• Photos de nos nandrinois à l'exposition du Photo Club 135

    Lien permanent

    Brigitte, Maurice et Jean-Pol exposaient tout le week-end dans la salle du coude à coude de Neupré .

    Une rencontre avec des artistes nandrinois, afin de découvrir leur passion .

    De nombreuse explication par Brigitte, sur les photos d'une technique particulière (à la gomme bi-chromatée)qui exige beaucoup de temps et de patience .

     Depuis de nombreuses années à Nandrin par les expos d’art au village, nous découvrons des artistes peintres, ici dans une autre discipline (la photographie) cette exposition réunissait des artistes de qualité.

    Notre couple de nandrinois Brigitte et Jean-Pol ainsi que Maurice ont présenté un travail très professionnel.

    Il ne reste plus qu'une exposition de leurs œuvres à Nandrin, afin que les nandrinois puissent découvrir nos artistes locaux  

     Pour découvrir les photos de Jean-Pol Gurnade : GJP Photography clic ici 

    Voir les photos clic ici 

  • Bon' humeur Festival le 4 et 5 mai 2018 Nandrin

    Lien permanent

    Vous attendiez avec impatience notre prochaine manifestation ?... Et bien, c'est parti, nous vous proposons le "Bon'Humeur Festival" de Nandrin, les tickets sont maintenant disponibles, la vente en ligne a débuté sur le site www.ticketstar.be, à Belle-île et chez Mediamarkt.
    --> Au profit de l'asbl Cap Espérance.

    Bon'Humeur Festival

  • Grève des fonctionnaires fédéraux ce lundi

    Lien permanent

    Les syndicats réunis en front commun font grève dans les services fédéraux ce lundi 30 avril, afin de contester les réformes du gouvernement et du ministre de la Fonction publique Steven Vandeput (N-VA). Il ne s’agit que d’un «premier avertissement», d’autres actions devraient suivre dans les prochaines semaines.

    Les organisations syndicales appellent tous les fonctionnaires fédéraux à fermer leur service ce lundi. Des piquets de grève seront également organisés dans plusieurs régions. Les fonctionnaires dénoncent les nombreuses «attaques» du ministre contre la fonction publique fédérale, notamment le démantèlement de la nomination statutaire, l’introduction du travail intérimaire, la modification du régime des congés et la suppression du crédit maladie.

    «Le taux de participation au mouvement sera important, des agents ont même supprimé leur congé pour se déclarer en grève», prévenait vendredi Silvana Bossio, secrétaire nationale CSC Services publics. «Le bilan du ministre est quasiment nul et il veut maintenant avancer au pas de charge pour faire passer ses réformes.» Les syndicats jugent la méthode du ministre Vandeput «irréaliste et irresponsable».

    Concrètement, les SPF Finances, Santé et autres resteront fermés ainsi que de nombreux bureaux de l’Onem, mais les transports ne seront pas touchés.

    Les syndicats envisagent d’autres actions après la grève de lundi et comptent «maintenir la pression» dans les prochaines semaines. «Nous n’avons pas élaboré de calendrier précis mais nous sommes déterminés», confirme Silvana Bossio. «Le gouvernement doit ouvrir le dialogue avec les travailleurs.»

     

    Source clic ici 

  • le 1 er Mai 2018 Fermeture de l'Administration communale de Nandrin

    Lien permanent

    image001.5.gifFermeture de l'Administration communale suite au jour férié du 1 mai 2018

    Fermeture  du  RECYPARC 1 mai 2018 rue Haie des Moges 1  Nandrin 4550  tel : 04 372 07 29

     

     

     

  • Expo en l’honneur de Fernand Ponthier en juin 2018

    Lien permanent

    La commune de Hamoir n’est pas peu fière de voir enfin aboutir ce projet : «  Il faut dire que cela fait des années que l’idée est sur la table sans que l’on puisse la concrétiser », ajoute l’échevin Flamaxhe. La première réflexion autour de cette exposition a eu lieu en septembre 2017. Depuis, le projet a fait du chemin et c’est grâce surtout à Michel Toussaint, un mordu de peinture de la région, que cette exposition aura finalement lieu au sein de l’Eglise Notre-Dame. Pour cette occasion, une dizaine de collectionneurs privés ont accepté de prêter leurs œuvres à la commune, organisatrice de l’événement. « Et le clou du spectacle sera une immense toile intitulée Cascade de Coo : à voir ! », s’exclame l’échevin. Un livre retraçant le parcours de l’auteur devrait également être bientôt commercialisé : sa mise en page est terminée et il sera tiré à 200 exemplaires. Vernissage le 8 juin.

    Hamoir en transition

    Nous vous l’avions déjà annoncé sans entrer dans les détails : l’action citoyenne Hamoir en transition, organisée en collaboration avec plusieurs associations de la région, aura lieu les 4 et 5 mai au Parc Biron. Au programme pendant ces deux jours : la projection le premier soir du reportage « Qu’est ce qu’on attend » (en présence de l’ancien ministre de l’Environnement Philippe Henry) suivie le samedi du lancement et de la présentation du Val’heureux dans la commune ainsi que du premier Repair Café, de conférences et de tables rondes autour du thème de la transition énergétique, etc. « Par cette action, nous souhaitons sensibiliser la population à cette problématique  », a notamment indiqué Patrick Lecerf. Il sera ainsi possible de tester des vélos électriques ou encore de calculer son empreinte énergétique. A cette occasion, la commune proposera à chaque ménage d’adopter jusqu’à deux poules pour deux ans afin de diminuer la quantité de déchets organiques présents dans les poubelles.

    LC

    Article complet clic ici 

    L'ACTU DE HUY WAREMME

     http://www.hamoirtourisme.be/

  • Grande marche gourmande le samedi 12 mai 2018

    Lien permanent

    Il y aura donc huit arrêts prévus pour des dégustations:

    > 1ère étape : petit cava et ses amuse-bouches ;

    > 2e étape : duo de patés et ses accompagnements ;

    > 3e étape : petit rafraîchissement « le carnet de Vincianne » ;

    > 4e étape : animation musicale et accompagnement maison ;

    > 5e étape : plat principal, trio de viandes BBQ, pdt, salade ;

    > 6e étape : trio de fromages ;

    > 7e étape : petit digestif « Taverne la rive gauche » ;

    > 8e étape (retour au hall pour le dessert) : duo de glaces.

    Un verre de vin ou un soft sera offert à chaque étape.

    L’événement coûte 40€/adulte et 18€/enfant. Réservations obligatoires au BE85-0015-8097-4506 (stipuler nom, nombre de personnes et heure de départ entre 10h30-11h30 et 12h30).

    Les réservations seront confirmées à partir du moment où vous aurez versé la somme sur le compte. Un besoin nécessaire pour les organisateurs afin de connaître le nombre exact de personnes et prévoir les commandes.

    Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter le 0477/75.59.46 (Thierry Sylvestre).

    Source clic ici 

  • Nandrinois attention l’élevage canin va être réformé

    Lien permanent

    Deux députés chargés de faire des recommandations au ministre

    Une bonne partie des chiens qui finissent en refuge ont été achetés auprès d’un éleveur ou d’une animalerie. Le ministre wallon de Bien-Être animal a chargé deux députés de lui remettre un rapport sur ce commerce afin d’améliorer les pratiques et de réduire le nombre d’abandons

    «Au départ, je pensais que la mission serait très limitée. Mais après un premier tour de table avec des professionnels du secteur, des vétérinaires et des représentants des refuges, je me suis rendu compte que l’élevage et le commerce des chiens soulevaient beaucoup de problématiques », précise d’emblée le député wallon Philippe Dodrimont (MR). Avec sa consœur Isabelle Joiret (cdH), il a été chargé par le ministre Carlo Di Antonio (cdH) de remettre un rapport sur la question et de faire des recommandations. Premier souci : les chiens importés de l’Est.

    « L’image que j’en ai par les vétérinaires est très négative. Leur état sanitaire n’est pas bon. Ils souffrent de problèmes respiratoires. Cela provoque souvent des situations désastreuses vis-à-vis des enfants qui viennent de les adopter », explique Philippe Dodrimont. Pour lui, il faut mettre en avant l’élevage en Wallonie plutôt que d’importer des animaux dans des conditions de transport qui peuvent être mauvaises.

    « Si les Wallons achètent des chiens de l’Est, c’est parce qu’ils cherchent des races exotiques. On pourrait peut-être limiter les importations », s’interroge le député. Il avance l’idée d’une « labellisation » de races propres à la Wallonie et surtout de méthodes d’élevage de qualité. « Un chiot a besoin de contacts humains.

    S’il n’est pas bien sociabilisé au début de son existence, il risque d’être incapable d’obéir ou de ne pas pouvoir avoir une vie sociale avec les enfants. Il est important de pointer les bonnes pratiques.

    Nous préconisons des formations spécifiques obligatoires pour tous les éleveurs professionnels.

    Et puis, on doit fixer des règles sur l’âge de la première portée et sur le nombre que la chienne pourra avoir », poursuit Philippe Dodrimont.

    Une idée sur la table est de limiter le nombre de races différentes qu’une personne peut élever. Le vétérinaire pourrait jouer un rôle de contrôle accru. Le député pointe également les conditions de vie de l’animal lorsqu’il ne peut plus se reproduire, que ce soit une femelle ou un mâle.

    « Tous les éleveurs n’aiment pas forcément leurs animaux. Est-ce que ceux-ci sont ensuite confiés aux refuges, avec le risque d’être euthanasiés à cause de leur âge avancé ? »

    UN DÉLAI DE RÉFLEXION

    Selon lui, des chiens achetés chez un éleveur ou une animalerie peuvent se retrouver très vite dans un refuge. Et d’avancer plusieurs pistes.

    D’abord, il faut sensibiliser les acheteurs et les enfants sur le fait qu’un chien a besoin de temps pour s’adapter.

    « On réfléchit aussi à la possibilité d’imposer un délai de réflexion de 24 ou 48 h avant que l’achat ne soit effectif.

    La personne devrait revenir une seconde fois. Il faut encore trouver un mécanisme pour éviter que les documents ne soient antidatés dans le but de contourner la règle », indique notre interlocuteur.

    Il est également question de demander à l’acheteur une contribution financière qui ira directement dans les caisses des refuges. Une contribution bien faible par rapport à des prix de vente qui peuvent atteindre 1.500 euros.

    Cette redevance ne serait pas en vigueur pour les adoptions en refuge. Ça, c’est la théorie. Les députés vont maintenant aller sur le terrain pour confronter les pratiques.

    Leur rapport devrait être finalisé avant les vacances parlementaires.

    Article de - YANNICK HALLET

     

    Source ici 

  • Concerts dans nos églises 19 et 27 mai 2017 Saint-Séverin Nandrin et Condroz

    Lien permanent

    Concerts dans nos églises
    - Le sam. 19 mai à 20h à l’église d’Anthisnes : 11ème récital « Autour du piano » organisé par Emilie Chenoy. Concert de musique classique commenté et imagé sur grand écran : « Contes et légendes, ou la magie du rêve ».
    - Le dim. 27 mai à 18h à l’église de Saint-Séverin : Concert commenté avec Maud Renier (piano) et Jean-Marc Onkelinx (commentaires) organisé par l’ASBL « Saint-Séverin Musique ».

  • Nandrinois Cette petite révolution ne verra pas le jour,le troc démocratique n’aura pas lieu

    Lien permanent

    Le gouvernement wallon s’était accordé sur une vaste réforme du système électoral, au début du mois de février. Elle passait par la disparition des suppléants, tout député empêché en cours de route étant alors remplacé par le non-élu ayant fait le plus de voix.

    Mais elle se proposait aussi et surtout de supprimer ce qu’on appelle l’effet dévolutif de la case de tête. En clair : tout élu ne le serait plus que sur base des seules voix récoltées sur son nom. Plus question d’aller puiser dans les votes en tête de liste pour aider à l’élection des premiers placés, parfois au détriment des suivants pourtant mieux soutenus par les électeurs. Mais cette petite révolution ne verra pas le jour.

    Car elle nécessitait le vote de décrets spéciaux, à adopter aux 2/3 des 75 voix du Parlement wallon.

    Donc, un coup de pouce du PS, qu’il a décidé de ne pas donner, ce mardi, lors du vote qui interviendra à ce propos jeudi en commission.

    Pourquoi ce refus socialiste ?

    Parce qu’en échange de son soutien, il avait demandé celui de la majorité MR-cdH sur trois de ses textes.

    Elle visait à étendre à tous la règle récemment adoptée au PS de ne plus pouvoir être député et bourgmestre d’une commune de plus de 50.000 habitants.

    COUP DE POUCE AUX FEMMES

    Deux autres textes plafonnaient les rémunérations des élus locaux à 100 % (et non plus 150 % comme aujourd’hui) de l’indemnité parlementaire, et instauraient la parité hommes-femmes dans les collèges communaux et provinciaux de Wallonie.

    MR et cdH se sont refusé à faire ce geste envers le PS, ce mardi.

    Dans un vrai dialogue de sourds.

    Pierre-Yves Dermagne (PS) a regretté la politique de « la porte fermée » menée par la majorité en matière de décumul des mandats.

    De son côté, Dimitri Fourny (cdH) a décrété « inacceptable cette logique de chantage » menée à ses yeux par les

    socialistes sur base de textes « qui avaient déjà été débattus et rejetés ».

    Seul le principe de la « tirette » devrait recueillir les voix socialistes, jeudi.

    Il s’agit, en d’autres termes, de l’alternance entre hommes et femmes sur les listes électorales, dans le but de favoriser un peu plus encore la féminisation de l’assemblée wallonne.

    Le reste, sauf énorme surprise, passera à la trappe et ne pourra pas concerner les élections de l’an prochain.

    Les partis garderont donc leur pouvoir de donner un coup de pouce à certains candidats de leur choix en les plaçant haut sur la liste, là où l’effet du pot commun peut se faire sentir.

    -Article de CHRISTIAN CARPENTIER

     

    Article complet source clic ici 

  • Une cinquantaine de Nandrinois à la réunion de mobilité concernant Villers-le-Temple

    Lien permanent

    Une dizaine d’élus, majorité et opposition, étaient présents. «Il n’y avait pas que des habitants de la rue des 4 Bras, le rayon était plus large. L’ambiance était relativement sereine, malgré le thème « touchy » de la mobilité. J’ai trouvé les échanges super riches », rapporte l’échevine de la mobilité, Charlotte Tilman.

    « Même si toutes les opinions ne vont pas dans le même sens, quelques dénominateurs communs sont ressortis : nous sommes tous d’accord par rapport au besoin de ralentir la vitesse et la nécessité de trouver une solution pour les piétons. La volonté d’aménagement est envisagée de manière globale ».

    La zone 30 n’a pas engendré de débat, les chicanes ont été peu contestées. Par contre, le maintien des piquets rouges a soulevé beaucoup de remarques. Des problèmes de perception visuelle ont été évoqués. Des citoyens ont aussi soulevé l’hypothèse d’élargir la route pour y aménager un trottoir ou un cheminement cyclo-piéton à part de la voirie.

    « Le Collège n’exclut pas cette possibilité même si elle est difficile à mettre en application : cela signifie des expropriations, des coûts beaucoup plus élevés, une procédure longue… Et il faut tout de même faire quelque chose en attendant », réagit l’échevine Tilman. Le Collège, qui s’est réuni ce jeudi, n’a pas pris de décision, se réservant le temps de la réflexion.

    PAR A.G.

     

    Article complet 

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

     

    Nandrin Une pétition sans réponse depuis… 10 ans !

  • Des nandrinois à l'exposition annuelle du Photo Club 135 du 27 au 29 avril 2018

    Lien permanent

    Invitation de l'exposition annuelle du Photo Club 135 Neupré qui aura lieu les 27, 28 et 29 avril prochain ,en la salle du Coude à Coude, avenue du Ry Chera, 1A à 4121 Neupré

    3.JPG

     

  • Unité pastorale du Condroz – Intentions de messes du 28 au 30 avril 2018

    Lien permanent

    Samedi 28 avril


    18h00 Ellemelle : Dfts de nos paroisses.


    Dimanche 29 avril (Pâques V)

     


    (5ème dim. du mois)
    09h00 Ouffet : Dfts de nos paroisses.
    10h30 Terwagne : Messe en Unité pastorale au cours de laquelle 5 jeunes recevront le sacrement de la confirmation.
    11h00 Fraiture (clinique) : ADAP.
    Lundi 30 avril
    11h00 Ouffet : Dfts de nos paroisses.

  • Unité pastorale du Condroz – Intentions de messes du 28 et 29 avril 2018

    Lien permanent


    Samedi 28 avril


    18h00 Ellemelle : Dfts de nos paroisses.


    Dimanche 29 avril (Pâques V)


    (5ème dim. du mois)
    09h00 Ouffet : Dfts de nos paroisses.
    10h30 Terwagne : Messe en Unité pastorale au cours de laquelle 5 jeunes recevront le sacrement de la confirmation.
    11h00 Fraiture (clinique) : ADAP.

  • Dîner du Printemps aujourd'hui 28 avril 2018 une organisation de l'amicale des pensionnés de Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    Le comité vous invite chaleureusement à la deuxième manifestation de 2018 :

    Evènement : DINER Lieu : Salle communale de SAINT-SEVERIN Date et heure : 28 avril 2017 à 12.00 heures Animation musicale : Grégory Dehousse
    Participation : 27 euros pour le membre en ordre de cotisation 42 euros pour le sympathisant Numéro de compte bancaire : BE87 0003 2517 2894

    Apéritif Crème d’asperges fraîches et ses croutons persillés Cassolette de poisson et crustacés fraîchement pêchés à la Mer du Nord et leurs petits légumes Fricassée de poulette en sauce préparée au Sancerre et garnitures printanières Miroir au chocolat et quenelle de glace vanille Le petit noir et ses mignardises

    Pour la bonne organisation, nous vous demandons de vous inscrire auprès de Lindsay Chapelle au 0498/43.80.69 en semaine après 17h ou le week-end, jusqu’au vendredi 20 avril au plus tard

    La personne qui éprouverait des difficultés pour se rendre à la salle est invitée à le signaler, deux jours à l'avance, aux numéros ci-dessus.

    Petit rappel : cotisation de 15 euros vous donnant droit à un remboursement de 13 euros en fin d’année à condition de participer à au moins trois repas sur six

    Avec le soutien de l’administration communale de Nandrin 

  • Messe en Unité pastorale dimanche 29 avril à 10h30 au cours de laquelle 5 jeunes recevront le sacrement de la confirmation

    Lien permanent

    Le dim. 29 avril à 10h30 à l'église de Terwagne :
    Messe en Unité pastorale (5ème dim. du mois)
    présidée par Mr l’abbé Alphonse BORRAS
    (vicaire général du diocèse)
    au cours de laquelle 5 jeunes
    recevront le sacrement de la confirmation :
    Thibaud LECOMTE, Mathilde LIXON, Jean-Sébastien PIETTE, Thomas ROUELLE et Romain VAN HULLE.

  • Au conseil communal de ce mardi soir, les élus nandrinois ont approuvé le marché de travaux

    Lien permanent

    Le revêtement rouge actuel, suggérant les bandes cyclables et piétonnes de part et d’autre de la route, date d’une dizaine d’années. Se décolorant, il devenait nécessaire de le remplacer. «On va racler sur 10 cm et remettre une couche de tarmac avec une gomme rouge », précise le bourgmestre, Michel Lemmens. Les travaux s’élèveront à 50.000 euros TVAC. Il ne s’agit pas de refaire la route entre les deux, uniquement les bandes rouge tracées sur la chaussée. Le point a été voté à l’unanimité.

    Par ailleurs, le mur en pierre sèche dans le Thier des Bacs va être restauré en collaboration avec le Forem. « Dans le cadre du PCDN, nous souhaitons conclure une convention de partenariat avec le Forem pour que ses stagiaires, spécifiquement formés, viennent restaurer notre mur en pierre sèche qui se laisse aller aujourd’hui », explique Michel Lemmens.

    Le mayeur se réjouit aussi de l’adoption d’un règlement commun de police dans le Condroz. «Les bourgmestres sont enfin parvenus à se mettre d’accord sur un règlement général de police, 20 ans après l’évasion de Dutroux qui a eu pour conséquence la fusion des polices et la création des zones de police. C’est important car certaines matières, non poursuivies par le Parquet, sont confiées à un fonctionnaire sanctionnateur provincial. » Le point a été voté à l’unanimité. Par contre, la désignation d’une fonctionnaire sanctionnatrice provinciale supplémentaire a fait débat, Vincent Licata s’inquiétant d’une éventuelle partialité de ces agents et privilégiant le dialogue à la sanction. Le point a été voté par neuf voix pour, un vote contre (Vincent Licata), et quatre abstentions (Alain Henry, Eric Cop, Bodgan Piotrowski, Marc Evrard). Les protocoles d’accord avec le procureur du Roi ont quant à eux récolté dix voix pour et quatre abstentions (Henry, Cop, Licata et Piotrowski).

     

    Source Info clic ici 

     

    PAR ANNICK GOVAERS

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

    Lire la suite

  • Il y aura bien une liste Pour Nandrin,citoyenne

    Lien permanent

     Il y a eu un petit clash entre Marc Evrard, chef de file de Pour Nandrin, citoyenne, et Eric Cop, chef de file de Tous Ensemble .

    Le premier reproche au second de répandre de fausses rumeurs concernant l’absence de liste Pour Nandrin,citoyenne aux élections.

    Eric Cop s’est contenté de répondre que lui avait une liste complète.

    Le bourgmestre est intervenu pour rappeler qu’il ne s’agissait pas d’une question d’actualité.

    Quant à sa propre présence sur les listes, Michel Lemmens a botté en touche, préférant leur réserver la « surprise ».

    « Pour Nandrin citoyenne  poursuivra bien, en l'état actuel des choses, son engagement en faveur du citoyen.

    Pour Nandrin, citoyenne ne communiquera pas sur la composition de la liste, ne désirant pas faire d'effets d'annonce comme trop de listes à Nandrin, avant la mi-juin », a indiqué Marc Evrard dans un communiqué.

  • Lundi 28 mai 2018 à 20 H Clôture du cycle de conférences sur les confessions chrétiennes

    Lien permanent

    Au Prieuré Saint Martin de Scry
    Lundi 28 mai 2018 à 20 H
    Clôture du cycle de conférences
    sur les confessions chrétiennes
    Rencontre :
    « Echanges, débat, discussion »
    Animée par Monsieur Edmond Blattchen, journaliste,
    producteur et présentateur des 200 émissions « Noms de dieux »
    sur la RTBF de 1991 à 2015.
    Avec la participation des conférenciers :
     Monsieur Rémy Paquet,
    Pasteur desservant la paroisse de l’Église
    Protestante Unie de Belgique à Amay.
     Monsieur l’abbé Fikri Gabriel,
    Prêtre de l’Eglise Syriaque Orthodoxe
    de Liège.
     Monseigneur Jean-Pierre Delville,
    Evêque du Diocèse de Liège,
    Eglise Catholique Romaine.
    Dans notre monde multiculturel et multi-cultuel d’aujourd’hui, une occasion pour chrétiens et non-chrétiens du XXIe siècle, de mieux se rencontrer, d’approcher notre spiritualité, de partager nos ressentis, nos espérances sur nos chemins de vie nous conduisant tous à la même source d’Amour.
    Invitation cordiale à tous 

  • Journée portes ouvertes à l'Athénée Royal le 28 avril 2018 baptême de l'air en hélicoptère

    Lien permanent

    L'Athénée Royal d'Ouffet vous invite à sa journée portes ouvertes ce samedi 28 avril 2018 de 11 à 18h. 

    Au programme: 
    REPAS (de midi) ORGANISÉ PAR LA SECTION DE CUISINE 
    Réservations obligatoires au 086/366277 ou par mail: design.fa@hotmail.com

    Baptême de l'air en hélicoptère 
    Réservations souhaitées au 086/366894 ou au 086/366277

    Exposition de voitures ancêtres et de rallye 

    Présentation des cours et visite de l'école 

    Château gonflable, jeux en bois 

    Tombola, Trocbook

    Restauration sur place

  • Stage de Foot Juillet Templiers Nandrin

    Lien permanent

     

     

    Le prochain stage aura lieu du 16 au 20 juillet 2018

     
  • Pour une consommation saine et responsable, les magasins « en vrac » cartonnent

    Lien permanent

    Plus 20 % de nouveaux commerces en un an

    L es tendances zéro déchet, anti-gaspillage et healthy food font de plus en plus d’adeptes en Belgique. Les commerces en vrac rencontrent donc un succès grandissant. De nouveaux concepts et de nouvelles boutiques apparaissent chaque mois dans notre pays.

    Le premier magasin d’aliments en vrac en Belgique a ouvert ses portes en 2014, à Anvers. Depuis, des boutiques de ce genre ont fleuri un peu partout dans le pays. On en recense une bonne centaine, uniquement dédiés à ce concept.

    D’autres magasins ont surfé sur le phénomène et proposent, à côté de leurs produits habituels, un rayon de ce genre. Le principe du « vrac » est simple. Les aliments secs sont accessibles dans de grands distributeurs et les fruits et légumes dans des cagots. Le client vient avec son sac et ses bocaux pour faire ses courses. L’objectif : zéro déchet et des quantités adaptées à tout un chacun pour éviter le gaspillage. La majorité de ces enseignes sont également approvisionnées en circuit court par des filières locales et/ou bio.

    UNE RÉELLE DEMANDE

    « Lorsque j’ai réalisé mon étude de marché pour installer mon commerce à Tubize, il n’y en avait pas dans la région. Lorsque je l’ai ouvert un an après, nous étions trois à le faire simultané- ment. Je suis de près l’évolution du marché et de nouveaux établissements arrivent tout le temps.

    Certains propriétaires créent même d’autres stores dans d’autres villes. Il y a une réelle demande et un fort enthousiasme de la population. Sur internet, certains internautes proposent d’ailleurs aux commerçants de s’installer à tel et tel endroit. C’est génial que le concept prenne une telle ampleur », explique Virginie Beyllos à la tête de « L’épicerie Melting Pot ».

    Elle a chaque jour sa clientèle régulière mais aussi de nouvelles têtes. Les profils sont très différents. « Certains jouent le jeu au maximum et vont ensuite chez des bouchers et boulangers locaux. D’autres viennent chercher des produits qu’ils ne trouvent pas ailleurs ou qui sont régionaux. Quelques-uns veulent retrouver l’esprit de la petite épicerie de quartier. Il y a donc diffé- rentes catégories de clients mais la majorité veut manger et consommer mieux tout en faisant vivre les petits artisans ». UNE PREMIÈRE BELGE Le succès du vrac donne des idées à certains. Le site internet Lili Bulk propose ainsi 150 références, une première belge.

    « Cette idée nous est venue de notre propre expérience. Consommer en vrac n’est pas évident quand on est dans la vie active et qu’on est maman de trois enfants. On a donc cherché à nous faciliter la vie et le commerce en ligne était la solution. Plus besoin de se déplacer avec ses bocaux et de les nettoyer », affirme Aurélie Manzi, cofondatrice de Lili Bulk.

    « Nos produits sont détaillés sur notre site, il suffit de les sélectionner et de choisir le format de bocal désiré. L’avantage chez nous est que, contrairement aux commerces, nous étiquetons les récipients (composition, date de péremption et mode de cuisson) avant de les livrer.

    La livraison se fait à domicile à vélo ou dans des points de distribution. Les bocaux sont consignés entre 1 et 2 euros selon leur taille. Nous sommes actuellement fort présents à Bruxelles mais nous espérons nous étendre en Wallonie et pourquoi pas à l’étranger dans les prochaines années. »

    Article de - ALISON VL

     

    Source info article complet clic ici 

     

  • Nandrinois forte baisse des vols de voiture, une en 2017 à Nandrin

    Lien permanent

    Les vols de voiture ne font pas partie de l’habituel « trio » de tête des figures criminelles de nos zones de police. Chez nous, comme majoritairement dans la province ou en Wallonie, ce sont les cambriolages, les dégradations de véhicules et les vols dans les véhicules, qui sont les délits enregistrés les plus nombreux.

    Les vols de voiture font néanmoins partie de notre quotidien et 84 faits de ce type ont toutefois été observés lors des trois premiers trimestres de 2017, pour la région de Huy-Waremme. Contre 115 en 2016. Des chiffres qui devraient donc, dans l’ensemble, présenter une légère baisse par rapport à l’année précédente.

    Toutes nos zones -si l’on excepte la police Hesbaye Ouest- s’alignent, en toute logique, sur ces chiffres globaux. Dans le Condroz, 17 faits ont été enregistrés en 2016, contre 12 en 2017. L’on passe de 30 à 22 pour la Hesbaye et de 34 à 26 pour Meuse-Hesbaye. Mais c’est à Huy que cette diminution est clairement la plus marquée, et devrait le rester. De 22 vols constatés en 2016, l’on en dénombre « seulement » 4 pour les trois premiers trimestres de 2017 !

    «  On observe une baisse de manière générale  », commente le commissaire divisionnaire Christophe Romboux, chef de corps à Huy. « Les vols de voitures sont de moins en moins nombreux. Je ne peux expliquer cette forte baisse chez nous avec des éléments concrets. Nous n’avons pas mené d’actions spécifiques en ce sens mais ce qui est certain, par contre, c’est que ces vols laissent la place aux vols DANS les véhicules. Que ce soit pour des objets s’y trouvant ou de l’équipement, comme des GPS, des airbags, des pièces détachées… qui se revendent ensuite au marché noir  », détaille-t-il. «  À Huy, courant septembre 2017, nous avons constaté une vague de ce type dans le quartier de l’hôpital qui, au final, s’est soldée par l’interpellation des suspects et y a mis fin, heureusement. Là, nous avions mené des actions de surveillance et des patrouilles renforcées. Et ce ne sont pas forcément des ‘gangs’ qui en sont à l’origine. Mais parfois des personnes désarmées qui tentent de joindre les deux bouts et volent même un maxi-cosy pour essayer de le revendre chez Cash Converters…  »

    Et puis, pour en revenir aux vols de voiture, il faut dire aussi que l’évolution des technologies installées dans les véhicules en rebute plus d’un. «  C’est certain. Je pense qu’ils sont de mieux en mieux protégés. Il y a les coupe-circuit automatiques, les localisations par GPS et les numéros de châssis moins maquillable qu’avant… Cela dissuade davantage les voleurs  », poursuit le commissaire Romboux.

    A contrario, comment dès lors expliquer, qu’à la zone Hesbaye Ouest, l’on passe de 12 faits en 2016 à 20 l’année suivante (malgré l’absence de statistiques pour le dernier trimestre) ? Le commissaire Pascal Dodion, qui assure la fonction de chef de zone, affirme qu’une « hausse » claire et nette n’a pas spécialement été observée. «  Je ne peux donc pas clairement apporter de réponses concrètes à cette constatation. Il faudrait connaître le contexte de ces vols. Car nous observons par contre que des véhicules sont de plus en plus régulièrement dérobés lors des cambriolages. C’est un phénomène plus émergent. » Ce que l’on appelle dans le jargon ‘les vols garages’. «  Les véhicules sont plus sécurisés, moins faciles à voler. En dérober les clés dans les domiciles est visiblement plus simple  », a-t-il réagi.

    Lesdits véhicules sont ensuite revendus, principalement à l’étranger, ou destinés à être utilisés par les suspects pour commettre un second délit.

     

     

    PAR ED article complet clic ici 

     L'ACTU DE HUY WAREMME 
  • Avis décès Madame Renée Beaupain Veuve de Monsieur Adolphe Rulot de Nandrin

    Lien permanent

    Avis décès Madame Renée Beaupain

     Veuve de Monsieur Adolphe RULOT

    Domiciliée à Nandrin (4550, Belgique)
    Née à Chaudfontaine (4050, Belgique) le vendredi 30 décembre 1927 
    Décédée à Fraiture (4557, Belgique) le mardi 24 avril 2018 à l'âge de 90 ans

    Source avis décès clic ici  

     

    En mon Nom et au nom du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • De nouveaux aménagements dans la rue des Quatre Bras et de l’élargissement de la zone 30 à Villers-le-Temple.

    Lien permanent

    Les piquets installés rue des Quatre Bras, à Nandrin, ont déjà fait parler d’eux. Ressenti positif des piétons qui l’empruntent, inquiétude des automobilistes qui disent avoir du mal à se croiser, et plainte des riverains qui souffrent du bruit et de la vitesse. Tout cela donne un problème de mobilité et de sécurité routière épineux à résoudre.

    «  Nous avons installé ces piquets sous cette législature, non pas pour diminuer la vitesse, mais pour assurer un couloir sécurisé aux piétons, dont de nombreux jeunes qui quittent l’arrêt de bus des 4 Bras et reviennent par la rue des 4 Bras  », rappelle l’échevine de la mobilité, Charlotte Tilman.

    Pour recueillir l’avis de la population, une réunion d’information est prévue mercredi 25 avril à 20 heures à la salle du Conseil communal, place Arthur Botty, 1 à 4550 Nandrin. Deux problématiques seront discutées sur base d’une proposition : l’installation de chicanes dans la rue des Quatre Bras (dans la partie agglomération) pour réduire la vitesse des véhicules, ainsi de l’instauration d’une zone 30 pour les rues de la Commanderie, de la Tourette, Joseph Pierco, Baty Alnay et la place Baudouin 1er.

    «  Nous avons besoin d’avoir un ressenti des citoyens concernant ces deux aménagements. Nous faisons une proposition mais, en fonction de l’avis des gens, celle-ci peut évoluer. C’est le but d’une réunion citoyenne  », souligne-t-elle.

    Pour la rue des Quatre Bras, c’est donc l’option des chicanes qui sera proposée. «  Les dos d’âne nous ont été fortement déconseillés, car bruyants. Les plateaux sont quant à eux interdits sur les routes empruntées par les bus des TEC. Nous proposons donc un système de retrécissement de la chaussée, des chicanes qui, nous l’espérons, feront diminuer la vitesse  », explique-t-elle. Et les piquets ? «  Ils resteraient. Les deux dispositifs coexisteraient. » Dans une première phase de test, les chicanes seraient temporaires, les matériaux en dur viendront plus tard si le système fait ses preuves.

    En ce qui concerne Villers-le-Temple, l’élargissement de la zone 30 est voulu pour sécuriser davantage la place lors de la sortie des classes. « Aux sorties scolaires, notamment le mercredi, tous les parents viennent en même temps et se garent là où ils le peuvent. Cela fait qu’il y a des enfants qui circulent sur toute la place. Comme il y a aussi une crèche, un café, une boulangerie, une église, il ne nous semble donc pas superflu de limiter la vitesse à 30 km/h à cet endroit  », conclut-elle.

     

    Article complet clic ici 

     

    D'autre article du sujet 

    Ils ont souffert les potelets de la rue des Quatre Bras de Nandrin clic ici

     

    24b.jpg

  • Des nandrinois à l'exposition annuelle du Photo Club 135 du 27 au 29 avril 2018

    Lien permanent

    4.JPG

    Invitation de l'exposition annuelle du Photo Club 135 Neupré qui aura lieu les 27, 28 et 29 avril prochain ,en la salle du Coude à Coude, avenue du Ry Chera, 1A à 4121 Neupré

  • Nandrinois Appeler les parents à ne pas laisser tourner leur moteur

    Lien permanent

    Ministre wallon de l’Environnement et de la Transition écologique, Carlo Di Antonio (cdH) a dégagé un budget pouvant aller jusqu’à 200.000 euros pour équiper les classes de primaire d’appareils mesurant en permanence la quantité de C02, un bon marqueur de la qualité de l’air respiré par les enfants.

     

    Article complet clic ici Carlo Di Antonio annonce 1.000 capteurs pour surveiller l’air de nos classes

     

    Des micro-zones basses émissions près des écoles

     Au niveau de la qualité de l’air dans les écoles,vous appelez les parents à ne pas laisser tourner leur moteur.

    Les plus mauvais résultats au niveau des taux d’oxyde d’azote sont relevés lors des entrées et des sorties d’école.

    Nous avons un décret sur la qualité de l’air qui va bientôt arriver au vote. Il permettra de verbaliser, via les infractions environnementales, ceux qui n’arrêtent pas leur moteur. 0 Y a-t-il d’autres dispositions dans ce décret pour améliorer l’air respiré par les enfants ? Ce décret crée un dispositif pour permettre aux bourgmestres d’instaurer une zone de basses émissions dans leur centre-ville.

    Dès lors, les véhicules les plus polluants ne pourront plus y aller. Je souhaiterais adapter ce système avant qu’il ne soit voté au parlement afin de prévoir le principe d’une zone basses émissions restreinte aux abords des écoles. Le bourgmestre pourrait dès lors cibler les zones 30 de telle ou telle école car la qualité de l’air y est en permanence mauvaise à la sortie des classes. 0 Concrètement,cela donnerait ? On pourrait limiter l’accès de cette zone par exemple entre 7 et 9 h et entre 15 et 17 h aux véhicules qui ont au minimum une certaine norme Euro. Les véhicules qui seraient en dessous de la norme devraient aller se garer plus loin afin qu’ils ne polluent plus les enfants. Il faudra faire évoluer les panneaux zone 30 pour y intégrer l’aspect de la qualité de l’air. 0 Comment contrôler ? Le décret prévoit pour 2020 l’usage d’une vignette verte qui commence à la norme Euro 5. Il suffira aux policiers de vérifier la présence de cette vignette. 0 Et donc,j’aurai besoin de cette vignette pour déposer mes enfants tout près ? Effectivement. 0 Et c’est le bourgmestre qui décidera de l’emplacement de ces zones restreintes ? Oui, nous donnons seulement les outils. J’admets qu’une telle mesure n’est pas très populaire. Enfin, c’est à voir. Toujours est-il que c’est lui qui assume. Le décret sera d’application pour la rentrée scolaire 2020. 0 Bourgmestre,vous l’utiliseriez à Dour ? En dehors du problème de qualité de l’air, il y a tous ces véhicules qui s’enchevêtrent matin et soir. On a le cas chez nous d’une école où c’est très compliqué alors qu’il y a un beau parking à 400 mètres de là. Le décret basses émissions nous donnera un élément supplémentaire pour le faire. Les parents doivent comprendre que ce n’est pas bon pour les gamins de respirer un air de très mauvaise qualité. Il faut pouvoir faire preuve d’une contrainte bienveillante. - Y.H

  • Nandrinois trois nouveaux radars par mois en Wallonie: voici où ils seront

    Lien permanent

    Depuis décembre 2017, les zones de police locale peuvent soumettre leurs besoins en la matière à la Région par le biais de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. «  Parmi les 72 zones de Wallonie, 29 ont marqué leur intérêt et souhaitent bénéficier des marchés publics organisés par la Région wallonne. Leurs demandes sont en cours d’analyse et d’évaluation  », explique le ministre Di Antonio. Pour les routes régionales, la Wallonie prend à sa charge l’installation du boîtier et les connexions électriques et télécoms. Le coût moyen est de 45.000 euros, mais le prix peut vite grimper de plusieurs dizaines de milliers d’euros supplémentaires s’il n’y a pas d’alimentation électrique disponible à proximité. Les services de police prennent à leur charge l’appareil de mesure proprement dit, facturé 55.000 euros.

    Placés à 2,50 m de haut

    Le choix de la Région s’est porté sur le Redflex NK7 dont la version mobile est déjà utilisée par la police fédérale de la route. C’est le fameux super-radar qui ne déclenche aucun flash lumineux et est capable d’enregistrer plusieurs infractions en même temps. Le long des routes de Wallonie, il sera fixé à environ 2,50 mètres de hauteur afin d’échapper aux vandales. Contrairement aux appareils fixes que l’on connaît depuis des années, le Redflex peut contrôler en même temps la circulation dans les deux sens sur la chaussée.

    En primeur, Carlo Di Antonio nous dévoile l’emplacement des premières localisations (notre infographie). «  Le rythme d’implantation des radars sera d’ici peu d’un radar par semaine  », prévient-t-il. L’objectif est d’installer au total 100 radars, avec un rythme minimum de trois par mois.

     

     

    Le Redflex ne sera qu’une partie du nouvel arsenal contre la vitesse. La Région va également financer les radars contrôlant le franchissement des feux rouges et la vitesse aux carrefours dépendant de son réseau routier. Trois endroits ont déjà été choisis dont deux en province de Liège (notre infographie). Chacun des bras de ces carrefours sera équipé. Le coût de l’investissement pour une configuration à quatre branches est de 500.000 euros.

    La Région a également dans ses projets des radars tronçons qui contrôlent la vitesse moyenne sur plusieurs kilomètres. L’analyse des offres n’est pas encore finalisée. Il faut donc encore un peu patienter.

    «  Pour rappel, tous les radars fixes sont systématiquement annoncés et signalés. Le souhait est d’avertir les usagers qu’ils risquent d’être contrôlés à ces endroits qui sont des zones sensibles pour la sécurité routière  », précise Carlo Di Antonio.

    Y.H.

    Article complet clic ici 

  • Le professeur d’histoire-français, originaire de Nandrin,est venu faire opposition au jugement vendredi passé

    Lien permanent

    Le Nandrinois, qui s’est donc exprimé pour la première fois devant le tribunal, a confirmé avoir agi de la sorte. «  Je suis sorti de cette spirale aujourd’hui. J’essaye, entouré de professionnels, de comprendre l’origine et la cause de cette addiction. Quelque chose a dû intervenir dans mon enfance. J’avais une mère alcoolique, un père violent… Des choses doivent revenir à la surface. Mon objectif de vie est de m’en sortir. Suite à tout ça, j’aimerais ensuite apporter ma pierre à l’édifice, en m’investissant dans un organisme qui lutte contre le trafic d’enfants par exemple.  »

    Du côté du parquet, le substitut a affirmé ne pas ressentir «  beaucoup d’empathie pour les victimes dans son discours  ». Il requiert 10 mois de prison, sans s’opposer à un sursis probatoire pour une partie de la peine.

    En parallèle, depuis un an et demi, Philippe est suspendu préventivement, en attente d’un jugement définitif, de son poste d’enseignant. La condamnation rendue lui interdisait aussi d’enseigner, durant une période de 10 ans, dans des établissements qui accueillent des mineurs. «  Je n’ai pas choisi l’enseignement pour être en contact avec des enfants  », a-t-il lancé. Mais un dossier disciplinaire a aussi été ouvert à son encontre au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Sa personnalité et son comportement, en classe, sont remis en question : allusions sexuelles, regards déplacés, vocabulaire malsain… «  De nombreux élèves ont été témoins de propos et d’attitudes déplacées en son chef  », a décrit le substitut David, qui demande donc que soit maintenue l’interdiction prononcée.

    De son côté, la défense s’est interrogée sur le caractère «  légal  » de la découverte des faits. C’était le 21 septembre 2016. Un huissier, accompagné de deux policiers, débarque au domicile du Nandrinois, alors absent, suite à des dettes qu’il doit aux contributions : c’est en « ouvrant  » l’ordinateur que les agents («  sans mandat  ») découvrent les images… Me Simon a aussi insisté sur le fait que son client n’a jamais diffusé les images qu’il avait en sa possession et qu’il a toujours respecté les mesures qui lui ont été imposées. «  Sa place n’est pas en prison. Il doit se faire suivre et rester actif. Une mesure d’écartement engendrerait d’office son déclassement  », a-t-il plaidé, en demandant du sursis, voire la suspension du prononcé. Jugement le 18 mai.

    Une opposition avenue ?

    Enfin, comme dans le cadre de toute opposition, les parties se sont aussi exprimées sur son caractère avenu, ou non. «  Ce sont des connaissances qui m’ont prévenu du jugement : ils ont vu la nouvelle dans les journaux  », a affirmé Philippe. «  Je ne logeais plus à Nandrin, j’errais à droite à gauche à ce moment-là. J’étais déconnecté et n’ai pas reçu les courriers.  » Or, l’enseignant était bel et bien au courant des premières dates d’audience. Il avait même été représenté par un avocat qui, par la suite, faute de mandat et de nouvelles de sa part, s’était déclaré sans instruction.

     

    Source et article complet clic ici 

    PAR ED

     FAITS DIVERS

  • Les produits de la boulangerie Delhaye disponibles au Proxy Delhaize de Nandrin

    Lien permanent

    25.jpg

    L'annonce sur leur page Facebook Boulangerie Delhaye