Nandrinois attention à L’eau à la bactérie tueuse trouvée en Belgique

Cette histoire, répond-t-on à l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, n’arrive presque jamais.

Une eau pétillante venue d’Italie a été bloquée en Belgique, suite à une Rasff (Rapid Alert System for Food and Feed), une alerte européenne lancée par le ministère de la Santé italien.

Cette alerte concerne des lots d’eau minérale produite par la société Fonte Cutolo Rionero in Vulture.

Cette société basée dans la province de Potenza (région de Basilicata) appartient en fait à la marque San Benedetto. Une bactérie très dangereuse pour la santé a été trouvée dans 8 lots de l’Acqua Effervescente Naturale Cutolo Rionero et l’Acqua Eurospin Blues Effervescente Naturale.

Cette bactérie est la « Pseudomonas aeruginosa ». Elle peut s’avérer pathogène, dans certaines conditions. Très résistante, elle est de plus en plus souvent responsable d’infections nosocomiales. Le taux de mortalité atteint 50 % chez les patients vulnérables, apprend-on. Elle peut provoquer des infections de l’œil, des urines, des plaies… mais aussi pulmonaires, gastro-intestinales voire des septicémies chez des malades soumis à certains traitements.

Les patients atteints du sida ou des victimes de brûlures sont aussi forts exposés aux infections induites par cette bactérie « tueuse ».

« Des lots ont été bloqués chez un opérateur en Belgique », confirme l’Afsca qui a été prévenue le 11 septembre par les autorités italiennes. Aucune bouteille infectée n’a donc fort heureusement été bue en Belgique puisque tous les lots sont restés chez le client.

VOICI LES LOTS

Selon nos informations, ces lots sont arrivés le 5 septembre dernier en Belgique. Il s’agit de lots de 12 bouteilles contenant 1 litre ou 1,5 litre. Ils ont été enregistrés sous les numéros suivants : LR7248C, LR7249C, LR7250C, LR7251C, LR7252C, LR7253C.

Les dates d’expiration s’échelonnent entre le 05/ 09/2018 et le 09/12/2018.

Quand nous demandons au porte-parole de l’Afsca dans quelle région ces lots ont été livrés, la question reste sans réponse.

« Je ne le sais pas mais, si je le savais, je ne pourrais pas vous le dire. De toute façon, cette affaire n’est pas compliquée car ces bouteilles n’ont pas été vendues ».

 PIERRE NIZET

1147395687.25.JPG

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel