Et chez les autres ? Vous pouvez interpeller directement le Conseil !!!

Lien permanent

Ce mardi soir, le conseil communal d’Engis a voté la modification du règlement d’ordre intérieur du conseil.

Ce changement porte sur les règles de l’interpellation citoyenne.

Jusqu’à présent, un citoyen devait envoyer sa question au Collège sept jours avant la tenue du conseil.

Cette procédure permettait à l’échevin interpellé de préparer sa réponse.

Celle-ci était alors donnée au citoyen au conseil communal suivant.

Les citoyens ont maintenant l’opportunité de poser leur question le jour du conseil et ce, sans prévenir le Collège plusieurs jours à l’avance.

« Il suffit de se présenter avant la séance pour prévenir qu’on a une question orale. Un moment sera aménagé pour sa question et l’échevin concerné répondra du mieux qu’il peut.

Sans préparation, la réponse ne sera pas forcément complète. Mais l’échevin peut répondre au conseil suivant. La seule obligation est de venir avec une trace écrite de la question », explique Johan Ancia, échevin de la participation citoyenne.

La première procédure reste cependant d’application. Le citoyen a le choix. Dans l’opposition, Raphaël Grégoire, conseiller communal du Mouvement Citoyen Engissois Réunis, se dit satisfait de cette décision : « En décembre, nous avions déposé une proposition sur ce sujet.

Malheureusement, nous ne respections pas les délais donc le Collège avait promis d’étudier notre demande.

Force est de constater que c’est fait.

Mais tout n’a pas été repris.

Nous souhaitions que les citoyens puissent réagir au contenu de la séance en fin de conseil.

Poser leurs questions sur l’un ou l’autre point à l’ordre du jour ».

DES COMMISSIONS OUVERTES

La commune d’Engis a aussi pris la décision de changer la règle en matière de commissions. Vu la constitution du conseil communal engissois, l’opposition n’était pas représentée en commission.

Le changement de règlement permettra à un membre de chaque parti d’opposition d’assister aux commissions.

« Cette décision a été prise dans une optique de transparence et de bonne gouvernance », conclut Johan Ancia. - ESTELLE FALZONE

Source 

Commentaires

  • Cette décision semble, à première vue, fort séduisante parce que , du moins en apparence, démocratique, mais c'est la porte ouverte à la foire d'empoigne. De plus, c'est faire fi du rôle du conseiller communal qui est quand même le porte-parole " élu" des citoyens. Ce serait l'occasion pour des citoyens narcissiques et/ ou aigris de se donner en spectacle. Bref, attention, c'est la langue d'Esope.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel