• Premières neiges janvier 2019 en photos, soyez prudents !!!

    Lien permanent

    Ce mardi, il neige depuis midi sur Huy et le reste de l’arrondissement. Les flocons ne tombent pas en grande quantité mais la fine couche de neige rend les routes et les trottoirs glissants.

    Soyez prudents.

    Encore de faibles chutes de neige sur l'est du pays. Au littoral, il y aura risque d'une averse de neige fondante ou de neige. Ailleurs, le temps restera sec mais très nuageux. Vers 20.00 h, les températures oscilleront entre -5 degrés en Hautes Fagnes, autour de 0 degré dans le centre et +1 degré au littoral.

    CONDITIONS GLISSANTES JUSQU’À MERCREDI FIN DE MATINÉE

    Une faible perturbation neigeuse concernera encore les régions qui se situent du centre à l'est du pays les prochaines heures, pour lentement nous quitter par l'Allemagne en seconde partie de nuit. Elle conduit bien à la formation d'une couche de neige de 1 à 5 cm après son passage. Ce soir, quelques averses hivernales sont encore attendues au littoral. Plus tard dans la nuit, une nouvelle zone de précipitations influencera surtout l'ouest du pays ainsi que les régions proches de la France, où l'on attend de nouvelles chutes de neige (de 1 jusqu'à 3 cm supplémentaires pour les provinces de Flandre Occidentale et Orientale, dans le Hainaut et dans la province de Namur). Quelques chutes de neige pourront éventuellement aussi toucher les provinces plus au nord en fin de nuit avant le recul de la zone neigeuse vers la France mercredi en cours d'avant-midi. Vu le timing (tôt le matin) et l'incertitude, nous vous invitons à suivre attentivement les prochains bulletins pour la partie centrale du royaume. De plus, sur la plupart des régions, les conditions pourraient également devenir glissantes suite au gel de portions de routes mouillées (plaques de glace ou neige durcie). Source 

     

     

    Album photos clic ici 

  • Un centre de réflexologie aussi pour les bébés à Nandrin

    Lien permanent

    La réflexologie thérapeutique est une médecine douce qui sert à soigner et soulager certaines pathologies comme les troubles endocriniens et digestifs, la migraine, le sommeil, les douleurs persistantes, le stress et les allergies. « La réflexologie permet d’aider à soulager le quotidien des personnes qui souffrent. C’est un complément parfait à la médecine traditionnelle mais ne dispense pas d’un avis médical », souligne la Nandrinoise.

    Pour cela, la réflexologue effectue des stimulations à des points précis des pieds, des mains et du crâne correspondants aux organes touchés par les troubles, permettant au corps de « s’auto-guérir ». « Notre corps est programmé pour se soigner de lui-même, comme la cicatrisation après une coupure. Par la stimulation de terminaisons nerveuses précises, on envoie un message au cerveau, incitant le corps à guérir  ».

    Stéphanie Dessy pratique également la réflexologie sur les bébés pour soigner les troubles du sommeil et le reflux auxquels ils sont souvent sujets.

    Corps, esprit et émotions

    Dans le but d’accompagner chaque patient dans sa globalité, le centre propose également des séances de coaching de vie et l’EFT (Emotional Freedom Technique) pour aider à vaincre ses peurs et libérer ses émotions. « La vocation du centre est de travailler sur le corps, l’esprit et les émotions et percevoir la personne dans sa globalité afin qu’elle atteigne un bien-être psychique et physique ».

    Pour plus d’infos, Stéphanie Dessy est joignable via sa page Facebook « Ressource & vous » ou au 0494/08.69.85.

    Source 

    Nouveau à Nandrin ! Le centre Ressource & Vous

    P1100143 (2).JPG

    P1100098 (2).JPG

    P1100130 (2).JPG

    20181214_101807 (4).jpg

     

     

  • Le plan « froid morbide » activé en région liégeoise ?

    Lien permanent

    La possibilité de recourir à une trentaine de places supplémentaires a été activée au sein des quatre abris de nuit de Liège et Seraing qui accueillent des personnes à la rue, en raison des chutes de température, a précisé lundi Adrien Fievet, coordinateur général du Relais social du Pays de Liège.

    Cette mesure porte actuellement à 118 le nombre de places disponibles au sein des quatre abris de nuit situés à Seraing (rue du Molinay) et Liège (rue Chevaufosse, rue sur la Fontaine et caserne Saint-Laurent). Celle-ci est activée dès que la température de nuit atteint -3 degrés, car on considère que la vie des personnes à la rue est ainsi exposée au froid. Le plan «froid morbide» est donc appliqué en région liégeoise depuis samedi et est maintenu pour la nuit de lundi à mardi.

    «Ensuite, les températures devraient en principe remonter mais on s’attend à réactiver le plan dès mercredi. Une évaluation est faite au jour le jour selon les prévisions», explique Adrien Fievet.

    Concrètement, une trentaine de places supplémentaires sont ainsi disponibles au sein des quatre abris de nuit pour des personnes à la rue qui souhaitent être hébergées. «Vu qu’il s’agit des premiers froids morbides de cet hiver, la situation est à ce stade gérable», poursuit le coordinateur du Relais social du Pays de Liège.

    A l’abri de la rue Chevaufosse, l’activation du plan «froid morbide» permet d’accueillir deux personnes en plus. «Sinon, rien ne change au niveau du fonctionnement qui prévoit qu’il faut se présenter pour s’inscrire entre 20h00 et 20h45. Tous les soirs, c’est complet et chaque soir, nous cherchons des solutions d’hébergement auprès de partenaires», souligne Jean-Yves, porte-parole volontaire à l’ASBL Thermos Liège.

    L’an dernier, en raison d’une période prolongée de froid morbide, le bourgmestre de Liège avait pris un arrêté qui permettait aux policiers d’intervenir auprès de sans-abris pour les emmener sous la contrainte vers un endroit où passer la nuit.

    Source 

     

     

     

     

    Source 

  • Travailler pour un mauvais chef rend malade et moins productif ?

    Lien permanent

    Les employés travaillant auprès d’un mauvais manager sont deux fois plus souvent absents (14%) pendant de longues périodes que ceux qui sont convaincus du leadership de leur supérieur (7%). C’est ce qui ressort d’une étude du prestataire en ressources humaines Securex publiée jeudi.

    Leur risque d’avoir un burn-out est doublement plus important, cela alors qu’un peu plus d’un tiers (35%) des salariés sondés ne sont pas convaincus des capacités de leadership de leur manager.

    Le manager, de son côté, s’attribue un meilleur score. Seuls 13% estiment ainsi qu’ils n’ont pas les compétences suffisantes. Ils se surestiment en effet souvent. Par exemple, alors que 82% d’entre eux croient inspirer avec leur vision du futur, seule la moitié (52%) des employés se disent effectivement inspirés. Lorsqu’ils motivent les employés, ces chefs grossissent également leurs capacités (86% contre 60%).

    Les supérieurs obtiennent le moins de points quand il s’agit d’admettre leur propre vulnérabilité. Seulement 52% des salariés interrogés estiment ainsi que leur manager ose admettre ses erreurs et ses faiblesses. Cela alors que la majorité de ces derniers (79%) pensent qu’ils le font. De même, un employé sur deux (51%) trouve que son chef recherche activement du feedback personnel (contre 74% des managers eux-mêmes).

    Capacité d’empathie ou pas

    Le manager a par ailleurs une capacité d’empathie limitée: 85% disent faire preuve d’empathie envers les autres mais ils sont 65% des employés à le voir de cette manière.

    Les avantages d’un supérieur authentique et empathique, se montrant vulnérable et ouvert sont pourtant clairement visibles, analyse Securex. Les salariés dans ce cas ressentent en effet moins de stress au travail (19% contre 41%), sont plus satisfaits de l’entreprise pour laquelle ils travaillent (84% contre 36%) et se sentent plus compétents dans leur travail (82% contre 58%).

     

    Source 

  • Terrible accident un décès sur la route du Condroz

    Lien permanent

    Lundi matin, un accident mortel  est survenu sur la route du Condroz .

    Un automobiliste a percuté un tracteur qui circulait à 30km/h.

    Ce lundi, à peu après 9 heures, un accident mortel s’est produit sur la route du Condroz à hauteur de Terwagne (Clavier), dans le sens Marche-Liège. Un automobiliste a percuté un tracteur. Baptiste Collard (31) est décédé sur place.

    À l’arrivée des secours de la zone Hemeco, le jeune homme était inconscient.

    L’hélicoptère de Bra-sur-Lienne s’est rendu sur place, mais le jeune homme, âgé de 31 ans et domicilié à Durbuy, n’a malheureusement pas pu être réanimé. Il est décédé sur place.

    La police du Condroz s’est rendue sur place.

    La circulation a été interrompue, une déviation a été mise en place.

    Source 

    Accident mortel avec un tracteur sur la route du Condroz

     

    Durbuy: Baptiste, photographe bien connu, perd la vie à Clavier

    Ce lundi matin, un jeune Durbuysien a perdu la vie sur la route du Condroz à hauteur de Terwagne. L’automobiliste a percuté un tracteur dans le sens Marche-Liège. La victime se prénomme Baptiste. Né en 1987, il habitait le village de Grandhan. Il était connu pour son travail de photographe indépendant. Le jeune homme avait notamment collaboré avec RTL-TVI sur l’émission Go for zero. Il avait également réalisé les portraits de plusieurs stars de la chaine mais aussi d’Elio Di Rupo. En 2016, il avait remporté le prix du photojournalisme avec une photo prise en Jordanie.