• La police de l’environnement adresse un avertissement à Nandrin

    Les terres pas dangereuses, mais pas autorisées.

    Alertée par l’opposition UPN, la police de l’environnement est descendue à Nandrin le 21 août pour observer et analyser les terres transportées du Pery au chantier de la nouvelle administration communale pour remblayage. Après prélèvements, ces monticules de fraisâts hydrocarbonés ne sont pas dangereux mais ne peuvent être stockés sans autorisation.

     

    Les tas de terres contenant du raclage de route stockés au Pery, derrière le hangar des travaux, et auparavant devant l’ancienne crèche communale, faisaient partie du paysage.

    Une grosse partie d’entre eux a été transportée par camions en août dernier vers le chantier de construction de la nouvelle administration communale, pour servir de remblaiement.

    Ce dont s’est inquiétée l’opposition Union Pour Nandrin qui a contacté la police de l’environnement de la Région wallonne, descendue sur place le 21 août dernier.

    Les deux agents ont pris des prélèvements à la maison communale et ont demandé que le remblaiement cesse en attendant les résultats.

    Ils se sont aussi rendus sur le site du Pery. Contrairement aux craintes de l’opposition, les terres s’avèrent non dangereuses, ont révélé les analyses de l’ISSeP, l’Institut scientifique de service public. La norme HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) n’est effectivement pas dépassée.

    Pas de crainte à avoir, donc. Ces terres peuvent continuer à être enfouies. Par contre, la police de l’environnement a relevé que les tas de matières premières et de divers déchets étaient stockés sans autorisation au Pery.

    En effet, le stockage de déchets inertes ou non dangereux nécessite soit une déclaration de classe 3 soit un permis d’environnement, en fonction du tonnage.

    Ce qui n’était pas le cas. Par conséquent, la police de l’environnement a envoyé un avertissement unique à la commune, lui rappelant ses obligations et l’appelant à se mettre en ordre pour le 30 septembre au plus tard.

    Wallonie environnement attire particulièrement l’attention sur le stockage de fraisâts hydrocarbonés de route, considérés comme potentiellement dangereux : elle demande de ne plus les stocker sans autorisation et sans une protection du sol adéquate. Le service régional épingle aussi le stockage de boue de curage d’avaloirs et/ou d’étangs.

    À défaut de démarches, un P.-V. sera rédigé et transmis au fonctionnaire sanctionnateur régional ainsi qu’au Parquet. Le bourgmestre, Michel Lemmens, en déplacement à l’étranger ce vendredi, et l’échevin des travaux, Henri Dehareng, injoignable, n’ont pas été en mesure de commenter les faits.

    Il nous revient toutefois que le Collège a depuis engagé une demande de permis auprès de la Région wallonne.

    Du côté d’Union Pour Nandrin, on se dit soulagé de la non-dangerosité des terres mais le parti condamne l’amateurisme de la majorité qui n’était pas en ordre, malgré les interpellations.

    Le sujet sera abordé en point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil, lundi : « Nous demandons la régularisation de la situation et la recherche d’un terrain mieux adapté à l’entreposage de telles matières », indique Marc Evrard.

    ANNICK GOVAERS

     

    Voir les photos 2017 Clic ici 

     

    Archives du Blog 2014 photos Clic  ici 

    Point complémentaire au conseil communal Nandrin du lundi 25 septembre 2017 Clic ici .pdf4

     

    1147395687.25.JPG

     

     

     

     

  • BRAIVES – TEMPLIERS/NANDRIN 9-1 dimanche 24 septembre 2017

    Les buts : 2e Preud’Homme sur pen. (1-0), 13e Vervoort (2-0), 23e Bronckart D. (3-0), 49e, 55e et 60e Vervoort (6-0), 62e Preud’Homme (7-0), 69e Mathot (7-1), 70e Vervoort (8-1), 90e Preud’Homme (9-1)

     Braives : Otte, Van Esch (46e Vreven), Bronckart A., Sole, Devalet (65e Collin), Preud’Homme, Bronckart D., Dokens (65e Père), Vervoort, Henquet, Mathieu.

     Templiers Nandrin : Doemer, Carrara, Philippart de Foy (53e Akpandja), Glode, Damsin, Pasaoglu, Bernard, Delhalle (46e Houmart), Gaspard (53e Hotton), Mathot, Pessotto.

    Carte jaune :

    Mathot (86e)

     Carte rouge :

    Bernard (2CJ, 16e et 18e)

     Arbitre : M. Gabriel

  • Avis décès Madame Paulissen Jeannine de Nandrin veuve Monsieur Marius Decerf

    Madame Jeannine PAULISSEN (85 ans) de Nandrin,

    née le 10/12/1931 décédée le 24/09/2017.

    Centre Funéraire Bemelmans - 04 336 59 29

     

    En mon Nom et au nom du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille.

  • Conseil Communal de Nandrin aujourd'hui lundi 25 septembre 2017 à Nandrin

    Conseil Communal de Nandrin lundi 25 septembre 2017 à 20 h place A. Botty n° 1  Nandrin 4550

    Point complémentaire au conseil communal du 25 septembre 2017.JPG

    Conseil Communal Nandrin du 25 septembre 2017 clic ici .pdf

     

    Point complémentaire au conseil communal Nandrin du 25 septembre 2017 Clic ici .pdf

  • Dix ans de dépollution d’hydrocarbures

    Claude Alardot célèbre la première décennie d’existence de sa société qui étoffe sa gamme de services

    Assainissement de sites, transport de pollution ou nettoyage industriel : la société marchinoise E.T.P.H., spécialisée dans la dépollution d’hydrocarbures souffle sa dixième bougie et investit dans sa flotte.

    E.T.P.H., pour Étude Traitement Pollution Hydrocarbures, fête son dixième anniversaire. « Une décennie d’existence, ça se fête », sourit Claude Alardot, administrateur et gérant. Implantée à Marchin, la société travaille dans la dépollution et le traitement d’hydrocarbures : « On s’adresse à plusieurs interlocuteurs. On intervient sur des pollutions d’hydrocarbures consécutives à un accident routier, un renversement chez un particulier ou une fuite industrielle », souligne le fondateur.

    530 INTERVENTIONS EN 2017 E.T.P.H

    dispose d’une clientèle très diversifiée allant de bureaux d’études aux compagnies d’assurances en passant par des services publics (pompiers et protection civile), entrepreneurs et particuliers. La création de cette activité date de 2007 : « J’ai commencé seul, dans le garage de mon père, avec un seul véhicule. Je suis impressionné par l’évolution de la socié- té. En 2014, on s’est installé dans les bâtiments de l’ancienne scierie Dupont. En 2007, je suis intervenu à 47 reprises et cette année E.T.P.H a réalisé 530 interventions partout en Belgique. » E.T.P.H.

    emploie aujourd’hui vingt personnes et sa flotte de véhicules s’agrandit. L’entreprise marchinoise propose un service d’urgences 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 « avec en permanence deux équipes de garde mobilisables à tout moment », précise Claude Alardot. E.T.P.H. met en avant une expertise forgée sur toutes les surfaces : « En cas de pollution d’eau, on agit avec un bateau puis avec un séparateur, c’est-à-dire qu’une pompe procède à une récupération sélective pour rejeter l’eau assainie et traiter le polluant. »

    « RENFORCER LA FLOTTE »

    Les activités se diversifient également avec le temps. Active dans l’assainissement de sites et le nettoyage industriel, E.T.P.H. loue et vend du matériel de dé- pollution.

    « On vend aussi des absorbants et des kits anti-pollution, on agit sur des citernes : vidange, nettoyage et dégazage, mais aussi la neutralisation de cuves et la mise en conformité de citernes. » E.T.P.H. a célébré ses dix ans en compagnie de ses clients, partenaires et collaborateurs à l’occasion d’un événement organisé ce vendredi.

    « C’est une façon conviviale de remercier toutes les personnes qui ont contribué à notre réussite. Les invités ont dé- couvert nos installations marchinoises, rencontré l’équipe et admiré le matériel », indique-t-il.

    « On pense aussi au futur avec l’acquisition de matériel toujours plus sophistiqué et le renforcement de notre flotte », conclut Claude Alardot. -

    Si les activités initiales d’E.T.P.H. consistent au traitement de la pollution d’hydrocarbures, Claude Alardot s’active aussi en Europe.

    « On travaille aussi en France dans la dépollution. On s’occupe du transport de déchets dangereux en Europe », souligne l’administrateur-gérant. E.T.P.H. fait du lestage et délestage de toitures : « Cette activité se développe, on dispose d’un camion armé d’une pompe à sec capable de monter à trente mètres de haut et d’une longueur de 100 mètres. On aspire la matière et on ressoufle les graviers sur la toiture.

    On fait également du cleaning industriel, c’est-à-dire qu’on nettoie des pompes à essence et des garages à l’aide de séparateurs. Je pense que nos clients et partenaires apprécient notre efficacité et notre rapidité d’intervention.

    On fait ce travail de propreté à 120 % et l’investissement dans un matériel de qualité protège mes gars. » -

    JULIEN MARIQUE

     

    1147395687.25.JPG