• Déjà 40 ans pour le club de Villers-le-Temple le club de céramique expose

    Lien permanent

    « L’art est comme une maîtresse »

    Charles Skorus est passionné d’arts plastiques depuis toujours

    Charles Skorus montrera son art dans la salle du conseil de l’Administration communale de Nandrin au mois de juin 2019. Cet artiste local a plusieurs expositions à son actif. Ce weekend, il a donné un avant-goût de son talent lors de l’expo du club de céramique de Villers-leTemple.

    Le Nandrinois Charles Skorus dessine depuis aussi longtemps qu’il peut s’en rappeler. Mais il a développé un intérêt sérieux pour la peinture il y a seulement dix ans. Peu à peu, il a commencé à se tourner vers la céramique. Cela fait maintenant deux ans qu’il enchaîne les œuvres en terre cuite, à raison de presque une par semaine. Ce week-end, une dizaine de ses créations étaient exposées à l’Administration communale de Nandrin.

    Il est la tête dure du club. Bien loin des conventions, il va régulièrement à l’encontre des instructions de sa formatrice, Huguette Lackman. « Il m’arrive d’utiliser des matériaux qui ne sont pas adaptés à la sculpture. Si je ne suis pas prudent, cela fait exploser les œuvres dans le four…

    Dans n’importe quelle forme d’art, personne ne peut préjuger du résultat final donc autant essayer », se défend malicieusement l’artiste. À 66 ans, ce conducteur de travaux dans la restauration à la retraite a toujours cultivé une sensibilité artistique. Constamment à la recherche d’un nouveau mode d’expression, le sculpteur prône la spontanéité. Il ne dessine rien au préalable et se laisse porter par son instinct. Si il a commencé très jeune, Charles Skorus sait aussi qu’il n’arrêtera pas de créer de sitôt : « L’art, c’est une maîtresse qui vous oblige à toujours aller plus loin. Je suis animé par un besoin d’expression ».

    Ses œuvres sont à son image : imposantes et marginales. Il s’agit souvent de personnages, hommes ou femmes, aux formes généreuses, voire disproportionnées.

    « Ces figures sont l’idée que je me fais d’un sentiment. Par exemple, un personnage qui regarde vers le haut représente l’optimisme. Le boxeur, c’est la puissance. Les femmes aux courbes généreuses, c’est l’idée que j’ai de la féminité », développe Charles. Et cette originalité fonctionne, même si les proportions énormes de ces sculptures rebutent parfois la clientèle de passionnés.

    Charles Skorus prépare une exposition en solo pour le mois de juin 2019. Elle devrait aussi se dérouler dans la salle du conseil, Place Ovide Musin à Nandrin. En attendant, ses œuvres sont à découvrir sur son site internet : http://www.apon.be/ -

    Article et photo de ESTELLE FALZON

    Source 

     

    Le club de céramique expose

    Ce week-end, les membres du club de céramique de Villers-le Temple ont exposé leurs œuvres dans la salle du conseil de l’Administration communale de Nandrin. Ce club, créé en 1979 par Huguette Lackman, rassemble une vingtaine de membres autour de la confection d’objets en céramique. Ancienne professeure d’arts plastiques à Waremme, Huguette enseigne les techniques de base du travail de la terre chaque semaine avec la même passion qu’à ses débuts en 1961. 

    Le succès grandissant du club a poussé la responsable à monter une exposition : « Je voulais mettre nos œuvres en valeur. Les gens ne prennent pas toujours la poterie au sérieux ». La lumière qui inonde la salle du conseil flambant neuve rend bien justice aux céramiques exposées. Et il y a en a pour tous les goûts et tous les âges. L’artiste le plus jeune n’a que 11 ans. Les sculpteurs en herbe ont chacun leurs techniques de prédilection. Certains se spécialisent, par exemple, dans la cuisson primitive de la terre.

    D’autres préfèrent le four à gaz pour le raku, une pratique japonaise du 16e siècle ! Les cours de céramique sont ouverts à tous. Ils ont temporairement lieu le mardi de 14h à 17h et le mercredi de 19h à 22h, Place Ovide Musin à Nandrin.

    Plus d’infos au 0495/ 497.239. -

  • Réservez déjà le samedi 17 novembre pour participer au Salon Zéro déchet

    Lien permanent

    Dans le cadre de la dixième édition de la semaine européenne de réduction des déchets (SERD) et de l’année thématique « zéro déchet » de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles Environnement vous invite à participer au premier salon Zéro déchet.

    Le mouvement « zéro déchet » inspire de nombreux Bruxellois qui souhaitent sortir du modèle de consommation linéaire « extraire-consommer-jeter ».

    Acteurs de terrain

    Venez donc découvrir les acteurs de terrain qui pratiquent déjà le zéro déchet dans leur entreprise, dans leur association ou dans leur ménage et qui vous donneront des idées pour agir dans votre propre environnement.

    En pratique

    Le salon « zéro déchet » se tiendra le samedi 17 novembre sur le site Tour &Taxis, avenue du Port, 86 c/3000 à 1000 Bruxelles dans deux bâtiments : Shed 1 et le BEL (bâtiment de Bruxelles Environnement)

    Public-cible : ménages et professionnels intéressés par le mouvement vers le zéro déchet. Activités prévues : stands, animations, démonstrations, gratiferia, conférences.

    https://www.salonzerodechet.brussels/

     

    Source 

  • Concert de Noël à Nandrin le 22 décembre 2018 l'ELAN vocal de Nandrin

    Lien permanent

    46022118_450299222163764_8569853171759841280_n.jpg

     

    Concert de Noël à Nandrin le 22 décembre 2018  l'ELAN vocal de Nandrin accueille la chorale L'Essenelle de Tilff 

  • Terrains synthétiques toujours au coeur des débats

    Lien permanent

    Deux semaines après l’annonce de la ministre des Infrastructures sportives disant que les nouveaux terrains synthétiques subsidiés par la Région wallonne étaient sans danger, le collège communal de Frasnes-lez-Anvaing a décidé le retrait des billes de caoutchouc ! C’est là que Valérie De Bue avait tenu à rassurer les parents.

    L’annonce, vendredi soir, du collège communal de Frasnes-lez-Anvaing ne va certainement pas rassurer les parents d’enfants gambadant sur un terrain synthétique. La commune est le fief de Jean-Luc Crucke, le ministre wallon du Budget, des Finances, de l’Énergie, du Climat et des Aéroports. Bourgmestre empêché, il est remplacé par Jacques Dupire.

    Le 26 octobre, Valérie De Bue, la ministre wallonne des Infrastructures sportives retournait sur le terrain synthétique du club de rugby des Collines à Frasnes-lez-Anvaing pour annoncer qu’il n’était pas nocif pour la santé de ses pratiquants. Elle se basait sur des tests effectués récemment et qui prouvaient que le taux de HAP (Hydrocarbure aromatique polycyclique) n’était que de 2 mg par kilo. Soit bien moins que la nouvelle norme de 20 mg adoptée par la Région wallonne.

    Quelques jours plus tard, le reportage de « Questions à la Une » consacré aux terrains synthétiques était diffusé par la RTBF. Une enquête qui laissait planer un doute sur la dangerosité desdits terrains. La ministre nivelloise semblait dépassée par les questions du journaliste. La semaine dernière, répondant à une question de la députée wallonne PS Christine Poulain, Valérie De Bue avait fait état de son « indignation quant au déroulement de l’interview à charge et empreinte d’agressivité ». « Il y a, estimait-elle, des règles déontologiques qu’il convient de respecter et qui, sous couvert du sensationnalisme, ont été laissées volontairement de côté ».

    Quelle réponse ?

    Il n’empêche, l’image de la ministre était égratignée. Dans ce reportage, on dénonçait l’absurdité des normes européennes. Un exemple : celles autorisées pour les jouets sont de 0,5 mg/kg de benzo(a)pyrène, soit bien moins que pour les terrains synthétiques où évoluent les mêmes enfants. Il soulignait aussi que, en Région wallonne, le document qui réglemente les terrains synthétiques et publié par InfraSports, directement sous la responsabilité de la ministre, est rédigé par le laboratoire français Labosport. Or, ce labo fait partie de l’organisation européenne des terrains synthétiques ESTO. « C’est donc un membre de l’industrie qui a rédigé ce document. C’est encore lui qui a réactualisé le cadre normatif », constatait l’enquêteur.

    Face à l’inquiétude des parents frasnois, le collège a donc décidé de retirer les billes de caoutchouc. Il avait refusé de le faire en mars dernier quand le conseil avait voté pour le retrait, par principe de précaution.

    Une fois encore, la ministre se retrouve donc fragilisée dans ce dossier. Par, qui plus est, un ministre ami. Difficile d’imaginer en effet que Jean-Luc Crucke ne soit pas au courant de la décision du collège de Frasnes-lez-Anvaing. En se rendant sur ce synthétique, Valérie De Bue ne savait sans doute pas qu’il s’agissait d’un terrain miné. Rappelons qu’elle y était déjà allée une première fois, au mois de mai, pour l’inauguration de ce site qui comprend aussi une piste d’athlétisme avec six couloirs.

    Hier, nous avons sollicité la réaction de Valérie De Bue. Échaudée par les médias, elle fait savoir via son cabinet que chaque commune est libre de faire ce qu’elle veut.

    Certes mais, en attendant, quel message adresser aux nombreux parents qui se posent cette question : « Dois-je laisser mon enfant jouer sur un terrain synthétique contenant du HAP ? » La Wallonie compte des centaines de terrains synthétiques. On sait que de plus en plus de questions sont posées par ces parents. Des questions qui, tôt ou tard, arriveront sur le bureau des bourgmestres concernés.

    PIERRE NIZET

    Source 

    « Je voterais contre »

    Michel Devos. Vous siégez dans l’opposition à Frasnes-lez-Anvaing en tant que conseiller communal PS. Vous êtes aussi l’ancien directeur d’InfraSports, le bras financier de la Région wallonne en matière d’infrastructures sportives…

     

    En effet mais il ne faut pas mélanger les choses. Je suis aujourd’hui inspecteur général au Département des Infrastructures subsidiées.

    Au mois de mars, vous aviez voté pour le retrait des billes en caoutchouc sur le terrain synthétique de Frasnes-lez-Anvaing.

    C’est vrai… Comme tout le conseil communal, par principe de précaution.Nous avions vu l’Envoyé Spécial consacré à ce sujet sur France 2 et nous avions décidé de mettre du liège. Une semaine plus tard, le Collège décidait le contraire. Cela a duré comme cela pendant des mois… avant que n’arrive l’émission de la RTBF.Vendredi soir, vers 20h15, nous avons été étonnés d’apprendre que le Collège avait finalement pris la décision de retirer ces billes en caoutchouc même s’il y a eu réception des travaux. Le chantier est terminé.

    Vous vous dites « surpris »…

    Oui, car, depuis, le travail de la ministre et de l’administration a bien avancé. Le cadre normatif en Région wallonne est beaucoup plus strict qu’au niveau européen.On est passé de 6.300 mg/kg autorisé à 20 mg. Pour le terrain de Frasnes, la concentration de HAP était de 2 mg.Soit 3.150 fois que la norme européenne. Au niveau de la pollution, vous risquez plus en vous promenant une journée à Bruxelles qu’en faisant du sport sur le terrain de Frasnes.

    Si vous deviez voter pour ou contre le retrait de ces billes en caoutchouc ?

    Aujourd’hui, je voterais contre le retrait des billes, compte tenu du résultat des tests effectués. Cette histoire va coûter 100.000 € à la commune car il faut retirer les billes, les stocker et mettre du liège à la place. Je ne suis pas sûr que la Région voudra bien le subsidier…

    P. N.

     

    Source 

  • Nandrinois Une app gratuite pour arrêter de fumer

    Lien permanent

    Tabacstop propose une toute nouvelle application pour aider les fumeurs à arrêter la cigarette.

    L’app rassemble des conseils scientifiquement validés, des statistiques ou encore des défis pour se changer les idées en cas de forte envie de fumer. Gratuite pour l’utilisateur, elle est financée par les autorités et permet, entre autres, de poser des questions aux tabacologues de Tabacstop. Cette application est disponible sur www.tabacstop.be/app-tabacstop ou sur Google Play Store ou Apple Store

     

    Source 

  • Journée de l'artisan dimanche 18 novembre 2018

    Lien permanent

    DÉCOUVREZ LES GRÈS DU CONDROZ
    JOURNÉE DE L'ARTISAN - DIM. 18 NOVEMBRE 2018
    - Visite guidée de la carrière (plusieurs départs: 10h30-11h30- 14h et 15h30)
    - Démonstrations (découpe et façonnage de la pierre)
    - Construction d'un mur de pierres sèches
    - Atelier 'Graine d'artisan' découverte du métier de tailleur de pierre par Benoit Potel
    - Atelier (montage de gabions)
    Attention : veuillez porter des chaussures adaptées à la météo !


    - Infos : GRATUIT, Rue Ereffe, 30a à 4570 Marchin, 085/41.11.91

     

    Tourisme Modave Marchin Clavier Tinlot
    vallée du Hoyoux, 6 B (12,92 km)
    4577 Modave
     
    085 41 29 69

    tou.JPG

  • Nandrinois ; Vos mutuelles sont en pleine mutation… mais pas d’inquiétude !

    Lien permanent

    Vous êtes nombreux à avoir reçu des lettres vous informant que votre mutuelle se réorganisait. Des documents qui ont induit des inquiétudes. Mais, il semble que ces nouveautés sont plus positives que négatives.

    > Les Libres.

    « Nous sommes dans un contexte financier difficile où nous devons réaliser des économies pour garantir nos services. Nous devons aussi nous conformer au changement de législation car certaines compétences de santé sont passées aux régions. Nous devons enfin développer notre digitalisation. Pour toutes ces raisons, nous sommes passés de sept à cinq mutuelles. Et d’ici 2022, nous n’en regrouperons plus que trois », nous confie Xavier Brenez, directeur des Mutualités Libres. « Pour nos membres, il n’y aura que du positif. Les remboursements seront meilleurs, et ce, sans impact sur les cotisations ».

     Les Socialistes (Solidaris).

    « Face aux défis financier, juridique, politique et digital, nous allons regrouper nos forces régionales. D’ici 2022, les différentes mutualités wallonnes de Solidaris vont s’unir pour constituer une seule mutualité. Cela va maximiser nos forces, atouts et services. L’objectif est d’améliorer notre qualité et renforcer notre proximité. Rien ne va changer pour nos membres si ce n’est l’uniformisation des services. La réassurance du ticket modérateur sera, par exemple, disponible pour tous, ce qui n’est pas le cas actuellement », explique JeanPascale Labille, secrétaire général de Solidaris.

     Les Neutres.

    La réorganisation y bat son plein. « Nos trois mutualités – Munalux, Charleroi et Liège – fusionnent pour devenir en janvier 2019 : la Mutualité Neutre. Tout cela est purement organisationnel et n’impactera pas nos membres si ce n’est pas l’harmonisation des assurances complémentaires », détaille Anne Verheyden, secrétaire général adjointe de l’Union des Mutualités Neutres. « En plus d’enrichir nos services, cela nous permet, face à notre petite structure, de répondre à la demande de la ministre de la Santé qui souhaite qu’une mutuelle dispose de minimum 75.000 titulaires ».

    > Les Chrétiennes.

    Les forces de ses 19 mutualités régionales font être réunies en une mutualité flamande et une wallonne d’ici 2022. « Le secteur de la santé est confronté à des défis sans précédent », déclare Jean Hermesse, secrétaire général de la MC. «Avec, par exemple, l’explosion du nombre de burn-out, nous réalisons que nous ne parvenons plus à répondre aux attentes des gens avec les modèles classiques. Nous voulons nous organiser en conséquence. La qualité, la rapidité et la proximité en seront au centre. Nous développons les services de manière plus proactive. Par cette modernisation de nos services, nous réussirons à faciliter l’accès de tous aux soins de santé ». -

    Article ALISON VERLAET

     

    Source 

  • Et chez les autres ? aujourd'hui Ouffet

    Lien permanent

    Deux nouveaux visages font leur apparition dans le Collège communal à Ouffet suite aux élections. Les Ouffetois Paul Wautelet et René Lambay laissent ainsi la place à Arnaud Massin et Michel Prévot. Pour tous les deux, il s’agit d’une première ! «  On savait, dès le soir des élections, que le Collège allait se composer comme cela  » confie Caroline Cassart, la bourgmestre. «  On va travailler dans la continuité avec une bonne gestion des finances. La communication est également un de nos objectifs. Dès novembre, on va mettre en place le quart d’heure des Ouffetois où les citoyens pourront intervenir pendant un quart d’heure lors du conseil communal. L’objectif est de laisser la parole à tous, c’est le projet de l’équipe.  » Et justement, cette équipe a été un peu remaniée pour cette nouvelle législature, tout comme les attributions du Collège qui ont été attribuées en fonction des souhaits respectifs au sein du groupe. «  J’aimais bien avoir les accointances de chacun  » confirme la bourgmestre.

    Les deux nouveaux échevins se sont ainsi vus attribuer en partie des compétences en lien avec leur profession. En effet, Michel Prévot (58) sera le nouvel échevin des travaux et du bâtiment, notamment. Des matières que l’Ouffetois maîtrise, lui qui a monté sa propre société en tant qu’entrepreneur de travaux. Il semble d’ailleurs déjà prendre son rôle d’échevin à cœur. Il s’est organisé pour avoir plus de temps à consacrer à sa vie politique en laissant ses enfants prendre le relais de la société. «  La vie à la commune et la vie en entreprise, ce n’est pas la même chose, il faut que je m’adapte  » explique-t-il.

    Quant à Arnaud Massin, courtier en assurances à Ouffet, il s’est vu attribuer entre autres les compétences du commerce, de l’association, de la jeunesse. «  J’ai toujours eu un intérêt pour la politique dans l’ombre. Je suis depuis longtemps investi dans la vie communale avec les Médiévales et l’association des commerçants.  » Association qu’il a pour projet de dynamiser. Il a également été le trésorier du patro il y a quelques années. «  C’est important de soutenir les associations et la jeunesse.  »

    Cependant, à Ouffet, beaucoup de dossiers sont traités de manière collégiale. «  Il y a un dossier qui nous tiendra particulièrement à cœur c’est celui des modes doux. C’est le dossier phare de la législature prochaine. C’est très important pour l’économie, l’environnement, etc. » conclut Caroline Cassart.

    Composition du Collège communal et compétences

    >Bourgmestre : Caroline Cassart. Compétences : état civil, finances, police, pompiers, affaires économiques, agriculture, enseignement

    >Premier échevin  : Francis Froidbise. Compétences : sport, tourisme, égalité des chances, bibliothèque (culture), patrimoine, environnement.

    >Deuxième échevin : Arnaud Massin. Compétences : commerce, association, ALE, jeunesse, petite enfance, urbanisme, information, logement.

    >Troisième échevin : Michel Prévot. Compétences : bâtiment, travaux, sécurité routière, fabrique d’église, cimetières.

    >Quatrième échevine : Renée Lardot. Compétences : CPAS, PCDR, affaires sociales, aînés, Petit Patrimoine Populaire Wallon.

    PAR MARIE LARDINOIS

     L'ACTU DE HUY WAREMME

     

    Article Complet