Un film sur des femmes d’ouvrage de la région Ce mercredi 24 octobre 2018

Lien permanent

Béatrice, Christel, Laurence, Francine, Marie-Virginie, Rosalie, Nermina et Sabine travaillent toutes pour une entreprise de titres-services de la province de Liège.

Ces huit témoins sont issus d’un panel bien plus important que les deux réalisatrices ont suivi pendant plus d’un an.

« Pour préparer ce film, nous avons rencontré plusieurs dizaines de femmes (100 au total) qui travaillent comme aides ménagères dans diverses sociétés de titres-services. »

Un focus a été fait sur huit d’entre elles et la société de production des « Films de la passerelle » leur consacre un documentaire de 68 minutes, qui sortira ce mercredi dans les salles.

« Le film est construit autour de plusieurs personnages principaux et secondaires que nous avons suivis dans différentes séquences articulées autour de leur expérience singulière. Les dames y évoquent les raisons de leur choix, l’angoisse de la première fois, la confrontation à l’univers intime de leurs clients, les représentations du travail ménager dans la société et la place qu’elles y occupent », indiquent Agnès Lejeune et Gaëlle Hardy. « Elles parlent aussi de la charge physique du travail et de l’usure des corps, des rapports avec les employeurs, de leur ambition pour l’avenir de leur métier ou l’envie pour certaines d’en changer… »

Manque de reconnaissance

Le système des titres-services est sorti de l’œuf voici 15 ans. S’il a changé l’aspect statutaire de la profession, le regard que la société porte sur elle est encore fort ingrat.

 

« Aujourd’hui, même si le système des titres-services les a sorties du travail au noir et leur a donné un vrai statut professionnel, elles continuent à souffrir d’un manque de reconnaissance.

Après 15 ans d’existence du secteur, elles ont le recul suffisant pour prendre la parole et assumer un regard sur leur travail.

Elles souhaitent parler du travail ménager pour le tirer de son invisibilité, et pour qu’il soit reconnu à sa juste valeur.

 Filmer ces femmes postule qu’elles ont adhéré à notre démarche : elles ont accepté notre présence et collaboré.

Elles sont conscientes des enjeux du film, qu’elles partagent, et ont enrichi son propos tout au long des tournages. C’est surtout à travers les gestes, les postures du travail ménager, que la mémoire de nos personnages a été sollicitée : les dames interpellent la caméra, prise à témoin d’un souvenir, d’une situation emblématique ou symbolique du travail. »

Salle comble au Parc

Ce mercredi 24 octobre, le film sortira dans les salles. Une avant-première a été organisée ce 16 octobre au cinéma le Parc à Liège, en présence des huit actrices et la salle était comble.

Des débuts encourageants pour un film qui, les réalisatrices et les protagonistes l’espèrent, ne manquera pas d’éveiller les consciences.

ALLISON MAZZOCCATO

Article source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel