Évolution de la population à Nandrin 8,4% en prévision pour 2035

Lien permanent

Alors qu’une croissance de 7 % de la population wallonne intervient à l’horizon 2035 d’après une étude de l’IWEPS, cette augmentation démographique s’annonce plus importante dans l’arrondissement Huy-Waremme (12 % en moyenne). La commune de Geer figure en quatrième position des communes de Wallonie où l’augmentation de population s’intensifie. Plus de 25 % d’ici 2035, soit 851 personnes supplémentaires dans une commune qui compte 3.373 habitants. Cette augmentation importante touche également Wasseiges (+19 %), Lincent (+18 %), Faimes et Remicourt, voire Braives et Tinlot (+17 %). Dans le Condroz, à l’exception de Tinlot, les communes affichent une croissance moyenne de 10 %. La mobilité influence ces déplacements de population puisque les communes proches des axes routiers et des gares attirent davantage. Une augmentation de population génère des recettes fiscales pour la commune, mais nécessite aussi une adaptation des services publics.

Geer attire particulièrement et les prévisions chiffrées n’étonnent pas le bourgmestre Michel Dombret : «  La situation géographique s’avère intéressante, notamment en matière de mobilité. La Hesbaye conserve malgré tout ses territoires agricoles qui renforcent ce sentiment appréciable de vie à la campagne. À Geer, on aménage nos promenades arborées autour de la rivière et on gère nos réserves naturelles. Des besoins émergent, d’où la création d’une nouvelle salle communale et la rénovation de notre complexe sportif. On s’attend à cette croissance démographique, c’est une réflexion globale. On travaille donc avec une vision à long terme. On réalise par exemple des plans de mobilité avec Hannut, Berloz et Waremme afin que le trafic lié au zoning n’emprunte pas les routes qui traversent nos villages.  » L’augmentation de population se limite toutefois dans le temps : «  Le territoire se compose à 83 % de terrains agricoles. Deux zones d’aménagement communal concerté se trouvent sur la commune qui fixent définitivement la situation future. Ce dessin se construit progressivement depuis vingt ans  », souligne le mayeur geerois. L’intégration à la vie locale de cet afflux programmé de citoyens représente un défi : «  On agit pour que tout le monde se sente bien. On dynamise les comités dans les villages et les voisins se rencontrent au travers d’activités conviviales  », indique Michel Dombret.

Cette croissance démographique concerne d’autres communes voisines de l’autoroute E40 qui relie Liège et Bruxelles. L’influence de cet axe se confirme autour de Hannut qui dépasse Waremme en population. Bourgmestre de Hannut, Manu Douette observe cette évolution : « Grandir de manière maîtrisée demeure notre volonté. On constate l’évolution au travers des demandes de permis : des maisons dans les villages et des immeubles à appartements dans le centre. On se dote d’outils de gestion, mais Hannut représente la plus grande réserve foncière de l’arrondissement.  » Les communes frontalières de Hannut affichent une croissance de population moyenne de 17 %.

Hannut et Waremme à près de 13 %, mais une croissance sous les 10 % à Huy, Amay et Wanze

Huy reste la ville plus peuplée de l’arrondissement, mais Hannut et Waremme connaissent une prévision forte, près de 13 %. Cette croissance de population d’ici 2035 implique une attention aux infrastructures publiques : «  Les nombreuses activités des centres urbains attirent. Hannut se trouve entre Bruxelles, Hasselt, Liège et Namur. La population augmente avec plusieurs défis  », soulève Manu Douette, le bourgmestre : «  L’accueil des nouveaux habitants reste important et les infrastructures publiques saturent progressivement. On investit raisonnablement dans l’enfance, la culture, l’enseignement et le sport. On planifie beaucoup et on établit des programmes de rénovation. On se dote de chartes de densité, de plan de mobilité, de schéma commercial et d’outils de développement.

Donceel sous les 5 % d’évolution de population et Ouffet commune la moins peuplée en 2035

La commune de Donceel apparaît seule sous la barre des 5 % de croissance de population. Une donnée que le bourgmestre Jean-Luc Boxus analyse logiquement : «  La Hesbaye dispose d’un incroyable potentiel d’augmentation de population, mais la situation de Donceel s’explique par plusieurs éléments. Peu de terrains à bâtir s’avèrent disponibles dans trois des villages et aucune révision du plan de secteur n’apparaît à l’ordre du jour. Des possibilités de constructions existent sur Jeneffe, mais de nombreux agriculteurs exploitent ces parcelles et, ainsi, privilégient l’agriculture à la construction de logements. Donceel se trouve dans une petite vallée et on reste légèrement excentré. On avance doucement, car on mise sur une ruralité à visage humain. On ne dénature pas non plus notre environnement avec des buildings. Il n’y a pas de volonté politique à une densification de l’habitat  », précise le bourgmestre. Si la croissance reste inférieure à la moyenne régionale, Donceel ne devient pas pour autant la commune la moins peuplée. Selon les prévisions, Wasseiges (actuellement 2.900 habitants) passe la barre des 3.400 habitants d’ici 2035 et dépasse de facto Donceel qui frôle les 3.200 habitants. Enfin, toujours d’après les chiffres prévisionnels de l’IWEPS, Tinlot connaît une forte augmentation de population faisant d’Ouffet (3.000 habitants dans une quinzaine d’années) la commune la moins peuplée de l’arrondissement en 2035.

Article de JULIEN MARIQUE

Article complet clic ici 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel