Antoine Biémont (cdH) devient conseiller CPAS et y affiche les couleurs de l’opposition PNc

Lien permanent

Issu de la majorité, il rallie PNc au CPAS !

Surprise au sein du CPAS de Nandrin ce mardi.

Alors que Daniel Giltay vient de quitter le poste de conseiller au CPAS, c’est Antoine Biémont (cdH) qui va le remplacer.

Ce suppléant de la majorité E.C. portera les couleurs de l’opposition, à savoir « Pour Nandrin, citoyenne ».

Nous avons le même âge, venons du même village et de la même formation », lance Marc Evrard, conseiller communal et chef de file du groupe d’opposition « Pour Nandrin, citoyenne » alors qu’il présente le nouveau conseiller CPAS.

Conseiller de police de 2001 à 2012 et conseiller communal de 2001 à 2012, Antoine Biémont remplace ainsi Daniel Giltay comme conseiller CPAS. Un poste qu’il occupait déjà entre 1995 et 2001.

« C’est quelqu’un qui sait de quoi il parle.

Il est modéré, ouvert et tolérant », continue Marc Evrard. « Il connaît la politique locale, maîtrise les chiffres et possède une expérience en tant que conseiller CPAS. »

Sauf qu’Antoine Biémont a acquis cette expérience sous une autre couleur (cdH), il est d’ailleurs premier suppléant d’Expression commune(s), le groupe de la majorité.

Une étiquette qui le gratte aujourd’hui.

« J’ai été totalement ignoré pendant cinq ans », déplore l’intéressé.

« Les projets dont ils discutent, je les apprends par la presse !

Du temps d’Intérêts communaux, il y a une trentaine d’années, on discutait même avec les membres qui ne s’étaient pas présentés sur les listes. »

C’est donc un coup de théâtre que propose Marc Evrard en affublant le partenaire de la majorité Antoine Biémont, au CPAS du moins, des couleurs de Pour Nandrin, citoyenne.

Était-il le seul à se présenter au poste de conseiller CPAS ?

« La décision était unanime.

Nous avions reçu deux autres candidatures de membres de notre groupe suite au départ de Daniel Giltay, mais ces derniers ont bien vécu notre choix », indique Marc Evrard.

Est-ce à dire que l’intéressé se présentera aux prochaines élections avec Marc Evrard ?

« Il est encore trop tôt pour le dire », répond-il. Antoine Biémont explique avoir déjà parlé politique avec Marc Evrard en 2012.

« Je l’ai rencontré comme président du MR local.

On aurait pu parler alliance, mais rien ne s’est fait car le MR était trop dispersé sur plusieurs listes », confie Antoine Biémont.

Pour des raisons personnelles, il ne préfère pas tirer de plan sur la comète vis à-vis des prochaines élections communales.

Sa place en tant que conseiller de l’action sociale lui convient.

« C’est une place qui m’intéresse. Je vais faire face à de nouveaux défis sociaux jusqu’en 2019 et pour cela, je ne serai pas tout seul », ajoute-t-il.

Marc Evrard indique que le point concernant la nomination d’Antoine Biémont comme conseiller CPAS sera à l’ordre du jour le 6 février, et qu’il pourra siéger au CPAS le 8 février.

« Qu’il nous rejoigne est à mes yeux un signe d’ouverture. J’en ai un peu marre de la discorde à Nandrin », conclut Marc Evrard. -

JÉRÔME GUISSE

 

« Nous avons désormais notre Opaline Meunier à Nandrin »

« Nandrin a désormais son Opaline Meunier locale, mais en trois fois plus âgé », ironise le bourgmestre Michel Lemmens face à la nomination d’Antoine Bièmont comme conseiller CPAS de PNc.

« Une personne de mon groupe qui est cdH et qui se rallie à un groupe d’élus MR ?

Je ne peux qu’en prendre bonne note, mais à mon humble avis, on ne peut pas être dedans et dehors à la fois. ».

Il ajoute : « On en tire les conclusions qu’on veut, mais pour moi c’est un geste très maladroit de la part d’Antoine Biémont.

C’est en revanche très bien joué pour Marc Evrard. »

Michel Lemmens continue en expliquant que « certains feraient bien de se rappeler que l’on n’est pas dans un cirque.

Je ne suis pas en campagne électorale car nous sommes en train de travailler pour clôturer des dossiers.

Il y a une commune à faire tourner, au lieu de jouer des petits coups foireux. »

 J.G.

Source clic ici 

 

24j2018.JPG

 

 

24j2018bis.JPG

« Il joue du violon à tout le monde »

En parallèle de cette annonce, Marc Evrard a présenté la lettre qu’il a envoyée à divers politiques nandrinois fin 2017.

Une « démarche personnelle » qui témoigne d’une volonté d’ouverture politique selon lui, et qui serait la raison du départ de Daniel Giltay de l’action sociale.

« C’est une des raisons », rectifie le principal intéressé.

« Dans ce courrier, il joue du violon à tout le monde, notamment à Murielle Brandt (présidente du CPAS NDLR), qui est entre autres la personne qui s’est opposée au vote des habitations sociales. »

Daniel Giltay dit avoir demandé des éclaircissements suite à la position de Marc Evrard. « Selon lui, il n’avait pas à se justifier », déplore-t-il.

À ses yeux, Marc Evrard est « aux abois.

Il voit que des groupes se forment, et craint qu’il n’y ait une multiplicité de formations politiques. Il se laisse à dire que l’homme à abattre est le bourgmestre, mais Marc Evrard est lui aussi un dictateur.

Dès que l’on s’oppose ou que l’on demande des précisions sur ses choix, notamment vis-à-vis de cette lettre, il ne veut pas en discuter.

Or moi, je prône la démocratie. »

« JE SUIS APPROCHÉ »

Alors qu’il a récemment quitté sa place de conseiller CPAS, Daniel Giltay dit depuis avoir été approché. « On pressentait bien que telles et telles personnes cherchaient à s’unir, mais ça va bien au-delà », évoque-t-il.

« Je dois cependant conserver le respect du secret de ces personnes qui sortiront du bois. »

Daniel Giltay ajoute que certaines personnes ont été déçues de son départ comme conseiller de l’action sociale.

« Ils se disent que comme je n’appartiens plus à l’UPN, ils m’approchent et me font part de leur formation. » 

J.G

Les commentaires sont fermés.