Nandrinois :Risque nucléaire,que faire en cas d’accident !!!

Lien permanent

C’est dès  mardi 6 mars 2018 que les pastilles d’iode sont distribuées gratuitement en pharmacie à tout client qui en demandera, conformément au nouveau plan de sécurité nucléaire du ministre de l’Intérieur Jan Jambon. Mais que se passerait-il réellement en cas d’accident nucléaire ?

 

 les ministres Jambon et De Block ont décidé de lancer une toute nouvelle campagne d’information sur le plan de sécurité en cas d’accident nucléaire. En plus de cela, le rayon de distribution des pastilles d’iode a été entendu à 100 kilomètres autour des centrales nucléaires. Ce qui correspond, grosso modo, à couvrir l’ensemble du territoire belge.

Tout individu pourra donc se présenter en pharmacie à partir d’aujourd’hui pour demander, gratuitement, ces fameuses pastilles. Celles-ci, rappelons-le, permettent de limiter le risque de développer un cancer de la thyroïde après une catastrophe nucléaire. Un travail de prévention en amont qui pose tout de même une question : quel est le plan si un accident nucléaire se produit réellement ?

Concrètement, les autorités ont mis en place des zones circulaires en cas de situation d’urgence. C’est dans ces zones, dites zone de planification d’urgence, que les services compétents agiront pour protéger la population en la mettant à l’abri ou en l’évacuant.

Mais les services officiels expliquent que «  l’évaluation de la situation au moment même déterminera ce qu’on appelle la « zone d’intervention » qui peut être différente des zones de planification d’urgence. En effet, il s’agit concrètement de la zone dans laquelle des actions de protection pour la population et l’environnement entrent effectivement en vigueur ». Autrement dit, les autorités agiront en fonction du lieu d’origine de la catastrophe.

Deux plans sont néanmoins déjà mis en place en cas de catastrophe : la mise à l’abri ainsi que la prise de comprimés d’iode stable et l’évacuation de la population en évaluant un périmètre d’action autour de tous les sites nucléaires, comme on peut le voir sur la carte interactive.

Que faire en cas d’accident nucléaire ?

Si un accident nucléaire venait à se produire en Belgique, deux situations peuvent se présenter comme dit ci-dessus : la mise à l’abri ou l’évacuation.

Tout d’abord, si vous étiez à l’extérieur lors du passage du nuage radioactif, généralement quelques simples gestes suffisent pour diminuer la contamination extérieure avec les particules radioactives :

– Déshabillez-vous et mettez vos vêtements dans un sac plastique (mettez le sac dehors)

– Prenez une douche et lavez-vous au savon

– Mettez des vêtements propres

– Buvez suffisamment

Il est possible que les autorités mettent en place un centre d’accueil où les personnes concernées peuvent se présenter pour une décontamination et un contrôle médical. Soyez à l’écoute des médias et canaux officiels pour de plus amples informations au moment même.

La mise à l’abri ainsi que la prise de comprimés d’iode stable :

En cas de situation d’urgence nucléaire, la mise à l’abri est la meilleure manière de se protéger. Vous évitez ainsi la radiation et la contamination. Restez chez vous ou entrez dans le bâtiment le plus proche. Restez à l’intérieur jusqu’à ce que vous receviez le message que la situation est à nouveau sûre.

Fermez portes et fenêtres et coupez tous les systèmes de ventilation, chauffage et airco. Prenez place dans un espace central, de préférence au rez-de-chaussée. Les murs et les plafonds offrent une meilleure protection que les fenêtres. Fermez les arrivées d’air extérieur de la cheminée.

Écoutez les recommandations des autorités. Informez-vous des bonnes mesures via la radio, TV, les sites internet officiels, les médias sociaux. Attention :

– Ne téléphonez pas inutilement. Une surcharge du réseau peut perturber les secours.

– Laissez vos enfants à l’école. Ils suivent les mêmes recommandations.

– Rentrez vos animaux domestiques.

Si vous êtes dans votre voiture et que vous êtes très proche de chez vous, de votre bureau ou d’un bâtiment public, allez tout de suite à l’intérieur. Suivez les mêmes recommandations que ci-dessus.

Si vous ne pouvez pas rentrer dans le bâtiment le plus proche, garez votre voiture en lieu sûr ou suivez une route perpendiculaire à la direction du vent. Coupez le moteur, fermez les fenêtres et coupez la climatisation pour éviter que l’air extérieur ne rentre dans la voiture. Écoutez la radio pour suivre les recommandations des autorités

Restez où vous êtes jusqu’à ce que les autorités vous donnent l’autorisation de redémarrer. Tenez compte de la circulation (déviations, routes barrées…) : suivez alors les indications de la police.

L’évacuation de la population :

L’action la plus exceptionnelle de protection contre l’exposition aux irradiations radioactives est l’éloignement de la population de la source d’émission vers un lieu de séjour avec peu ou pas de contamination. Ce lieu se trouve en dehors de la zone d’intervention.

On peut faire une distinction entre l’évacuation préventive, c’est-à-dire avant qu’un nuage radioactif n’ait atteint la population, et l’évacuation postposée, c’est-à-dire. après qu’un nuage radioactif ne soit passé.

Les habitants concernés sont tenus de suivre les recommandations suivantes comme expliqué sur le site risquenucleaire.be  :

– Gardez votre calme

– Quittez votre habitation en coupant l’eau, le gaz et l’électricité

– Emmenez le minimum d’effets personnels

– Munissez-vous de bouteilles d’eau

– Placez un tissu rouge à la porte d’entrée si le bâtiment est évacué

Tout renseignement pratique (lieu de rassemblement, moyen de transport, groupes cibles spécifiques…) sera communiqué à la population concernée par les autorités locales. Un périmètre de sécurité sera installé par les services de police. Il est interdit de se rendre dans cette zone.

 

Source info 

Les commentaires sont fermés.