• Nandrinois qui a vu Luna ?

    Lien permanent

    Luna, femelle de 4 mois blanche, grise et rousse.

    Si vous la trouvez, merci de nous contacter au 0474/82.51.64 ou de nous la ramener à l’adresse suivante :
    10, rue des six Bonniers
    4550 Villers-le-Temple

  • Ciné Club de Nandrin aujourd'hui 12 décembre 2018

    Lien permanent

    Le CPAS et la commune de Nandrin en collaboration avec le PCS organisent un ciné-club pour les familles ce mercredi 12 décembre à 14h.

    Cet événement est ouvert à toutes les communes. 

    ciné.JPG

    Flyers Ferdinand.pdf

  • Le Marché de Noël du château de Jehay 15 et 16 décembre 2018

    Lien permanent

     

    Samedi 15 décembre 2018 de 14:00 à 23:59

    Château de Jehay
    Rue du Parc, n°1, 4540 Amay

     

    Château de Jehay

    Marché de Noël

  • les premières formations de la Coaching Academy en Foot

    Lien permanent

    À seulement 29 ans, Jean-François Maréchal possède déjà un joli CV footballistique dans la formation des jeunes. Entraîneur, coordinateur et directeur technique dans divers clubs de la province de Liège, il s’est également occupé de la direction technique de Coerver Coaching Belgique. Aujourd’hui actif en tant que coach des U13 d’Eupen, le Jehaytois d’origine a décidé de se lancer un nouveau défi en lançant la Coaching Academy.

    « J’avais un peu le sentiment d’avoir fait le tour des principes de la méthode Coerver même si je reste convaincu de la méthode et de sa théorie. Comme je suis quelqu’un qui aime partager mes connaissances, je me suis dit que ce serait bien de donner quelques formations à ceux qui le désirent », explique Jean-François Marechal.

    Pour les coachs diplomés ou non

    Mais en quoi consiste la Coaching Academy ? « C’est une combinaison de différentes méthodes de formation existantes, de différents sujets tabous (analytique – global, méthode d’entraînement ou méthode d’apprentissage…). Je vais créer des formations techniques à destination des coaches de football diplômés ou non. C’est vraiment accessible à tous et le but est d’apporter un plus à la formation des entraîneurs. Comme le dit si bien Roberto Martinez aux entraîneurs « Soyez curieux et ouverts d’esprit » ».

    A Saint-Georges-sur-Meuse
    Sur les rails depuis quelques jours seulement, cette nouvelle méthode sera dispensée pour la première fois à l’occasion des fêtes de fin d’année durant lesquelles Jean-François Marechal organisera sa première formation les 26 (de 18 h 30 à 22 h 30) et 27 (de 9 h à 13) décembre au sein de l’école fondamentale libre Don Bosco de Saint-Georges-sur-Meuse.

    « J’ai opté pour le 1 contre 1 offensif. Il y aura un exposé théorique et une partie pratique sur le terrain. Les participants devront ensuite proposer leurs propres exercices. Pour cette première, j’ai préféré organiser cela en salle car on ne sait pas comment seront les conditions météo. Mais, dans le futur, le terrain sera toujours privilégié. »

    Une formation de quatre heures qui sera dispensée pour la somme de 40 euros. « Cela correspond au montant que la fédération demande pour ses formations. Pour cette somme, les participants recevront un syllabus. »

    Pas à pas
    Une première formation qui devrait ouvrir la porte à d’autres dans le futur. « J’attends de voir le succès que rencontrera cette première. Mais, dans le futur, j’aimerais pouvoir poursuivre dans le même type de formation avec, par exemple, le 1 contre 1 défensif, le 2 contre 2… Les idées ne me manquent pas mais je préfère travailler pas à pas. »

    Si actuellement une bonne douzaine de participants ont déjà confirmé leur présence, Jean-François Marechal a bon espoir que les réservations augmentent dans les prochains jours. « Actuellement, il y a des coaches de Wanze/Bas-Oha, Liège, Clavier, Marchin, Jehay… Mais il n’est pas nécessaire de faire partie d’un club pour venir assister à la formation », termine-t-il.

    Retrouvez toutes les informations pratiques sur https ://www.coachingacademy.eu

    OLIVIER JOIE

    Source 

  • Nandrinois La norme Euro sera inscrite sur le Car-Pass pour les voitures d’occasion

    Lien permanent

    Les acheteurs de voitures d’occasion seront mieux informés à partir du 1er mars 2019. Une modification de la loi vient d’être publiée par le Moniteur belge. Le nouveau texte prévoit d’inscrire davantage d’informations dans le Car-Pass, le document remis par le vendeur à l’acheteur d’une occasion. « La norme Euro du moteur y sera indiquée clairement. Elle figure actuellement sur le certificat de conformité, mais elle n’est pas très visible parmi les autres données. Cette norme est importante car elle servira de base pour pouvoir accéder, ou pas, aux zones de basses émissions dans les villes », explique Michel Peelman, administrateur délégué de l’ASBL Car-Pass. Le nouveau document mentionnera aussi le taux d’émissions de CO2 qui est déterminant pour la taxation du véhicule et sa consommation. Pour les voitures immatriculées après le 1er septembre 2018, ce taux sera indiqué dans la nouvelle norme de calcul WLTP. « Une équivalence sera toutefois donnée avec l’ancienne norme NEDC car cette dernière servira toujours de référence jusqu’en 2020 pour le calcul de la taxation », précise Michel Peelman. Autre changement, le Car-Pass signalera si le véhicule est effectivement repassé par un contrôle technique spécifique après des réparations causées par un accident grave (si le châssis, la direction ou la suspension ont été endommagés). Ici aussi, la volonté est d’éviter une mauvaise surprise à l’acheteur. Sans ce contrôle technique, la voiture ne peut pas rouler. LES RAPPELS OUBLIÉS « Et à partir du 1er janvier 2020, il y aura aussi les actions de rappels en matière de conformité ou de sécurité qui n’auront pas été exécutées », explique Michel Peelman. Concrètement, l’acheteur sera prévenu si le vendeur n’a pas répondu à l’invitation de la marque à présenter sa voiture pour un éventuel problème d’airbag ou autre. Enfin, les constructeurs et les importateurs devront communiquer les kilométrages exacts du véhicule avant qu’il n’arrive en Belgique. Jusqu’à présent, il était possible de frauder en ce domaine. Toutes ces modifications ont pour but que l’acheteur se fasse une meilleure idée du bien acquis. -

    Article de Y.H

     

    Source 

  • À l’hôpital de Huy, les 15 administrateurs ont décidé de continuer à se rassembler deux fois par mois

    Lien permanent

    Quinze personnes au conseil d’administration CHRH

    Quinze personnes, quasi tous des hommes et femmes politiques, composent le CA du CHRH et se partagent les comités restreints de gestion. Suite aux élections communales, quelques changements ont été opérés cette semaine mais le renouvellement en fonction de la clé D'Hondt de répartition des sièges n’aura lieu que le 30 juin prochain. Pour le moment donc, font partie du CA :

    Pour le PS, André Deleuze, Raymond Laloux, Gaëtane Donjean, Francine Rorive et Bernard Lhonnay.

    Au MR, Sophie Seinlet.

    Pour le cdH, Philippe Charpentier et Jeanne Defays.

    Chez Ecolo, Rodrigue Demeuse, Jean-Michel Javaux et Nicolas Parent.

    Les trois représentants du CPAS sont Geneviève Nizet (PS), Marie-Christine Bertrand (PS) et Pierre-Yves (cdH mais désormais élu Ecolo).

    Le représentant des associés privés de l’hôpital s’appelle Marcel Petry.

     

    CHR de Huy: seules 12 réunions sur 25 payées aux administrateurs

    C’est assez rare pour être souligné. Les administrateurs de l’intercommunale du Centre hospitalier régional de Huy, quasiment tous des conseillers communaux, vont désormais travailler sans être rémunérés. Du moins en partie. Le décret modifiant le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, en vue de renforcer la gouvernance et la transparence dans l’exécution des mandats publics au sein des structures locales et supra-locales et de leurs filiales, limite en effet le nombre de réunions avec jetons de présence à douze par an.

    Or, au CHRH, le comité restreint de gestion se réunit deux après-midi par mois pour les décisions courantes (engagement, investissement, budget etc.). Il pouvait décider de s’en tenir aux 12 réunions prescrites, quitte à ce qu’elles durent plus longtemps, ou bien d’en organiser plus... mais sans jeton de présence. C’est cette deuxième option qui a été choisie par l’ensemble des administrateurs, dont fait notamment partie Rodrigue Demeuse (Ecolo), désormais vice-président du Conseil d’administration : « L’enjeu de l’hôpital est essentiel pour notre région et mérite que ses administrateurs s’impliquent réellement dans sa gestion. C’est donc important de maintenir une réunion toutes les deux semaines pour suivre les dossiers de près, même si ça doit être à titre gratuit. »

    Pour « compenser » ces heures de travail non payées, le jeton de présence a été « très légèrement augmenté, pour être de 150 euros brut de mémoire. Ce qui n’est pas excessif car les réunions durent souvent quatre ou cinq heures. Il y aura donc une moitié de réunions gratuites dans la mesure ou le CA et les comité de gestion se voient environ 25 fois par an », souligne Jean-François Ronveaux, directeur général du CHRH.

    Cette délibération adoptée par l’assemblée générale du CHRH (le 26 juin 2018) portant sur la fixation des rémunérations des mandataires a été annulée par un arrêté ministériel du 4 septembre dernier. « C’est parce que nous souhaitions que la mesure entre en application au 1er janvier 2019, or la ministre voulait l’avancer au 1er juillet 2018 », indiquent le directeur général et l’ancien président du CA, Alexis Housiaux. Le point est repassé fin novembre dernier.

    Relevons que la CGSP a déposé un cahier de revendication demandant à pouvoir assister aux réunions du CA et des comités restreints de gestion, en tant qu’observateur, « pour être directement au courant des décisions prises », précise Daniel Rommes.

     

    Par AG 

    Source 

  • La tradition est respectée, les crèches de Noël sont au village ( Villers le temple Fraineux)

    Lien permanent

    La tradition est respectée, les crèches de Noël sont montées.

    Il y a plusieurs années, c’est Monsieur Joseph (dit Jojo) Halleux qui les avait fabriquées

    Au profit des villageois.

    Joyeux Noël a tous.

    Informations et photos d'André Jaminon 

  • Et chez les autres ? AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE Commune de Clavier Modification du Plan d'Assainissement par Sous-bassin Hydrographique (PASH)

    Lien permanent

    AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE Commune de Clavier Modification du Plan d'Assainissement par Sous-bassin Hydrographique (PASH) - Réorientation du régime d'assainissement du village d'Ocquier, de l'autonome vers le collectif. Le projet susmentionné est soumis à enquête publique en vertu des dispositions du livre 1er du Code de l'Environnement, Partie III, Titre III, notamment les articles D29-1 à D29- 19 et R41-l à R41-6. La durée de l'enquête est de 45 jours. Auteur du projet : SPGE, Avenue de Stassart, 14-16, 5000 Namur Autorité compétente : le Gouvernement wallon Date de l'affichage de l'enquête :

    11/12 Durée de l'enquête: du 17 /12 au 08/02 à 12 heures (45 jours calendrier) L'enquête publique est suspendue entre le 24 décembre et le 1er janvier.

     

    Le dossier comprenant la description du projet, un extrait de PASH et l'étude de l'organisme d'assainissement agréé peut être consulté du lundi au jeudi à l'Administration communale (Rue Forville, 1 - 4560 CLAVIER - Service environnement de 09h00 à 12h00 et le vendredi de 15h00 à 18h00.

    Les personnes qui envisagent de venir consulter le dossier le mardi après 16h00 sont·priées de prendre rendez-vous au plus tard 24h à l'avance auprès de Madame Béatrice FRANCK au 086/34.94.43 ou Madame Sophie BORREMANS 086/34.94.48. Personnes de contact à la commune : Béatrice FRANCK - Service environnement - beatrice.franck@clavier.be - 086/34. 94.43 Sophie BORRE MANS - Service environnement - sophie.borremans@clavier.be - 086/34. 94.48

    Le dossier peut également être consulté auprès de la Société Publique de Gestion de l'Eau (SPGE) - Avenue de Stassart, 14-16, 5000 Namur. Toute personne peut transmettre ses observations écrites à l'Administration communale et ce jusqu'au 08/02 à 12h00 à la salle des mariages - Rue Forville, 1. Des observations peuvent également être formulées verbalement sur rendez-vous auprès de la personne de contact désignée. A Clavier, le 03 décembre 2018

    Pour le Collège,

    Directeur Général, Laurent CLEMENT

     Le Bourgmestre  Philippe DUBOIs

  • Nandrin 4 boîtes aux lettres seront supprimer en mars 2019 Bpost l'a annoncé

    Lien permanent

    «Depuis 14 ans, le réseau de boîtes aux lettres rouges – dans lesquelles le courrier est déposé par les citoyens pour être envoyé Ndrl- n’avait pas été modifié, commente Barbara van Speybroeck, la porte-parole de bpost, or le volume de courrier a diminué de 60%. Nous devions impérativement restructurer ce réseau.»

    Dans quatre mois, le nombre de boîtes aux lettres va donc passer de 13.000 à 10.000. On sait désormais quelles boîtes devraient passer à la trappe. Sur l’arrondissement de Huy-Waremme, 66 boîtes aux lettres vont disparaître. Les communes de Huy et de Hannut comptent le plus grand nombre de suppressions, mais certains villages sont aussi fort impactés, comme Clavier qui devrait perdre 4 de ses 17 boîtes rouges ou Marchin qui doit perdre un quart de ses boîtes. Pour justifier ces suppressions, bpost évoque la chute de fréquentation.

    Une boîte peu fréquentée n’est cependant pas forcément vouée à disparaître : elle ne peut être enlevée que si une autre existe à une distance de 500 mètres en zone urbaine ou de 1,5 km dans la campagne. La porte-parole affirme : « Par rapport aux pays voisins, le taux de couverture du réseau de boîtes aux lettres de bpost reste l'un des meilleurs en Europe. »

    Barbara van Speybroeck précise encore que la liste des boîtes qui feront l’objet d’une suppression a été communiquée aux communes début novembre mais que «certaines négociations sont toujours en cours avec certains bourgmestres.» Elle insiste : «  Ces listes sont donc susceptibles d’évoluer. »

    « Regrettable »

    Une remarque qui étonne le bourgmestre de Huy Christophe Collignon: «Nous n’avons pas eu de contact préalable avec bpost concernant ces suppressions. Pour moi, aucune possibilité de négociation n’était ouverte.» La mesure sera donc appliquée telle quelle: «S’il y a une grosse réaction de la population, on verra ce que l’on peut faire», ajoute le bourgmestre qui n’approuve pas cette diminution. «On propose toujours moins de service public à la population, c’est regrettable.»

    Un avis partagé par Eric Dosogne, qui réside au Bois des Rois, là où une boîte va être supprimée. «Personnellement, je n’utilise pas cette boîte, mais je regrette que ce soit toujours les personnes qui habitent dans les endroits les plus isolés qui trinquent… »

    Article de AURÉLIE BOUCHAT

     

    Nandrin 4 boîtes à supprimer/ 14 actuelles 

    Source 

    Les chiffres pour l’arrondissement

    Berloz 2 boîtes à supprimer/ 6 actuelles ,

    Waremme 7 à supprimer / 27 actuelles ,

    Braives 1/ 12,

    Faimes 2/ 7,

    Fexhe 1/ 6,

    Geer 1/ 8,

    Hannut 9/ 34,

    Oreye 1/ 6,

    Remicourt 1/ 9,

    Wasseiges 1/ 8,

    Amay 2/ 15,

    Anthisnes 2/ 12,

    Burdinne 2/ 10,

    Clavier 4/ 17,

    Engis 3/ 11,

    Hamoir 2/ 9,

    Huy 8/ 33,

    Marchin 4/ 12,

    Modave 1/ 10,

    Nandrin 4/ 14,

    Ouffet 1/ 10,

    Tinlot 1/10,

    Verlaine 2/ 10,

    Villers-le-Bouillet 2/12,

    Wanze 2/15.

    Communes pas impactées  :

    Crisnée,

    Donceel, Lincent,

    Saint-Georges-sur-Meuse,

    Ferrières, Héron.

     

  • Les menus pour les fêtes de fin d’année chez Saveurs & Traditions Nandrin

    Lien permanent

     Les menus pour les fêtes de fin d’année. 
    N’hésitez pas à commander par téléphone au 085232464 ou par email à commandes@saveursettraditions.be
    (Les réservations de Noel se culture le 19/12 et celles du réveillons le 26/12) 
     la page Saveurs et Traditions

    Clic sur le Menu 

    47388994_547577012381744_6342687237490081792_n.jpg

    47578869_547577709048341_5682037120366018560_n.jpg

  • Des idées cadeaux pour les Fêtes ? De l’art-à-porter sur soi

    Lien permanent

    C’est un concept unique en Cité ardente : imprimer des œuvres d’art liégeoises sur un t-shirt

    Un t-shirt cornet de frites, un pull dessiné par des tatoueurs, un sac de courses avec un bébé découpé ? Pas si surprenant que ça depuis que « The Good Tee » a ouvert un pop-up store aux Galeries St-Lambert. En effet, le concept est simple : imprimer des œuvres d’art sur textiles… tout ça à la demande et en deux minutes seulement !

    Un nouveau pop-up store vient d’ouvrir dans les Galeries Saint-Lambert pour les fêtes. Des t-shirts, des artistes et une imprimante… c’est tout ce dont « The Good Tee » avait besoin pour son magasin de « live printing ». En effet, le concept, développé par Smartex, une entreprise liégeoise d’impression textile, propose d’imprimer instantanément des œuvres d’artistes liégeois sur des t-shirts. « On voulait promouvoir des artistes à travers le textile », explique Gérald Henkin, l’associé du fondateur Loïc Dejalle. « Sublimer leurs œuvres, c’est l’idée ». L’ART PRÊT-À-IMPRIMER Concrètement, comment ça marche ? En réalité, le pop-up store sert un peu comme un lieu d’exposition des œuvres, mais sur des t-shirts. Chaque tringle présente donc un artiste liégeois. « On a par exemple le collectif liégeois Hiss & pop qui a fait appel à des tatoueurs pour créer des dessins en rapport avec la musique », raconte Gérald Henkin.

    « Il y a aussi Claire De Regge, un mannequin liégeois qui dessine sur iPad ». Ou encore « Héroink », un étudiant de Saint-Luc, qui fait des montages et collages photo. « The Good Tee » travaille aussi avec « Badjawe », qui fait glisser le wallon sur la vague de la mode. Et encore bien d’autres… Chaque collaborateur est invité à venir au pop-up store pour une petite animation.

    « Tous les jours, nous mettons en avant un artiste de nos collections », précise-t-il. D’ailleurs, depuis l’ouverture début du mois, plusieurs personnes sont venues au magasin pour présenter leurs visuels, dans l’espoir de prendre part à l’aventure. Une belle et rare opportunité pour les artistes de notre Cité ardente. « C’est bon pour tout le monde. Cela permet aux artistes de créer leur ligne de vêtements sans investir », précise Gérald Henkin. En effet, les créateurs reçoivent une commission à chaque t-shirt vendu.

    BIO ET ÉCO-RESPONSABLE

    D’ailleurs, il s’agit bien d’une impression à la demande. « On n’a pas de stock, mais une imprimante dans le pop-up store et on crée le t-shirt quand le client a choisi le visuel qu’il veut », ajoute-t-il. Et pour Smartex, c’est aussi l’occasion de faire connaître son travail. En effet, l’imprimante du popup store utilise la technique DGT (direct to garment), qui permet d’imprimer en deux minutes. Mais pas sur n’importe quel support… En effet, les produits viennent de la marque belge Stanley Stella.

    « Tous leurs textiles sont en coton organique bio et l’entreprise a une démarche éthique », explique Gérald Henkin. Un critère important pour les fondateurs. « On essaie d’être le plus responsable possible et de travailler au maximum en circuit court », termine-t-il. Un concept original qui en séduira plus d’un pour Noël !

    Mais pas de panique si vous loupez le coche, le pop-up store a déjà une deuxième vie. En effet, « The Good Tee », à la base, c’est une plateforme de « web-to-print ». Le webshop propose donc les mêmes collections qu’en magasin, mais en ligne. L’art restera donc à portée… de mains. -

    Article de VICTORINE MICHE

    Source 

    Des cadeaux originaux pour Noël

    Le magasin est ouvert durant tout le mois de décembre, de 9h30 à 18h30, au premier étage dans les Galeries Saint-Lambert de Liège. « The Good Tee » propose d’imprimer des oeuvres d’art sur des t-shirts, des pulls ou des sacs en tissu. Comptez 25 euros pour le t-shirt, 45 euros le sweat-shirt et 12 euros le totebag.

    - V.MI

  • Fusion des communes

    Lien permanent

    Fusion des communes: le bourgmestre de Hamoir est «partant»

    Le gouvernement wallon vient d’adopter en première lecture le projet de fusion des communes porté par la ministre des Pouvoirs locaux (voir p.16). Concrètement, Valérie De Bue (MR) promet aux communes volontaires un incitant financier : la reprise de la dette communale par la Région wallonne, avec des plafonds de maximum 500 € par habitant et maximum 20 millions d’euros par entité fusionnée. La mesure pourrait aider les 69 communes wallonnes de moins de 5.000 habitants. À l’image de Hamoir (3.900 habitants) et de Ferrières (4.900 habitants).

    Cette idée n’est en fait pas nouvelle puisque déjà mise sur la table des deux communes condrusiennes en... 2009 ! À l’époque, le déjà bourgmestre de Hamoir, Patrick Lecerf, et Joseph Bonfond, alors échevin à Ferrières, avaient émis la volonté de fusionner les deux entités voisines en vue des élections communales de 2012. Le nouveau nom avait même été trouvé : « Fermoir ». Ils en avaient parlé à l’administration de Paul Furlan (Union des Villes et Communes) mais le projet est resté lettre morte. « Nous étions des précurseurs », sourit Patrick Lecerf (MR). « La fusion n’a pas pu se faire car le cadre ne le permettait pas... Nous étions trop en avance. »

    De nombreux points communs

    Les deux communes voisines partagent des similitudes : des frontières, un parc à conteneurs, un habitat équivalent, des zones de secours et de police, un Plan piscine à Saint-Roch porté en binôme... Une fusion permettrait d’aller plus loin et de réaliser des économies d’échelle. « Il y a beaucoup de synergies à mettre en place: au service travaux, il y a du matériel coûteux qui pourrait être acheté à deux et utilisé pour deux, afin de mieux rentabiliser l’investissement. Une union permettrait également d’engager du personnel qualifié qu’on se partagerait: informaticien, employé qualifié au service urbanisme ou chargé des dossiers des étrangers », cite notamment Patrick Lecerf qui se dit toujours « partant »pour une fusion avec Ferrières, voire même avec une troisième commune, comme Ouffet : « Ce serait encore plus efficace à trois avec une population de 12 à 15.000 habitantsÀ nous trois, on aurait tout : un enseignement complet multi réseaux, des forêts, du commerce, du tourisme, de l’agriculture, un réseau de mobilité etc. On additionnerait nos points forts. »

    À Ferrières, Frédéric Léonard (PS) se dit ouvert à la discussion : «  Je me rappelle en 2009, la proposition m’avait amusé. Fusionner aujourd’hui, pourquoi pas, on peut en discuter. On sait que les communes de petites tailles vont avoir de plus en plus de difficultés. Rationaliser les investissements serait un plus », commente-t-il. La reprise d’une partie de la dette ferrusienne (2,8 millions) serait également avantageux.

    « Reste à faire passer cette idée auprès de la population et de certains élus (leur nombre diminuant de facto NDLR). Il n’y aurait forcément plus qu’un bourgmestre, ça ne me dérangerait pas de ne plus l’être, ma carrière est derrière moi », souligne Patrick Lecerf qui trouve important que les plus petits villages restent représentés au conseil communal.

    « C’est un beau projet en théorie. Mais il faut mesurer l’économie d’échelle et veiller à assurer un service de proximité. Si cette fusion engendre une petite perte de confort mais dégage des moyens importants pour rendre de meilleurs services aux citoyens, alors j’y crois. »

    Ouffet: «Pas favorable, du moins pour l’instant»

    Du côté d’Ouffet, la bourgmestre Caroline Cassart (MR) se montre prudente. « Dans un premier temps, je ne suis pas très favorable à une fusion d’Ouffet avec une ou plusieurs autres communes. Je suis attachée à mon entité, comme les Ouffetois. Par contre, je suis pour les projets transcommunaux pour les gros investissements comme on le fait déjà aujourd’hui: hall omnisports, GAL Pays des Condruses... », glisse-t-elle. « D’autant que la dette à Ouffet n’est pas élevée (440.000 euros), donc l’incitant ne m’intéresse pas vraiment. »

    Elle se dit toutefois « pas complètement fermée. Je pense que c’est une réflexion à avoir sur le long terme, 10 ans imaginons. »

    PAR ANNICK GOVAERS

    Source 

  • La comète de l’année visible à l’œil nu spectacle céleste

    Lien permanent

    Si vous êtes fan des événements astronomiques, le mois de décembre va vous combler. En effet dans les prochains jours, la comète 46P/Wirtanen pourra être admirée depuis la Terre sans télescope. Un spectacle qui s’ajoute à celui de la pluie d’étoiles filantes des Géminides.

    La comète 46P/Wirtanen est un petit astre glacé d’à peine un kilomètre de diamètre. Selon les spécialistes, elle est en train de passer au plus près du Soleil et de la Terre. Le meilleur moment pour l’observer sera aux alentours de 22h30. Le 16 décembre, 46P sera au plus près de la Terre, à 11,6 millions de kilomètres « seulement ».

    Une distance relativement courte. C’est en fait la dixième comète la plus proche de la Terre depuis les années 1950. Elle a été découverte le 17 janvier 1948 par l’astronome américain Carl Alvar Wirtanen.

    JUSQU’À NOËL

    Cette comète devrait briller jusqu’à Noël avec, qui sait, une queue panachée visible. Autour du 22 décembre néanmoins, la pleine Lune rendra son observation plus délicate.

    Pour revoir une comète s’approcher aussi près de la Terre, il faudra par contre attendre 2029.

    Les nuits des 13 et 14 décembre, on pourra assister à un autre spectacle céleste, celui des Géminides : jusqu’à 120 météores par heure ! -

    Article de M.P

  • Et chez les autres ? Vous voulez devenir bénévoles dans votre commune ? Le GAL Pays des Condruses organise une séance d’information mardi 11 décembre à 20h

    Lien permanent

    Appel à la solidarité des Anthisnois

    Vous voulez devenir bénévoles dans votre commune ? Le GAL Pays des Condruses lance un projet pilote dans la commune d’Anthisnes. Après avoir répondu à un appel à projets de la Fondation Roi Baudouin, le GAL a reçu 10.000€ de subsides. « L’initiative des Villages Solidaires vise à développer la solidarité au sein des communes, entre les habitants. Nous voulons mettre en avant l’entraide intergénérationnelle. D’un côté, il y a beaucoup de personnes qui veulent être bénévoles et de l’autre, il y a des personnes qui ont vraiment besoin d’aide. Nous voulons créer un lien entre le besoin et la demande », explique Chantal Courard du GAL Pays des Condruses. Le projet « Villages Solidaires » ne remplace pas les aides, services et associations déjà présents dans la commune. Il cherche plutôt à encourager le volontariat de manière globale et à fédérer les habitants. «Les subsides de la Fondation Roi Baudouin serviront aussi à la création d’une plate-forme de volontariat locale. Nous allons mettre en place quelque chose de pérenne », précise Chantal Courard. Le GAL Pays des Condruses organise une séance d’information à la salle communale d’Anthisnes mardi 11 décembre à 20h. Les Anthisnois sont invités à venir partager leur vision du volontariat avec leurs voisins.

    Article de - E.F

    Source 

  • Les Territoires de la Mémoire ont 25 ans

    Lien permanent

    En 25 ans, l’association liégeoise a formé plus de 800.000 personnes à la citoyenneté.

    Des portes ouvertes sont organisées ces 8, 9 et 10 décembre.

    Fondés à Liège en 1993, les Territoires de la Mémoire fêtent leurs 25 ans.

    C’est à l’occasion de la journée internationale des droits humains, à l’initiative du Centre d’Action Laïque de la province de Liège, que des citoyens et anciens prisonniers politiques des camps de concentration nazis ont posé les premières pierres du centre d’éducation à la résistance et à la tolérance, devenu centre d’éducation à la résistance et à la citoyenneté.

    Les Territoires de la Mémoire défendent les libertés fondamentales en s’adressant aux jeunes pour les encourager à construire une société démocratique et solidaire. On estime que plus de 800.000 personnes ont été formées à la citoyenneté en 25 ans.

    «Près de 50.000 personnes sont sensibilisées chaque année à travers l’exposition permanente ’Plus jamais ça !’, des voyages pour la Mémoire, la campagne Triangle Rouge pour résister, la bibliothèque George Orwell, des publications et diverses activités.

    Depuis sa première version inaugurée en décembre 1999, l’exposition a vu passer plus de 200.000 personnes, principalement des jeunes venant des écoles de Wallonie et de Bruxelles», souligne-t-on du côté de l’association liégeoise. A l’occasion du 25e anniversaire, des portes ouvertes sont organisées ces 8, 9 et 10 décembre.

    Le public est ainsi invité à aller découvrir un parcours conté par le comédien Jean Claude Piérot ainsi que plusieurs expositions, dont ’Plus jamais ça !’, qui seront accessibles gratuitement.

    Le 10 décembre, le public est convié à un moment solennel à 18h, qui sera suivi de la représentation de la pièce de théâtre ’De l’ombre à la lumière’ par la compagnie du Bout de nez, lauréat du prix Passeurs de Mémoire du Parlement de Wallonie. -

     

    Source 

  • European Circus à Liège samedi 22 décembre 2018 départ 12h 45 aà l'Administration communale de Nandrin

    Lien permanent

    Pour tous les habitants des communes d'Anthisnes, Clavier, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot

    European Circus à Liège

    Le samedi 22 décembre
    Inscriptions (indispensables avant le 11/12) :
    0474/77.51.46 (vous pouvez laisser un message, nous vous rappellerons)

    Départ :
    12h15 – Place de Clavier-Station
    12h30 – Adm. communale de Tinlot
    12h45 - Adm. communale de Nandrin

    Séance : 14h00 – Liège - Parc d’Avroy

    Retour : prévu vers 17h30 aux mêmes endroits

     Prix :
    16 € par enfant
    20 € par adulte
    3 € + 1 ticket article 27

    Attention les places sont limitées!

     

    Source 

  • Pour se débarrasser des poux, il faut traiter toute la famille !

    Lien permanent

    RECRUDESCENCE EN RÉGION LIÉGEOISE ET EN PROVINCE DE LUXEMBOURG

    Alors qu’il y a quelques années, les poux envahissaient les cheveux des enfants à la rentrée scolaire principalement, ils sont aujourd’hui présents tout au long de l’année. Des pics sont observables selon les régions à des moments très différents. Actuellement, plusieurs écoles de la région liégeoise et de la province de Luxembourg, notamment, se plaignent d’un retour de ces nuisibles, d’autres régions pourraient suivre dans les prochaines semaines. « On a des produits moins efficaces et des parents qui ne travaillent pas tous ensemble. Donc on a une recrudescence permanente. Maintenant, c’est même plutôt en été quand il y a des camps qu’on remarque un pic et toujours aussi à la rentrée scolaire. Mais on vend des produits anti-poux toute l’année. Chez nous, c’était il y a un mois et c’est quelque chose qui tourne. C’est plus calme pour l’instant. Jusqu’à la prochaine épidémie…», déplore un pharmacien namurois. Il estime en effet que les parents ne traient pas toujours efficacement les cheveux de leurs enfants. DEUX SHAMPOINGS MINIMUM L’application d’un shampoing anti-poux est efficace si l’enfant n’est plus en contact avec les nuisibles. Il faut donc traiter l’ensemble de la classe et les vestes, manteaux, écharpes… « Il faut toujours traiter toute la famille et tout le monde d’un coup. Il faut recommencer une semaine plus tard car les produits ne sont pas toujours efficaces sur les lentes, qui mettent une semaine à éclore et il faut être sûr que l’enfant ne soit plus en contact avec les poux. Pour éliminer le parasite des vêtements, il faut soit laver les tissus à plus de 60oC, soit les tenir à l’écart de tout hôte potentiel pendant plus de 15 jours. Si le pou est privé de nourriture, il finira par mourir au bout de 15 jours. La cause du problème no1, c’est que tout le monde ne traite pas ses enfants en même temps. Les vestes aux portemanteaux des écoles se côtoient et les poux se propagent », explique le pharmacien. Quant au traitement, il n’existe rien de reconnu scientifiquement en termes de prévention mais les shampoings naturels qui assèchent les poux fonctionnent très bien. -

    Article de FANNY JACQUES

    Source 

  • Attention : Fin de la période de régularisation des armes à feu !!!

    Lien permanent

    La période de régularisation qui a débuté le 1er mars 2018 se terminera le 31 décembre prochain. Il est encore temps de régulariser la détention de vos armes et chargeurs qui ne seraient pas détenus légalement, mais il ne faut pas tarder !


    En effet, il n'y aura pas de prolongation et si vous n'avez pas obtenu un document (modèle 6A ou 10A) délivré par la police avant la fin de l'année 2018, il ne vous sera pas possible de prouver que vous avez accompli les démarches à temps.


    En effet, il ne suffira pas de prouver que vous avez envoyé un courrier par recommandé ou un mail pour justifier d'avoir entamé la procédure de régularisation qui s'imposerait : en l'absence d'un document délivré par la police au plus tard le 31 décembre 2018, le Gouverneur ne pourra tout simplement pas traiter votre demande de régularisation : elle sera considérée comme irrecevable, conformément au prescrit de la loi et vous serez considéré comme étant en détention illégale d'arme(s) à feu ou de chargeur(s), avec les conséquences pénales qui s'imposent.


    Il est donc important de prendre contact SANS DELAI avec votre police locale car si vous vous y prenez trop tard et que le document sollicité ne peut vous être délivré à temps, la procédure de régularisation sera caduque.


    Alors, un conseil : contactez votre gestionnaire "armes" au sein de votre zone de police afin de régulariser votre situation : il sera bientôt trop tard !

     

    Source 

  • Un appel à la solidarité sur Facebook

    Lien permanent

    Marie-Sophie Remacle a lancé un appel à la solidarité sur Facebook ce jeudi. Dans le cadre de Viva For Life, la jeune maman propose aux Claviérois un achat groupé de boules de Noël. Ces boules, labellisées Viva For Life, elle les récupérées dans les banques Belfius, partenaires de l’action. Après avoir récolté 300€ l’année dernière, elle a décidé de remettre le couvert. « Je récolte les inscriptions personnellement ou à la boulangerie du village de Ocquier jusqu’au 16 décembre », explique Marie-Sophie. Si cette action vous intéresse et que vous habitez Clavier, contactez Marie-Sophie au 0495/25.86.24. Elle se déplace dans la commune pour redistribuer les boules.

    Clavier : Achat groupé de boules de Noël pour Viva For Life

  • Une première crèche voit le jour à Ouffet

    Lien permanent

    Elle ouvrira ses portes à l’athénée royal en janvier prochain

    L a commune d’Ouffet comptera d’ici un mois une crèche publique, la première de l’entité. Installée au premier étage de l’école fondamentale de l’athénée royal d’Ouffet, elle accueillera 18 petits bouts de 0 à 36 mois, à partir du 7 janvier prochain.

    Les travaux sont à présent terminés et l’ONE a donné son feu vert, pour le plus grand plaisir d’Aline Berger, directrice de la section maternelle et primaire de l’athénée royal d’Ouffet. La nouvelle crèche, la première d’Ouffet, accueillera les petits bouts dès janvier prochain, le 7 « si tout va bien. » Et la demande semble au rendez-vous puisque, sur les 18 places disponibles, 15 demandes ont d’ores et déjà été formulées. L’initiative vient en fait de la directrice et part du constat du manque de places en crèche pour les bébés de l’entité. « On a remarqué que les parents ouffetois faisaient garder leur bébé en dehors d’Ouffet, près de leur travail, à cause de l’offre restreinte (il n’y a que des accueillantes à Ouffet) et parce que la commune étant située loin des axes autoroutiers, les horaires ne conviennent pas aux parents qui travaillent. Il y a deux ans, nous avons rentré un projet lors du Plan Cigogne qui a été repris. Notre crèche est donc subventionnée par l’ONE au niveau salarial. L’aménagement des locaux a lui été pris en charge par l’école, sur fonds propres. » La crèche, appelée « Le nid douillet d’Ouffet » et reprise sous ASBL, a pris ses quartiers dans deux anciennes classes inoccupées de secondaire, au premier étage de l’école maternelle et primaire. « Nous aurons l’avantage d’ouvrir 5 jours sur 5 de 7 à 18h, y compris pendant les vacances scolaires. Et si l’enfant est malade, sur présentation d’un certificat médical, les parents ne paient pas, il n’y a pas de forfait », souligne la directrice d’école. Les tarifs sont également adaptés aux revenus des parents (suivant un barème). Les locaux comportent deux grandes salles de jeux (une pour les 0-18 mois et une deuxième pour les 18 à 36 mois), une biberonnerie, une salle du personnel et trois dortoirs. «À deux ans et demi, il sera possible de découvrir la section maternelle (cours de psychomotricité, ateliers…) et les parents choisiront de soit y inscrire leur enfant ou bien de le laisser à la crèche », ajoute Aline Berger. Y travailleront : une directrice de crèche, également infirmière, une assistante sociale et quatre puéricultrices. Plus d’infos au 086/36.64.46. -

    Par ANNICK GOVAERS

    Source 

     

    les photos ici

     

  • Le prix chez le médecin augmente dès janvier 2019

    Lien permanent

    Les honoraires pour une consultation chez le médecin de famille, une visite à domicile ou le dossier médical global augmenteront de 3,33 % dès janvier, a indiqué Marc Moens, président de l’Association belge des syndicats médicaux (Absym). Le ticket-modérateur augmente d’environ autant, de sorte que le coût pour le patient reste pratiquement constant. Les honoraires pour une consultation classique passeront de 25,4 à 26,3 €. Le ticket modérateur augmentera dans les mêmes proportions. Une consultation à domicile passe à 38,9 € (+ 1,25 €), une hausse qui ne sera pas totalement compensée par la mutuelle. Pour un dossier médical global (DMG), ce sera 31 € au lieu de 30 et 56,8 au lieu de 55 € pour les malades chroniques. Le ticket-modérateur est augmenté de 3,3 % pour le DMG également. -

    Source 

  • Avis aux amateurs : la Sûreté de l’État recrute

    Lien permanent

    La Sûreté de l’État veut constituer une réserve de 1.000 inspecteurs, 500 néerlandophones et 500 francophones.

    Les candidats peuvent s’inscrire jusqu’au 18 décembre via le site web du Selor.

    Une fois la réserve créée, la Sûreté y puisera lorsque des emplois seront ouverts. Intéressé ?

    Il faut disposer d’un bachelier ou d’un master et être âgé d’au moins 21 ans en date du 18 décembre.

    La nature du diplôme n’importe pas

    Source 

  • Marché de Noël, animation fanfare ,concert de Noël du 7, 8 et 9 décembre 2018

    Lien permanent

    Une série d’animations sont prévues en collaboration avec l’Administration communale et la participation active de l’Académie Marcel Désiron, l’Association des commerçants amaytois, le Centre culturel et la Chorale d’Amay.

    Au programme : marché de Noël, stands artisanaux, dégustations, concerts, chorales, exposition, cinéfamille et théâtre.

    Du 5 au 20 décembre : Expo « Les Lutins d’ici et leur nez » de Sandy Havenith, au Centre culturel. En clin d’oeil à la pièce théâtre proposée le 16 décembre (voir plus loin), cette exposition photo autour du thème du « Nez » et de l’univers enchanteur de Noël sera accessible. Sa particularité est de mettre à l’honneur une vingtaine d’enfants entre 3 et 14 ans habitant la commune. Entrée gratuite.

    Vendredi 7 décembre dès 19h30: Inauguration du marché de Noël, composé de commerçants amaytois et d’artisans (une vingtaine). Il s’étendra sur la place Ste Ode, une partie de la Grand-Place et le parvis de la Collégiale. Vous pourrez y découvrir des produits du terroir, la bière de Flône, des bijoux fantaisie, la peinture lumineuse, des décorations diverses, des jouets hors du commun, des vêtements, des doudous, une confrérie, des bars, etc. 

    Illumination du sapin sur la place Ramoux suivie, à 20h, d’un concert par le groupe Voca jazz au Centre culturel (redécouverte du rhythm ’n’blues). Entrée gratuite aussi.

    Samedi 8 décembre : Ouverture du marché de Noël de 11h à 22h et le dimanche 9 décembre de 11h à 21h.

    - de 11h à 15h : animation fanfare sur le marché de Noël ;

    - à 15h : les musiques en choeur à la Collégiale ;

    - de 16h à 18h : présence du Père Noël sur le marché de Noël, avec distribution de chiques.

    Bar à vin et cava, écailler, foie gras, saumon fumé, boudin,… Le stand tenu par l’association des commerçants en collaboration avec la Boucherie des Trois vous proposera des assiettes de charcuterie de fête à emporter.

    Présence de la Forêt de Popy avec la Reine des Neiges, les princesses de Walt Disney et quelques super-héros. Châteaux gonflables, grimage et stand de crêpes, gaufres, chocolat chaud et boissons twist and drink pour enfants.

    Animation musicale assurée durant tout le week-end par AFM Radio.

    Dimanche 9 décembre :

    - à 15h : Cinéfamilles « Santa et Cie » (un film avec Alain Chabat) suivi d’un goûter. PAF : 4 € ;

    - de 15h à 18h : présence du Père Noël sur le marché de Noël ;

    - à 15h : concert de Noël en deux parties (La Scola et Les perles Noires) à la Collégiale.

    Dimanche 16 décembre à 9h30 : Noël au théâtre (petit-déjeuner suivi d’un spectacle) au Centre culturel.

    Un nouvel éclairage

    Cette année, le service des Festivités d’Amay a fait l’acquisition d’un tout nouvel éclairage afin d’égayer le centre-ville d’Amay. Des illuminations de Noël ont ainsi été disposées sur la chaussée F. Roosevelt, aux deux ronds-points et sur la place Sainte-Ode. Un grand sapin, en habit de lumière, ornera la place Ramoux. Cet investissement de 5.000 € permettra de faire scintiller les rues d’Amay durant la période des fêtes.

     

    Source 

  • Noël au théâtre du samedi 15 décembre 2018 au dimanche 6 janvier 2019

    Lien permanent

    16 spectacles jeune public en région hutoise

     

    En cette fin d’année, partageons en famille des moments d’émerveillement, de fantaisie,
    de réflexion et de magie ! Chanson, musique, danse, marionnettes et théâtre : autant de
    propositions rassemblées dans le programme de spectacles jeune public Noël au Théâtre.
    C’est L’histoire d’une longue journée…
    Boulou déménage et a perdu son Petit mouchoir, emporté au loin par de Drôles
    de Zoziaux ! La princesse au petit pois fait le Tour du monde en chansons et en
    solo, ce qui donne – naturellement –Tourne solo.

    Les quatre fils Aymon jouent à Cache-Cache mais leur manège
    se voit Comme le nez au milieu de la figure ! Ils s’asseyent alors autour du feu
    pour écouter, D’ici D’ailleurs, les Musiques bavardes. « Bon débarras ! »,
    s’exclame Mister Déwitt, sur le Qui vive ! car il n’aime pas se faire
    surprendre. Lui qui voulait la Création d’un univers, le voilà servi.
    Vous le serez aussi !
    Des représentants des Centres culturels et des Comités culturels locaux de l’Arrondissement seront heureux de vous présenter ces spectacles lors d’un point presse ce vendredi 7 décembre à 10h30 au Centre culturel d’Amay.
    Merci de nous confirmer votre présence par retour de mail ou par téléphoneau 085 31 24 46. Si vous ne pouvez êtreprésents, le programme pourra vous être envoyé sur simple demande.
    Noël au Théâtre est une initiative de la Chambre des Théâtres pour l’Enfance et la Jeunesse/Wallonie-
    Bruxelles. Les 16 spectacles de cette édition sont organisés par les comités culturels, ou administrations
    communales, et les centres culturels de la région de Huy.

    Nathalie Meurant-Pailhe, Diffusion Jeune Public
    nathalie.meurant.pailhe@ccah.be
    Axelle Fuks - Chargée de communication
    communication@ccamay.be

     

    16 spectacles à découvrir

    > 15 décembre à 14h et à 16h : « Drôles de Zoziaux ! » est un conte théâtralisé. Dés 4 ans. Adresse : Salle Les Thuyas à Verlaine. 6 €.

    > 16 décembre à 10h30 : « Comme le nez au milieu de la figure » est un conte sur une princesse au profil peu avantageux. Adresse : « Les Variétés », Amay. 7 €.

    > 16 décembre à 15h30 : « Petit Mouchoir » raconte le parcours initiatique d’un mouchoir ! Dés 4 ans. Adresse : Maison de Village, Avennes. 6,50 €.

    > 21 décembre à 20h30 : « Les quatre fils Aymon » est un spectacle de marionnettes. Dés 9 ans. Adresse : Latitude 50, Marchin. 8 € (-18 ans) et 12 €.

    > 23 décembre à 14h : « Tour du monde en chansons », c’est exactement ça... Un tour du monde des chansons populaires revisitées. Dés 4 ans. Adresse : Espace SaintMengold, Huy. 6,50 €.

    > 26 décembre à 17h : « Boulou déménage » est l’histoire vraie d’un petit garçon qui quitte la Belgique. Dés 5 ans. Adresse : Salle La Tinlotoise, Tinlot. 6 €.

    > 27 décembre à 14h et 16h : « Musiques bavardes » est un spectacle de contes musicaux. Dés 5 ans. Adresse : Château de l’Avouerie, Anthisnes. 6 €.

    > 27 décembre à 14h30 : « Mister Déwitt » met en scène un scientifique coincé dans la cabine d’un bateau. Dés 6 ans. Adresse : Centre culturel, Engis. 6€.

    > 28 décembre à 15h : « D’ici et d’ailleurs » aborde la thématique de l’exil. Dés 5 ans. Adresse : Salle Bois Rosine, Strée. 6 €.

    > 29 décembre à 15h : « L’histoire d’une longue journée » est un spectacle de chant, danse et théâtre. Dés 3 ans. Adresse : Salle Talier, Hamoir. 6 €.

    > 2 janvier à 16h : « Cache-cache » est un spectacle sans paroles sur le rituel du coucher. Dés 2 ans et demi. Adresse : Chapiteau Decrollier, Marchin. 8 €.

    > 3 janvier à 14h et 16h : « Création d’un univers » est un show de danse et de théâtre. Dés 2 ans et demi. Adresse : Salle La Grange, Clavier. 6 €.

    > 3 janvier à 14h30 : « Qui vive ! » propose une mise en scène surprenante et colorée. Dés 2 ans et demi. Adresse : Centre culturel, StGeorges. 6 €.

    > 4 janvier à 15h : « Tourne Solo » signe le retour d'André Borbé dans la région ! Dés 6 ans. Adrese : Institut St-François, Ouffet. 6 €.

    > 6 janvier à 15h : « La princesse au petit pois » est une revisite du conte traditionnel. Dés 6 ans. Adresse : Salle Jean-Pierre Catoul, Wanze. 7 €. Toutes les infos et réservations sur le site www.acte2.be. -

  • Un jogging nocturne et festif aujourd'hui 7 décembre 2018 Cor’Huy’Da

    Lien permanent

    Ce vendredi soir, le centre-ville de Huy sera de nouveau envahi par les Pères Noël joggeurs à l’occasion de la septième édition d’une Cor’Huy’da organisée de concert par la Ville et le Huy Athletic Club.

    En cette période de l’année, le monde du jogging s’empare du terme « Corrida » et fait la part belle au courir « autrement », du moins en ce qui concerne les tenues arborées par les sportifs. Et dans cet exercice, les Hutois ne sont pas les derniers à enfiler leur plus beau déguisement. Maman Noël, chenille géante ou même le Grinch, vous pourrez tous les retrouver, ce vendredi soir dans les alentours de la Grand-Place de Huy, au sein d’un peloton dans lequel défileront des centaines de sportifs.

    École Sainte-Marie

    « En effet, les amateurs de courses à pied pourront s’adonner à leur passion sur trois distances différentes. Une boucle de 2km à réaliser pour les plus petits (NDLR : jusqu’à 13ans) et ce même parcours de 2km à parcourir 2 fois ou 4 fois pour les plus aguerris. Rien de changé par rapport au succès de foule de l’année passée », expliquait Christian Legros, bien conscient d’avoir trouvé, en l’école Sainte-Marie, située à deux pas de la Place Verte et du Vieux Huy, un centre névralgique idéal.

    « L’année passée, nous avions décidé de rassembler en un même lieu la ligne de départ et celle d’arrivée, car il était devenu trop compliqué de s’y retrouver pour les concurrents, lors des éditions précédentes. En effet, les sportifs devaient jongler entre un départ Avenue Delchambre, une arrivée Place Verte avant de terminer par une douche à la piscine communale. Il y a deux ans, le vainqueur, peu habitué à notre région il est vrai, avait même réalisé une boucle supplémentaire. Par souci de clarté et surtout de facilité, nous avions alors fait le choix de l’École Sainte-Marie où tout s’est bien déroulé lors de l’édition 2017. De quoi remettre la même organisation en place ».

    Animations musicales

    Une organisation qui espère donc séduire des centaines de joggeurs, comme ce fut le cas lors des six éditions précédentes.

    « Il est difficile de tirer un premier bilan sur les pré-inscriptions, mais nous espérons, évidemment, que les amateurs de course à pied se déplaceront en nombre ce vendredi soir. Pour encourager tous les concurrents et leur apporter un peu de force supplémentaire, deux animations musicales seront situées sur le parcours, comme lors des précédentes éditions » terminait Christian Legros.

    Infos pratiques : départ 2km : 18h30, 4km : 18h45 et 8km 19h30. Inscriptions : dès 18h00 à l’école Sainte-Marie (Rue Vankeerbergen). Contact : 085/21.78.21 ou sports@huy .be

    JULIEN BLAVIER

     Source 

    D’autres animations émailleront ces Plaisirs d’hiver.

    La Cor’Huy’ Da : le 7 décembre est organisé un jogging nocturne et festif dans le centreville.

    Intitulé Cor’Huy’Da, il attire chaque année toujours plus de participants. Au musée et à la bibliothèque : l’ambiance de Noël gagnera de nombreux lieux. Ce sera notamment le cas de la bibliothèque et du musée communal.

    À la bibliothèque, un atelier d’écriture, un théâtre de marionnettes et des lectures de conte sont au programme. Quant au musée, il se sera paré de ses habits de fête et proposera des visites et des spectacles familiaux.

    Saint-Mengold : la Fabrique d’hiver s’installera du 15 au 23 décembre à l’espace SaintMengold. Des marchés de Noël seront également organisés à Tihange, Ben, Saint-Léonard et à Huy.

    À Gives, c’est le père Noël installé sur son char illuminé qui fera la tournée du village le 23 décembre, jour où la fanfare locale propose son traditionnel concert de Noël.

    Un concours : les commerçants proposent à nouveau l’opération La glisse d’une rive à l’autre qui permet à leurs clients de remporter des cadeaux dont un voyage à NewYork

    Source 

  • Bientôt un nouveau look pour la carte d’identité ?

    Lien permanent

    La commission Affaires intérieures du Parlement européen a approuvé lundi soir un projet de nouvelles normes de sécurité pour les documents d’identité. Elle se prononce notamment en faveur de la couleur bleue pour toutes les cartes d’identité et de l’ajout du drapeau européen sur ce document.

    « À côté de leur identité nationale, les citoyens jouissent également d’une citoyenneté européenne qui leur procure protection et droits.

    C’est pour cela que j’ai proposé dans mon rapport la couleur bleue et d’ajouter le drapeau européen sur ces cartes », a indiqué le Belge Gérard Deprez (MR), député européen et responsable du dossier au Parlement européen. Les normes de sécurité doivent surtout permettre de lutter contre les problèmes de fraudes. -

    Source 

  • Le petit bar à Dudu marcher de Noël à Villers le Temple le 7,8 décembre 2018

    Lien permanent

    Revoilà pour une 3 éme éditions d'enfer. 
    Même principe , même produit .
    Bière spécial, vin rouge ,vin blanc ,champagne et quelque en-cas .... 
    Un peut de musique une ambiance cosy et plein d'amis pour passe une excellente soirée.

    Événement clic ici 

    Nicolas Dlm

    dudu.JPG

  • First Live Melanie Duchesne's Band demain 8 décembre 2018

    Lien permanent

    Pour réserver....

    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10215283463071095&id=1570320095

     

    https://www.facebook.com/events/306134236612917/permalink/332678027291871/

  • Elle aide les familles à se réconcilier

    Lien permanent

    CHRH: des thérapies pour aider les familles à se réconcilier

    Durant les périodes difficiles, il arrive que des familles ou des couples se tournent vers la thérapie de groupe. Depuis le 1er octobre dernier, Fatima Ajdini, infirmière en neuropsychiatrie au CHR de Huy, organise des thérapies familiales et de couple. Elle a reçu le soutien de la cheffe de la psychiatrie, du chef de la psychologie et de l’infirmier en chef du service de psychiatrie. «Je me suis rendue compte que la maladie avait des répercussions sur les familles des patients », confie-t-elle. L’infirmière a donc suivi des cours de thérapie systémique. « La famille est un système. Quand une personne va mal, tout le monde va mal. Le système dans son entièreté souffre».

    L’infirmière aide les patients à comprendre leur problème et à trouver une solution. Et là, pas de recette miracle, les familles doivent coopérer. « Je leur donne un coup de pouce grâce à divers outils. Je leur apporte aussi une écoute attentive et de confiance. L’objectif est de trouver de nouvelles façons de communiquer », précise la médiatrice. Le job de Fatima, c’est avant tout d’aider ces familles et couples à rétablir la communication.

     

    Concernant les couples, il ne s’agit pas forcément de garder les deux personnes ensemble à tout prix. «J’aide les couples à se séparer sereinement si ça ne va vraiment pas », ajoute Fatima Ajdini.

    Née en Belgique, Fatima Ajdini a des origines kosovares. Sa famille a fui le pays et s’est adaptée à la culture belge. Un patrimoine que l’infirmière utilise régulièrement en thérapie. « De plus en plus de personnes viennent du Kosovo. Au CHR, on aide ces personnes dans leur processus d’intégration. Il arrive donc que les psychologues de l’hôpital fassent appel à moi pour les comprendre autant au niveau du langage que de la culture », affirme Fatima. Aider des familles étrangères à s’intégrer fait partie des services proposés par l’infirmière pendant les thérapies familiales. Il arrive aussi qu’elle s’occupe de familles mixtes dans laquelle des croyances et nationalités différentes doivent apprendre à coexister.

    L’hôpital reçoit beaucoup de demandes depuis l’ouverture des consultations en octobre. Et les motivations sont multiples : « Ils viennent à cause d’un manque de communication, de conflits avec les enfants ou entre les générations ou d’un événement traumatique comme un accident ».

    Les consultations ont lieu le lundi de 12h30 à 18h. Le nombre de séances nécessaires varie en fonction des besoins du patient. Prise de rendez-vous au 085/27.27.27.

    ESTELLE FALZONE

    Source 

  • les travaux ont enfin repris entre les Neuf Bonniers et le rond-point des Gottes à Modave

    Lien permanent

    Ce lundi soir, après sa prestation de serment, Eric Thomas qui succède à Jeanne Defays à la tête de la commune, a présenté les grandes orientations de sa politique pour les six années à venir. Parmi les priorités : la mobilité et en particulier celle de la traversée de Vierset. « L’étude qui vient d’être lancée devra tenir compte, comme à Strée, aux Gottes et à Outrelouxhe, de la liaison Tihange-Tinlot », a – t-il introduit.

    Une allusion à la reprise du chantier de la 2e phase de cette liaison. Depuis l’été, les travaux entre les Neufs Bonniers et le rond-point des Gottes ont repris. Le SPW table sur la fin du chantier au printemps prochain. En avril 2019, il serait ainsi tout à fait possible de relier Tihange, au départ du rond-point de la centrale nucléaire, à Modave. Sans traverser Huy pour aller rechercher les Longs Thier.

    Même si cette liaison entre le Condroz et la Hesbaye est encore partielle (il reste une phase pour qu’elle soit complète), le bourgmestre de Huy, Christophe Collignon, a déjà annoncé qu’il était favorable à son ouverture. «  Lorsqu’elle sera ouverte, ce sera 40 % de charroi en moins pour la Ville de Huy. Il s’agira d’un véritable contournement pour notre ville ».

    Eric Thomas ne l’entend pas de cette oreille : «  n’en déplaise à la Ville de Huy, nous nous opposerons à cette ouverture », nous a-t-il reconfirmé par téléphone ce mardi. «  Il y a un accord signé du ministre Di Antonio qui précise que la liaison ne sera pas ouverte tant que la 3e phase n’est pas terminée  » (pas avant 2020), rappelle-t-il.

    Les conséquences de l’ouverture de la liaison après la 2e phase seraient catastrophiques pour la sécurité des Modaviens, affirme-t-il : « tous les camions devraient passer route de Strée, devant le Proxy mais aussi à proximité de l’école primaire St-Louis et, juste à côté, du terrain de foot. »

    Eric Thomas en a encore récemment débattu avec son homologue hutois Christophe Collignon : «  Je comprends les arguments de s Huytois mais ils doivent encore un peu patienter ». Eric Thomas prône le dialogue afin de trouver un terrain d’entente.

    Radars préventifs et répressifs

     

    D’autres priorités ont encore été pointées par le bourgmestre qui veut notamment amplifier ses efforts en matière de sécurité. «  Récemment, trois radars préventifs mobiles ont été placés dans la commune. ». Il ne compte pas en rester là : «  au risque de déplaire, il faudra insister auprès de la zone de police pour installer des radars répressifs aux endroits les plus dangereux de notre commune, et ils sont nombreux. »

    Il a aussi annoncé la création d’une résidence-service pour les aînés. « Pas une résidence de luxe comme on en voit de plus en plus, mais une résidence-service à prix modérés ». De même que la construction d’un hall relais ou atelier rural dans la zone d’activités économiques de Strée. Objectif : «  Faciliter le lancement de nouveaux indépendants ou petites sociétés qui ont besoin d’espace mais qui ne veulent pas prendre le risque de se lancer dans de grands projets ou investissements coûteux  ».

    Dans l’opposition (POM et UC), nul doute que tous ces projets seront tenus à l’œil ; «  Nous nous répartirons les dossiers et la tâche de veiller au bien-fondé des projets menés par la majorité. L’opposition se veut donc constructive, certes, mais juste, surtout », a indiqué POM.

    PAR M-CL.G

    complet