Il faut compter sept à dix jours pour un retour à la normale suite à la grève Bpost

Lien permanent

Plus de 90 % des facteurs ont débrayé vendredi. Le mouvement de grève touchera lundi les guichets et centrales téléphoniques, ainsi que la distribution des colis mardi. Les journaux distribués en Wallonie par bpost sont restés dans les imprimeries ce vendredi. Et l’incertitude plane sur la livraison des éditions du week-end. Côté justice, « amendes et convocations au tribunal seront reçues plus tard que prévues. Les contrevenants auront donc moins de temps pour trouver l’argent nécessaire ou pour préparer leur audience », confie un avocat. Même soucis chez les médecins. « Des résultats de patients sont bloqués. Certains doivent mettre leur traitement entre parenthèses. De notre côte, cela implique une surcharge de travail car nous ne cessons d’appeler les hôpitaux pour les obtenir », affirme un généraliste. « NOUS ESPÉRONS UNE SOLUTION » Et il faudra encore du temps pour voir ces documents arriver. « Si les Belges sont inquiets à cause de la grève, nous l’étions déjà avant. Vu le manque de personnel, le courrier n’était parfois pas livré pendant quatre jours. Nous réagissons aujourd’hui pour trouver une solution à ce problème ! Nous espérons vraiment qu’elle sera trouvée lundi lors d’une réunion avec la direction. Aussi bien pour les citoyens que pour les facteurs qui devront faire face à un surcroît de travail. Après la grève, le retour à la normale pour la distribution du courrier et des colis devrait avoir lieu dans les cinq jours », détaille Marc De Mulder du SLFP Poste. Si bpost ne souhaite pas communiquer sur cette durée avant lundi, la CGSP Poste est plus pessimiste. « L’évolution dépendra des volumes mais il faut compter sept à dix jours pour un retour à la normale », selon Jacques Lespagnard, secrétaire général. Un avis partagé par des facteurs. « Une grève, cela représente une charge de travail de six jours. En plus de celles que nous faisions déjà, nous devrons réaliser encore plus d’heures supp’ la semaine prochaine. Mais il était temps de réagir ! »

Article de  ALISON VERLAET

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel