Nandrinois attention aux nouveaux radars fixes et radar-poubelle sur la région H-W

Cet outil mobile, dissimulé -comme son nom l’indique- dans une poubelle, peut également être placé sur un trépied ou un véhicule et dans des endroits jusqu’alors parfois inaccessibles pour la police.

Cet investissement présente les toutes dernières technologies en matière de radar. Il est capable de suivre sur la circulation jusqu’à six bandes de circulation et ne « flashe pas », à proprement parler, puisqu’il est équipé d’un dispositif infrarouge, beaucoup plus discret. Il dispose en réalité de deux « radars » : l’un va contrôler la vitesse, le second va se charger du ‘tracking‘ du véhicule, pour une marge d’erreur aujourd’hui quasi nulle.

Beaucoup moins repérable

«  Ce dispositif se veut beaucoup plus anonyme. Dans les petits villages, les gens repèrent vite l’installation de notre radar mobile et la petite voiture bleue, via les réseaux sociaux notamment  », souligne le chef de corps, le commissaire divisionnaire Jean-Pierre Doneux. «  L’objectif n’est pas de faire du chiffre et d’inonder le parquet de procès-verbaux. Ce système de poubelle est l’occasion de vérifier objectivement la circulation et la vitesse opérée à certains endroits. Mais aussi, préventivement, d’inciter les gens à lever le pied puisqu’ils sauront désormais, qu’à tout moment et chaque jour, le radar-poubelle peut être placé sur la zone et contrôler leur vitesse  », ajoute-t-il.  

«  Mais il est clair aussi qu’au-delà de la dissuasion et de la prévention, un moment, il y a la répression qui entre en ligne de compte aussi pour la poursuite de l’un de nos objectifs prioritaires, à savoir la diminution de la vitesse, les accidents qui en découlent et, dès lors, la sécurité routière. Le préventif est toujours efficace mais, un moment, il faut savoir faire passer le message aussi aux fous du volant. D’ailleurs, les chiffres le prouvent nettement : là où il y a eu installation d’un radar fixe par exemple, les accidents ont clairement diminué à ces endroits.  »

Une surveillance policière

Ce radar-poubelle vient ainsi appuyer les autres dispositifs existants, notamment les deux radars qui circulent dans les 18 boîtiers fixes de la zone. Cette dernière disposera aussi du Lidar de la police fédérale à huit reprises, cette année, sur son territoire. Enfin, sachez que si l’envie vous prenait de vous attaquer à cette nouvelle acquisition, une équipe policière est toujours placée à quelques mètres de son emplacement…

Article de ED 

Attention, le premier «radar-poubelle» débarque à Huy-Waremme! clic ici

 

radars.JPG

 

 

Lire aussiPrudence à Huy: deux nouveaux radars fixes ont été installés!

Deux nouveaux radars répressifs ont été installés à Huy : avenue de l’Industrie et au Long Thier. Ils seront effectifs dès le 1er mars et flasheront dans les deux sens. Ils portent ainsi à trois le nombre de radars répressifs à Huy.

Commentaires

  • Cela doit être drôlement rentable ! De l'argent pour emmerder les gens, là il y en a mais pour enlever les mauvaises herbes qui poussent sauvagement et en abondance sur les trottoirs et les accotements, là il n'y en a pas !! Les trous dans les voiries non plus !!
    Pauvre pays de répression continuelle sous toutes ses formes et de taxation sans fin !! On n'arrêtera pas de faire payer continuellement les petites gens alors que les riches s'engraissent à tout va !!
    Au lieu de placer cet argent dans la recherche médicale !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel