Toutes les terres du Péry de Fraineux Nandrin retirées

Lien permanent

Il y a quelques jours, les terres stockées au Péry (Nandrin) ont toutes été évacuées. Le site est à présent nu. Pas question, dit le bourgmestre, de prendre le risque de laisser les tas en place, vu l’évolution de la procédure régionale.

Il y a deux semaines, le Collège communal nandrinois a décidé de faire nettoyer complètement le site du Péry, derrière le hangar des travaux, où sont stockés depuis des années des tas de terres contenant du raclage de route. Ceux-ci ont désormais disparu.

Pour rappel, en août dernier, le groupe d’opposition PNc avait alerté la police de l’environnement de la Région wallonne, initialement pour analyser les terres utilisées comme remblai sur le chantier de la nouvelle maison communale. Les deux agents dépêchés s’étaient aussi rendus sur le site du Péry. Finalement, après analyses de l’ISSeP, les terres ont été jugées non dangereuses mais il avait été mis en évidence que la commune ne disposait pas de permis pour pouvoir stocker ces terres au Péry. Par conséquent, la police de l’environnement avait envoyé un avertissement unique à la commune, lui rappelant ses obligations et l’appelant à se mettre en ordre.

La commune a donc introduit une demande de permis régularisation de la zone de stockage de déchets et de matériaux nécessaires au travaux communaux. Plus de 80 réclamations et observations de riverains et du CRAVN ont été émises à l’issue de l’enquête publique. Le dossier est à présent entre les mains de la Région. «  La procédure suit son cours. Nous attendons et espérons le permis sollicité. C’est indépendamment de cela que nous avons décidé d’enlever les terres. En effet, la police de l’environnement (alertée en son temps par un conseiller communal) a transmis l’information au procureur du Roi. Celui-ci a décidé de ne pas poursuivre mais le dossier est renvoyé à la direction de la Région wallonne pour d’éventuelles sanctions administratives. Nous avons donc choisi de ne prendre aucun risque et de tout enlever  », revient Michel Lemmens, le bourgmestre de Nandrin.(D.R.)

Ce qui n’est pas sans conséquence, selon le mayeur. «  Les plaignants ont réussi leur coup. Nous sommes bloqués. Nous avons payé cher l’évacuation des terres en décharge et nous n’avons plus rien pour boucher les trous sur nos routes. Nous devons par ailleurs attendre qu’il cesse de geler pour pouvoir acheter du tarmac à chaud.  »

Du côté de Bogdan Piotrowski, conseiller communal PNc, il indique ne pas être au courant de l’évolution du dossier initié à la police de l’environnement : «  L’agent ne fait que son travail. Pour notre part, nous n’avons pas porté plainte. »

PAR A.G. source ici 

 

 

Ils sont 86 riverains à réagir lors de l’enquête publique, une forte mobilisation contre les terres au Pery Fraineux Nandrin

28054285_10214791732817155_1260365785_n.jpg

28117544_10214791732937158_2004200864_n.jpg

 

Plus d'info sur

http://www.nandrin.be/ma-commune/enquetes-publiques

 

 

Autres articles sur le sujet 

La police de l’environnement adresse un avertissement à Nandrin clic ici

 

Voir les photos 2017 Clic ici 

 

Archives du Blog 2014 photos Clic  ici 

Point complémentaire au conseil communal Nandrin du lundi 25 septembre 2017 Clic ici .pdf

Commentaires

  • La paille ou la poutre ?

    Faisant suite à la parution de l’article de l’édition de Huy-Waremme du journal « La Meuse » intitulé "Les tas de terre du Péry évacués pour ne prendre aucun risque" relatif à la déclaration du bourgmestre de Nandrin, M. Lemmens laissant ainsi croire que c'est l'opposition "union Pour Nandrin/Pour Nandrin citoyenne" qui serait responsable du manque d'argent nécessaire à la réfection (rebouchage de trous) de voiries communales, notre groupe "uPN/PNc » communique la réflexion suivante en guise de mise au point.

    " Dans l'article dudit journal de ce mardi 20 février, le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens a déclaré que " Les plaignants ont réussi leur coup. Nous sommes bloqués. Nous avons payé cher l'évacuation des terres en décharge et nous n'avons plus rien pour boucher les trous sur nos routes ."

    Les propos tels que formulés tentent à accréditer que c'est, entre autres et initialement, à cause de l'interpellation du groupe politique d'opposition "Pour Nandrin, citoyenne " relative aux dépôts non autorisés de déblais issus des travaux communaux dont des dépôts de fraisats hydrocarbonés que la commune de Nandrin se trouve aujourd'hui, vu le coût engendré par l'enlèvement de ces déblais et le nettoyage des lieux, dans l'impossibilité financière d'effectuer des rebouchages de trous ("nids de poule") sur certaines voiries communales.

    Cette déclaration fait, à nouveau, l'illustration de la malhonnêteté intellectuelle dont fait preuve ce responsable politique, au nom du collège communal qui, en la matière, commet un mensonge on ne peut plus grossier.

    En effet, comment accréditer la thèse que la commune de Nandrin serait dans l'incapacité de payer ces petits travaux effectués par le personnel ouvrier communal quand on sait que le compte 2017 va, comme CHAQUE ANNEE, c'est à dire comme tous ceux des années antérieures (cf. documents officiels) depuis cinq ans au moins, enregistrer un boni de plusieurs centaines de milliers d'euros (incomparable par rapport au coût de quelques milliers d'euros qu'ont nécessité le raclage de ladite zone et le transport des déblais).

    Et comment ne pas être tenté de rapprocher ces propos avec le coût de 1.900.000 euros de la nouvelle administration communale, projet qui ne figurait même pas dans le programme politique de la majorité "Expressions Commune(s)" et qui creuse encore un peu plus la dette communale ?

    Par ailleurs, le responsable de cette situation, voire le coupable, n'est-il pas l’ensemble des membres du collège communal nandrinois, qui a accepté que ce type de dépôts NON AUTORISES (puisqu’aujourd'hui dénoncés par la Région wallonne et voués à être "régularisés", ... après enquête publique, cette fois-ci !) soient installés au Péry, à même le sol et sans analyse préalable à tout transfert en décharge.

    Car, non seulement, il y a eu, dans le chef des membres de l'exécutif communal, de l'imprévoyance qui s'apparente à de l'irresponsabilité politique mais aussi de la négligence GRAVE puisque, conscient de la problématique depuis la fin août 2017, suite au rapport accablant de la police de l'Environnement et à la demande de régularisation émanant de ladite la Région wallonne, la commune de Nandrin n'a pris AUCUNE disposition dont la plus ELEMENTAIRE, financière lors de la confection du budget 2018, pour intégrer les coûts de la remise en ordre du site.

    RIEN n'a été, ainsi, prévu dans le budget 2018, RIEN quand ILS SAVAIENT à quoi s'attendre depuis des mois !

    Et on voudrait faire croire, en février 2018, après tant d'années d'ignorance volontaire du problème que la soi-disant impécuniosité communale serait la faute de l'opposition "union Pour Nandrin/Pour Nandrin, citoyenne", parce qu'elle a alerté les autorités de tutelle et a attiré l'attention de tous les décideurs communaux, à de très NOMBREUSES séances du conseil communal et ce, durant toute la législature 2012-2018 !

    Manipuler l'opinion publique restera à coup sûr la marque de fabrique de la majorité actuelle, celle du couple Lemmens-Pollain et de son équipe qui peuvent déjà compter autant leurs mensonges que leurs déboires. "

    L'équipe PNc

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel