Nandrinois attention aux accidents liés aux produits ménagers

Lien permanent

Plus de 12.000 accidents liés aux produits chimiques surviennent chaque année en Belgique. Tour d’horizon des types d’expositions et des risques.

 

Les chiffres sont plus qu’interpellants.

Selon les dernières données du Centre antipoisons, plus de 12.000 incidents liés à des produits ménagers – comme les poudres à lessiver, produits vaisselle, détergents… – ont eu lieu l’an dernier. Une situation assez stable puisqu’en 2016 ils s’élevaient à 11.769 et en 2015 à 12.017.

À ces accidents avec des produits ménagers s’ajoutent d’autres contacts non négligeables avec diverses substances chimiques.

Ainsi, en un an, 1.392 appels ont été reçus par le Centre pour des expositions à des hypochlorites tels que l’eau de javel et le chlore. 307 autres étaient liés à des capsules de lessives et 1.079 à des produits corrosifs et irritants comme les déboucheurs et les dégraissants. 6 %

POUR SE SUICIDER

« Les produits corrosifs sont les plus dangereux. Ils éclaboussent la peau, parfois dans les yeux, et causent des brûlures. Les hypochlorites sont, eux, le plus souvent mélangés avec des détartrants et d’autres produits de nettoyage, ce qui entraîne la formation de gaz chlorés, qui sont dangereux lorsqu’ils sont inhalés », détaille Patrick De Cock, coordinateur en communication du Centre antipoisons.

« Les capsules de lessive et de lavage de la vaisselle sont des produits concentrés. Les enfants pensent qu’ils sont des bonbons et les mordent. Ils ont alors du produit dans leur bouche et pire, ils l’ingurgitent ». La plupart de ces accidents se produisent donc à la maison.

45 % des victimes de ces expositions étaient des adultes et 36 % des enfants entre un et quatre ans. Dans 93,5 % des cas chez les adultes et dans 99,5 % des cas chez les enfants, il s’agissait d’un contact totalement involontaire.

 

Dans 6 % le contact avec le produit dangereux était conscient et induisait un désir de suicide chez les plus de 14 ans.

LES RISQUES

 

Mais comment se produisent ces incidents ?

« Pour les produits ménagers, 85 % des enfants entre 0 et 14 ans les ont ingérés ou mis en bouche contre 46 % chez les adultes. Chez les aînés, les expositions liées à l’inhalation (24 % des cas), à un contact cutané (14 %) et à une projection dans les yeux (12 %) sont plus importantes. Les multiples contacts, de type inhalation et ingestion par exemple, sont par contre plus rares.

 

Elles ne touchaient que 4 % des appelants », continue Patrick De Cock. « Il en va de même pour les voies d’exposition aux produits corrosifs et/ou irritants. L’ingestion touchait 41 % des enfants contre 19 % d’adultes. La projection dans les yeux concernait 22 % des aînés contre 8 % des enfants et le contact cutané 52 % des adultes contre 33 % des enfants ».

LES ANIMAUX AUSSI TOUCHÉS

Les animaux de compagnie sont aussi touchés pour ces intoxications. 5 % des appels reçus par le centre concernent ces petites bêtes.

« En 2014, par exemple, les ingestions accidentelles et les projections dans l’œil ou sur la peau d’eau de javel, white spirit, produits de lessive ou de nettoyage ont affecté 381 chiens et 127 chats », détaille le Centre antipoison.

« Les chiens sont surtout victimes de leur gloutonnerie et avalent sans discernement certains produits. Les chats sont, eux, plus prudents ».

Article de - ALISON VLT

Article complet clic ici 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel