• les Nandrinois se plaignent du bruit la nuit, aérport de Bierset

    Lien permanent

     

    Liège, Loncin, Nandrin, Neupré,... Les plaintes viennent d’un peu partout. Depuis plus d’un mois, les nuits complètes semblent devenir impossibles dans plusieurs communes de l’arrondissement liégeois.

    En cause : des avions trop bruyants au-dessus des maisons. Le phénomène est d’autant plus marqué ces derniers temps. Ce qui est particulièrement étonnant puisqu’en temps normal, les trajectoires des appareils sont optimalisées pour éviter les zones fortement peuplées, à basse altitude, tout comme l’agglomération liégeoise.

    Moins de vols

    Les vols de nuit auraient-ils augmenté ? «  Il n’en est rien  », déclare Christian Delcourt, le porte-parole de l’aéroport. «  Le nombre de mouvements d’avions est en baisse sur notre aéroport. Ce qui a changé, c’est le type d’aéronefs qui évolue vers des plus gros porteurs. Cela explique que le volume transporté augmente pour un nombre d’avions en diminution - plus de 45.000 en 2012, contre 9230 sur le premier semestre de 2018. On peut compter 80 mouvements par nuit en moyenne et une vingtaine de jour.Le bruit de l’avion dépend aussi de sa date de construction, plus il est récent, moins sa motorisation est bruyante, mais aussi de son emport, s’il transporte moins de tonnes, il fait moins de bruit  ». Voilà donc une des raisons qui pourrait expliquer les nouvelles nuisances... moins d’avions mais plus de bruit du fait de leur contenu chargé.

    Et quand on sait que de nouveaux géants, comme Alibaba, vont débarquer à Bierset, le phénomène pourrait prendre de l’ampleur...

    Le conseiller communal François Schreuer tire la sonnette d’alarme et le bourgmestre Willy Demeyer se charge d’interroger la SOWAER (la Société Wallonne des Aéroports) à ce sujet. A deux reprises.

    Luc Vuylsteke, président du comité de direction de la SOWAER, fait part de son explication. «  Les avions décollent et atterrissent toujours face au vent, pour des raisons de sécurité afin de minimaliser la vitesse par rapport au sol  ».

    Ainsi, la piste a été orientée, dès sa construction initiale, selon les vents dominants dans notre région qui proviennent principalement du secteur Sud-Ouest. «  C’est pourquoi la majorité des décollages utilisant la piste 22, s’effectuent vers le Sud-Ouest, en direction de Saint-Georges (sens habituel)  ». Cette procédure habituelle, comme indiqué, devrait normalement être très peu perçue depuis la Ville de Liège...

    En cause  : le vent

    D’où nous viennent alors les nuisances sonores de plus en plus pointées par les habitants ? Du vent. En résumé, c’est un peu cela. Explications. «  Une autre procédure peut être plus particulièrement perçue, sur les quatre procédures principales relatives à l’aéroport de Liège: les décollages utilisent la piste 04R, en général plus rares, prescrits quand la composante Nord-Est du vent impose l’utilisation de ce sens inhabituel, pour des raisons de sécurité  », explique encore Luc Vuylsteke.

    Et donc, lors de l’utilisation de cette procédure, les avions ne décollent plus en direction de Saint-Georges, mais bien en direction de Fexhe-Slins, en effectuant un virage vers le Nord, et suivent alors différents itinéraires selon leur destination finale.

    Plus perceptible à Liège

    Notons que cette procédure est plus perceptible depuis l’agglomération liégeoise.

    Il peut éventuellement arriver que des mouvements relatifs à cette procédure puissent virer prématurément vers l’Est ou le Sud-Est.

    Et en effet, pour répondre à la problématique, depuis le mois de mai, c’est bien cette piste 04 qui a été utilisée de manière plus importante suite aux vents récurrents du secteur Nord-est.

    Notons tout de même que seulement 194 plaintes ont été enregistrées en 2017.

    8.642 insonorisations déjà effectuées

    LUNDI, JUILLET 16, 2018 - 17:45

    «  Seulement 2 % des contacts entre les riverains et l’aéroport ont abouti à des plaintes », affirme Christian Delcourt, porte-parole de Liege Airport. En effet, en 2017, 167 plaintes ont été déposées – contre 981 en 2002. 5711 contacts ont été établis avec les riverains, parmi ceux-ci, 5544 souhaitaient des informations.

    L’aéroport se vante d’une politique d’insonorisation et d’écoute des riverains.

    Ainsi, 8.642 insonorisations ont été effectuées ainsi que 1774 immeubles achetés.

    En fonction de leur localisation, ces immeubles sont démolis, revendus ou encore loués à des fins privées ou économiques.

    Par ailleurs, fin 2017, 1202 mesures ponctuelles de bruit ont été effectuées autour des aéroports régionaux, dont celui de Liège.

    La politique de la SOWAER impose également d’autres règles en matière de défense des riverains, en plus des rachats et des insonorisations d’immeubles :

    Des primes de déménagement sont octroyées aux locataires. 213 ont été octroyées en région liégeoise.

    Des indemnités peuvent être octroyées pour les personnes qui exercent une activité commerciale ou professionnelle en cas de perte de revenus induite par le développement aéroportuaire. 56 indemnités ont été octroyées.

    Un Plan d’Exposition au bruit (PEB) existe. Il tient compte du trafic aérien estimé à moyen terme et fixe les mesures en faveur des riverains. Il est révisé tous les trois ans.

    Le principe d’égalité est une des mesures adoptées dans ce cadre-là. Il permet à tout propriétaire au 13 juillet 2004 d’une habitation périphérique à une des zones du PEB de vérifier le niveau sonore lié au trafic aérien via la pose d’un sonomètre.

    Si la mesure démontre que l’habitation est soumise à des niveaux sonores plus élevés que prévus, le propriétaire pourra prétendre aux mesures équivalant aux niveaux sonores enregistrés au droit de son habitation.

    Depuis sa création il y a 16 ans, la SOWAER entend établir un équilibre entre les intérêts économiques et la qualité de vie des riverains. En 16 ans, la SOWAER a réalisé des travaux sur ses deux aéroports pour 520 millions d’euros.

    E.K.

    Article complet clic ici 

  • Yanis a reçu une lettre de Christophe Lacroix, à la suite qu'il avait écrit une lettre à son bourgmestre

    Lien permanent

     Le jeune Yanis Wilmet a reçu une lettre de Christophe Lacroix, à la suite qu'il avait écrit une lettre à son bourgmestre,pour créer une plaine de jeux pour les enfants de sa commune

    "« Un jour, en revenant de l’école (Bas-Oha), à la suite d’une rencontre avec le bourgmestre de Wanze, Christophe Lacroix, Yanis a expliqué, qu’enfant, ce dernier avait demandé au bourgmestre de l’époque pour avoir un terrain de football. De là, Yanis est revenu avec la même idée pour Marchin », explique Magali Berger, la maman de Yanis."

    Il écrit une lettre à son bourgmestre, pour créer une plaine de jeux pour les enfants de sa commune. clic ici

    1yanis.jpg

     

     

  • Meeting de Liège en photos par le nandrinois Loris Demarteau

    Lien permanent

    À moins de trois semaines des championnats d’Europe d’athlétisme à Berlin, le meeting de Liège fera déjà figure de test de forme pour les nombreux athlètes présents, hier mercredi soir, sur la butte de Naimette-Xhovémont. Nafissatou Thiam, star à domicile, comptait ainsi faire le point lors de la compétition de saut en hauteur. Hélas, une… piqûre de taon pourrait obliger la Namuroise à faire l’impasse.

    Pas de chance pour Nafissatou Thiam.

    La tête d’affiche du meeting international de Liège, qui eu lieu hier mercredi soir à NaimetteXhovémont, souffre d’une inflammation à la cheville gauche, celle de sa jambe d’impulsion, suite à une piqûre d’insecte, fort probablement un taon.

    « Nafi est arrivée ce lundi à l’entraînement avec une cheville très enflée », explique son entraîneur, Roger Lespagnard.

    « Ce n’est pas la première fois qu’elle est victime d’une piqûre d’insecte… Elle est visiblement une cible préférée… Ce n’est évidemment pas grave en soi mais un peu embêtant alors qu’elle doit normalement sauter en hauteur mercredi. Il reste encore un peu de temps avant le concours et on ne décidera de sa participation qu’à la dernière minute, mais on ne va évidemment pas prendre le moindre risque à moins de trois semaines des championnats d’Europe de Berlin.

    C’est évidemment dommage car Nafi aime toujours bien se produire devant son public et qu’elle commence à être affûtée. »

    LES BORLÉE SUR 300 M VERS 20H

    Qu’elle y saute ou pas, le meeting de Liège sera/aurait dû être le dernier où se produira Nafi Thiam avant l’Euro de Berlin (7- 12 août), où il est prévu qu’elle arrive le 6 août. « D’ici là », indique encore Roger Lespagnard, « elle alternera quelques séances relativement dures avec d’autres beaucoup plus relax. »

    Les autres points chauds du meeting de Liège devraient venir, côté masculin, du… 300 m, un « classique » à Naimette, avec Kevin, Jonathan et Dylan Borlée et Robin Vanderbemden ; de la perche où le vice-champion du monde en titre, le Polonais Lisek, se mesurera aux deux Belges Arnaud Art et Ben Broeders ; et, côté féminin, du 200 m où s’alignera la double championne du monde 2017 du 400 m et du 4 x 400 m, l’Américaine Phyllis Francis. >

    Le programme :

    18h : avant-programme

    19h30 : perche hommes

    19h58 : 400 m haies hommes

    20h03 : 300 m hommes

    20h05 : longueur femmes

    20h09 : 800 m femmes

    20h17 : 200 m femmes

    20h22 : 3000 m steeple hommes

    20h35 : 3000 m steeple femmes

    20h50 : 800 m hommes

    20h59 : 100 m hommes

    21h08 : 110 m haies hommes

    21h17 : 100 m haies femmes

    21h20 : hauteur femmes > 

    Article par PH. V.W Source 

    37216418_2092335550982223_2692267809609613312_n.jpg

    37583699_2092335464315565_5107971980561219584_n.jpg

    37317786_2092335477648897_1781793081398394880_n.jpg

    37328903_2092335637648881_450784138002169856_n.jpg

    37364081_2092335680982210_3428863943643234304_n.jpg

  • Un Nandrinois interpellé après avoir roué de coups son beau-fils

    Lien permanent

    Cyril ne décolère pas. Lundi soir, il est appelé par son ex-belle-mère. Un appel au secours. Martin (prénom d’emprunt), son fils, âgé de huit ans seulement, s’était fait rouer de coups par le nouveau compagnon de sa maman. «  Elle m’a dit qu’il avait reçu des coups de poing.  »

    Furieux et paniqué, Cyril se rend chez la grand-mère du petit, à Alleur. Il y découvre son ex-compagne, Jessica, ainsi que Martin, tous les deux apeurés. «  Mon fils était en pleurs, il avait le visage gonflé et des griffes partout  », explique le papa.

    Peu avant, selon Jessica, tout est parti d’une soi-disant dispute entre Martin et le fils de son beau-père, au domicile de ce dernier, à Nandrin. « Il avait remarqué que son fils à lui avait deux bosses sur la tête, et celui-ci lui a dit que c’était Martin qui les lui avait faites. Alors qu’il s’est cogné en jouant… «, raconte la maman. « Il a alors envoyé son fils dans sa chambre et s’est rué sur Martin, il l’a lancé d’un fauteuil à un autre. J’ai essayé de l’éloigner, mais il m’a attrapé à la gorge et m’a poussé à terre. » Martin a alors enduré une violence jamais connue auparavant.

    Heureusement, sa maman a finalement pu intervenir. «  Je l’ai pris dans mes bras pour le protéger des coups et puis je lui ai crié de prendre la fuite chez le voisin, je l’ai rejoint par la suite, avant d’appeler ma maman », poursuit Jessica.

    La suite est celle que l’on connaît. Les parents, réunis, se sont rendus immédiatement à l’hôpital où le médecin, après avoir soigné le petit et rédigé un rapport, les a dirigés vers la police. Jessica, témoin des faits, a directement porté plainte contre son compagnon au poste de police de la commune d’Ans.

    Effrayé et sous le choc

    Aujourd’hui, Martin est effrayé, il est évidemment toujours sous le choc. «  Mon fils boite, il a mal aux bras et à la tête  », explique le papa.

    Sa maman, elle, s’en veut de ce qu’il s’est passé : «  Je me sens fautive, jamais je n’aurai imaginé que ça pouvait en arriver là. Il n’avait jamais levé la main auparavant sur son fils ou sur le mien ! » Pourtant, il n’avait pas épargné Jessica… «  On a déjà vécu des petites altercations où il en est venu aux mains. Mais dorénavant, je ne veux plus entendre parler de lui, je m’en veux tellement…  »

    L’auteur des violences est déjà connu de la justice liégeoise pour des faits similaires. En effet, il avait visiblement vécu des épisodes belliqueux avec la maman de son fils, concernant la garde de leur enfant.

    À l’instruction

    Dès que la plainte a été déposée, l’homme en question a été intercepté à son domicile par la zone de police du Condroz. Il a été déféré au parquet de Huy, où il sera présenté au juge d’instruction ce mercredi matin. Le père de Martin est déterminé, il veut que justice soit faite : « Je veux que cette personne soit jugée et emprisonnée pour ce qu’elle a fait à mon fils ! »

     

    Article de EK

  • Une idée sortie le 21 et 22 juillet 2018 Les djin's d'amon nos-ôtes

    Lien permanent

    ja.jpg

    21-22 JUILLET 2018 // Dès 9H30

    36e édition de l'animation phare du fourneau, qui a pour ambition de placer les visiteurs dans le milieu rural wallon du 19e siècle grâce à la découverte des métiers et occupations d'autrefois. Ambiance conviviale assurée !

    PAF:

    Adulte: 5€

    Senior - Etudiant: 4€

    Enfant - PMR: 2€

    -6ans: Gratuit

    https://www.fourneausaintmichel.be/nos-animations

  • Nandrinois attention à la nouvelle arnaque !!!

    Lien permanent

    Le Digipass est devenu un outil fort pratique, que ce soit pour faire une opération bancaire à distance ou passer des commandes sur certains sites. Mais la médaille a son revers.

    Le SPF Économie met en garde contre une nouvelle arnaque, qui utilise ce petit boîtier en apparence inoffensif pour collecter vos données, et détourner de l’argent. Le modus operandi est simple. Le quidam reçoit un mail ou un SMS lui signalant qu’il a payé deux fois une facture.

    Un lien y est joint. Il suffit de cliquer dessus pour arriver sur le site qui permettra de se faire rembourser. Une fois l’opération accomplie, un escroc vous appelle pour demander de confirmer le remboursement, en utilisant votre lecteur de carte bancaire.

    En réalité, il tente de la sorte de vous dérober vos données bancaires, et d’effectuer des paiements au départ de votre compte, avec votre plein assentiment.

    Le SPF Économie le rappelle : si vraiment vous avez payé deux fois une facture, le commerçant a juste besoin de votre numéro de compte – dont en général il dispose – pour effectuer le remboursement auquel vous avez droit. Un Digipass, lui, ne sert qu’à verser de l’argent, pas à en recevoir. Bref, ne l’utilisez jamais à cette fin, et que communiquez pas davantage le code signature qu’il affiche une fois votre code PIN rentré.

    Si, malgré tout, vous avez été victime de cette arnaque, prévenez votre banque dès que possible, déposez plainte à la police et signalez la fraude sur pointdecontact.belgique.be.

    CH. C.

    Article complet 

  • Nandrinois : elle a un vice de construction ?

    Lien permanent

    Mi-juin, Engie avait revu son agenda pour les révisions programmées des unités nucléaires de Tihange 2 et Doel 4 et a adapté la date de fin de la révision en cours de Tihange 3.

    Cela afin de permettre l’inspection des plafonds en béton du bâtiment annexé au bâtiment réacteur pour chacune de ces unités.

    Doel 1 et 2 ainsi que Tihange 1 ont une autre architecture et n’étaient en revanche pas concernées pas ces problèmes.

    A Tihange 3, l’entreprise a décidé de pousser les analyses d’une dalle de béton dans le plafond d’un bunker, un bâtiment blindé de cinq étages qui abrite notamment des systèmes de secours. Engie Electrabel y a découvert que l’état du béton était dégradé.

    Mais, en le décapant et en faisant des tests approfondis, le fournisseur d’énergie a observé «des anomalies au niveau des armatures du béton armé présentes depuis la construction du bâtiment», à en croire Le Soir.

    Une partie de ces armatures n’ont pas été disposées comme le plan le prévoyait. Ce qui pourrait potentiellement mettre à mal la résistance de la structure, écrit le quotidien.

    L’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) s’est mêlée de l’affaire. «Le réacteur ne pourra redémarrer que lorsque les analyses auront démontré que cette résistance est bien garantie», prévient-elle.

    Le réacteur restera à l’arrêt au moins jusqu’à septembre 2018, voire davantage en fonction de l’importance des travaux à réaliser.

    PAR BELGA

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

    Un vice de construction à la centrale nucléaire de Tihange 3 article complet clic ici