Actu des communes voisines - Page 5

  • Une idée sortie , journée des Claviéroise le 8 septembre 2018

    Lien permanent

     

    Fête des Clavierois et marché regroupant les artisans des environs 
    Je serai présente avec la collection automne

     

    Source info 

    Marché artisanal de clavier

     

     

    Marché artisanal de clavier

  • Journée portes ouvertes au centre culturel aujourd'hui 8 septembre 2018

    Lien permanent

    Poussez les portes de cet ancien cinéma, venez découvrir la vie qui y fourmille et vous initier à l'un ou l'autre atelier que nous vous proposons toute l'année : guitare, yoga du rire, Bd, théâtre, ensemble musical, country, méditation, impro, oenologie, etc.
    Bienvenue chez nous... chez vous !

    08 septembre 2018 de 10h à 18h
    Entrée libre
    Infos : 085/31 24 46 - 

     


    Centre Culturel d'Amay
    Rue Entre-Deux-Tours, 2
    4540 Amay
    Téléphone :085/31 24 46
    Tarif :Gratuit
    Public :à partir de 10 ans
    Internet :http://www.ccamay.be

     

    Source info 

  • dans les idées sorties : 2e édition de l’Hurbayn Festival aujourd'hui 8 septembre 2018

    Lien permanent

    La culture urbaine sera mise à l’honneur sur la Place Verte

     

    L a Mézon et le Collectif Hurbayn (Collectif constitué de jeunes fréquentant la Mézon) vous invitent à l'occasion de la deuxième édition du Festival Urbain Jeunesse qui se déroulera le 8 septembre 2018 sur la Place Verte de Huy de 14h à 2h.

    Il s'agit d'un événement mettant à l'honneur les différentes disciplines de la culture urbaine.

    Tout a commencé avec une idée : celle de créer un studio d'enregistrement au sein de la Mézon. C’est ainsi que des jeunes, adeptes du hip hop ont monté ce projet avec l’aide des animateurs des lieux et qu’est né l'atelier Beat Studio (musique assistée par ordinateur, écriture de textes, enregistrements audio,...).

    « Après avoir créé leurs morceaux et leur textes, la suite logique des événements était de pouvoir présenter leur travail au public.

    Ce qu'ils ont eu l'occasion de faire lors de nos fêtes des ateliers qui ont lieu chaque année. Cependant, nous avons pu constater que nos jeunes ne disposaient pas d'assez d'expérience de la scène pour fournir un spectacle de qualité supérieur.

    C'est pourquoi nous avons voulu donner un cadre plus professionnel à cet aspect en évoquant l'idée d'un festival où nos jeunes pourraient se produire. C'est donc ainsi qu'est venue l'idée du Festival Urbain Jeunesse. », explique l’association par voie de communiqué. Suite au succès de ce festival, les jeunes se sont constitués en collectif afin de poursuivre l’aventure. C’est ainsi que la 2e édition de l’Hurbayn aura lieu ce 8 septembre 2018 sur la Place Verte de Huy.

    Cette année, ils ont le plaisir de vous proposer :

    LE 77, HESYTAP SQUAD, COLLECTIF HURBAYN, KCD, OGR MUSIC, XAN, ANGELINO VILAIN, LAIT DE COCO (DJ Set), SAMAA (DJ Set). En plus des concerts, ils proposeront de la danse (Hip Hop, Krump,..,) des « Open Mic » et un mur d'expression « Graff ».

    LES PROJETS DU COLLECTIF

    Dans le cadre d’un ciné-débat organisé par la « Foire du Livre Politique », le groupe a notamment eu l’occasion de réaliser une vidéo traitant d'une réplique culte du film : « Jusqu'ici tout va bien...

    L'important ce n'est pas la chute mais l’atterrissage » qu'il ont pu présenter au public. Actuellement, le Collectif tente de réaliser une compilation Rap (Mix Tape) avec de jeunes artistes fréquentant des centres de jeunes.

    Le but sera de leur permettre d’enregistrer leurs morceaux dans un studio professionnel et d’ainsi bénéficier d’une première expérience en matière d’enregistrement audio.

    Par la suite, les jeunes auront l’occasion de créer une plate forme Internet qui regroupera l’ensemble des productions.

    Enfin, un concert sera organisé dans les locaux de la maison des jeunes afin de présenter la compilation et clôturer le projet. Le Collectif est donc à la recherche de beatmakers en mesure de proposer des «prods» originales sur lesquelles les MC’s poseront leurs textes. -

     

    Article de LAURENT CAVENATI

    à noter Plus d’infos sur http:// lamezon.be

    Source 

  • Marche de jour à Hermalle-Sous- Huy ffbmp aujourd'hui 8 septembre 2018

    Lien permanent

    distances : 04-08-13-18 kms
    Boissons et petite restauration sur les parcours
    Le club est assuré en R.C.
    la marche aura lieu quelque soit la météo
    Responsable : M. Mertens Victor 0491/594317
    Où :
    Ecole Communale Rue du Pont,8 4480 Hermalle-sous-Huy
    Tarif :01,00 € par marcheur
    Public : à partir de 3 ans

    Samedi: de 8:00 à 15:00 Le 8 septembre

     

    Source info 

  • Nandrinois Envie de sérénité et bien-être Sophrologie Caycédienne

    Lien permanent

    Sophrologie Caycédienne

    ENVIE DE : -SERENITE ET BIEN-ÊTRE.
    -GERER VOTRE STRESS ET VOS EMOTIONS.
    -ACQUERIR UNE ATTITUDE POSITIVE.

    REJOIGNEZ-NOUS !!!!!!

    UN GROUPE DE SOPHROLOGIE CAYCEDIENNE VA
    COMMENCER A NOUVEAU A SCRY EN SEPTEMBRE LE SAMEDI MATIN.

    N’hésitez pas à me contacter : RAQUET Sylvie 0476/311727

  • On mange quoi demain ? forum alimentaire le 24 septembre 2018

    Lien permanent

    Rencontre producteurs-consommateurs sur le thème de la viabilité en maraîchage, les freins, les difficultés et les recommandations à faire aux politiques pour améliorer la situation de nos maraîchers locaux. 
    Avec les témoignages de maraîchers : Renaud Devries, de la Ferme de Froidefontaine, François Sonnet du Champs des Possibles, Peter Van Mol de la Ferme Larock, François Wiaux et Antonin Castel du réseau des GASAP.

     

     

     

  • Dans les idées sorties sur votre Blog de Nandrin du 14 au 16 septembre 2018

    Lien permanent

    Un mur d’escalade de 15m de la Défense lors des Amaytoises!

    Pour la seconde édition du Fort Boyard amaytois, la commune sort le grand jeu ! Un mur d’escalade de la Défense sera en effet transporté jusqu’à Amay dans le cadre du week-end des Amaytoises, du 14 au 16 septembre. Large de 3m, haut d’une dizaine de mètres, il sera installé sur la chaussée Roosevelt, en face de la place. Cette épreuve se déroulera dans le cadre d’une après-midi Fort-Boyard le samedi 15 septembre.

    «  Il sera placé dans la matinée  », commente Corinne Borgnet, échevine du commerce. «  Nous bloquerons la circulation entre les deux ronds-points pour l’événement. » Ce choix s’explique notamment par la difficulté de manœuvrer sur la place d’Amay pour le camion qui transportera le mur. Des militaires et membres de l’extrascolaire encadreront les enfants. Ceux-ci devront grimper le mur avant de descendre en death-ride. Un simulateur de saut en parachute, des parcours en trottinettes, en rollers et en skateboard ou encore du grimage est également prévu.

    Pour prendre part au Fort Boyard amaytois, il est indispensable de s’inscrire entre le 3 et le 12 septembre au 085/23.01.37 ou par mail à l’adresse suivante : extrascolaire@amay.be.

    Vous êtes plutôt amateurs de vins ? Le marché de produits du terroir ouvrira les Amaytoises le 14 septembre raviront vos papilles de 17h30 à 22h. Au menu : glaces artisanales, vins locaux, confitures sans sucre, chocolat, soupes ou encore miel. Un château gonflable et des animations musicales sont également prévus.

    La journée des habitants se déroulera le samedi 15 septembre avec la présence de services communaux et du tissu associatif et culturel amaytois.

    Le lendemain, dès 9h15, de multiples courses auront lieu dans le cadre de la journée sans-voiture. Des trajets de 5km, 11km et 21,1km seront ainsi proposés. En parallèle, une brocante vide-greniers se tiendra rue Joseph Wauters.

    Article PAR J.G

     

    Article complet et photo clic ici 

     

  • l'actualité chez nos voisins :un dépôt Point Ferme chez Nounou

    Lien permanent

    C’est un bel acte citoyen qu’a réalisé Christelle Platbroot (43) en installant à son domicile, Chez Nounou, un point de dépôt pour les riverains de Bois-Et-Borsu intéressés par l’initiative Point Ferme. «  Je suis accueillante d’enfants depuis 12 ans et j’ai quotidiennement besoin de produits frais pour préparer les repas des enfants. Avant, j’allais directement à la ferme Demoitié chercher mon colis mais je perdais pas mal de temps car il n’y a pas de dépôt plus près, alors j’ai eu cette idée et elle a directement plu aux parents des enfants que je garde ainsi qu’à divers voisins  », explique la gardienne.

    Pour rappel, le Point Ferme comptabilise une vingtaine d’agriculteurs liégeois réunis en coopérative à finalité sociale mettant à disposition de tous des produits locaux du producteur au consommateur ayant pour but de permettre à tout le monde d’avoir accès à une alimentation saine tout en maintenant une agriculture durable.

    Ainsi depuis ce 25 août, il est possible de commander et payer son panier sur le site du Point Ferme pour le faire livrer Chez Nounou. «  Je ne gagne rien à devenir un point de dépôt, excepté me faciliter la tâche et celle de mes voisins intéressés par l’initiative. Tout se fait via le site, je ne fais aucun transfert d’argent et le Point Ferme propose de tout : des légumes, des fruits, des produits laitiers, des œufs, de la viande, de la charcuterie, du fromage, etc. directement du producteur  », insiste Christelle. Son point de dépôt est situé rue des Houillères numéro 2 à Bois-et-Borsu. Les commandes doivent être effectuées au plus tard le mardi avant minuit et le retrait se fait le vendredi de 8h30 à 12h30 et de 16h30 à 20h.

    PAR LA.MA

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

    Article complet clic ici 

     
     
     
  • La Nocturne le vendredi 31 août 2018

    Lien permanent

     

    Contes, musiques, danses et animations au rythme des flambeaux.
    Une soirée féérique dans les jardins du château !

    Plus d'infos ? 04 279 44 00 ou http://www.provincedeliege.be/fr/node/8814

     

     

    Château de Jehay‎  La Nocturne

     

    La Nocturne clic ici

    Public
     · Organisé par Château de Jehay
  • Le festival dédié à la musique festive et la récup’ ce 1 et 2 septembre 2018

    Lien permanent

    Le festival dédié à la musique festive et la récup’ est de retour au Mont-Falise de Huy ce vendredi et ce samedi. À l’affiche : des groupes tels que Unik Ubik, Glü, High Jinks Delegation, Azmari, Labotanique ou encore Ozaïne.

    Cette 7e édition se déroule à nouveau sur le terrain vague des hauteurs de Huy. «  Comme l’an dernier, les spectateurs pourront trouver des hamacs, des palettes et d’autres supports de récup’  », indique Adeline Weber, co-présidente de l’ASBL C’est pas d’la Carotte. «  Le budget déco ne dépasse pas 200 euros. Notre bar est en bois, et nous proposons des toilettes sèches avec un système de panneaux montables et démontables que de petist festivals nous empruntent.  »

    Le potager du site n’est pas un problème pour eux, bien au contraire. « On est en contact avec le comité qui s’en occupe. On trouve cela génial, car cela permet de délimiter la zone réservée au passage des pompiers. C’est un projet magnifique.  »

    Sur place, il est possible de camper pour trois euros. Un prix justifié par la mise en place de douches, mais également un petit-déjeuner particulièrement convivial. «  L’idée est de déguster la confiture que l’on prépare toute l’année  », continue Adeline Weber. «  On est tous ensemble, artistes comme spectateurs. Auparavant, quand le festival attirait moins de monde, on partageait tous les repas. »

    Une majorité de groupes sont de Belgique. «  Des petites formations sont vraiment chouettes. Mon groupe préféré passe le samedi à 15h30, c’est Muriel d’ailleurs. Elle emporte le public dans un autre monde  », sourit-elle. «  La programmation va crescendo : on a de la musique assez douce le vendredi, et c’est de plus en plus festif. On termine le festival avec The Spicy Tartar Club Band qui sont déguisés sur scène et jouent du ska.  »

    L’an dernier, sur les deux jours, 1.200 personnes ont fait le déplacement. «  Une centaine de bénévoles officient à cet événement  », indique Adeline Weber. «  Le but n’est pas de devenir un gros festival. Le bouche-à-oreille permet de grandir doucement. Chaque année on prévoit un peu plus de places, et quand on n’arrivera plus à gérer, on se posera des questions.  »

    L’entrée pour les deux jours revient à 17 euros en prévente et à 25 euros sur place. L’entrée sur place le vendredi coûte 13 euros et celle du samedi 18 euros.

    Article de J.G.

    «C’est pas d’la carotte» revient à Huy ce week-end

    Article complet et photos clic ici 

  • Les débuts étaient derrière l'espace des saules à Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    L’homme, 23 fois champion de Belgique en VTT descente, trial et dual, était lui aussi ce week-end dans les Vosges avec le reste de la famille. Il y a assisté à l’exploit de son fils, qui, ce week-end, est devenu le premier coureur au monde à s’imposer la même saison lors d’une manche de coupe du monde de descente, ainsi que dans une d’enduro (Whistler, Canada, le 12 août dernier).

    «  Lorsqu’il y a une course pas trop loin de la maison, nous essayons d’aller le voir  », explique Patric. «  Je sais qu’il aime cela. Cela le rassure, lui qui, par exemple, n’aime pas trop être absent de la maison plus de trois semaines.  »

    Environnement très vélo

    Professionnel au sein de l’équipe américaine GT Factory Racing pour laquelle il vient de resigner trois ans, Martin a commencé fort jeune la compétition au haut niveau. L’exemple du père, encore et toujours.

    «  Que ce soit pour son aîné Tom (24 ans, toujours dans les 10 meillleurs Belges en enduro alors qu’il termine des études en kiné après avoir décroché un diplôme en éducation physique), lui ou encore sa cadette Camille (dans les meilleures Belges à 16 ans), je n’ai jamais obligé personne à pratiquer mon sport  », insiste Patric. «  Bien sûr, chez nous, l’environnement est très « vélo ». Mon épouse va même travailler tous les jours en deux roues. Il y a les stages, que je donnais et auxquels les enfants ont participé. Mais, jamais, ce ne fut une obligation. Le plaisir, pour moi, primait et primera toujours.  »

    Martin ? «  Même chose, évidemment. Chez lui, c’est venu petit à petit. Je pense qu’il y a eu un déclic dans sa quinzième année. Avec un copain, ils ont acheté le même VTT de descente. Et là, hop, cinq courses, cinq victoires en Belgique. C’est là qu’il a dit : « J’aimerais faire le même métier que papa…  ».

    Professionnel à part entière

    Les choses se sont alors mises petit à petit en route. Martin est devenu champion du monde junior en enduro en 2013 et GT factory racing l’a remarqué, avant de l’aider. Il y est devenu quelques années plus tard un professionnel à part entière (salaire fixe + primes des sponsors + primes des organisateurs – 7500 $ pour sa victoire à Whistler par exemple), tout en terminant ses études secondaires à l’IPES de Seraing (humanités sportives, cyclisme) auprès de l’ancien professionnel sur routes Christophe Detilloux.

    «  Martin aime le vélo, c’est sûr. Chez les jeunes, il a même terminé deuxième d’un cyclo-cross et d’une course sur routes, chaque fois derrière le champion de Belgique en titre dans la spécialité  », se rappelle-t-il. «  Cela explique aussi sa polyvalence descente/enduro. À ce sujet, je ne serais pas étonné que dans quelques années, il se destine plus à la descente…  »

    EV

    Le vivier de l’école de VTT de Neupré

     

     

    Ceux qui suivent un peu la « niche sportive » du VTT le savent : pas mal de grands champions belges sont passés par les stages ou par l’école de Patric Maes (plus de 200 jeunes actuellement, qui reçoivent entre une ou deux leçons par semaine).

    «  Je donne des stages depuis 1994, c’est vrai qu’il y en a quelques-uns qui sont venus faire leurs premières armes ici, dans les bois de Neupré, du Val Saint-Lambert et alentours  », évoque Maes.

    De citer ainsi quelques noms :

    > Arnaud Dubois, quart de finaliste en BMX aux Jeux de Londres 2012, a multiplié les stages à Neupré quand il était plus jeune.

    > Thomas Génon, champion du monde slopestyle en VTT freeride (des sauts incroyables immortalisés par le célèbre rendez-vous de la Red Bull Rampage, dans l’Utah). «  Lui est resté quasi 20 ans dans mon école  », se souvient notre interlocuteur. «  Il est devenu une star mondiale dans sa discipline. Plus jeune, il a tiré vers le haut Martin dans les sauts. Mais bon, c’est un peu trop risqué, cette façon de faire du VTT.  »

    > Plus loin dans le temps, c’est-à-dire fin des années 90, il y eut aussi Marc-Amory Buteneers, qui monta deux fois sur le podium des mondiaux juniors en trial (bronze et argent en 98 et 99). C’était avant les fameuses années Kenny Belaey qui, depuis 2002 et jusqu’à 2017, a toujours terminé parmi les trois premiers des mondiaux seniors de cette spécialité (sauf en 2004 et 2008).

    EV

     

    Article complet clic ici 

     

    ou 

    Neupré

  • Nandrinois attention Route du Condroz : début du chantier d’un rond-point

    Lien permanent

    Le nouveau chantier d’aménagement d’un giratoire au carrefour des 7 Fawes à Neupré débutera prochainement. Dans le cadre de ce chantier, des travaux préparatoires au niveau des impétrants, vont nécessiter de réduire la circulation à une seule voie à hauteur du carrefour dans chaque direction du lundi 27 août au jeudi 30 août.

    Ces travaux de déplacement des impétrants se poursuivront ensuite avec un impact plus limité sur le trafic jusqu’à la fin du mois de septembre. -

    En venant de Marche, le tourne à droite vers la rue du Château d’eau (N639 vers Rotheux) sera autorisé mais le tourne à gauche vers la route d’Esneux (Neuville-en-Condroz) sera interdit. Les automobilistes souhaitant rejoindre Neuvilleen-Condroz devront donc prendre à gauche au carrefour N63/N677 (carrefour de la pêcherie). -

    En venant de Liège, le tourne à droite vers la route d’Esneux (Neuville-en-Condroz) sera autorisé mais le tourne à gauche vers la rue du Château d’eau (N639 vers Rotheux) sera interdit. Les automobilistes souhaitant se rendre à Rotheux devront prendre à gauche au carrefour précédent, à savoir celui formé par la N63 et la rue Bonry (carrefour dit du Chêne-Madame). -

    En venant de la rue du Château d’eau (N639 vers Rotheux), il ne sera pas possible de rejoindre la N63.

    Une déviation est prévue par la rue Bonry ce qui ramènera les automobilistes au carrefour formé par la N63 et la rue Bonry (dit du ChêneMadame).

    - En venant de la route d’Esneux (Neuville-en-Condroz), le tourne à gauche vers Liège n’est pas autorisé au niveau de la zone de chantier.

    Les automobilistes souhaitant se rendre à Liège doivent emprunter la N677 jusqu’au carrefour N63/ N677 (carrefour de la pêcherie) puis prendre à droite jusqu'au rond-point du carrefour formé par la N63 et la rue d’Engihoul pour y faire demi-tour. -

    Article de G.G.

    source clic ici 

     

    Plus d'info: Neupré

  • Micky Rallye Sprint le 25 et 26 août 2018

    Lien permanent

    Micky Rallye Sprint le 25 et 26 août 2018 

    rallye.jpg

    Lire la suite

  • Nandrinois vous-voulez les soutenir ? marche contre le nucléaire ce dimanche 26 août 2018

    Lien permanent

    Le 25 juin 2017, une chaîne humaine rassemblait 50.000 personnes pour relier à pied, en se tenant la main, Tihange à Aix-la-Chapelle, en passant par Liège et Maastricht. Les associations anti-nucléaires de Belgique, d’Allemagne et des Pays-Bas s’étaient mobilisées avec succès pour réussir ce pari fou et long de 90 km ! Ils réclamaient, et ils réclament toujours, l’arrêt du réacteur à fissures de Tihange 2 qui menace l’Eurégio entière.

    Ce dimanche, deux jeunes marcheurs d’Aix-la-Chapelle ont décidé de répéter leur action du 25 juin 2017. Ils vont marcher durant 75 km pour relier Tihange à Aix-la-Chapelle en une journée, cette fois sans passer par Maastricht. Cette action, baptisée « Walk off Tihange », est une initiative de l’association allemande AAA, Aktionsbündnis gegen AKW Aachen qui est soutenue par de nombreuses autres associations locales et nationales : ACTE (comité local à Huy), COBAN (comité local à Blegny), Nucléaire Stop Kernenergie, Greenpeace Belgium et Aachen, Ecolo Kelmis/La Calamine.

    Départ à 4h du matin

    Les deux jeunes marcheurs allemands partiront ce dimanche de Tihange à 4h du matin, au départ du rond-point près de la centrale nucléaire en direction de Liège. Ils emprunteront le Ravel le long de la Meuse et arriveront à la gare de Liège-Guillemins vers 9h du matin où ils rencontreront la presse. «  Ils seront accompagnés de membres du comité hutois de l’ACTE, de membres de Greenpeace d’Aix-la-Chapelle et d’autres sympathisants  », indique Léo Tubbax, porte-parole de l’ASBL Nucléaire Stop Kernenergie. Ils repartiront ensuite en direction de Herve, La Calamine et Aix-la-Chapelle.

    Ils réclameront à nouveau la fermeture des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et de Doel 3. «  Le 13 juillet dernier, nous avons remis à Mr Hardeman, le nouveau patron de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN), une pétition de pas moins de 500.000 signatures pour demander la fermeture de Tihange 2 et de Doel 3. Cette pétition est le résultat de trois années d’actions de Drei Rosen Initiative, WISE Amsterdam, 11-maartbeweging et Nucléaire Stop Kernenergie  », précise Léo Tubbax.

    Changement de mentalité

    «  Peu à peu, il y a enfin un changement de mentalité en Wallonie et donc aussi à Huy. Avant, on nous considérait comme des terroristes. Aujourd’hui, on nous considère comme des gens normaux qui ont un avis différent. Le monde nucléaire et ses appuis dans les administrations et dans les autorités actuelles fait la sourde oreille au mécontentement et à l’inquiétude des citoyens qui vivent sous le vent de centrales. Nous poursuivons donc nos actions de sensibilisation contre le nucléaire super-dangereux de Doel 3 et Tihange 2. Les cuves de ces réacteurs ne correspondent pas aux normes en vigueur et le béton des bâtiments qui doivent contenir un accident n’est plus testé. Il est donc aussi fiable que le pont de Gênes en Italie  », dénonce encore Léo Tubbax.

     
     

    PAR MARC GÉRARDY

     |Article complet clic ici 
     
  • Les deux premières aires de jeux chez nos voisins sur la commune de Modave

    Lien permanent

    Modave s’est récemment dotée de deux aires de jeux aux nombreux modules. La première se trouve dans la rue des Potalles, tandis que la seconde se situe dans la cour de l’école des Gottes.

    Deux projets qui réjouissent l’échevin des sports, Bruno Dal Molin. «  Ce sont des structures incroyables à l’échelle de notre commune, car il s’agit des premières du genre  », lance-t-il. «  On compte quelque chose comme 5 bancs publics à Modave. Ces aires de jeux sont une de nos grandes fiertés de notre mandat.  »

    Ces aires se composent d’un terrain de mini-foot et d’un espace dédié au basket. «  Il est possible de fixer un filet pour jouer au tennis ou au volley  », indique l’échevin. Des modules sur ressort et une «  araignée » à escalader sauront réjouir les plus petits. Plus étonnant, l’aire de jeux dispose également d’une table de ping-pong et d’un baby-foot. 

    Selon Bruno Dal Molin, ces deux derniers aménagements permettaient au dossier d’être reconnu comme équipement de sport de rue, et de bénéficier ainsi de 85 % de subsides contre 70 % pour des équipements de sport simple. «  Nous aurions voulu quatre aires de jeux au total, en en ajoutant à Vierset et Strée. Mais deux, c’est déjà bien  », commente l’échevin.

    D’autant plus que le dossier pour aires de jeux a été lancé voilà déjà six ans. «  Quatre ministres des sports se sont succédé. J’ai pensé que nous ne verrions jamais les travaux s’achever  », sourit-il. Le chantier revient à 300.000 euros. 

    L’aire de jeux de la rue des Potalles est inaugurée ce samedi et celle des Gottes, le 7 septembre. Cette première se nomme l’aire du Gévaudan non pas en référence à la bête, mais au village de Saugues, en Auvergne. «  Nous fêtons les 25 ans de jumelage avec ce village français. C’était une façon de leur rendre hommage  », conclut l’échevin. 

    PAR J.G.

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

    Article complet et photos de JG clic ici 

     

     

  • Circuit car "Surprenants châteaux » les 8 et 9 septembre 2018

    Lien permanent

    Circuit guidé à la découverte de châteaux hors du commun. Parallèlement, les sites historiques et touristiques aux abords du circuit seront mis à l’honneur et vous permettront une découverte variée de la région.

    Parmi les haltes, le point culminant du Condroz : le château d’eau de Scry avec visite de l’intérieur (accès exceptionnel), les extérieurs insolites du château de Modave, la remarquable chapelle castrale de Belle-Maison et la chapelle de Saint-Fontaine (accès exceptionnel) renfermant l’une des dernières pierres de liberté.

    Départ du Syndicat d’Initiative (Vallée du Hoyoux, 6b - 4577 Modave) à 10h et 14h le samedi et le dimanche. 
    Durée approximative : 3h. PAF : 5€/participant (tarif unique). 
    Réservation OBLIGATOIRE au 085/41.29.69 - info.sivh@gmail.com

     
  • Nandrinois le feu d’artifice du 15 août en vidéo

    Lien permanent

     

     

     

     

    Clic sur la photo et clic sur la vidéo 

     

     

     

    Ou La Vidéo de JP clic ici 

     

    Il y avait du monde, beaucoup de monde même pour le feu d’artifice qui s’est déroulé à Huy ce 15 août. Les quais étaient bondés et il était difficile de circuler en ville : «  Un monde incroyable  » a commenté le bourgmestre Christophe Collignon, «  Les petites années, on a 20.000 personnes, là, on est bien au dessus, 25.000, voire même 30.000 personnes sont venues assister à l’événement. Est-ce c’est dû au fait que cette année on ne tire pas du Fort ? Allez savoir…  ». Un sentiment partagé par l’échevin Eric Dosogne : «  Il y a plus de 20.000 personnes, c’est certain.  »

     

     

    Article Complet avec vidéo 

    Cette année encore, tout comme en 2017, c’est la société Party-fices qui s’occupera du feu d’artifice du 15 août à Huy  : un nom qui est loin d’être méconnu dans le milieu. Malgré la sécheresse et la décision de tirer à partir du pont de l’Europe, et non du Fort comme c’était la tradition, le public aura droit à une cascade et à un spectacle « grandiose », selon les mots de l’artificier.

    Feu d’artifice à Huy: du bleu et une cascade au pont de l’Europe

  • Camp Médiéval les 8 et 9 septembre 2018 chez nos voisins

    Lien permanent

    En l’An de Grâce 1324, Rasse de Waroux organise un banquet et invite la noblesse locale à festoyer au pied du donjon d’Amay, mais ces festivités cachent un terrible secret. Venez découvrir la Tour romane d’Amay sous un jour unique à l’occasion des Journées du Patrimoine. 

    L’insolite sera en effet au rendez-vous, avec la visite d’un camp médiéval, théâtre de moult saynètes pleines de surprises. Dégustez la cuisine médiévale dans le cadre d’un banquet, assistez à des démonstrations d’armes et de combat, et apprenez les histoires colportées alors dans l’Amay du XIVe siècle.

    Au programme : 
    - Visites guidées de la Tour Romane
    - Campement médiéval
    - Stands d'artisanat
    - Théâtre de marionnettes
    - Taverne médiévale
    - Jeux pour petits et grands
    - Banquet médiéval (sous réservation)

    Toutes ces activités vous sont proposées au pied d’une tour romane remarquablement bien conservée, elle-même source de curiosités étonnantes. 

    Lors du banquet vous pourrez déguster :
    - Entrée : Tourte aux champignons
    - Plat : Poulet aux amandes et cumin, Potiron au gratin
    - Dessert : Fouace (gâteau accompagné de meringue)

    Possibilité d'adapter le menu en fonction des restrictions alimentaires (prévenir lors de la réservation).

    Visites guidées sur réservation.
    Banquet sur réservation au prix de 18€ (paiement obligatoire pour la réservation). Numéro de compte : BE75 0682 1712 7251 ( N'oubliez pas d'indiquer le nombre de personnes et le nom pour la réservation).

    Infos & Réservation : 
    Mathieu Uyttebrouck - 0475/46.31.18
    Guillaume Simon - 0497/38.50.38

    syndicatdinitiativeamay@gmail.com
    mathieu.uyttebrouck@gmail.com

    Syndicat d'Initiative d'Amay

     

    Camp Médiéval

  • Attention voici le plan de circulation pour le 15 août à Huy

    Lien permanent

    Outre le champ de foire (quai Dautrebande, quai d’Arona, avenue Joseph-Lebeau, avenue Godin-Parnajon, avenue Charles-et-Léopold-Godin, avenue Delchambre et l’esplanade devant le centre culturel), des voiries seront entièrement fermées à la circulation le 15 août à partir de 20 h. Il s’agit du pont de l’Europe, du quai de Compiègne, de la rue Neuve, du pont Roi Baudouin et de l’avenue des Ardennes. Il est donc impératif que le public vienne tôt (avant 20 h) afin d’assister au feu d’artifice dans de bonnes conditions. Pour rappel, le feu d’artifice sera tiré à 22 h.

    Pour la circulation de transit, il est fortement conseillé de rejoindre sa destination finale via d’autres itinéraires, parfois plus longs, mais autant que faire se peut, il vaut donc mieux éviter la ville de Huy si le but n’est que d’y transiter.

    Les membres des services de police seront très nombreux à être présents dans les différents carrefours pour faciliter la circulation des véhicules et des piétons et feront le maximum pour limiter les embarras de circulation.

    Alors qu’il sera presque impossible de stationner en soirée dans le centre-ville, des parkings à quelques minutes à pied du centre seront accessibles.

    -Pour les usagers qui viennent de la vallée du Hoyoux, il sera possible de stationner sur les parkings du CHRH. Le CHRH a marqué son accord pour que le parking de la rampe d’Orval soit gratuit le 15 août dès midi et jusqu’au 16 août à 6 h.

    -Pour ceux venant de la rive gauche, il est conseillé de stationner son véhicule au port de Statte.

    -Pour ceux venant de Ben-Ahin, il est conseillé de stationner sur les parkings des magasins et de rejoindre le centre de Huy pédestrement en toute sécurité en empruntant le Ravel.

    -Pour ceux venant de Tihange, il est conseillé de stationner le long de la RN 90.

    Le dispositif sera relevé aux alentours de minuit.

     

    Source info 

  • Nandrinois attention ,Premières mesures contre le parking sauvage autour du Standard

    Lien permanent

    Tout le monde a encore en mémoire la mort d’Henri Penning, cet abonné du Standard depuis plus de 40 ans, qui avait été fauché par une voiture sur le pont d’Ougrée. Lors du premier match du Standard le 27 juillet dernier, il avait comme beaucoup d’autres traversé le pont à pied et avait été percuté par une voiture qui descendait trop vite la descente du Sart-Tilman.

    Le drame avait remis en lumière le parking sauvage qui règne depuis des dizaines d’années tout autour du stade de Sclessin les jours de matchs. « À chaque fois ce sont des centaines et des centaines de voitures, explique Dominique Bailly, le commissaire de la police de Liège chargé de gérer les grands événements. C’est une habitude bien ancrée depuis des dizaines d’années. »

    Panneaux et barrières Nadar

    Pas facile dans ces conditions de lutter contre ce phénomène bien ancré.

    Mais la police a pris déjà quelques mesures de prévention lors du dernier match contre l’Ajax mardi dernier. « Nous avons placé une remorque avec un panneau lumineux dans la descente de la route du Condroz afin de prévenir les automobilistes de ralentir car il y a un match. Nous avons aussi placé des barrières Nadar afin d’interdire aux piétons la descente des bretelles 3 et 4 qui descendent du pont d’Ougrée afin de les empêcher de traverser la voie rapide que constitue le quai Vercour. Ces mesures seront désormais d’application lors de chaque rencontre. »

    C’est déjà ça, dirait-on. mais c’est sûrement insuffisant. En effet, les voitures sont véritablement partout (voir photos) : sur le pont d’Ougrée mais également en dessous, dans les bretelles, sur les accotements herbeux et sur tous les trottoirs des rues adjacentes. « Certains habitants ne savent parfois même plus sortir de chez eux », se lamente le comité de quartier.

    Et le stade n’était même pas plein : il n’y avait que 21.000 spectateurs contre 28.000 lorsque le stade est comble.

    Répression et interdiction ?

    Pour le commissaire Bailly, la répression n’est pas une solution. « On ne va pas d’un coup réprimer par des PV et des enlèvements de véhicules des automobilistes qui ont agi comme cela depuis des dizaines d’années ? »

    Quant à interdire l’accès au stade dans un rayon de 500 mètres, cela ne fera que reporter le problème au-delà de cette limite.

    « Non, pour moi, on ne peut pas prendre de mesures radicales comme celles-là sans proposer des solutions de rechange aux automobilistes. Comme des transports en commun en suffisance et des parkings de dissuasion. Mais en même temps, on sait que des projets d’agrandissement du stade ont en cours et que le terminus du tram est promis à Sclessin pour 2022… »

    La question est donc plutôt : « que faire d’ici là ? »

    C’est la raison pour laquelle le bourgmestre de Liège a écrit il y a 10 jours à toutes les parties pour organiser une rencontre. « La police de Liège, le Standard et le comité de quartier m’ont déjà répondu positivement », explique Willy Demeyer, « mais il me manque encore la Ville de Seraing, Alain Mathot et le chef de corps étant actuellement en vacances. »

    En attendant, pour ce samedi soir à 18 heures et la venue du Cercle de Bruges à Sclessin, les mêmes mesures de prudence que contre l’Ajax mardi seront d’application.

    PAR LUC GOCHEL

     LIEGE VILLE

    Article complet et photos Clic ici 

     Photo source Sudinfo 

  • Il a couru 122 km en... 18h30! passage dans Villers le Temple ,Nandrin etc

    Lien permanent

    Le Modavien Benoît Michel, 54 ans, a parcouru ce mercredi les chemins balisés du syndicat d’initiative du Condroz. Il voulait relever le pari fou de courir à pied durant 138 km. Parti à 5h du matin de Modave, il est finalement arrivé à 23h30 après... 122 km  ! Chapeau  !

    Le Modavien Benoît Michel, 54 ans, est finalement arrivé à Modave ce mercredi soir vers 23h30. Il a été accueilli par sa famille et par des amis qui tenaient des flambeaux lorsqu’il a franchi une ligne d’arrivée factice sous les applaudissements nourris de toutes et tous.

    Benoît Michel avait décidé de relever le défi de parcourir en courant les 138 km des chemins balisés du syndicat d’initiative du Condroz en une seule journée ce mercredi. Il a bien été aidé par Bernard Degrange, l’animateur responsable de « Je cours pour ma forme à Modave » qui l’a accompagné jusqu’à Villers-le-Temple, pendant 90 km. Bernard s’est un peu reposé puis il a à nouveau rejoint Benoît encore durant 10 kilomètres jusqu’à l’église Saint-Martin de Vierset-Barse.

    A Nandrin, place Ovide Musin, Michel Vanhove, ex-membre du club « Je cours pour ma forme » a aussi accompagné Benoît Michel qui a aussi été rejoint par une dizaine d’autres personnes dont des membres de sa famille en fin de parcours.

    Un parcours ramené finalement à 122 km (parcourus en 18h30) en raison de la fatigue, de la tombée de la nuit et de la chaleur. Mais qu’importe  ! Un fameux défi relevé par ce quinquagénaire dans le Condroz dont on vous reparlera en détails très bientôt.

    PAR MARC GÉRARDY

     L'ACTU DE HUY WAREMME

    L’exploit du Modavien: il a couru 122 km en... 18h30! (vidéos) clic ici

     

  • le cinquième checkpoint fixé par le Modavien Benoît Michel, le Chat Lait,rue des Peupliers à Nandrin

    Lien permanent

    Dans la quiétude du Condroz, rue des Peupliers à Nandrin, pas une âme. Nous attendons devant le Chat Lait, une ferme qui fournit du lait, du beurre et des oeufs.

    C’est le cinquième checkpoint fixé par le Modavien Benoît Michel, 54 ans, dans son périple fou. 138 km de course à pied, soit l’ensemble des promenades balisées du syndicat d’initiative du Condroz. Un parcours à réaliser en une journée ce mercredi  !

    Benoît Michel s’est élancé de Modave, devant l’ancienne piscine, rue du Village à 5h du matin  ! A ses côtés, Bernard Degrange, l’animateur responsable des sessions « Je cours pour ma forme » à Modave, mais aussi Florent Mignolet de Vierset, membre du club, qui a couru avec ses deux amis jusque Ramelot.

     

     

     

    «  Je n’ai pas bien dormi en raison de l’orage de la nuit dernière. Je n’ai dormi finalement que deux heures trente  », avoue Bernard Degrange, fatigué, devant le Chat Lait. «  En outre, on s’est trompé de chemin. On est parti un peu trop confiant sur le balisage car on est dans notre région. Mais il manque quelques balises à des endroits stratégiques avant Anthisnes. Peut-être du vandalisme  ? On s’est donc débrouillé avec la carte pour ne pas courir trop de kilomètres en trop. C’est agaçant ».

     

     

    Et heureusement, la canicule est moindre ce mercredi que la veille. « Un temps idéal pour la pratique de la course à pied, même si parfois nous devons affronter le vent de face, ce qui durcit notre course. Mais on s’encourage l’un l’autre  », précise Benoît Michel. «  Nous sommes de purs amateurs. Cette course, c’est l’occasion de mieux découvrir encore notre région. Certains vont courir au Mont Blanc, d’autres à la Côte d’Opale. Nous, nous courons à travers notre région  », ajoute Bernard Degrange.

    Le point de rendez-vous suivant, c’est le rond-point de la Place Ovide Musin à Nandrin au km 75 de cette folle aventure. Une petite demi-heure de retard sur le programme prévu. Nos deux coureurs arrivent vers 14h30. Ils profitent de l’assistance mise en place par la famille de Benoît Michel. Sont présents  : Gaspar Michel, fils de Benoît, mais aussi Aude, sa soeur, Pierre, son beau-frère et leur fils Jules, neveu de Benoît. « Nous sommes venus de Montpellier où nous habitons désormais et nous allons courir la fin du parcours pour soutenir Benoît  », indique Aude Michel. Quentin Michel rejoindra lui le duo en calèche à Vierset-Barse.

     

     

     

    Dans la voiture, on trouve de l’eau, des sandwiches, des fruits secs et des gâteaux dont peuvent bénéficier Benoît Michel et Bernard Degrange comme ravitaillement. «  Sans oublier les chaussettes sèches et vêtements de rechange ainsi que les sparadraps pour les ampoules aux pieds  », ajoute Aude Michel. Est également présent à Nandrin au rond-point Ovide Musin, Michel Vanhove, ancien membre du club, qui va parcourir 15 km avec Benoît et Bernard pour les soutenir. La famille Michel peut suivre le duo de coureurs par GPS sur les smartphones tandis que le beau-frère, Pierre, alimente la Page Facebook de « Je cours pour ma forme à Modave » avec des photos, des vidéos et des diaporamas. Anne Duchêne, conseillère communale à Modave et ex-échevine de l’Enseignement et du Sport, est aussi venue encourager les joggeurs à Nandrin. «  J’ai lancé « Je cours pour ma forme » en mars 2013 et il y a eu 150 personnes pour la session de 0 à 5 km au bout de 12 semaines. Puis à l’automne, la session de 5 à 10 km a été lancée ainsi qu’une nouvelle session 0-5. Nous avons aussi reçu le Trophée du Mérite sportif de Modave en 2014 pour le plus grand club de Wallonie de « Je cours pour ma forme »  ». 

    Au 90e kilomètre, à Villers-le-Temple, Bernard Degrange a arrêté. Benoît Michel a poursuivi son défi, accompagné de Michel Vanhove qui s’est joint à lui à Nandrin. Après s’être reposé, Bernard Degrange a rejoint le duo pour parcourir encore une dizaine de kilomètres.

    Vers 18h15, Benoît Michel désormais accompagné d’un groupe d’une dizaine de coureurs, a passé la barre des 100km, et s’apprêtaît à atteindre l’église de Vierset-Barse.

    L’arrivée finale est prévue vers 23h !

     

    Article complet de JG clic ici avec photos etc ....

  • Modave September Fest' 18 le 31 août et 1 septembre 2018

    Lien permanent

    a 5ème édition du Modave September Fest', les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands ! 

     INFOS 

    Suarez, Jean-Baptiste Guéguan (sosie vocal de Johnny Hallyday) et Tragédie seront en tête d'affiche le vendredi 31 août ! 

    Le samedi 1er septembre, vous aurez à nouveau l'occasion de découvrir entre autres Pierre Edel (The Voice Belgique), HighVoltage plays AC/DC ou encore The Synd. 

     TICKETS 

    Vendredi : 
    Le PASS (20€) qui se trouve en vente dans tous les Night&Day, à la Fnac, sur librairie.be et à la pompe Total de Strée vous donne accès aux 2 jours du Festival ! Ainsi, si vous achetez votre billet pour le vendredi, la journée du samedi vous est offerte ! 

    Samedi :
    L'entrée est gratuite avant 18heures ! Dès 18h01, le prix d'entrée sera de 5€. A moins bien sûr que vous n'ayez votre pass 2 jours, auquel cas vous pourrez rentrer gratuitement à n'importe quelle heure. 

    - Il n'existe pas de PASS 1j uniquement pour le vendredi ! 
    - Il n'y a pas de pré-vente pour le samedi ! 

     

    Source info Modave September Fest' 18 

     

  • La caserne des pompiers vous ouvre ses portes ce samedi

    Lien permanent

    Organisé par l’Amicale des pompiers, le traditionnel « barbecue » à la caserne de Hamoir (zone de secours Hemeco) ne s’était plus tenu depuis deux ans. En cause notamment, une délocalisation opérée à la salle omnisports lors du dernier événement, qui n’avait pas attiré les foules et, dès lors, une certaine démotivation sans doute à s’investir dans une pareille organisation… Mais ce temps-là est maintenant dévolu ! L’Amicale relance ces portes ouvertes ce samedi 12 juillet.

    Le parc communal, à l’entrée du site de la caserne (rue de Tohogne nº14) deviendra donc, dès 13 heures, le théâtre de démonstrations et autres activités qui raviront petits et grands ! «  On retrouvera notamment un stand statique dédié à la désincarcération  », introduit l’adjudant David Legros, coordinateur au sein de la caserne, «  c’est-à-dire que nous y présenterons une voiture coupée et ouverte, comme lors de nos désincarcérations, mais un atelier un peu didactique s’y trouvera aussi. Tout le matériel et l’outillage nécessaire à ce type de travail seront présentés et les gens pourront les tester aussi, histoire de prendre conscience du labeur que cela peut représenter  », détaille-t-il.

    L’un des pompiers de la caserne condruzienne, fraîchement diplômé maître-chien sauveteur en recherche en décombres, proposera aussi des démonstrations de sauvetages, en compagnie de Talya. «  Des tuyaux, du béton, des pierres, etc. seront installées sur le site pour créer une sorte de terrain d’entraînement et opérer les exercices avec le chien. » 

    Des membres de l’équipe Grimp (sauvetage en milieu périlleux) seront aussi présents pour des démonstrations de leurs missions : des descentes en rappel depuis l’élévateur (venu de la caserne de Huy) devraient par exemple avoir lieu. 

    Des tours en camion de pompiers (vraisemblablement en autopompe) seront aussi proposés à tous, et l’ensemble des véhicules de la caserne seront aussi présentés (autoéchelle, ambulance, camion-citerne venu de Huy…). Des membres de l’école provinciale d’Aide Médicale Urgente tiendront aussi un stand de réanimation, où des démonstrations seront prévues sur des mannequins et auxquelles les visiteurs pourront aussi participer.

    Notons aussi qu’en raison de la canicule, le traditionnel « feu de friteuse » régulièrement organisé par les pompiers sera malheureusement annulé. «  Nous ne voulons pas prendre de risques  », confirme logiquement David Legros. «  Mais, vu la chaleur, il sera par contre prévu de lancer de la mousse dans les jardins, dans laquelle les enfants pourront jouer et apporter un peu de fraîcheur à tous !  »

    Enfin, une fois le soir venu, dès 18h, place au barbecue (10 €/personne) : une assiette de 3 viandes, crudités, pomme de terre, sauces et pain est prévue au menu.

     Si les réservations se clôturaient le 1er août dernier, quelques places sont encore disponibles. N’hésitez pas à contacter l’Amicale au 0472/17.30.12 ou via amicale.pompier.hamoir@hotmail.com pour vous ajouter.

    «  Enfin, il faut savoir que tous les bénéfices sont reversés à l’Amicale. C’est elle qui organise le souper de la Sainte-Barbe par exemple, qui rassemble les familles des pompiers, majoritairement volontaires à la caserne, mais aussi la Saint-Nicolas des enfants, ou encore si un achat est nécessaire pour le bien-être des hommes en caserne  », précise l’adjudant Legros.

     

    Article et photos clic ici 

  • Le parcours quadrille une grande partie du Condroz , il passe par Nandrin , il va courir 138 km en une journée!

    Lien permanent

    Ingénieur technique chez VWR International, une entreprise spécialisée dans la distribution de fournitures scientifiques, Benoit Michel s’est remis à la course il y a trois ans. «  Lorsque j’ai vu qu’il y avait un club « Je cours pour ma forme » à Modave, je me suis tout de suite inscrit  », explique le Modavien de 54 ans. «  Cela m’a permis de renouer avec la course après des années d’arrêt à cause du travail.  »

    En mai dernier, il a participé à la Zatonienne en Croatie, une course de 100 km en trois jours. «  C’était vraiment une très belle expérience avec des paysages magnifiques. Nous étions 30 personnes, toutes passionnées par la course. Notre but n’était pas d’arriver en première place, mais plutôt de courir tous ensemble et de s’entraider pour aller jusqu’au bout. Une idéologie que je prévaux.  »

    1.600m de dénivelé

    À la recherche de nouveaux défis, il en a trouvé un à sa hauteur. « Accompagné de Bernard Degrange, l’animateur du club, je vais essayer de parcourir toutes les promenades balisées du syndicat d’initiative du Condroz à pied  », s’enthousiasme Benoit Michel. «  C’est un parcours de 138 km avec 1.600 mètres de dénivelé. On estime qu’il nous faudra 17 heures pour y arriver.  »

    Malgré les chaleurs, les deux partenaires vont tenter de réussir leur objectif. «  Le problème, c’est la qualité de l’air qui est exécrable. On avait prévu de faire quelques pauses de 15 minutes, elles seront peut-être prolongées. En tout cas, on prendra notre temps pour boire et manger calmement. Étant donné que c’est une organisation personnelle, nous nous adapterons en fonction des circonstances. Si cela ne va vraiment pas, on le reportera à plus tard.  »

    À l’origine de ce défi, il y a une blague entre amis. «  Avec notre club, on se retrouve les lundis et les jeudis soirs. Il y a peu de temps, on cherchait un parcours pour la soirée. Nous avons emprunté l’une des promenades balisées et nous nous sommes dit que nous allions courir les 138 km (rires).  » Une idée qui n’a pas abouti sur le moment, mais qui est toujours restée dans la tête de Benoit Michel.

    Le jour J, les deux hommes ne seront pas les seuls à courir. «  Nous avons invité les autres membres de notre club à nous rejoindre pour parcourir plusieurs kilomètres ensemble.  » Pour Benoit Michel, ce défi est l’occasion de se surpasser. «  Je m’amuse plus lors de la réalisation de défis personnels que pendant des joggings.  »

    «Il va probablement terminer sans moi»

     

    Mise en place en 2013, la première session de « Je cours pour ma forme » à Modave a eu un énorme succès. «  Au départ, nous avons eu directement 150 participants  », explique Bernard Degrange, l’animateur responsable. «  Désormais, nous avons atteint une participation de croisière avec 60-70 personnes. Notre objectif n’est pas d’améliorer le niveau des participants, mais de les initier à la course. Ensuite, ils suivent leur propre chemin.  »

    En ce qui concerne le défi de Benoit Michel, Bernard Degrange, qui l’accompagnera pour le parcours, n’est pas surpris. «  Un tel challenge ne m’étonne pas de lui, c’est vraiment son truc. Je reste quand même dubitatif sur notre réussite.  » La faute à la grande distance et aux fortes chaleurs qui ne vont pas aider les deux hommes. «  En tout cas, j’essayerai de l’accompagner le plus loin possible, même s’il va probablement terminer sans moi. L’élève a dépassé le maître (rires).  »

    H.T.

    Le parcours quadrille une grande partie du Condroz

     

     

    Le départ est prévu devant l’ancienne piscine de Modave à 5h. S’ensuivront 17 checkpoints dans des villages comme Modave, Fraiture, Nandrin, Marchin, Clavier et plusieurs autres. L’occasion pour retrouver les coureurs. L’arrivée est prévue à 21h40 sur le lieu de départ.

    La liste des checkpoints :

    > Modave : rue du Village, 30 (ancienne piscine), à 5h, km 0 ;

    > Fraiture : église de Fraiture, à 7h40, km 23 ;

    > Anthisnes : château de l’Avouerie, à 10h30, km 47 ;

    > Targnon : rue Targnon (Menhir), à 11h35, km 54 ;

    > Nandrin : rue des peupliers, 9 (Le Chat Lait), à 12h50, km 65 ;

    > Nandrin : rond-point de la place Ovide Musin, à 13h55, km 74 ;

    > Saint-Severin : carrefour rues Saint-Donat - des Houssales - d’Engihoul, à 14h35, km 80 ;

    > Saint-Severin : carrefour rues Saint-Donat - des Houssales - d’Engihoul, à 15h05, km 84 ;

    > Villers-le-Temple : église, à 15h45, km 90 ;

    > Rausa : église de Rausa, 16h40, km 98 ;

    > Vierset-Barse : église Saint-Martin, à 17h30, km 103 ;

    > Marchin : place de Grand Marchin Latitude, 50, à 18h20, km 110 ;

    > Vyle-et-Tharoul : église Saint-Martin, à 19h, km 116 ;

    > Saint-Fontaine : Saint-Fontaine, à 19h45, km 122 ;

    > Les Avins : église Saint-Martin, à 20h25, km 128 ;

    > Clavier : val Tibiémont, à 20h45, km 130 ;

    > Modave : château de Modave, à 21h10, km 134 ;

    > Pont-de-Bonne : Pont-de-Bonne, à 21h20, km 136 ;

    > Modave : rue du Village, 30 (ancienne piscine), à 21h40, km 13

     

    PAR HUGO THYSE

     Article avec photos et carte =>

  • Théâtre en plein air au profit de la restauration de l’église Du 18 au 26 août à 21h

    Lien permanent

    Théâtre en plein air au profit de la restauration de l’église de Pailhe Première mondiale en français Du 18 au 26 août à 21h au Château des Goffes de Pailhe 8 représentations exceptionnelles « Le Grand Meaulnes » une adaptation du roman d’Alain Fournier.

    Possibilité de repli en cas de pluie. Infos : www.legrandmeaulnes.be

  • Toujours pas de nouvelle de Bunny !!! l'avez vous vu ?

    Lien permanent

    Chaque nuit, parfois jusqu’à 3 h du matin, Marjorie parcourt les rues de son quartier de Modave dans l’espoir de retrouver sa petite chienne disparue depuis 10 jours (11 ce samedi). Elle écoute les aboiements, jette un œil dans les jardins et les piscines. Mais rien. C’est comme si elle s’était volatilisée. Marjorie reste malgré tout convaincue que si Bunny était partie se promener dans les champs, elle serait revenue. « Elle ne fuguait jamais  ».

    Marjorie et ses deux garçons de 7 et 12 ans vivent à Modave depuis un an. Ils ont emménagé dans un bungalow avec jardin à 1km du château. C’est un site très touristique. Non loin, il y a aussi le RAVeL qui part vers Ciney. Sa petite chienne a-t-elle été emmenée par des inconnus qui la croyaient abandonnée ? Ou, pire, a-t-elle été raptée ?

    Ce jeudi, elle a décidé d’aller porter plainte à la police. «  Mais faute de preuves, ils ont refusé d’acter ma plainte ». Elle a néanmoins pu signaler la disparition de sa chienne. L’information a été enregistrée dans la banque de données nationales. Une démarche très utile, selon Fabrice Renard de la SRPA de Liège. «  Même dans deux ou trois ans, si quelqu’un tente de s’en débarrasser, il sera bloqué. J’ai connu le cas d’un vieux monsieur qui avait recueilli un chien qu’il croyait en toute bonne foi abandonné. À sa mort, ses héritiers se sont adressés à la SRPA. Comme l’animal avait été signalé « disparu », il a pu être restitué à ses propriétaires, 5 ans plus tard ».

    Que faire si vous trouvez un chien ou un chat abandonné, que ce soit Bunny ou un autre ? «  Selon la loi sur le bien-être animal, il doit être confié dans les 4 jours de sa découverte à l’administration communale ou dans un refuge agréé, comme la SRPA, par exemple  », rappelle Fabrice Renard.

    Une fois dans le refuge, les responsables ont 15 jours pour retrouver le propriétaire. Dans le cas d’un particulier, c’est 45 jours.

    Passez le délai légal, sans nouvelles des maîtres, «  Le propriétaire n’a donc plus aucun droit sur son chien », reprend Fabrice Renard. «  Mais c’est rare, la plupart des animaux sont pucés ou tatoués. Quand cela arrive, c’est souvent parce qu’il y a un problème au niveau des coordonnées, un changement d’adresse ou un nouveau numéro de téléphone qui n’a pas été signalé à la banque de données. »

    Marjorie est certaine : quand elle a quitté Ougrée pour Modave, elle a fait les modifications nécessaires. «  Mais avec ma chance, je me dis que la puce pourrait s’être démagnétisée  », soupire-t-elle.

    Selon Fabrice Renard, il s’agit là de cas exceptionnel. «  Mais il peut arriver que l’animal rejette la puce. Comme elle a la taille d’un grain de riz, on ne la voit pas nécessairement. L’idéal est de vérifier qu’elle est toujours présente à chaque contrôle chez le vétérinaire. »

    Marjorie se promet de le faire dès qu’elle retrouvera Bunny. Pour autant qu’on la retrouve, «  mais jusqu’ici, je n’ai reçu que des appels d’encouragement  »

    Elle se fait passer pour une acheteuse…

    Dans l’espoir de retrouver sa petite chienne, Marjorie a imprimé près de 800 affiches qu’elle a distribuées dans tous les refuges pour animaux et cabinets vétérinaires de la région. Elle a aussi placé des annonces sur des sites comme chiens-chats.be ou vivastreet.

    Sur Facebook, elle a publié des avis de disparition sur plusieurs groupes et plusieurs pages. «  Petite chienne noire et feu répondant au nom de Bunny, elle a eu la gueule cassée à la naissance et cela se voit  », décrit-elle pour faciliter les recherches et augmenter ses chances de la serrer à nouveau dans ses bras. Elle promet une récompense à tout qui la lui ramènera. «  Au cas où on me l’aurait volée, j’ai même publié une annonce sur un site de vente en me faisant passer pour une acheteuse ». Elle y donne un descriptif du chien qu’elle souhaiterait acquérir et qui correspond évidemment au portrait craché de la petite Bunny.

    «  Mon grand fils de 12 ans a même planté une tente dans notre jardin pour être tout de suite dehors au cas où il l’entendrait aboyer  », ajoute Marjorie.

    Si vous apercevez Bunny, ou si vous pensez la reconnaître, vous pouvez contacter Marjorie sur son GSM, au 0494/94.51.75.

    Article complet avec photos de M-CL.G. clic ici 

     

  • DJ Charl-X (Nandrin) à la Garden Party mexicaine à Ochain aujourd'hui 5 août 2018

    Lien permanent

    Dès 12 heures, palmiers, cactus et caliente accompagnés de tequila et de piments.

    Au programme, plusieurs DJ’s de la région ainsi que diverses attractions pour enfants, un tournoi de pétanque, un tournoi de mini aqua volley et une brocante organisés à l’occasion de la fête du village.

    Plus d’informations sur la page Facebook de l’événement, Spicy Garden.  

     
      
     
     

     

     
     

     

  • La gale découverte dans un logement d’accueil (ILA) Chez nos voisins

    Lien permanent

    «  On a dû faire désinfecter l’appartement et remplacer les matelas. On a dû également dû donner des soins à une assistante sociale qui avait contracté la maladie.  »

    Autre point abordé au Conseil : l’arrivée de quatre nouvelles fenêtres pour l’école primaire des Gottes. «  On a bien réaménagé l’école lors du premier semestre de cette année. On s’est dit que ce serait bien d’avoir 4 nouvelles fenêtres  », indique le premier échevin, Éric Thomas. Les fenêtres disposent de grille d’aération et sont dotées d’un double vitrage.

    Le coût des travaux revient à 11.000 euros. «  On espère que pour les vacances de Toussaint, ce sera fait.  »

    Par ailleurs, une modification budgétaire au CPAS était au programme du Conseil communal de Modave ; et pas des moindres. En effet selon Pierre Halut, l’aide sociale globale a augmenté de 40.000 euros cette année. 8.000 euros supplémentaires sont notamment alloués au revenu d’intégration sociale.

    «  De plus en plus de jeunes font appel au CPAS, notamment dans le cadre de leurs études  », indique Pierre Halut. «  C’est une situation inédite.  » Le CPAS de Modave compte autour 45 demandeurs.

     

     

    PAR J.G.

     L'ACTU DE HUY 
     
     
  • La belle histoire des dépanneurs du Condroz en photos et vidéo

    Lien permanent

    C’est en 88 qu’Olivier Lallemand, 62 ans aujourd’hui, a lancé seul ‘Dépannage du Condroz’, à Ouffet. «  Jusque-là, j’avais été prof de mécanique industrielle et auto dans plusieurs écoles, mais j’avais aussi travaillé dans une entreprise à Ivoz-Ramet. J’avais déjà un petit garage qui tournait après-journée  », introduit-il. Il acquiert au départ une petite remorque-plateau pour dépanner les voitures «  mais je me suis vite rendu compte qu’on ne savait pas faire grand-chose avec ça  », lance-t-il.

     

     

    Raison pour laquelle, un an plus tard, il achète son premier camion-plateau, fait sur mesures en Flandre. «  À l’époque, il y avait beaucoup de petits dépanneurs un peu partout. J’ai tapé fort en achetant le camion que personne n’avait. C’était alors une fameuse innovation ! Il coûtait 750.000 francs belges et personne ne mettait alors ce prix-là dans du matériel. Au fil du temps, les autres ont commencé à disparaître… Je ne dis pas que c’était à cause de moi. Certains sont partis à la pension, d’autres n’arrivaient plus à suivre…  »

    Olivier Lallemand possédait aussi un atelier de réparation. Aujourd’hui, cela s’est doucement arrêté : «  Concilier les deux avec le dépannage, seul, ce n’était pas évident. Mais je suis convaincu que, pour être un bon dépanneur, il faut aussi être mécanicien. Ne pas savoir expliquer aux gens la raison de leur panne de voiture, ce n’est pas imaginable.  »

     

    4 véhicules

    Au fil des ans, l’Ouffetois a donc mené sa barque, modernisant quand faire se peut ses véhicules de travail. «  J’en possède 4 aujourd’hui, jusqu’à 44 tonnes. »

    Il y a 10 ans, son fils Jean-Michel, alors âgé de 18 ans, le rejoint dans l’aventure. Comme d’autres « fils de… », il a baigné dans le milieu du dépannage dès sa sortie du berceau. «  Dès que j’ai pu me tenir debout, j’accompagnais papa dans le camion  », se souvient-il. «  Je n’ai finalement jamais fait autre chose que le dépannage, et je ne supporterais pas  », sourit celui qui s’est même fait tatouer la société sur le bras (cf. encadré ci-dessous). «  J’ai commencé avec un petit camion et je sais faire de tout aujourd’hui. »

    Malgré les circonstances dans lesquelles les dépanneurs doivent évoluer aujourd’hui, Jean-Michel ne craint pas pour l’avenir. «  Certains savent faire leur métier, ceux-là resteront. »

    Il concrétise d’ailleurs actuellement la construction d’un grand dépôt au sein du zoning industriel d’Ouffet. «  Nos trois petits sites actuels sont trop petits. Ici, on aura une surface de 1.200m² sur 3.200m² de terrain. Il devrait être opérationnel courant 2019. D’autant qu’on se lance officiellement dans le dépannage des poids lourds, même si on le fait déjà un peu. Il y a un vide à ce niveau-là dans le Condroz… On est en train de mettre en place une collaboration avec Cronos, à Grâce-Hollogne. Non, l’avenir ne nous fait pas peur, au contraire, on y croira toujours  », a-t-il conclu. 

    «On a dépanné un avion tombé dans un pré à Ferrières»

     

    Olivier Lallemand se souvient d’une intervention toute particulière. «  Il y a des années d’ici, je ne saurais plus vous dire exactement quand... La police -qui était la gendarmerie encore à l’époque- m’appelle pour dépanner...un avion ! Au début, j’ai même cru que c’était une blague. Mais c’était bien réel: un petit 6 places à moteur s’était crashé dans un pré, à Ferrières, suite à un looping râté. Il y a tout de même eu deux morts. Mais je ne pense pas que beaucoup de dépanneurs aient eu l’occasion d’intervenir sur un avion...  »

    E.D.

    «Vivre avec moi, c’est accepter le métier»

     

     

    Jean-Michel Lallemand, 27 ans, grandit dans le milieu du dépannage depuis sa naissance. Et il adore ça ! Au point qu’il se l’est même inscrit dans la peau : sur son bras gauche est tatoué « Towing Lallemand & Son since 1989 » (comprenez « Dépannage Lallemand & Fils depuis 1989 », en anglais). Dans les orbites d’une tête de mort sont placés aussi deux « crochets », servant à accrocher les véhicules pour les dépanner.

    Le dépannage, au-delà d’une passion, c’est sa vie. Son désir toutefois aujourd’hui ? Trouver celle qui acceptera de la partager. «  Il faut trouver la bonne personne. Ce n’est pas évident d’accepter d’être avec quelqu’un qui travaille 24h/24, 7j/7 et qui ne prend jamais congé. Celle qui voudra vivre avec moi devra apprendre aussi à vivre avec mon métier  », confie-t-il.

    Et son père Olivier se poursuivre : «  Si je pouvais emmener un jour son fils dans mon camion, comme je l’ai fait avec lui, j’en serais super heureux… Mais il y a le fils de ma fille, qui a 4 ans, et qui nous parle quand même déjà du dépannage. La relève est peut-être déjà assurée », sourit-il.

    E.D.

    «C’est dur, la mort, on ne s’y fait jamais...» 

    «  Le métier de dépanneur, ce n’est pas un métier comme les autres, c’est un sacerdoce ! Si vous ne l’avez pas dans les tripes, vous ne saurez jamais le faire  », se livre Olivier Lallemand. «  Il faut être fait à tout, de tous temps, de toutes heures… Mais ce n’est pas encore le plus difficile. Ce qui est compliqué, c’est de se faire à tout ce qu’on peut voir, sentir et entendre  », détaille-t-il.

    Le dépanneur fait allusion aux accidents parfois dramatiques auxquels il est confronté régulièrement. «  Psychologiquement, c’est difficile. Certains soldats de retour de guerre sont suivis toute leur vie, alors qu’ils n’ont peut-être pas vu la moitié de ce que j’ai pu voir. J’ai peut-être mis plus de gens dans un cercueil que certains croque-morts. On doit vraiment se blinder… Que ce soit pour faire face à la mort, à la tristesse des familles et des proches qu’il faut parfois gérer aussi derrière, aux experts et au parquet… Je peux vous dire, j’ai plus de 30 ans de carrière, et on ne s’y fait jamais.  »

    E.D.

    1-thumb.29.jpg

    3266561432.jpg

    Article et photos clic ici