Un an que le restaurant nandrinois Il Cervinia a ouvert ses portes

Toujours propriétaire des murs et nostalgique, le gérant était à la recherche d’un endroit plus calme avec sa compagne. «  On a trouvé une belle opportunité à Nandrin, et on a ouvert notre restaurant  », continue Sandro Giusto. Aujourd’hui, malgré avoir tenu une «  institution », il ne songe pas à retourner à Liège. «  C’est juste dommage pour mes parents, car il me faut désormais plus d’une demi-heure pour les rejoindre.  »

Il propose des spécialités de pâtes, de la viande, de la polenta, des tripes ou encore des lasagnes maisons aux Nandrinois. Une population à laquelle il a fallu s’adapter, selon lui. «  Ici, ça n’a rien à voir avec Liège. Les gens sont très exigeants, ça m’a vraiment frappé  », dit-il. « Quand ils réservaient à 20h, il fallait les accueillir pile à cette heure. Il n’est pas question de mal aligner les couverts.  »

Les premiers mois, les gens faisaient la file même en dehors du commerce, raconte-t-il. «  Aujourd’hui ça va mieux  », indique Sandro Giusto. «  Je travaille davantage désormais avec ma femme en cuisine, Aurore Santkin. Elle met plus de finition dans les plats, plus d’amour dans l’assiette. Je lui tire mon chapeau.  »

De son côté, Sandro Giusto dit être en salle et faire en sorte qu’une ambiance positive au sein de son restaurant. «  On fait toujours les réceptions et les banquets. Toutefois, par rapport à lorsque nous avions ouvert, on accepte moins de personnes pour être en mesure de suivre. » Actuellement, l’enseigne concocte quotidiennement environ 60 plats.

Soirées à thème

Dans le futur, le gérant du Il Cervinia aimerait organiser des soirées à thème. «  Je songe à inviter des artistes italiens ou des groupes de jazz », raconte-t-il. «  On travaille également sur un menu de Saint-Valentin, qui comportera notamment du poisson.  » Il voudrait également reprendre une brasserie à Nandrin. «  On y servirait du cappuccino et des bières. Je suis parti en Italie pour m’inspirer de ce qui se faisait là-bas.  »

J.G.

 

 

Nandrin: «Ici, pas question de mal aligner les couverts»

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel