Politique

  • Nandrinois L’accès à Cumuleo.be est gratuit

    Un nouvel outil informatique pour aller chercher le dernier carat…

     Le concepteur de Cumuleo a dû ajouter 700 mandats à nos élus qui avaient « oublié » de les déclarer (entre 2004 et aujourd’hui).

     L’accès à Cumuleo.be clic ici est gratuit « et le restera » mais si vous voulez connaître le montant des mandats rémunérés, vous devez devenir « ami » de Cumuleo et payer 1 euro par mois (ou plus si vous voulez).

     Projet : pour gagner en transparence (« et éviter les abus »), Christophe Van Gheluwe a un nouveau projet.

    Ainsi, pour vraiment découvrir tous les mandats des hommes politiques, il tente de développer un outil informatique qui lui permettrait d’aller chercher le dernier carat des mandats non déclarés dans le Moniteur belge, sa principale source d’information.

    « Quand on lance une recherche dans le Moniteur, elle ne s’effectue pas de manière automatique dans les actes constitutifs des sociétés et des ASBL.

    Or, pas mal de mandataires ne déclarent pas leur appartenance dans des associations. Cela permettrait peut-être de comprendre pourquoi telle ASBL a décroché tel subside public ».

     Le même Van Gheluwe a aussi lancé transparencia.be clic ici , pour rendre les documents administratifs accessibles au public « comme le veut notre Constitution ».

    Un exemple ?

    « Les bourgmestres bruxellois rechignent à rendre public le registre de sécurité sur l’amiante dans les écoles et les logements sociaux ».

     F. DE H

    https://www.cumuleo.be/

     

    https://transparencia.be/

     

    1147395687.25.JPG

     

  • Des Nandrinois dans la chaîne humaine de 90 kilomètres du 25 juin pour fermeture de Tihange 2 et Doel 3

    Il semblerait ,qu'un groupe de Nandrinois sera présent sous le nom de leur groupe vocal .

    Normalement ils seront au bas de la route des Trente-six-Tournants, à gauche

     Libre à vous de vous y joindre ou de prendre contact avec l'organisation .

    Il suffit de contacter info@stop-tihange.org et de proposer la création d'un groupe avec une estimation du nombre de personnes.

    La chaîne humaine clic ici 

    Le dimanche 25 juin 2017 de 14 à 15h, se formera la grande Chaîne humaine !

    Elle s’étendra sur 90 km partant de Tihange pour arriver à Aix-la-Chapelle en passant par Liège et Maastricht.

     

    Plusieurs associations anti-nucléaires, en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas, se mobilisent depuis plusieurs mois pour que les réacteurs de Tihange 2 et Doel 3 soient mis à l’arrêt. Dans ce cadre, elles organiseront le 25 juin prochain une chaîne humaine de 90 km qui s’étendra de Tihange à Aix-la-Chapelle via Liège et Maastricht.

    La chaîne humaine de 90 km traversera trois pays, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. En Belgique, la chaîne s’étendra sur 61 km. «Elle traversera 11 communes francophones et une commune flamande», ont annoncé, aux Trois frontières à Gemmenich, les organisateurs de cette action, réunis au sein de la plateforme «Stop Tihange & Doel».

  • Des rencontres citoyennes chez nos voisins

    Depuis l’an dernier, le groupe IC de Clavier réalise des rencontres citoyennes. La dernière d’entre elles s’est déroulée samedi dernier à Clavier Station.

    « C’est une démarche de proximité que le Collège réalise », indique Philippe Dubois, bourgmestre de Clavier.

    « On en a fait quatre en 2016. On circule dans tous les villages, et on consigne les doléances et idées des gens. » Le Collège rencontre ainsi directement la population. « Les gens sont devant chez eux et nous arrêtent », enchérit Damien Wathelet, échevin du PCDR.

    « Ils aiment qu’on vienne à eux, et ont plus facile à s’ouvrir dans un tel contexte. » Divers sujets ressortent de ces visites. « On nous parle de Vivaqua, certains proposent ainsi de passer par une station d’épuration collective sur Terwagne et Clavier Station plutôt que d’utiliser des stations individuelles », commente-t-il. « On a également parlé du tournoi des jeunes de football, ou encore de la construction du hall omnisports. »

    D’autres sujets proches des soucis quotidiens ont également été évoqués. « Ce genre de visites permet également de voir ce qu’il y a lieu de faire dans la commune. On a notamment remarqué que les accotements de Clavier Station n’ont pas encore été tondus », indique Damien Wathelet. « On va contacter le privé pour qu’il fasse ça dans les plus brefs délais. » - J.G

     rencontres citoyennes, clavier

  • À Nandrin Daniel Giltay remplace Marc Evrard au CPAS

    Le secrétaire du CRAVN rejoint le groupe Union pour Nandrin

    Après 5 mois de réflexion, Union Pour Nandrin, groupe d’opposition à Nandrin, vient de désigner le remplaçant de Marc Evrard au conseil de l’action sociale.

    Il s’agit de Daniel Giltay, ancien syndicaliste FGTB à Cockerill-Sambre et secrétaire du CRAVN, Collectif pour la ruralité et l'art de vivre à Nandrin, l’ASBL qui avait notamment attaqué la commune au Conseil d’Etat au sujet du Festimix sur le site des Templiers.

     

    L’unique siège de conseiller au CPAS d’Union Pour Nandrin a souvent changé de titulaire depuis les élections de 2012.

    D’abord occupé par Emilie Demeuse, qui a quitté la commune, il est revenu à Didier Maka qui est ensuite monté au conseil communal en remplacement de Jeannick Piron, laissant la place vacante au CPAS.

    C’est Marc Evrard, conseiller communal, qui a alors cumulé les deux casquettes avant de démissionner du conseil de l’action sociale en décembre dernier.

    « J’avais toujours dit que je ne resterai pas conseiller au CPAS trop longtemps », indique l’intéressé. Depuis, le groupe cherchait un(e) Nandrinois(e) motivé(e) pour siéger.

    « La jeune fille que nous pressentions n’étant pas partante, nous nous sommes posés et avons réfléchi. Nous voulions quelqu’un qui reste jusqu’au bout de la législature, qui puisse faire jeu égal avec les mandataires chevronnés déjà en place, quelqu’un de solide qui s’investisse donc et étudie les dossiers.

    Puisque les conseillers CPAS ne doivent pas être élus, nous avons pensé à Daniel Giltay que nous connaissions dans le voisinage et qui avait interpellé notre groupe pour être porte-parole des idéaux du CRAVN.

    Son investissement au sein de cette ASBL de défense de la ruralité et sa faculté d’aller au bout de ses convictions ne sont pas sans rappeler ceux d’uPN », revient Marc Evrard. Qui insiste : « Jusqu’il y a une semaine, uPN et le CRAVN n’avaient aucun lien.

    Il n’y a pas eu d’instrumentalisation de ce groupement. »

    Diplômé électricien industriel, Daniel Giltay (55 ans) a fait toute sa carrière à Cockerill-Sambre, il a notamment été délégué syndical permanent FGTB, secrétaire de la cellule sociale, responsable du comité de gestion et administrateur du Fonds d’entraide des divisions liégeoises.

    « J’ai donc beaucoup touché au social dans ma carrière.

    Aujourd’hui prépensionné, je compte mettre à profit cette expérience au bénéfice du CPAS », déclare Daniel Giltay, qui reste pour le moment secrétaire du CRAVN.

    « Je ne vois pas d’interférence, les deux mouvements sont distincts. »

    ANNICK GOVAERS

    1147395687.25.JPG

     

     

    Lire la suite

  • Une liste citoyenne la campagne est lancée à Nandrin

    À 500 jours des élections communales, uPN lance officiellement sa campagne.

    Le groupe tient à constituer une liste citoyenne (l’idée de départ en 2012), ouverte donc à la société civile : « 50 % de civils et 50 % de politiques ».

    « UPN veut rassembler de multiples sensibilités, tant que les préoccupations des citoyens priment. La venue de Daniel Giltay en est l’illustration », souligne Marc Evrard.

    Un brassage multi-tendances signifie-t-il un rapprochement avec des membres de la majorité ou de l’autre groupe d’opposition?

    « Il n’y a pas d’exclusive. »

    A.G

     


    1147395687.25.JPG

  • Arthur Cortis Bourgmestre de Neupré, a annoncé « son dernier discours » au Mémorial Day exclusivité Vidéo Blog de Nandrin

    On savait les tensions exacerbées au sein de la majorité PS-cdH neupréenne depuis un certain temps déjà, que ce soit au niveau de divergences entre les deux partenaires ou entre les socialistes eux-mêmes. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est venue de la future ex-échevine Valérie Laplanche. Selon nos informations, mercredi dernier, veille de l’ascension, un clash a eu lieu au collège lors d’un débat portant sur le règlement d’urbanisme de la ZACC de Rotheux, où certains voudraient pouvoir y construire un lotissement. On passe les détails, mais toujours est-il que Valérie Laplanche a dès lors fait part de son intention de siéger au collège comme échevine indépendante. Elle a d’ailleurs officiellement déposé une demande en ce sens auprès du directeur général. Une attitude qui est très mal passée au sein des rangs socialistes dont elle fai(sai)t pourtant partie, car elle aurait pu faire la pluie et le beau temps au collège.

    Motion de méfiance

    Dès lors, la section locale de Neupré a tranché et a décidé de se tourner vers un autre parti pour former une nouvelle majorité. Il s’agit du MR, depuis 17 ans dans l’opposition et qui était pourtant le parti le plus important au conseil communal, avec huit représentants. Virginie Defrang-Firket, actuellement députée wallonne, avait par ailleurs réalisé le meilleur score personnel, toutes listes confondues.

    PS et MR ont donc convenu de déposer une motion de méfiance collective constructive, puisqu’une nouvelle majorité va être proposée. Au niveau du timing, le document officiel sera déposé auprès des services du directeur-général de Neupré le 2 juin. Ce dernier a dès lors sept jours pour convoquer un nouveau conseil communal. L’installation officielle de la nouvelle majorité neupréenne va donc intervenir très rapidement, lors du conseil communal déjà prévu du 14 juin. Il n’y a d’ailleurs pas le choix puisque tout doit être officialisé, législation wallonne oblige, pour le 30 juin.

    La nouvelle a bien évidement surpris un peu tout le monde dans la localité. Ainsi, ce samedi, à l’occasion de la cérémonie protocolaire « Memorial Day » au cimetière américain de Rotheux, Arthur Cortis, en préambule de son allocution, a annoncé que c’était « son dernier discours ». Quant aux élus cdH locaux, stupeur et incompréhension prédominaient.

    Defrang plus députée

    Contactée par nos soins, Virginie Defrang-Firket confirme : «  Nous sommes dans une optique de prise de responsabilités. Il y avait une majorité qui se déchirait depuis des mois, ce n’était plus possible. Il faut retrouver de la stabilité pour travailler au profit de la commune et de ses habitants.  » Cette dernière se veut par ailleurs très claire : «  Je vais quitter le Parlement wallon, où je siège comme députée. Je fais le choix clair d’être à 100 % à la commune. »

    Après Awans, c’est la seconde commune liégeoise dont le mayorat échappe au PS au profit des libéraux.

    Gaspard Grosjean

    L'article Complet clic ici 

    Voir le Blog de Neupré Clic ici

     

     Mémorial Day 2017 , Neuville-en-Condroz

     

  • Une liste citoyenne pour le scrutin 2018 chez nos voisins

    Les élections communales 2018 d’Engis accueilleront, pour la première fois depuis le scrutin de 2000, une nouvelle liste citoyenne. Le Mouvement Citoyen Engissois Réunis (MCER) espère ainsi se démarquer et séduire de nombreux électeurs au travers de 3 valeurs qui lui sont chères : la mobilité, le social et la transparence.

    Explications.

    C’est un vent nouveau qui souffle sur la scène politique engissoise.

    Et pour cause, Engis accueillera pour les élections communales de 2018, une nouvelle liste citoyenne répondant au nom de MCER, comprenez Mouvement Citoyen Engissois Réunis. Ce groupe se présentera donc face au PS du bourgmestre Serge Manzato. « Composée en majorité de citoyens issus de différentes entités aux profils variés n’étant pas affiliés à un parti actuel, cette liste se voudra diversifiée dans les idéaux représentés par les tendances existantes », explique le cdH Raphaël Grégoire, à la tête de la liste. « De plus, la quasi-totalité des membres du mouvement se présentera pour la première fois à Engis.»

    La couleur politique du MCER ? « Nous ne sommes pas aux extrêmes. » En réalité, différentes tendances (cdH et Ecolo) inspireront le MCER tout en ne revendiquant aucune de ces couleurs. Le mouvement espère ainsi clairement incarner le renouveau. «Le MCER s’est créé suite à la mise sous tutelle d’Engis, il y a plus ou moins un an, par le CRAC (centre régional d’aide aux communes) suite à une mauvaise gestion financière. » Ce qui explique notamment que ce mouvement prône la transparence.

    A la recherche de candidats

    Mais la mobilité et le social font également partie de ses valeurs. Un cheval de bataille que le MCER pourra défendre lors, notamment, des Conseil communaux devenus un peu monotones.

    « Il y a un réel manque de débat pour construire et mettre en place des dispositifs notamment pour une gestion financière correcte, saine et responsable. Il faut un requestionnement. »

    Mais concrètement, comment le MCER va-t-il traduire ses valeurs ? « Nous n’allons pas dévoiler notre programme mais les lignes de conduites sont tracées. D’ailleurs, la composition définitive de la liste n’est pas connue et nous invitons tous les Engissois désireux de s’inscrire dans un projet à nous contacter via mail à mcerengis@gmail.com ». Pour l’instant, seules 5 personnes forment ce mouvement éclectique composé, en grande majorité, de jeunes adultes.

     

    politique ,engis ,liste citoyenne

  • Une nouvelle liste communale chez nos voisins

    Une partie du groupe Agir Ensemble par un beau vendredi ensoleillé – à Ouffet.

    Photo Facebook Agir Ensemble

    C’est l’ambition d’Agir Ensemble, un groupe formé il y a un an

    Agir Ensemble : voilà le nom que portera le nouveau groupe politique d’Ouffet. Composé de 25 personnes, il lance dès ce week-end un référendum dans les boîtes aux lettres des Ouffetois pour connaître leurs attentes.

    C’est une secousse sismique dans le paysage politique ouffetois.

    Un nouveau groupe de citoyens vient en effet de se créer sous le nom Agir Ensemble. « On est 25 citoyens d’Ouffet de tout horizon politique. Nous ne désirons pas avoir de couleur particulière », dit Arnaud Stiepen, membre du groupe.

    « Notre volonté est de réunir les idées, des pistes d’action pour la commune. » Le nom n’a pas été choisi au hasard. Le groupe songe en effet à se baser sur les idées des citoyens. « Ce samedi, nous allons distribuer un référendum dans 1.300 foyers d’Ouffet », continue-t-il.

    « C’est important à nos yeux de baser nos actions sur la vie des gens. On veut faire les choses proprement. »

    Les thèmes concernés sont vastes : il s’agit aussi bien de la culture que de l’événementiel, le social, ou encore la mobilité.

    « En matière de jeunesse, d’environnement pour aider les agriculteurs ouffettois, il y a beaucoup à faire », indique Arnaud Stiepen. « Dans une dé- marche saine, nous allons nous concentrer sur la vie des gens. On espère avoir le plus de réponses constructives lors de notre référendum. »

    Actuellement, Agir Ensemble n’a pas de programme. Un choix que le groupe assume. « Quand on propose un programme, on ne peut pas s’en écarter », explique l’Ouffetois. « Ici, on propose un projet de vie pour la commune : quels sont les rêves, les ambitions des gens pour la commune ?

    On va essayer de repré- senter cela. »

    Agir Ensemble se définit comme une alternative politique plutôt qu’une opposition. « On ne vient pas casser des dents, ni rendre des comptes », sourit Arnaud Stiepen. « Nous venons apporter des choses à la commune. Franchement, critiquer pour critiquer n’est pas utile au débat. »

    « JE RÉDUIRAI MON TEMPS DE TRAVAIL »

    Des membres d’Agir Ensemble sont toutefois apparus dans l’assemblée du Conseil communal de janvier, alors que l’épineux sujet du Hall omnisports partagé entre Clavier et Ouffet était débattu. « Ce n’est pas une réponse à ce qu’il va se passer par rapport au Hall », rétorque-t-il.

    « Certes, ce bâtiment a éveillé pas mal de questions chez certains. Mais notre groupe existe depuis plus d’un an. » Le 15 mai, Agir Ensemble dépouillera les réponses du référendum distribué ce week-end dans la commune.

    La suite ?

    « Je pense que c’est nécessaire d’être au Conseil. Nous créerons une liste pour les prochaines élections », indique Arnaud Stiepen.

    Pour rappel, l’Ouffetois est actuellement astrophysicien. « La politique me demanderait du temps.

    Si j’ai la chance d’être au Conseil, j’envisagerai peut-être une diminution du temps de travail », conclut-il. 

     

    Agir Ensemble

    JÉRÔME GUISSE

    1147395687.25.JPG

  • Conférence-Débat sur l'allocation universelle aujourd'hui 4 mai à 20h00

    18055954_671183893075302_4569531148167452097_o.jpg

    Patrick Lecerf, député-bourgmestre de Hamoir reçoit Georges-Louis Bouchez, délégué général du MR pour parler de l'allocation universelle.

    Le débat sera modéré par Gaspard Grosjean (SudPresse).

    La conclusion de la soirée sera réalisée par Philippe Goffin, député fédéral.

    Cette rencontre vous est proposée par la section locale MR de Hamoir et par les Jeunes MR de l'arrondissement Huy-Waremme.
    • Entrée gratuite
    • Au Hall omnisports de Hamoir  
  • Nandrinois aidons les communes voisines pour gagner une plaine de jeux écologique Bebat

    77 communes liégeoises et limbourgeoises en lice pour gagner une plaine de jeux écologique Bebat

    Tirlemont – Du 1er au 31 mai 2017, Bebat lance, pour la cinquième fois déjà, un défi pour collecter un maximum de piles usagées, dans le cadre de son action 'Gagnez une plaine de jeux pour votre commune'. Cette année, la lutte fera rage dans les provinces de Liège et de Limbourg. Bebat offrira une plaine de jeux écologique par province à la commune ayant récolté le plus grand poids de piles usagées par habitant.

    Dans 47 communes de la province de Liège et 30 communes de la province de Limbourg, tous les habitants uniront leurs efforts au profit de la planète et mettront les bouchées doubles pour collecter un maximum de piles usagées.

    Amel, Lierneux, Stavelot, Stoumont, Trois-Ponts, Waimes, Amay, Ans, Awans, Aywaille, Bassenge, Berloz, Braives, Chaudfontaine, Clavier, Crisnée, Dalhem, Eupen, Ferrières, Grace Hollogne, Hamoir, Hannut, Herve, Jalhay, Juprelle, La Calamine / Kelmis, Liège, Limbourg, Lincent, Lontzen, Modave, Olne, Oreye, Oupeye, Remicourt, Saint-Georges-sur-meuse, Seraing, Soumagne, Spa, Sprimont, Theux, Trooz, Villers-Le-Bouillet, Vise, Wanze, Waremme, Welkenraedt. 

    Le concours 'Gagnez une plaine de jeux pour votre commune' en est à sa cinquième édition. L'année dernière, les provinces en lice étaient le Brabant wallon, le Brabant flamand et Bruxelles.

    Une plaine de jeux écologique en échange de piles usagées En 2013, le Hainaut et la Flandre occidentale ont été les premières provinces à relever le défi Bebat, suivies par Namur et la Flandre orientale (2014), Anvers (2015), puis en 2016 Bruxelles, le Brabant wallon et le Brabant flamand. La grande action Bebat n'en est donc pas à son coup d'essai et lance le gant cette année aux provinces de Liège et du Limbourg.

    Le prix à remporter par les communes participantes n'est pas négligeable: par province Bebat offrira une plaine de jeux réalisée exclusivement en matériaux recyclables.

    Du 1 er au 31 mai, les habitants de toutes les communes participantes de Liège et du Limbourg s'efforceront de récolter un maximum de piles usagées. Il leur suffit de déposer ces piles dans un des points de collecte Bebat de leur commune. La commune liégeoise et la commune limbourgeoise qui collectent le plus grand nombre de kilos de piles usagées par habitant remporteront une plaine de jeux écologique.

    En appliquant ce critère – c'est- à-dire en divisant le poids total de piles collectées par le nombre d'habitants de la commune – toutes les communes participantes ont des chances égales de gagner la plaine de jeux. Des résultats remarquables “A l'issue de cette cinquième édition, deux communes verront à nouveau leur rêve se réaliser.

    Depuis le lancement de ce concours, en 2013, nous avons déjà offert 8 plaines de jeux. Quant aux volumes collectés, ils sont impressionnants.

    Les provinces de Flandre orientale et de Namur ont récolté respectivement 38.845 et 4.738 kilos de piles usagées, lampes de poche et batteries, la Flandre occidentale et le Hainaut 47.424 et 25.838 kilos, Anvers 39.346 kilos, et Bruxelles et les deux Brabant un total de 74.374 kilos.

    Nous espérons que Liège et le Limbourg parviendront à égaler ces chiffres, voire à les surpasser.

    Car n'oublions pas que, si les communes sont les premières bénéficiaires de cette action, la grande gagnante finale, c'est notre planète", souligne Nele Peeters, marketing manager de Bebat.

    Pour de plus amples informations: Action 'Plaine de Jeux' Bebat À propos de BEBAT asbl BEBAT est une association sans but lucratif (asbl), créée en 1995 par les fabricants de piles afin de s’assurer que les entreprises s'acquittent de leur obligation légale.

    L’asbl Bebat donne une nouvelle vie aux piles usagées et compte parmi les meilleurs élèves du monde en matière de collecte de piles. Les piles usagées peuvent être déposées gratuitement dans plus de 23.500 points de collecte dans tout le pays.

    L’asbl Bebat est responsable de la collecte, du tri et du recyclage. En 2015, Bebat a collecté un poids record d’environ 2.758 tonnes de piles. En outre, des analyses démontrent que 100 kg d’ordures ménagères ne contiennent qu'une seule pile, le taux d’efficacité de la collecte de Bebat atteignant ainsi 88%.

     

     

    Contact presse Grayling Silke Winters 

    Consultant

    silke.winters@grayling.com

    0032 2 713 07 40

     

    source http://www.bebat.be/fr/campagnes

  • Résultats nettoyage de printemps en wallonie

    CLIN-D-OEIL.jpg250 tonnes de déchets ramassées

    Quelque 250 tonnes (contre 130 tonnes l’an passé), soit 43.000 sacs, de déchets sauvages ont été ramassées lors de la 3e édition du « Grand nettoyage de printemps », organisée le week-end dernier en Wallonie.

    Parmi les déchets qui jonchaient la voie publique, les plus de 70.000 citoyens mobilisés ont surtout ramassé des canettes, des emballages divers et des sacs plastiques. C’est dans la province de Hainaut que la plus grande quantité de déchets a été ramassée (12.730 sacs au total, PMC et tout-venant confondus), suivie de la province de Liège (12.730), de Luxembourg (6.581), de Namur (6.040) et du Brabant wallon (4.162).

    10 VILLES : CANETTES CONSIGNÉES

    « Si l’objectif du Grand nettoyage de printemps est avant tout de mobiliser et de sensibiliser les citoyens à la propreté publique, les données recueillies nous donnent une photographie de l’état de propreté de notre territoire et du type de déchets que l’on retrouve dans la nature », souligne le ministre régional en charge de l’Environnement, Carlo Di Antonio (cdH).

    Les bénévoles ont surtout ramassé des canettes métalliques, des emballages divers, des sacs plastiques, des mégots de cigarettes, des ordures ménagères, des mouchoirs, des papiers/cartons et du verre.

    Des déchets de construction, pneus usagés, sacs d’ordures ménagères et bâches en plastique ont par ailleurs été retrouvés dans les rues, les forêts et sur le bord des routes.

    « Une situation d’autant plus incompréhensible que les parcs à conteneurs sont ouverts gratuitement à tous », déplore Carlo Di Antonio. Dès 2018, un projet de consigne sur les canettes sera mené dans dix villes-pilotes en Wallonie. 

     

    1147395687.25.JPG

  • Nandrinois :Tout ce qui va changer au prochain scrutin électoral en Wallonie

    elec.JPGLes élections et les donneurs d’organes

    Tout ce qui va changer au prochain scrutin électoral en Wallonie. Cette fois, le nouveau texte (le décret du 9 mars dernier) est passé au Moniteur belge.

    Il entrera en vigueur dans les prochains jours. On a déjà beaucoup parlé des trois grands changements qui caractériseront le scrutin communal du dimanche 14 octobre 2018: le vote électronique sera exclu en Wallonie, mais uniquement dans la région de langue française; l’effet dévolutif du vote en case de tête sera supprimé (pour favoriser une expression plus directe du choix de l’électeur.

    Cet avantage était conféré aux candidats qui ont été bien positionnés sur la liste et bénéficient à ce titre, en plus de leurs voix de préférence, de celles contenues dans un pot commun) et enfin, une liste unique devra obligatoirement être complétée de 25% de candidats supplémentaires, afin de fournir des suppléants.

    D’autres modifications ont trait notamment à l’affichage électoral, l’assistance au vote, le rôle des témoins de parti, ou encore les frais électoraux. On relèvera ainsi que la commune doit permettre l’inscription comme donneur d’organes dans le bureau de vote le jour des élections. À la demande des associations défendant les personnes handicapées, la lettre A, marquant les convocations des personnes qui se sont déclarées à la commune pour être orientées vers des locaux de vote adaptés, est supprimée car jugée stigmatisante. La date butoir pour effectuer ces démarches administratives est portée au 10 septembre. Les présidents des bureaux de vote seront néanmoins invités à tout organiser pour assurer une accessibilité maximale des installations, même si les formalités administratives n’ont pas été remplies.


    ASSESSEUR VOLONTAIRE

    Le texte veut aussi encourager le volontariat citoyen aux fonctions d’assesseur. Il est également prévu une modification en matière de vote par procuration pour permettre au président de bureau de vérifier que l’électeur porteur d’une procuration n’exerce ce droit qu’une seule fois.

    Enfin, les procès-verbaux des séances des bureaux électoraux intégreront la formulation de l’engagement sur l’honneur des témoins de partis à ne pas outrepasser les limites de leur mission: ils ne pourront en aucun cas être porteurs d’une procuration, ni accompagnant d’autres électeurs dans la circonscription où ils rempliront leur fonction.

    Article de D.SW.

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Les conseillers communaux de Nandrin ont voté une motion pour sécuriser la N63

    DSC_0856.JPGLes conseillers communaux nandrinois ont voté à l’unanimité une motion relative à la sécurisation de la route du Condroz (N63), lundi soir.

    Ils réclament une réaction rapide de la Région wallonne et du TEC pour la réalisation du rond-point promis au Monastère, le déplacement de l’arrêt de bus «La Tolle» et la réalisation de bandes de transit pour accéder et sortir des commerces. 

    Les élus nandrinois en ont assez d’attendre. Ils ont décidé de taper du poing sur la table, en adoptant une motion pour la sécurisation de la N63, une voirie régionale. Cela fait en effet des années qu’ils espèrent la concrétisation du rond-point promis au niveau du Monastère de Nandrin.

    Pour rappel, ce giratoire avait reçu un permis et comptait parmi les investissements (500.000 euros) de la Sofico pour 2015, mais a été reporté, faute de moyens financiers pour le réaliser. Depuis, c’est le statu quo.

    Il y a aussi le cas de l’arrêt de bus «La Tolle» où les usagers du TEC doivent marcher une trotte pour rejoindre le rond-point le plus proche ou, comme c’est régulièrement le cas, traverser les quatre voies soit en empruntant le tourne-à-gauche soit, pire encore, en enjambant la berme centrale (voir notre article du 7 février).

    Enfin, les élus réclament la création de deux bandes d’accès pour entrer et sortir des commerces de la route du Condroz en toute sécurité. Ce dispositif empêcherait également de tourner à gauche, source de nombreux accidents.

    « La route du Condroz est la voirie la plus importante qui traverse notre commune. Nous constatons de multiples accidents graves, la présence de véhicules toujours plus nombreux, et la création de plus en plus de commerces.

    Nandrin n’est pas restée immobile, nous avons tenté à plusieurs reprises de résoudre le problème ou de participer à la sécurisation de la N63 avec la Région et le TEC.

    Or, le permis accordé pour le giratoire du Monastère arrive à expiration en juillet prochain et la situation est toujours bloquée… Nous demandons donc au Gouvernement wallon de mettre en œuvre ce permis, au TEC d’examiner la possibilité de déplacer ou de supprimer l’arrêt «La Tolle» et au Gouvernement wallon de poursuivre la mise en œuvre du Plan intercommunal de mobilité (PICM) qui contient la création de bandes de transit », explicite Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire.

    « Dans l’intervalle du vote de cette motion, nous avons reçu des propositions de dates pour une commission de sécurité provinciale au sujet de l’arrêt de bus. Mais pour le Monastère, les derniers échos font état d’un gel.

    La motion, votée par les conseillers, me donnera les armes pour dire ça suffit, avançons, ou alors dites clairement qu’il s’agit d’un effet d’annonce. Le but est de créer un électrochoc », précise le bourgmestre Michel Lemmens.

    «Nous souscrivons entièrement à cette motion, mais il faudrait une plus grande mobilisation, de Seraing à Tinlot.

    Tout seuls, nous n’y arriverons pas. Quant à supprimer l’arrêt, cela priverait un millier d’habitants (dont beaucoup de jeunes) d’un accès aux bus. L’idéal serait un rond-point.

    Si rien ne bouge, nous pourrions même bloquer la route du Condroz, non? », lance Marc Evrard, chef de groupe uPN.

    « Une vraie étude ne serait-elle préférable à une solution clé sur porte? », demande son colistier, Bogdan Piotrowski.

    « L’état de la route ne nous en donne pas le temps », rétorque Alain Henry (TE). L’ensemble des élus a voté pour la motion «ras-le-bol».

    Article AG

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Le Conseil de Nandrin a voté contre l’ordre du jour de l’AG extraordinaire de Publifin.

    Politique Si.jpgLe Conseil a voté contre l’ordre du jour de l’AG extraordinaire de Publifin.

    «  Il est facile de démissionner les personnes sans qu’elles puissent s’expliquer et les remplacer par de nouvelles  », estime M. Lemmens.

    « Nous devons tous faire notre mea culpa, nous votions pour les AG sans y prêter suffisamment d’attention.

    Mais il faut éviter les amalgames  », souligne M. Evrard.

    Article de AG

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Des Nandrinois et les sections locales du Condroz étaient réunis samedi à Hamoir

     

    Mrmars.JPG

    C'était autour d'un copieux petit déjeuner que les sections locales du Condroz avaient décidé de se réunir samedi 10 mars 2017.

    En présence du ministre des pensions Daniel Bacquelaine et d'un grand nombre de député(e)s .

    Patrick lecerf , Caroline Cassart et Daniel Bacquelaine ont pris la parole .

     

    Nombreux Nandrinois était présent à cette rencontre printanière, en fin de matinée ils ont immortalisé le moment par une photo de représentent présent de chacune des locales.

     

  • La Région parle d’un rabotage de 10% des budgets «À quelle sauce l’État va-t-il nous manger?»

    attention.pngLe Conseil communal de Clavier s’est penché, ce mardi, sur le rapport d’activité du Plan de Cohésion Sociale pour l’année précédente.

    « On est souvent surpris de voir le nombre important d’activités mises en place par le PCS », constate Philippe Dubois, bourgmestre de Clavier.

    Mais voilà, le bourgmestre craint les réductions budgétaires à venir.

    « La Région parle d’un rabotage de 10% des budgets.

    Les communes vont devoir se débrouiller avec ça », dit-il.

    « D’ici 2019, un décret pourrait tout simplement supprimer les subsides car les indicateurs sociaux ne seraient pas suffisamment défavorables.

    Je peux comprendre que des communes plus impactées doivent faire l’objet de plus de cohésion sociale, mais des gens chez nous doivent aussi être accompagnés.

    En somme, on se demande à quelle sauce l’État va nous manger. »

    Le restant de la rue Forville était un autre point de ce Conseil communal. Une rue qui s’ancre dans le plan d’investissement 2017-2018.

    « On va notamment refaire la route ainsi que les filets d’eau », indique le bourgmestre. « On espère que ces travaux seront réalisés en 2018. »

    Plus d'info 

    Article de J.G. arbres,biodiversité,marchin

     

  • Il a souvent été reproché aux communes actionnaires de ne pas s’être investie suffisamment aux AG de Publifin

    Lors du grand déballage qui a fait suite au scandale de l’intercommunale Publifin, il a souvent été reproché aux communes actionnaires (76 en tout) de ne pas s’être investie Le jeudi 16 mars, il a invité tous les conseillers communaux à une réunion de travail.

    Objectif à terme : élaborer et affiner la méthodologie d’analyse des ordres du jour des intercommunales qui sont soumis au vote des conseillers.

    «  Nous voulons désormais analyser de manière approfondie tous les ordres du jour et les documents qui sont associés, mais aussi mieux connaître le fonctionnement de ces intercommunales. Ce sera plus facile ensuite pour donner mandat à nos représentants.  » Tous les conseillers, tous partis confondus ont été invités.

    Manu Douette reconnaît que l’affaire Publifin a accéléré les choses.

    « Mais on s’était déjà posé la question de ce groupe de travail fin de l’an passé lorsque nous avions reçu un ordre du jour la veille du conseil ».

    L’ordre du jour qui sera analysé le jeudi 16 pour le commune de Hannut 

     Prochaine réunion de Publifin, prévue le 30 mars 2017 

     et à Nandrin ?

  • L’opposition «Pour Nandrin» inquiète

    uPN.JPG«Et si on retrouve des ossements?»

    Deux membres du groupe d’opposition «Pour Nandrin» étaient présents pour observer les travaux de démolition. Ils sont inquiets: « Le bâtiment se situe exactement à la place de l’ancien cimetière de Nandrin, transféré en 1887 rue Famioul.

    En 1928, lors de la construction de l’église, des ossements humains avaient été retrouvés.

    Cela a aussi été le cas en 2010 lorsque le nouveau pavement a été réalisé .

    Il est donc possible que l’entrepreneur tombe sur d’anciens ossements. Nous espérons que si c’est le cas, les autorités communales entreprendront les démarches nécessaires », déclare Marc Evrard.

    Dans l’espoir de stopper le chantier?

    « Tout dépend de la nature des ossements.

    Il faudra voir avec la Région wallonne.

    Et si ces ossements ne sont pas d’intérêt archéologique, au moins les placer dans une fosse commune ».

    « C’est une question de respect des morts», ajoute Bodgan Piotrowski.

    Article de Annick G Source Sudinfo H-W 

    La démolition du bâtiment de l’administration n’est pas suspendue à Nandrin

     


    Destruction de la maison communale à Nandrin... par sudpresse

     

  • «Oubliez le revenu cadastral!»

    revenu cadastral ,politique ,finance Pour C. Lacroix, une habitation modeste, ça ne veut plus rien dire.

    Le ministre du Budget veut rendre plus juste la fiscalité sur l’acquisition d’une maison. En fonction de sa localisation de l’habitation et de la composition du ménage.

    Réforme fiscale globale, c’est (notamment) le dada du ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix (PS) qui bosse sur divers dossiers. Nous avons fait le point avec lui et il nous confie à quoi il voudrait arriver. Parce qu’il espère que ça bouge.

    Et rapidement.

    Voici comment Christophe Lacroix commente ses combats personnels. Qu’il compte faire approuver.


    Propriété.

    Ne plus tenir compte du revenu cadastral. «Vous habitez une maison 4 façades dans un superbe coin à la campagne et votre revenu cadastral n’est que de quelques centaines d’euros alors que le revenu cadastral du petit studio de votre cousin à Seraing est le double.

    Vous comprenez ça?

    Moi non plus!», nous dit-il. Certes, aucun propriétaire ne demande à payer plus mais le ministre estime que les droits d’enregistrement ne doivent plus être liés au cadastre.

    Clairement, il faut supprimer le taux réduit de 6% au niveau des droits d’enregistrement. «Ils doivent être liés à la pression fiscale, à vraie valeur et à la localisation de l’habitation et à la composition du ménage».

    Ça change quoi?

    «Cela permet à chacun d’avoir accès à la propriété. La valeur des maisons sera reconnue. Actuellement, avec le revenu cadastral, on arrive à qualifier de «maisons modestes», des maisons qui sont estimées à 300.000 euros».

    La télé-redevance à 50 euros dès 2018.

    Un sujet que nous avons déjà longuement évoqué. Un cheval de bataille pour Lacroix. Il veut que la télé-redevance soit supprimée en 2019 (si elle rapporte 100 millions de recettes au trésor wallon, Lacroix annonce que la réforme fiscale va combler une partie de ce manque à gagner).

    Et en 2018? Le ministre veut des avancées.

    Pas de suppression totale mais… «Je suis confiant pour dire que, dès l’année prochaine, on pourrait passer à une redevance de 50 euros plutôt que 100 euros.»

    En attendant, continuez à la payer. des centaines de contribuables ont reçu depuis le début de l’année, une régularisation parce qu’ils n’ont pas déclaré leur télévision.

    Et ça peut coûter très cher. Notons qu’en matière de recettes, nous avons obtenu les derniers chiffres de l’administration.

    Au 31 décembre 2016, 106 millions d’euros n’avaient pas encore été enrôlés (30 millions notamment réclamés par contraintes ou huissiers, 24,5 millions qui restent impayés mais encore dans les délais, 22,5 millions qui font l’objet de dossiers en litige, 15 millions qui concernent des plans d’apurement…)

    IPP, un effort pour les personnes qui gagnent 120.000 euros brut (et plus par an).


    «C’est mon cas», souligne d’abord Christophe Lacroix. Il suggère de relever les additionnels de l’impôt des personnes physiques pour les revenus qu’il estime supérieurs (entre 120.000 et 150.000 euros brut par an): «Une augmentation entre 0,65% et 0,70% est tout à fait acceptable.

    C’est très clair, les plus riches doivent payer plus».

    Article de M.SP Source Sudinfo 

  • Enquête publique sur la réduction de pesticides

    Info SI.jpgCe jeudi débutera l’enquête publique concernant le Plan d’action national de réduction des pesticides. Le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois, redoute que l’interdiction de produits phyto impacte le secteur primaire. Pour son homologue amaytois, Jean-Michel Javaux, il faut rejeter moins de produits. 

     

    Pour


    Jean-Michel Javaux BOURGMESTRE D’AMAY

    «Voilà deux ans que nous anticipons la réduction de l’utilisation des pesticides et herbicides, notamment au niveau des cimetières. L’objectif à mes yeux est de rejeter le moins de choses possibles qui puissent avoir un effet toxique, notamment à proximité des captages d’eau. Les premières victimes des produits phyto sont d’ailleurs ceux qui les utilisent euxmêmes. On a ainsi déjà vu des victimes de cancer, c’est d’ailleurs pour ça que la législation est là. La difficulté, c’est la période de transition, chose à laquelle les politiques vont devoir réfléchir. De plus en plus d’agriculteurs se tournent vers le bio ou utilisent des produits alternatifs; des solutions qui ont, certes, un coût.»

    Article de J.G Source Sudinfo 

     

    Contre

    Philippe Dubois BOURGMESTRE DE CLAVIER

    «C’est un dossier sensible pour moi. Je suis d’accord qu’il faut réglementer l’usage de pesticides, car en les utilisant, il y a notamment un risque de résidu dans les sols. Mais l’objectif du ministre Carlo Di Antonio d’arriver au zéro phyto d’ici 2020 est utopique: ce serait attaquer un type de production avec des enjeux économiques derrière. Je ne suis pas contre le bio, mais économiquement, ce n’est pas toujours accessible ni pour le producteur ni pour le consommateur. Il n’y a pas un agriculteur qui va s’amuser à utiliser 20 euros de phyto de trop àmes yeux. De plus, ces dernières années, on a vraiment réduit au niveau de l’agréation des produits phyto: il faut énormément de tests et d’expérimentations pour qu’ils soient agréés.»

    Article de J.G Source Sudinfo 

  • R. Demeuse et G. Blavier réélus coprésidents Ecolo Huy-Waremme

    Politique Si.jpgMardi soir, les militants d’Ecolo Huy-Waremme se sont réunis à Amay pour élire leur équipe de coprésidence régionale pour les deux prochaines années.

    Ils ont élu à l’unanimité Géraldine Blavier (31 ans, Remicourt) et Rodrigue Demeuse (24 ans, Huy), comme coprésidents, et Yves Collin (61 ans, Crisnée), comme trésorier.

    Géraldine Blavier et Rodrigue Demeuse faisaient déjà partie de l’équipe sortante, avec Catherine Delhez (Amay) et Roland Vanseveren (Berloz).

    Ces deux derniers ont décidé de s’investir à d’autres niveaux (Catherine comme échevine à Amay et Roland comme coprésident de la locale de Berloz).

    « Le choix d’une équipe restreinte se justifie par la volonté d’efficacité dans la communication, la prise de décision et la coordination », justifient ils.

    Source Sudinfo 

  • Nandrinois Publifin : tout comprendre en 3 minutes avec une vidéo

    i2.JPGLe scandale Publifin: pour tout comprendre en 3 minutes (vidéo)

    Tous nos articles Publifin

     

     

     
    Le scandale Publifin par sudpresse

  • Serge Manzato quitte la présidence du PS de Huy-Waremme

     

    i2.JPGLa  nouvelle est tombée ce vendredi matin. Le président de la Fédération du Parti socialiste de Huy-Waremme, le bourgmestre d’Engis Serge Manzato, a démissionné de cette présidence. L’intéressé est remplacé par Marc Foccroulle, qui en était le vice-président. Il était impliqué dans les rémunérations de 25 élus liégeois au sein des comités de secteurs de l’intercommunale.
     

    Impliqué dans le scandale des rémunérations astronomiques au sein des comités de secteurs de l’intercommunale liégeoise Publifin, Serge Manzato a quitté officiellement ce vendredi matin son poste de président du Parti socialiste de l’arrondissement de Huy-Waremme. Bourgmestre de la commune d’Engis, l’intéressé fait partie des élus qui ont le plus touché, avec 516 € la minute de réunion. Rappelons ainsi que sur la période examinée de près de trois ans, il a participé à deux réunions sur les huit tenues par le comité de secteur « Télécoms » dont il faisait partie. Serge Manzato a touché 67.200 euros brut en tout sur ce laps de temps. Par rapport à la durée des deux réunions auxquelles il a participé, on arrive effectivement au ratio de 516 €/minute de réunion…

    Serge Manzato avait déclaré à l’époque : «  J’ai été désigné par mon parti (le PS) pour y siéger. Ce sont des comités où l’information est linéaire, sans pouvoir décisionnel. Pour ma part, je me tiens au courant de tout, je m’informe. Après, je n’ai rien à cacher. On peut aller sur Cumuleo https://www.cumuleo.be/mandataire/3958-sergio-manzato.php  : j’ai deux mandats rémunérés. Après, ici, c’est exact, je ne suis pas des plus assidu. Je ne suis pas un professionnel de la politique, j’ai un métier dont je vis et qui m’amène à souvent être à l’étranger. Par ailleurs, il y a eu des éléments d’ordre privé qui m’ont touché durant ces derniers mois qui m’ont empêché d’avoir toute activité.  » Certains, au sein même de sa formation, avaient toutefois souligné qu’il aurait pu tout bonnement démissionner s’il jugeait être dans l’incapacité de remplir ce mandat…

    Toujours est-il que la Fédération du PS de Huy-Waremme a pris acte et accepté ce 13 janvier la démission de Serge Manzato comme Président de la Fédération.

    C’est l’actuel vice-Président, Marc Foccroulle, qui remplacera le bourgmestre d’Engis. Il est originaire de Braives, où il est chef de groupe de l’opposition au conseil communal. « Marc Foccroulle assume dès à présent les fonctions de président », détaille l’exécutif de la fédération huy-waremmienne, qui déclare souhaiter « qu’après s’être soumis au suffrage de l’ensemble des membres du PS de Huy-Waremme, il assume cette fonction jusqu’à son terme soit jusque septembre 2019 ». Dans ce contexte, une élection sera organisée le plus rapidement possible.

    Serge Manzato était président de la Fédération socialiste de Huy-Waremme depuis 2007.

    Plus de détails sur notre nouvelle édition digitale

    ttps://twitter.com/cumuleo

    https://www.facebook.com/cumuleo

     

  • Billet d'humeur de Jean-Pierre Wyns J'ai « essayé » le Conseil Communal.

    Jean-Pierre 3 (1).jpgBillet d'humeur.
     
    J'ai « essayé » le Conseil Communal. 
     
    Je me suis retrouvé dans une salle, un peu comme au théâtre à la différence que les spectateurs étaient présents avant les acteurs.
    Et que dire du spectacle ? « Whaouh qué n'ambiance ! » comme dirait l'autre. Mais au cours de ce spectacle, parfois navrant, pas question pour le public d'exprimer sa désapprobation, ni de s'esclaffer ou de siffler la prestation des acteurs. C'est le premier rôle qu'il l'a dit !.
    La pièce se déroule en 7 actes, tous basés sur le même schéma. Le premier rôle accorde ou retire, selon son bon vouloir (c'est lui qui met en scène également) les droits de parole à ses acolytes , qui récitent, parfois avec beaucoup de mal leur texte qu'ils n'ont pas appris (ou il n'ont pas assez travaillé ?).
    Tiens, participait à cette représentation une intermittente du spectacle qui ne fait pas partie de la troupe qui y va aussi de son couplet au goût âpre d'une tirade de Bernard Albee.
    Puis, à la fin de chaque acte, comme dans une mise en scène de Robert Hossein, le metteur en scène demande à la troupe d'acteurs s'ils approuvent ou non le texte qui a été déclamé.
    Et à chaque acte, on recommence, on débite un couplet, plus ou moins compréhensible pour un non-initié, d'autres s'informent ou contestent et à la fin, comme on pouvait l'anticiper, le chef de la bande gagne à tous les coups !
    Et en plus, la pièce dure plus de deux heures, dans cette monotonie.
    Pour conclure, j'ai essayé, je n'ai pas aimé et je n'y retournerai plus. 
     
    Article de Jean-Pierre WYNS pour la Rubrique Billet d'humeur du blog de Nandrin