Finances - Page 5

  • Les rémunérations «Publifin» limitées

    Lien permanent

    Flash info 1.jpgLe parlement wallon a approuvé, majorité contre opposition, le budget 2017 et le décret-programme l’accompagnant. Les principales modifications concernent la limitation de la rémunération des membres des comités de secteur d’intercommunales telles que Publifin.

    L’amendement du PS et du cdH vise, après la controverse, à limiter la rémunération des comités de secteur des intercommunales telles que Publifin au jeton de présence de 150€.

    Source Sudinfo 

    Article correspondent :

    Polémique Publifin (ex-Tecteo):Clic ici 516€/min de réunion pour certains élus

  • Polémique Publifin (ex-Tecteo): 516€/min de réunion pour certains élus

    Lien permanent

    i2.JPGPublifin, ex-Tecteo, est le nom de l’intercommunale liégeoise qui chapeaute Nethys (énergie, télécoms, médias) et Resa (énergie).

    Cette dernière compte 80 actionnaires, dont 76 communes de la province de Liège et l’institution provinciale.

    Son manque de transparence sur les cumuls et rémunérations est régulièrement dénoncé au Parlement wallon par l’opposition MR et Écolo.

    Ici, c’est l’échevin des Finances d’une petite commune (Olne), Cédric Halin (étiqueté cdH), qui jette un pavé dans la mare. Après avoir analysé les comptes, il dénonce les émoluments d’élus membres de l’intercommunale: jusqu’à 516€ par minute de réunion!

    Publifin compte trois comités de secteurs depuis juin 2013. On y retrouve 24 personnes, élues politiques à différents niveaux.

    En examinant les détails des comptes de Publifin et la partie plus spécifique relative à ces secteurs, M. Halin a fait une découverte interpellante: ces 24 élus (PS, MR ou cdH) touchent entre 1.340 et 2.871€ bruts par mois, selon le secteur et leur fonction. Le hic,c’est qu’aucune présence aux réunions n’est obligatoire.

    Et le nombre desdites réunions est restreint. D’après Cédric Halin, « certains membres ont perçu en trois ans plus de 110.000€ bruts pour assister à maximum 8 réunions.

    C’est plus de 2 millions dépensés par Publifin en trois ans pour rémunérer des mandataires sans pouvoir décisionnel, alors que ces montants auraient pu être reversés aux communes sous la forme de dividendes .»

    D’autres mandataires ont touché plus de 67.000€ et n’ont assisté qu’à une ou deux réunions. Rapport entre le montant perçu et le temps en réunion: 516€ par minute de réunion pour être précis.

    Article de GASPARD GROSJEAN source sudinfo 

    Voir Vidéo sur RTL

  • Aujourd'hui 19 décembre 2016 Conseil Communal à Nandrin voir toutes les infos

    Lien permanent

    540108062.JPGConseil Communal à Nandrin Clic ici ordre du jour pour le 19 décembre 2016 à 20h 30

     

    Communal de Nandrin du groupe uPN 19 décembre 2016 clic ici proposition de diminution IPP et centimes additionnels

     

    Réunion Conjointe Conseil Communal et Conseil de l'action sociale  clic ici le 19 décembre 2016 à 20h Nandrin

     

    Fin du blocage à Nandrin:clic ici  la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

  • Forte hausse des salaires en 2017!

    Lien permanent

    i2.JPGBonne nouvelle! Les travailleurs belges peuvent s’attendre à une augmentation de salaire moyenne de 2,8% en 2017. C’est la hausse la plus élevée enregistrée en 5 ans et elle sera supérieure à la moyenne d’Europe occidentale (2,1%), selon l’étude annuelle sur les rémunérations du très sérieux Korn Ferry Hay Group.

    Malheureusement, une bonne partie de cette hausse (mais pas toute) sera liée à l’inflation. En oubliant l’inflation, l’augmentation réelle (qu’on verra vraiment dans notre poche) est même moindre que chez nos voisins: 1% en Belgique, contre 2,3 aux Pays-Bas, 2,2 en Allemagne et 1,5 en France.

    Tous les métiers ne profiteront malheureusement pas d’une augmentation identique: «Ce sont principalement les métiers techniques (ingénieurs, IT...) qui peuvent prétendre aux plus fortes hausses de salaire », précise cette étude, basée sur les chiffres de la banque de données PayNet (20 millions de travailleurs, 25.000 organisations et 110 pays)

    Aricle de .M.R. source info Sudinfo 

  • Nandrin en 5 ème positions dans le Top 10 des communes les plus riches avec 22.383 € en moyenne de revenu net par habitant

    Lien permanent

    Statbel publie le revenu net imposable moyen des Belges pour l’année 2014. Il concerne l’exercice fi scal 2015 et montre, on s’y attendait, de belles disparités en fonction des régions et même des provinces. Dans le top 100 des communes les plus riches, on retrouve 18 Wallonnes et… zéro Bruxelloise.

    À l’instar de l’année dernière, c’est dans la commune de LaethemSaint-Martin, dans la banlieue cossue de Gand, que le revenu moyen est le plus élevé. Les données livrées par Statbel concernent l’année de revenus 2014, soit l’exercice fiscal 2015.

    Quand on parle de revenu, il s’agit du revenu net imposable. Ces montants sont calculés au départ des déclarations à l’impôt des personnes physiques.

    Sont compris : les revenus imposables au titre d’une profession, les revenus de remplacement, les pensions, les dividendes, le revenu cadastral et les rentes alimentaires. Les revenus non imposables, comme les allocations familiales et le revenu d’intégration, ne font pas partie des revenus fiscaux.

    En 2014, le revenu moyen pour un habitant de LaethemSaint-Martin était de 27.679 €, soit 56,6 % de plus que la moyenne nationale qui est de 17.684 euros. Suivent Keerbergen dans le Brabant fl amand (25.779 €) et Lasne dans le Brabant wallon (25.040 €). Dans le top 10 des plus riches, il n’y a que cette commune pour la Wallonie. Dans le top 100, on retrouve… 82 communes fl amandes, 18 wallonnes et… zéro bruxelloise.
    TRÈS PAUVRE SAINT-JOSSE Un Wallon moyen affiche un revenu de 16.671 €. C’est 12 % de moins que le Flamand moyen (18.949 €). Le Bruxellois est encore moins gâté avec une moyenne de 13.839 €. C’est 27 % de moins que le Flamand !

    Il n’est donc pas étonnant de voir 7 communes bruxelloises sur 10 dans le « fl op 10 » national. Les moins bien nantis sont Saint-Josse-ten-Noode (8.824 €), Molenbeek (10.350 €) et Anderlecht (11.618 €).

    Par rapport à l’exercice fiscal 2014, on constate une hausse du revenu pour chaque région. « Elle est en partie artifi cielle », explique Statbel dans un communiqué.

    « Depuis 2014, la déduction des prêts hypothécaires a été considérée comme une réduction d’impôt et non plus une dépense déductible, ce qui a nettement augmenté le revenu net imposable ». Avant 2012, certaines dépenses déductibles, comme les dons et les dépenses pour la garde d’enfants, étaient également déduites du revenu net.

    Depuis la réforme de 2012, elles ne sont déduites des impôts à payer que lors du calcul des impôts. Au niveau des provinces, les différences de revenu moyen sont importantes.

    On retrouve le Brabant flamand (20.749 €) et le Brabant wallon (20.167 €) dans le haut du tableau. De l’autre côté, le Hainaut (15.517 €), Liège (16.487 €) et le Luxembourg (17.075 €) font figure de parents pauvres de la Belgique.

    Seule la région bruxelloise est moins bien lotie que ces trois provinces wallonnes.

    Article de PIERRE NIZET source Sudinfo

     

     

    revenu source sudinfo.JPG

    Bien sûr, ces statistiques ne tiennent compte que de ce qui a été déclaré au fi sc. L’argent gagné par exemple en effectuant du travail au noir n’est pas comptabilisé. La Belgique compte désormais huit communes où le revenu moyen par habitant se situe au moins 30 % en deçà de la moyenne nationale. C’est deux de plus que l’année précédente.

    Ces communes sont Saint-Josse-tenNoode, Molenbeek, Anderlecht, Schaerbeek, Farciennes, Dison, Bruxelles et Saint-Gilles. La commune à facilités de Messines, en Flandre occidentale, est celle où le revenu moyen est le plus bas de Flandre.

    Au niveau des dix villes ou communes les plus peuplées de Belgique, Bruges est celle qui s’en sort le mieux avec 19.727 euros en moyenne de revenu net par habitant.

    Suivent Gand (18.013 €), Namur (17.604 €), Mons (15.724 €), Anvers (15.615 €), Liège (14.624 €), Charleroi (13.170 €), Bruxelles (12.254 €), Schaerbeek (11.663 €) et Anderlecht (11.618 €). Les « championnes » par province wallonne sont Lasne (Brabant wallon, 25.040 €), Attert (Luxembourg, 22.841 €), Neupré (Liège (22.574 €), Ham-surHeure-Nalinnes (Hainaut, 21.002 €) et La Bruyère (Namur, 20.593 €).

    La commune de la Côte où le revenu est le plus élevé est, ce n’est pas une surprise, Knokke-Heist avec 24.542 €. Elle précède Coxyde de 354 euros.- P.N.

     

  • Ce qui fera mal à votre portefeuille en 2017

    Lien permanent

    agda.jpgL ’année 2017 vous sera-telle favorable ?

    On vous le souhaite sincèrement… Mais elle ne sera pas toujours indolore pour votre portefeuille, car vous n’échapperez pas à quelques augmentations, certaines même dès le 1er janvier.

    La liste que nous vous présentons ici n’est d’ailleurs pas exhaustive.

    D’autres hausses de prix sont encore difficiles à évaluer.

    Prenez bpost qui souhaite augmenter le prix du timbre (sans doute de 2 cents), mais le régulateur (l’IBPT) n’a toujours pas donné son feu vert. Chaque jour qui passe rend donc plus aléatoire cette hausse dès le 1er janvier.

    N’en perdez pas le sourire pour autant, il y a des produits qui ne monteront pas dans l’ascenseur.


    Le prix de l’eau devrait ainsi être gelé tant en Wallonie qu’à Bruxelles… Et on peut même espérer voir les accises sur l’alcool baisser après l’effet désastreux, sur les rentrées fi nancières de l’Etat, de la dernière augmentation… Buvez toutefois avec modération, car les amendes de roulage, elles, seront 5% plus chères ! -

    Article DE DIDIER SWYSEN dans le Journal Sudinfo 

    Voitures de société : pas mal de changements.

    Autre mauvaise nouvelle pour pas mal de Belges : la fiscalité relative aux voitures de société va être revue à la hausse. En cause, l’adaptation annuelle de l’indice de référence de la « propreté » des voitures (depuis 2012, le taux d’émission de CO2 du véhicule entre dans le calcul de l’avantage en nature). L’augmentation devrait se situer entre 1 et 3%. Et il ne faut pas oublier la fiscalité accrue sur les voitures de société et les cartes d’essence qui entrera en vigueur au 1er janvier. Bien sûr, le gouvernement a expliqué qu’elle toucherait les employeurs, ce qui reviendra à environ 8€ supplémentaires chaque mois par voiture de société « banale ». S’il s’agit d’une BMW série 3, les experts ont calculé que la hausse pourrait atteindre 13€ par mois. Reste à voir ce que feront les employeurs et s’il y aura aussi des retombées pour les utilisateurs des véhicules. Rappelons que, dans la foulée, le gouvernement a annoncé que les salariés pourront échanger leur voiture de société contre du salaire net.

    5 % de plus Pour les amendes de roulage

     

    Le gouvernement a approuvé quatre mesures visant à augmenter les amendes et à en améliorer la perception. Les amendes pénales vont être augmentées, ce qui signifi e que le multiplicateur de l’amende que le juge infl ige passera de « fois six » à « fois huit » (il faudra donc multiplier par huit l’amende infl igée par un juge pour savoir ce qu’il vous en coûtera réellement). Par ailleurs, à partir du 1er janvier, toutes les amendes de roulage seront augmentées de 5%. Exemple: l’amende classique passera donc de 50 à 52,50€. Il a aussié été décidé d’accroître l’effi cacité de la perception des amendes routières, tant pour les automobilistes belges que pour les étrangers. On parle ici du développement
    du réseau des caméras ANPR des Douanes ou de mesures permettant, dès la mi-2017, aux Finances de faire exécuter plus aisément les «paiements forcés». À ce stade-là de la procédure, l’amende sera augmentée de 35%. De quoi motiver les automobilistes à ne pas négliger les premières transactions proposées par les autorités.

     

    Poubelles:La taxe augmentera dans certaines communes wallonnes

    Cela ne touchera pas tous les Wallons, mais il apparaît que de nombreuses communes risquent de revoir à la hausse la « taxe poubelles » en raison de l’augmentation du coût du traitement des déchets et de la diminution des subsides (la collecte des papiers/ cartons n’est plus subsidiée). Cela risque donc de coûter quelques euros supplémentaires à pas mal de ménages… 

    Prix des Maisons Hausse de 3% d’ici la fin de 2017

    C’est une estimation faite par l’agence de notation Standard & Poor’s. Selon elle, le prix moyen d’une habitation sera 3% plus cher à la fi n de l’année prochaine. En quelque sorte un revers à la médaille des taux très faibles octroyés sur les crédits hypothécaires. Cela stimule le marché de l’immobilier et fait grimper les prix des logements…

    Médicaments Les antibiotiques vont avoir du mal à passer

    C’est l’une des mesures du dernier conclave budgétaire : l’année prochaine, les antibiotiques vont coûter plus cher. Le ticket modérateur passerait de 11,80 € à 14,70 € maximum pour ces médicaments. Cela ne concernera pas les antibiotiques donnés à l’hôpital. Le gouvernement espère économiser 15 millions environ et 20 autres en demandant aux médecins de prescrire des médicaments moins chers (génériques).

    Précompte mobilier Et trois de plus qui font 30%

    Le précompte mobilier, c’est ce que vous payez sur les intérêts des produits fi nanciers (actions, obligations...) et sur les dividendes. Sur un dividende de 100€, cela signifi e que vous perdrez 3€, laissant 30€ à l’Etat (au lieu de 27€ donc). Par ailleurs, le plafond de la taxe boursière va être
    doublé (de 800 à 1.600€). Ceux qui achètent ou vendent des actions paient actuellement une taxe boursière de 0,27% avec un maximum de 800€… Ce sera donc, l’an prochain, un maximum de 1.600€. La taxe sera applicable aux opérations effectuées par des résidents belges à l’étranger. 

    GSM et abonnements Proximus sera de 1 à 2 € plus cher

    Il n’en a pas fait une grande publicité (prix disponibles sur www.proximus.be/tarifs), mais l’opérateur va augmenter 99 tarifs au 1er janvier. La hausse sera assez légère, entre 1 et 2€ par mois en moyenne. De son côté, Orange indique qu’il n’y a pas d’augmentation prévue chez eux, alors que Base/Telenet affi rme « évaluer les prix de façon constante »… 

    Carburants Diesel : la hausse continue

    Le gouvernement veut freiner l’usage du diesel et le rendre aussi cher que l’essence. En 2017, on devrait encore connaître une hausse de 2€ sur un plein de 50 litres de diesel, couplée à une baisse de 1,30€ sur le même plein d’essence. Et ce sera « pire » en 2018. À prix du baril et à taux de change inchangés, ces taux d’accises « sautillants » devraient amener le litre de diesel à 1,25€ fin 2017 et à 1,316€ début 2018. Le litre d’essence devrait, lui, coûter respectivement 1,307€ et 1,285€. Rappelons qu’en 2017, la Super 95 va devenir la Super 95 - E10 (avec 10% d’ethanol), ce qui entraînera une hausse de 2 cents le litre (1€ pour un plein de 50 litres). Enfin, le prix du baril flambe pour l’instant sur les marchés internationaux : ce n’est jamais une bonne nouvelle...

    Assurances hospitalisation Toutes (ou presque) vont augmenter

    La plupart des primes d'assurance hospitalisation seront plus chères en 2017. Dès le 1er janvier, la Mutualité Chrétienne a annoncé une augmentation de 15% (répétée en 2018) de la prime de son « Hospi + 200 » (hausse moindre pour « Hospi + 100 » soumise à l’indexation). Du côté de Partenamut, les primes des contrats « Hospitalia » et « Hospitalia Plus » augmenteront de 5,58 à 6,10%. Partenamut introduira 150 € de franchise par hospitalisation en chambre particulière dans les hôpitaux réclamant des suppléments d’honoraires supérieurs à 200%. Solidaris (la mutualité socialiste) prévoit une augmentation à hauteur de 1,8% pour les chambres doubles et de 4,3% pour les chambres particulières. Ethias n’annonce pas de hausse tarifaire l’an prochain… au-delà de l’indexation.
    R i e n d e prévu non plus chez DKV. Enfi n, chez AG Insurance, les primes qui ont été indexées de près de 7% cette année rattraperont, bien sûr, une partie des affiliés en 2017.

    Transports public ce sera plus cher le 1er février 2017

     

    Un billet de train standard vous coûtera (en moyenne) 2,60% de plus. La « Key Card » (10 trajets de maximum 15km) passera de 21 à 22€ ; le Go Pass (pour les jeunes) de 6 à 6,20€ (un trajet) ou de 51 à 52€ (10 trajets). La carte Campus (étudiants « koteurs ») augmentera de 3,38%, hausse identique pour les abonnements. Le billet seniors (aller-retour après 9h) verra son prix haussé de 20 cents (6,20€). Aux TEC, les billets achetés à bord des bus augmenteront de 30 cents (2,40€ pour un voyage simple dans une zone ou deux, 3,50€ pour le billet « Horizon » et 5,50€ pour le Horizon +  Le prix des abonnements annuels sera adapté à l’infl ation : 128€ (+2€) pour les 12-24 ans et 316€ (+4€) pour les 25-64 ans (tarif inchangé pour les mensuels). Quant à la Stib bruxelloise, elle fait durer le suspense…

     

    Péages en France Les vacances en voiture vont coûter plus

    Première destination de vacances pour les Belges, la France revoit le tarif de ses péages à la hausse au 1er février. Une augmentation de 0,76% en moyenne... Sauf si vous descendez dans le Sud : les autoroutes du sud de la France, gérées par Vinci, verront leurs tarifs « boostés » de 1,197%. Pas de quoi vous gâcher les vacances, mais prévoyez un peu plus de monnaie que d’habitude… 

    Énergie Trois gros nuages sur la facture des Wallons

     

    Les Wallons trinqueront-ils en 2017 ? Trois nuages menacent. Primo, les tensions sur les marchés. Pour certains experts, cela n’aura pas d’impact sur les ménages puisque les fournisseurs ont déjà acheté leur énergie pour 2017 ; pour d’autres, si les tensions persistent, l’impact sera inévitable. Deuzio, une hausse liée aux tarifs de distribution. En l’attente d’un décret, on devrait se contenter d’indexer les tarifs, indique Francis Ghigny, président de la Cwape, le régulateur wallon. Troisième point délicat :
    l’augmentation de la surcharge demandée par Elia, liée au rachat de la bulle des certifi - cats verts. La hausse de la facture moyenne atteindrait de 20 à 30€ par mois. « Le gouvernement aimerait allonger la durée de la surcharge pour que l’impact soit moindre. Rien n’est décidé », conclut M. Ghigny. 

    Banques Les frais bancaires vont augmenter

    Plusieurs banques ont annoncé leur intention de revoir le tarif de leurs services à la hausse. Belfi us, ING, AXA, bpost banque et Crelan devraient le faire dès le début de l’année. Rien de tel chez BNP Paribas Fortis ou CBC pour l’instant, mais les experts pensent qu’elles vont suivre tôt ou tard. Vu que les tarifs ne sont pas toujours très clairs, chaque client aura intérêt à décortiquer les frais qu’il paie. Impossible de donner tous les détails, mais cela pourra représenter quelques euros… voire quelques dizaines d’euros par an.

     

     

     

     

     

  • L’emprunt d’un million d’euros passe à la trappe à Nandrin

    Lien permanent

     

    Nouveau blocage au conseil communal de Nandrin, lundi soir.

    Les élus étaient appelés à se prononcer sur la conclusion d’emprunts (approbation des conditions et du mode de passation).

    Il s’agissait de quatre emprunts pour un montant total d’un million d’euros, dont 750.000 euros pour la nouvelle administration communale-CPAS.

    Le reste concernait notamment des réfections de voiries.

    Pour le bourgmestre PS, Michel Lemmens, le contexte économique est plus que favorable, « avec des taux négatifs, on gagne au final de l’argent en empruntant.

    C’est donc le moment d’investir », avance-t-il.

    Les groupes d’opposition ne sont pas convaincus.

    Union Pour Nandrin dénonce le dossier le plus onéreux de la législature.

    « Nous sommes favorables à réunir sous un même toit les services communaux et du CPAS mais ce projet-ci est démesuré.

    Avec près de 2 millions d’euros, on aurait pu construire deux à cinq classes à Villers et ramener la dette à moins de 2 millions d’euros , a déclaré Marc Evrard.

    Vous avez refusé tout débat d’idées.

    Vous avez empêché le conseil communal de proposer ce qui eut été pour nous la meilleure solution, celle d’installer la maison communale route du Condroz.

    Car le parking sur la place de Nandrin est devenu exigu.

    Qu’en sera-t-il demain? »

    uPN a voté contre le point.

    Tous Ensemble aussi, estimant le projet faramineux.

    « On s’est abstenu depuis le début, maintenant on devient plus ferme.

    Ils nous ont fait voter une note d’intentions et en fait, le train était en marche, plus possible de l’arrêter.

    C’est regrettable d’avoir mis un seul emprunt pour 4 choses différentes car nous aurions approuvé les 3 autres. »

    Avec le vote négatif de la conseillère de majorité, Murielle Brandt, qui attend toujours qu’un cdH monte au Collège, le point a donc été recalé.

    Provoquant l’ire du bourgmestre: « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celles de la commune!»

    Que compte faire la majorité ?

    « Ils ne comprennent pas que tout est engagé!

    Les voiries sont déjà faites par exemple.

    Le budget est approuvé et ratifié par le ministre.

    On parlait ici de conditions de marché, pas d’un principe d’emprunt.

    Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on payera sur fonds propres .»

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

  • «On peut regrouper des communes!» Trois autres sources d’économies la dernière étude de l'économiste Jean Hindriks

    Lien permanent

    i2.JPG«On peut regrouper des communes!»

    »La Wallonie héberge un tiers de la population belge, mais 44% des communes sont wallonnes, ce qui signifie que les communes wallonnes sont globalement moins peuplées qu’en Flandre», avance Jean Hindriks.

    « Pourquoi ne pas fusionner ou faire des regroupements par zone entre celles qui font moins de 20.000 habitants (près de 80% des communes) ?

    Les services à la population n'en pâtiraient pas et j’estime l’économie annuelle à 40 millions d’euros. »

    Avec la disparition des provinces et l’harmonisation des pensions des parlementaires (« C’est en Wallonie que ça bloque », dit Jean Hindriks), cela ferait deux autres sources d’économies.

    « Et là, je ne touche pas à un centime des investissements prévus. Au contraire, je dégage des moyens financiers pour les consolider », conclut Jean Hindriks.

    « Il y a moyen de rationaliser le service public en Wallonie, ce qui permettrait d’éviter un jour qu’on le rationne, c’est-à-dire que l’on décide arbitrairement 10% de coupes sombres dans tous les secteurs, ce qui serait une politique dramatique!»

    Article de  D.SW source info Sudinfo

    Le professeur de l’UCL compare le poids du secteur public sur l’économie de la Wallonie et de la Flandre: les écarts sont saisissants.

    Lire la suite

  • Attention, un virus très dangereux circule sur Facebook

    Lien permanent

    alerte.jpgDepuis quelques heures, de nombreux internautes reçoivent, en message privé, une invitation pour visionner une vidéo Youtube : ne cliquez surtout pas !

    En apparence, cette vidéo Youtube ne semble pas dangereuse. Or, si vous cliquez sur le lien (que vous aurez donc reçu via Facebook Messenger), c’est un site « Kamirop.pw » qui s’affichera et qui vous demandera d’installer une extension « nupu ». A ne surtout pas faire !

    La RTBF explique : « Il s’agit en réalité d’une extension malveillante qui agira comme un mouchard sur toutes les pages web que vous consultez. L’extension sera alors capable d’accéder à toutes vos informations, les mots de passe comme les données bancaires. »

     

    Voir l'article complet et vidéo clic ici

    Voici quelles sont les démarches à suivre pour désinstaller ce virus :

    1. Ouvrez l’onglet « extensions » ou « modules complémentaires » de votre navigateur

    Vous trouverez toutes les extensions installées. Désinstallez « EKO », le nom du virus en question.

    2. Changez impérativement votre mot de passe Facebook. Les pirates à l’origine de ce virus ont probablement une idée derrière la tête, même si on ignore les objectifs.

    3. Faites analyser votre ordinateur par un logiciel antivirus.

     

  • Nandrinois Pas de nouvelle taxe sur les citoyens wallons

    Lien permanent

    i2.JPGLe gouvernement wallon a bouclé plus vite que prévu son budget pour 2017, alors que l’exercice était plutôt délicat.

    Il sera en déficit de 300 millions d’euros, même si, selon le ministre-président Magnette et le ministre du Budget, Christophe Lacroix, il s’agit d’un déficit tout à fait gérable.

    Et dû, pour une grande partie, à des raisons extérieures, notamment le fameux « tax shift » fédéral qui prive les Régions d’importantes recettes (117 millions pour la Wallonie, selon les chiffres de M. Lacroix).

    La bonne nouvelle de ce budget 2017, selon le gouvernement PS-cdH, c’est qu’il n’y aura pas de nouvelle taxe pesant sur les citoyens wallons.

    Une annonce qui fait réagir l’Ecolo Stéphane Hazée : « C’est assez bizarre de dire ça aujourd’hui alors que le gouvernement a décidé en juillet d’instaurer une taxe forfaitaire pour financer l’assurance autonomie.

    Et cela pour le courant de l’année 2017 », nous a-t-il dit ce dimanche.

    « Pour un ménage moyen, ça reviendra à 100 euros par an… soit la même chose que ce que coûte la téléredevance ! »

    ÉCONOMIES

    Pas de taxes nouvelles et pourtant, le gouvernement a dû faire de sérieuses économies, puisque, alors que certaines recettes diminuaient, il a décidé de maintenir un certain nombre d’investissements pour préserver l’avenir de la Région. Ces économies « visant à réduire le déficit », comme dit M. Lacroix, se monteront à 244 millions.

    Comment ?

    Par une « meilleure gestion de la dette », par exemple.

    Mais aussi en demandant aux administrations régionales et aux Organismes d’intérêt public de se serrer la ceinture.

    Notons que des investissements comme ceux pour les routes ou les aéroports ne sont pas remis en cause. Le gouvernement annonce aussi un plan d’investissement sur plusieurs années (plus de 1 milliard) pour le logement, la petite enfance, le tourisme, l’économie, le secteur hospitalier…

    Mais voilà qui ne convainc pas vraiment l’opposition. Alors que l’Ecolo Hazée parle de « boniments » de la part de la majorité PS-cdH, le MR Pierre-Yves Jeholet se dit très déçu. « Trois cents millions, c’est le double de la trajectoire budgétaire annoncée.

    Pour 2017, la Wallonie devait diminuer son déficit à 150 millions », rappelle-t-il. « Où est le souffle, où sont les réformes structurelles ?

    La Région wallonne doit absolument diminuer son train de vie. Au niveau du personnel, des frais de fonctionnement, de certains subsides. » Les discussions au Parlement sur ce budget régional s’annoncent chaudes.

    Article de B.J. source info Sudinfo 

  • CPAS le revenu d’intégration : toujours plus nombreux et à Nandrin ?

    Lien permanent

    i2.JPGRevenu d’intégration : toujours plus nombreux

    Mauvaise nouvelle pour les CPAS.

    Le nombre de personnes qui perçoivent un RIS (revenu d’intégration sociale) continue de croître.

    Sur les six premiers mois de cette année, selon « Le Soir », il y avait, en moyenne, 121.767 bénéficiaires du RIS par mois. Il s’agit d’une hausse de 6,5 % par rapport aux six premiers mois de l’an dernier où l’on recensait 114.247 personnes indemnisées en moyenne par mois.

    En chiffres absolus, c’est en Wallonie que la situation est la plus critique, avec 54.604 personnes concernées en juin 2016, contre 29.265 à Bruxelles et 27.900 en Flandre. -

    Source Sudinfo du 8 août 2016

  • Nandrinois des taux d’intérêt historiquement bas

    Lien permanent

    taux pret source Sudpresse Sudinfo.JPG

    Prêts hypothécaires: 8,6% de plus

    Des taux d’intérêt historiquement bas ont dopé le marché du crédit hypothécaire durant le deuxième trimestre de 2016.

    Un peu plus de 70.000 prêts hypothécaires ont été accordés, pour un montant total de 7,7 milliards d’euros, indique l’Union professionnelle du crédit (UPC).

    Par rapport au même trimestre de 2015, c’est 8,6 % de plus, et un montant supérieur de 16 %. Par rapport à l’an dernier, c’est le nombre de crédits destinés à l’achat d’un logement qui progresse le plus (+3.557, soit +12 %), suivi de la construction d’un logement (+2.798, soit +47 %), et enfin de l’achat et de la rénovation (+429, soit +7 %). Seul le nombre de crédits pour la seule rénovation d’un logement diminue (-1.072, soit -5 %).

    DES TAUX BAS... QUI LE RESTENT

    Ces taux particulièrement bas (moins de 3 %) sont pourtant d’actualité depuis de longs mois. « Et tant qu’il n’y a pas de relance de l’économie, ils ne vont pas augmenter », estime John Romain, fondateur de la société de conseils Immotheker.

    «Avec le Brexit, plus l’absence d’inflation, il n’y a vraiment aucun indice de relance. Peut- être d’ici un an ou deux mais à court terme, sûrement pas... » Voilà pour une éventuelle augmentation des taux. Quant à une nouvelle diminution, « on imagine mal aller plus loin que les taux d’aujourd’hui », déclare pour sa part le porte-parole de Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, Rodolphe de Pierpont.

    Pas de hausse, pas de baisse, on peut donc parler de stabilité pour les mois à venir. Par contre, contrairement à ce qui se passait souvent dans le passé, les taux ont beau diminuer, le prix des maisons n’évolue guère.

    Tant mieux pour ceux qui doivent se loger, tant pis pour ceux qui veulent investir. Pour ces derniers, mieux vaut faire le choix d’un appartement. En effet, entre 2015 et 2016, « les maisons sont devenues à peine plus chères, avec 0,2% d’augmentation », poursuit le patron d’Immotheker.

    « Par contre, les appartements gagnent encore 4,2%. » Ce qui est sûr, c’est que celui qui a besoin d’un crédit hypothécaire ne saura pas facilement ce que celui-ci va réellement lui coûter.

    Si toutes les banques, mais aussi Test-Achats, proposent des calculateurs de prêt, le consommateur est loin de savoir ce qu’il va réellement payer. Outre les frais de notaire, il y aura encore les assurances solde restant dû et habitation.

    Qui feraient peut-être pencher la balance vers une banque concurrente.

    Une nouvelle loi sera bientôt d’application, et son objectif est d’apporter plus de clarté au consommateur.

    Mais faute de rendre obligatoire la publication de ces données, elle ne changera finalement pas grand-chose.

    Article de MBV source info Sudpresse Sudinfo 

  • Permanences fiscales le 18 mai 2016 dans la commune de Nandrin Saint-Séverin

    Lien permanent

    d-impots.jpgFeuille d’impôts :où se faire aider ?
    Saint Séverin 
    Salle communale - Rue d’Engihoul
    Vendredi 18 mai 2016 de 9 à 14 heures
     

  • Permanences fiscales 17 mai 2016 dans la commune de Nandrin sur Villers le Temple

    Lien permanent

    d-impots.jpg

    Mardi 17 mai 2016

    Feuille d’impôts :où se faire aider ?

    Villers-Le-Temple de 9 à 14 heures
     Espace des Templiers Rue J. Pierco, 4 Villers le Temple 4550 

    Plus d'info http://www.nandrin.be/

  • Un Nandrinois sur la carte de Belgique, commune par commune, du Panama Papers

    Lien permanent

    panama papers source le soir.JPG

    Source le Soir clic ici 

    (Voir la carte sur mobile et tablette).

    L’identité de 732 Belges figurerait dans les documents financiers qui ont fuité du bureau d’avocats panaméen Mossack Fonseca, selon des révélations portées par plusieurs médias belges en partenariat avec l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ). Ces personnes seraient impliquées dans des montages financiers à Panama visant à échapper au fisc.

    CLIQUEZ ICI POUR DECOUVRIR LA CARTE INTERACTIVE, COMMUNE PAR COMMUNE, DU Soir.be

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

  • Nandrinois RESA a organisé ce 22 février 2016 une réunion à destination des communes

    Lien permanent

    flash info nandrin 2016.jpg

    Indemnisation RESA aux riverains

    Retour sur les pannes électriques du 15 au 17 janvier

    Suite à la réunion,nous revenons vers vous concernant les indemnisations éventuelles de RESA.

    Outre les éventuels dédommagements des pertes des denrées alimentaires ou autre dégâts subis lors de cette panne sans précédent via votre propre assurance, la législation (et la CWAPE) prévoit également une indemnisation de 100 € par tranche de 6 heures consécutives sans électricité à moins que la panne ne soit reconnue comme découlant d’un cas de force majeure avérée. (Les procédures sont en cours pour évaluer la force majeure...ou pas).

    Pour éventuellement prétendre à ce dédommagement, nous vous conseillons d’envoyer PAR RECOMMANDE le formulaire de demande d’indemnisation à RESA dans les 60 jours calendrier de la survenance de l’interruption de fourniture. Soit, AVANT LE 15 MARS 2016.

    Vous pouvez télécharger le formulaire via le lien suivant :http://www.indemnisations-energie.be/fil…/formulaireelec.pdf

     http://indemnisations-energie.be/,

     

    Source  info http://www.nandrin.be/ Commune Nandrin

    Et également  via facebook  Jean-Michel Javaux  et Commune d'Amay

  • les conséquences que vont avoir sur les finances de Nandrin l’entrée en vigueur des mesures du « tax shift »

    Lien permanent

    TAX S Nandrin.JPG

    Nandrin 786.708€ la perte cumulée (de 2016 à 2021) 

    Donc 131.118 € par année à Nandrin

    Sur la carte, commune par commune, la perte cumulée (de 2016 à 2021) des entités wallonnes et bruxelloises suite à la réforme fiscale du gouvernement fédéral.

    La lettre est arrivée juste avant Noël, dans toutes les communes du pays.

    Elle ne s’était guère ébruitée jusqu’alors.

    Elle est pourtant lourde de sens.

    Très lourde,même.

    Adressée systématiquement au bourgmestre de l’entité, elle émane du SPF Finances.

    Plus précisément du service d’études de sa cellule « Budget, recettes fiscales et statistiques ».
    les conséquences que vont avoir sur les finances de l’entité l’entrée en vigueur des mesures du « tax shift » décidées par le fédéral.
    Elles sont données année par année, de 2016 à 2021.

    Et elles seront copieuses, à l’échéance finale, puisqu’elles se cumulent au fil des ans.

    Toutes les communes sont concernées.

    Et la chose est certaine, puisque ces données chiffrées viennent d’être transmises au député Ecolo Georges
    Gilkinet par le ministre des Finances en personne, Johan Van Overtveldt (N-VA), dans le cadre d’une interpellation parlementaire.
    Comment ces conséquences négatives sont-elles possibles ?

    « Tout simplement parce que le principe de base du tax shift, c’est d’alléger la fiscalité sur les revenus du travail », résume Georges Gilkinet.

    « Or, les communes prélèvent des additionnels communaux sur cette fiscalité, que le fédéral leur ristourne ensuite.

    Si la base taxable devient moindre, les additionnels le seront par conséquent aussi.
    D’où une perte d’environ 10 % pour chaque entité sur ces additionnels... ».

    C’est assez logique, dans le sens où le taux de chômage y est bien moindre.

     « Au final, en cumulé, c’est donc un total de près de 884 millions d’euros de recettes qui seront perdues par les communes du pays pour la période 2016-2021 », dénoncent les Verts. 

    « Il y aura des effets retour »

    Dans son courrier, le SPF nuance l’impact financier qu’il annonce lui même aux communes.
    Il attire l’attention sur le fait que ce sont des « effets bruts ».

    « En effet, ces montants ne tiennent pas compte « des effets de retour » découlant des différentes mesures prises dans le cadre du tax shift I et II », écrit ainsi le directeur de son service d’études.

    « Ces mesures ont eu surtout pour but d’augmenter la compétitivité de l’économie belge et donc de relancer
    le marché de l’emploi. Il va de soi qu’une augmentation du taux d’emploi sortira des effets positifs sur la masse salariale et donc sur le niveau des recettes perçues. »
    « Ensuite, j’attire votre attention sur le fait que le gouvernement fédéral a également pris des mesures qui sortiront des effets positifs, bien qu’indirects, sur les finances locales des communes »,poursuit-il.
    Il cite « comme exemples » : « la réduction du taux de TVA sur la construction des bâtiments scolaires
    » et « la réduction des cotisations ONSS pour les employeurs dans le secteur non-marchand et dans celui du non-profit social ».
    Bref, « il est clair que les effets du tax shift doivent être interprétés dans un contexte global »,
    dit le SPF. -

    Article de CHRISTIAN CARPENTIER source info Sudpresse 

     

  • Des taxes communales de plus en plus chères !!! Nandrin fait-elle partie des entités les plus taxées (carte)?

    Lien permanent

    carte taxes source sudpresse.JPG

    Nandrin IPP (Impôt sur les personnes physiques)8,50 %

    Nandrin PI (Précompte immobilier) 2.650 

    Quand les finances sont dans le rouge, les communes wallonnes n’ont souvent pas le choix. Elles doivent augmenter les taxes !

    Et en la matière, tous les Wallons et Bruxellois ne pas sont pas logés à la même enseigne. Si certains vivent dans de véritables paradis fiscaux, d’autres habitent dans des communes où l’on taxe un maximum…

    Le jeudi 17 décembre 2015 restera un jour historique pour les habitants de Doische.

    Cette petite commune située en province de Namur fait, avec quelques autres entités, figure d’exception.

    Là-bas, la majorité communale a décidé de diminuer les taxes. Une décision plutôt rare dans une époque de véritable incertitude pour les finances communales. «  On nous traitait de fous lorsque nous promettions une baisse de l’IPP avant les élections.

    Mais on y est arrivé  », jubilait alors le bourgmestre MR de Doische Pascal Jacquiez. «  La directrice financière nous a confirmé que le boni était suffisant pour assumer cette perte de rentrées financières.  »

    À Doische, le taux d’additionnels à l’Impôt des personnes physiques (IPP) est passé de 8,5 % à 8 %.

    Les centimes additionnels au précompte immobilier sont passés, eux, de 2900 à 2.600 centimes. Mais si la pression fiscale a été diminuée, on est encore loin de la situation, confortable, des habitants de Waterloo.

    Ces derniers peuvent profiter d’un taux d’additionnels à l’IPP de 5,7 %.

    Lorsqu’on cherche une maison, autant choisir sa commune en connaissance de cause.

    Comment sont calculés ces deux impôts ?

    Il y a d’abord la taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques. Un impôt calculé sur les revenus du contribuable. Imaginons que Roger de Namur doit payer 10.000€ d’impôts. Comme il habite dans une commune où le taux d’additionnels à l’IPP est de 8,5 %, il devra ajouter 8,5 % de 10.000€, soit 850€ de plus pour sa commune.

    Pour les additionnels au précompte immobilier, c’est un peu plus complexe. Rappelons d’abord que chaque propriétaire d’un logement doit payer un précompte immobilier calculé sur base du revenu cadastral.

    Pour obtenir le montant du précompte, il faut d’abord se baser sur un taux régional fixé à 1,25 % du revenu cadastral indexé pour la Wallonie et pour Bruxelles.

    C’est à cette dernière somme qu’il faut multiplier les centimes additionnels pour obtenir le montant destiné à la commune.

    Découvrez notre calcul ainsi que toutes les informations relatives à ce dossier dans nos éditions papiers ou nos versions numériques de ce lundi 18 janvier 2016.