Une nouvelle mesure fait craindre le pire aux élus des petites communes

Un tiers de femmes dans les collèges dès 2018

Les collèges communaux qui seront formés suite aux élections d’octobre 2018 devront compter au moins un tiers de femmes, a décidé le gouvernement wallon à l’unanimité. Une décision qui fait d’ores et déjà grincer des dents et que beaucoup jugent anti-démocratique.

Mais elle va sans doute bouleverser la composition des collèges communaux. Car aujourd’hui, peu nombreux sont ceux qui accueillent au moins un tiers de femmes

Françoise Kunsch, Huguette Buttiens, Stéphanie Kiproski, Anne de Potter, Stéphanie Caprasse, Florence Degroot – et la liste est loin d’être exhaustive – les femmes échevines ou bourgmestres, ça existe.

Mais pas suffisamment aux yeux des parlementaires wallons qui ont décidé de changer la donne.

Au lendemain des prochaines élections communales de 2018, tous les collèges communaux devront en effet compter au moins un tiers de personnes de sexes différents.

Dans la majeure partie des cas, il faudra donc qu’au moins un membre du collège sur trois soit une femme.

Le décret approuvé au parlement wallon le 7 septembre dernier «afin de garantir une présence équilibrée de femmes et d’hommes au sein des collèges communaux et provinciaux de Wallonie» ne fait toutefois pas que des heureux.

Patrick Lecerf, le député-bourgmestre de Hamoir, fait partie des opposants à cette nouvelle législation qui impose de facto un quota de femmes dans les collèges.

« Je ne remets pas en cause la philosophie du décret, explique-t-il, mais pour moi, le quota, c’est l’arme du faible.

Il y a bien d’autres moyens de valoriser le rôle de la femme en politique et il y a suffisamment de femmes qui font du très bon travail en politique et qui n’ont pas eu besoin de quota pour réussir. »

La raison de sa colère? La discrimination dont vont être victimes les petites communes: « Dans les communes de moins de 5.000 habitants – et il y en a 60 en Wallonie – il devra y avoir deux femmes sur cinq membres du collège, ce qui représente 40%. Alors que dans les communes plus grosses, qui comptent de 10 à 20.000 habitants, il faudra aussi deux femmes, mais sur sept membres du collège, soit 28%. »

Or, ces femmes prêtes à jouer un rôle exécutif dans la gestion de la commune, il va falloir les trouver.

Et, dans ces communes rurales, ce ne sera pas toujours simple... Mais pas uniquement dans les petites communes: Ans et Herstal sont aussi concernées par exemple.

« Recruter des femmes sur une liste, ça va, note Patrick Lecerf, mais ici, il y a une différence énorme entre ‘participer à la vie communale’ et ‘exécuter une fonction au sein du collège’. Ce décret risque donc d’avoir l’effet inverse de celui recherché et de faire fuir des candidates. »

D’autres effets pervers sont également à craindre, estime le député-bourgmestre hamoirien.

Dont certains commencent d’ailleurs déjà à se faire sentir, à un an du scrutin communal.

« Dans le cadre d’accords pré-électoraux ou de regroupements sur une même liste, on risque d’assister à des chantages à la femme, précise-t-il.

OK, vous venez avec nous, mais c’est une femme qu’il nous faut. »


Mais c’est surtout le caractère anti-démocratique de cette mesure qui fait monter aux barricades certains élus.

« Demain, on va se retrouver avec des échevines qui n’avaient pas envie de le devenir et qui ont récolté trois ou quatre fois moins de voix que des hommes qui, eux, souhaitaient s’impliquer dans le collège.

On ne respectera donc pas le choix de l’électeur, tout ça pour respecter ce quota. »

Article de GEOFFREY WOLFF

 

Source info clic ici 

Un tiers de femmes dans les collèges dès 2018, nandrin

Commentaires

  • Encore une absurdité démagogique et bien peu démocratique ! Le risque est réel de voir siéger dans un collège des femmes qui n'y siégeront qu'en amateur désintéressé ! Ce n'est pas de cette façon que l'on intéressera les femmes à la politique (communale). De plus, cela constitue un frein pour les hommes qui désirent s'y investir . C'est pitoyable !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel