Un sentier à Nandrin sera créé derrière le futur funérarium Noël

Les esprits se sont un brin échauffés, mardi soir au conseil communal de Nandrin, au sujet de la modification d’un tracé de chemin. «M. Licata (conseiller TE qui s’est retiré de la table lors du point NDLR) aintroduit une demande de permis qui permet de régler un flou juridique à cet endroit (la frontière entre trois anciennes communes), a indiqué l’échevine de l’aménagement du territoire, Charlotte Tilman. Sa propriété englobe en effet un ancien chemin vicinal. Nous proposons, en collaboration avec la CCATM, d’échanger ce chemin contre la création d’un autre sentier le long de la propriété, par l’arrière, de M. Licata qui va nous céder deux mètres de large. Ce passage sera réservé aux modes doux (piétons, cyclistes). Il s’agit d’une charge liée au permis d’urbanisme », a-t-elle encore précisé.

L’objectif final est de relier Nandrin (via Petit Baimont) au village de Yernée-Fraineux (en traversant la route du Condroz), lorsque une autre partie de sentier actuellement manquante sera reconstituée, et que le tunnel ou la passerelle de la N63 sera construit(e). Où en est d’ailleurs ce projet ? « Le projet de passerelle, moins coûteuse qu’un tunnel, reste actuellement hors budget. Le PICM (Plan intercommunal de mobilité) prévoyait une traversée de la route du Condroz ainsi qu’un parking multimodal mais celui-ci étant finalement déplacé en face du Monastère, la passerelle présente moins d’intérêt. En tout cas aujourd’hui. Donc le sentier que nous récupérons ne mène actuellement nulle part, c’est juste une prévision de liaison douce pour le futur car toutes les parcelles à l’arrière sont urbanisables. Prévoir un sentier présente un intérêt pour la qualité de vie. Nous n’en demandons d’ailleurs pas la réalisation, mais la cession. Il sera réalisé ultérieurement quand nous aurons la connexion», nous répond l’échevine.

Une enquête publique à ce sujet a été organisée au terme de laquelle une réclamation a été introduite.

Marc Evrard, chef de groupe PNc, déplore que la largeur du chemin ne soit pas de quatre mètres tout du long. « Il y avait moyen de prévoir un autre tracé qui descend sur le côté gauche, c’était faisable ! », s’est-il exclamé. L’échevine a répondu que l’option avait envisagée mais pas retenue, privilégiant le chemin le plus proche du tracé initial (repris à l’Atlas des chemins vicinaux). Quant aux deux mètres : « D’expérience, nous constatons les entraves faites aux modes doux lorsque le chemin est partagé. Ici, nous sécurisons l’accès aux piétons et cyclistes car le sentier appartiendra au domaine public et ne sera pas en servitude. Nous estimons en outre que deux mètres sont suffisants pour les modes doux et que cela empêchera les véhicules de l’emprunter ».

Pour Alain Henry (TE), cet étroit chemin ne permettra pas de servir de voirie d’accès au lotissement Landeco un temps évoqué et de facto, ferme la porte à la construction du lotissement. Ce à quoi Bogdan Piotrowski (PNc) a demandé si cela était « forcément une mauvaise chose » ? Une voirie intérieure est toutefois possible, nous a précisé le bourgmestre.

Le point a finalement été voté par 12 voix pour et 2 non (PNc).

Un funérarium et une épicerie

Ce chemin passera derrière la propriété de Vincent Licata (via sa société de vins LMC) et du funérarium Noël à qui il a vendu une partie de l’immeuble. «Il y a 2,5 ans, je suis devenu propriétaire du bâtiment principal (qui sera loué à une fleuriste ou un agent immobilier), de la future épicerie italienne (depuis revendue à un indépendant, M. Gilet), de la partie depuis revendue à Noël, et du terrain voisin où un bâtiment sera construit », précise Vincent Licata, entrepreneur en bâtiment, joint ce jeudi. Il s’agit d’un ensemble immobilier, autrefois ferme, dépôt de pièces détachées de tracteur, friterie, chauffagiste, puis épicerie. « J’ai introduit une demande de permis en septembre 2017… J’espère que les commerces pourront ouvrir en septembre prochain. »

Et un chemin le long de la route du Condroz ?

En dehors de son cas personnel, le conseil communal Vincent Licata (Tous Ensemble) souhaite qu’en face de sa propriété, c’est-à-dire de l’autre côté de la route du Condroz, une bande de 13 mètres de large, appartenant au SPW, soit transformée, en contrebas de la route, en chemin cyclo-piéton le long de la N63 sur 150 mètres environ. « Cela permettra de rejoindre rond-point de Fraineux en sortant de Petit Baimont en toute sécurité. Au rond-point, il y a effectivement un passage pour piétons qui traverse la route du Condroz. Je me bats pour. J’en ai discuté avec la Région qui n’est pas contre. »

La commune a en fait répondu, début 2017, à l’appel à projets de la Région pour prévoir une telle liaison. «Le projet rentré n’était pas prévu en contrebas, même si j’y suis personnellement favorable, mais ce qui comptait, c’était surtout le principe de liaison douce entre villages (Nandrin et Yernée-Fraineux), l’un des deux critères de l’appel à projets. Malheureusement, nous n’avons pas été retenus et n’avons donc pas reçu les subsides à la clé », regrette l’échevine Charlotte Tilman (PS).

Le projet n’est pour autant pas abandonné. « La DGO1 prévoit un million d’euros pour refaire et aménager la route du Condroz. La réalisation d’un chemin doit faire partie des priorités du gestionnaire de voirie pour voir le jour… Nous espérons travailler de concert avec la DGO1 pour avoir leur aval et une aide pour le financer », conclut-elle.

A.G.

Article PAR ANNICK GOVAERS

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel