Le Taser dans les polices locales peut être en novembre 2017

Le projet a traîné, mais il avance : les formations auront lieu en septembre à l’Académie de la police

I l faudra sans doute attendre 2018 pour voir les Tasers débarquer dans les zones de police locale, en tout cas dans les 15 qui ont été choisies pour une « phase test » qui durera six mois… Même si Marc Garin, l’une des chevilles ouvrières de ce projet, parle, lui, du 1er novembre prochain. Un projet qui se fait attendre…

Une décharge de 50.000 volts

Les modèles qui équiperont nos zones de police sont de type « Taser X2 » ou « Taser X26C ». Chaque modèle, avec tous ses accessoires, coûte environ 2.000 €.

Ce pistolet à impulsion électrique est largement répandu à travers la planète : plus de 16.000 policiers de 107 pays l’utilisent. En particulier le modèle « X26 », de cette firme installée en Arizona, dont 5.000 exemplaires équipent les policiers français.

Le « Taser X26 » délivre une dé- charge électrique de 50.000 volts à une intensité de 2 milliampères (jusqu’à dix mètres de distance). Comment cela marche-til ?

La détente de la cartouche d’azote liquide propulse à la vitesse de 50 mètres par seconde deux sondes qui restent reliées à l’arme par un filin. Une fois le contact établi avec la cible, une décharge électrique d’une durée de 5 secondes (plus si l’on appuie plus longtemps sur le bouton déclencheur) est transmise.

Elle bloque temporairement le système nerveux central, provoquant une paralysie musculaire de quelques secondes.

PAS SUR UNE FEMME ENCEINTE

C’est la raison pour laquelle un Taser ne peut être utilisé vis-à-vis de personnes qui sont « visiblement enceintes, âgées de moins de 12 ans ou vis-à-vis de gens pré- sentant de sérieux problèmes de santé ».

Aux policiers d’avoir le coup d’œil !

- D.SW

1147395687.25.JPG

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel