Nandrinois le diesel a augmenté « Encore », direz-vous

Lien permanent

ous découvrirez que le prix du litre de diesel a augmenté. « Encore », direz-vous. Il vous faudra débourser 1,634 €. Un montant jamais atteint. Pourtant, prévient Olivier Neirynck, tuer le diesel en Belgique serait une « aberration totale ». Explications.

1,634 euro. C’est pratiquement le montant que vous devez débourser pour acheter une bouteille d’un litre de Coca-Cola. 1,634, c’est surtout le montant que vous devrez payer ce matin pour un litre de diesel. Eh oui, cela monte encore pour atteindre des sommets jamais connus en Belgique.

Début 2016, ce même litre coûtait 1,054 euro. Sortez les calculettes, l’augmentation en même pas trois ans est de 55 % ! La différence pour un plein de 60 litres est énorme. C’est 34,80 € à sortir de plus de votre portefeuille.

Ce n’est pas pour cela qu’il faut regarder votre pompiste de travers. Il n’y est pour rien. En disséquant le coût d’un litre de diesel, on apprend que le prix du produit ex-raffinerie est de 0,5626 € et la marge et les coûts de distribution sont de 0,0082 €. C’est bien peu à côté de ce qui part dans les poches de notre cher État : les accises et cotisation énergie atteignent 0,6002 €, la TVA coûte 0,2837 €. Reste la petite cotisation Apetra (0,0082 €). Soit 0,8921 € (45,4 % du prix du litre) qui part dans la poche de notre cher État ! Doit-on craindre un diesel à deux euros le litre ? « Si je pouvais répondre à votre question, je serais riche », distille Olivier Neirynck, le président de la Brafco. « C’est impossible de le prévoir. Actuellement, les prix augmentent car ceux du baril à Rotterdam montent».

Plus de 20.000 km

Et le dollar, par rapport à l’euro, est fort. « Cela ne veut pas dire que le diesel peut redescendre un jour à 1,30 € le litre. On a atteint les limites au niveau des accises. Cela ne montera plus ».

Quand on lui demande si cela vaut encore la peine de rouler au diesel, la réponse est précise, cette fois. « Si vous roulez plus de 20.000 km par an, la réponse est un oui absolu. Vouloir supprimer le diesel en Belgique serait une aberration totale. Les recherches technologiques pour remplacer le diesel fossile sont exceptionnelles. Ces recherches permettent d’augmenter les performances des moteurs diesel tant sur le plan environnemental que de la consommation ».

« Intenable pour l’état »

Olivier Neyrinck rappelle que les voitures de société sont toujours à dominante diesel. « Dans cette catégorie, le diesel n’a pas vraiment chuté car cela vaut toujours la peine d’acheter des voitures marchant à ce type de carburant. Il est donc faux de penser qu’il sera impossible de revendre ces voitures en occasion ».

Et si le politique parvenait néanmoins à la suppression du diesel ? « Ce serait financièrement intenable pour l’État. Il devrait trouver de l’argent ailleurs, en mettant des accises pour les véhicules roulant au CNG », prédit Olivier Neyrinck…

PAR PIERRE NIZET

 

Article complet et vidéo clic ici 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel