Plus de 25.000 remises à l’emploi via les CPAS

Lien permanent

CPAS source PHN Sudinfo.JPGOn appelle ça les articles 60 et 61. Ce sont des dispositions qui permettent aux CPAS de remettre directement à l’emploi une série de minimexés. Et cela marche de mieux en mieux.

Selon des chiffres dévoilés à Sudpresse par le ministre de l’Intégration sociale Willy Borsus (MR), on en est désormais à plus de 25.000 personnes qui ont ainsi pu trouver du travail en 2015, tendance qui s’est poursuivie au premier semestre 2016.

Cela se fait soit via le recrutement de la personne au sein du CPAS ou sa mise à la disposition d’un employeur tiers, mais toujours rémunéré par le Centre public d’aide sociale.

Soit encore via son embauche dans une société privée en échange d’une baisse des cotisations sociales. Le procédé existe depuis 2002. Cette année-là, 13.056 minimexés avaient ainsi pu renouer avec le marché du travail. Treize ans plus tard – soit en 2015, dernière année statistique complète disponible – on en est à 25.239 personnes, soit une hausse de 93%! Et les trois régions du pays en profitent. La hausse la plus spectaculaire – 150% – est décrochée par Bruxelles, avec un passage de 2.234 à 5.535 personnes remises à l’embauche.
La Flandre se hisse sur la deuxième marche du podium. Ici, l’augmentation est de 97% (de 5.162 à 10.141 minimexés aidés). Vient enfin la Wallonie avec une hausse de 69% (de 5.660 à 9.563 personnes).


TRÈS BONS SCORES

Ce succès ne s’est jamais démenti au fil des ans. De 2014 à 2015, le nombre de minimexés ainsi aidés a augmenté de 10% pour la seule Wallonie, contre 3% en Flandre et 0,1% à Bruxelles. Quand on regarde au niveau des entités, certaines déploient manifestement de gros efforts.

Le record wallon est détenu par Doische avec 85% de ses minimexés remis au travail, même si la base est faible (sept personnes dont six qui ont un job).

Dans les communes un peu plus grosses, c’est Estaimpuis qui détient la palme avec 63% de ses 22 minimexés ainsi aidés. Mais Chapelle-lez-Herlaimont (38% de 162 personnes), Braine-l’Alleud (33% de 193 personnes) ou Peruwelz (28% de 222 personnes) affichent également de très bons résultats.

«Cette augmentation de recours à ce système est positive» , note Willy Borsus qui exerce la tutelle sur les CPAS même s’il s’agit ici d’impulsions régionales.

«L’extension des projets individualisés d’intégration sociale à tous les bénéficiaires d’un minimex participe au même objectif. On attend ainsi 38.910 nouveaux dossiers pour 2017» .

Article de CHRISTIAN CARPENTIER source Sudinfo 

Les commentaires sont fermés.