• Au conseil communal de ce mardi soir, les élus nandrinois ont approuvé le marché de travaux

    Le revêtement rouge actuel, suggérant les bandes cyclables et piétonnes de part et d’autre de la route, date d’une dizaine d’années. Se décolorant, il devenait nécessaire de le remplacer. «On va racler sur 10 cm et remettre une couche de tarmac avec une gomme rouge », précise le bourgmestre, Michel Lemmens. Les travaux s’élèveront à 50.000 euros TVAC. Il ne s’agit pas de refaire la route entre les deux, uniquement les bandes rouge tracées sur la chaussée. Le point a été voté à l’unanimité.

    Par ailleurs, le mur en pierre sèche dans le Thier des Bacs va être restauré en collaboration avec le Forem. « Dans le cadre du PCDN, nous souhaitons conclure une convention de partenariat avec le Forem pour que ses stagiaires, spécifiquement formés, viennent restaurer notre mur en pierre sèche qui se laisse aller aujourd’hui », explique Michel Lemmens.

    Le mayeur se réjouit aussi de l’adoption d’un règlement commun de police dans le Condroz. «Les bourgmestres sont enfin parvenus à se mettre d’accord sur un règlement général de police, 20 ans après l’évasion de Dutroux qui a eu pour conséquence la fusion des polices et la création des zones de police. C’est important car certaines matières, non poursuivies par le Parquet, sont confiées à un fonctionnaire sanctionnateur provincial. » Le point a été voté à l’unanimité. Par contre, la désignation d’une fonctionnaire sanctionnatrice provinciale supplémentaire a fait débat, Vincent Licata s’inquiétant d’une éventuelle partialité de ces agents et privilégiant le dialogue à la sanction. Le point a été voté par neuf voix pour, un vote contre (Vincent Licata), et quatre abstentions (Alain Henry, Eric Cop, Bodgan Piotrowski, Marc Evrard). Les protocoles d’accord avec le procureur du Roi ont quant à eux récolté dix voix pour et quatre abstentions (Henry, Cop, Licata et Piotrowski).

     

    Source Info clic ici 

     

    PAR ANNICK GOVAERS

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

    Lire la suite

  • Il y aura bien une liste Pour Nandrin,citoyenne

     Il y a eu un petit clash entre Marc Evrard, chef de file de Pour Nandrin, citoyenne, et Eric Cop, chef de file de Tous Ensemble .

    Le premier reproche au second de répandre de fausses rumeurs concernant l’absence de liste Pour Nandrin,citoyenne aux élections.

    Eric Cop s’est contenté de répondre que lui avait une liste complète.

    Le bourgmestre est intervenu pour rappeler qu’il ne s’agissait pas d’une question d’actualité.

    Quant à sa propre présence sur les listes, Michel Lemmens a botté en touche, préférant leur réserver la « surprise ».

    « Pour Nandrin citoyenne  poursuivra bien, en l'état actuel des choses, son engagement en faveur du citoyen.

    Pour Nandrin, citoyenne ne communiquera pas sur la composition de la liste, ne désirant pas faire d'effets d'annonce comme trop de listes à Nandrin, avant la mi-juin », a indiqué Marc Evrard dans un communiqué.

  • Lundi 28 mai 2018 à 20 H Clôture du cycle de conférences sur les confessions chrétiennes

    Au Prieuré Saint Martin de Scry
    Lundi 28 mai 2018 à 20 H
    Clôture du cycle de conférences
    sur les confessions chrétiennes
    Rencontre :
    « Echanges, débat, discussion »
    Animée par Monsieur Edmond Blattchen, journaliste,
    producteur et présentateur des 200 émissions « Noms de dieux »
    sur la RTBF de 1991 à 2015.
    Avec la participation des conférenciers :
     Monsieur Rémy Paquet,
    Pasteur desservant la paroisse de l’Église
    Protestante Unie de Belgique à Amay.
     Monsieur l’abbé Fikri Gabriel,
    Prêtre de l’Eglise Syriaque Orthodoxe
    de Liège.
     Monseigneur Jean-Pierre Delville,
    Evêque du Diocèse de Liège,
    Eglise Catholique Romaine.
    Dans notre monde multiculturel et multi-cultuel d’aujourd’hui, une occasion pour chrétiens et non-chrétiens du XXIe siècle, de mieux se rencontrer, d’approcher notre spiritualité, de partager nos ressentis, nos espérances sur nos chemins de vie nous conduisant tous à la même source d’Amour.
    Invitation cordiale à tous 

  • Journée portes ouvertes à l'Athénée Royal le 28 avril 2018 baptême de l'air en hélicoptère

    L'Athénée Royal d'Ouffet vous invite à sa journée portes ouvertes ce samedi 28 avril 2018 de 11 à 18h. 

    Au programme: 
    REPAS (de midi) ORGANISÉ PAR LA SECTION DE CUISINE 
    Réservations obligatoires au 086/366277 ou par mail: design.fa@hotmail.com

    Baptême de l'air en hélicoptère 
    Réservations souhaitées au 086/366894 ou au 086/366277

    Exposition de voitures ancêtres et de rallye 

    Présentation des cours et visite de l'école 

    Château gonflable, jeux en bois 

    Tombola, Trocbook

    Restauration sur place

  • Stage de Foot Juillet Templiers Nandrin

     

     

    Le prochain stage aura lieu du 16 au 20 juillet 2018

     
  • Pour une consommation saine et responsable, les magasins « en vrac » cartonnent

    Plus 20 % de nouveaux commerces en un an

    L es tendances zéro déchet, anti-gaspillage et healthy food font de plus en plus d’adeptes en Belgique. Les commerces en vrac rencontrent donc un succès grandissant. De nouveaux concepts et de nouvelles boutiques apparaissent chaque mois dans notre pays.

    Le premier magasin d’aliments en vrac en Belgique a ouvert ses portes en 2014, à Anvers. Depuis, des boutiques de ce genre ont fleuri un peu partout dans le pays. On en recense une bonne centaine, uniquement dédiés à ce concept.

    D’autres magasins ont surfé sur le phénomène et proposent, à côté de leurs produits habituels, un rayon de ce genre. Le principe du « vrac » est simple. Les aliments secs sont accessibles dans de grands distributeurs et les fruits et légumes dans des cagots. Le client vient avec son sac et ses bocaux pour faire ses courses. L’objectif : zéro déchet et des quantités adaptées à tout un chacun pour éviter le gaspillage. La majorité de ces enseignes sont également approvisionnées en circuit court par des filières locales et/ou bio.

    UNE RÉELLE DEMANDE

    « Lorsque j’ai réalisé mon étude de marché pour installer mon commerce à Tubize, il n’y en avait pas dans la région. Lorsque je l’ai ouvert un an après, nous étions trois à le faire simultané- ment. Je suis de près l’évolution du marché et de nouveaux établissements arrivent tout le temps.

    Certains propriétaires créent même d’autres stores dans d’autres villes. Il y a une réelle demande et un fort enthousiasme de la population. Sur internet, certains internautes proposent d’ailleurs aux commerçants de s’installer à tel et tel endroit. C’est génial que le concept prenne une telle ampleur », explique Virginie Beyllos à la tête de « L’épicerie Melting Pot ».

    Elle a chaque jour sa clientèle régulière mais aussi de nouvelles têtes. Les profils sont très différents. « Certains jouent le jeu au maximum et vont ensuite chez des bouchers et boulangers locaux. D’autres viennent chercher des produits qu’ils ne trouvent pas ailleurs ou qui sont régionaux. Quelques-uns veulent retrouver l’esprit de la petite épicerie de quartier. Il y a donc diffé- rentes catégories de clients mais la majorité veut manger et consommer mieux tout en faisant vivre les petits artisans ». UNE PREMIÈRE BELGE Le succès du vrac donne des idées à certains. Le site internet Lili Bulk propose ainsi 150 références, une première belge.

    « Cette idée nous est venue de notre propre expérience. Consommer en vrac n’est pas évident quand on est dans la vie active et qu’on est maman de trois enfants. On a donc cherché à nous faciliter la vie et le commerce en ligne était la solution. Plus besoin de se déplacer avec ses bocaux et de les nettoyer », affirme Aurélie Manzi, cofondatrice de Lili Bulk.

    « Nos produits sont détaillés sur notre site, il suffit de les sélectionner et de choisir le format de bocal désiré. L’avantage chez nous est que, contrairement aux commerces, nous étiquetons les récipients (composition, date de péremption et mode de cuisson) avant de les livrer.

    La livraison se fait à domicile à vélo ou dans des points de distribution. Les bocaux sont consignés entre 1 et 2 euros selon leur taille. Nous sommes actuellement fort présents à Bruxelles mais nous espérons nous étendre en Wallonie et pourquoi pas à l’étranger dans les prochaines années. »

    Article de - ALISON VL

     

    Source info article complet clic ici 

     

  • Nandrinois forte baisse des vols de voiture, une en 2017 à Nandrin

    Les vols de voiture ne font pas partie de l’habituel « trio » de tête des figures criminelles de nos zones de police. Chez nous, comme majoritairement dans la province ou en Wallonie, ce sont les cambriolages, les dégradations de véhicules et les vols dans les véhicules, qui sont les délits enregistrés les plus nombreux.

    Les vols de voiture font néanmoins partie de notre quotidien et 84 faits de ce type ont toutefois été observés lors des trois premiers trimestres de 2017, pour la région de Huy-Waremme. Contre 115 en 2016. Des chiffres qui devraient donc, dans l’ensemble, présenter une légère baisse par rapport à l’année précédente.

    Toutes nos zones -si l’on excepte la police Hesbaye Ouest- s’alignent, en toute logique, sur ces chiffres globaux. Dans le Condroz, 17 faits ont été enregistrés en 2016, contre 12 en 2017. L’on passe de 30 à 22 pour la Hesbaye et de 34 à 26 pour Meuse-Hesbaye. Mais c’est à Huy que cette diminution est clairement la plus marquée, et devrait le rester. De 22 vols constatés en 2016, l’on en dénombre « seulement » 4 pour les trois premiers trimestres de 2017 !

    «  On observe une baisse de manière générale  », commente le commissaire divisionnaire Christophe Romboux, chef de corps à Huy. « Les vols de voitures sont de moins en moins nombreux. Je ne peux expliquer cette forte baisse chez nous avec des éléments concrets. Nous n’avons pas mené d’actions spécifiques en ce sens mais ce qui est certain, par contre, c’est que ces vols laissent la place aux vols DANS les véhicules. Que ce soit pour des objets s’y trouvant ou de l’équipement, comme des GPS, des airbags, des pièces détachées… qui se revendent ensuite au marché noir  », détaille-t-il. «  À Huy, courant septembre 2017, nous avons constaté une vague de ce type dans le quartier de l’hôpital qui, au final, s’est soldée par l’interpellation des suspects et y a mis fin, heureusement. Là, nous avions mené des actions de surveillance et des patrouilles renforcées. Et ce ne sont pas forcément des ‘gangs’ qui en sont à l’origine. Mais parfois des personnes désarmées qui tentent de joindre les deux bouts et volent même un maxi-cosy pour essayer de le revendre chez Cash Converters…  »

    Et puis, pour en revenir aux vols de voiture, il faut dire aussi que l’évolution des technologies installées dans les véhicules en rebute plus d’un. «  C’est certain. Je pense qu’ils sont de mieux en mieux protégés. Il y a les coupe-circuit automatiques, les localisations par GPS et les numéros de châssis moins maquillable qu’avant… Cela dissuade davantage les voleurs  », poursuit le commissaire Romboux.

    A contrario, comment dès lors expliquer, qu’à la zone Hesbaye Ouest, l’on passe de 12 faits en 2016 à 20 l’année suivante (malgré l’absence de statistiques pour le dernier trimestre) ? Le commissaire Pascal Dodion, qui assure la fonction de chef de zone, affirme qu’une « hausse » claire et nette n’a pas spécialement été observée. «  Je ne peux donc pas clairement apporter de réponses concrètes à cette constatation. Il faudrait connaître le contexte de ces vols. Car nous observons par contre que des véhicules sont de plus en plus régulièrement dérobés lors des cambriolages. C’est un phénomène plus émergent. » Ce que l’on appelle dans le jargon ‘les vols garages’. «  Les véhicules sont plus sécurisés, moins faciles à voler. En dérober les clés dans les domiciles est visiblement plus simple  », a-t-il réagi.

    Lesdits véhicules sont ensuite revendus, principalement à l’étranger, ou destinés à être utilisés par les suspects pour commettre un second délit.

     

     

    PAR ED article complet clic ici 

     L'ACTU DE HUY WAREMME 
  • Avis décès Madame Renée Beaupain Veuve de Monsieur Alphonse Rulot de Nandrin

    Avis décès Madame Renée Beaupain

    Veuve de Monsieur Alphonse Rulot

    Domiciliée à Nandrin (4550, Belgique)
    Née à Chaudfontaine (4050, Belgique) le vendredi 30 décembre 1927 
    Décédée à Fraiture (4557, Belgique) le mardi 24 avril 2018 à l'âge de 90 ans 

     

    En mon Nom et au nom du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • De nouveaux aménagements dans la rue des Quatre Bras et de l’élargissement de la zone 30 à Villers-le-Temple.

    Les piquets installés rue des Quatre Bras, à Nandrin, ont déjà fait parler d’eux. Ressenti positif des piétons qui l’empruntent, inquiétude des automobilistes qui disent avoir du mal à se croiser, et plainte des riverains qui souffrent du bruit et de la vitesse. Tout cela donne un problème de mobilité et de sécurité routière épineux à résoudre.

    «  Nous avons installé ces piquets sous cette législature, non pas pour diminuer la vitesse, mais pour assurer un couloir sécurisé aux piétons, dont de nombreux jeunes qui quittent l’arrêt de bus des 4 Bras et reviennent par la rue des 4 Bras  », rappelle l’échevine de la mobilité, Charlotte Tilman.

    Pour recueillir l’avis de la population, une réunion d’information est prévue mercredi 25 avril à 20 heures à la salle du Conseil communal, place Arthur Botty, 1 à 4550 Nandrin. Deux problématiques seront discutées sur base d’une proposition : l’installation de chicanes dans la rue des Quatre Bras (dans la partie agglomération) pour réduire la vitesse des véhicules, ainsi de l’instauration d’une zone 30 pour les rues de la Commanderie, de la Tourette, Joseph Pierco, Baty Alnay et la place Baudouin 1er.

    «  Nous avons besoin d’avoir un ressenti des citoyens concernant ces deux aménagements. Nous faisons une proposition mais, en fonction de l’avis des gens, celle-ci peut évoluer. C’est le but d’une réunion citoyenne  », souligne-t-elle.

    Pour la rue des Quatre Bras, c’est donc l’option des chicanes qui sera proposée. «  Les dos d’âne nous ont été fortement déconseillés, car bruyants. Les plateaux sont quant à eux interdits sur les routes empruntées par les bus des TEC. Nous proposons donc un système de retrécissement de la chaussée, des chicanes qui, nous l’espérons, feront diminuer la vitesse  », explique-t-elle. Et les piquets ? «  Ils resteraient. Les deux dispositifs coexisteraient. » Dans une première phase de test, les chicanes seraient temporaires, les matériaux en dur viendront plus tard si le système fait ses preuves.

    En ce qui concerne Villers-le-Temple, l’élargissement de la zone 30 est voulu pour sécuriser davantage la place lors de la sortie des classes. « Aux sorties scolaires, notamment le mercredi, tous les parents viennent en même temps et se garent là où ils le peuvent. Cela fait qu’il y a des enfants qui circulent sur toute la place. Comme il y a aussi une crèche, un café, une boulangerie, une église, il ne nous semble donc pas superflu de limiter la vitesse à 30 km/h à cet endroit  », conclut-elle.

     

    Article complet clic ici 

     

    D'autre article du sujet 

    Ils ont souffert les potelets de la rue des Quatre Bras de Nandrin clic ici

     

    24b.jpg

  • Des nandrinois à l'exposition annuelle du Photo Club 135 du 27 au 29 avril 2018

    4.JPG

    Invitation de l'exposition annuelle du Photo Club 135 Neupré qui aura lieu les 27, 28 et 29 avril prochain ,en la salle du Coude à Coude, avenue du Ry Chera, 1A à 4121 Neupré

  • Nandrinois Appeler les parents à ne pas laisser tourner leur moteur

    Ministre wallon de l’Environnement et de la Transition écologique, Carlo Di Antonio (cdH) a dégagé un budget pouvant aller jusqu’à 200.000 euros pour équiper les classes de primaire d’appareils mesurant en permanence la quantité de C02, un bon marqueur de la qualité de l’air respiré par les enfants.

     

    Article complet clic ici Carlo Di Antonio annonce 1.000 capteurs pour surveiller l’air de nos classes

     

    Des micro-zones basses émissions près des écoles

     Au niveau de la qualité de l’air dans les écoles,vous appelez les parents à ne pas laisser tourner leur moteur.

    Les plus mauvais résultats au niveau des taux d’oxyde d’azote sont relevés lors des entrées et des sorties d’école.

    Nous avons un décret sur la qualité de l’air qui va bientôt arriver au vote. Il permettra de verbaliser, via les infractions environnementales, ceux qui n’arrêtent pas leur moteur. 0 Y a-t-il d’autres dispositions dans ce décret pour améliorer l’air respiré par les enfants ? Ce décret crée un dispositif pour permettre aux bourgmestres d’instaurer une zone de basses émissions dans leur centre-ville.

    Dès lors, les véhicules les plus polluants ne pourront plus y aller. Je souhaiterais adapter ce système avant qu’il ne soit voté au parlement afin de prévoir le principe d’une zone basses émissions restreinte aux abords des écoles. Le bourgmestre pourrait dès lors cibler les zones 30 de telle ou telle école car la qualité de l’air y est en permanence mauvaise à la sortie des classes. 0 Concrètement,cela donnerait ? On pourrait limiter l’accès de cette zone par exemple entre 7 et 9 h et entre 15 et 17 h aux véhicules qui ont au minimum une certaine norme Euro. Les véhicules qui seraient en dessous de la norme devraient aller se garer plus loin afin qu’ils ne polluent plus les enfants. Il faudra faire évoluer les panneaux zone 30 pour y intégrer l’aspect de la qualité de l’air. 0 Comment contrôler ? Le décret prévoit pour 2020 l’usage d’une vignette verte qui commence à la norme Euro 5. Il suffira aux policiers de vérifier la présence de cette vignette. 0 Et donc,j’aurai besoin de cette vignette pour déposer mes enfants tout près ? Effectivement. 0 Et c’est le bourgmestre qui décidera de l’emplacement de ces zones restreintes ? Oui, nous donnons seulement les outils. J’admets qu’une telle mesure n’est pas très populaire. Enfin, c’est à voir. Toujours est-il que c’est lui qui assume. Le décret sera d’application pour la rentrée scolaire 2020. 0 Bourgmestre,vous l’utiliseriez à Dour ? En dehors du problème de qualité de l’air, il y a tous ces véhicules qui s’enchevêtrent matin et soir. On a le cas chez nous d’une école où c’est très compliqué alors qu’il y a un beau parking à 400 mètres de là. Le décret basses émissions nous donnera un élément supplémentaire pour le faire. Les parents doivent comprendre que ce n’est pas bon pour les gamins de respirer un air de très mauvaise qualité. Il faut pouvoir faire preuve d’une contrainte bienveillante. - Y.H

  • Nandrinois trois nouveaux radars par mois en Wallonie: voici où ils seront

    Depuis décembre 2017, les zones de police locale peuvent soumettre leurs besoins en la matière à la Région par le biais de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. «  Parmi les 72 zones de Wallonie, 29 ont marqué leur intérêt et souhaitent bénéficier des marchés publics organisés par la Région wallonne. Leurs demandes sont en cours d’analyse et d’évaluation  », explique le ministre Di Antonio. Pour les routes régionales, la Wallonie prend à sa charge l’installation du boîtier et les connexions électriques et télécoms. Le coût moyen est de 45.000 euros, mais le prix peut vite grimper de plusieurs dizaines de milliers d’euros supplémentaires s’il n’y a pas d’alimentation électrique disponible à proximité. Les services de police prennent à leur charge l’appareil de mesure proprement dit, facturé 55.000 euros.

    Placés à 2,50 m de haut

    Le choix de la Région s’est porté sur le Redflex NK7 dont la version mobile est déjà utilisée par la police fédérale de la route. C’est le fameux super-radar qui ne déclenche aucun flash lumineux et est capable d’enregistrer plusieurs infractions en même temps. Le long des routes de Wallonie, il sera fixé à environ 2,50 mètres de hauteur afin d’échapper aux vandales. Contrairement aux appareils fixes que l’on connaît depuis des années, le Redflex peut contrôler en même temps la circulation dans les deux sens sur la chaussée.

    En primeur, Carlo Di Antonio nous dévoile l’emplacement des premières localisations (notre infographie). «  Le rythme d’implantation des radars sera d’ici peu d’un radar par semaine  », prévient-t-il. L’objectif est d’installer au total 100 radars, avec un rythme minimum de trois par mois.

     

     

    Le Redflex ne sera qu’une partie du nouvel arsenal contre la vitesse. La Région va également financer les radars contrôlant le franchissement des feux rouges et la vitesse aux carrefours dépendant de son réseau routier. Trois endroits ont déjà été choisis dont deux en province de Liège (notre infographie). Chacun des bras de ces carrefours sera équipé. Le coût de l’investissement pour une configuration à quatre branches est de 500.000 euros.

    La Région a également dans ses projets des radars tronçons qui contrôlent la vitesse moyenne sur plusieurs kilomètres. L’analyse des offres n’est pas encore finalisée. Il faut donc encore un peu patienter.

    «  Pour rappel, tous les radars fixes sont systématiquement annoncés et signalés. Le souhait est d’avertir les usagers qu’ils risquent d’être contrôlés à ces endroits qui sont des zones sensibles pour la sécurité routière  », précise Carlo Di Antonio.

    Y.H.

    Article complet clic ici 

  • Le professeur d’histoire-français, originaire de Nandrin,est venu faire opposition au jugement vendredi passé

    Le Nandrinois, qui s’est donc exprimé pour la première fois devant le tribunal, a confirmé avoir agi de la sorte. «  Je suis sorti de cette spirale aujourd’hui. J’essaye, entouré de professionnels, de comprendre l’origine et la cause de cette addiction. Quelque chose a dû intervenir dans mon enfance. J’avais une mère alcoolique, un père violent… Des choses doivent revenir à la surface. Mon objectif de vie est de m’en sortir. Suite à tout ça, j’aimerais ensuite apporter ma pierre à l’édifice, en m’investissant dans un organisme qui lutte contre le trafic d’enfants par exemple.  »

    Du côté du parquet, le substitut a affirmé ne pas ressentir «  beaucoup d’empathie pour les victimes dans son discours  ». Il requiert 10 mois de prison, sans s’opposer à un sursis probatoire pour une partie de la peine.

    En parallèle, depuis un an et demi, Philippe est suspendu préventivement, en attente d’un jugement définitif, de son poste d’enseignant. La condamnation rendue lui interdisait aussi d’enseigner, durant une période de 10 ans, dans des établissements qui accueillent des mineurs. «  Je n’ai pas choisi l’enseignement pour être en contact avec des enfants  », a-t-il lancé. Mais un dossier disciplinaire a aussi été ouvert à son encontre au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Sa personnalité et son comportement, en classe, sont remis en question : allusions sexuelles, regards déplacés, vocabulaire malsain… «  De nombreux élèves ont été témoins de propos et d’attitudes déplacées en son chef  », a décrit le substitut David, qui demande donc que soit maintenue l’interdiction prononcée.

    De son côté, la défense s’est interrogée sur le caractère «  légal  » de la découverte des faits. C’était le 21 septembre 2016. Un huissier, accompagné de deux policiers, débarque au domicile du Nandrinois, alors absent, suite à des dettes qu’il doit aux contributions : c’est en « ouvrant  » l’ordinateur que les agents («  sans mandat  ») découvrent les images… Me Simon a aussi insisté sur le fait que son client n’a jamais diffusé les images qu’il avait en sa possession et qu’il a toujours respecté les mesures qui lui ont été imposées. «  Sa place n’est pas en prison. Il doit se faire suivre et rester actif. Une mesure d’écartement engendrerait d’office son déclassement  », a-t-il plaidé, en demandant du sursis, voire la suspension du prononcé. Jugement le 18 mai.

    Une opposition avenue ?

    Enfin, comme dans le cadre de toute opposition, les parties se sont aussi exprimées sur son caractère avenu, ou non. «  Ce sont des connaissances qui m’ont prévenu du jugement : ils ont vu la nouvelle dans les journaux  », a affirmé Philippe. «  Je ne logeais plus à Nandrin, j’errais à droite à gauche à ce moment-là. J’étais déconnecté et n’ai pas reçu les courriers.  » Or, l’enseignant était bel et bien au courant des premières dates d’audience. Il avait même été représenté par un avocat qui, par la suite, faute de mandat et de nouvelles de sa part, s’était déclaré sans instruction.

     

    Source et article complet clic ici 

    PAR ED

     FAITS DIVERS

  • Les produits de la boulangerie Delhaye disponibles au Proxy Delhaize de Nandrin

    25.jpg

    L'annonce sur leur page Facebook Boulangerie Delhaye

     

  • Bientôt la fin des travaux sur la place de Nandrin

    25b.jpg

    Clic ici Les plans 3D de la nouvelle administration de Nandrin

     

    «Un moment d’histoire» à Nandrin clic ici

  • Conseil Communal aujourd'hui 24 avril 2018 à Nandrin

     

     

    Conseil Communal de Nandrin 24 avril 2018 clic ici .pdf

  • Groupe de paroles sur les difficultés de la Parentalité ouvert aux habitants des communes d'Anthisnes, Clavier, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot

    Groupe de paroles sur les difficultés de la PARENTALITÉ à Tinlot

    A partir de ce samedi 28 avril, le Plan de Cohésion Sociale du Condroz organise un groupe de paroles avec pour objectif que chacun puisse écouter et partager ses expériences, difficultés et conseils. 
    Ce groupe sera encadré par une psychologue spécialisée dans le domaine de la vie familiale, Mme Carine Julémont, du Planning familial Ourthe-Amblève.

    Ce groupe se réunira tous les derniers samedis du mois entre 14h30 et 16h30 au local intergénérationnel de TINLOT.

    Ce projet s'inscrit dans le cadre de la campagne TIP TOP pour le Condroz.

    INTÉRESSÉ(E/S)? 
    Contactez François Cornet au  0474/77.45.10 ou chefdeprojet@pcs-condroz.be

    Ouvert aux habitants des communes d'Anthisnes, Clavier, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot

    Attention, le nombre de places est limité...

     

    Info clic ici 

    PCS Condroz

  • L’école Saint-Martin Nandrin a reçu 2 jardinières et 20 chaises

    «  Les chaises précédentes étaient désuètes et pas adaptées au format des tout-petits. Les jardinières, réalisées sur-mesure par un jeune menuisier de 19 ans, Quentin Bertrand, ont été placées dans la cour de récréation et serviront de support pour un projet éducatif autour de l’alimentation saine, à destination des enfants de maternelle  », précise Paul Eloy, le directeur de Saint-Martin. Ces jardinières complètent celles achetées par l’école l’an passé. Elles accueilleront des fleurs et des herbes aromatiques. «  Cela permettra aux enfants de s’émerveiller devant la nature et de découvrir ce qui est comestible  », ajoute-t-il. La livraison des équipements a été faite ce jeudi.

    L’investissement, pour le comité de parents, s’élève à 1.300 euros. « 1.000 euros pour les chaises et 300 euros pour les jardinières en bois  », détaille Eric Cop, nouveau président du comité de parents de Saint-Martin. «  C’est dans l’intérêt et pour le confort des enfants. » Cela est rendu possible grâce aux différents événements organisés par le comité des parents : le souper annuel, un an sur deux le marché de Noël, deux bourses et la grande brocante (le 27 mai cette année). « Par an, nous dépensons 10.000 euros pour financer une partie des voyages des enfants, les excursions, les cours de musique, un spectacle extérieur, un éveil musical en maternelle, une visite à la ferme, des cahiers, du matériel scolaire...  », cite-t-il.

    Article de AG 

    Source article complet ici 

  • Présentation du Plan d’actions du projet Agri-Urban Vendredi 27 avril 2018

    Présentation du Plan d’actions du projet Agri-Urban

    Vendredi 27 avril C TA - Rue de la Charmille 16 4577 Strée

    Programme: 15h00: Accueil 15h15: Discours de bienvenue par Eric Lomba 15h20: Présentation du Plan - J-F Pecheur 15h40: Projection de vidéos: •Témoignages d’agriculteurs du Condroz •Echange bilatéral avec MouansSartoux sur le projet cantine de collectivité1 6h00: Visite de la cuisine de collectivité et de l’installation d’aquaponie1 6h30: Verre de l’amitié dégustation de produits locaux .

  • Avis de décès Madame Josée Résimont veuve de Monsieur André Harzimont de Nandrin

    Madame Josée Résimont

    veuve de Monsieur André Harzimont

    Domiciliée à Nandrin
    Née à Nandrin

     le dimanche 15 novembre 1925 
    Décédée à Nandrin 

     le vendredi 20 avril 2018 à l'âge de 92 ans 



     

    En mon Nom et au nom du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

     

  • La 3e conférence sur le christianisme aujourd'hui 23 avril 2018

    Nous serons très heureux de vous retrouver le lundi 23 avril à 20 h. pour la 3e conférence sur le christianisme.

    C’est avec grand plaisir que nous accueillerons Monseigneur Jean-Pierre Delville, Evêque de Liège qui nous parlera de « L’Eglise catholique et la catholicité des Eglises ».

     

  • À six mois des élections, certaines tendances ressortent de notre baromètre Sudpresse/iVOX

    1.Le PS de Huy est en nette augmentation

    Comme à Liège et à Charleroi, le PS reprend du poil de la bête dans notre nouveau sondage, et pas qu’un peu… De 32,6 % en octobre 2017, il passe à 40,9 %.

    Six mois se sont écoulés et les affaires se sont sans doute un peu tassées. Pour le bourgmestre Christophe Collignon, et « même s’il faut garder la tête froide face aux sondages », ce n’est pas la seule explication. « Une particularité des élections communales, c’est la présence sur le terrain. Au PS, nous sommes présents au quotidien, même s’il faut reconquérir les citoyens car il y a une méfiance vis-à-vis de la chose publique. » Le bourgmestre met en avant les actions menées sur le terrain : le plan de ville avec le développement du quartier de la gare, le logement et l’action sociale.

     

    2.Le PTB et les « petits » partis (PP et VLC) chutent

    Autre enseignement, également constaté sur Liège, les « petits » partis alternatifs, plébiscités dans notre sondage d’octobre, sont en chute. Ruben Garcia Otero, future tête de liste du PTB à Huy, ne s’en étonne pas. « Ce n’est pas une chute. À Liège, lors des dernières élections communales, le PTB était à 5 %, s’il passe à 10 % en octobre 2018, même si les sondages le plaçaient plus haut entre-temps, cela reste une augmentation. » Pour revenir à la situation hutoise Ruben Garcia prend du recul : « Cela fait trois ans que le parti existe. » Aldo Carcaci (PP), lui par contre, reste sceptique par rapport aux résultats : « Ces chiffres ne représentent vraiment pas ce que je ressens. »

    3. Écolo reste le second parti mais est talonné par DéfiPourHuy

    Dans notre sondage, les Verts (15,6 %) se classent second parti de la cité. «  Cela témoigne d’une envie de voir du changement », analyse Rodrigue DeMeuse. Mais ils ont tout juste un fifrelin d’avance sur DéfiPourHuy (15,5 %). Les deux partis chutent légèrement. En six mois, ils ont pourtant lancé avec force leur campagne. Écolo est le premier et le seul parti hutois à avoir présenté ses premiers candidats. DéfiPourHuy ex-PourHuy, le parti d’Anne-Marie Lizin, a aussi frappé un grand coup en annonçant son alliance avec Défi, le parti d’Olivier Maingain. Les 20 premiers candidats seront présentés en mai, la liste complète en juillet.

    4. Le MR stagne en dépit de l’arrivée de la députée Dock

    À 13 % lors des élections de 2012, le MR a chuté à 12 % lors de notre sondage d’octobre et poursuit sa légère descente en s’affichant à 11,7 %. L’annonce de l’arrivée de Magali Dock et celle, plus récente, de Hans Dedecker n’ont donc pas vraiment fait décoller les Bleus. « Les Hutois doivent encore me connaître  », commente Magali Dock.

    5. Grosse chute pour idHuy et le cdH

    En 2012, idHuy, emmené par l’échevin Joseph George (cdH) pointait à 13,9 %. Si l’on en croit notre baromètre, le parti a actuellement perdu près de la moitié de ses électeurs en affichant seulement 7,3 % des intentions de vote. L’annonce du départ de Joseph George, et les hésitations de l’échevine Kunsh et d’Alain de Gottal, a même laissé penser que le parti était en voie de disparition, comme à Wanze. Il n’en sera finalement rien. Françoise Kunsh emmènera la liste. Il lui reste six mois pour regagner du terrain. « Je ne ressens pas de difficulté sur le terrain, nous souffrons sans doute d’un manque de visibilité, les gens nous associent moins aux projets réalisés. Nous devons mieux nous vendre  », estime l’échevine.

    Alors, on prend les mêmes et on recommence?

    LUNDI, AVRIL 16, 2018 - 18:19

     

    On s’en doutait, le sondage le confirme, le PS reste le poids lourd de la politique hutoise. Malgré la multiplicité des listes en présence (8), les socialistes raflent 40,9 % des intentions de vote. Parviendront-ils à récupérer une majorité absolue ? Cela semble difficile. D’autant que le pourcentage d’indécis est encore très haut. Quelle alliance alors pour gouverner la ville ? En 2012, personne ne voulait gouverner avec Anne-Marie Lizin et PourHuy. Il y a six ans, même en ayant réalisé le plus gros score tous partis confondus (1.711 voix), Anne-Marie Lizin se savait condamnée aux bancs de l’opposition.

    Cette fois, les jeux sont complètement ouverts. Aucun parti n’annonce de refus d’alliance, si ce n’est à l’égard des extrémismes. « Nous allons aux élections les mains libres », lance Christophe Collignon qui ajoute tout de même « que la coalition en place a bien fonctionné. » Alors, on prend les mêmes et on recommence ? La chute d’idHuy et du cdH pourrait profiter aux Écolos, à moins que DéfiPourHuy réussisse à se frayer une place sur le podium. Il reste six mois aux challengers pour faire basculer les rapports de force.

    Le sondage en bref

    LUNDI, AVRIL 16, 2018

    Le sondage Sudpresse/iVOX a été réalisé par Internet et par téléphone du 22 mars au 9 avril auprès de 200 personnes. La marge d’erreur maximale est 6,9 %. Les 20,6 % d’indécis n’ont pas été comptabilisés dans le résultat.

     

    PAR A.BT, A.G., M-CL. G.

    Source info clic ici 

     COMMUNALES 2018

     

     

    Sondage iVOX-Sudpresse: les scores des personnalités politiques

     

    Françoise Kunsch (cdH) tête de liste

  • Nandrinois attention aux morsures de tiques

    8.500 morsures de tiques enregistrées chez nous en 2017

     

    Tiques, moustiques et autres insectes sont de retour.

    Si elles ne sont pas détectées assez rapidement, leurs piqûres peuvent avoir des effets très néfastes sur votre santé. C’est notamment le cas des tiques.

    Rien qu’en 2017, le centre fédéral de recherche « Sciensano » a relevé 8.500 morsures de tiques en Belgique.

    L’an passé, le centre fédéral de recherche « Sciensano », avait invité, via le site TiquesNet, les citoyens mordus par une tique à lui envoyer les spécimens incriminés, en vue de leur analyse en laboratoire.

    Grâce à cet appel à participation 3.700 spécimens ont été collectés et 1.600 tiques provenant de toutes les provinces du pays ont pu être analysées.

    La répartition du nombre de morsures s’est avérée comparable à l’an dernier, avec des notifications plus nombreuses en Flandre (58,3 %) qu’en Wallonie (40,5 %) et que dans la Région de Bruxelles-Capitale (1,2 %).

    Si on se réfère la densité de population, c’est la province de Luxembourg qui a été la plus touchée avec 205 morsures pour 100.000 habitants.

    Suivent ensuite le Brabant wallon et la province de Namur.

    Une opération de cette ampleur n’est évidemment pas anodine.

    En Belgique, de nombreuses personnes ont déjà été victimes de morsures non traitées ces dernières années.

    MALADIE DE LYME

    Les conséquences peuvent être désastreuses puisque cette morsure peut provoquer la maladie de Lyme chez l’homme. Cette maladie peut toucher plusieurs organes et systèmes, la peau, mais aussi les articulations et le système nerveux.

    « L’opinion publique a commencé à s’y intéresser ces dernières années suite à la multiplication des cas et leur médiatisation », explique Sébastien Daems, porte-parole de Sciensano, l’ancien Institut scientifique de Santé publique (ISP).

    « On a donc lancé un projet en 2015 afin d’avoir un suivi longitudinal. »

    En effet, la maladie est suivie grâce à un réseau de laboratoires et de médecins généralistes.

    « La période d’activité des tiques, s’étend d’avril à octobre. » Il faut donc être très prudent surtout si vous aimez vous promener dans les bois.

    « Les tiques aiment les sous-bois humides avec des températures modérées, à partir de 10 degrés. Mais elles n’aiment pas les températures extrêmes.

    Lorsqu’il fait très chaud, ça ne les favorise pas. Mais il faut tout de même rester vigilant. » Pour éviter tout problème, les médecins recommandent de porter des vêtements qui protègent le corps. « Il vaut mieux porter des pantalons plutôt que des shorts ou bermudas », ajoute Sé- bastien Daems.

    «Après la promenade en forêt, il faut procéder à un examen minutieux du corps. Moins la tique reste accrochée au corps, moins le risque de contamination est important. IL faut enlever la tique dans les 12 à 24h qui suivent.

    Des pinces sont spécifiquement vendues en pharmacie à cet effet.

    Elles sont petites, en forme de V, et grâce à un mouvement de rotation, on peut retirer la tête facilement. »

    Un répulsif (le DEET) qu’on achète en pharmacie peut également être utilisé préventivement.

    « Le même que celui qui est utilisé pour les autres insectes, mais il faut en appliquer toutes les 2-3 heures. »

    -Article de J.M.

    Source 

  • Nandrinois comment les reconnaître les escrocs au téléphone

    15 CAS PAR JOUR EN BELGIQUE

    L’an passé, le SPF Économie a reçu 15 appels par jour – 5.400 au total – de consommateurs se plaignant d’arnaques par télé- phone. Perte moyenne : 90 euros ! La Belgique n’est pas un cas à part : ces dossiers représentent 20 % des plaintes reçues par le Centre européen des consommateurs en 2017.

    D’où l’idée du SPF d’éditer une brochure fourmillant de conseils pour repérer les arnaques, et y réagir de la meilleure façon.

     Le mécanisme.

    Le cas classique ?

    Vous recevez une offre alléchante – gratuite ou à prix dérisoire par téléphone d’un vendeur peu bavard sur qui il est.

    Il promet de confirmer son offre par mail, qui n’arrive jamais ou tombe dans vos spams.

    Problème : si vous n’y réagissez pas, vous recevez une facture, si pas une mise en demeure. Opérant la plupart du temps de l’étranger, ces escrocs ne respectent pas les gens inscrits sur « Ne m’appelez plus ».

     Les reconnaître.

    Tout télévendeur est tenu de décliner, dès le début de son appel, son identité et l’entreprise pour laquelle il travaille. Il doit également préciser qu’il cherche à vous vendre quelque chose.

    Si ce n’est pas le cas, exigez la clarté. Le plus souvent, il raccrochera. Même chose sur son offre : elle doit être détaillée et clairement compréhensible.

    Sur son site, le SPF Économie tient à jour une liste des sociétés déjà signalées par d’autres consommateurs. Consultez-la. Tout vendeur est également tenu de vous envoyer un écrit de confirmation sur l’offre.

    Si son contenu ne vous convient pas, signalez-le sans tarder. Et si le vendeur active un bureau de recouvrement pour exiger son paiement ?

    Vérifiez alors sur le site du SPF s’il est bien enregistré en Belgique. À défaut, il ne peut rien exiger de vous.

     Les bons réflexes.

    Le SPF donne aussi quelques conseils sur la meilleure façon de réagir face à ces arnaques. Par exemple, si vous hésitez, n’acceptez pas l’offre, demandez un délai de réflexion et un site sur lequel vous pouvez la consulter. Sachez aussi que dans la plupart des cas, vous disposez d’un délai de réflexion de 14 jours à compter de la date de réception du produit.

    C’est le droit de rétractation, que l’entreprise doit vous signaler avant la livraison. Si elle ne le fait pas, le délai est prolongé de 12 mois.

    Votre carte de crédit a été débitée ? Appelez sans tarder votre banque ou organisme de crédit. Le SPF vous encourage également à signaler l’escroquerie sur son site, histoire notamment de lui permettre d’enquêter. Un simple message sur pointdecontact.be suffit.

    Vous pouvez aussi trouver plus d’informations sur le site escrocsauboutdufil.be. -

    Artice de CH. C.

    Source  

  • Les artistes des ateliers d'arts plastiques exposent aujourd'hui et demain 21 et 22 avril 2018 à Saint-Séverin Nandrin

    Les artistes des ateliers d'arts plastiques exposent les 21 et 22 avril 2018 à Saint-Séverin Nandrin 

    Entrée gratuite de 14 h à 19 h 

    Bar 

    Les ateliers d'arts plastiques du Royal ELAN Fondation privée Christian Blavier, exposent leurs œuvres le WE des 21 et 22 avril 2018.

     

    Exposition de Peintures

  • Unité pastorale du Condroz – Intentions de messes du 21 et 22 avril 2018

    Samedi 21 avril
    18h00 Clavier-Village : Dfts de la fam. de WAUTIER ; Fam. FURNEMONT-LONEUX ; Fam. LECOMTE-FRANCE; M. fondée pr plus. dfts ; Mr le DOYEN Gilles STRAETMANS.
    18h00 Seny : Abbé Joseph CASSART, son neveu Jean-Luc, dfts des fam. CASSART-SIMON et Louis MAILLEUX ; Fam. KLEINERMANN et FABRI ; Fam. van CUTSEM.


    Dimanche 22 avril (Pâques IV)


    09h00 Hody : Fam. PARIS, STAS, VAN DEN BOSCH-DE MUYCK et Mariette LEFEVRE ; Benoît BOUTET et fam. BOUTET-FOGUENNE ; Fam. LEBECQUE-CAHAY ; M. fdée pr plus. dfts.
    09h00 Ouffet : M. fondée pr plus. dfts.
    10h30 Terwagne (professions de foi) : Désiré DERIVAUX (anniv.) ; Jules GUYOT, Bertha ANDRE et Claire Marie GUYOT ; M. fondée pr plus. dfts.
    10h30 Villers-le-Temple : Fam. BEAUJEAN-CHATELIN, CLAJOT-CHATELIN et CHATELIN-PÂQUES ; Juliette BOUCHAT ; Eric et Maurice DELVAUX ; Dfts des fam. VANDENRIJDT-MICHOTTE ; Jeanine COLOT.
    11h00 Fraiture (clinique) : ADAP.

  • Une nandrinoise expose aujourd'hui et demain 21 et 22 avril 2018

    Le bonheur d'exposer et de partager.

    21 avril – 22 avril
    du 21 avril à 11:00 au 22 avril à 18:00

    Salle du Viamont AMAY

    AVR21

    Exposition d'Artistes

    Public
     · Organisé par Viviane Jacquart
  • Conseil communal le 24 avril 2018 à Nandrin ordre du jour

    24.JPG

    Conseil Communal de Nandrin 24 avril 2018 clic ici .pdf

  • La marche houblonneuse demain dimanche 22 avril 2018

    Huy: plus de 500 personnes attendues à la marche houblonneuse

     

    Après trois salons de la bière, Christophe Thonet, l’homme-orchestre des Apéros hutois, a organisé l’an dernier une marche « gourmande » sur le thème de la bière et du tourisme. Une marche de 5 km qui a connu un beau succès avec 500 marcheurs venus de Huy, Liège, Namur et même du Luxembourg.

    Il a donc décidé de remettre le couvert ce dimanche sur un nouveau parcours au départ de l’Institut Sainte-Marie à Huy où se tiendra le deuxième salon du tourisme local rue Vankeerberghen.

    Les élèves de l’Institut ont préparé un quizz qui permettra de gagner un lot.

    « Il s’agit d’une marche que l’on peut effectuer seul ou entre amis, en groupe, en famille avec poussette, avec son chien ou en chaise roulante, tout en visitant des lieux à découvrir ou à redécouvrir et en dégustant des bières spéciales », précise l’organisateur.

    Seul le Musée des Frères Mineurs sera visité comme l’an passé. «Nous nous dirigerons vers le Pré à la Fontaine où un petit train nous amènera à l’Eglise Saint-Remy puis nous nous arrêterons chez le glacier «Au Pingouin» pour déguster sa glace à la bière, puis nous emprunterons l’ancienne rue du Vieux Pont pour nous rendre rue Godelet pour découvrir les pralines à la bière de «Choc à lau».

    Nous irons ensuite à l’Église Saint-Pierre avec un arrêt dans le jardin du curé avant un dernier arrêt dans le Parc Bastin», détaille Christophe Thonet.

    40 indépendants

    A noter que 40 indépendants de la région collaborent à cette marche houblonneuse, ce qui permet de faire vivre l’économie locale, et les marcheurs pourront déguster huit bières spéciales tout au long du parcours. Parmi eux, les quatre gagnants du concours de notre journal qui ont chacun remporté deux places : Elodie Liégeois et Michèle Evrard de Huy ; Carine Tréfois d’Ambresin et Ludivine Franco-Gérard de Vinalmont.

  • Avis de décès de Madame Generali Lina Veuve de Monsieur Romeo Merli de Nandrin

    Madame Lina GENERALI

    10/11/1931 (Tavoleto (IT))

    19/04/2018 (Nandrin)

    En mon Nom et au nom du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

    Domicilié(e) à Nandrin