Accident de la route - Page 4

  • Embardées au rallye Micky Engis-Nandrin ,photos de Yernée Nandrin

    DSC_0763.jpg

    Le rallye sprint Micky vivait ce week-end sa trente deuxième édition sur des parcours traversant plusieurs communes de la vallée mosane et du Condroz hutois. 
    Ce dimanche a été marqué par quelques embardées sans aucune gravité.
    Dès le début de la matinée, une voiture s’est retrouvée dans les arbres, dans la descente du bois de Yernée. Plus tard dans la journée,c’est l’équipage 42 qui,après avoir loupé un virage dans le bois de Magnery, a terminé sa course contre un arbre.
     Le pilote Sébastien Frehisse, d’Aywaille, et son copilote David Borlez, ont dû être désincarcérés de leur véhicule par les services de secours.
    Transportés à l’hôpital, ils avaient déjà rejoint le chapiteau de la course en milieu d’après-midi.
    « La voiture numéro 1, pilotée par le vainqueur de l’an dernier, a également effectué des tonneaux », explique le directeur de course Louis Delincé.
     « Et peu avant 17 heures, c’est la voiture 254 qui terminait sa course sur le toit, tout près de l’entreprise Remans à Hermalle-sous-Huy.
     La course a donc été interrompue à plusieurs reprises, mais rien de grave n’est à déplorer. » 
     
    Article de DIDIER DE HOE dans le journal La Meuse de H-W du 1 septembre 2014 
     
    Photos de Jeannick Piron 
     
     
     

  • Accident de moto entre Nandrin et Yernée Mercredi 30 juillet 2014

    2.jpg

    Mercredi 30 juillet2014 en fin de journée  ,accident de moto entre Nandrin et Yernée  .
     
    Un Blessé,constat de la police .
     

    1.jpg

  • Nandrin Contrôles routiers ce week-end

    16 juin zone.JPGCe week-end, durant la nuit de samedi à dimanche,des contrôles routiers ont été organisés par 3 des 4 zones de police de l’ancien arrondissement judiciaire de Huy
    (Condroz, Huy et Meuse-Hesbaye)
    en collaboration avec la police fédérale.
     Une trentaine de policiers dont un maître-chien drogues étaient présents sur les différents dispositifs mis en place. 
    Ces contrôles étaient organisés dans le cadre du plan d’action « sécurité routière » démarré en septembre 2003 par la police fédérale de Huy et les 4 zones de police et s’inscrivent dans le cadre de la campagne d’été de l’IBSR : « Avant de sortir,
    n’oubliez pas de « Bobber » ».
      Ils étaient dès lors orientés principalement sur la conduite sous influence de l’alcool.
    De 23h30 à 6h30, des contrôles ont été organisés notamment à Amay, Huy, Nandrin et Wanze.
    Un peu plus de 250 véhicules ont été contrôlés et environ 80 automobilistes ont été soumis à un test de l’haleine : 5 se sont vus imposés une retenue du permis de conduire de 3 h pour un taux mesuré compris entre 0.5 et 0.8 gr d’alcool par litre de
    sang, 4 une retenue de 6 h pour une taux supérieur à 0.8 gr/l.
    Pour 6 autres, le Parquet a ordonné un retrait de permis pour une durée de 15 jours : 5 pour une taux supérieur à 1.5 gr/l de sang dont un avec un taux proche de 2.2 gr/l et un jeune, titulaire du permis de conduire depuis moins de 2 ans, contrôlé avec un taux supérieur à 0.8, s’est vu infligé la même durée de retrait mais à terme il risque un retrait définitif. 
    Un autre conducteur, intercepté, était sous l’influence de produits stupéfiants.
    Tous ces automobilistes seront probablement amenés prochainement à devoir s’expliquer devant le tribunal de police.
    Par ailleurs, 7 procès verbaux ont été rédigés pour diverses autres infractions. 
    A plusieurs reprises, des conducteurs ont tenté de se soustraire aux contrôles, en faisant notamment demi-tour à l’approche du dispositif en place, et des policiers placés en retrait ont pu les intercepter… Ces conducteurs, en dehors de l’éventuelle infraction commise lors de leur tentative de fuite (3 franchissements de ligne blanche), étaient pour la plupart pris en défaut dans d’autres domaines : conduite sous influence, défaut d’assurance, absence des documents,…
    Un véhicule a été saisi pour défaut d’assurance.
     Par ailleurs, lors de ces contrôles, 3 gr de produits stupéfiants ont également été saisis.
     
     
    Article du journal La Meuse H-W du 16 juin 2014 

  • Nandrin :« Mon fils tué alors qu’il allait être papa ! »

    tomballe R.JPG

    Fatima, la maman de Raphaël Tomballe, est inconsolable.

    Son fils allait réaliser son rêve.

    Une maman a perdu son fils, et un enfant son papa,ce 27 avril, sur la route du Condroz, à Nandrin. 
    Pour la première fois, la maman de Raphaël Tomballe, écrasé par Jean-Claude Nanni à la sortie du Monastère, témoigne. 
    Elle confie qu’avant sa mort, son fils et sa compagne avaient découvert qu’ils allaient devenir parents.
     
    Pas un jour ne passe sans que Fatima Nifa se rende au cimetière.
    Elle nous confie qu’elle en ressent le besoin, pour parler à son fils. 
    Depuis ce 27 avril, cette maman de Jemeppe-sur- Meuse est inconsolable.
     Ce terrible dimanche, son fils Raphaël Tomballe, 27 ans, a été écrasé par la voiture de Jean-Claude Nanni, alors qu’il se trouvait sur la route du Condroz, à la sortie du Monastère (Nandrin).
    Une véritable tragédie pour toute la famille du jeune homme. 
    D’ailleurs, quand on lui demande comment elle va,Fatima nous confie : « C’est très difficile de me dire qu’il n’est plus là. 
    Il vivait avec moi à l’appartement.
    Il me manque si fort.
    C’était mon premier enfant.
    Nous avions une relation fusionnelle.
    J’ai des prothèses aux genoux.
    Raphaël était toujours là pour m’aider ».
    Un deuil d’autant plus difficile puisque cette maman n’a pas pu dire adieu à son fils. 
    « Il avait 138 fractures.
     Je n’ai pas pu le voir… », nous raconte-telle, très émue. 
    Si Fatima a perdu son fils lors de cette terrible nuit, la compagne de Raphaël devra, quant à elle, élever seule son enfant.
    Avant de mourir, le Jemeppien venait de découvrir qu’il allait devenir papa, pour la première fois.
     Un rêve qui allait se réaliser pour lui. 
    « On ne connaît pas encore le sexe de l’enfant.
     Mais ce petit va être orphelin », poursuit la maman.
    « Il vivait encore chez moi, mais il allait de temps en temps chez sa copine », ajoute-t-elle.
    Fatima a déjà d’autres petits-enfants, c’est pour eux qu’elle trouve la force de vivre. 
    Et si elle garde toute cette douleur en elle, c’est aussi de la colère qu’elle ressent lorsqu’on lui parle de Jean-Claude Nanni.
     Le Herstalien vit avec un bracelet électronique. 
    Une décision trop laxiste pour la famille.
     « Lui, il est là, chez lui, alors que mon fils n’aura plus jamais cette chance. 
    J’aurais voulu que le juge fasse de lui un exemple, pour qu’il prenne conscience de ce qu’il s’est passé, et que les jeunes comprennent les dangers de l’alcool ».
    Fatima a demandé qu’une rencontre soit organisée entre elle et Jean-Claude Nanni. 
    Mais ni lui ni son avocat n’ont accepté.
    « J’aurai voulu lui parler, dans les yeux. 
    Je suis tellement en colère qu’il ne fasse pas de prison ».
    La maman ne veut pas que ce drame de la route tombe dans l’oubli. 
    Elle souhaiterait qu’une marche blanche suivie d’un lancé de ballons soit organisée.
    Mais cela se fera quand Raphaël sera dans sa tombe. 
    Actuellement, il repose dans un caveau communal.
     La maman doit encore payer 450 euros pour les funérailles, qui s’élevaient à environ 2.000 euros. 
    Heureusement,grâce à la soirée organisée par la famille du défunt et à l’aide du Monastère (voir encart),elle a déjà pu réunir une belle somme pour que son fils puisse reposer en paix. 
     
    Article de DÉBORAH TOUSSAINT dans le journal La Meuse de Huy -Waremme du 14 juin 2014
     
    La boîte de nuit a donné 600 euros
     
    Après la mort de Raphaël, beaucoup de ses amis ont souhaité parler au nom de la famille. 
    C’est d’ailleurs la première fois que sa maman s’exprime.
    Et selon eux, le Monastère qui avait promis d’aider les proches à payer les funérailles n’a pas tenu sa promesse.
     D’ailleurs, la boîte de nuit a été insultée sur Facebook. 
    Pourtant, Fatima et Luc Hoven, le patron de la discothèque, confirment que la somme de 600 euros a bel et bien été versée. 
    « J’avais promis cette somme, et je l’ai donnée. 
    On voulait amener un peu de réconfort.
    Mais nous n’étions pas obligés de le faire. 
    Et ce drame n’est pas de notre faute », nous raconte le patron.
    Ce dernier avait également annoncé qu’une soirée en l’hommage de Raphaël serait organisée dans son établissement. 
    Mais depuis l’annonce,plus de nouvelle.
     «J’ai vu les proches. 
    Je leur ai donné des dates et tous les éléments pour mettre en place la soirée. 
    Mais je n’ai plus eu de contact, et je ne sais pas ce qu’il est en est. 
    Il y a eu un problème d’organisation ». 
     
    article de D.T journal La Meuse H-W du 14 juin 2014 
     
     
     
  • Nandrin: Raphaël Tomballe, tué alors qu'il changeait une roue, allait être papa...

    tomballe R.JPG

    Une maman a perdu son fils, et un enfant son papa, ce 27 avril, sur la route du Condroz, à Nandrin. Pour la première fois, la maman de Raphaël Tomballe, écrasé par Jean-Claude Nanni à la sortie du Monastère, témoigne.

    Elle confie qu’avant sa mort, son fils et sa compagne avaient appris qu’ils allaient devenir parents.

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

    Retrouvez notre reportage complet dans La Meuse Liège de ce samedi et dans nos éditions en numérique , via l’adresse http://num.sudinfo.be

     

     

  • Accident rue de la gendarmerie à Nandrin mercredi 11 juin 2014 à 18 h 30

    SAM_5710.jpg

    Mercredi vers 18h30, un accrochage au ralentisseur rue gendarmerie. 

    Deux voitures s'étaient engagées lorsqu'une troisième est descendue sans s'arrêter, la première voiture engagée a freiné (une dame et 2 enfants à bord) la 2ème (une dame seule) l'a emboutie. 

    Constat par la police

     

    Les photos par sympathie de V.L. de Nandrin 

    SAM_5709.jpg

    SAM_5714.jpg

  • La route du Condroz N 63 a encore tué

    2.jpg

    Il est 5 heures, ce dimanche,lorsqu’un riverain de la route du Condroz, à Neupré,entend un bruit assourdissant.
    Une voiture, qui circulait dans le sens Liège-Marche, vient de s’enrouler autour d’un poteau d’éclairage.
    Les faits se sont produits entre le magasin Carrefour de Neupré et le cimetière américain.
    À bord de la Fiat Punto, quatre jeunes, deux garçons et deux filles âgés entre 18 et 23 ans. 
    Des témoins viennent rapidement s’enquérir de l’état de santé des blessés et appellent les secours. 
    « Je suis arrivé sur les lieux 3 minutes après l’accident », explique un témoin sur notre site internet.«Un riverain avait déjà téléphoné aux secours.
    Je me suis occupé des filles qui étaient à l’arrière de la voiture.
    En attendant que les secours arrivent,le riverain s’occupait de faire ralentir les voitures avec une lampe électrique. »
     Arrivé sur place, le médecin du SMUR ne peut malheureusement que constater le décès du passager avant, Alexandre Alonso Martino, un jeune homme originaire de Beyne-Heusay, âgé d’à peine 20 ans. Les trois autres ont dû être désincarcérés et ont
    été transportés vers les hôpitaux du CHU et du Bois de l’Abbaye.
     Le conducteur, Frédéric De Santis (23 ans) est blessé très grièvement et au moment de son transfert à l’hôpital, ses jours étaient en danger.
    La circulation sur la route du Condroz a dû être interrompue jusqu’à environ 8 heures pour éviter d’autres accidents. 
    Un expert du parquet de Liège est descendu sur les lieux, et une enquête est en cours.
     À l’heure actuelle, rien ne permet d’affirmer que la vitesse et/ou l’alcool soit en cause dans ce terrible drame. 
    article A.M dans le journal de H-w du 19 mai 2014 

    1.jpg

    3.jpg

    presse 2.JPG

  • Accident N63 route du Condroz Nandrin dimanche 11 mai 2014

    1.jpg

    Route du Condroz Nandrin N63 le lieu dit La tolle dans la nuit de samedi à dimanche 2 h du matin accident pas de blessé !!!

    Enlèvement du véhicule par le dépannage du Condroz d'Ouffet clic ici  .

     

     

    2.jpg

     

  • Éric Balthazar famille bien connue de Nandrin,n’arrive toujours pas à se remettre de la disparition d’Adrien il y a un an

    balthazar.JPG

    Photo SO 

    « Je ne sais toujours pas pourquoi mon fils est mort »
     
    Le 12 mai, cela fera un an que la vie d’Éric Balthazar est devenue un véritable enfer. 
    Il a appris le décès de son fils adoré, Adrien, dans un accident de voiture.
     Depuis les faits, il ne comprend toujours pas ce qui a bien pu se passer et, comme il le dit lui-même, ce papa ne parvient pas à recommencer à vivre.
     
    Éric Balthazar est un homme solide, imposant. 
    Cet entrepreneur indépendant n’a pas l’habitude de se plaindre. 
    Mais depuis un an, il n’est plus le même homme et il l’avoue avec une sincérité désarmante. 
    Ce père de famille costaud est aujourd’hui un homme brisé.
    «  Je me lève tous les matins avec la même question en tête : pourquoi ? Je n’arrive toujours pas à me remettre du départ de mon fils. 
    C’est un calvaire pour moi de me lever le matin, de tenter de reprendre un quotidien normal ».
    Le 12 mai prochain, cela fera un an qu’Éric a perdu son fils adoré, Adrien, dans un accident de la route.
    Le jeune homme de 22 ans roulait ce dimanche matin de mai 2013 sur l’autoroute E42 entre Namur et Liège. 
    Aux alentours de 7h du matin, il a perdu le contrôle de son véhicule, fait une embardée et percuté la berne centrale avant que sa voiture ne parte en tonneaux.
    Adrien est décédé sur le coup.
    Pour le papa, Éric, l’annonce de la mort de son fils a fait l’effet d’une bombe : « On ne sait toujours pas ce qui s’est réellement passé.
     Adrien allait travailler, mais on ne comprend pourquoi il était sur cette route.
     Il habitait à Nandrin, ce n’était pas son chemin pour aller à Liège ».
    Aujourd’hui, Éric s’est fait à l’idée qu’il ne saurait jamais vraiment pourquoi Adrien était là-bas. 
    « Il faut faire avec. L’enquête a démontré qu’il n’avait pas bu, c’est déjà un grand soulagement pour moi. 
    Pour le reste,on doit se faire à l’idée qu’on n’aura pas plus de réponses et tenter de passer à autre chose ».
    Passer à autre chose, c’est bien le problème d’Éric aujourd’hui : « J’ai vécu des moments difficiles.
    Aujourd’hui, il ne me reste que des photos, quelques souvenirs de mon fils. 
    Je n’arrive toujours pas à l’oublier un peu.
     Je ne vis plus comme avant. 
    La mort d’Adrien a créé des bouleversements dans notre famille, il y a eu des tensions.
    J’essaie de garder les liens serrés, mais c’est tellement dur pour tous ceux qui l’aimaient,pour sa soeur, sa compagne ».
    Après une année horrible, Éric envisage de se faire aider : « Je crois que je vais devoir en passer par là pour m’en sortir.
    Je ne peux pas continuer comme ça. 
    Je reçois énormément de soutien,mais je souffre toujours autant.
     Le temps n’apaise pas la douleur et je crois qu’un soutien médical pourrait peut-être m’aider à accepter les choses telles qu’elles sont ».
    Éric tien tout de même à remercier tous les gens autour de lui qui ont tenté de le soutenir dans son drame : « Je pense surtout à Justine, la compagne d’Adrien. 
    Elle aussi vit toujours aussi mal ce qui s’est passé. 
    Elle mérite de vivre heureuse. 
    Il y a aussi ma compagne, une personne exceptionnelle qui a compris et a été très patiente. 
    Et puis,mes collègues, mes amis, les proches, la famille. 
    J’ai reçu beaucoup de témoignages d’affection.
    Adrien était très connu et très apprécié dans la région. 
    C’était un garçon gentil, un parrain attentionné.
    Il mérite qu’on rende hommage à sa mémoire, qu’on se souvienne de lui ». 
     
    Article de NOÉMIE BOUTEFROY pour le journal La Meuse H-W du 8 mai 2014
     
    Des arbres plantés à la mémoire du jeune Adrien
     
    Éric Balthazar n’est pas le seul qui ne parvient pas oublier son fils. 
    Ses amis, ses collègues, sa famille et particulièrement sa compagne, Justine gardent tous en mémoire le souvenir d’Adrien, qui était particulièrement apprécié.
    « Quand il est décédé, j’étais en France, avec le comité de jumelage de Saint-Séverin. 
    Je suis rentré aussitôt que j’ai su. 
    C’est mon père, Hubert Balthazar qui a créé l’association, alors nous sommes très proches. 
    Alors le comité de jumelage a décidé de faire un geste pour Adrien.
     Il y a eu une petite cérémonie et un arbre a été planté au nom de mon fils. Le village jumelé, Saint-Séverin en Charente, a fait la même chose.
     Ça nous a touchés ».
    Mais c’est au quotidien qu’Éric se rend compte que son fils avait des amis fidèles : « Ses collègues, son patron, de l’entreprise System D, ont été très présents.
    Ils ont continué à me donner des nouvelles régulièrement.
    Ils passent me voir parfois, ses amis aussi. Je garde aussi énormément de contacts avec Justine, sa compagne. 
    Mais j’aimerais qu’elle puisse passer à autre chose et je ne veux surtout pas être un frein à sa vie.
     Elle est très jeune et elle mérite d’avoir une vie heureuse ».
    Les collègues d’Éric ont aussi soutenu leur ami dans les moments difficiles : « Ils ont été présents quand j’ai pris des congés, pour m’aider. 
    C’était très sympa ». 
    Article de N.B. dans la Meuse H-W du 8 mai 2014 
     
     
  • Nandrin Cinq blessés, dont un grave, dans une violente collision photos et vidéo

    DSC_0134.jpg

     

    Article de DIDIER DE HOE pour le journal La Meuse H-W du 5 mai 2014 
     
    L’embardée est survenue hier en début d’après-midi, dans la rue de Dinant qui relie le carrefour des Quatre-Bras à celui de Saint-Vitu.
     
     Un jeune homme a perdu le contrôle de sa Porsche qui a percuté une Alfa Roméo, à bord de laquelle se trouvaient un sexagénaire, son épouse et leur  petit-fils âgé de 2 ans
     
    Les pompiers de Huy ont été appelés ce dimanche vers 13H30 dans la rue de Dinant, à la limite des entités de Nandrin et Tinlot, où une violente embardée venait de se produire.
     
    Le jeune conducteur (21 ans) circulait à bord d’une Porsche Cayenne en direction des Quatre-Bras de Nandrin lorsqu’il en a perdu le contrôle, pour une raison encore indéterminée.
     

    nandrin cinq blessés,dont un grave,dans une violente collision

    A l’heure du passage de la Phillippe Gilbert, la randonnée cycliste partie d’Aywaille et devant rallier le Mur de Huy, trois véhicules étaient arrêtés à cet endroit.
    Le jeune conducteur aurait tenté de les éviter, se déportant et percutant de plein fouet une Alfa Romeo, venant dans l’autre sens. 
    La collision a été particulièrement violente.
    La Porsche a effectué plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser.
     
    Lors de l’accident, le conducteur était accompagné d’un ami habitant le village voisin de Scry. 
    Selon certains témoignages recueillis sur place, ils venaient de la boulangerie où ils avaient acheté quelques tartes à partager en famille.
    Tous les deux blessés, ils ont été transportés à l’hôpital liégeois du Bois de l’Abbaye.
     
    Dans la seconde voiture impliquée se trouvaient un couple de sexagénaires originaires de Seraing et leur petit-fils âgé de deux ans.
     
     Ils venaient alors de Boncelles. 
    Le conducteur et l’enfant ont été légèrement blessés et transportés sur le site de l’hôpital Notre-Dame des Bruyères (CHU) à Chênée.
     
    Quant à la passagère de l’Alfa Romeo, elle a dû être désincarcérée de la voiture par les pompiers de Huy. 
    Grièvement blessée, elle a ensuite été prise en charge par l’hélicoptère médicalisé de Bra-sur- Lienne. 
    Au moment de son admission au CHU de Liège, son pronostic vital était engagé.
     
    La rue de Dinant a été fermée à la circulation durant une bonne partie de l’après-midi de dimanche.
    Un expert judiciaire a été dépêché sur les lieux à la demande du parquet de Huy. 
    Les circonstances exactes de l’accident doivent encore être déterminées.
     Selon le Parquet, les devoirs d’ivresse se sont révélés négatifs pour les deux conducteurs.
     Le dépanneur Munsters, de Crisnée, a enlevé les véhicules.
     
     
    Article de DIDIER DE HOE pour le journal La Meuse H-W du 5 mai 2014 
     

     
     
    Vidéo 
     

  • Nandrin 1.100 € récoltés pour Raphäel

    accident du 27 avril 2014.JPG

    La soirée-cagnotte organisée samedi soir au café Le Bienvenu de Seraing a porté ses fruits. Au total, 1.100 euros ont été récoltés pour couvrir les frais de l’enterrement de Raphaël Tomballe, le jeune Jemeppois fauché route du Condroz alors qu’il remplaçait la roue d’une
    amie. «On a notamment mis une photo du Standard aux enchères.
    Elle est partie pour 600 euros », raconte David, un ami de la victime.
    250 à 300 personnes s’étaient réunies pour l’occasion. 
    «Même des gens de l’extérieur ! On remercie d’ailleurs le journal La Meuse pour avoir annoncé la tenue de cette soirée. 
    On est vraiment très content de la mobilisation », glisset- il encore.
    Avec les diverses cagnottes organisées à droite et à gauche, la famille de Raphaël Tomballe compte 3.000 à 3.500 euros de dons. 
    De quoi couvrir les funérailles du jeune homme parti trop tôt.
    Pour rappel, le Jemeppois de 27 ans est décédé dimanche dernier, aux petites heures du matin, après être sorti au Monastère.
    Percuté, route du Condroz, par la voiture de Jean-Claude Nanni, un Herstalien de 21 ans, Raphaël Tomballe est mort sur le coup. 
    Le chauffard dit ne pas se souvenir du choc. 
    Sa détention préventive avec un bracelet électronique a été prolongée vendredi par la Chambre du Conseil de Huy. 
     
    Article de A.G. AVEC D.DH pour le journal La Meuse Huy -waremme du 5 mai 2014 
  • Grosse collision à Nandrin route de Dinant : cinq blessés, dont un petit enfant de deux ans

     

    1.jpg

    Un grave accident impliquant deux voitures est survenu, dimanche en début d’après-midi, sur la route de Dinant, à Nandrin (province de Liège), a-t-on appris auprès des pompiers de Huy. Cinq personnes ont été blessées, dont au moins une grièvement. L’intervention de l’hélicoptère médicalisé de Bra-sur-Lienne a été requise.

     

    Voir article sur le sujet clic ici 

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

     

     

     

     

     

     Vidéo


    Accident 4 mai 2014 route de Dinant Nandrin par BlogNandrin 

  • Le soutien à Nanni crée la polémique,la famille de Raphaël Tomballe, qu'il a fauché à Nandrin, veut sa fermeture

    page facebool nanni.JPGUne page Facebook créée pour soutenir Jean-Claude Nanni, le Herstalien qui a tué Raphaël Tomballe dimanche à Nandrin avant de s’enfuir, crée la polémique. 
    Les proches de la victime réclament la fermeture de ce groupe, qu’ils jugent indécent, mais appellent également au calme.
     

    Mardi, Facebook a vu naître la page « Soutient a jean Claude Nanni » (texto), du nom de ce jeune Herstalien soupçonné d’avoir renversé Raphaël Tomballe dans la nuit de samedi à dimanche à Nandrin, à une encablure du Monastère. Raphaël Tomballe, un Jemeppien de 27 ans, est mort sur le coup. Le chauffard avait quant à lui pris la fuite sans demander son reste. Il a toutefois été interpellé le lendemain.

    Quelques instants après les faits, il avait en effet été à l’origine d’un second accident. Et il avait cette fois laissé ses coordonnées à la conductrice du véhicule, avant de repartir.

    Les Dépanneurs du Condroz, qui sont intervenus sur les deux accidents, ont rapidement fait le lien entre les deux liens. Et les policiers ont fait le reste, grâce aux coordonnées laissées par Jean-Claude Nanni lors du second accrochage. Ce Herstalien de 21 ans, qui roulait sous licence, a été placé sous mandat d’arrêt mais a pu rentrer chez lui, muni d’un bracelet électronique. Mesure sur laquelle se penchera ce matin la chambre du conseil de Huy, devant laquelle il doit comparaître.

    Est-ce en vue de cette échéance que ses amis ont créé cette page Facebook, appelant à soutenir «  cet homme ayant un grand coeur, toujours là pour aider les autres  », une page créée «  pour soutenir la personne, pas ses actes, (…) car prendre la vie de quelqu’un, c’est quelque chose qu’on garde à vie sur la conscience »  ? Seule certitude, cette initiative passe très mal auprès des proches de Raphaël Tomballe, dont les funérailles se dérouleront au même moment. Et ce même malgré un renvoi vers le groupe Facebook créé en hommage à Raphaël Tomballe sur la page de soutien à Jean-Claude Nanni.

    «  La famille était déjà très mal en apprenant qu’il était chez lui avec un bracelet électronique,soulignent David Dartevelle et David Goffart, deux amis de Raphaël Tomballe. Personne ne trouve ça normal. Et puis il y a cette page Facebook. Maintenant, la famille est vraiment en colère. Pour eux, ce soutien à Jean-Claude Nanni est déplacé et provocateur.  »

     

    Ils ont d’ailleurs contacté Facebook par mail pour demander la suppression de cette page, mais leur démarche n’avait, en tout cas, pas abouti hier en fin de journée.
     Au grand dam de certaines connaissances de Raphaël Tomballe qui semblent mêmes prêtes à en découdre physiquement avec ceux qui apportent leur soutien à celui qui a causé la mort de leur ami.
     Ce que ne cautionnent ni la famille ni les amis proches du Jemeppien.
    «Les menaces, on n’est pas du tout pour, confirme David Dartevelle.
    On ne veut pas que la situation dégénère, on ne veut pas de représailles ou de problèmes entre les deux familles. 
    Ce qu’on souhaite, c’est la paix pour notre ami, et une justice correcte, qui applique vraiment les lois, pour Jean-Claude Nanni. » 
     
    Article de GEOFFREY WOLFF dans le journal du 2 mai La Meuse H-W 
     

    Accident Nandrin Jean Claude 29 avril 2014.JPG

  • Le chauffard de Nandrin libéré avec un bracelet

    accident 30 avril 2014.JPG

    Le chauffard qui a tué Raphaël Tomballe, dimanche matin, à la sortie de la discothèque le Monastère est chez lui. 
    Il est toujours sous les liens du mandat d’arrêt, mais a pu bénéficier du bracelet électronique.
    « La loi permet que cela se passe comme ça.
     C’est la décision du juge d’instruction qui a estimé que cette solution était opportune dans ce cas précis », explique la substitut du procureur chargée du dossier, Isabelle Deprez.
    « Ce jeune homme n’est pas un délinquant. 
    Il n’a pas de casier.
    Même s’il n’est pas totalement en aveu, il a expliqué qu’il ne se souvenait pas des faits et admet qu’il est possible que ce soit lui ».
    Jean-Claude Nanni, un Herstalien de 21 ans, a percuté Raphaël Tomballe, alors qu’il changeait une roue au bord de la voirie.
    Selon les premières informations, Jean-Claude Nanni était accompagné d’un ami, qui lui a dit qu’il avait percuté quelque chose.
     Il a expliqué aux enquêteurs qu’il pensait avoir heurté une barrière.
    Ce n’est que quelques kilomètres plus loin, après avoir provoqué un accident avec une autre voiture, que Jean-Claude s’est arrêté et a laissé ses coordonnées.
    Il a ainsi pu être identifié et retrouvé.
    Interpellé, il a été présenté au juge d’instruction et placé sous mandat d’arrêt.
    « Il n’est pas libre. Certes, il est chez lui, mais il n’a pas la possibilité de sortir, d’aller travailler. 
    Il ne pourra quitter son domicile que pour se rendre vendredi matin à la chambre du conseil de Huy », précise encore Isabelle Deprez, substitut du procureur.
    Des devoirs d’enquête sont encore en cours pour déterminer les circonstances exactes du drame. 
    La question est de savoir où se trouvait précisément la victime, sur la chaussée ou sur le bas-côté au moment de l’impact.
    La famille de la victime devra attendre encore pour savoir ce qui s’est passé. 
    Raphaël Tomballe, ce Jemeppien de 27 ans, sera inhumé ce vendredi 2 mai.
    La levée du corps aura lieu à 9h du matin, au funérarium Tejean, rue Antonin Delville à Jemeppe, dans l’intimité.
     Les visites au funérarium se font de 16h à 19h. 
     
     
    Article de NOÉMIE BOUTEFROY pour le journal La Meuse H-W du 30 avril 2014 
  • Nandrin Le chauffard qui a tué Raphaël est en prison

    Accident Nandrin Jean Claude 29 avril 2014.JPG

    Jean-Claude ne se souvient pas du choc

    L’homme qui a mortellement fauché Raphaël Tomballe, un Jemeppien de 27 ans, dimanche matin à la sortie de la discothèque le Monastère à Nandrin, a été identifié et interpellé.
     Il s’agit de Jean-Claude Nanni, un Herstalien de 21 ans.
    Interrogé, il admet avoir été sur place, mais prétend ne pas s’être rendu compte qu’il avait percuté quelqu’un.
     
    Dimanche matin, Raphaël Tomballe a été percuté par une voiture qui roulait à grande vitesse route du Condroz à Nandrin.
    Raphaël était occupé à changer la roue d’une amie sur le bord de la voirie, quand il a été percuté par une Polo bordeaux qui arrivait terriblement vite.
    Le malheureux a été projeté violemment à plusieurs mètres et est décédé sur le coup.
     Le conducteur, lui, n’a même pas pris la peine de s’arrêter. 
    Il a continué sa route. 
    Mais il n’est pas allé très loin.
    Quelques kilomètres après ce premier choc, le chauffard a percuté une autre voiture, avec cinq jeunes à son bord.
     Cette fois, il s’est arrêté et a laissé ses coordonnées avant de repartir aussi vite.
     Selon ces cinq jeunes, lui et l’autre homme à bord de la Polo étaient « bien chargés ».
    C’est grâce à ce deuxième accident que le conducteur a pu être identifié.
     Les services des Dépanneurs du Condroz ont été requis dans les deux cas, et le mécanicien a rapidement fait le lien. 
    Il en a parlé aux policiers qui ont mené l’enquête.
     
    TRACES DE SANG
     
    Très rapidement, Jean-Claude Nanni, un Herstalien de 21 ans,a été identifié.
     Le substitut du procureur du Roi de Huy a fait saisir sa voiture et elle a été examinée par des experts. 
    Si les dégâts ne semblaient pas très impressionnants, des traces de sang étaient bien visibles sur la carrosserie.
    Jean-Claude Nanni a donc été interpellé, interrogé puis déféré devant le juge d’instruction.
    Toujours selon le parquet de Huy, il reconnaît le second accident.
    Mis devant l’évidence des faits, il a admis avoir percuté Raphaël Tomballe mais, selon lui, il ne se souvient même pas
    du choc. Il prétend n’avoir rien senti de l’impact.
    Après son interrogatoire,il a été placé sous mandat d’arrêt.
    Selon plusieurs témoignages,Jean-Claude Nanni n’était pas dans son état normal au moment des faits. 
    De plus, il n’était pas titulaire d’un permis de conduire.
     Il était encore sous licence et n’avait pas passé son examen.
     Il ne pouvait donc pas prendre le volant, durant la nuit.
    S’il n’était pas un client spécialement connu dans la discothèque le Monastère, ce Herstalien est un habitué des boîtes de nuit liégeoises et un grand amateur de virées nocturnes.
     
    Sur RTL hier journal de 13 h 

     

    nandrin le chauffard qui a tué raphaël est en prison

     
    Article de NOÉMIE BOUTEFROY dans le journal la Meuse huy- waremme 
     
    « Rapha est décédé alors qu’il rendait service : c’était tout lui. On veut lui offrir un bel enterrement ! »
     
    Hier, l’heure était au recueillement dans la famille de Raphaël Tomballe.
    Le jeune homme comptait de nombreux amis dans le quartier de la Bergerie,à Seraing, où il a grandi.
     David Dartevelle et David Goffart, deux Sérésiens,font partie de son cercle d’amis.
    «Rapha était quelqu’un de bon,de responsable.
     Il est décédé alors qu’il rendait service : c’était tout lui ça!
     C’est vraiment aujourd’hui que nous commençons à prendre conscience des faits. 
    On veut garder une bonne image de notre ami. » Raphaël vivait à Jemeppe-sur-Meuse et, bien qu’issu d’une famille modeste, il demandait rarement de l’aide.
    Pourtant, aujourd’hui, ses amis ont décidé de faire un geste.
    «Un enterrement, ça coûte cher et la famille de Raphaël n’est pas fortunée.
     Alors, pour qu’il soit enterré dignement, nous lançons un appel aux dons.
     Samedi, une grande soirée sera organisée au café Le Bienvenu, à Seraing (rue de Rotheux, 51). 
    Il y aura une petite boîte dans laquelle les sympathisants pourront glisser le montant qu’ils souhaitent. »
    L’équipe de football du FC Plainevaux,où évoluait le jeune homme de 27 ans, sera aussi certainement présente en masse.
    «Lors de cette soirée, nous allons aussi sensibiliser les jeunes à l’alcool au volant. 
    De façon à ce que le comportement du jeune homme qui a fauché notre ami ne se reproduise plus. 
    On ne comprend pas pourquoi il ne s’est pas arrêté. 
    Pourquoi a-t-il fait ça ?
     C’est impossible de ne rien sentir et de s’en aller... »
    Le jeune homme laisse une grande famille derrière lui. 
    «Il avait de nombreux frères et soeurs et une famille aimante. »
    Hier, la maman et le papa de Raphaël étaient très éprouvés par le chagrin, ainsi que Christel, sa compagne. 
    Les funérailles de Raphaël Tomballe sont prévues ce vendredi 2 mai à 9h. 
     
     
    Article de A.MA dans le journal la Meuse huy- waremme 
     
     
  • La Victime du deuxième accident du dimanche 27 avril à Nandrin

    Julie E.JPG« Il semblait avoir trop bu »

    Julie Ernst est une autre victime de Jean-Claude Nanni.
    Cette jeune Ansoise de 20 ans,avait, elle aussi, passé sa soirée au Monastère. «Nous étions en voiture avec 4 de mes amis. 
    Tout à coup, j’ai senti un gros choc, je me suis cogné la tête. 
    Nous avons été percutés par une voiture, une Polo qui arrivait derrière nous.
     Le conducteur s’est arrêté. 
    Il est sorti.
    Visiblement, il avait beaucoup bu.
     Il s’est tout de suite énervé.
     Il refusait de faire un constat.
     Il est même devenu violent avec un de mes amis. 
    Ils en sont venus aux mains.
     Et puis, il a fini par me donner sa carte d’identité, ses coordonnées pour qu’on puisse faire un constat à l’amiable. 
    Il est reparti aussitôt après, comme un fou. 
    Il roulait sans phares. »
    SOUS LE CHOC
    Ce n’est qu’après le départ de Jean-Claude Nanni que Julie et ses amis ont compris qu’il venait de renverser une personne juste avant. 
    « J’étais sous le choc.
    J’ai dû être conduite à l’hôpital,j’avais une commotion cérébrale.
    Mais je ne me plains pas du tout.
    Je me rends compte que j’ai eu beaucoup de chance. 
    Quand je pense à ce qui est arrivé à l’autre garçon, c’est un véritable drame. »
    Aussitôt sortie de l’hôpital, Julie s’est rendue au commissariat de la zone du Condroz. 
    «Je voulais aller dire tout ce que je savais.
    Je pense à la famille du jeune homme. 
    J’ai appris qu’il s’appelait Raphaël. 
    J’ai eu envie d’aider le plus possible la police à retrouver celui qui a fait ça.
    J’espère que ça aidera les proches, la famille, les amis de ce garçon à faire leur deuil.
     D’après ce qu’on dit de lui, c’était quelqu’un de bien. 
    C’est une tragédie ce qui est arrivé. 
    Et je me rends compte que mes amis et moi aurions pu subir le même sort… » 
     
    Article de NOÉMIE BOUTEFROY dans le journal La Meuse du 29 avril 2014 
     
  • Accident route du Condroz Nandrin le 28 avril 2014

    4.jpg

    3.jpg

    Route du Condroz entre le lieu dit La tolle et le rond-point de Saint-Séverin, lundi après-midi accident .
    Un seul véhicule en cause pour une raison indéterminée le véhicule a fait ciseau avec la remorque .
    Un blessé par l'airbag passager.

    1.jpg

    Enlèvement du véhicule et de la remorque par le dépannage du Condroz d'Ouffet 
  • Nandrin: Raphaël, 27 ans, tué par un chauffard alors qu’il changeait une roue

     

    nandrin: raphaël,27 ans,tué par un chauffard alors qu’il changeait une roue

     

    2.jpg

     

    Dimanche matin, un drame s’est produit sur la route du Condroz à Nandrin. 
    Raphaël Tomballe, un Jemeppien de 27 ans, a été tué, fauché par une voiture alors qu’il changeait une roue, au bord de la voie.
     Le conducteur qui l’a percuté, a pris la fuite, le laissant mort sur la chaussée.
     
    Dimanche matin, Raphaël Tomballe, 27 ans, a perdu la vie dans un tragique accident de voiture. Le jeune homme revenait d’une soirée à la discothèque le Monastère. 
    Une de ses amies avait un pneu crevé à sa voiture et Raphaël s’est donc dévoué pour lui donner un coup de main.
    Alors qu’il se trouvait le long de la chaussée, route du Condroz, à quelques centaines de mètres de la boîte de nuit, il a été fauché par une voiture qui venait de Nandrin, en direction
    de Liège. La violence de l’impact n’a laissé aucune chance à Raphaël, son corps a été projeté de plusieurs mètres vers l’avant. 
    Il est décédé sur le coup.
    Aussitôt, les pompiers et la police du Condroz ont été appelés sur les lieux, mais il n’y avait déjà plus rien à faire. 
    Le parquet de Huy a donc dépêché un expert pour déterminer les circonstances exactes de l’impact.
    CHASSE AU CHAUFFARD
    Il était impossible de décrire précisément ce qui s’était passé puisque le conducteur de la voiture qui a fauché Raphaël Tomballe, a pris la fuite avec l’accident, sans porter secours à sa victime. 
    Aussitôt,l’enquête a débuté pour retrouver le chauffard.
    Les premiers témoins ont pu décrire une VW de couleur bordeaux, mais personne n’a réussi à voir la plaque.
     Selon toutes les versions, la voiture roulait à grande vitesse et n’aurait pas freiné.
    Les dirigeants du Monastère ont expliqué que Raphaël était un client régulier et sans histoire.
    Ils ont décidé de participer à l’enquête en fournissant les vidéos de surveillance du parking afin de déterminer si le chauffard venait de leur boîte de nuit, lui aussi et surtout dans le but de l’identifier.
    Les nombreux amis de Raphaël se sont aussi mobilisés pour retrouver celui qui leur a enlevé leur ami. 
    Très tôt dimanche matin, plusieurs appels à témoins ont fleuri sur les réseaux sociaux, dans le but de trouver des personnes pouvant identifier le chauffeur ou la voiture.
    Selon nos informations, le chauffeur de la VW aurait déjà embouti une autre voiture, quelques centaines de mètres plus tôt, à peu près à hauteur de la discothèque le Monastère.
    Raphaël Tomballe était un jeune homme très apprécié, un oncle et un parrain aimant.
    Les témoignages de sympathie ont afflué dès dimanche matin sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à ce garçon gentil, attentionné, serviable que tous aimaient. 
     
     

    Article de NOÉMIE BOUTEFROY dans le journal La Meuse du 28 avril 2014 

    1.jpg

     

     Enlèvement du véhicule par le dépannage du Condroz d'Ouffet clic ici  .

    nandrin: raphaël,27 ans,tué par un chauffard alors qu’il changeait une roueNandrin Le chauffard qui a tué Raphaël Tomballe Hier sur la route du Condroz a été retrouvé et interpellé

     

    Dimanche matin, un drame s’est produit sur la route du Condroz à Nandrin.

    Raphaël Tomballe, un Jemeppien de 27 ans, a été tué par une voiture alors qu’il changeait une roue.

    Le chauffard qui l’a fauché avait pris la fuite.

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

     

     

     

    Voir les photos clic ici 

     

     SON COÉQUIPIER DE FOOTBALL

     

    « Nous avons tous joué pour lui dimanche matin »

     

    David Lacasse est le correspondant qualifié du FC Plainevaux, le club de foot amateur où jouait Raphaël Tomballe. C’est en larmes qu’il a accepté d’évoquer pour nous son ami, plus que son partenaire sur le terrain.

    «Ce dimanche matin, nous devions jouer un match contre le club de Jemeppe. Leur terrain se trouve à deux rues de chez Raphaël. Alors, ils le connaissaient tous, ils l’aimaient bien. Nous étions tous sous le choc de la nouvelle, nous avons joué pour lui, en hommage, sans arbitre, sans compter le score».

    David Lacasse se souvient avec émotion d’un garçon exceptionnel: «Il était toujours de bonne humeur. Il avait toujours le sourire. C’était toujours lui qui était là pour les autres, quand ils n’allaient pas bien, il nous remontait. C’était un garçon qui avait le coeur sur la main. Il voulait toujours rendre service et ça lui a coûté la vie. Nous sommes tous terriblement tristes dans l’équipe. Il ne méritait vraiment pas ça».

     

  • Nandrin Le chauffard qui a tué Raphaël Tomballe Hier sur la route du Condroz a été retrouvé et interpellé

     

    accident dimanche route du Condroz.JPG

    Le chauffard qui a tué Raphaël Tomballe a été retrouvé et interpellé: c'est un jeune de 21 ans qui sortait du Monastère

     

    Dimanche matin, un drame s’est produit sur la route du Condroz à Nandrin.

    Raphaël Tomballe, un Jemeppien de 27 ans, a été tué par une voiture alors qu’il changeait une roue.

    Le chauffard qui l’a fauché avait pris la fuite.

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

    Voir les photos d'hier dimanche 27 avril 2014 clic ici 

     

  • Nandrin accident mortellement fauché avant le rond-point du Terminus dimanche 27 avril 2014

    2.jpg

    1.jpg

    Ce dimanche matin, avant 7h, un grave accident s'est produit sur la route du Condroz à Nandrin.

    Un jeune homme de 27 ans s'était arrêté sur le bord de la route, pour aider une dame qui était en panne. En faisant le tour du véhicule, il a été percuté par une voiture qui arrivait.

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

     

     

     

     

     

    La suite dans La Meuse Huy-Waremme de ce lundi 

  • Accident au rond-point des vaches Nandrin samedi 26 avril 2014

    DSC_0023.jpg

    DSC_0032.jpg

    Une sortie de route samedi 26 avril 2014 fin de matinée au rond point des vaches de Nandrin !!!

    Un blessé léger  !!!!

    Enlèvement du véhicule par le dépannage du Condroz d'Ouffet clic ici  .

     

    Voir l'album des photos clic ici 

  • Nandrin Un ouvrier fauché sur un chantier

    fd.gifUn ouvrier qui travaillait sur un chantier, rue de Dinant, à Nandrin,a été renversé par une voiture,ce samedi.
     
     L’homme a été transporté à l’hôpital du Bois de l’Abbaye, mais ses jours ne sont pas considérés comme en danger, d’après la zone de police du Condroz. 

  • Nandrin L’ancien policier Guy Dubois, victime d’un accident de moto

    Gdubois.JPG

    « Je dois rester six semaines sans bouger »
     
    Guy Dubois (67) est une personnalité bien connue dans le Condroz. 
    Il a travaillé comme policier dans le service roulage-circulation.
     Depuis 50 ans, il sillonne les routes sur sa moto. Mais ce jeudi, il a eu un violent accident, route du Condroz à Nandrin. 
    Résultat : il est hospitalisé suite à une fracture du bassin et ne peut plus bouger pendant six semaines.
     
    Ce jeudi, aux alentours de 17h,un violent accident s’est produit route du Condroz à Nandrin.
    Une voiture et une moto sont entrées en collision. 
    Le conducteur de la BMW 1800 RT est Guy Dubois.
    Un nom qui parle à de nombreux Condruziens. 
    Pour cause,cet ancien habitant de Nandrin,à présent Anthisnois, a été policier dans la zone de police du Condroz. 
    Il travaillait pour le service roulage-circulation, et était responsable des radars.
    Pensionné depuis 7 ans, il continue cependant à sillonner nos routes sur sa moto. 
    Ce jeudi, il empruntait la N63, dans le sens Liège-Marche.
     «Je ne roulais pas vite. Entre 70 et 80 km/h.
     À hauteur du Delhaize, j’ai été surpris par une voiture qui sortait du parking.
    Elle a bondi sur la route.
     Je n’ai pas trop osé me déporter car il y avait des véhicules qui dépassaient.
    Je pense que j’ai percuté l’arrière gauche de la voiture ».
     Le choc a été très brutal.
     Le motard s’est retrouvé par terre. 
    «J’ai perdu connaissance peu de temps.
    Quand je me suis réveillé, il y avait des gens autour de moi. 
    Un médecin ou une infirmière qui passait justement par là et qui est restée à mes côtés », se souvient-il.
    Directement, l’Anthisnois a été transporté à l’hôpital du Bois de l’Abbaye, à Seraing. 
    Il souffre d’une fracture du bassin.
     «Je suis couché avec un montage métallique qui tient mon bassin. 
    Je dois rester six semaines comme ça avant de me faire opérer. 
    Je ne peux pas me lever, me retourner. 
    Je dois juste rester sur le dos », nous raconte-il.
     Autant dire que le temps va lui sembler bien long.
    Lorsqu’il sera rétabli, Guy Dubois nous confie se sentir prêt à reprendre le volant. 
    «Mais je ne suis pas convaincu que Madame sera d’accord », confie-t-il. Il est vrai qu’il a fait une belle frayeur à son épouse Danielle.
    Autre problème : l’ancien policier devra acheter une nouvelle moto. 
    «Cela faisait quatre ans que j’avais ce véhicule.
     D’après ce qu’on m’a dit, ma moto est totalement démolie ».
    Cela fait une cinquantaine d’années que Guy Dubois pratique la moto.
     Et il n’avait jamais eu qu’un seul accident, en 68.
    «C’était en Hollande.
     Le Monsieur avait brûlé un feu rouge.
     Je n’avais pas été blessé.
     C’est la première fois que je me retrouve à l’hôpital à cause d’un accident », conclutil.
    Article de DÉBORAH TOUSSAINT dans le Journal La Meuse du 25 mars 2014
  • Nandrin Un motard chute au rond-point de Saint-Sévrin

    casque.jpgSamedi, vers 16 heures un motard a chuté alors qu’il circulait à hauteur du rond-point de Saint-Séverin à Nandrin.
     Le motard était seul en cause : il a chuté sur le sol mouillé.
    Il a été légèrement blessé.
    Des témoins ont appelé une ambulance pour lui porter secours, mais le motard n’a pas voulu monter dans le véhicule.
    Le motard a signé une décharge afin de ne pas être soigné par les ambulanciers et s’est rendu par ses propres moyens chez son médecin.
    Les policiers du Condroz se sont rendus sur place pour procéder au constat de l’accident.
    Article de A.BT dans le journal La Meuse de H-W du 25 mars 2014

  • Nandrin Collision entre une voiture et une moto

    DSC_0029.jpg

    Un accident s’est déroulé sur la route du Condroz à Nandrin, en face du supermarché
    Delhaize, ce jeudi aux alentours de 17h.
    D’après des témoins, une moto
    aurait embouti une voiture Renault Twingo.
    Heureusement, après la violente
    collision, le motard était conscient et parlait sans difficultés.
    Les pompiers de Huy ont directement été appelés sur place.
    D’après eux, le conducteur du cyclomoteur est légèrement blessé.
     
    Il a été transporté au Bois de l'abbaye Seraing. 
     
    Dépannage des véhicules par le dépanneur du Condroz D'Ouffet
    Dépannage du Condroz 
     

    nandrin collision entre une voiture et une moto

     

    Clic sur  l'image pour agrandir 

    nandrin collision entre une voiture et une moto

     
     

  • Nandrin Crash entre deux voitures au carrefour de la Pêcherie

    Accident 19 mars 2014.JPG

    Si vous vouliez emprunter la N63 hier , en venant de Nandrin vers Neupré, vous avez sûrement été arrêté par les forces de l’ordre.
     En effet, la police du Condroz a dû dévier la circulation sur cette nationale, suite à un crash, qui s’est produit peu avant 16 heures, ce mercredi, au carrefour de la Pêcherie, sur le territoire de Nandrin.
    L’accident impliquait deux véhicules.
    Selon les premières constatations, le conducteur d’une Mazda a voulu s’engager sur la N63, en direction de Neupré. La voiture a alors été emboutie par une Volvo break, qui circulait sur la nationale, en direction de Nandrin.
    Vu l’état des voitures, le choc a dû être très violent.
     Le conducteur de la Mazda a été désincarcéré par les pompiers de Liège, appelés sur les lieux.
    Quant à la Volvo, elle a été propulsée dans le fossé, à côté de la chaussée.
    Le conducteur de la Mazda est Français. 
    Il était conscient à l’arrivée des secours. 
    Il a directement été conduit au CHU de Liège. 
    Au volant de la Volvo, il s’agit d’un conducteur venant de Liège. 
    Cette personne a, quant à elle, été transportée au Bois de l’Abbaye, à Seraing.
    Le Parquet de Huy a été informé de l’accident. Selon le substitut chargé du dossier, le pronostic vital est engagé pour ces deux blessés.
    Un expert va être désigné pour connaître les circonstances de l’accident. Cependant, le conducteur français a voulu tourner vers la gauche, alors que la signalisation l’oblige à aller vers la droite. 
     

    Accident 19 mars 2014.JPG suite.JPG

    Accident 19 mars 2014.JPG2.JPG

    Article de D.T dans le journal La Meuse H-W du 20 mars 2014 
  • Situation récurrente des quatre bras de Nandrin !!!

    les 4 bras.jpg

    les 4 bras nandrin clic ici.jpg

    Une situation récurrente et inconfortable voir très dangereuse

    depuis des semaines à la hauteur des quatre bras de Nandrin .

    La route longent et qui dessert les commerces le long de la route du Condroz et voie de lancement avant le rond point est bien souvent bloqué parfois plus de 45 minutes .

    Aucun panneau de signalisation ne prévient la situation donc quand l'usager a pénétré dans la rue et face à la situation,il pratique une marche arrière et parfois prend le risque de remonter sur la route du Condroz en infraction et en danger !!!

     

  • Nandrin accident une chute de 100 mètres de dénivelé

    Accident Villers France 1.JPG

    Nous l’écrivions dans notre journal de mardi.
     Un Tinlotois a voulu éviter un animal, alors qu’il circulait route de France, à Nandrin, vers 11h. 
    Un accident violent.
     La voiture a fait une chute de 100 mètres de dénivelé. 
    Son Audi s’est retrouvée dans le ruisseau.
     Mais malgré le choc, le conducteur est sorti lui-même de son véhicule, et s’est rendu au CHRH par ses propres moyens. 
    Il a été légèrement blessé.
    Ce vendredi, le service de dépannage Charlier est allée sur place pour sortir la voiture du ruisseau. 
    Une opération délicate pour cette société, vu l’endroit où la voiture était tombée.

    accident villers France 2.JPG

    accident villers France 3.JPG

  • Nandrin Accident en voulant éviter un animal

    voiture_007.gifUn conducteur a voulu éviter un animal, alors qu’il circulait sur la route de France, à Nandrin, ce lundi vers 23h. 
    Résultat : il a perdu le contrôle de son véhicule.
    Sa voiture est partie en tonneaux et s’est retrouvée au fond d’un ravin. 
    L’homme, un Tinlotois né en 1988, a réussi à sortir lui-même de sa voiture. 
    Un autre conducteur qui passait par là l’a transporté à l’hôpital.
    Malgré la violence de l’accident, le Tinlotois n’est que légèrement blessé, nous indique la zone de police du Condroz. 

  • Accident route du Condroz Nandrin 18 janvier 2014

    18 janvier 2014 accident.jpg

    Il était plus ou moins 17 h 25 accident entre deux voitures à la hauteur de la station Gulf de Nandrin