Nandrinois : Pour lutter contre les dégâts du sanglier

Étendre à toute l’année la chasse du sanglier en battue

« La population des sangliers a quintuplé en vingt ans.

Hormis l’homme, cet animal n’a pas de prédateur et son taux de reproduction est élevé », constate la députée wallonne Laëtitia Brognez (MR).

Et de déplorer, « selon les régions et les concentrations, les dégâts peuvent être conséquents ».

Des dégâts aux cultures commis en mai ou en octobre entraînent une perte de rendement de 50 % pour les agriculteurs.

Avec plusieurs députés, elle a déposé un texte au parlement wallon pour étendre à toute l’année la période de chasse du sanglier en battue. Actuellement, cette chasse ne peut s’effectuer que du 1er octobre au 31 décembre tant en plaine qu’au bois (à partir du 1er août pour uniquement la plaine).

Laëtitia Brognez se veut rassurante pour les amateurs de balades en forêt.

« Il ne s’agit pas de chasser partout et tout le temps. Les chasseurs devront respecter les modalités actuelles. » Des pé- riodes d’exclusion pourraient ainsi être prévues dans les forêts domaniales.

CAPABLE DE VIVRE EN VILLE

« Si on le laissait faire, le sanglier s’installerait en ville.

Cela est d’ailleurs arrivé à Herstal. Il a fallu un an pour l’en faire partir. La ville est un endroit où il trouve de la nourriture et où il n’est pas chassé », analyse Alain Liccope du Département d’étude du milieu naturel du Service public de Wallonie.

Cantonné à l’origine dans les forêts ardennaises il s’est largement répondu à travers la Wallonie.

En 2015, les chasseurs ont tiré un total de 21.721 sangliers, contre 11.932 en 1996 et seulement 7.523 en 1974. « Le pic a été atteint en 2012 avec 27.286 tirs », précise Alain Liccope.

D’une manière générale, les chasseurs ont de plus en plus de gibier à abattre. Le nombre de cerfs et de biches tués est ainsi passé de 1.262 (1974) à 2.971 (1996) et 4.924 (2015). Contrairement au sanglier, le cerf n’a jamais quitté les grands massifs boisés.

La population globale ce cervidé estimé à 15.000 individus (hors naissances). Quant au renard, sa population était estimée, en 2015, à 10.595 individus contre 17.472 en 2002. « Ces estimations sont à prendre avec énormément de précautions car ils ne sont pas issus de comptages standardisés », souligne Manuel de Tillesse, du SPW.

En 2015, la moyenne du nombre de renards chassés était de 1,4 par 100 hectares. Mais dans certaines zones de Wallonie, ce taux grimpe à cinq voire six renards tués. 

YANNICK HALLET

Source info Clic ici 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel