• Avis décès Madame Renée Beaupain Veuve de Monsieur Adolphe Rulot de Nandrin

    Avis décès Madame Renée Beaupain

     Veuve de Monsieur Adolphe RULOT

    Domiciliée à Nandrin (4550, Belgique)
    Née à Chaudfontaine (4050, Belgique) le vendredi 30 décembre 1927 
    Décédée à Fraiture (4557, Belgique) le mardi 24 avril 2018 à l'âge de 90 ans

    Source avis décès clic ici  

     

    En mon Nom et au nom du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • De nouveaux aménagements dans la rue des Quatre Bras et de l’élargissement de la zone 30 à Villers-le-Temple.

    Les piquets installés rue des Quatre Bras, à Nandrin, ont déjà fait parler d’eux. Ressenti positif des piétons qui l’empruntent, inquiétude des automobilistes qui disent avoir du mal à se croiser, et plainte des riverains qui souffrent du bruit et de la vitesse. Tout cela donne un problème de mobilité et de sécurité routière épineux à résoudre.

    «  Nous avons installé ces piquets sous cette législature, non pas pour diminuer la vitesse, mais pour assurer un couloir sécurisé aux piétons, dont de nombreux jeunes qui quittent l’arrêt de bus des 4 Bras et reviennent par la rue des 4 Bras  », rappelle l’échevine de la mobilité, Charlotte Tilman.

    Pour recueillir l’avis de la population, une réunion d’information est prévue mercredi 25 avril à 20 heures à la salle du Conseil communal, place Arthur Botty, 1 à 4550 Nandrin. Deux problématiques seront discutées sur base d’une proposition : l’installation de chicanes dans la rue des Quatre Bras (dans la partie agglomération) pour réduire la vitesse des véhicules, ainsi de l’instauration d’une zone 30 pour les rues de la Commanderie, de la Tourette, Joseph Pierco, Baty Alnay et la place Baudouin 1er.

    «  Nous avons besoin d’avoir un ressenti des citoyens concernant ces deux aménagements. Nous faisons une proposition mais, en fonction de l’avis des gens, celle-ci peut évoluer. C’est le but d’une réunion citoyenne  », souligne-t-elle.

    Pour la rue des Quatre Bras, c’est donc l’option des chicanes qui sera proposée. «  Les dos d’âne nous ont été fortement déconseillés, car bruyants. Les plateaux sont quant à eux interdits sur les routes empruntées par les bus des TEC. Nous proposons donc un système de retrécissement de la chaussée, des chicanes qui, nous l’espérons, feront diminuer la vitesse  », explique-t-elle. Et les piquets ? «  Ils resteraient. Les deux dispositifs coexisteraient. » Dans une première phase de test, les chicanes seraient temporaires, les matériaux en dur viendront plus tard si le système fait ses preuves.

    En ce qui concerne Villers-le-Temple, l’élargissement de la zone 30 est voulu pour sécuriser davantage la place lors de la sortie des classes. « Aux sorties scolaires, notamment le mercredi, tous les parents viennent en même temps et se garent là où ils le peuvent. Cela fait qu’il y a des enfants qui circulent sur toute la place. Comme il y a aussi une crèche, un café, une boulangerie, une église, il ne nous semble donc pas superflu de limiter la vitesse à 30 km/h à cet endroit  », conclut-elle.

     

    Article complet clic ici 

     

    D'autre article du sujet 

    Ils ont souffert les potelets de la rue des Quatre Bras de Nandrin clic ici

     

    24b.jpg

  • Des nandrinois à l'exposition annuelle du Photo Club 135 du 27 au 29 avril 2018

    4.JPG

    Invitation de l'exposition annuelle du Photo Club 135 Neupré qui aura lieu les 27, 28 et 29 avril prochain ,en la salle du Coude à Coude, avenue du Ry Chera, 1A à 4121 Neupré

  • Nandrinois Appeler les parents à ne pas laisser tourner leur moteur

    Ministre wallon de l’Environnement et de la Transition écologique, Carlo Di Antonio (cdH) a dégagé un budget pouvant aller jusqu’à 200.000 euros pour équiper les classes de primaire d’appareils mesurant en permanence la quantité de C02, un bon marqueur de la qualité de l’air respiré par les enfants.

     

    Article complet clic ici Carlo Di Antonio annonce 1.000 capteurs pour surveiller l’air de nos classes

     

    Des micro-zones basses émissions près des écoles

     Au niveau de la qualité de l’air dans les écoles,vous appelez les parents à ne pas laisser tourner leur moteur.

    Les plus mauvais résultats au niveau des taux d’oxyde d’azote sont relevés lors des entrées et des sorties d’école.

    Nous avons un décret sur la qualité de l’air qui va bientôt arriver au vote. Il permettra de verbaliser, via les infractions environnementales, ceux qui n’arrêtent pas leur moteur. 0 Y a-t-il d’autres dispositions dans ce décret pour améliorer l’air respiré par les enfants ? Ce décret crée un dispositif pour permettre aux bourgmestres d’instaurer une zone de basses émissions dans leur centre-ville.

    Dès lors, les véhicules les plus polluants ne pourront plus y aller. Je souhaiterais adapter ce système avant qu’il ne soit voté au parlement afin de prévoir le principe d’une zone basses émissions restreinte aux abords des écoles. Le bourgmestre pourrait dès lors cibler les zones 30 de telle ou telle école car la qualité de l’air y est en permanence mauvaise à la sortie des classes. 0 Concrètement,cela donnerait ? On pourrait limiter l’accès de cette zone par exemple entre 7 et 9 h et entre 15 et 17 h aux véhicules qui ont au minimum une certaine norme Euro. Les véhicules qui seraient en dessous de la norme devraient aller se garer plus loin afin qu’ils ne polluent plus les enfants. Il faudra faire évoluer les panneaux zone 30 pour y intégrer l’aspect de la qualité de l’air. 0 Comment contrôler ? Le décret prévoit pour 2020 l’usage d’une vignette verte qui commence à la norme Euro 5. Il suffira aux policiers de vérifier la présence de cette vignette. 0 Et donc,j’aurai besoin de cette vignette pour déposer mes enfants tout près ? Effectivement. 0 Et c’est le bourgmestre qui décidera de l’emplacement de ces zones restreintes ? Oui, nous donnons seulement les outils. J’admets qu’une telle mesure n’est pas très populaire. Enfin, c’est à voir. Toujours est-il que c’est lui qui assume. Le décret sera d’application pour la rentrée scolaire 2020. 0 Bourgmestre,vous l’utiliseriez à Dour ? En dehors du problème de qualité de l’air, il y a tous ces véhicules qui s’enchevêtrent matin et soir. On a le cas chez nous d’une école où c’est très compliqué alors qu’il y a un beau parking à 400 mètres de là. Le décret basses émissions nous donnera un élément supplémentaire pour le faire. Les parents doivent comprendre que ce n’est pas bon pour les gamins de respirer un air de très mauvaise qualité. Il faut pouvoir faire preuve d’une contrainte bienveillante. - Y.H

  • Nandrinois trois nouveaux radars par mois en Wallonie: voici où ils seront

    Depuis décembre 2017, les zones de police locale peuvent soumettre leurs besoins en la matière à la Région par le biais de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. «  Parmi les 72 zones de Wallonie, 29 ont marqué leur intérêt et souhaitent bénéficier des marchés publics organisés par la Région wallonne. Leurs demandes sont en cours d’analyse et d’évaluation  », explique le ministre Di Antonio. Pour les routes régionales, la Wallonie prend à sa charge l’installation du boîtier et les connexions électriques et télécoms. Le coût moyen est de 45.000 euros, mais le prix peut vite grimper de plusieurs dizaines de milliers d’euros supplémentaires s’il n’y a pas d’alimentation électrique disponible à proximité. Les services de police prennent à leur charge l’appareil de mesure proprement dit, facturé 55.000 euros.

    Placés à 2,50 m de haut

    Le choix de la Région s’est porté sur le Redflex NK7 dont la version mobile est déjà utilisée par la police fédérale de la route. C’est le fameux super-radar qui ne déclenche aucun flash lumineux et est capable d’enregistrer plusieurs infractions en même temps. Le long des routes de Wallonie, il sera fixé à environ 2,50 mètres de hauteur afin d’échapper aux vandales. Contrairement aux appareils fixes que l’on connaît depuis des années, le Redflex peut contrôler en même temps la circulation dans les deux sens sur la chaussée.

    En primeur, Carlo Di Antonio nous dévoile l’emplacement des premières localisations (notre infographie). «  Le rythme d’implantation des radars sera d’ici peu d’un radar par semaine  », prévient-t-il. L’objectif est d’installer au total 100 radars, avec un rythme minimum de trois par mois.

     

     

    Le Redflex ne sera qu’une partie du nouvel arsenal contre la vitesse. La Région va également financer les radars contrôlant le franchissement des feux rouges et la vitesse aux carrefours dépendant de son réseau routier. Trois endroits ont déjà été choisis dont deux en province de Liège (notre infographie). Chacun des bras de ces carrefours sera équipé. Le coût de l’investissement pour une configuration à quatre branches est de 500.000 euros.

    La Région a également dans ses projets des radars tronçons qui contrôlent la vitesse moyenne sur plusieurs kilomètres. L’analyse des offres n’est pas encore finalisée. Il faut donc encore un peu patienter.

    «  Pour rappel, tous les radars fixes sont systématiquement annoncés et signalés. Le souhait est d’avertir les usagers qu’ils risquent d’être contrôlés à ces endroits qui sont des zones sensibles pour la sécurité routière  », précise Carlo Di Antonio.

    Y.H.

    Article complet clic ici