André Jaminon dans la rubrique "À vous la parole à Nandrin"

Lien permanent

 

Il est objectif de permettre à chaque habitant d’exprimer son opinion.

 

Faisant partie du groupe dit ''Expression Commune'' et assumant un mandat de conseillé au ''Comité Public d'Action Sociale de Nandrin'' , j'ai réagi dès que j'ai appris le projet de construire une nouvelle maison communale.

Vous pourrez lire en annexe (PDF) mon point de vue.

A.J clic ici la maison communale 3.pdf

 

Bonne réflexion à toutes et tous.

 

André Jaminon

Ils projetaient de l' implanter jumelée a la maison Musin, longée par le ruisseau du bassin versant Du Bois de Soheit.

J'adhérai a 'idée de construire une ''Maison Communale'' qui regrouperait tous ''les services administratifs communaux'' équipée de locaux fonctionnel biens distribués, répondant aux normes de sécurité, ainsi qu'aux adaptations économes en énergies...  Mais:

-1°/ J'ai toujours été totalement opposé a '' l'inscription volontaire faite par les instances politique, a'' la fusion'' Commune/CPAS'', réalisée a l’insu des conseillés du  comité de l'action sociale.  Cette démarche en lien avec le subside possible ayant contribué au projet d'une nouvelle maison communale !

J'ai donc toujours ''tenté de défendre'' que le rapprochement géographique du CPAS, se fasse en mitoyenneté indépendantes, pour ''le maintien de la confidentialité indispensable des relations sociale et du respect de la dignité humaine, et, de la spécificité de la législation et des pratiques sociales de relations humaines''  -Gérer une commune en appliquant la législation qui la gouverne est, un tout autre métier, que ''la gestion et la coordination spécifique de l'action sociale'' Elle qui répond a une sensibilité humaine et a une législation com-

-plexe et spécifique ! De très nombreuses synergies existaient déjà de longue dattes!

 Je n'imagine pas faire travailler un garagiste dans le même atelier que le pâtissier !!! 

-2°/ J'ai toujours contesté la volonté de construire ''sur un ruisseau'' réputé depuis toujours a se transformer en violent torrent de manière épisodique !

-3°/ J'ai plus encore contesté, que lui barrer passage lors des crues et, que les nébuleuses solutions  d'une canalisation partiellement améliorée sur un tronçon n'était

pas acceptable !

-4°/ J'ai toujours contesté les arguments de la nécessité de la destruction de la maison communale ! et du gaspillage engendré !

-5°/ J'ai toujours dénoncé la trahison de la promesse électorale: particulièrement: Promouvoir la participation des habitants et, de valoriser maintenir et conserver le caractère typique villageois, rural et condruzien. c'est d’ailleurs la

ligne de conduite du règlement communal pour tous les habitants ! J'ai donc toujours contesté, l'architecture très moderniste bariolée et la transfiguration du caractère de l'ensemble des deux places contiguës Musin / J.Piercot,  subissant,  l'OEUVRE dominante tout en contraste avec le caractère simple et intégré de l'ensemble du bâtit existant.

-J'ai demandé, que l'on aligne des alternatives, a ce projet unique constitué en un mois !!!?  J'ai parlé d'une partie de la ferme du Château, ou, du tribunal et de l'espace étendu a l'arrière pour y construire l'ensemble des bureaux communaux. Cet emplacement, évitant la problématique du ruisseau et, faisant l' économie de la honteuse démolissions de la maison communale et, récupérant les grands espace du bâtiment Musin pour d'autres fins...

Manifestement, je n'ai jamais eus l'occasion de déposer sereinement mes vues, d'en débattre et encore moins d’être écouté.

 

Voici donc, que déjà par trois fois, le torrent barré ne pouvant plus déborder est monté au raz du nouveau bâtiment et refoulant ses eaux boueuses au léger contre bas du rez- de chaussée des bureaux du service population, du secrétariat et '' du bureau du directeur général. Par trois fois l'administration n'a pas pus offrir ses services a la population, le personnel étant courageusement occupé a nettoyer les dégâts. Et les débordements inondant l'arrière du bâtit, exitant avant la nouvelle construction !

 -Le bourgmestre, porte paroles du collège communal, lors du discours dit d’inauguration mais de fait de campagne électorale, ayant ''maltraité publiquement'' d' IRRESPONSABLES, les personnes ayant tenter d’empêcher la réalisation du bâtiment:  la CCATM et le plaignant et les deux groupes d'opposition étaient donc visé. J'aurais pensé, que les deux groupes d'opposition, lors du conseil communal, auraient interpellés le collège et le maïeur, en dénonçant'' leurs réelles irresponsabilités et aveuglement'' de l'implantation plus que risquée des nouveaux bâtiments !  Et de dénoncer leurs responsabilités des couts engendrés par les  trois inondations du mois de mai 2018. Ils auraient du exiger des EXCUSES publiques du maïeur pour son infamie publique ! Aussi faudrait il exiger une enquête officielle et neutre pour cerner l'incidence du barrage-canalisation autorisé par ''la cascade des instances'' ayant entrainé l'accord du permis d' urbanisme, pour  l'implantation et de la construction, demandée pour  la commune, par le collège.

Les associer, porteurs des choix d'implantations, tentent d'étouffer et d'amoindrir les conséquences provoquées par la construction qu'ils ont ardemment voulus !

-Hier dans la presse certains déclaraient en forçant très exagérément la vérité, que les améliorations des canalisations permettaient 10 fois plus de passage d'eau que précédemment !

Un autre ''banalisant'' la gravité des évènements, déclare le risque zéro n'existe pas !!!   Pourtant, la prise de risques évidant, c'est lui même et sont équipe a 100 % qui l'ont pris !!!

 

Ils connaissent par cœur le texte du chant d’Yves Duteuil:  L'important dans la bataille c'est l'histoire, la manière dont on raconte pour se faire valoir ...

 

Les véritable IRRESPONSABLES, aveugles et de mauvaise foi vont tenter d'occulter leurs responsabilité.

 

Amicalement,  André. JAMINON.

 

Il s’agit d’un conseiller CPAS Ecolo qui, s’il n’a pas pas été élu conseiller communal en 2012, fait partie de la majorité tripartite Expressions Commune(s) (PS, cdH, Ecolo).

André Jaminon, 69 ans, habite Villers-le-Temple. Ce retraité de la sidérurgie (mécanicien) s’est présenté pour la première fois aux élections communales en 2012, il faisait partie des quatre écologistes sur la liste. Le Villersois suit de près les dossiers urbanistiques et patrimoniaux de sa commune. Et le projet de nouvelle administration regroupant les services de la commune et du CPAS tel qu’il a été présenté, il n’en veut pas. Il l’a d’ailleurs fait savoir lors de l’enquête publique. Il avance plusieurs raisons. Tout d’abord l’implantation. «  La majorité a décidé, sans concertation, que la nouvelle administration se collerait au bâtiment Musin rénové. Or, on aurait pu envisager d’autres possibilités: comme négocier le rachat de la ferme Vaessen en face pour avoir une maison communale (en partenariat public-privé aussi) comme à Anthisnes, ou bien agrandir l’ancien tribunal ». L’intégration du CPAS ensuite. «  Si on rapproche les services, il faut que les deux restent bien indépendants. Une entrée commune ne préserve pas la confidentialité requise pour les bénéficiaires du CPAS. » L’architecture extérieure du futur bâtiment également.  «  Elle ne s’intègre pas à la place de Nandrin. » Il soulève en outre le problème du ruisseau. «  On va faire barrage au-dessus...  ».

« Pas démocratique »

Et enfin, l’attitude de la majorité, qui selon lui, « amis la charrue avant les bœufs  ». «  Dans le programme électoral, on avait mis la défense du patrimoine rural condruzien et la participation citoyenne. Je me demande bien où cela est passé. La méthode employée pour la nouvelle administration ne correspond pas à ma vision de la démocratie. S’il y a débat et que la majorité opte pour une option qui n’est pas la mienne, pas de problème, mais s’il n’y a pas débat, alors rien ne m’oblige à être d’accord. Je deviens libre. » De là à envisager un rapprochement avec l’opposition, farouchement opposée elle aussi à cette administration? « Pas du tout. On n’a pas la même vision, je ne pense pas par exemple pas que ce projet est trop cher et hypothèque d’autres dossiers. »

A l’administration, on nous indique ne pas avoir reçu de notification d’un recours au Conseil d’Etat.

Commentaires

  • Réponse de style ÉNIGMATIQUE ... soyez clair ...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel