Sébastien Herbiet. Les deux nouveaux échevins écologistes se partagent grosso modo les compétences de leur prédecesseur Anne de Potter et de l’ex-Ecolo Charlotte Tilman. C’est Sébastien Herbiet (36 ans, 116 voix) qui hérite des matières sensibles à Nandrin que sont l’urbanisme, l’aménagement du territoire et la mobilité. Il s’occupera en outre de l’environnement, l’agriculture, le bien-être animal (une nouvelle compétence), le PCDN, les eaux usées et les déchets. «Avec mon diplôme et mon expérience (il est agronome de formation, indépendant dans l’exploitation forestière ainsi que conseiller et formateur dans l’agroalimentaire NDLR), cela ne me fait pas peur. C’est un beau challenge pour Ecolo. Ces compétences rejoignent mes centres d’intérêt. Et puis, je peux m’appuyer sur l’équipe de l’administration qui gère déjà les dossiers. Je compte bien étudier les projets. Je suis prêt à commencer, serein », décrit-il. Gaëtane De Smidt (enseignante de 29 ans, 155 voix) prend quant à elle les matières relatives à la jeunesse : l’accueil extra-scolaire, l’ATL, la jeunesse, la culture, la bibliothèque, la communication, la participation, l’énergie et la supracommunalité (GAL). « Ce ne sont pas des attributions légères, il y a notamment un grand vide à combler pour la culture et la bibliothèque », commente le mayeur. Henri Dehareng conserve les travaux, le patrimoine, les cimetières, le sport et le tourisme. Il se retirera en juin 2020. Muriel Brandt continue également avec le CPAS, les affaires sociales, le Plan de cohésion sociale, la santé et l’emploi. Béatrice Zucca (1re échevine), à défaut du CPAS, prend le gros « morceau » de Daniel Pollain, à savoir l’enseignement plus le logement, le 3e âge et les jumelages. Elle aussi quittera le Collège en cours de mandat. Michel Lemmens, en plus de ses attributions existantes (police, pompiers, état civil, fabriques d’église, présidence du conseil communal, budget, finances), se chargera en outre du personnel, du commerce et des PME, même s’il aimerait passer la main, à terme, en matière financière. -

    ANNICK GOVAERS

    article 

    Lire la suite

  • Et chez les autres ? aujourd'hui Ouffet

    Lien permanent

    Deux nouveaux visages font leur apparition dans le Collège communal à Ouffet suite aux élections. Les Ouffetois Paul Wautelet et René Lambay laissent ainsi la place à Arnaud Massin et Michel Prévot. Pour tous les deux, il s’agit d’une première ! «  On savait, dès le soir des élections, que le Collège allait se composer comme cela  » confie Caroline Cassart, la bourgmestre. «  On va travailler dans la continuité avec une bonne gestion des finances. La communication est également un de nos objectifs. Dès novembre, on va mettre en place le quart d’heure des Ouffetois où les citoyens pourront intervenir pendant un quart d’heure lors du conseil communal. L’objectif est de laisser la parole à tous, c’est le projet de l’équipe.  » Et justement, cette équipe a été un peu remaniée pour cette nouvelle législature, tout comme les attributions du Collège qui ont été attribuées en fonction des souhaits respectifs au sein du groupe. «  J’aimais bien avoir les accointances de chacun  » confirme la bourgmestre.

    Les deux nouveaux échevins se sont ainsi vus attribuer en partie des compétences en lien avec leur profession. En effet, Michel Prévot (58) sera le nouvel échevin des travaux et du bâtiment, notamment. Des matières que l’Ouffetois maîtrise, lui qui a monté sa propre société en tant qu’entrepreneur de travaux. Il semble d’ailleurs déjà prendre son rôle d’échevin à cœur. Il s’est organisé pour avoir plus de temps à consacrer à sa vie politique en laissant ses enfants prendre le relais de la société. «  La vie à la commune et la vie en entreprise, ce n’est pas la même chose, il faut que je m’adapte  » explique-t-il.

    Quant à Arnaud Massin, courtier en assurances à Ouffet, il s’est vu attribuer entre autres les compétences du commerce, de l’association, de la jeunesse. «  J’ai toujours eu un intérêt pour la politique dans l’ombre. Je suis depuis longtemps investi dans la vie communale avec les Médiévales et l’association des commerçants.  » Association qu’il a pour projet de dynamiser. Il a également été le trésorier du patro il y a quelques années. «  C’est important de soutenir les associations et la jeunesse.  »

    Cependant, à Ouffet, beaucoup de dossiers sont traités de manière collégiale. «  Il y a un dossier qui nous tiendra particulièrement à cœur c’est celui des modes doux. C’est le dossier phare de la législature prochaine. C’est très important pour l’économie, l’environnement, etc. » conclut Caroline Cassart.

    Composition du Collège communal et compétences

    >Bourgmestre : Caroline Cassart. Compétences : état civil, finances, police, pompiers, affaires économiques, agriculture, enseignement

    >Premier échevin  : Francis Froidbise. Compétences : sport, tourisme, égalité des chances, bibliothèque (culture), patrimoine, environnement.

    >Deuxième échevin : Arnaud Massin. Compétences : commerce, association, ALE, jeunesse, petite enfance, urbanisme, information, logement.

    >Troisième échevin : Michel Prévot. Compétences : bâtiment, travaux, sécurité routière, fabrique d’église, cimetières.

    >Quatrième échevine : Renée Lardot. Compétences : CPAS, PCDR, affaires sociales, aînés, Petit Patrimoine Populaire Wallon.

    PAR MARIE LARDINOIS

     L'ACTU DE HUY WAREMME

     

    Article Complet 

  • Et chez les autres ? Aujourd'hui Modave

    Lien permanent

    A Modave, Jeanne Defays hérite de la présidence du CPAS

    Le nouveau bourgmestre Éric Thomas conserve les compétences de son précédent mandat (finances, communication, culture, PME et indépendants ), auxquelles s’ajoutent celles dévolues à sa charge comme l’état civil, la population, le personnel, la police, les pompiers et la sécurité. A cela vient s’ajouter une nouvelle compétence : l’événementiel. «  Notre ambition est de créer un événement récurrent qui dépassera les frontières de Modave », explique Eric Thomas qui assure qu’il ne s’agira pas d’un September Fest bis. «  Il y a suffisamment de disciplines pour lancer un nouveau projet qui fera connaître Modave. »

    Bruno Dal Molin  : 1er échevin en conserve les sports. Il hérite en plus des travaux, voiries, espaces verts, cimetières, environnement et d’une nouvelle compétence : la transition énergétique.

    Jeanne Defays  : 2e échevine succède à Pierre Halut à la présidence du CPAS. Elle prendra aussi en charge les aînés, le logement, la santé et la vie associative.

    Anne Duchêne  : 3e échevine est de retour dans le Collège. Elle gérera l’aménagement du territoire, la mobilité, le tourisme, la petite enfance et les bibliothèques.

    Magali De Meyer  : 4e échevine, nouvelle arrivée dans l’équipe. Cette institutrice récupère l’enseignement, la jeunesse, l’urbanisme et la CCATM.

    Enfin, signalons qu’il n’y aura pas de poste de président du Conseil communal. C’est Eric Thomas qui dirigera les débats.

    PAR M-CL.G.

     COMMUNALES 2018

    Article complet 

  • Et chez les autres ?

    Lien permanent

    Contrairement à d’autres partis, chez Ecolo, le critère des voix n’est pas déterminant dans l’attribution des places au collège. «  Chaque élu est invité à déposer sa candidature et a l’argumentée. Elle est ensuite soumise au vote des militants  », rappelle le bourgmestre Jean-Michel Javaux.

    C’est ce mode de fonctionnement interne qui explique pourquoi Raphaël Torreborre (l’ex chef de groupe socialiste passé chez les Verts), 3e score de la liste avec 511 voix et Janine Davignon, l’échevine sortante, 4e score avec 482 voix, n’aient pas été retenus. Ils s’étaient pourtant portés candidats mais ce jeudi soir, lors de l’assemblée générale du parti, ils n’ont pas obtenu la faveur des militants. 

    Le collège approuvé par les militants n’est renouvelé qu’à un tiers puisqu’avec Jean-Michel Javaux comme bourgmestre, les trois échevines sortantes, Stéphanie Caprasse, Catherine Delhez, Corinne Borgnet (arrivée à mi-mandat), sont reconduites. Luc Mélon reste à la présidence du CPAS.

    Les deux nouveaux visages du collège sont

    Luc Huberty, le paratriathlète et fondateur de ASBL « Leg’s Go » dont l’objectif est d'offrir des prothèses de course à des personnes amputées pour leur permettre de rester en forme et de continuer la pratique du sport. C’est un candidat d’ouverture ;

    Didier Lacroix, conseiller communal sortant et président du conseil d’administration de la Régie des sports.

    Les compétences des échevin(e)s ne sont pas encore connues. Elles seront attribuées ultérieurement, a fait savoir Ecolo dans un communiqué de presse diffusé ce vendredi.

    Ce que l’on sait c’est que Luc Mélon quittera ses fonctions à mi-mandat. Il l’avait annoncé dès le lancement de la campagne électorale. Un remaniement au sein du Collège avec l’arrivée d’autre(s) mandataire(s) est donc déjà annoncée.

    «  La Présidence du Conseil Communal sera également occupée par un(e) élu(e) hors collège et sera prochainement désignée par une nouvelle AG locale  ».

    Enfin terminons par le CPAS. Pour rejoindre Luc Mélon, l’AG a également désigné comme conseillers, Nathalie Bruyninckx, Cyrielle Lizée, Marie-Ange Stalmans et Eric Englebert.

    «Trop de démocratie tue la démocratie»

    « Une immense déception »

    Autre surprise de ce nouveau collège : l’échevine sortante, Janine Davignon n’en fera pas partie. Contrairement à Raphaël Torreborre, elle est furax et digère mal le choix des militants. «  C’est une immense déception, j’ai toujours travaillé en équipe et pour l’équipe mais certains l’ont joué « perso ». À l’Assemblée Générale, j’ai vu des personnes qui ne sont pas très présentes dans la locale mais qui ont été invitées par des candidats. Mais bon, c’est comme ça, je subis et je respecte les choix qui ont été faits. »

    Il n’empêche, suite à son non-reconduction, elle s’interroge sur le futur de sa vie politique commencée en 2000 avec un siège de conseiller. Elle est échevine depuis 2006.

    «  C’est un coup assez bas que je ne pensais pas rencontrer chez Ecolo. Je me demande si je ne vais pas me retirer complètement de la politique ».

    Elle se donne le week-end de réflexion avant de prendre sa décision, « mardi au plus tard. Pour l’instant, je suis encore trop dans la rancœur des résultats de l’AG ».

    Comme à Raphaël Torreborre, le bourgmestre Jean-Michel Javaux lui a proposé la présidence du conseil communal. «  Je ne suis pas un chien à qui il suffit de tendre un sucre pour qu’il fasse le beau  », lâche-t-elle, plein d’amertume.

    Depuis ce vendredi matin, elle croule sous les messages, dit-elle. « Beaucoup de gens ne comprennent pas. Je me dis que parfois trop de démocratie tue la démocratie.  »

    M-CL.G.

    Raphaël Torreborre: «Je ne suis pas déçu»

    Ce vendredi matin, ses collègues de l’Athénée Royal de Huy où il travaille comme économe l’ont accueilli par un «  Et quoi  », sous-entendu, «  et quoi, tu es échevin  ? ».

    Et bien, Raphaël Torrebore ne figurera pas dans le collège. Ainsi en a décidé l’assemblée générale Ecolo, et ce malgré son très score. Une décision qui affirme prendre avec philosophie. «  Je ne suis pas vraiment déçu car je m’en doutais. Je savais que c’était l’assemblée générale qui décidait des places au collège. Venant du PS, mes chances étaient minces. J’ai même attendu jusqu’au dernier moment pour déposer ma candidature mais quand j’ai vu que parmi les 7 candidats, 6 étaient Ecolo, j’ai compris que ce serait effectivement dur et que je ne passerais pas dans les 5.  », confie-t-il avant d’ajouter : «  j’ai été bien plus déçu en février dernier lorsque je n’ai pas été retenu pour figurer en tête de liste du PS. J’ai mis plusieurs mois à m’en remettre ».

    Il se dit aussi déçu pour Janine Davignon qui comme lui n’a pas été retenue par les militants.

    Il siégera comme conseiller communal. Sauf si entretemps, on lui propose la présidence du conseil. Ce n’est pas exclu. Jeudi soir, Jean-Michel lui a effectivement proposée. «  Je lui ai dit, on verra ça après, ce n’est pas important pour le moment. ».

    Pour l’instant, dit-il, il continue à savourer son score auquel dit-il, il ne s’attendait pas : «  j’ai vraiment été surpris d’avoir autant de voix en changeant de parti  ».

     

    PAR M-CL.G.

     COMMUNALES 2018

    Article Complet Clic ici 

  • Une fédération des listes citoyennes

    Lien permanent

    La liste Mouvement Citoyen de Sprimont a lancé une fédération de listes citoyennes en vue des élections provinciales et régionales. On y retrouve les groupes Pays de Hamoir et Agir Ensemble (Ouffet).

    Michel Beaufays, le fondateur du Mouvement Citoyen de Sprimont a lancé une fédération de listes citoyennes. Une petite dizaine de groupes y figure, dont le Pays de Hamoir et Agir Ensemble d’Ouffet. L’objectif est de remettre le citoyen au centre des décisions et se peser au niveau provincial et régional.

    Une fédération de listes citoyennes : voilà le projet initié par le Mouvement Citoyen de Sprimont (MCS). Une petite dizaine de groupe citoyens y figure tels que Pays de Hamoir et Agir ensemble (Ouffet). L’un des objectifs : «  Recréer la démocratie. On veut redynamiser la vie politique  », lance Benoît Jadin du groupe Agir Ensemble. «  Beaucoup de gens sont déçus de la politique. On veut changer cela.  »

    Et pour atteindre ce but, «  le citoyen doit être remis au centre des décisions  », selon Michel Beaufays. Ce fondateur du MCS rejoint une idée évoquée par Agir Ensemble : rendre la parole du citoyen plus aisée dans les conseils communaux. «  Certes, c’est prévu dans le code de démocratie locale. Mais la procédure est tellement délicate qu’elle est peu utilisée. Il faut envoyer sa question par écrit au Collège qui doit l’accepter. Vous avez dix minutes pour parler, le bourgmestre répond, vous avez le droit de répondre et puis c’est terminé.  »

    Un autre outil imaginé par le MCS est le comité des sages. «  On aimerait constituer une réserve de personnes dotées d’une expertise précise. On pourrait les faire intervenir à titre de conseil sur des dossiers comme des cahiers de charges de rénovation de logements sociaux pour que l’argent public soit dépensé de manière réfléchie  », continue-t-il.

    Selon Michel Beaufays, un autre modèle de consultation populaire est possible. «  L’actuel coûte de l’argent et est assez lourd. Passer par internet dans certains domaines serait tout aussi efficace.  » La fédération de listes citoyennes va aussi s’attaquer aux «  problèmes récurrents en matière de sécurité sur les routes. On veut réunir tous les riverains et essayer de trouver une solution à des problèmes précis  », étaye le fondateur du MCS.

    Pour rejoindre cette fédération, les listes doivent répondre à certains critères. «  Il faut que la participation citoyenne figure dans leur proposition. Ces groupes doivent également proposer un budget pour cela. Enfin, dans l’hypothèse d’une consultation population, ils doivent être d’accord de suivre la décision qui sort des urnes.  » D’autres critères pourraient être ajoutés par la suite. Il songe également à ce que la fédération se présente au niveau provincial et régional.

    Pour plus d’informations sur cette fédération, vous pouvez le contacter au 0495/75.90.59.

    Source article 

  • Gaëtane De Smidt et Sébastien Herbiet, novices en politique, travailleront aux côtés de Michel Lemmens

    Lien permanent

    Pour sceller au plus vite l’accord convenu entre la liste du bourgmestre et les Verts, un pacte de majorité a été signé ce mardi soir entre les deux listes. Les deux élus Ecolo, Gaëtane De Smidt et Sébastien Herbiet, héritent de deux échevinats.

    C’est désormais officiel, la prochaine majorité à Nandrin sera composée de la liste Bourgmestre + de Michel Lemmens (PS, cdH et des nouveaux) et d’Ecolo uniquement. En fait, la même composition que feu Expressions Communes, à la différence près qu’il ne s’agit plus d’un cartel (Ecolo s’est cette fois associé après les élections) et surtout que les deux échevins PS dissidents, Daniel Pollain et Charlotte Tilman, n’en font plus partie, rejetés dans l’opposition. Le groupe des Verts obtient deux échevinats. « Cette question a réellement pris deux minutes, il n’y a pas eu de débat à ce sujet alors que notre groupe n’était pas en position de revendiquer », tient à souligner Guy Brassel, actuel conseiller Ecolo qui a participé aux négociations. Les deux futurs échevins s’appellent Gaëtane De Smidt et Sébastien Herbiet (troisième en termes de voix mais qui passe devant Thomas Demoitié puisque celui-ci est le mari de Gaëtane De Smidt, deux époux ne pouvant siéger dans le même Conseil). Gäetane De Smidt (29 ans) était tête de liste Ecolo, elle a récolté 155 voix. Enseignante (français, maths, informatique) dans les prisons de Marche et Andenne, elle se présentait pour la première fois en politique. « Devenir échevine ne m’avait jamais traversé l’esprit... J’ai rejoint le groupe Ecolo pour qu’il subsiste. Cette responsabilité me stresse, j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Mais je vais réduire mon temps de travail, je suis quelqu’un de déterminé et je vais être accompagnée par les autres échevins », confie-t-elle. L’urbanisme, la culture, l’environnement et la jeunesse l’intéressent. Sébastien Herbiet (36 ans) était 2e sur la liste, il a obtenu 116 voix pour sa première élection. Ingénieur agronome de formation, il est indépendant depuis dix ans dans l’exploitation forestière, et le conseil et la formation dans l’agroalimentaire. Originaire de Rochefort et Villersois depuis 2010, il élève aussi douze moutons (des Roux ardennais) « pour le plaisir ». En couple, il est papa de deux garçons de 4 et 2 ans. « Je connais Anne De Potter car quelques-uns de mes moutons entretiennent sa prairie. J’ai adhéré au PCDN sur ses conseils et j’ai rejoint la liste Ecolo quand elle m’a tendu la perche », retrace-t-il. Ses nouvelles responsabilités lui font-elles peur? « Non car j’ai créé ma société à partir de rien, je suis un travailleur, un courageux, et j’ai la tête sur les épaules. Côté caractère, dans ma famille, on me surnomme l’Ardennais. Je ne suis pas un doux rêveur », sourit-il. L’environnement et la mobilité sont ses matières de prédilection « en relation avec mon expertise technique ». 

    Article de ANNICK GOVAERS

    Source article 

  • Le mayeur de Nandrin a choisi une majorité « courte »

    Lien permanent

    Michel Lemmens, majoritaire avec ses 7 sièges, hésitait : soit une majorité de 9 sièges avec ses anciens alliés Ecolo, soit une majorité plus confortable de 11 sièges en ajoutant le groupe d’opposition Tous Ensemble. C’est la première option qui a prévalu. Ecolo est satisfait d’être le seul partenaire de Michel Lemmens : « C’est plus facile ainsi ». « J’ai rencontré les deux groupes mais il est apparu qu’Ecolo était inquiet par rapport à certaines personnalités de TE. Je suis revenu vers mon groupe et nous avons décidé de rester avec Ecolo seulement. Cet accord a été entériné rapidement pour éviter un retournement de situation comme à Villers-le-Bt. Notre majorité est courte mais cela nous oblige à être mobilisés », commente Michel Lemmens. Quant aux compétences, elles ne sont pas connues, « nous n’en avons pas encore discuté ». Les Ecolos reprendront sûrement celles de l’ancienne échevine Ecolo Anne de Potter : Environnement, Développement durable, Epuration et Gestion de l’eau, des déchets et Jeunesse. Le CPAS devrait continuer à être présidé par Murielle Brandt. Même s’il a moins de voix que Claire Graulich et Isabelle Lejeune, Henri Dehareng (70 ans) devrait poursuivre son action aux travaux et au patrimoine « le temps de terminer la maison de quartier de Villers-leTemple. Dans deux ans maximum, il remettra son mandat, il s’y est engagé », annonce le bourgmestre. Même départ anticipé pour Béatrice Zucca (67 ans), pressentie à l’enseignement, « mais aucune date n’est encore fixée. » Si on se fie aux voix de préférence, ce seront Claire Graulich (20), étudiante en 1er Master en Droit à ULiège, et Isabelle Lejeune (42), enseignante et régente en éducation physique dans une école à Seraing, qui monteront alors au Collège. Si l’une refuse, ce sera Tristan Fagnoul (21), lui aussi étudiant, en droit et HEC, qui ira. L’idée est de les écoler. « Je ne veux pas les envoyer au cassepipe. Il faut d’abord qu’ils découvrent le conseil communal, commencent à s’y exprimer, découvrent la complexité des dossiers. En tant que parent, je ne voudrais pas que mon enfant soit échevin avant d’avoir terminé ses études », avoue-til. Le bourgmestre lui-même compte confier une partie de ses compétences : les finances. « Je vais reprendre le personnel mais je souhaite former un des élus aux finances pour assurer la relève au plus vite », confie-t-il. Les deux groupes affirment vouloir retrouver une sérénité et former un groupe uni.

     A.G

    Source article 

  • Eric Cop (TE) : « Michel Lemmens a fait son choix, on le respecte

    Lien permanent

    « Michel Lemmens a fait son choix, on le respecte. Aucune proposition ne nous a été faite. Nous ne voulions pas entrer à tout prix dans la majorité. On n’a pas à être déçus, on ne doit s’en prendre qu’à nous-mêmes si notre score a chuté. On pensait faire mieux, même si on est quand même devant Ecolo », soupire Eric Cop. Tous Ensemble (2 élus) compte continuer à défendre ses idées au conseil communal. « On veut mener un travail constructif, on est déçus mais pas fâchés. »

    ANNICK GOVAERS

    Source article

  • Daniel Pollain (VN): « Ce n’est pas un accord de coeur mais de rancoeur

    Lien permanent

    « Ce n’est pas un accord de coeur mais de rancoeur. De deux hommes : Michel Lemmens à mon égard, et Guy Brassel vis-à-vis de Charlotte Tilman (celle-ci ayant quitté Ecolo pour le PS NDLR). En conséquence, ils entraînent des hommes et des femmes « neufs » dans une aventure pas facile. Ceux-ci ont certainement beaucoup de qualités mais il va falloir avoir les épaules larges... Nous connaissons les défis de la commune dans les années à venir, notamment en matière de lotissements. Quelle sera l’attitude d’Ecolo ? Nous souhaitons bonne chance à la nouvelle majorité ! », déclare-t-il. Les 5 élus « Vivre Nandrin » vont bien siéger et mener une opposition « constructive, déterminée, et attentive au regard de notre expérience ». « Oui, on les attend au tournant, avec beaucoup d’intérêt. Et on va mettre le doigt où ça fait mal. »

    ANNICK GOVAERS

    Source Article 

  • Marc Evrard (PNc) : « Avec 1.873 voix et 47,63 % des suffrages, Michel Lemmens et Ecolo forment la nouvelle majorité à Nandrin

    Lien permanent

     « Avec 1.873 voix et 47,63 % des suffrages, Michel Lemmens et Ecolo forment la nouvelle majorité à Nandrin, contre 2.060 voix et 52,37 % des voix pour Vivre Nandrin, Tous Ensemble et Pour Nandrin citoyenne. Est-ce cela la démocratie ? La minorité au pouvoir ? Je reste malgré tout combatif, même si je serai peut-être moins dur car de nouvelles personnes doivent encore faire leurs preuves. » Il appelle à une réconciliation des oppositions. 

    ANNICK GOVAERS

    Source article 

  • Nandrin: le pacte de majorité est signé, Écolo a 2 échevinats

    Lien permanent

    Pour couler au plus vite dans le béton l’accord convenu entre la liste du bourgmestre sortant Michel Lemmens et les Verts, un accord de majorité a été signé ce mardi soir entre les deux listes. Les deux élus écolo, Gaëtane de Smidt et Sébastien Herbiet héritent de deux échevinats.

    C’est donc désormais officiel, la prochaine majorité à Nandrin sera composée de la liste Bourgmestre + de Michel Lemmens (PS, cdH et des nouveaux) et d’Ecolo uniquement. En fait, la même composition que feu Expressions Communes (PS-cdH-Ecolo), à la différence près qu’il ne s’agit plus d’un cartel (Ecolo s’est cette fois associé après les élections) et surtout que les deux échevins PS dissidents, Daniel Pollain et Charlotte Tilman, n’en font plus partie, rejettés dans l’opposition avec leurs 5 sièges.

    Michel Lemmens, majoritaire avec ses 7 sièges, avait le choix : s’allier avec Ecolo et/ou Tous Ensemble pour obtenir soit une majorité de 9 sièges avec ses anciens alliés, soit une majorité plus confortable de 11 sièges en ajoutant le petit groupe d’opposition. C’est finalement la première option, plus risquée mais probablement plus rassurante, qui a prévalu.

    Article ici