Tout est prêt au centre de stockage de sel qui approvisionne en sel de déneigement les communes

Depuis 2011, le hall de stockage provincial a fait l’objet d’améliorations pour 646.000 euros. «  Nous avons notamment refait des loges et avons amélioré l’accès au site, de sorte à être plus près du pont d’Ombret et ainsi gagner du temps  », rappelle Michel Maréchal, inspecteur général du département infrastructures et environnement de la Province. Un pont pour peser les camions a également été aménagé.

De nouveaux investissements sont prévus au budget extraordinaire 2018 de la Province. 457.700 euros y sont précisément inscrits. «  250.000 euros vont servir à construire un auvent pour protéger les sacs de sel à l’extérieur. Chaque big bag contient une tonne de sel. Pour l’instant, le sel est stocké à l’intérieur ou bien à l’extérieur sous des bâches agricoles. L’auvent permettra un accès plus facile au sel  », indique-t-il.

Le reste du budget sera utilisé pour évacuer les terres entreposées sur un terrain voisin du hangar. «  C’est un volume important. Nous souhaitons évacuer ces terres pour permettre la vente du terrain à la SPI. Une partie partira à l’extérieur, l’autre partie servira à créer des merlons (levée de terre) afin de cacher le centre de formation des pompiers à la vue. Ces merlons seront ensuite semés pour avoir un aspect végétal  », précise l’inspecteur général.

30.300 tonnes

Rappelons que la mission du hall de stockage provincial (7.400 m²) est d’assurer un stockage et un approvisionnement en sel de déneigement aux communes partenaires. La centrale d’achats permet par ailleurs d’obtenir un prix avantageux.

Au 1er octobre, le hall contenait 30.300 tonnes de sel en prévision de l’hiver à venir ; la Province en a racheté 8.879 tonnes cette année. Actuellement, 81 communes ont adhéré au principe : 73 en province de Liège et 8 en province de Luxembourg.

Trois types de conditionnement du sel sont organisés : en vrac, en big bag d’une tonne ou en sacs de 10 ou 25 kg («  là plutôt pour déneiger les cours d’école par exemple  », pointe Michel Maréchal).

La situation en bord de Meuse garantit un approvisionnement par bateau et entraîne par conséquent moins de camions sur les routes. «  Être proche de la route régionale Huy-Liège et pas loin de Villers-le-Bouillet permet de desservir facilement les communes  », ajoute-t-il.

ANNICK GOVAERS

 

 

Source Clic ici 

camion neige.jpg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel