Il reste des « zones blanches » dans 39 communes, où internet est très lent ou inexistant…

Hyperconnectés, les Belges ? Certainement. Comme la plupart des Européens, ils passent leur vie sur leur smartphone ou leur portable pour envoyer des mails, poster des photos de leurs vacances ou vérifier avec quel retard leur train arrivera. Et pourtant, il y a des failles…

Dans le baromètre 2016 de la « société de l’information » présenté ce jeudi par le SPF Économie, on apprend que 15 % des ménages belges n’ont pas internet et que plus de 11 % des Belges (âgés entre 16 et 74 ans) n’ont jamais utilisé cet outil fabuleux.

Un choix ?

La plupart du temps, oui.

Quand on tente de connaître les raisons de ce blocage, 42 % estiment en effet qu’internet n’est pas nécessaire à leur domicile. Près de trois de ces ménages sur dix (29 %) mettent en avant un manque de compétences pour pouvoir utiliser cette connexion. 25 % avancent que le matériel est trop cher et 20 % que le coût de connexion est trop élevé. 8 % craignent qu’internet ne nuise à leur vie privée.

Et enfin, il ne faut pas oublier le 1 % de ces ménages non connectés (6.900 environ) qui ne l’ont pas choisi : ils n’ont pas internet car « le haut débit n’est pas disponible dans leur quartier ».

Selon le SPF Économie, 39 communes en Wallonie n’ont pas un accès au haut débit rapide. « Cela ne veut pas dire 39 communes entières », tempère Jimmy Smedts, le porte-parole de l’IBPT, l’Institut belge des services postaux et des télécommunications. « Dans ces communes, il y a certains quartiers voire certaines rues qui sont mal couvertes par l’internet fixe. »

2.475 MÉNAGES PAS COUVERTS

Citons, parmi ces « zones blanches » et à titre d’exemples, Evelette (Ohey), Couthuin (Hé- ron), Denée (Anhée), Gibecq (Ath), Bende (Durbuy), Thieulain (Leuze-en-Hainaut), Celles (Houyet), Seraing-le-Château (Verlaine)… Là-bas, des habitants, même raccordés à internet, parviennent tout juste à envoyer un mail mais éprouvent toutes les peines du monde à télécharger un film par exemple. Et parmi ceux-là, 2.475 ménages (soit 0,05 % des ménages belges) n’ont pas accès à une connexion internet fixe à 1 Mbps.

Espérons alors pour eux que la 4 G ou le satellite puisse prendre le relais… Les autorités le promettent : un plan d’action « zones blanches » est en cours d’élaboration auprès du ministre de l’Agenda numérique et permettra à terme de connecter les quelque 39 communes situées en Région wallonne qui n’ont pas accès au haut débit rapide.

Cela dit, par rapport aux autres pays européens, la Belgique se classe 2e des pays les mieux couverts : 98,86 % de sa population peut en effet avoir accès à une connexion internet offrant un débit d’au moins 30 Mbps, le minimum fixé par l’Europe pour 2020.

Par contre, elle ne se classe que 23e des pays européen, en ce qui concerne le taux de pénétration de la large bande mobile.

Alors que l’infrastructure permet un taux de couverture de 94,5 % de la population belge par la 4G, seuls 68 % des internautes belges disposaient de ce type d’abonnement.

Ce qui reste largement inférieur à la moyenne européenne (qui est de 83,9 %). -

F. DE H.

5a.JPG

1147395687.25.JPG

Commentaires

  • Il ne faut pas compter que par commune, en effet, par exemple, sur St-Séverin, certaines rues ont un accès plus que limité a internet alors que d'autres sont a la vitesse maximum.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel