Ils sont 86 riverains à réagir lors de l’enquête publique, une forte mobilisation contre les terres au Pery Fraineux Nandrin

Lien permanent

La commune a introduit une demande de permis d’environnement auprès de la Région wallonne pour régulariser sa zone de stockage de déchets et matériaux communaux. Cette initiative fait suite à la venue, en août, de la police de l’environnement de la Région (alertée par l’opposition PNc) à la maison communale et rue Tige des Saules, qui avait conclu que les terres n’étaient pas dangereuses mais n’étaient pas autorisées en l’état, puisque sans permis d’environnement ou déclaration de classe 3.

Dans la demande de permis, le lieu de stockage reste identique. Plusieurs types de matériaux entreposés sont recensés : des déchets provenant de chantiers communaux comme des terres, des pierres, des raclages de routes, des déchets verts, et des matériaux de construction (graviers etc.). Il s’agit d’une zone de transit où les déchets et matériaux seront stockés en attendant d’atteindre un tonnage suffisant pour être évacués. Ces derniers seront davantage concentrés (moins éparpillés sur le site). Plusieurs aménagements sont prévus, notamment la pose de clôtures pour éviter les dépôts sauvages, ainsi qu’un renforcement de la haie existante si nécessaire. Des protections supplémentaires (une dalle par exemple) pourraient voir le jour si la Région le requiert.

Les riverains étaient invités à s’exprimer à ce sujet lors de l’enquête publique qui s’est achevée ce lundi. La mobilisation a été forte: le CRAVN (le Collectif pour la Ruralité et l’Art de Vivre à Nandrin) s’est logiquement manifesté, lui dont les terres au Pery constituent un cheval de bataille. Mais 86 riverains ont également signé une lettre individuelle de réclamations et observations reprenant les nuisances que la zone de stockage de déchets génère, selon eux, dans le voisinage.

Une série de nuisances

En substance, ces courriers dénoncent ce qu’ils considèrent comme des nuisances dues au passage du charroi («  La rue Tige des Saules et la rue du Péry ne sont pas conçues pour supporter le charroi journalier de camions, tracteurs avec grosses remorques  »), mais aussi les vibrations au niveau des maisons, les nuisances sonores (dont «  le son aigu, à la fois strident et agaçant du bip sonore de l'alarme de recul dont sont pourvus les camions  »), les odeurs d’hydrocarbures et les émanations toxiques, les eaux chargées en hydrocarbures qui s'infiltrent en sous-sol et s’écoulent dans le fossé et les nuisances paysagères. Ils pointent aussi une incompatibilité de cette activité avec le voisinage situé en zone d'habitat à caractère rural, destinée à la résidence et aux exploitations agricoles, et d’épingler l’ouverture prochaine du Hall relais agricole, « Point Ferme » (vente de produits locaux), tout proche de l'entreposage de fraisats hydrocarbonés. Ils demandent que la commune recherche « un autre terrain d'accueil beaucoup mieux approprié et présentant un accès plus aisé.  »

 

Article de Annick Govaers clic ici 

 

Source info clic ici 

 

 

Plus d'info sur

http://www.nandrin.be/ma-commune/enquetes-publiques

 

 

Autres articles sur le sujet 

La police de l’environnement adresse un avertissement à Nandrin clic ici

 

Voir les photos 2017 Clic ici 

 

Archives du Blog 2014 photos Clic  ici 

Point complémentaire au conseil communal Nandrin du lundi 25 septembre 2017 Clic ici .pdf

Les commentaires sont fermés.