Huit sociétés liégeoises proposent plus de 1230 emplois en 2018

C’est la F.E.B., la Fédération des Entreprises de Belgique qui le dit : elle table sur une croissance de 2 % de la production de richesse dans notre pays en 2018.

« Cela est dû à la conjoncture économique européenne qui est à la hausse, explique Peter Timmermans, le patron de la FEB. Du coup, nos entreprises produisent et exportent davantage. Mais cela tient aussi aux mesures prises par le gouvernement pour augmenter la compétitivité des entreprises. »

Du coup, 85 % des patrons belges interrogés estiment qu’ils vont investir autant (50 %), si pas plus (35 %) que l’an dernier.

40 % envisagent d’engager du nouveau personnel (contre 10 % au début de l’an dernier).

Certes, il y aura toujours des restructurations d’entreprises en difficulté (comme celle annoncée par Carrefour ce jeudi), mais il est certain qu’il y aura davantage de créations que de pertes d’emplois en 2018.

Le gros des embauches se retrouvera à nouveau au sein des petites et moyennes entreprises, ainsi que chez les indépendants qui peuvent aujourd’hui effectuer leur premier engagement en étant dispensés de cotisations sociales. Impossible ici d’en faire le tour.

Il y aura aussi des engagements dans les pouvoirs publics, mais sans excès vu la présence des libéraux aux gouvernements.

Mais les grosses entreprises ne seront pas en reste non plus, comme nous le confirme ce petit tour d’horizon des locomotives de la région liégeoise.

25 emplois dans le groupe Eloy

Spécialisé dans le traitement des eaux, le groupe Eloy de Sprimont aura besoin de 25 personnes supplémentaires. « Nous passerons en effet la barre des 400 personnes cette année, explique Louis Eloy car notre secteur est en pleine expansion, et pour longtemps encore. » Parmi les profils recherchés : chauffeurs, coffreurs, bétonneur, opérateur de pelle hydraulique, chefs de projets et des vendeurs, des informaticiens… « Du manœuvre à l’ingénieur, résume Louis Eloy, pourvu qu’il ait une bonne tête et une bonne éducation. »

La FN va recruter 200 personnes en 2018

Près de 200 personnes ont été recrutées au sein des entités belges du Groupe FN-Herstal en 2017, qu’il s’agisse de remplacements de départs ou de créations de nouvelles fonctions.

«  Et 2018 devrait s’inscrire dans la même tendance, explique Olivier Van Herstraeten », le porte-parole du groupe.

Parmi les profils recherchés :

– des ouvriers usineurs, outilleurs, électromécaniciens, mécaniciens ajusteurs ;

– des employés bacheliers en électro mécanique, dessinateurs en mécanique, administratifs, informaticiens, employés multilingues ;

– des directeurs de projet, ingénieurs en développement de softwares, ingénieurs pour les études techniques, ingénieurs qualité, contremaîtres de production.

Déjà 56 emplois prévus en janvier au Groupe Ardent

« Nous avons engagé 35 personnes en 2017 et il est déjà prévu d’en recruter 56 pour l’année à venir », explique Emmanuel Mewissen, le CEO du Groupe liégeois Ardent qui occupe déjà plus de 500 personnes.

« 25 dans notre branche gaming (jeux) avec des profils comme développeurs, graphistes, agents services clients, chefs de projets, quality manager…

Et 31 au siège central du Groupe Ardent : financiers, treasury manager, contrôleur de gestion, comptable, business analyste, employés ressources humaines, chefs de projets analystes IT… »

100 techniciens de surface

Chez le géant liégeois du nettoyage Laurenty (4.000 employés dont 1.400 en région liégeoise), il devrait y avoir encore une centaine d’embauches de techniciens de surface en 2018. « Nos offres d’emploi sont très variables, reconnaît le directeur du personnel, Marc Houben. Selon les contrats gagnés ou perdus, selon les saisons… Mais nous engageons chaque année, ça, c’est vrai. »

CMI: 47 offres sur son site

« Nous avons embauché entre 150 et 200 personnes l’an dernier, explique le directeur de la communication Etienne Botton, tant pour remplacer des départs, naturels ou autres, que pour créer de nouvelles fonctions. »

Sur son site se trouvent actuellement 47 propositions d’emplois en Belgique. Avec des profils aussi variés que monteurs câbleurs, manager en télécommunications, ingénieurs, chefs de projets, dessinateur industriel, secrétaire de ventes, expéditeur, service achats, un ingénieur armurier et même un technicien spécialisé en off-shore.

700 emplois prévus au CHU pour quelque 500 départs

Le CHU est le plus gros employeur de la région liégeoise. Sur ses différents sites, il occupe près de 12.000 personnes. Il engage beaucoup mais beaucoup s’en vont également chaque année. « En 2017, nous avons engagé 681 personnes, explique Louis Maraite, le directeur de la communication, pour quelque 600 départs. Parmi eux, 23 % de médecins, 21 % d’infirmiers, 17 % d’ouvriers et 15 % d’administratifs. Cela devrait être la même chose pour 2018 avec une proportion accentuée de médecins et assistants cliniques. »

11 offres à TNT

« On utilise beaucoup d’intérimaires pour des pics d’activité », explique-t-on chez TNT à Liege Airport qui occupe tout de même 1.800 salariés. Du coup, il n’y a actuellement « que » 11 offres sur leur site internet: essentiellement des agents de douanes et des formateurs.

100 chez Safran

Chez Safran Aero Boosters à Milmort, on a engagé 174 personnes l’an dernier, remontant l’effectif à 1.550 personnes.

« Pour 2018, il y aura aussi une bonne centaine de recrutements,confirme Joëlle Wathelet. Des ingénieurs, des techniciens et des ouvriers spécialisés. »

 

PAR LUC GOCHEL source clic ici 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel